Sommes-nous en guerre ?, par Roberto Boulant

Billet invité.

Sommes-nous en guerre ? Oui. Bien sûr.

Pas entre nous Français, surtout pas entre ‘communautés’ comme voudraient le faire croire les boutes-feu de tous bords, mais notre pays, nos armées, font la guerre dans quasiment toute l’Afrique sub-saharienne et en ce moment même, l’armée de l’air bombarde l’Irak après avoir bombardé la Libye sous la présidence Sarkozy.

Je ne me place pas là sur le terrain juridique. Je n’en ai pas les compétences et puis surtout, il est évident que le droit international peut être tordu dans tous les sens par les grandes puissances. J’en veux pour preuve l’exemple de l’invasion de l’Irak en 2006, qui est typiquement une guerre d’agression, interdite par les conventions internationales. Nonobstant, messieurs Bush junior et Blair peuvent dormir sur leurs deux oreilles, ils ne risquent certainement pas d’être traduits devant un tribunal (et ça n’est pas de l’anti-occidentalisme primaire, les Russes ou les Chinois font exactement la même chose).

Tout aussi évident, nous sommes maintenant dans un monde globalisé vivant au temps d’internet, de l’immédiateté, où un petit crobar dans un journal européen peut provoquer des émeutes en Afrique ou en Asie. Par conséquence et n’en déplaise aux militaires, il n’y a plus d’OPEX (opérations extérieures), toute action militaire hors de nos frontières est susceptible de se répercuter quasi instantanément, ici même.

En tant que citoyens, cette nouvelle donne devrait nous interroger à deux niveaux.

– Collectivement tout d’abord : la Constitution de la 5ème rend le Président de la République tout puissant en ce qui concerne l’engagement de nos armées. Si dans le cadre de la guerre froide et du gaullisme, cela pouvait se concevoir (existence d’une menace vitale demandant la plus grande réactivité politique), aujourd’hui ce pouvoir n’est-il pas tout simplement exorbitant ?

– Individuellement enfin : quelle est notre responsabilité ? Nous qui voyons nos armées combattre en Afghanistan, au Mali, en RCA, en Irak, en Libye, en Côte d’Ivoire et dans bien d’autres endroits. Nous qui oublions aussitôt l’annonce de la mort d’un soldat français (des professionnels, c’est donc un accident du travail) et qui laissons totalement libres nos gouvernants d’agir et d’intervenir selon leur bon plaisir, sans jamais demander des comptes (je pense notamment à la Libye transformée en arsenal, refuge et base d’entrainement pour djihadistes par l’intervention franco-anglaise) ?

Nous sommes blessés, accablés, meurtris par les effroyables tueries perpétrées par ces trois jeunes imbéciles. C’est normal.

Ce qui est par contre anormal à mon sens, c’est que nous soyons surpris.

La réalité, c’est quand on se cogne.

Partager :

136 réflexions sur « Sommes-nous en guerre ?, par Roberto Boulant »

  1. « Se montrer intraitable sur nos valeurs » écriviez-vous dans le post précédent. Oui… mais quelles valeurs? Celles de la République? Liberté Egalité Fraternité. Ou celle de Tina: que le plus malin gagne (beaucoup d’argent) -et son corollaire: détruire le monde-?
    « Nous sommes en guerre ». Peut-être. Mais contre qui? Quand François H-à-la-cote-de-popularité-en-hausse va-t-il déclarer la guerre à la finance, « mon ennemie » (Le Bourget, 2012)?
    Pour le reste, effectivement, l’anormal est que nous soyons surpris. La question n’était pas de savoir si cela devait arriver mais où, quand et comment. Un peu comme une catastrophe nucléaire en France (une soixantaine de réacteurs en fin de vie: heureusement -merci Ségolène- en voie d’être remplacés par des Super Phénix -pardon, « Génération IV »-).

  2. Souvent difficile de reprendre ses esprits après s’être cogné, et même une fois remis, c’est toujours aussi dur…
    Pas évident d’ouvrir clairement les yeux face aux malheurs que son pays et ses congénères provoquent.

  3. « La réalité, c’est quand on se cogne. »

    ça, si je l’ai pas écrit vingt fois ici…..

    Ce qui me semblait extraordinaire, c’est la bulle paisible dans laquelle la France semblait être alors que le Monde alentour était en feu.

    Nous avons juste été remis brutalement au diapason du reste….

    1. Les prises de consciences font toujours un peu mal. C’est le principe de la mue. Je suis d’accord avec vous.

    2. (…) au diapason du reste

      J’ai idée que nous sommes encore assez discordants et qu’il nous faudra encore plusieurs « chocs » pour être accordé au reste ! 🙁

      Sur le fond, l’engagement de l’armée française en Irak sous la bannière ONU à l’époque de l’autre François nous a hélas mithridatisé en matière « d’opérations extérieures ».

      Ce que fait notre pays avec son armée aurait dû (et depuis longtemps) être débattu publiquement et non pas moutonnesquement validé par le parlement, godillot par construction constitutionnelle.

      Espérons que le coût exorbitant, au regard des résultats obtenu, de ces « opex » aura raison :
      – soit de la république n°5 (comme l’indo / algérie a eu raison de la n°4) nous forçant à une n°6 que l’on peut rêver mieux adaptée aux temps,
      – soit, au moins, de ces démonstrations puériles de virilité, laissant la voie ouverte au traitement des problèmes critiques résumés par le mot « soliton » de P.J.

  4. Mais où étaient les citoyens au lendemain du 7 février 2008 ?
    Vous vous souvenez, après l’adoption du Traité de Lisbonne par nos parlementaires réunis en Congrès, annulant le vote référendaire des citoyens qui ont rejeté le Traité Constitutionnel Européen, le 29 mai 2005 par 54,68 % des votes.
    Depuis, cette trahison je ne participe plus à la mascarade des scrutins, des débats politiques…..
    Les partis politiques et leurs représentants sont le problème, non la solution.
    J’attends l’irruption du peuple dans ce jeu de quilles.

  5. La guerre est continuelle. Celle-ci est stupide, provocations gratuites, quasi univoques de Charlie Hebdo…

    Rappelez-vous l’affaire Siné. Qui fait réfléchir grave, sans parler de Godgiven.

    On peut même trouver étonnant qu’il n’aient pas croqué en couverture une scène montrant le dieu des musulman se faire sodomiser par un crayon… Vraiment… En attendant qu’un caricaturiste de l’autre bord dessine Mademoiselle Laïcité en train de se faire déchirer dans une partouze pour cause de vol colonial….

    Qu’on puisse prendre parti pour une côté ou un autre : l’horreur, la stupidité.

     » On ne fait pas aux autres ce qu’on ne voudrait pas pour soi-même » Tout le reste est littérature.

    Et ce blog prête si bien le flanc au mot de Wolinski.

    « Je suis un con… Mais quand je vois ce que les gens intelligents ont fait du monde »

    1. « Je suis un con… Mais quand je vois ce que les gens intelligents ont fait du monde »
      En littérature, c’est une figure de style…
      « Figure de rhétorique par laquelle on dit le contraire de ce qu’on veut faire comprendre. »

      1. Eh oui, si on veut amener de l’eau au moulin du dénigrement des crétins branchés de Charlie.

        Sans oublier, comme disait mon pote barman ; « qu’il est difficile savoir distinguer entre qui a bu et qui est simplement stupide ».

        Ou entre un crétin éduqué et un ambitieux machiavélique…. et leurs mélanges

        Seuls les autodidactes et ceux qui ont fait leurs preuves sur le terrain sont statistiquement dignes de confiance. Comme par hasard, un système socialisant à la française les refusera…

        Plutôt que se perdre dans des arguties sur guerre ou pas il serait peut-être utile de vous intéresser au réel. La méfiance ne fait pas le moine, non plus que c’est dans les vieilles casseroles qu’on devient forgeron.

        De l’extérieur la France apparaît trop comme un cas perdu. Ça me fait de la peine.

      2. Oui, certes, mais comme ils font partie aussi du Monde, il faut bien faire avec.
        Au reste, ils nous aident à faire la différence.
        Dans l’obscurité, on allume une bougie.

      3. Parce que les catastrophes sont les fêtes des pauvres.

        Et vous, seriez-vous inaccessible à toute forme de Schadenfreude ?

      4. De l’extérieur la France apparaît trop comme un cas perdu. Ça me fait de la peine.

        C’est bien la réaction d’un « autodidacte qui a fait ses preuves sur le terrain » , et ce qui est valable pour la France est également valable ailleurs.
        Il faudrait un peu arrêter cet égocentrisme, ce n’est ni mieux ni pire en France qu’ailleurs, ce n’est qu’une question de point de vue.

      5. Le coup du « réel » ( que celui qui en parle est forcément le seul à connaître ) , ça me rappelle quelqu’un qui raisonne comme un disque rayé sur un autre blog ( qui semble à l’heure qu’il est en panne d’hébergeur comme celui du site de France Inter ) .

      6. @ juannessy:
        Le coup du « réel » ( que celui qui en parle est forcément le seul à connaître )
        (C’est moi qui souligne.)

        N’exagérons rien! Le réel est une catégorie, distincte de la réalité, bien établie depuis Jacques Lacan.
        Et il a précisément une part (à jamais) inconnaissable.

      7. « Parce que les catastrophes sont les fêtes des pauvres. »

        Jean-Jacques Monier, non mais je rêve ! (Même si je crois comprendre ce que vous voulez dire par là, je trouve vos propos indécent.)

        Allez dire ceci aux rescapé(e)s de Katrina mais je vous en prie, pas ici.

    2. Votre commentaire met le doigt sur un point : ou sont les caricaturistes musulmans?? cette religion qui enfanté et toléré de grands poètes qui se permettaient le luxe d’être irrévérencieux à une époque ou nous rampions encore sous le joug de l’inquisition? On aimerait voir des caricatures enragées de nos laicards plutôt que des manifestations violentes de la part de ces musulmans qui se disent insultés sans être pour autant intégristes (et si le dessins leur pose problème libre à eux de choisir un autre media). Amis musulmans critiquez nous, moquez vous de nous! Bref offrez nous la chance de nous remettre en question en dénonçant nos travers et nos incohérences!

      1. @Dup
        Ils ne caricaturent pas la laïcité chez nous car ils estiment qu’ils ne peuvent tout simplement pas rivaliser dans ce domaine avec certains de nos propres laïcards!
        Cordialement.
        Steve

    3. provocations gratuites, quasi univoques de Charlie Hebdo…

      Avez vous suivi le procès des caricatures en 2008 ?
      Si oui vous sauriez qu’un des moments forts a été la tirade de la défense
      qui, dessins à l’appui, a notamment montré que le journal, loin d’être univoque, s’en prenait à toutes les confessions et que la plus mal traitée n’était certainement pas la musulmane.
      L’avocat a pu dire à cette époque que si les plaignants voulaient une égalité de traitement, ils risquaient d’être déçus ! et qu’en réalité ils réclamaient un traitement de faveur. . .

      Je vous invite à aller voir le très riche documentaire sur ce procès qui est ressorti en salle mercredi dernier :
      « C’est dur d’être aimé par des cons » de Daniel Leconte

  6. J’ai un peu de mal avec les explications géo-politiques de ce qui vient de se produire en France. Je crois qu’il est juste de demander des comptes a nos gouvernants pour les « OPEX », en particulier dans des cas comme la Lybie, mais l’explication des actes terroristes est essentiellement ailleurs, en particulier dans le phénomène religieux. L’article de Mediapart sur les lectures des djihadistes est édifiant a ce sujet (abonnes uniquement malheureusement) -> http://www.mediapart.fr/journal/international/170115/plongee-dans-les-lectures-des-djihadistes-des-attentats-de-paris.

    Je crois surtout a la responsabilité des intellectuels. Depuis le « et pourtant, elle tourne! » de Galilée, la question de responsabilité de tenir un discours intelligent est posée, a la fois pour celui qui tient le discours et pour ceux qui l’écoute. En fait, je suis en train d’évoluer sur la question de savoir si on peut rire de tout, ou même parler de tout. De la même manière qu’on n’aurait pas idée de parler de la non-existence du Père Noel devant des enfants, ne devont nous pas une forme de respect aux croyants? Par respect pour la bêtise, je pense que l’intelligence devraient être un peu mieux encadrée, et les abus plus sévèrement punis. Je plaisante un peu, mais peut être serait-ce judicieux de ne pas afficher de caricature de Mahomet en une, et de réserver cela pour les pages intérieures, vu le chaos que cela entraîne dans le monde.

    1. CECI EST UN MESSAGE DE PAIX.

      NE CROYEZ PAS CEUX QUI DISENT ËTRE EN GUERRE.

      N’HUMILIEZ PAS VOTRE ENNEMI. NE LE FUYEZ PAS. REGARDEZ LE.

      TENDEZ LUI UNE MAIN FERME QU’IL PUISSE LA SAISIR.
      QUAND ON EST DANS L’OBSCURITE, ON PEUT AVOIR PEUR ET C’EST PROBABLEMENT LE CAS.

      N’ALLEZ PAS CROIRE QUE NOUS SERIONS CEPENDANT DANS LA LUMIERE.
      QUI HUMILIE ET RIDICULISE EN SACHANT CE QU’IL FAIT NE PORTE PAS DE LUMIERE.
      RESPECTER L’AUTRE DANS SA DIFFERENCE.
      C’EST ÇA VIVRE ENSEMBLE.

      INTERROGEONS NOUS. NE DISONS PAS « C’EST L’AUTRE ».
      N’Y A – T’IL RIEN DANS NOTRE HISTOIRE QUE NOUS POURRIONS REGRETTER?
      N’AVONS NOUS JAMAIS AGRESSER UN AUTRE PAYS OU TENTER D’EN SOUMETTRE D’AUTRES AU NOM DE NOTRE CIVILISATION ET DE NOS VALEURS.

      ET MAINTENANT? ET MAINTENANT?

      PRENDRE SON COURAGE A DEUX MAINS, PARLER AVEC EUX.

      DIALOGUER SANS CESSE ET SANS RELÂCHE

      IL Y A SUREMENT DES PERSONNES QUI PEUVENT FAIRE LE LIEN.

      IL N’EST PAS POSSIBLE DE LAISSER LE FOSSE SE CREUSER PLUS ENCORE.

      S’IL EST POSSIBLE DE LIBERER DES OTAGES, IL EST SUREMENT POSSIBLE DE PARLER AVEC LES PRENEURS D’OTAGES.

      PARCE QU’IL EST IMPOSSIBLE DE NE PAS PORTER LA LUMIERE SI TOUTEFOIS ON L’A PORTE.

      CELA DEMANDE DE NOTRE PART BEAUCOUP D’ HUMILITE.

      NOUS AVONS SUFFISAMMENT D’EXEMPLES. NELSON MANDELA – MARTIN LUTHER KING – GANDHI

      INSPIRONS NOUS DE CEUX QUI PORTERENT LA LUMIERE.

      JE VEUX BIEN EN ÊTRE.

      1. il nous est hélas impossible de saisir notre courage à deux mains tout en en tendant une à nos ennemis…. Les personnages que vous citez ont pour la plupart été assassinés… Je vous renvoi ‘a l’article si dessus : « c’est quand on se cogne »….

      2. PARCE QU’IL EST IMPOSSIBLE DE NE PAS PORTER LA LUMIERE SI TOUTEFOIS ON L’A PORTE.

        CELA DEMANDE DE NOTRE PART BEAUCOUP D’ HUMILITE.

        Se poser comme porteur de lumière et faire montre d’humilité me semble un tantinet contradictoire.
        D’ailleurs les illuminés aussi se croient porteurs de lumière.

        Et puis Michel Audiard, tiens; « Je ne parle pas aux cons, ça les instruit »

    2. la lecture « religieuse » des faits de terrorisme est une erreur. D’une manière générale l’explication du fait religieux n’est pas au ciel mais dans la société humaine. A l’époque du capitalisme déclinant l’alternative est plus que jamais celle de Rosa Luxemburg « Socialisme ou barbarie ».

    3. De la même manière qu’on n’aurait pas idée de parler de la non-existence du Père Noel devant des enfants, ne devont nous pas une forme de respect aux croyants? Par respect pour la bêtise, je pense que l’intelligence devraient être un peu mieux encadrée, et les abus plus sévèrement punis.

      Vous avez des enfants? Et vous leur avez fait croire au papa Noël?
      Votre humour même me semble quelque peu suffisant.
      La croyance n’est pas forcément question d’intelligence ou de manque, ou croyez-vous que les théologiens de toutes les religions ne sont que des crétins?
      Vous dites qu’il faudrait « encadrer » l’intelligence, la votre paraît en effet s’y prêter.
      Salutations ignares.

  7. Où va une partie de vos impôts ?
    Ce livre contient un message clair et pacifique :
    La Désobéissance civile de Henry David Thoreau

  8. Désolé pour ceux qui m’ont déjà lu, mais cela me paraît tellement important:
    La cause des causes est dans la gestion économique, sociale et écologique de la planète.

    Elle obéit à la logique du système capitaliste, et à la sacralisation de la propriété privée des ressources. Selon cette logique, chacun est amené à exploiter les économiquement plus faibles que lui.
    De ce fait la société mondiale se structure en une pyramide, au sommet de laquelle on trouve une poignée d’hyper fortunés toujours plus fortunés
    A la base se retrouvent, toujours plus nombreux, les inutiles au système, qui se réfugient dans des religions portant la haine des valeurs de ceux qui les ont mis là ou ils sont.

    Le problème est que personne ou presque, n’est prêt, et donc ne l’envisage encore moins, à remettre en question la propriété privée des ressources, préalable indispensable à toute solution réaliste. On en discute même pas.

    1. A la base se retrouvent, toujours plus nombreux, les inutiles au système, qui se réfugient dans des religions portant la haine des valeurs de ceux qui les ont mis là ou ils sont.

      Pas sûr en ce qui concerne les religions portant la haine etc…
      C’est peut-être un raccourci.
      Mais est ce que je comprends bien ce que vous exprimez?

      1. Je veux dire que lorsque l’on est exclu du système, et réduit à la misère noire, sans aucun moyen de s’en sortir, il n’y a pas 36 solutions, et toutes sont extrêmes.
        Certains choisissent une « religion » (j’ai ajouté des guillemets pour n’offenser personne), car il faut bien croire en quelque chose…

        Si les religions ne portent pas la haine, elles portent une sacrée hypocrisie… au bout de laquelle se trouve la violence.

        Le système capitaliste des rentiers, dont finalement tout le monde semble s’accommoder, est une machine à exclusion. Inutile de chercher un solution dans un tel système, à part la ridicule charité face aux problèmes qui se développent. Il n’y en a pas.
        Mais on continuera d’en chercher, car il faut croire en une solution miracle, à défaut de voir la réalité en face! Voila plus de 40 ans que ça dure, et… on recule.

      2. @juannessy19 janvier 2015 à 14:44

        Je crois pas . Vous allez finir de désespérer Dominique Gagnot .

        Non, il y a longtemps que c’est fait!

        Mais vous avez dit un mot essentiel « garder espoir ». En fait c’est ça qui vous préoccupe: trouver des raisons de garder espoir, même si elles sont bidonnées.

        On a essayé tout ce qu’il était possible d’essayer pour garder espoir, depuis 40 ans:
        « Aides » aux quartiers en difficulté, « aides » aux damnés de la terre (tout en construisant des grillages pour qu’ils ne viennent pas trop nombreux, quand même), etc. etc. Tous les curés s’y sont mis. Et quel résultat: rien. Partout le mal s’aggrave. Et on cherche encore et encore des nouveaux « plans » pour garder espoir. Car tant que nous, nous ne sommes pas physiquement touchés, tant que nous savons que ce soir nous ne dormirons pas dehors, garder espoir nous suffit.

        Alors que le problème est excessivement simple! Mais on ne veut pas le voir.

        Je précise pour ceux qui n’ont pas encore lu le texte en lien sous mon nom, qu’ils aillent le voir. Il ne s’agit pas de se saigner, comme certaines religions aiment à le laisser penser… pour que la pyramide sociale ne soit pas bousculée. Il s’agirait d’une redéfinition complète du système économique, et de la propriété des ressources.

  9. Très bel article bravo

    Cela pose une nouvelle fois la toujours vieille question de la démocratie et de la représentativité. On délègue, on délègue, on paye (plutôt bien) des gens pour cela et puis l’on s’étonne que des décisions sont prises contre ce que l’on aurait souhaité (c’est valable dans tous les domaines; économie, militaire, écologie, éducation, budget, impôts…)
    L’impôt justement.
    Desproges disait « Pour les missiles antimissiles, il y a les impôts. Pour le cancer, on fait la quête. »

    Cela pose aussi le problème de la nation et des frontières disparues

    il n’y a plus d’OPEX (opérations extérieures)

    Comme le dit Régis Debray dans « Éloge de la frontière », quand il n’y plus d’extérieur il n’y a plus d’intérieur.

    Donc … ? vite une VIè République et des débats citoyens pour re-écrire une constitution
    On ne fera rien de profond sans changer les institutions

    On peut rêver, mais sans rêve, pas de moteur

      1. Je suis d’accord. Mais si cette constitution ne précise pas que les Ressources sont propriétés collective, et non plus propriété privée, c’est fichu d’avance, car le pouvoir est dans la propriété des Ressources.

  10. Bonjour
    A mon âge, ça fait des lustres que je ne suis plus surpris, et que je ne me cogne plus à la réalité.
    Plus du tout surpris par la fourberie des politiciens.
    Je ne suis pas (le titre de cette article), mot principal trop négatif pour conserver un esprit harmonieux.
    Je ne suis même pas en lutte contre les gouvernants.
    Je suis en action pour remplacer les inutiles et dangereux politiciens (de tous poils), par une authentique démocratie qui mettra les gens compétents en charge de proposer et d’appliquer les souhaits de la population.

      1. J’avais lu  » je suis en action… » et c’est ce qui m’a poussé à en savoir plus.

        Pour ce qui me concerne, je donne la priorité à tout ce qui contribue à ramener du fric dans les caisses publiques .

        Pour permettre le reste .

  11. Bon article qui apporte la mise en perspective géopolitique sans laquelle l’attaque de Charlie Hebdo resterait cantonné au vase clos d’un débat de politique intérieure et de société.
    En intervenant à tout va au Moyen-Orient depuis Sarkozy, la France s’est embringuée dans un conflit dont elle tait le nom, mais qui s’inscrit volens nolens dans la politique néo-con du choc des civilisations.
    De plus son choix tactique de soutenir, aux côté des EU et de la Grande Bretagne, les milices salafistes et takfiristes en Syrie avait été longuement décrié par quelques voix solitaires. Ce sont ces mêmes mouvances qui au travers des frères Chouaki et d’Amédy Coulibaly ont frappé son territoire.
    Ces derniers sont à la fois une création de la société française et de ses cloisonnements ethniques et sociaux et du Djihad globalisé avançant de front avec la globalisation néo-libérale, comme l’explique Barber dans Jihad et Mac Donald’s.
    La direction politique française a cru pouvoir cloisonner les dimensions intérieurs et extérieures de sa politique mais voilà qu’un sanglant évènement lui en révèle les interconnections. C’est peut-être ça la réalité contre laquelle elle s’est cognée alors qu’elle croyait que son territoire était sanctuarisé et que sa politique extérieure ne pourrait pas avoir de retombées directes sur son territoire.

  12. Bien vu.
    Mais faudra-t-il prévoir un référendum chaque fois que la nécessité d’intervenir se posera ?
    A supposer que la consultation du Parlement devienne un préalable, quid en cas d’urgence ?
    Sur le fond, il semble important de revoir les modalités de la représentation nationale, aujourd’hui aussi impuissante que pléthorique et coûteuse, de fond en comble, bref de transformer nos institutions.
    Rien que ça.

    1. Bien distinguer guerre offensive et guerre défensive

      Quand au concept fumeux de guerre préventive ??
      Rôle et efficacité de l’ONU ?
      Vous avez quatre heures.

  13. Quelle conclusion ? La réalité, c’est donc que nous ne vivons pas dans la réalité.
    Un mort, un vivant, sur terre, n’a pour nous qu’un poids inversement proportionnel à la distance qui nous en sépare. D’ailleurs, personne ne pleure Cherif, Saïd et Amely. L’humanisme est un combat de chaque jour. Un combat sur-humain.

    1. C’est effectivement la conclusion implicite que je voulais donner à ce texte. Au-delà de l’égoïsme, notre incapacité fondamentale, biologique, à sortir du schéma ‘nous et les autres’, voir comme les extrémistes de tous poils, ‘nous contre les autres’.

      La terrible phrase de Staline est malheureusement exacte : la mort d’un homme est un drame, celle d’un million d’hommes, une statistique. Notre humanité est arrivée à un stade de développement inédit, nous sommes maintenant obligés de changer notre vieux logiciel légué par l’évolution. Ce mélange d’intelligence, d’agressivité et …d’inhumanité, a été formidablement performant. à tel point qu’un éventuel observateur extérieur n’aurait peut-être pas parié sur les chances de survie de nos ancêtres, fragiles primates dépourvus d’armes offensives comme crocs ou griffes, ou défensives comme masse ou rapidité.

      Alors quelle conclusion rajoutée à ce texte ? La remarque sur la réalité est exacte, mais peut-être moins profonde que celle du combat surhumain pour l’humanisme. Car c’est là la clé de notre survie en tant qu’espèce. Nous devons évoluer, au sens de la théorie darwinienne qui ne prend pas en compte la morale, nous devons nous adapter… au monde d’artefacts que nous créons et qui change de plus en plus profondément et de plus en plus rapidement. Mais outre l’aspect temporel inédit qui voit passer l’unité de compte du million d’années à l’année, se pose le problème du ‘verrou logiciel’. Une image maladroite pour dire ce que tout un chacun peut voir avec un minimum d’honnêteté, que gagner un peu en humanisme demande des efforts incessants, alors qu’ils nous est dérisoirement facile de lâcher prise et de devenir inhumain sous les coups de la peur et de la douleur.

      Je serai donc tenté par une conclusion parcellaire en trois points principaux (et déclinables), basée sur la nécessité vitale de nous auto-adapter à nous-mêmes :

      – le legs de l’Évolution n’est plus du tout adapté au monde que nous avons créé,

      – nous n’avons dans l’immédiat, d’autres choix que la fuite en avant. Rester tels que nous sommes, c’est nous condamner à disparaître. Si c’est déjà miracle qu’il n’y a pas eu de guerre nucléaire, notre mode de développement basé sur la prédation des écosystèmes ne nous laissera lui, aucune chance.

      – prendre vraiment conscience de notre fragilité sera peut-être notre meilleure chance pour nous survivre. Fragilité de l’individu que la douleur peut transformer en bête humaine et fragilité de nos sociétés confrontées au futur, qui tant qu’il ne sera pas pensé sur le long terme, ne sera qu’une fuite en avant dominée par le hasard.

      1.  » le legs de l’Évolution n’est plus du tout adapté au monde que nous avons créé, »

        Contrepoint aporétique brut de sciage, juste pour éventuellement stimuler la réflexion.

        https://www.youtube.com/watch?v=B1t_o_CMA_E vers 40′ : lamarxisme 🙂

        Nazisme hitlérien/culte du chef/Fukuyama(fin de l’histoire)/évolution sélective (néo-darwinisme, barrière de Weismann, culte du chef, l’organisation dirige la fonction, génétique, Platon)/…
        vs
        Communisme stalinien/lamarckisme(affaire Lyssenko, évolution instructive -importance de l’histoire-, la fonction dirige l’organisation, épigénétique, Aristote)/…

        Synthèse?

        http://www.maths.ed.ac.uk/~aar/papers/thom/data/citations.pdf

        Nb: Darwin était lamarckien (il avait compris/intuité la supériorité de l’efficacité de l’adaptation instructive -transmission des savoirs- par rapport à l’adaptation sélective) et a tenté d’expliquer le lamarckisme par sa théorie des gemmules.

      2. « L’idéologie dominante est celle de la classe dominante .K.Marx »

        Merci à kommunist (commentaire 30).

      3. @BB

        Purée, Basic, là vous abusez gravement! ça sert à quoi ce confusionnisme, ce refus de bosser et ces éternelles génuflexion devant Thom?

        (et dire que que je perds mon temps à vous répondre… Lorsqu’on a le cerveau téflonné par un tel rabâchage unilatéral, c’est de la salive gâchée, non? -me dis-je à moi-même… Même dans les madrassas du Warziristan ils vont pas aussi loin avec leur saint bouquin)

    2. « La réalité, c’est donc que nous ne vivons pas dans la réalité. »
      Et quatre lignes d’une grande densité ; une présence, et dans cette présence, une pensée. L’art poétique ne s’élabore pas autrement.

      Du trop de réalité : Annie Le Brun.

    3. En effet, je crois que ces hommes ont une famille et des enfants à qui il manquera un père, commençons par nier leur chagrin et se sera le début du processus d’endurcissement qui en feront de redoutables combattants… Si on reste capable de les pleurer et de les compter parmi les victimes alors peut être que « Tout est pardonné »…

    4. S’xuse mon pote j’ai plus une larme pour Adolphe, Hermann, Rudolph, Eva et consorts, sniff! Le chien du gars à moustache, j’ai oublié!

  14. Texte lucide et vraiment instructif des réalités morales nouvelles de notre temps. A propos de la « toute puissance » du Président de la Vème République, il faut aller jusqu’au bout de la réalité du fait pour en anticiper les conséquences présentes et à venir.

    En tant que chef de l’État et non des institutions de l’État, le Président de la République est en France nécessairement responsable par sa personne physique de l’effectivité de la justice intérieure et de la justice extérieure. Il doit porter sur sa personne, par la représentation de son corps qui parle à tous ses concitoyens, dont ceux qui travaillent à la défense nationale, la réalité du droit des personnes à l’intérieur et à l’extérieure de la souveraineté française. La présidence française n’est pas une société ou une entité anonyme comme les holding bancaires ou la Commission Européenne ou les états-majors des organisations multinationales à but lucratif ou non lucratif.

    L’acte fondateur de la République Française depuis septembre 1792, c’est la responsabilité physique du chef de l’État qui met sa tête en jeu dans l’exercice de ses fonctions d’État. Louis XVI est monté sur l’échafaud par l’ontologie du pouvoir dont il était investi de ses compatriotes. Pétain est allé devant le tribunal de la République pour en avoir suspendu l’existence en tant que Chef de l’État Français. La présidence de la France est une réalité physique avant d’être une institution définie par la constitution écrite. C’est la raison pour laquelle aucun politique réaliste et sensé ne propose de revenir sur l’élection du Président de la République au suffrage universel.

    Par son élection au suffrage universel, le Président de la République Française est symboliquement et corporellement lié à la personne de chaque citoyen français et de chaque citoyen du monde qui reconnaît le contrat social politique français. Pourquoi tant de chefs d’État étrangers ont-ils défilé avec François Hollande après les attentats contre la démocratie française ? Pourquoi François Hollande remonte de 10 points dans les sondages de popularité après une agression contre la chair des citoyens français ? Pourquoi les militaires français sont très souvent reçus comme des libérateurs dans les pays où ils sont envoyés par décision du Président de la République Française ?

    Pour évaluer l’institution présidentielle française, nous ne pouvons pas ne pas différencier d’un coté, le fait désiré par le peuple français de la démocratie incarnée par le président chef de l’État élu au suffrage universel et de l’autre coté, les procédures de la démocratie. Comment en effet les institutions et les procédures de la démocratie française doivent porter et éclairer la responsabilité du Président de la République ? Comment le Président de la République Française peut conduire la défense des droits humains au-dedans et au-delà du périmètre légal de la souveraineté de la France ? Comment le Président de la République Française peut ne pas être l’otage des banques sans nationalité et des intérêts financiers hors sol ?

    Pour que chaque citoyen français, chaque citoyen d’Europe et chaque citoyen du monde puisse financer par sa responsabilité personnelle physique la responsabilité du Président de la République Française, comme des autres présidents de démocraties véritables, il faut redonner le contrôle des monnaies aux États souverains. Il faut que la responsabilité des politiques soit financièrement délimitée et localisée par des zones monétaires attachées à des pouvoirs constitutionnels mettant en œuvre les procédures de la démocratie au coeur-même des transactions financières. Il faut que la monnaie soit l’unité de compte de la justice universalisable par des souverainetés financièrement différentiables. Donc il faut renverser par la Loi la dictature globale de la ploutocratie libertarienne.

      1. J’attends la réponse avec intérêt , mais je ne voyais pas le dernier paragraphe de PSDJ sous ces traits .

      2. Il y a des idées et des réflexions intéressantes chez Maurras qu’il faut comprendre par rapport à la première moitié du XXème siècle. Or nous sommes au XXIème dans un contexte radicalement transformé par la globalisation numérique et le village mondial. Les diatribes de Maurras n’ont pas eu beaucoup d’effet sur la financiarisation du monde et sur l’effacement de la politique au profit de l’économisme consumériste.

    1. PSDJ, je ne comprends pas ce que vous voulez dire. Trop long, et souvent ambigu.
      Le président de la république responsable sur sa personne physique?? Vous ne voyez pas qu’un type comme Sarkozy est toujours en liberté, et risque de revenir, après tous ses actes irresponsables et au mépris du pays? (il n’est pas le seul, mais il a battu un record)

      Si vous voulez dire qu’il faut remettre des frontières pour que les peuples puissent exercer un pouvoir à l’intérieur, et que le pouvoir passe par le contrôle de la monnaie, ben oui évidement.
      Et la propriété des ressources, à qui?

      1. @Dominique Gagnot

        Il est un principe dans le droit français qu’il n’existe aucun pouvoir d’aucune nature qui ne soit incarné par des personnes physiques. Aucun intérêt individuel ou collectif ne peut exister en droit s’il n’est représenté par une personne physique identifiable qui réponde sur son patrimoine propre des intérêts au nom desquels elle agit. Notre principe de la représentation incarnée de tout intérêt est progressivement mis de coté dans la globalisation au profit de la pratique anglo-saxonne de la titrisation. Pour qu’un intérêt existe, il suffit de le représenter par un titre nominal derrière lequel les vrais bénéficiaires protègent leur patrimoine de toute perte consécutive à des engagements ou obligations non remplis.

        Le nominalisme anglo-saxon a été adopté par les élites politiques et financières françaises de pouvoir afin de jouer avec les procédures de la démocratie sans en subir aucune conséquence économique personnelle. Même si les pouvoirs politiques et financiers prétendent malgré tout à servir le bien commun, le nominalisme juridique et politique a pour conséquence que les discours et les promesses n’ont plus de prix calculable ; la titrisation cache la réalité du capital mis en jeu dans la décision et dans l’action. Dans ce système du capital libre de la loi, la masse des dettes financières publiques et privées n’est pas contrôlable : les gérants financiers des sociétés politiques et commerciales anonymes ne subissent aucun coût direct des erreurs ou des engagements non tenus.

        Pour restaurer une responsabilité morale, politique et financière, il faut effectivement enregistrer toute propriété du capital et réguler l’allocation du capital disponible à la garantie de toutes les dettes engagées dans l’intérêt général au service de tous les intérêts particuliers conformes au bien commun. Pour que le capital soit effectivement rendu disponible là où il est nécessaire par ceux qui le détiennent effectivement, il faut nécessairement une puissance publique impartiale et objective pour taxer le capital improductif et le mettre à disposition des producteurs effectifs de biens et services réels.

        L’allocation du capital aux investisseurs privés et publics qui empruntent pour vendre à terme des biens et services réels se fait par le marché financier. La légalité des investissements de capital et leur conformité à l’intérêt général n’est contrôlable que par la puissance publique issue de la démocratie. La légalité du capital investi est matérialisée par la monnaie qui est par nature signalement quantitatif de la liquidité juridique d’un engagement de la réalité à crédit. Un système monétaire et financier non arbitré par le gouvernement de la Loi est une fiction économique nécessairement instable. Mais il ne suffit pas qu’une gouvernance anonyme dialogue avec une banque centrale pour que la monnaie matérialise la légalité du capital. Il faut que la gouvernance soit incarnée par des personnes physiques engageant leur capital personnel. Un responsable politique n’est responsable de rien si son corps physique n’est pas associé aux décisions qu’il prend et si son patrimoine n’est pas explicitement affecté par les mauvaises décisions qu’il prend ou par les abus qu’il commet.

      2. @ Pierre Sarton du Jonchay 20 janvier 2015 à 15:20

        Un responsable politique n’est responsable de rien si son corps physique n’est pas associé aux décisions qu’il prend et si son patrimoine n’est pas explicitement affecté par les mauvaises décisions qu’il prend ou par les abus qu’il commet.

        Ah oui, 120% d’accord !

        Mais plutôt que de taxer le Capital, pour qu’il aille s’investir comme on le souhaite, ce qui aboutit a des usines à gaz, ne serait il pas plus simple que la collectivité gère directement le Capital, en en détenant la propriété, (ce qui ne passe pas nécessairement par la spoliation des actuels propriétaires…)
        et, contrairement aux « systèmes communistes » connus, qu’elle en cède la propriété d’usage aux entrepreneurs, motivés par la réussite de leurs entreprises (comme actuellement)?

        Ainsi, de par la propriété du Capital, la collectivité peut piloter l’économie de sorte à ce qu’elle réponde aux besoins réels (et non plus solvables), de plus elle tire une rente de cette propriété (à la place de l’oligarchie actuelle),.
        L’efficacité des entreprises reste celle de l’entreprise privée, motivée par les revenus qu’en tirent les entrepreneurs.

        En fait, cela revient à remplacer l’oligarchie par le peuple. Et n’est ce pas ce que nous souhaitons ?

        Que pensez vous de cette proposition?

    2. « financièrement différentiables »
      Financièrement différenciables.

      Le lien (audacieux) entre différenciation cellulaire et différentiation des fonctions a été fait par Thom en biologie. Pourquoi pas en finance (je n’y connais rien)?

      1. La théorie des catastrophes élémentaires est une théorie de l’analogie qui permet des analogies pour moi profondes entre biologie, sociologie/anthropologie, psychologie et linguistique*.
        La catastrophe « économique » d’échange réciproque (à la Dominique Temple) est pour moi typiquement la catastrophe double cusp que Jean Petitot associe (pour cette raison?) à la formule canonique du mythe de Lévi-Strauss (échange symbolique?). Elle est très compliquée alors même qu’elle ne concerne que quatre actants, alias deux actants possédant chacun un « avoir » à échanger.

        La théorie des catastrophes élémentaires est une théorie qualitative et locale. Je ne vois pas du tout comment la faire intervenir quantitativement dans la finance globalisée actuelle. Ce dont je suis quasi-certain c’est que la localisation (et par suite la stratification -barrières douanières en économie?-) est dans la théorie thomienne un impératif de stabilité structurelle.

        * par exemple sujet/verbe/objet, endoderme/mésoderme/exoderme, réel/symbolique/imaginaire sont analogues pour Thom car associés à la catastrophe « fronce » (y a-t-il un triplet économique ou financier analogue?)

  15. « Sommes-nous en guerre ? Oui. Bien sûr ».

    Mais une guerre totalement asymétrique, sous tous ces aspects. C’est bien connu : inutile de développer. J’en retiendrai seulement deux aspects qui donnent aux Djihadistes une longueur d’avance que – je le crains – nous ne serons jamais en mesure de rattraper: 1) « zéro mort » dans nos rangs, d’un coté, et de l’autre, le culte de la mort rédemptrice (le martyr) 2) Le respect (parfois (très) relatif, je veux bien, mais quand même !) du droit de la guerre et du droit humanitaire, d’un côté, et de l’autre, la violation massive et systématique de ces droits.

    Ce qui m’amène à la réflexion suivante.

    Que se serait-il passé si l’Occident (les pays européens et/ou les USA et/ou l’OTAN) avait forcé Israël à ne pas coloniser la Cisjordanie ; n’avait pas armé les Talibans en Afghanistan ; n’avait pas envahi l’Irak pour renverser Saddam Hussein; n’était pas intervenu dans les guerres civiles en Lybie et en Syrie ? En bref, n’avait pas produit avec d’autres (l’Arabie saoudite et le Qatar) le cancer djihadiste en train d’étendre ces métastases partout dans le monde ? Nous n’en serions sans doute pas là, aujourd’hui (mortel engrenage), à devoir faire, je vous cite, « (…) la guerre dans quasiment toute l’Afrique sub-saharienne et en ce moment même, l’armée de l’air bombarde l’Irak (…) ».

    Faire la guerre :

    + sans vraiment la faire (pas d’opérations au sol, « zéro mort » dans nos rangs oblige) pour éviter/et ou mettre fin aux génocides et aux crimes contre l’humanité commis par Daesh, Al Qaïda et autres) ;

    + avec, comme d’habitude, les dramatiques « dommages collatéraux » (vilain euphémisme pour « mort de civils innocents »)!

    Nous sommes entrés dans un cercle vicieux infernal dont je ne vois pas comment en sortir.

    1. Que se serait-il passé si l’Occident… Nous n’en serions sans doute pas là, aujourd’hui (mortel engrenage)

      On a laissé faire Franco, Mussolini, Hitler, Staline et maintenant, Poutine… Les résultats ne furent pas meilleurs. Les criminels jouissent à frapper celui qui ne se défend pas.

      1. ne manque-t-il pas dans les hiers et maintenant g w bush, cameron, obama et son deuxième couteau netanyahou, sarkozy, hollande et j’en oublie encore

      2. Dailcroix, merci, de la part de tous ceux qui cherchaient encore le parangon du confusionisme, merci.
        À la confusion vous êtes ce que la rillette est au Mans.

    2. Assez d’accord là-dessus
      Ce qui me navre c’est que des types qui ne sont même pas capables de fabriquer un cure-dents se retrouvent armés jusqu’au dents avec les armes de l’occident

      1. @ v-ignoble
        pourquoi le v?
        ça me rappelle un débat attali-mélenchon
        attali qui est à la gauche ce que la piquette est au bon vin
        salutations

  16. Rien a voir avec l’article :

    Merci à Paul Jorion d’ouvrir fréquemment les commentaires après ces évènements malgré le travail de modération que cela représente. Une petite soupape au trauma collectif avec en plus un bel espace de réflexion. Encore merci.

  17. tout va bien
    le 1% des plus riches va devoir partager ( partager quelle horreur ) la moitié des richesses avec les 99% autres
    une agence de presse proche du pc chinois nous prévient que cette MODE de la liberté d’expression risque d’exacerber les conflits
    charlie hebdo se vendra à 7 millions d’exemplaires, les imprimeurs manquent de papier, c’est dire
    j’ai vu ce matin une brave dame acheter son exemplaire, et juste ça, au carrefour market du coin. elle a raison, méfions nous des petits commerces et avec carrefour, au moins, on positive
    le peuple, de sortie l’autre dimanche, applaudit et embrasse les forces de l’Ordre, ces même forces qui un jour balanceront des grenades offensives sur ce même peuple quand il sortira pour d’autres motifs
    la loi macron commence à se discuter au parlement
    valls prend 15 points dans les sondages et arrange un petit patriot-act à sa sauce. hollande, qui n’en récolte que 10 de plus se satisfait de ce bout de peuple rassemblé autour de sa personne et nous rassure qu’il tient la situation bien en main et qu’il est grand temps pour nous de nous consacrer aux soldes
    consommons donc puisque nous sommes la pour ça et soyons reconnaissants envers ce gouvernement qui a tant fait pour l’offre
    ores donc tout va bien dans le meilleur des mondes
    jusqu’à quand?

  18. Tout cela est navrant fait peur, rend triste et est de mauvaise augure pour la suite.
    L’occident est passé maître à se cacher la réalité.
    Après tant d’années à ne pas voir la misère du monde, tant qu’on a sa bibine devant sa télé…
    Maintenant on a inventé le concept de la guerre unilatérale.
    On bombarde, on détruis pays après pays. Quant le pays est en ruine, les médiats s’en désintéressent et passent au conflit suivant …, pour amuser homo-télivisionus sirotant sa petite bibine.
    Puis tout d’un coup, il y a 12 morts à la maison, c’est pas la guerre non. c’est juste des fous qui ne comprennent pas la liberté d’expression!
    Dieudonné aussi ne comprend d’ailleurs pas les subtiles nuances du concept.
    En attendant, il y a une partie de la planète qui est en train de détester l’autre et j’ai bien peur que ce soit légitime.
    On oublie bien vite que parfois dans l’histoire des hommes courageux qui étaient taxés de terroristes par l’occupant furent ensuite traités en héros.
    Allez voir ce qui reste de l’Irak, de l’Afganistant ou de la Lybie peut être qu’il y avait de méchant dictateurs, mais il y avait aussi l’éléctricité, l’eau, des hôpitaux et les enfants allient à l’école…
    Mon dieu, si seulement ils avaient mis tout cet argent pour construire des routes à la place de bombes
    Occident tu devrais avoir honte !
    En tous cas les chinois, eux ils ont compris, ils construisent en Afrique au lieu de détruire et en plus, avec le méchant Poutine, ils ont même gaché le scoop du 20 h, ils ont interdit la guerre en Syrie.
    mais santé , bonne bibine, et on est content pour Mr Hollande qui est enfin aimé !

  19. Une conséquence de la « liberté d’expression qui m’arrange » : On demande à des élèves de 5ème, suite aux massacres, de caricaturer le prof de leur choix! « Et surtout n’hésitez pas à me faire un long nez » dit le prof de musique… j’attends la caricature du proviseur. A la prochaine réunion parents professeurs je vais peut-être leur en glisser une juste histoire de détendre l’atmosphère. Tant que vous y êtes pensez-y aussi au prochain conseil d’administration. Et pour finir imaginons, 1 an auparavant, un élève de 6ème doué avec un crayon, prénom au hasard Mohamed, dessine sa prof de français avec un taf aussi gros que ses seins. « Et mes fesses tu les aimes mes fesses ». Cultivé le gamin! D’après vous la réaction de la dame c’est :
    1) Merci Mohamed c’est gentil
    2) Je convoque tes parents et je demande un renvoi de 3 jours

    Nez au vent l’éducation nationale en ligne avec le gouvernement, ajoute à l’absurde et au déni toute l’étendue de sa conn…e.
    Par contre rien sur le fait que les massacreurs en kalachnikov étaient avant tout des gamins français, il n’y a pas si longtemps que ça, sur les bancs de l’école de la république. Mais c’est vrai que notre chef en scooter amateur d’actrices aux dents biens alignées (je caricature) nous explique que le problème se situe dans le désert à 3000 km d’ici.

    Sans doute dimanche beaucoup ont défilé pour dire halte aux massacres et aux cons. A tous les autres et leurs mauvaises raisons je leur dédie les 300 gros mots validés par nos académiciens et inscrits dans la langue française. Au nom de la liberté d’expression bien sur.

  20. Je sais bien que les guerres et la violence semblent depuis les origines, indissociables des sociétés humaines, mais je ne peux m’empêcher de reprendre à mon compte ce qu’à dit Jaurès à la veille de la guerre de 1914/ 1918 : »le capitalisme porte en lui, la guerre comme la nuée porte l’orage ».
    Je ne crois pas hélas que malgré la propagande et les habillages les choses aient bien changées depuis…
    Bien au contraire, si on s’en tient à l’exemple américain depuis la fin de la seconde guerre mondiale et qui a une responsabilité écrasante dans les conflits actuels et le développement du terrorisme.
    Probablement que la version moderne du capitalisme, le néolibéralisme comme le laisse entendre David Graeber (dans la dette 5000ans d’histoire) a besoin de la guerre pour remettre les « compteurs à zéro »…
    En tous cas rien ne peut justifier le terrorisme et la violence gratuite quel qu’en puissent être les causes et les raisons.

  21. Bon on a glosé depuis Sirius, on a posé à l’Antigone derrière son clavier… tentons une modeste redescente sur la glèbe bien pégueuse du réel.

    Tombouctou, Gao, Mopti, Bamako : est-ce dans la liesse et la concorde que les populations auraient accueilli leurs zélotes libérateurs? Les mêmes qui geignent ce jour aurait pleuré alors. Je leur réserverais pour ma part de dénombrer les charniers. Comme par exemple ici : http://fr.euronews.com/2014/12/24/de-probables-charniers-de-yezidis-decouverts-en-irak/

    Soit la phrase :  » l’armée de l’air bombarde l’Irak après avoir bombardé la Libye etc. » J’aimerai connaitre la dénotation exacte de sa première partie dans l’esprit du rédacteur. S’il y a dans son esprit une symétrie entre les deux situations? Identité des cibles, identité des objectifs, identité des motivations?

    Pour finir je me permets de signaler à tous ceux qui implicitement semblent le déplorer que les petits frères et cousins de ceux qui ont liquidé des juifs parce que juifs et des humoristes parce que tels ramassent sévèrement sur le théâtre des opérations.

    Ici : https://twitter.com/hashtag/kobane

    et là : https://twitter.com/hashtag/sinjar

    C’est le courage d’hommes et de femmes acculés qui défendent leur vie et leur liberté qui font reculer aujourd’hui le fanatismes des assassins, pas les prières ni les circonlocutions de géostratèges dont on peine à identifier la cohérence et les valeurs.

    1. Ah bon! Mais quels mauvais génies vous empêchent de voir dans nos rafales et nos missiles guidés l’élégance de notre civilisation mise au service de la liberté ? C’est pourtant notre saint homme en costume de soie Fabius Laurent, pétrit toute son enfance par les raffinements nécessaires à la construction de sa divine personne qui a prescrit le remède. Allons monsieur ! remerciez donc les lumières de nos siècles qui viennent éclairer les obscures pensées de ces peuples des sables.

      PS : humour à la con d’un occident en perdition

      1. Quittez la pose, mettez les mains dans le cambouis : dites-moi juste quelle est précisément votre décision dans la crise malienne en janvier 2013 ?

        Puis expliquez-moi comment on peut défendre -je le suppose à vous lire- une ligne anti-impérialiste et, tout en conservant le système de valeur propre à cette perspective, consentir au massacre ou à la domination de ceux qui « là-bas » les incarnent? Et pourquoi donc la haine de l’impérialisme occidental devrait-il nous condamner à devenir les alliés objectifs de l’obscurantisme? On citait Voltaire récemment sur ce blog. Vous en connaissez la devise et signature j’imagine : « ecr.l’inf ». Pour ma part je la trouve sans défaut : le religieux, c’est du pré-politique; aucun dialogue ni compromis n’est concevable avec lui. Faut juste qu’il s’endorme, qu’il s’oublie lui-même; lorsqu’il fait sa crise, à part lui mener la vie dure?

        Enfin quoi de commun entre le coup tordu Libyen et tout son lot d’irresponsabilité criminelle et la très tardive décisions d’éviter un surcroit de malheur et de catastrophe en Irak et au nord de la Syrie? Qu’y puis-je si vous semblez préférez le couteau des assassin aux bombes de la coalition -si opportuniste et pourrie soit cette alliance de circonstances ou d’intérêt- qui auront au moins permis aux kurdes de retourner la situation? Préfériez-vous leur défaite, non, leur anéantissement plutôt, étant donnée la nature de l’ennemi?

        Je vous abandonne donc à vos dilemmes du soir (hypothèse optimiste qui vous concède un chouïa de réflexion et de sens moral).

        Bien à vous.

    2.  » L’armée de l’air bombarde l’Irak après avoir bombardé la Libye etc. » J’aimerai connaitre la dénotation exacte de sa première partie dans l’esprit du rédacteur. S’il y a dans son esprit une symétrie entre les deux situations ? Identité des cibles, identité des objectifs, identité des motivations ? « 

      Bonnes questions, auxquelles il va m’être difficile de répondre parce que s’il y a cohérence stratégique, elle est trop bien dissimulée pour que je puisse la voir.
      Résumons. L’utilisation de la force armée devrait avoir pour but d’imposer à un adversaire une solution politique, un nouvel état de paix, qui soit meilleur que le précèdent. Cette action militaire n’ayant de sens que si elle s’inscrit elle-même dans une optique de stratégie intégrale qui comprend un projet social et un projet de puissance, se déclinant lui-même en stratégie économique, culturelle, diplomatique et militaire.
      En restant sur le terrain des faits, que voyons- nous pour chacun de ces niveaux ?
      – Projet social : paupérisation croissante de la société, explosion des écarts des revenus, sécession pour des raisons diamétralement opposées, des hyper-riches et de certains français issus de l’immigration non-européenne.
      – Stratégie économique : si elle existe, ses effets se font ressentir surtout chez Pôle-Emploi. Et je tairai par politesse la loi Macron dite loi pourquoi-ne-pas-insister-et-ne-pas-renouveler-toutes-les-erreurs-qui-ont-donnés-de-si-merveilleux-résultats-jusqu’à-présent ?)
      – Stratégie culturelle : ??? ça n’est pas mon domaine de compétence.
      – Stratégie diplomatique : sa cohérence saute immédiatement aux yeux. Les investisseurs étrangers que nous accueillons à bras ouverts, pour qui nous votons des exemptions d’impôts sur les sociétés et qui achètent des biens immobiliers d’hyper-luxe ou des clubs de football… sont les mêmes qui arment les djihadistes que nous combattons en Afrique.
      – Stratégie militaire : également d’une grande cohérence. Nous multiplions les Opex tout en baissant continuellement le budget des armées. C’est sans doute parce que je n’ai pas fait l’école de guerre, que je ne comprends pas comment il est possible de sécuriser et contrôler un territoire sub-saharien plus grand en superficie que l’UE avec… 3000 hommes. Mêmes questionnements concernant nos opérations aériennes sur l’Irak. Des patrouilles armées engagent et détruisent des pick-up de Daesh… et quoi ? Outre le fait que ces patrouilles ne représentent qu’une portion congrue de l’ensemble des frappes et n’ont donc que des effets très limités, je ne comprends pas quel est l’objectif stratégique. Un avion ne plante pas de drapeau au sol et l’envoi de troupes est de toutes manières exclue. Alors ???
      En fait, c’est bien simple, à quelque niveau que l’on place la loupe, on ne voit au mieux qu’une série de réactions au coup par coup, sans cohérence ni vision d’ensemble.
      C’est proprement dramatique.

  22. En guerre, bien sur, mais notre chef de guerre ne reconnaît plus « l’ennemi » qu’il s’était empressé de nommer pour se faire élire.
    Ses armes les réformes structurelles qu’il continue à promouvoir, l’ennemi est bien à l’intérieur.
    Tout en exhortant de se montrer à la hauteur de la réaction nationale, suscitée par des assassins, il semble ne tirer pour conséquences qu’un redressement de sa cote de popularité propice à poursuivre son combat contre sa propre population.
    Que 1% détiennent 50% des richesses mondiales ne lui semble aucunement « barbare ».
    La mutinerie finira bien par éclater sur ce pédalo à la remorque.

    1. Correction : « Mon adversaire », adversaire… qui n’est pas un « ennemi », puisqu’il n’a « pas de nom, pas de visage, pas de parti ».

      1. correction
        adversaire ….. pas de nom, pas de visage pas de parti ?
        c’est vrai
        juste un compte numéroté

  23. Nous ne sommes pas en guerre sur le sol français. Ce sont des criminels de nationalité française.
    Ces enfants sont les symptômes de la mère Patrie. Les mots qui m’assaillent sont la guerre d’Algérie, l’OAS, la mort de milliers de militaires français et d’algériens, les accords d’Evian avec le PETROLE et minerais, le départ des « pieds noirs » en France, les harkis, le bidonville de Nanterre à 7 km de Paris pendant des années, les algériens sur les chaînes de montage d’automobile à Poissy et des décennies de ghettos tout autour de Paris (et ailleurs peut-être que je ne connais pas)
    Ascenseur social restreint, … ascenseur pour l’échafaud.
    Peut-être est-ce une bonne préparation à la guerre pour éponger tous les dollars pourris.
    Il nous faut reprendre nos livres d’histoire et regarder l’Autre non pas comme l’étranger (et vice versa) mais faire un saut dans le partage et l’humanité. Utopie, serre-moi dans tes bras !

    1. A Evian , à part le pétrole ( pour une durée courte ) , c’est en fait surtout la possibilité de terminer la mise au point de la bombe , qui a finalement conduit aux signatures .

      Sur la bombe , je suis partagé entre le rejet du nucléaire et l’idée que sans elle , la guerre grand format et horreur maxi , nous y serions depuis longtemps .

      Pour l’utopie , plus utopiste que moi y a pas .

      Mais je suis marié et fidèle .

    2. regarder l’Autre non pas comme l’étranger (et vice versa) mais faire un saut dans le partage et l’humanité.

      On lit ce genre de phrase tous les jours depuis tout le temps, mais les propositions de solution concrète n’intéressent personne. Je ne parle pas que de la mienne, et serais heureux d’en décortiquer d’autres pour les faire avancer, ou les enterrer, mais que l’on en discute!. Je ne comprend pas cette absence de curiosité sur une question aussi essentielle.
      J’aimerai être banni de ce blog (sinon je ne pourrais m’empêcher de ramener mon grain de sel), tant ces discussions me paraissent inutiles.

      1. L’Autre est une femme qui ne sait pas lire et écrire et sous valium et qui est venue me demander
        de lui écrire un hommage pour l’enterrement de son mari mort d’un cancer. . Mon réflexe intérieur a été de dire non, pourquoi moi et …. j’ai donné quelques heures de ma vie pour écouter sa vie et l’aider. Cet au revoir a été lu par un étranger à la famille.
        « On » fait ce qu’il peut. Et je peux ici sur le blog de PJ discuter l’espace de quelques instants avec vous. merci d’ avoir pris le temps de me répondre Dominique Gagnot.

    3. @ MARIANGE 19 janvier 2015 à 21:11

      Nous ne sommes pas en guerre sur le sol français.

      Il n’y a rien à craindre. La guerre civile, ça ne peut pas exister en France avec la devise que nous avons.

      Quant à ce qui se passe hors du territoire, nous voyons bien, grâce à la presse et aux images TV, que nous suscitons de plus en plus de sympathie et de moins en moins de haine.

  24. […] (et ça n’est pas de l’anti-occidentalisme primaire, les Russes ou les Chinois font exactement la même chose).[…]
    Je pense avoir loupé une épisode. Quels sont le pays (totalement) étrangers que la Russie et la Chine envahissent ou détruisent comme les USA, la GB ou la France le font ?

    1. Le totalement entre parenthèse, veut-il dire que les russes ont un droit légitime à envahir ce qu’ils appellent ‘l’étranger proche’ ? Si tel est le cas, afghans, tchétchènes et autres géorgiens (liste non exhaustive), seront sans doute ravis de l’apprendre.
      Les chinois, je vous l’accorde bien volontiers, appliquent une méthode différente : la submersion par l’ethnie majoritaire des Han. Ainsi le peuple ouïgour, turcophone et musulman, qui se retrouve minoritaire et dépossédé de sa terre. Tout comme les tibétains d’ailleurs…
      Ceci étant précisé, je ne vois pas très bien ce qu’un comparatif de la barbarie pourrait apporter au débat.

      1. Que les ethnies ouïgoures aient été dépossédées des « leurs » (faisant abstraction de leur nomadisme) terres n’est pas bien différent de la dépossession par les américains des terres des indiens. Et puis comparer la protection par la Russie des minorités russophones d’Ukraine à deux pas de la frontière russe, avec ce que les USA/ GB/ France ont fait en Irak, Libye, Syrie, Ukraine, est un peu fort du café.
        Pour rappel, la Tchétchénie se trouve EN Russie – l’Irak ne se trouve pas aux USA. Les abkhazes sont russophones vivant pas loin de la Russie – les Libyens ne sont pas francophones et ne font pas partie des Dom-Toms.

        Depuis la chute de l’URSS et donc du fragile équilibre militaire qui subsistait sur la planète, les USA et leurs caniches ont en profité et abusé pour étendre leurs dominations militaires, souvent très loin de leurs frontières, au prix de déstabilisations, massacres de civils et terres brûlées, en dépit de toutes les Conventions internationales. Alors tant qu’on refuse de regarder la réalité en face et d’avouer que si aujourd’hui il y a tant de guerres dans le monde, ce n’est ni à cause de la Russie ni de la Chine, on n’est pas sortis de l’auberge.

    2. Question de politique bien sûr, mais aussi de moyens…
      Budget militaire USA: 580 milliards de dollars(est. 2014), 1 400 000 actifs,
      hors pays 283 000. (2010)
      Budget militaire Russe: 81 milliards de dollars (2014), 1 200 000 actifs,
      hors pays 35 000. (2014)
      Source wiki.

      1. @ penelopa

        – Donc si je comprends bien, un ouïgour qui plante une tente n’est qu’un SDF. Ça n’est pas réellement « sa » terre car pour ce faire, il aurait fallu qu’il construise en dur ? (ceci dit, bravo aux chinois qui ont amélioré le concept : les indiens passent maintenant directement à la case ‘réserve indienne’ sans passer par la case ‘black Kettle’)
        – Pouvez-vous me rappeler en quel point de mon texte ou de mes réponses, je fais référence aux minorités russophones d’Ukraine ?
        – La Tchétchénie se trouve EN Russie. Je comprends mieux maintenant le comportement de l’armée russe vis-à-vis des civils tchétchènes. Après tout, chez soi on fait ce qu’on veut.
        – Mon invasion de l’Afghanistan était justifiée, mais pas la tienne, na ! (marche dans les deux sens).
        – Un point sur lequel je suis par contre parfaitement d’accord avec vous, c’est l’occasion historique qui fut ratée par les USA lors de l’implosion de l’URSS, de raccrocher la Russie à l’occident. Malheureusement, au lieu d’un plan Marshall, les russes eurent droit au pire de ce que peut faire l’économie de marché, au lieu d’un apaisement militaire, ils virent l’OTAN se rapprocher de leurs frontières, en dépit de toutes les promesses faites.
        Ceci-dit, si la situation avait été à l’inverse, si l’URSS au lieu des USA, avait dominé ce moment unipolaire, qui peut sérieusement croire que l’irénisme aurait régné sur Terre ? Nous aurions simplement échangé un impérialisme contre un autre.
        Comme disent les afghans, qui savent de quoi ils parlent : ‘les américains ? des russes avec des dollars !’
        Alors, dans ces conditions vouloir à tout prix dire que telle armée rase de plus près que telle autre, bof…

  25. Il est sans doute des pays où l’on montre des images des cratères laissés par les bombes française, où l’on entend le témoignage des orphelins laissés par les soldats français.

  26. On peut signer la pétition « sortir de l’Otan », mais c’est peut être un peu tard et il n’y aura pas plus de 360 000 signatures comme pour celle demandant la nationalité française du héros de la chambre froide de Vincennes.

    https://www.change.org/p/monsieur-le-president-de-la-republique-d%C3%A9cidez-le-retrait-de-la-france-de-la-structure-militaire-int%C3%A9gr%C3%A9e-de-l-otan
    C’est dérisoire, mais il n’y a plus de mouvement anti guerre ou de manifestations comme en Allemagne ;
    C’est d’ailleurs surprenant et inquiétant. Anesthésie de la gauche ou peur de se ranger à côté de M.Le Pen? ou simple inculture géopolitique absolue? ou avancée massive d’un mondialisme œcuménique à la manière d’Attali?

    1. Me semble que Mitterrand en son temps, et à propos déjà de quelques bruyants quoique pacifiques allemands, avait nettement indiqué où se situait ce que vous nommez « inculture géopolitique absolue »…

      1. Mitterrand n’est pas le Saint esprit, ni Attali, la Vierge Marie!
        Il fut même l’initiateur ou le pére spirituel de Hollande, somme toute le fils de Guy Mollet!

      2. Pas besoin d’être le Saint Esprit pour comprendre à l’époque où étaient les naïfs.
        Par contre en avril 2009 à Strasbourg défilait contre l’OTAN un autre rejeton autoproclamé du Tonton: Mélenchon. Avec lui dans la manif se trouvaient quelques blackblocks (beaucoup en fait, pff, c’est plus c’que c’était le service d’ordre cgt…), blackblocks qui firent ce jour là un peu plus de bruit que les ravis d’la crèche anti Pershing de RFA un quart de siècle auparavant.
        Et tiens, ben dis donc, ça alors ! Qu’est-ce qui était écrit bien gros, sur un camion bien en évidence de ces extrêmes-demeurés ?

        Nous sommes tous des terroristes ! Al-Qaeda c’est possible !

        Alors ? Aujourd’hui, t’es plutôt version originale Colombani/Obama ou version « humoriste blackblock » ?

      3. V-ignoble est ce une éVolution de Vigneron?
        Dois je suivre vos amitiés Otaniennes qui nous ont conduit-5ans après, strasbourg et les blackbloks-à deux merdiers géants en Ukraine et au Moyen Orient-et encore, je vous fais cadeau de l’Afrique!
        Faut il suivre Fayot Marie et foutre l’Ultra gauche au trou, où ils sont encore (l’instruction vient juste d’être achevée!) pendant que les Merah, Kouachi, Nemmouche se baladaient tranquillement , qui en Afghanistan, qui au Yémen, qui en Syrie, alors même qu’ils étaient fichés et surveillés par nos Services.
        Le grand Ramdam de votre gourou Obama à Washington le 18 février va démarrer la Grande Guerre contre le Terrorisme et l’Extrémisme violent.

        Le Fascisme démocratique est en marche pour la conservation des privilèges des 1%. Le Patriot Act n’était qu’un hors d’oeuvre!

  27. Je reviens sur l’article d’André Gunthert dont j’ai donné le lien plus haut.

    Un des points intéressants qu’il soulève, c’est son désaccord avec ce qu’il appelle la « grille de lecture identitaire. » Pour lui, identifier terrorisme et religion est une erreur, et il laisse entendre que peut-être Charlie-Hebdo en était, de cette erreur.

    «le djihadisme représente aussi peu l’islam que le Front national la France éternelle»

    1. Charlie-Hebdo en était, de cette erreur

      Ah ouais d’accooord… ça doit être pour ça que nos jihadistes trisocolores préfèrent s’en prendre à Charlie qu’à Minute…

  28. La réalité, c’est quand on se cogne.

    Ou bien: la réalité c’est à quoi l’on se cogne?

    Individuellement enfin : quelle est notre responsabilité ? Nous qui voyons nos armées combattre en Afghanistan, au Mali, en RCA, en Irak, en Libye, en Côte d’Ivoire et dans bien d’autres endroits. Nous qui…

    Individuellement, et tout de suite après: « Nous », c’est marrant, non? Les individus, ça va, on croit voir…Mais « Nous », kézaco?

    Nous sommes blessés, accablés, meurtris par les effroyables tueries perpétrées par ces trois jeunes imbéciles. C’est normal.

    Pourquoi « imbéciles »? Quel est encore une fois ce « Nous » dont vous rebattez mes oreilles?

    Ces »jeunes » criminels sont-ils plus ou moins imbéciles que les pilotes de drones, que les pilotes d’avion larguant leur cargaison, que les militaires préparant leur livraison de missiles à frappes chirurgicales? et que les vendeurs d’armement? Que les planificateurs de génocide (Rwanda), que les…?
    Une tuerie peut-elle être moins « effroyable » « horrible », « barbare  » qu’une autre?

    Ce qui est par contre anormal à mon sens, c’est que nous soyons surpris. »

    J’exprimerai plutôt cela ainsi : Ce qui est bizarre c’est de feindre la surprise.

    1. @M. Gagnot

      :Certains choisissent une « religion » (j’ai ajouté des guillemets pour n’offenser personne), car il faut bien croire en quelque chose…

      C’est drôle, pour moi en tout cas, cette manière de croire (et oui) vôtre que l’on choisit ceci ou cela…
      L’idéologie dominante est celle de la classe dominante .K.Marx
      Et au sujet de religion : « On leur donne la religion qui passe dans la région »: Gérard Manset, dans Orion (peut-être pas le titre exact, mais les paroles oui-da)

      1. Là je suis a peu près d’accord. On ne choisit pas, on prends ce qui se trouve.
        La religion ultra-dominante est celle du « capitalisme des rentiers fanatiques », mais ce n’est pas la seule, puisqu’il y a aussi la religion des opposants, en particulier celle des « fanatiques musulmans ».

    2. La réalité, c’est quand on se cogne. Ou bien: la réalité c’est à quoi l’on se cogne?
      Les deux bien sûr ! (mais je l’avoue, la phrase n’est pas de moi…)

      Individuellement, et tout de suite après: « Nous », c’est marrant, non? Les individus, ça va, on croit voir…Mais « Nous », kézaco?
      Le nous dans mon esprit, est celui d’une majorité. Celle des français qui dans la hiérarchie de leurs préoccupations, placent ce à quoi on utilise l’armée en toute fin de liste.

      Nous sommes blessés, accablés, meurtris par les effroyables tueries perpétrées par ces trois jeunes imbéciles. C’est normal.
      Pourquoi « imbéciles »?

      Parce qu’ils le sont pardi ! Maintenant, s’il n’entrait pas dans mon propos de hiérarchiser les horreurs, vous avez tout à fait raison (hélas), tous les morts ne se valent pas. Sinon toutes les rues de toutes les capitales seraient continuellement couvertes par un flot de millions de manifestants. Pour le reste, je vous invite, modestement, à lire la réponse faite un peu plus haut à Stéphane-Samuel Pourtalès.

      J’exprimerai plutôt cela ainsi : Ce qui est bizarre c’est de feindre la surprise.
      Votre remarque peut s’appliquer à mon sens aux politiques, sans doute pas à la majorité des français.

      1. @ Roberto :

        Pourquoi « imbéciles »?
        Parce qu’ils le sont pardi !

        Ah oui? en tout cas ils ont réussi leur coup, ou pas ?
        Ces « imbéciles » méconnus la veille, sont « internationalement « reconnus, ou pas?
        Et pardi signifie, bien sûr « Par Dieu ». Donc par dieu, ce n’étaient pas des imbéciles, des criminels est très suffisant.
        Vous parlez au nom d’une abstraction : « la majorité », les « Français », « nous », c’est vrai qu’ici, dans ce blog, on ADORE les abstractions : la démocratie, l’espèce humaine, les hommes, le capitalisme financier, tout ça tout ça, et puis après les crimes, avalanche de laïcité et de très bons sentiments, mais quand même, quels « jeunes imbéciles », maintenant cadavérisés,
        et qui sait? au Paradis ? Non, pas de paradis pour ces idiots, hein?
        Ici, peu de « jeunes imbéciles », surtout peu de personnes issus de la diversité, comme disent les intelligents qui nous gouvernent, ici des personnes cultivées -au moins instruites- et d’un certain niveau social, d’un certain capital culturel, des gens très comme il faut, en somme.
        Ici, on se pose des question de survie de l’espèce, là de survie tout court.
        Entre gens bien, de bien de biens, très bien.
        Rond de jambes.

  29. Ce mardi midi, à l’émission de Wendy Bouchard sur Europe 1, l’Abbé de la Mornaise à dit: « dans les familles populaires, on baizouille comme des lapins » puis quelques minutes plus tard: « les immigrés se reproduisent comme des lapins ».
    Ces propos annoncés dans le plus grand sérieux à un moment de grande écoute ne sont-ils pas un grand appel à la haine?

      1. ça doit être ce qu’on appelle la lapinisation des esprits .

        Basic Rabbit va partir se réfugier chez Thom .

      2. @ juannessy

        Eu égard à mon commentaire ci-dessus je précise pour éviter toute ambiguïté que j’ai choisi ce pseudo en référence à la citation attribuée à Mirabeau:
        « Les hommes sont comme les lapins, ils s’attrapent par les oreilles ». 🙂

    1. La vie doit continuer : Pdt Hollande
      http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2015/01/20/a-dammartin-en-goele-des-salaries-doivent-rattraper-des-heures-a-cause-de-lassaut-du-gign/

      @M.Gagnot :

      « La religion ultra-dominante est celle du « capitalisme des rentiers fanatiques », mais ce n’est pas la seule, puisqu’il y a aussi la religion des opposants, en particulier celle des « fanatiques musulmans »

      .
      C’est pas tout à fait pareil religion et idéologie.
      Les takfiristes ou autre partisans de la sharia ne sont pas des « opposants » au capitalisme, voir par exemple le wahabisme en Arabie Saoudite. Il ne s’agit pas d’un projet social visant à s’extraire, ou même à s’opposer au « capitalisme », pas le moins du monde. D’ailleurs on pourrait dire le même pour l’Iran -voir l’extermination des « moudjahidines du peuple » par les partisans de l’ayathollah Khomeiny lors de l’éviction du Shah Reza Palavi-, non ce ne sont vraiment pas des anti-capitalistes.
      Puis le Capital, comme vous ne le savez pas, ce n’est toujours pas le « capitalisme des rentiers » même fanatiques…A ce sujet : est-ce que sans la spéculation les prolétaires étaient mieux lotis?…hmm, no fooling
      Bon pour le capital comme rapport social d’exploitation, il va falloir comme écrirait Zébu, il va falloir…

      1. Oui, bien sur,ce que vous dites est exact. Mais peu importe.

        Je ne sais si depuis l’autre jour vous avez réfléchit à la distinction entre propriété du capital, et droit d’usage du capital.

        Comment appelleriez vous un système ou la propriété du Capital serait collective, et les droits d’usage serait propriété privée? Un tel système est t-il pertinent selon vous? (la spéculation y serait impossible, sauf pour la collectivité et tout le monde en profiterait)
        (avez vous lu « ma » proposition ?)

      2. M. Gagnot :

        Oui, bien sur,ce que vous dites est exact. Mais peu importe

        .

        Allons bon, dans ce cas : vous avez tort et cela importe autant, hmm..
        Me suis-je « mal exprimé »?
        Tercio non placent
        En clair : j’abolis le genre, l’argent, les classes, l’exploitation, bref le Kapital, celui de Marx, le vrai le « réellement existant », vous M. Gagnot vous êtes collectiviste, le saviez-vous? Pour la propriété collective et les droits d’usages privés, ben dans les pays « réellement socialistes » c’était un peu le cas, voyez les privilèges des bureaucrates…
        Oui, j’ai parcouru vos propositions, et c’est ma conclusion formelle : vous êtes un collectiviste qui s’ignore (peut-être), votre programme, projet, ou comme vous voulez c’est du socialisme, et le socialisme, c’est cuit, M.Gagnot.
        Moi, je ne sais pas vraiment ce que je suis, je ne suis pas, je fais, un peu, et puis c’est tout
        Mes hommages.

      3. @komunist 20 janvier 2015 à 19:22

        Allons bon, dans ce cas : vous avez tort et cela importe autant, hmm..

        Si vous voulez, je voulais dire que cela me parait secondaire.

        le socialisme, c’est cuit,

        Si c’est votre seul argument, je pouffe…

        Je vais aussi le faire: « le capitalisme (des rentiers), c’est cuit, »
        Convaincu?

    2. L’abbé s’appelle de la Morandais .
      Religieux atypique certes , mais de la à croire qu’ il appelle à la haine …
      Il appelle à la responsabilité des parents ( santé de la femme , capacité à assumer ) et surtout , il appelle à l’éducation sexuelle qui fait cruellement défaut dans certains milieux.
      Évidement , on peut toujours laisser les préjugés continuer à gouverner ce monde.. , ou on peut commencer à s’essayer à la BIENVEILLANCE .

  30. R.A.V… Heureusement qu’on peut pas répondre à Pascal… Bon dieu toute cette mythologie comme présupposé…. Et vas-y que je t’y vais de ma bonne glue unifiante… C’est pas pire que le racisme ça… C’est pas demain qu’on aura les conséquences pratiques d’une ontologie de la pluralité… Non non, une seule substance les gars, et elle est pas infiniment infinie celle-là (ce qui sauverait la mise). Me voilà donc assigné à ma place de petit blanc avec ce que cela implique ontologiquement… et te voilà petit nègre, quelque soit la singularité de ton histoire -d’ailleurs t’en as pas, TU ES UN DOMINE BON SANG-, sous le point de vue inoccuppable mais pétri de certitude d’un grand tout (gloubiboulga vaguement historico-moralo-pleurnichard). Ok ok, ça fait moins mal qu’un balle dans la tête ou des amygdales enflammées.

Les commentaires sont fermés.