53 réflexions sur « Le temps qu’il fait le 28 novembre 2014 »

  1. Bonjour monsieur Jorion
    Bien qu’aujourd’hui ce soit plombé, merci pour ce temps qu’il fait.
    Depuis huit mois je suis à la retraite en travaillant dix heures par semaine pour mon ex-patron, c’est lui qui me l’a demandé.
    Contrairement à ce que vous dites, j’ai travaillé dans le secteur de la construction jusqu’à 65 ans ce qui est exceptionnel à l’heure actuelle, mon épouse n’étant jamais allée travailler, il me fallait une retraite suffisante. J’étais technicien chauffagiste, donc un travail moins lourd que maçon par exemple.
    Cela n’est en réalité qu’une toute petite partie de ma motivation. Hier, c’était l’enterrement de mon beau-père et l’occasion m’était offerte (si je peux dire) de rencontrer mes cousins et cousines qui sont très nombreux et pour la plupart retraités. Beaucoup se sont étonnés de ma décision de poursuivre le travail, mais j’ai eu la chance de ne pas être « jeté » comme beaucoup hors du monde du travail.
    Comme vous, je suis convaincu que la retraite se prépare non pas dans une planification mais en phase avec le changement de civilisation qui se prépare.
    Au risque de choquer, plus j’avance et plus je rencontre des choses à faire, à entreprendre et on me demande conseils.
    L’essentiel est de sortir du cadre de réflexion du système capitaliste industriel.
    Comme vous le savez, je participe à un potager collectif, et de fil en aiguilles, j’en suis arrivé à réfléchir à une machine porte outil capable de travailler écologiquement des buttes maraîchères, non pas parce que je l’ai proposé mais parce qu’on me l’a demandé.
    J’étudie également la relation énergie économie qui semble être pour moi la pièce maîtresse de l’avenir dans lequel nos petits enfants évolueront.
    Aucunes idées ne me viennent à l’esprit quand à ce qu’il va m’arriver, mais il me semble important de continuer toutes ces recherches entreprises depuis trente ans, si minime soit-elle, dans un esprit constructif.
    C’est cela qui me fait vivre.
    Cordialement
    Michel

  2. Je recycle ça :

     » Nul n’a vécu plus vieux qu’un enfant mort, et Peng Zu mourut jeune. Le ciel et la terre sont aussi vieux que moi, et les milliers de choses ne font qu’un. »

    Signé Papy-zazou

  3. Votre appel est touchant malheureusement je croise beaucoup de retraités qui considèrent que les actifs d’aujourd’hui sont des assistés qui n’ont que ce qu’ils méritent (chômeurs feignants pas comme eux à l’époque, retraite à 67 ans quand eux sont partis à 58, prestations sociales rabotées alors qu’ils en ont eux mêmes profité à plein tout au long de leurs vies, etc…) et dont ils ne se sentent nullement solidaires. C’est à pleurer. Tout un petit peuple sarkozyste. Je ne dis pas que tous les retraités soient comme cela mais qu’ils sont une proportion bien plus importante que celle rencontrée dans les autres classes d’âge.

    1. Et pourtant Sarkozy n’aime pas les vieux qui veulent lui piquer la place !

      Ce que vous dîtes d’un certain discours ne me semble pas aussi massif qu’on le prétend ( je ne sais d’ailleurs pas comment ça se mesure),mais ça existe , et c’est bien pratique pour ceux qui ont besoin de dresser les générations entre elles pour continuer le business as usual , ou avoir La place.

      Pour les vieux cons , qui ont souvent été de jeunes cons , ils finiront bien par crever .

    2. Mais je n’ai pas tout compris de votre dernière phrase entre « retraités » et « classes d’âge » .

      1. Effectivement je me suis mal exprimé. En gros je voulais dire que la sorte de gens qui considèrent leurs congénères comme des assistés avec tout le discours réactionnaire conservateur qui accompagne généralement ce genre de considération se rencontrent dans toutes les classes d’âge mais que leur proportion est bien plus élevée dans la classes d’âge des retraités.

        Résultats des élections présidentielles second tour de 2007.

        âge; Sarkozy; Royal
        Plus de 70 ans; 68 %; 32 %
        Entre 60 et 69 ans; 61 %; 39 %
        Entre 45 et 59 ans; 45 %; 55 %
        Entre 35 et 44 ans; 50 %; 50 %
        Entre 25 et 34 ans 57 % 43 %
        Entre 18 et 24 ans 42 % 58 %

      2. C’est plus clair , mais la corrélation vote Sarkozy -anti jeunes , vote Royal – pro jeunes, est sans doute un peu gratuite et rapide .

        Je sais bien que Google lit dans le marc de café et le web , mais comment fait on pour savoir l’âge des bulletins de vote ,sauf par des approximations statistiques où les valeurs moyennes ne veulent plus dire grand chose ?

    3. C’est vrai qu’ils ne sont pas tous pareils et Paul Jorion devrait continuer à recruter dans les « croisières s’amusent ». Car il y a quelques années j’ai accompagné mon père mal en point en voyage croisière avec que des vieux 😉 Incroyable, j’étais la petite jeunette pourtant déjà fânée :-(. Bref c’était à celui qui alignait le plus de voyages dans l’année, qui vous demandait si vous connaissiez tel et tel pays, j’étais quasi ignare faut dire. Ils étaient tous bien contents d’avoir quitté l’entreprise et plaignaient les jeunes, larges sourires à l’appui. Y a pas, il faut les ramener à la réalité, leur seriner qu’ils sont tout à fait indispensables dans le cours de l’histoire actuelle :-))))

  4. De plus, si une partie plus importante de « la jeunesse » entends, puis écoute les plus vieux ‘rouspéter’ et s’en prendre au système qu’ils ont vu naitre, elle se sentira bien plus légitime dans la révolte et l’indignation, c’est important et les vases communicants sont si fragiles…

  5. Monsieur Jorion,
    Bonjour

    a) savez-vous approximativement quand sera publié votre livre sur Keynes?

    b) Sous quel(s) angle(s) originaux l’avez-vous abordé?
    En espérant une réponse

    Cordialement

    1. Je sais que j’ai promis de déposer le manuscrit le 6 février 2015.

      J’ai lu Keynes en réfléchissant tout haut. Vous trouverez un échantillon de ce qui se trouvera dans le livre (à quelques révisions près) ici.

      1. On se demande ce qu’aurait pu raconte Keynes , mort à 63 ans ,s’il avait atteint l’âge canonique de 68 ans .

  6. Les plus de 65 ans d’aujourd’hui ne sont pas ce qu’ils étaient il y a 50 ans (voir le film « Les vieux de la vieille » dialogues d’Audiard)!
    Les progrès de la médecine, une meilleure connaissance en matière de prévention santé (alimentation, tabac, etc..) ont fait que les « vieux » d’aujourd’hui ne font pas leur âge.
    Il est indéniable aussi que l’internet a joué un rôle important, pour ceux qui ont un minimum de volonté et d’absence de peur de manipuler un ordinateur, en ce sens qu’il met à disposition une quantité énorme d’informations disponibles immédiatement: culturelles telles que visite virtuelle de musée, livres numérisés, informations misent en ligne sur la façon de faire, de procéder, etc
    L’accès également à des blogs très intéressants tel que celui-ci
    Au passage, pour ceux qui lisent un peu l’espagnol: le blog de Vincenç Navarro, un plus de 65 ans lui aussi: http://www.vnavarro.org/
    Bref, moi qui suis également de cette génération, cela m’énerve de voir des gens comme E. Macron (36 ans), sans doute pointu dans son domaine mais manquant d’expérience généraliste, venir nous imposer leurs certitudes (euh ! je m’égare, je fais de la discrimination générationnelle!)

    1. « discrimination » : Bah heureusement qu’il y a les jeunes pour occuper les postes de chefs, ils sont très nombreux à vouloir l’être. Si je l’ai eu été, j’aspire à la tranquillité (tant qu’à faire de gagner de moins en moins) mais surtout à l’indépendance par rapport à une certaine économie qui n’est pas encore pensée autrement.

  7. Parler des retraités , c’est parler de beaucoup de choses qui sont liées :

    – c’est parler d’économie (le fameux financement de )
    – c’est parler du travail ( celui qui disparaît)
    – c’est parler du temps ( de l’allongement de la durée de la vie , des « phases » qui se succèdent )
    – c’est parler de la mort et de la spiritualité
    – c’est parler du réel et des corps qui se dégradent
    – c’est parler de vices et de vertus
    – c’est parler d’amour y compris physique
    – c’est parler d’utilité sociale et de société tout court
    – d’autre chose encore que je dois oublier.

    Mais c’est pour moi ,d’abord et avant tout , parler de « vie » ( le début de vieillesse) et de désir à toutes celles et tous ceux qui « entrent dans la carrière ».

    Au delà de me propres travaux pratiques de proximité , de plus en plus contraints , cette étoile là ne sera , je l’espère, jamais en retraite .

  8. le travail fut une valeur en soi mais l’est de moins en moins avec le chomage et l’automatisation croissants !

    le plus important c’ets la santé et le partage … repousser l’age de la retraite ne permet pas aux plus jeunes de travailler .

    que les futurs retraités ou retraités de fraiche date qui se plaignent je trouve cela inacceptable .
    ils ont la chance d’etre en bonne santé et de pouvoir faire d’autres activités sans pression ,ils refusent finalement leur acculturation relative (on voit moins de monde , on est vieux maintenant blablabla …) pour preferer faire quelques extras , faire une année ou deux de rab … egoistes ..

    les babyboomers laissent aux générations qui suivent un monde pollué par l’ultraliberalisme et se plaignent d’aise , foutage de gueule !

    la dette les jeunes générations ne la rembouseront pas

    podemos ?
    Non possomus !

    1. Pseudo Cyclique, on se calme !
      Tous les babyboomers n’ont pas eu de carrière ascendante.
      Il y a eu autant d’accidenter de la vie dans cette génération là que dans celle d’aujourd’hui.
      C’est vrai, il y a eu les 30 glorieuses mais tout le monde n’en a pas profité !
      Et puis, votre ton ressemble fort à celui d’un vieux réac babyboomer !

  9. A titre de témoignage personnel (comme je l’avais fait pour la disparition de mon métier d’ingénieur dans un billet invité) je recopie mon courriel adressé ce matin à Paul Jorion :

    – « Bonjour Paul,

    Ta vidéo m’a bien sûr touché.

    Mon témoignage : j’ai été retraité et surtout mis hors circuit plus tôt que ce que je ne le prévoyais (la Crise!). Mais d’une part je me sentais de plus en plus contraint dans ma société et d’autre part j’ai toujours eu plein de pôles d’intérêts en dehors du boulot.

    Je savais que j’aurais exactement comme tu le dis, du temps libre et enrichissant. Mais bien sûr il n’est totalement enrichissant que s’il est utile pour les siens et la société au sens large…

    Donc la possibilité que tu m’as offerte de pouvoir contribuer sur tes blogs à faire avancer des idées pour un combat commun et nécessaire, est une incitation au travail, je n’ose dire intellectuel, en tout cas d’écriture.

    MERCI « 

    1. Juste pareil !

      Et je veux utiliser tout ce que j’ai appris ici de manière constructive ! C’est pas gagné ! Mais ça avance : je prépare « L’étrange défaite de l’ostréiculture française »; ça ne sera qu’un ou deux billets mais il y de quoi écrire un livre sur la médiocrité sélective de la gestion de nos paysages maritimes et là non plus, nous ne pourrons pas laisser cette « dette de jouissance » à nos enfants! J’en ai honte pour les politiciens de tout bord mais c’est sans doute pour cela que je ne fais pas partie de ce club. Il a été dit et écrit que le monde de la politique n’était pas un monde d’idées originales ou innovantes : voilà une des pathologies de cette religion féroce !

  10. Mille excuses de me reporter encore une fois à Bernard Friot. Il a des réflexions très pertinentes sur ce qu’on appelle retraite. Il refuse ainsi de déconnecter la retraite du travail reconnu comme étant l’activité d’un « actif ». Le retraité travaille et il doit toucher un salaire à vie, qui devrait d’ailleurs être identique à celui qu’il touchait durant sa vie « active ». Le retraité exerce mille activités qui participent à la vitalité de la collectivité. Actuellement le retraité exerce ce qui est appelé bénévolat, alors que « son bénévolat » c’est du vrai travail. Avec, cerise sur le gâteau, la possibilité pour beaucoup d’exercer, enfin , des activités choisies, épanouissantes, répondant aux aspirations les plus profondes. B. Friot préconise, à l’instar des caisses de la sécurité sociale par exemple, des caisses de salaires qui procureraient à chacun un salaire à vie, financées par la mise à disposition de la collectivités de toutes les richesses créées dans le pays. La suite dans ses ouvrages.
    De grâce, chers amis du blog de Paul Jorion, ne balayez pas d’un revers de main les réflexions de Friot au nom des lourdeurs dont vous soupçonnez l’organisation qu’il propose et d’une vérité que vous estimez posséder . Rien n’est plus faux. Mettez en commun vos idées, vos réflexions et certains, vos théories. Si elles sont mues par de communes aspirations à plus de justice et de solidarité, elles pourraient s’enrichir les unes et les autres, dont Friot, dans des échanges constructifs et novateurs.

    1. Je n’ai pas vu que Friot était  » balayé » .

      Il fait certainement partie de ce que j’ai appelé ailleurs les « initiatives déjà embarquées » .

  11. Mais comment Google Analytics connaît-il nos âges et genres ? Je suppose qu’il analyse les cookies et les recherches dans Google ? Mais cela doit être biaisé: certains internautes ne laissent pas ces traces. Apparaissent-ils dans une catégorie ‘inconnu » ou sont-ils niés ?

      1. Et si on lui demande gentiment , il « dépseudose » à tout berzingue .

        Avec une petite moulinette , il pourrait faire un sms de rappel à tous les « consultants » plus de dix fois par mois , pour les taxer à la source de 5 euros de contribution à la donation mensuelle , à valoir sur le non remboursement de la dette !

    1. Boh.. on a tous tapé un jour ou l’autre notre date de naissance ‘dans’ Google.
      Et tous les paiements, toutes les réservations, tous les mails, discussions, « click »… , sont archivés et officiellement en leur propriété?

  12. Cher Mr Jorion, je vous lis très souvent mais ne commente jamais, trop timide peut-être. Mi-octobre 2008 (cette date vous dis quelque chose), j’ai eu 60 ans et j’allais enfin pouvoir toucher mon assurance pension chez Fortis, (ayant vécu 10 ans à l’étranger, je savais que je n’aurais jamais une carrière complète et de plus je venais de perdre mon emploi), vous vous doutez bien qu’il ne m’en restait plus grand chose. Mais comme plaie d’argent n’est pas mortelle, je n’en ai pas fait une maladie. Par contre, je voulais comprendre et c’est comme çà que j’ai cherché et découvert votre blog, je vous avais déjà remarqué sur le plateau de Taddéï. Vos textes et ceux de vos commentateurs sont devenus mes lectures quotidiennes et m’ont ouvert les yeux sur le monde financier et le monde tout court, même si j’en avais déjà l’intuition. Plus tard, en 2011, j’ai rejoint les indignés et expérimenté d’autres manières de vivre. Outre les manifestations, actions diverses, débats, bénévolats, solidarité et partage envers les plus démunis etc… depuis ma vie est mieux remplie et a bien plus de sens que lorsque je travaillais. De nombreux nouveaux amis, certains retraités, luttent eux aussi pour un monde meilleur si ce n’est pour nous, au moins pour les générations futures.

    1. Bonsoir Mr Jorion, bonsoir Paulette et bonsoir à tous!

      Après plus de six années d’existence, il est naturel que vos « bulletins météo » soient un peu « plus-vieux »… Et même, si c’est de saison, je dois dire que j’ai toujours plaisir, quel que soit le temps, à suivre vos vidéos hebdomadaires depuis qu’elles existent.
      Si en plus vous ouvrez les commentaires, je ne vais pas bouder mon plaisir…
      « vivement la retraite »!
      Bien-sûr, on peut comprendre qu’il soit plus facile pour la population retraitée de réagir longuement à vos billets… Pour autant, je peux témoigner de ce que certains actifs, dont je fais partie, trouvent néanmoins le temps d’intervenir . Mais il est vrai qu’ils paraissent assez peu nombreux et souvent ne s’identifient pas lors de leurs rares interventions…
      Pour ma part, exerçant une profession indépendante à proximité de mon domicile, j’ai la chance de parvenir à organiser mon temps de travail à ma convenance, ce qui est un des quelques avantages de ce mode d’activité par rapport à celui des salariés, souvent prisonniers des horaires et trajets domicile/travail.
      J’ai ainsi le privilège (en tout cas c’est ce que tout le monde m’affirme presque avec dédain), de pratiquer un métier, que j’ai choisi, et de l’exercer sans aucune emprise patronale, et en complète liberté, ce qui, confusément, depuis l’école communale m’a toujours semblé vital
      (le manque de bienveillance des enseignants ayant chez moi crée un véritable électrochoc dans ce sens)…

      Parvenu aujourd’hui à un âge où certains sont déjà en retraites, je devrais avoir encore à exercer un peu plus d’une dizaine d’années pour y parvenir, grâce à certaines de ces fameuses réformes dont l’état français à le secret.
      Mais au train où le temps s’écoule quand on aime son métier, ce délai me semble si proche que pour un peu je redouterais d’y parvenir…
      Mais heureusement, je sais la fragilité du système de retraite des indépendants, le seul à être bénéficiaire (sur le papier), puisque ces professionnels ne peuvent exercer qu’en cotisant avec une année d’avance! Et ce qu’ils ne savent pas tous ( je pense aux auto-entrepreneurs, notamment ceux débutant tardivement à leur compte après un licenciement, par exemple… ), c’est qu’ils ne toucheront rien si ils n’ont pas cotisé au moins dix années pleines! Belle arnaque non?
      Et quelle jolie cagnotte (même si insuffisante) en perspective pour tous les autres régimes déficitaires quand le taux d’actifs par rapport aux retraités sera encore plus défavorable! Et si en plus on fait baisser le taux de natalité en tripatouillant les alloc…
      Quel cadeau pour nos gosses!

      Encore du grain à moudre pour les indignés dans quelques années..!
      Alors, courage Paulette! Et merci!
      Moi je sens que je vais devoir continuer à bosser encore quelques années dans dix ans…!
      Mais heureusement, l’espérance de vie est en pleine progression!

      Amicalement, Eric.

      1. « quand le taux d’actifs par rapport aux retraités sera encore plus défavorable »
        Là n’est pas le ‘problème’…!

  13. Quel monde merveilleux que celui de Jeff Koons, n’est-ce pas ?
    Les vieux cons à la retraite s’en prenne plein les yeux.
    La carotte de 7 à 77 ans.
    http://timedotcom.files.wordpress.com/2014/06/jeff-koons-portrait.jpg?w=814

    Passons.
    ————————–

    En longeant un trottoir, je découvris un dimanche de Pâques la prison de la cité, je vis un homme derrière les barreaux, je lui fis un geste de salut, il éleva son bras et me salua à son tour. Quoi qu’ait fait cet homme, à cet instant sa main était devenue l’innocence même, car les yeux de sa main semblaient pleurer de mon geste.
    (L’ange qui boite, Jean-Marie Kerwich)

  14. Chers vieux ne vous inquietez pas , Gaïa vous recyclera integralement en vous faisant passer par tout ses cycles , la mort purifie tout , elle n’a que faire de l’intelligence , vos molecules et vos atomes ne vous appartiennent pas , ils reserviront pour fabriquer des pattes de mouches , des yeux de souris et des brins d’herbe

    1. Effectivement, c’est le « cycle de l’azote », aucun être vivant n’y échappe, hormis le cas d’assomption (1 seul cas revendiqué!) o:)

    2. Sauf qu’avec la crémation il faut passer par le cycle du CO2 et l’enterrement pollue les nappes fréatiques, ne pensez vous pas qu’il y aurait moyen de trouver autre chose pour recycler les corps que l’enterrement ou la crémation.
      Par exemple un système comme les intestins des charognards. Et on ferait des économies d’énergie tout en générant des amendements pour l’agriculture.
      Si quelqu’un a déjà entendu parler de quelque chose de semblable je suis preneur.
      Ceci dit, il n’y a pas de vie sans mort, la mort fait partie du système vivant, c’est aussi simple que cela.

  15. « Travail » est un mot fourre-tout qui recouvre de nombreuses situations différentes, entre activité librement choisie, passion bien récompensée par la société, héritage, jusqu’au semi-esclavage ou jusqu’à la nécessité accablante. C’est un des mots-mensonge contre lequel s’insurge John K. Galbraith dans son livre-testament, écrit à plus de 90 ans, Les mensonges de l’économie, 10 euros, 120 pages et une heure trente de stimulante lecture accessible à tous.

    En fonction de quoi, la retraite ou pension change de nature !

    Pour des millions de gens, la retraite est une libération. Ou un rêve inatteignable de leur vivant.

    En 1900, les instituteurs français étaient retraités à l’age de 70 ans. 90 pour-cent de ceux qui atteignaient ce point mouraient dans les douze mois.

    Et il se dit que Bismarck, qui a inventé le système des retraites en fin de vie, du moins en Allemagne, aurait demandé à un statisticien: « Professeur, calculez-moi l’âge auquel je dois placer la retraite pour qu’elle ne me coûte rien. »
    – Bien, monsieur le chancelier.
    Quelques semaines plus tard, le professeur a rendu sa conclusion: 65 ans.

  16. Y peuvent se le mettre où je pense leur miracle.
    Les droits de l’homme sont fait pour céder la place aux droits de l’asticot (merci Desproges) et il n’en sera pas autrement ! Bonne journée.

  17. Autre chose, Paul:

    Je ne comprends pas la contradiction permanente dans laquelle je crois vous trouver, entre d’une part, votre côté militant et volontariste, qui vous fait déclarer vouloir travailler au sauvetage de l’espèce, « se retrousser les manches » etc, et par exemple dans cette vidéo, l’affirmation que vous pouvez diffuser des idées et influer sur le cours des choses,
    et, d’autre part,
    vos déclarations, récurrentes aussi, sur le fait que l’intention n’est qu’un mirage construit par le sujet humain après l’acte, ou, dans votre communication à Strasbourg devant l’AFPEP, ce paragraphe:
    Il n’y a pas là [le stade de l’assomption du moi dit « du miroir »] détermination par le Réel mais une représentation fictive et leurrée, même si elle est vraisemblable. Le point d’ancrage de la volonté subjective dont la conscience suppose, là aussi sur un mode leurré, qu’elle est le siège dans son action sur le monde, constatable dans des modifications du Réel, authentiques quant à elles.

    Comment mettez-vous ça ensemble ?

  18. Oh ben ça fait plaisir ces encouragements. J’ai eu un rendez-vous pas plus loin qu’hier pour envisager les possibilités de boulot pour septembre prochain car j’arrive au bout d’un CDD qui ne peut être renouvelé que six fois….. Première remarque de ce rendez-vous de deux heures (une véritable réquisitoire sur mon parcours) : « attention à votre âge, aurez-vous droit au chômage ? »

    Je suis quinqua « première tranche » (au sens propre et figuré)
    🙂

  19. Je ne suis pas à la retraite, à 63 ans bientôt et j’aime e que je fais ce qui est parfois important pour continuer !!
    J’ai pris le temps, mardi 25 à Poitiers, d’aller à une conférence gesticulée de Franck Lepage et Gaël Tanguy : « Travailler moins pour Gagner plus ».. ou l’impensé inouï du salaire…une autre histoire du travail et de la protection sociale…
    Vous pouvez les voir sur Youtube si cela vous chante :
    https://www.youtube.com/watch?v=cqIcOaKAX4k
    Dans la salle le public en terme d’âge était groupé en 2 tranche, les 20 – 30 ans et le 50-70 ans à 50/50..
    Comme ces sont des conférences interactives le public participe et nous ne voyons pas passer le temps de 19h à 23h30 !!!
    Elles sont en plus « instructives » !
    Amitiés

  20. Bonjour,

    Je confirme. A 30 ans je suis très régulièrement le blog depuis 2010. Néanmoins, comme j’aime contredire les statistiques, je me permets de rédiger mon 2ème commentaire sur le blog de PJ :

    Tout d’abord merci à vous Paul Jorion pour votre travail, le blog est vraiment nourrissant et c’est toujours un plaisir de vous retrouver pour « Le temps qu’il fait », comme ce midi autour d’une assiette de spaghettis.
    On peut dire que vous avez influencé ma vie -professionnelle- car vos idées m’ont conduit à y mettre un peu plus d’éthique. J’ai pensé à vous le jour où j’ai quitté après 2 ans un poste très confortable que j’avais au sein d’un grand cabinet de conseil américain pour faire les choses comme je l’entendais. La survie de l’espèce n’était pas encore sorti mais j’y pensais déjà ! J’espère avoir l’occasion d’en parler avec vous un de ces jours à Conleau car nous sommes voisins.

    Google Analytics n’est pas une fatalité !
    Les internautes un peu soucieux de leur vie privée peuvent utiliser des outils pour se protéger comme par exemple Ghostery que je recommande à tous les lecteurs du blog qui souhaitent se rendre invisibles aux yeux de « Big Brother », pour reprendre vos mots. https://www.ghostery.com Pour les plus radicaux, il y a même Tails : https://tails.boum.org

    L’univers du Livre change, l’information se numérise.
    Comme il est devenu notoire dans ma famille que j’appréciais Paul Jorion (et pas uniquement parce que nous portons les même pulls Saint James), j’ai eu droit à Noël dernier à un de vos livres. Je confesse de ne l’avoir pas encore ouvert. Ca arrivera, c’est promis.

    Merci à vous et à bientôt

    Alexandre

  21. Artisan depuis 1977, J’ai été mis à la retraite par le RSI (Régime Social des Indépendants) le 1er avril de cette année.
    Mis à la retraite parce que je ne peux plus bosser (le dos, plein le dos).
    37 année d’activitée artisanale, seul ou avec 2 compagnons en moyenne.
    Quand j’ai su ce que j’aurais, j’ai tout de suite cru a un Poisson d’Avril !
    397,90€ mensuel + 48€ (lorsque j’étais salarié)
    Formidable non ?
    Quand on parle de retraite par répartition ou capitalisation, qu’est-ce que cela veux dire ?
    Je n’ai jamais eu de gros revenu mais quand je pouvais me contenter de cela par contre le RSI ne me validait qu’un trimestre par année. Il n’y a pas de système de répartition avec ce RSI. Il eu fallut que je sois « prédateur », c’est a dire pour pallier a un système qui ne pouvait pas tenir debout, accélérer encore sa chute, épuiser le travail.
    La grosse foutaise, (je ne parle pas des salariés) , mais « de la première entreprise de France » L’Artisanat, pour qu’elle puisse perdurer il lui faut se démerder en contredisant totalement la loi, qui incite au travail non déclaré.
    Bon, Cher Paul, je vais avoir 62 ans mais je suis toujours au milieu de ma vie.

  22. A Juannessy

    Vous avez répondu à Pseudo Cyclique qui se plaignait des » babyboomers » dont je suis
    : Vade retro satanas sursum corda . Je ne suis pas certaine qu’il est vraiment compris ce que vous avez voulu lui dire. Mais on peut lui expliquer à la façon de Lamartine : c’est réellement pitié monsieur que d’ouïr votre conversation. Ne vous plairait-il pas de vous livrer à une discussion d’ordre plus élevée. Debout poète, parlons d’art. Sursum corda (haut les coeurs….)
    Cordiales salutations
    Eliane CHAPONIK

Les commentaires sont fermés.