Sommes-nous en guerre ?, par Roberto Boulant

Billet invité.

Sommes-nous en guerre ? Oui. Bien sûr.

Pas entre nous Français, surtout pas entre ‘communautés’ comme voudraient le faire croire les boutes-feu de tous bords, mais notre pays, nos armées, font la guerre dans quasiment toute l’Afrique sub-saharienne et en ce moment même, l’armée de l’air bombarde l’Irak après avoir bombardé la Libye sous la présidence Sarkozy.

Je ne me place pas là sur le terrain juridique. Je n’en ai pas les compétences et puis surtout, il est évident que le droit international peut être tordu dans tous les sens par les grandes puissances. J’en veux pour preuve l’exemple de l’invasion de l’Irak en 2006, qui est typiquement une guerre d’agression, interdite par les conventions internationales. Nonobstant, messieurs Bush junior et Blair peuvent dormir sur leurs deux oreilles, ils ne risquent certainement pas d’être traduits devant un tribunal (et ça n’est pas de l’anti-occidentalisme primaire, les Russes ou les Chinois font exactement la même chose).

Tout aussi évident, nous sommes maintenant dans un monde globalisé vivant au temps d’internet, de l’immédiateté, où un petit crobar dans un journal européen peut provoquer des émeutes en Afrique ou en Asie. Par conséquence et n’en déplaise aux militaires, il n’y a plus d’OPEX (opérations extérieures), toute action militaire hors de nos frontières est susceptible de se répercuter quasi instantanément, ici même.

En tant que citoyens, cette nouvelle donne devrait nous interroger à deux niveaux.

– Collectivement tout d’abord : la Constitution de la 5ème rend le Président de la République tout puissant en ce qui concerne l’engagement de nos armées. Si dans le cadre de la guerre froide et du gaullisme, cela pouvait se concevoir (existence d’une menace vitale demandant la plus grande réactivité politique), aujourd’hui ce pouvoir n’est-il pas tout simplement exorbitant ?

– Individuellement enfin : quelle est notre responsabilité ? Nous qui voyons nos armées combattre en Afghanistan, au Mali, en RCA, en Irak, en Libye, en Côte d’Ivoire et dans bien d’autres endroits. Nous qui oublions aussitôt l’annonce de la mort d’un soldat français (des professionnels, c’est donc un accident du travail) et qui laissons totalement libres nos gouvernants d’agir et d’intervenir selon leur bon plaisir, sans jamais demander des comptes (je pense notamment à la Libye transformée en arsenal, refuge et base d’entrainement pour djihadistes par l’intervention franco-anglaise) ?

Nous sommes blessés, accablés, meurtris par les effroyables tueries perpétrées par ces trois jeunes imbéciles. C’est normal.

Ce qui est par contre anormal à mon sens, c’est que nous soyons surpris.

La réalité, c’est quand on se cogne.

Partager :

136 réflexions sur « Sommes-nous en guerre ?, par Roberto Boulant »

  1. Ce mardi midi, à l’émission de Wendy Bouchard sur Europe 1, l’Abbé de la Mornaise à dit: « dans les familles populaires, on baizouille comme des lapins » puis quelques minutes plus tard: « les immigrés se reproduisent comme des lapins ».
    Ces propos annoncés dans le plus grand sérieux à un moment de grande écoute ne sont-ils pas un grand appel à la haine?

      1. ça doit être ce qu’on appelle la lapinisation des esprits .

        Basic Rabbit va partir se réfugier chez Thom .

      2. @ juannessy

        Eu égard à mon commentaire ci-dessus je précise pour éviter toute ambiguïté que j’ai choisi ce pseudo en référence à la citation attribuée à Mirabeau:
        « Les hommes sont comme les lapins, ils s’attrapent par les oreilles ». 🙂

    1. La vie doit continuer : Pdt Hollande
      http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2015/01/20/a-dammartin-en-goele-des-salaries-doivent-rattraper-des-heures-a-cause-de-lassaut-du-gign/

      @M.Gagnot :

      « La religion ultra-dominante est celle du « capitalisme des rentiers fanatiques », mais ce n’est pas la seule, puisqu’il y a aussi la religion des opposants, en particulier celle des « fanatiques musulmans »

      .
      C’est pas tout à fait pareil religion et idéologie.
      Les takfiristes ou autre partisans de la sharia ne sont pas des « opposants » au capitalisme, voir par exemple le wahabisme en Arabie Saoudite. Il ne s’agit pas d’un projet social visant à s’extraire, ou même à s’opposer au « capitalisme », pas le moins du monde. D’ailleurs on pourrait dire le même pour l’Iran -voir l’extermination des « moudjahidines du peuple » par les partisans de l’ayathollah Khomeiny lors de l’éviction du Shah Reza Palavi-, non ce ne sont vraiment pas des anti-capitalistes.
      Puis le Capital, comme vous ne le savez pas, ce n’est toujours pas le « capitalisme des rentiers » même fanatiques…A ce sujet : est-ce que sans la spéculation les prolétaires étaient mieux lotis?…hmm, no fooling
      Bon pour le capital comme rapport social d’exploitation, il va falloir comme écrirait Zébu, il va falloir…

      1. Oui, bien sur,ce que vous dites est exact. Mais peu importe.

        Je ne sais si depuis l’autre jour vous avez réfléchit à la distinction entre propriété du capital, et droit d’usage du capital.

        Comment appelleriez vous un système ou la propriété du Capital serait collective, et les droits d’usage serait propriété privée? Un tel système est t-il pertinent selon vous? (la spéculation y serait impossible, sauf pour la collectivité et tout le monde en profiterait)
        (avez vous lu « ma » proposition ?)

      2. M. Gagnot :

        Oui, bien sur,ce que vous dites est exact. Mais peu importe

        .

        Allons bon, dans ce cas : vous avez tort et cela importe autant, hmm..
        Me suis-je « mal exprimé »?
        Tercio non placent
        En clair : j’abolis le genre, l’argent, les classes, l’exploitation, bref le Kapital, celui de Marx, le vrai le « réellement existant », vous M. Gagnot vous êtes collectiviste, le saviez-vous? Pour la propriété collective et les droits d’usages privés, ben dans les pays « réellement socialistes » c’était un peu le cas, voyez les privilèges des bureaucrates…
        Oui, j’ai parcouru vos propositions, et c’est ma conclusion formelle : vous êtes un collectiviste qui s’ignore (peut-être), votre programme, projet, ou comme vous voulez c’est du socialisme, et le socialisme, c’est cuit, M.Gagnot.
        Moi, je ne sais pas vraiment ce que je suis, je ne suis pas, je fais, un peu, et puis c’est tout
        Mes hommages.

      3. @komunist 20 janvier 2015 à 19:22

        Allons bon, dans ce cas : vous avez tort et cela importe autant, hmm..

        Si vous voulez, je voulais dire que cela me parait secondaire.

        le socialisme, c’est cuit,

        Si c’est votre seul argument, je pouffe…

        Je vais aussi le faire: « le capitalisme (des rentiers), c’est cuit, »
        Convaincu?

    2. L’abbé s’appelle de la Morandais .
      Religieux atypique certes , mais de la à croire qu’ il appelle à la haine …
      Il appelle à la responsabilité des parents ( santé de la femme , capacité à assumer ) et surtout , il appelle à l’éducation sexuelle qui fait cruellement défaut dans certains milieux.
      Évidement , on peut toujours laisser les préjugés continuer à gouverner ce monde.. , ou on peut commencer à s’essayer à la BIENVEILLANCE .

  2. R.A.V… Heureusement qu’on peut pas répondre à Pascal… Bon dieu toute cette mythologie comme présupposé…. Et vas-y que je t’y vais de ma bonne glue unifiante… C’est pas pire que le racisme ça… C’est pas demain qu’on aura les conséquences pratiques d’une ontologie de la pluralité… Non non, une seule substance les gars, et elle est pas infiniment infinie celle-là (ce qui sauverait la mise). Me voilà donc assigné à ma place de petit blanc avec ce que cela implique ontologiquement… et te voilà petit nègre, quelque soit la singularité de ton histoire -d’ailleurs t’en as pas, TU ES UN DOMINE BON SANG-, sous le point de vue inoccuppable mais pétri de certitude d’un grand tout (gloubiboulga vaguement historico-moralo-pleurnichard). Ok ok, ça fait moins mal qu’un balle dans la tête ou des amygdales enflammées.

Les commentaires sont fermés.