Troïka : Il va peut-être falloir s’en occuper nous-mêmes !

Jean-Daniel Magnin m’envoie une coupure de journal : c’est l’actrice Emma Thompson qui dit qu’elle ne paiera pas ses impôts – elle qui a l’habitude de le faire, tant que tous ceux qui ne les paient pas – et ont l’habitude de ne pas le faire, ne sont pas en prison. C’est de la désobéissance civique, c’est une façon de prendre les choses en main soi-même si le ou les gouvernement(s) ne le font pas. Ça fait réfléchir.

Zébu est en train d’écrire quelque chose sur le documentaire d’Arte sur la Troïka et c’est très bien qu’il le fasse. Nous verrons ça tout à l’heure. En attendant, moi je suis en train de regarder ce documentaire, et il y a beaucoup de choses là-dedans. Beaucoup de choses qui, si elles sont vraies, devraient conduire pas mal de ces gens de la Troïka (Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) en prison.

Au lieu par exemple d’ennuyer M. Dominique Strauss-Kahn sur des gaudrioles, ce ne serait peut-être pas mal d’entendre ce qu’il a à dire de l’affirmation qui est faite là par « quelqu’un qui cause dans le poste » (Philippe Legrain, ancien conseiller de Manuel Barroso à la Commission européenne) qu’il a délibérément enfoncé la tête du peuple grec sous l’eau pour dégager 20 milliards d’euros pour les banques françaises, pour en faire sa dot de futur candidat à la présidence de l’État français.

C’est vrai ou ce n’est pas vrai, et si ça se trouve, ce n’est même pas vrai ! Qui sait ? Mais enfin, on aimerait bien savoir ce qu’en pense M. Strauss-Kahn de ce qu’affirme quelqu’un du sérail. C’est pourquoi, l’idée d’un tribunal d’opinion pour juger les dirigeants de la Troïka ne serait peut-être pas une mauvaise idée, comme le tribunal Russell-Sartre sur les crimes de guerre au Vietnam.

Bon, les morts sont moins visibles avec la Troïka mais avec des millions de gens qui comme en Grèce ont perdu toute couverture sociale, ils doivent crever dans l’ombre.

Comme dit Emma Thompson : exigeons qu’on arrête les bandits. Le fait qu’ils sont nos dirigeants ne doit pas servir de prétexte à ne pas le faire.

Qu’en pensez-vous, vous lecteurs du Blog de PJ, d’une telle idée d’un tribunal pour juger les gens de la Troïka, ceux que j’appelle « les prêtres d’une religion féroce » ?

Partager :

252 réflexions sur « Troïka : Il va peut-être falloir s’en occuper nous-mêmes ! »

    1. j ai lu que le parlement allemand, a la majorite a vote l accord des 4 mois le plan d aide a la Grece,
      Schaeuble a meme dit des choses positives et plutot gentilles ,ce qui m a etonne , je crois qu ils ont regarde le doc sur la troika et qu ils se sont dit qu il valait mieux lacher du lest sur toute cette affaire .
      ils pourraient craindre des reactions contre eux!! il serait temps ,je pense de faire quelque chose ,comme le dit Paul Jorion .

  1. Ils mériteraient au moins ça. Mais ils mériteraient certainement plus que ça aussi. Et puis, les législations ont été suffisamment vidées au fil du temps, des compromissions, et des trahisons. Les institutions sont verrouillées. La légalité n’est plus le sujet : ce qu’il faut, c’est une Révolution, parce que leurs trahisons ont été inscrites dans les textes.

    Pour répondre à la question ce qu’il faut, c’est un Tribunal d’opinion populaire.

    1. Révolution……………..depuis longtemps la terre est en révolution………Non?
      Mettre tout à feu et à sang……..
      Merci, cela se produit sous nos yeux, et vous voulez en rajouter !!!!!
      Trouvons les coupables et pendont les, c’est ce là, non, c’est ceux là……..
      Trottin-troyka
      Vous en êtes encore à accrocher la charrue avant les Bœufs.
      Criant, manifestants,
      L’esperento…………oui, oui soyons Européens alors qu’en traversant le trottoir devant chez vous, Vous n’y comprenez rien.
      Un peut de pudeur, Messieurs et Dames.
      L’oncle Sam vous a séduit, L’Empire empire et vous cherchez à l’imiter.
      Toute parole dissidende sera censurée.
      Toute parole dissidente sera censurée.
      Toute parole dissidente sera censurée.
      Je serais-vous, je réfléchirai à l’article 50 du Traité Européen, Traité qui nous a été imposé, au nom de la loi$$$$

      1. Tiens je suis content de savoir que quelqu’un connait sur ce blog l’article 50 du TUE qui permet de sortir de l’UE unilatéralement.

      2. Une révolution ne veut pas forcément dire la mise à feu et à sang du pays : ça, c’est de l’endoctrinement du même type que le TINA. Ce qu’il faut, c’est une révolution au sens légal du terme : un remplacement de régime. Si vous croyez que le régime va se modifier tout seul avec le seul jeu des institutions classiques, vous pouvez attendre. Si cela se passe comme ça, ce sera en raison d’une grave crise quoiqu’il arrive. Je ne souhaite pas la révolution : je dis que vu où l’on est, il n’y a qu’une accélération rapide de l’histoire qui pourra nous faire changer tout ce petit monde. Une accélération qui ne sera en fin de compte qu’un rattrapage : car je pense que les citoyens, eux, ont avancé politiquement bien plus que les institutions, et que les institutions ont ceci de conservateurs qu’elles ne permettent pas leur propre adaptation. Et vous êtes mignon de mentionner l’article 50 du TUE, mais c’est un article qui ne pourra être appliqué qu’à condition qu’il y ait des gens pour le faire, hein. Bref, de toute façon, je n’ai pas tout compris à votre intervention. Et si l’on a pas ce changement assez rapidement, on risque de régresser à toute vitesse.

  2. On voit dans ce reportage du racket , de l’accaparement, de l’escroquerie, de l’intimidation, de la brutalité… Le tout en se parant de l’honorabilité que confèrent que confèrent des institutions et les traités.
    Naïf que je suis, il me semblait que cet ensemble de comportement portait le nom de MAFIA, et était légalement répréhensible.
    Oui, il y a là matière à convoquer un tribunal !

  3. Je pense que c’est là une excellente idée. Un vaste mouvement d’opinion, une publicité bien menée pour y arriver, des suggestions venues des meilleures têtes (celles de ce blog, par exemple et entre-autres), des noms et des personnalités irréprochables – cela doit encore se trouver ! – pour le constituer, ce tribunal ; et puis, dans la foulée, mettre devant leurs turpitudes, leurs mensonges et leurs omissions, les responsables politiques de tous bords serait aussi une bien bonne chose. Le grand nettoyage, enfin…

  4. Bien sur qu’on a tous envie qu’ils rendent des comptes ces irresponsables-cyniques-meurtriers-par-procuration, sans surprise on est tous d’accord ici la-dessus ! mais la vraie question c’est : comment ca pourrait se faire dans le cadre legal en vigueur ? y a t il un juriste dans la salle ???

  5. « Arrêtons les bandits ».
    « Un tribunal pour juger les gens de la Troïka ».

    Il me semble que la quadrature du cercle est que :
    – les dirigeants font les lois,
    – nos dirigeants (ou notre « élite » pour être plus large) sont largement sujets à caution puisque les transferts de pouvoir de gens élus vers des gens non élus n’a jamais (à ma connaissance) fait l’objet d’un mandat électoral clair et précis pour mener ce genre d’action,
    – qui seraient « les juges » ? Le peuple ? Sur quel base jugerait-il la Troïka, ou d’autres ?
    – Les tromperies sont-elles seulement prouvables ? La raison d’Etat n’est-il pas le concept qui tue dans l’œuf toute velléité de Justice en matière « d’évaluation » de l’élite ?
    – la Justice est-elle soluble dans le sang ? Fût il celui des « coupables » ?

    Pour autant, la situation actuelle semble difficilement tenable à terme sans que le sang ne coule. Qu’il s’agisse du sang des opprimés, ou celui des oppresseurs.
    Pour autant, il faut faire quelque chose.
    La désobéissance civique ? Pacifique ?Jouer des médias pour propager les idées qu’il existe des alternatives ? Éduquer la masse en l’invitant à se poser des questions, à poser des questions. Nos responsables ne le sont guère, mais ils sont à l’image des individus (globalement) qui composent la société…

    En l’état actuel des choses, pourquoi une révolution conduirait-elle au pouvoir des dirigeants plus éclairés, plus bienveillants envers la masse que ceux actuellement en lice ? Comment le pourrait-elle ?
    Est-ce une raison suffisante pour ne rien faire ? Non !

    Dur de rêver par les temps qui courent !

    1. La sanction des mauvaises politiques, c’est la défaite électorale. Pas la mise en cause judiciaire, et vous donnez quelques raisons fortes dans ce sens. Sans même parler de la Révolution, du Grand Soir, Rêve Éveillé et autre Retour du Messie.

      Le fait que ces politiques soient poursuivies en dépit du fait que des élections aient lieu régulièrement prouve qu’elles ne sont pas encore considérées par une majorité de la population comme suffisamment mauvaises pour être changées. L’exception est bien entendu la Grèce – exception récente et dont les conséquences ne sont pas encore clarifiées.

      L’abstention est une réponse de plus en plus fréquente aux déceptions envers les politiques. En France elle est globalement croissante à tous les types d’élection depuis une bonne vingtaine d’années, sauf les présidentielles. Tant qu’une réponse passive telle l’abstention sera préférée, les politiques suivies ne seront naturellement pas remises en cause.

      Elles le seront pourtant nécessairement, pour une raison évidente leurs conséquences de plus en plus lourdes, une gravité qui ne pourra qu’aller croissant. Nous faisons face au niveau mondial à une vague scélérate, à la conjonction de plusieurs crises liées entre elles – financière, politique, ressources, écologique – et qui se renforcent l’une l’autre, les conséquences ne peuvent donc qu’empirer tant que l’on ne se donne pas les moyens d’y faire sérieusement face.

      Lorsque ces conséquences seront suffisamment désastreuses, la remise en cause sera obligée parce que la majorité de la population considérera ces conséquences comme insupportables. C’est bien ainsi que Syriza a été élue, ce qui n’est arrivé plus tôt qu’ailleurs que parce que la situation particulière de la Grèce lui a créé une vulnérabilité particulière qui y a accéléré la dégradation.

      Qu’est-ce qui sera suffisamment grave pour qu’une majorité de la population le considère comme insupportable, en France, en Allemagne, en Italie, aux Etats-Unis, ailleurs ? Quelle sera alors la réaction de telle ou telle population et quelles expériences politico-économiques différentes seront-elles tentées ?
      … c’est la bouteille à l’encre.

      1. « Alexis »………….vous écrivez :

        … »  » « Lorsque ces conséquences seront suffisamment désastreuses, la remise en cause sera obligée parce que la majorité de la population considérera ces conséquences comme insupportables.C’est bien ainsi que Syriza a été élue »  » « ….

        Puis-je vous prier ( et si possible chacun des lecteurs de bonne volonté..) de lire attentivement ces extraits de traduction de I. VAROUFAKIS (…. »devenu Marxiste Erratique »..) , d’un contributeur volontaire d’un autre blog … :

        http://www.docdroid.net/shpv/varoufakis-erraticmarxist-vf.pdf.html

        Vous y découvrirez le cheminement de cet homme ( et la signification de « erratique » ) qui a vécu l’expérience Thatcher dans la durée et en a conclu ……..VOYEZ vous-même…votre déception sera la mienne…!
        Il est indispensable pour tous les pays européen « en difficultés budgétaires selon saint-TINA » de soutenir les nouveaux dirigeants de la GRECE , de leur donner du temps , au moins…..

      2. « Alexis » suivi interprétatif……….

        J’écris « ….votre déception sera la mienne…. »

        Veuillez supprimer le la…..soit donc lire : ….votre déception sera mienne
        signifiant que , moi non plus , depuis quelques années , je ne crois plus au « grand soir »…!

      3. Otromeros, merci pour le lien vers la conférence de Varoufakis. Remarquable!

        Ici en anglais pour ceux qui le lisent couramment (car il y a une erreur ou deux dans la traduction que vous référencez, plutôt très bonne dans l’ensemble):
        http://www.theguardian.com/news/2015/feb/18/yanis-varoufakis-how-i-became-an-erratic-marxist

        Sa compréhension de Marx est la meilleure chose que j’ai lue sur le sujet depuis très longtemps.
        Au passage, on prend une idée de sa carrure intellectuelle, de sa passion, de son parcours et aussi de la confiance qu’on peut lui faire sur la pureté de ses intentions et la solidité de son engagement. On comprend aussi pourquoi désormais il prend l’avion en classe économique!

        Et il donne les clefs de sa conviction, que sauver le capitalisme de lui-même est malheureusement la tâche de l’heure en Europe, car il n’y a pas de projet de remplacement fiable qui soit prêt!

        Ça ne va pas être facile de le pousser au grexit de l’extérieur. De l’intérieur, on verra bien.

        Dernier paragraphe:

        Les confessions radicales comme celle que je viens de tenter de faire sont peut-être le seul remède au glissement idéologique qui menace de nous transformer en rouages de la machine. Si nous devons forger des alliances avec nos adversaires politiques, nous devons à tout prix éviter de devenir comme les socialistes, qui ont échoué à changer le monde mais ont réussi à améliorer leurs propres existences individuelles. Le truc est d’éviter la tentation de réaliser une révolution aussi large que possible – au final, cela ne ferait qu’aider les néo-libéraux à dépasser toute opposition à leurs politiques auto-destructrices – et de garder en tête les échecs inhérents du capitalisme, tout en essayant de le sauver de lui-même, pour des raisons stratégiques.

      4. Guy ,

        Bien d’accord…..Je regrette de ne pas l’avoir posté plus tôt. ( mais le blog était fort inactif concrètement..) .
        C’est plus qu’intéressant de bien comprendre que NI TSIPRAS ( vu son passé à la Cohn-Bendit…sauf l’orientation politique finale bien sûr..) NI VAROUFAKIS ne sont des amateurs cornaqués par des « spécialistes » aux ordres et intéressés…
        C’est pourquoi je crains fort que la tempête orchestrée dedans et dehors ne les emporte (Vous avez sûrement apprécié « Z » en son temps…)

        En liaison avec un de vos posts ultérieurs , le lecteur avisé peut découvrir 23 minutes de mise au point très claire par E.T. (!! pas volontaire..) concernant l’audit mis en place par Z.K. sur la dette grecque ici :
        https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=7OMx8q64tUw

      5. Un grand merci pour le lien de la conférence/confession de varoufakis.
        http://www.theguardian.com/news/2015/feb/18/yanis-varoufakis-how-i-became-an-erratic-marxist

        Que j ai trouve très éclairante, lumineuse…brillante, comme un pièce du puzzle qui manquait et qui apparait clairement, eureka quoi!

        Sa compréhension de Marx est la meilleure chose que j’ai lue sur le sujet depuis très longtemps

        J’ai particulièrement retenu vers la fin :

        If capital ever succeeds in quantifying, and subsequently fully commodifying, labour, as it is constantly trying to, it will also squeeze that indeterminate, recalcitrant human freedom from within labour that allows for the generation of value. Marx’s brilliant insight into the essence of capitalist crises was precisely this: the greater capitalism’s success in turning labour into a commodity the less the value of each unit of output it generates, the lower the profit rate and, ultimately, the nearer the next recession of the economy as a system. The portrayal of human freedom as an economic category is unique in Marx, making possible a distinctively dramatic and analytically astute interpretation of capitalism’s propensity to snatch recession, even depression, from the jaws of growth.

        Ce qui pourrait étayer d un point de vue théorique ce:qui pourrait devenir un vrai projet européen :

        Développer le maximum de créativité, dans un environnement le plus social possible, pour libérer les NRJ et re-ingenier:si je puis dire puis reconstruire une économie durable différemment.
        :: ce que souligne varoufakis est le formidable potentiel.de valeur ajoutée de l inventivité humaine qui ne peut être prévu et quantifiée a l avance.

        :: et pour cela on a besoin e libérer les nrjs, car c est très difficile d innover actuellement et cela l est notamment beaucoup plus lorsque il s agit de monétiser une innovation car le monde merveilleux des brevets est devenu un outil obsolète et bloquant dans notre monde de l’information par exemple.

        En tant que inventeur j expérimenté cela en ce moment. Et j i pu constater la:très grande et belle vitalité :de l impression 3d depuis que les principaux brevets sont tombes dan sle domaine public PLUS un esprit geek open source qui s est répandu et maintien la plupart des améliorations dans le domaine public.:c est une grande première et montre clairement comment le capitalisme doit être reaménagé de manière a préserver le maximum de zone de biens communs non pas pour geler le système mais au contraire pour le dynamiser.

        La robotisation, l impression 3d, les logiciels en open source, le:re-engineering collaboratif sont autant de leviers formidables qui techniquement rendent possible un très fort progrès social, des lors que l on s attaque de front au re-engineering politico social!!!!

        Exemple : le fermier dont l étable est robotisé accède a une nouvelle vie. C est le genre de robotisation qui est maintenant possible et qui peut être développé de manière creative quasi artisanale a travers le ingénierie collaborative. Et qui permettra même de rendre rentable de petites exploitations a taille humaines produisant de manière durable.

        Concrètement il faudrait un mode de financement des innovateurs bien plus souple et des périodes de contrats d invention au même titre que des aides au chômage, les inventions étant ensuite rendues publique : ce dont a besoin un inventeur est plus de vivre et inventer que de faire fortune hypothétiquement… Hugh!

  6. Je lis de temps en temps Legrain sur Foreign Policy et c’est une autre version du bail-out frauduleux de la Grèce en 2010 que j’avais retenue. Je l’ai retrouvée :

    By the time Greece was cut off from the markets in 2010, its soaring public debt of 130 percent of GDP was obviously unpayable in full. It should have been written down, as the IMF later acknowledged publicly. Austerity would then have been less extreme and the recession shorter and shallower. But to avoid losses for German and French banks, eurozone policymakers, led by German Chancellor Angela Merkel, pretended that Greece was merely going through temporary funding difficulties. Breaching the EU treaties’ “no-bailout” rule, which bans eurozone governments from bailing out their peers, they lent European taxpayers’ money to the insolvent Greek government, ostensibly out of solidarity, but actually to bail out creditors.

    Et ne vous y trompez pas, ce sont bien les banques françaises qui étaient en première ligne, pas les allemandes, sensiblement moins exposées à la dette souveraine grecque (mais beaucoup, beaucoup, beaucoup plus en Irlande qui allait immanquablement suivre le chemin grec…).
    Ni au Fmi, ni à la Commission, ni à la Bce, c’est à Paris et Berlin qu’on a décidé des priorités européennes et grecques (les banques).

      1. Ça c’est de l’or pour le « tribunal de l’histoire », le travail des historiens du futur, et pour le débat aujourd’hui!

        Je note, j’archive et je diffuse !

        Merci vigneron, ça efface, disons, vingt de tes sarcasmes. 🙂

    1. Ni au Fmi, ni à la Commission, ni à la Bce, c’est à Paris et Berlin qu’on a décidé des priorités européennes et grecques (les banques).

      C’est exact. Mais la différence c’est que les gens de ces instances n’ont pas été élus, donc c’est plus facile de leur jeter la pierre (surtout que quand on voit les gus, qui aiment bien se pousser du col, il faut reconnaître qu’ils la méritent et sans doute des plus grosses), plutôt que de remettre en cause les choix (ou non-choix) politiques que chacun fait dans son propre pays.

      Le défouloir organisé, et après on s’étonne que plus personne ne croit au fédéralisme européen ou plus prosaïquement à l’Europe. Ben non, tout est « la faute à Bruxelles ». Comme je l’ai expliqué il y a quelques jours à un autre commentateur, combien de fois la Commission a-t-elle bousculé le Conseil européen pour faire adopter une directive ? Hmm, poser la question, c’est y répondre. Et le conseil européen, c’est qui ? CQFD

      Barnier, quand il avait pris la décision d’interdire à ces membres de cabinets de recevoir les lobbyistes des banques, qu’ont fait les banques ? Elles sont passées par leurs ports d’attache nationaux pour saborder sa directive financière.

  7. Un tribunal pourquoi pas…
    Ce qui m’étonnera toujours, c’est le manque de relais par les médias mainstream de ce genre de reportage… bon très peu de personnes regardent Arte et encore moins à cette heure là.
    Mais ce reportage c’est de la bombe nucléaire qui devrait entraîner une révolution vu son contenu, mais non et s’il avérer… on va parler du taux (trafiqué?) de chômage en baisse pour le moins de janvier. super.
    Enfin quand la Troika s’en prendra à l’Italie, la France ou l’Espagne peut-être qu’on réagira.

  8. Excellente idée. Et si les participants sont suffisamment nombreux et les sentences prononcées, solidement étayées juridiquement, interpeller tous les partis politiques pour qu’ils se prononcent POINT par POINT, sur le verdict populaire.

  9. salut PJ

    revez vous en couleur????(tontons flingueurs)

    un jugement de ces personnes, c est aussi dans la belle verte, mais jee ne crois pas en ces utopies, un monde vivable et controlable c est on dirais gerable a l echelle de l islande, mais quand il y a plus de monde, ca se dilue, dilue dilue….

    desole pour les accents, clavier asiatique

    salut du japon

    bonus pour le plaisir
    http://hillion-fukushima.blogspot.jp/2015/02/oubli-mensonge-deformation-etc-pour.html

  10. Cela donne la nausée et un grand sentiment d’impuissance face à cette kleptocratie gangrénant toutes les institutions. Lâcher ce commentaire sur ce blog apporte un peu de soulagement …..

  11. Plutôt deux fois qu’une…
    Maintenant à propos des déclarations d’Emma Tompson et Greg Wise, on devrait tous faire pareil, dire que l’on refuse de payer nos impôts tant que ceux-là ne s’en seront pas acquittés.
    Faudrait même lancer une pétition sur Avaaz.org.
    Vigneron va pousser des hauts cris, m’en fous un peu.
    Avec quelle bourse paye-t-on les politiques ????
    Faudrait sérieusement qu’ils se réveillent !

    1. Je suis convaincu que c’est une voix d’action naturelle, non violente, qui s’inscrira naturellement en prolongation d’actions non violentes. Mais cette idée a besoin qu’on la répande, qu’on en parle, il convient de préparer les esprits à cela car seul un usage massif, correctement orchestré pourra être efficace.

      Il me semble intéressant d’envisager l’intervention de garanties (du genre verser l’argent a tel tiers partie qui attestera du paiment et bloquera simplement le transfert réel… ) de manière a éteindre complètement l’argument de la fraude/evasion fiscale à cette occasion.

      De manière générale, la force du peuple, c’était la force de travail en premier (grèves), la force du porte monnaie (rarement utilisé?), et la force de la fourche révolutionnaire.. mais la ça craint!

      techniquement la majeure partie du budget = tva, seule une greve de la TVA des entreprises peut vraiment avoir un effet boeuf, raide à court terme, les pigeons on déminé le terrain…

      parce que sinon le problème des taxes est que l’effet n’est pas immédiat, ce sont des budgets annuels.

      1. si les budgets sont annuels les décaissements sont mensuels comme les rentrées et un budget qui est une autorisation de dépenses ne exécute que si les encaissements se réalisent c’est pour cela que le trésor public favorise la mensualisation. dans les entreprise cela s’appelle le fond de roulement . L’absence de rentrées fiscales se traduira dès le premier jour par un emprunt de trésorerie qui si il se gonfle sera un signe relevé par les analyste financiers qui feront perdre le triple A et le gouvernement sera obligé le pourquoi. cela peut ressembler à une balle dans le pied? mais les inconvénients sont peu être moindre que le bénéfice à en retirer

    2. L’idée de la pétition à la fois comme médium d’information et comme revendication collective me parait être une très bonne idée. Cela marche bien actuellement.
      Pour peu qu’elle soit bien écrite et accrocheuse, ca se diffuse très vite et en grand nombre.

      Dans sa description, elle pourrait contenir en plus d’une explication, un lien vers le documentaire d’Arte (lien Youtube ou Dailymotion car les vidéos sur Arte ne sont visibles que jusqu’à 7 jours après leur diffusion).

      Par contre, j’ai personnellement de grandes réserves concernant Avaaz.org. Il y a eu quelques affaires pas très nettes.
      Mais il y en a d’autres, comme change.org par exemple.

  12. On voit dans l’émission d’Arte de pimpantes camionnettes allemandes ou autrichiennes « Aide à la Grèce », qui viennent livrer des médicament aux hôpitaux grecs, d’associations animées par « des citoyens allemands ou autrichiens qui ne sont pas d’accord avec leurs gouvernements. »

    …Encore rien vu autour de chez moi. (Liège, Belgique)
    Je donnerais avec plaisir et satisfaction quelques heures de mon temps hebdomadaire, et un peu de thune!

    1. D’accord avec vous, Guy Leboutte. D’ailleurs je donne déjà du temps et des thunes en France (nos ‘pimpantes camionnettes’ portent l’inscription Banque Alimentaire).
      Mais, après le reportage du journaliste allemand d’Arte, je pencherais pour la mise en œuvre de la proposition de Paul : un Tribunal d’Opinion.
      Il faut envisager d’aller plus loin. Il faut que nos concitoyens soient informés.

      Les moyens d’action, pour parvenir à faire juger les responsables des actes dénoncés dans le reportage d’Arte, sont multiples : pétition sur Avaaz pour informer autant que pour réunir des signatures dans toute l’Europe, action avec Attac et les Verts (Eva Joly propose aussi des actions) et aussi le GUE, toujours prêt à ferrailler. Ne pourrait-on pas envisager une class-action rassemblant de nombreux citoyens d’un ou plusieurs pays ?
      Pour lutter contre le « Tous pourris », il faut s’en prendre aux vrais pourris. Ce sera une façon de couper l’herbe sous les pieds du FN.

      Merci à Paul pour la suggestion de « nous en occuper nous-même ».

      1. Si tribunal i y a, il faut que ses membres soient élus.
        Donc première action élections au niveau des citoyens européens, de grandes élections sur le web, donc une plateforme pour organiser tout ça.

  13. En complément, un autre reportage, consacré aussi à la Grèce, sur France3, hier soir.
    Il était question des conditions de l’entrée dans l’Union puis dans l’Eurozone de la Grèce, jusqu’aux débuts de la crise, en passant par Eurostat (un mail exhumé révèle qu’à Bruxelles au moins certains bureaucrates étaient au courant du Swap Goldman Sachs-Grèce. Trichet dira dans le même reportage qu’il n’en savait rien ..)
    On y entend Giscard, Junker, Raffarin, Trichet, Védrine, Papaconstantinou (le ministre grec qui révèla la vérité des chiffres du déficit)
    Le sentiment que j’en ai, c’est l’incroyable désinvolture qui se dégage des propos de ces intervenants (mis à part Constantinou). En gros, ils savaient plus ou moins que la Grèce ne remplissait pas les critères ad hoc, mais les considérations politiques, l’idéal démocratique (Giscard qui vend l’entrée de la Grèce dans l’Union en faisant référence à Platon (hum, pourquoi pas Aristote ?) a prévalu sur toutes les considérations économiques au nom desquelles aujourd’hui les mêmes, ou leurs amis justifient les punitions administrées à la Grèce. Quel bel esprit démocratique à l’époque en faveur de l’intégration de la Grèce, pour sûr ce n’était pas de l’économisme, mais que diable pourquoi ces acteurs, ou leurs amis, ne font-ils pas aujourd’hui preuve d’un même bel élan démocratique pour donner toutes ses chances au gouvernement Tsipras pour simplement consolider la démocratie en Grèce ?! A moins que … ils n’étaient pas aussi démocrates qu’ils le prétendaient, la démocratie ne présentant d’intérêt à leurs yeux que lorsqu’elle se dilue dans le capitalisme et sa finance.
    http://www.france3.fr/emission/la-crise-grecque-une-faillite-europeenne

    1. Franchement Pierre-Yves c’est moins les bidouillages de GS (et autres) avant l’entrée dans l’euro que le grand n’importe quoi que l’UE et l’eurozone ont laissé filer après, jusqu’en 2010, qui ne laisse pas de m’interroger.

      1. Je ne comprends pas ton interrogation Vigneron. C’était hautement profitable pour les banques. Le reste c’est du comportement de Lemmings : droit devant jusqu’au précipice, tant que ça rentre dans les caisses.

      2. Ce qui était hautement profitable pour les créanciers c’était que la Grèce entre dans l’eurozone puisque ça sécurisait et donc survalorisait le stock de bonds grecs à taux astronomiques, ok, mais après ? Avec des spreads réduits à néant ?

    2. Bonjour ,
      Tout d’abord me réjouir que ce brûlot-anti-TROIKA d’ARTE que j’ai pu contribuer à faire découvrir ( coucou au copain VIGNERON….) soit enfin estimé à sa juste valeur.
      Un des auteurs de ce reportage ( « THEMA » quand même..! ) fait déjà l’objet d’un contre-feu sous forme d’insinuations de partialité voire de connerie( comme si les reportages lénifiants ou « Angela »-moralisateurs des chaînes aux mains du main-stream instruisaient à charge et à décharge..).
      L’exemple d’un commentaire-réaction d’un intervenant-TINA réputé sur un autre blog…:
      /////// Question :  » Au fait … vous l’avez vu le lien « ?
      ////// Réponse : « Oui, en faisant des sauts. A 1:27:16, Philippe Legrain parait qui critique la /////Commission Europeenne.
      /////Une minute plus tard, Harald Schumann, l’intervieweur-directeur-auteur, fait l’amalgame – /////sans justification aucune !! – entre les fonctionnaires de Bruxelles, la Commission, et la /////Troika comme si toutes ces personnes etaient les mêmes.
      /////Harald Schumann est altermondialiste, grand fervent d’attac, et prefere les réponses /////simples aux questions inextricables
      « .

      Ensuite signaler que le reportage d’hier soir FR3 date de septembre 2013…visible et enregistrable sur YOUTUBE : https://www.youtube.com/watch?v=9whoYlM0qkU
      ((( Surtout intéressant par ses commentaires….je ne résiste pas au plaisir de vous en reproduire un.(pas neutre bien sûr..)…))) :
      ///// »  » « Une parodie de désinformation : de riches banquiers et ministres nous expliquent ce /////qu’on doit penser. Jamais un pauvre ! Jamais un opposant ! Jamais un résistant ! Même les /////images ne sont tournées que dans les salons feutrés, ou pire encore, toujours face à /////l’Acropole ou au parlement en tournant le dos à la ville basse et à ceux qui y survivent ! Que /////pensent les gens de Syriza ? Que pensent les anars ? Et tous les autres ? Silence radio. /////Pour une vraie information sur la Grèce, je recommande Debtocracy ou Ne vivons plus /////comme des esclaves »  » « .
      Utile reportage..?..peu actuel certainement , mais ce n’était pas le but ?…Pommade-leurre…?

    3. Quel bal des faux culs… soient ces gens là, les Trichet et autres, sont idiots, ce que je ne crois pas, soit des complices intéressés… et ça y ressemble.

  14. Bon, les morts sont moins visibles avec la Troïka mais avec des millions de gens qui comme en Grèce ont perdu toute couverture sociale, ils doivent crever dans l’ombre.

    C’ est ce qui m’ arrivé, mais pas en Grèce, en Belgique, donc un pays qui a « encore » une couverture sociale.
    Alors j’ imagine en Grèce ou en Espagne ; on sait que c’ est pourquoi les gens sont sortis dans ces pays pour manifester en masse et pourquoi ce ne fut pas le cas au Nord.
    Quand il m’ arrive, très rarement ici, d’ aller en rue, je regarde les gens autour de moi, ou même sans ça j’ imagine ; ces sujets n’ intéressent quasi personne, par manque d’ information ou à cause d’ une information erronée. D’ où le fait d’ être dubitatif quand à un changement réel.
    Il reste cet espace de liberté qu’ est internet. Mais ici aussi, l’ information est loin d’ être réellement fédérée. Tant de blogs, sites et, ou opinions ; sans parler de l’ atomisation des individus.
    Hannah Arendt
    “Les mouvements totalitaires sont des organisations massives d’individus atomisés et isolés.”
    ―Hannah Arendt

    QQ Citations – http://qqcitations.com/citation/174535

    Néanmoins, et pour finir de façon plus optimiste, je pense qu’ on finira par voir un changement, le nombre de gens se rendant compte devenant de plus en plus élevé ; la question restant ici combien de temps cela prendra-t-il encore et quel est le prix que sont prêts à encore payer ces mêmes gens pour sortir de leur torpeur? Le prix de leur dignité sans doute comme on l’ a entendu en Grèce ou bien ..?

    1. Je le tiens de la pharmacienne de ma rue.
      Une habitante du quartier était en vacances en Grèce. Là, elle a dû se faire hospitaliser. Le médicament manquait.
      Elle est morte.

      1. Je peux enquêter si c’est utile.
        Je n’ai pas mis en doute la parole de ma pharmacienne, je n’ai pas les détails, et je n’ai pas pensé que ça pouvait être « juteux ».

      2. Tu fais confiance à ta pharmacienne ? Ah d’accord. Et si elle t’avais dit que c’était une légende urbaine belge, j’imagine que t’aurais changé de crèmerie ?

  15. Ce documentaire sur la puissance incontrôlée de la « Troika » (A REVOIR sur ARTE+ 7 jours!) m’a fait l’effet d’un pavé dans la marre : au fil des minutes, ma petite voix intérieure me pinçait le neurone du bras en me sussurant « dis, tu rêves là? ce truc c’est énorme! »

    Pour résumer : TROIKA = doctrine de la 2eme vague de la construction européenne, reposant sur 2 piliers :
    1) TROp d’état, YAKA privatiser et nourrir les appétits féroces des multinationales.
    2) TROp con le peuple, YAKA s’en occuper entre gens bien pensants.

    [————— ENARCHISME
    Sur le point de l’ELITISME, Il y a une très forte corrélation entre la culture ENArchique et la Troika, comme si cette culture avait.. mutée.. et avait été transplantée la haut!?

    Quand à la notion de service de la nation qui fait aussi partie de cette culture française de l’administration éclairée et de l’ENArchie, elle a aussi pu muter, se transformant en une mission de sauver… les états en accompagnant leur évolution vers moins d’état, quitte à créer un supra état hors de contrôle, en vue inconsciemment, d’assurer la paix en europe. Le service de la paix remplaçant, après guerre le service de l’état
    ——————————————————–]

    Cote positif, pour que cela sorte ainsi, faut qu’il ait des gens de l’intérieur qui commencent à conscientiser.

    Et quelle chance d’être encore en démocratie de parole.. d’ou la transition : quelle chance de pouvoir aussi tenter d’agir, se réunir.

    Ces 2 YAKA je les connais bien, lors du référendum de Mastricht, pour tenter d’y voir clair, j’ai rédigé un ouvrage a succès : l’engouement de la population fut extra-ordinaire. C’est possible, souvenons nous en! Et la peur des dirigeant fut aussi grande : c’est Mitterrand qui est intervenu à la TV et à fait pencher la balance in extremis (les ventes de livres se sont arrêtées NET du jour au lendemain de son intervention, la voix avait été tracée!!) Et ces années de préparation furent l’occasion du casse du siècle que personne n’a repéré a l’époque :: l’interdiction de la BCE de prêter directement aux états, et de fait l’intermédiation nécessaire des banques.

    Casse du siècle? C’est peu dire! Casse de l’humanité!!

    En complément de ce documentaire sur la troïka il y a deja eu un documentaire notamment sur l’histoire « secrete » de la création de l’union monétaire, sous la férule d’un espèce de « shadow cabinet » soutenu et alimenté par les multinationales européennes, l’idée avancée étant de les renforcer pour les aider à lutter contre les multinationales américaines. Le problème qu’on a constaté par la suite est que ces multinationales sont devenues encore plus.. multinationales.

    Bref, il y aurait de quoi alimenter sérieusement un « tribunal » de conscience sur la construction européenne… qui pourrait être bâti sur ::

    1) une meilleure connaissances de l’histoire récente, avec une mise à plat contradictoire qui dépasse la relative faiblesse de certains blogs qui peuvent paraitre un peu ésotériques (et le sont peut être!!) et ainsi ne pas atteindre la crédibilité nécessaire
    Avec le recul, les témoignages d’acteurs politiques de l’époque serait bien utiles (ah si on pouvait aller interviewer Fredo Mite Errand!!)

    2) un espace « watchdog » offrant un contrôle populaire, sur la base d’une liste de problèmes soulevés par l’action européenne, avec une base d’informations et d’arguments participatifs.

    (notamment faire comprendre a quel point la réglementation européenne nous touche très fortement dans nos vies en bien et pas que… alors qu’il s’agit d’un processus anti-démocratique, sur lequel nous n’avons aucun contrôle. Ce hiatus n’ échappe t il pas au plus grand nombre).

    Faire intervenir les tribunaux européens?

    in fine, l’objectif serait de faire intervenir les tribunaux européens; Dans le reportage sur la troïka, il est notamment fait reference à l’illégalité de l’action de l’eurogroupe… là cela pourrait faire.. du.. grabuge « positif » au sens de sauvegarder une image positive des institutions qui puisse alimenter une re-construction, plutôt qu’une démolition si Marine passe par la case elysée en 2017!!

    ?? Quels sont les conditions pour déposer une plainte auprès du tribunal européen?? me souviens plus si la notion d’actions de groupe est ok ou pas!?

    (ps j’ai déposé il y a quelques années la marque voxeuropa et plusieurs sites voxeuropa.com à cet effet, c’est dispo!)

    [——————— PAN EUROPA ::
    n;b. l’inforamtion pan-européenne est quelque chose de très difficile. Pour info, le site voxeurop qui a repris l’activité pressEuropa (revue de presse européenne avec traduction des articles) est nourri par une équipe de volontaires quasi bénévoles (et pire), suite à la coupure des subventions européenne de pressEuropa… l’année derniere; étonnant non? faut dire qu’ils étaient plus totalement dans la lignée éditoriale des instances européennes, z étaient devenus u peu trop.. critiques!!

    C’est aussi un des rares espaces qui dispose d’un forum européen multilingue
    ————————]

    Il y paradoxalement un véritable déficit d’information et de culture européenne, comme s’il s’agissait encore de diviser pour régner.. alors que on sait de plus en plus a quel point la culture façonne l’unité des peuples…

    En ce sens une initiative populaire européenne genre tribunal serait passionnante et irait dans le bons sens;

    => Techniquement, l’obstacle de la traduction peut être de plus en plus lève par les outils de traduction automatisés, merci google, et la participation du public pour corriger les gros contresens. Donc c’est beaucoup plus envisageable qu’il y a quelques années. PressEurop en a fait les frais.

    A propos de « conscience » l’argument sous jacent est probablement que ce TROIKISME valait mieux que de risquer de nouvelles guerres en europe. Je me suis longtemps interrogé pour tenter de comprendre, comment, mes 2 parents, l’un ex-chercheur à L’INRA, l’autre enseignante en histoire géo et économie… tous deux fort « cultivés » ayant fait le choix de s’abstraire de la pression des marchés en faisant carrière dans la fonction publique, paradoxalement, sont en accord avec la troïka!!!! Au de la du mythe de la « réussite », il me semble que cela a quelque chose a voir, avec l’expérience de la guerre, très inconsciemment.

    On peut espérer un changement de mentalité profond en europe, maintenant, car ce groupe, marqué par la férocité de la guerre, est encore nombreux, influent, mais il y a une autre culture qui arrive, illustré notamment par la « nouvelle donne » de podemos et Alexis Tspiras, et aussi par notre jeune ministre des finances sir Macron. Ne manquez pas le reportage sur arte sur ce jeune ministre. A mon sens il témoigne d’une toute autre génération, portée par les valeurs de liberté, épanouissement, beaucoup moins de culpabilité (mais aussi un très fort élitisme qui alimente chez lui l’idée que gouverner par le haut vaux mieux que par le bas, meme s’il déploie beaucoup d’NRj à convaincre visiblement, et la on rejoint.. l’esprit de la troïka!) Bref, pour célébrer l’esprit du lieu :: il y a de l’espoir!?

    Le terme « tribunal » de la troïka est peut être un peu » has been? ». Un truc plus constructif? ; constituante? avec l’idée de rézo? de participation? wiki? de conscience? Qui s’appuie sur le sentiment de liberté, liberté de poser et résoudre les problèmes ensembles sans trop s’impliquer!?? Ou au contraire en se réunissant, en créant du lien. Autre valeur contemporaine qui revient en force.

    Dans le tribunal il y a l’idée de justice aussi. Quel pourrait être le concept de justice, liberté, participation lien?

    dans tribunal, il y a tribune, c’est peut être de cela dont on a besoin en europe :: une tribune?

    (nota : dixit equipe de voxeurop ex pressEurop, une des force de leur activité est le forum multilingue, un des rares espaces d’échange multilingue en europe!!! )

    Et donc, concrètement, un rapprochement avec le voxeurop et son forums multilingue, à la réflexion me semblerait une piste concrète, quitte à la faire sous un autre nom très proche comme voxeuropa, histoire de pas trop le smouiller politiquement, ils ont besoin des subventions de l’Europe!!

    hugh! (c’est long mais entre amis on aime bien lire dans le détail, non?

    1. Tribunal, c’est parfait. C’est la seule façon démocratique d’obtenir des sanctions contre les bandits après avoir mené des enquêtes à charge et à décharge. Pourquoi ne pas déposer des plaintes devant les différents tribunaux européens ? Après tout on a touché aux droits de l’homme, en Grèce d’abord, et dans tous le reste de l’Europe…

  16. J’ai regardé ce documentaire, je le fais passer aux amis, je mets le lien partout où je peux. Entièrement d’accord pour un mouvement de désobéissance civile. Il faudrait qu’il soit à l’échelle de l’Europe. Et que ceux qui l’initieront sachent qu’ils peuvent, qu’ils ont toutes les chances de se retrouver en prison quelque temps. Mais bon, après tout pourquoi pas ? Il faut bien arrêter ce mouvement qui sans fin nous plonge tous dans le désespoir d’une société définitivement injuste, ce qui est autre chose que nous vivions jusqu’à présent, une « simple » société injuste…
    J’évite les théories complotistes, mais là, faut bien dire que ça ressemble à un vaste complot, pour transvaser tout ce qu’on peut des pauvres et classes moyennes vers les riches.

    1. Les citoyens grecs comme les citoyens européens doivent impérativement et précisément savoir quelles entités ont gagné ou perdu à ce jour sur des actifs grecs et/ou leurs dérivés depuis le déclenchement de la crise grecque, ainsi que quand comment et combien. La Transparence, quasi divine, qu’ils appellent ça. J’appellerais juste ça un minimum.

      1. Dans le documentaire la passage sur la vente par appel d’offre « unique », avec une seule offre qualifiée pour la reprise du fabuleux terrain de l’ex aéroport du pyrée est tout a fait extra-ordinaire!!

        Face à la troika qui va gerroyer dur pour maintenir ces contrats, une parade efficace serait une révision constitutionnelle qui intègre la notion de bien public et la nécessité de protéger ces biens,

        Un pays.. avance, pourrait meme intégrer la nécessite constitutionnelle… ce serait drôle.. d’accroitre la part des biens publics ou d’atteindre/preserver un pourcentage.

  17. Eh oui on se laisse faire ! C’est révoltant et on ne bouge pas . Nous n’avons pas d’Emma , quel dommage! Une pétition par Avaaz.org ne me paraît pas efficace! ne reste plus qu ‘une révolution!! Rêvons puisqu’ on dort!

  18. La tentation est certes grande de passer tous ces Jean Foutre à la lanterne.

    Mais je me méfierais quand même du tribunal capable de prononcer la sentence.

  19. Un tribunal pour les juger, très bien.

    Mais c’est comme souhaiter que les pourparlers aient lieu avant la guerre, non ?

    Parce que pour le moment, ce rapport de force n’est pas sur le tapis, pas décomposé clairement

    Pour tous, et les évènements qui donneront l’élan à votre tribunal n’ont pas eu lieu.

    Je ne vois pas d’issue dans le calme, et pourtant je cherche.

  20. Le reportage d’Harald Schumann ne doit pas laisser pantois. Sans quoi l’absence de réaction renverrai immanquablement une approbation formelle au mépris inconséquent utilisé comme base de travail méthodologique et hors les murs des bureaucrates vampires des « Institutions » (nouvelle appellation de la troïka).

    Lagarde aura beau avoir révélé la liste HSBC à Athènes, avant même de produire des effets, la menace aux phobiques administratifs est un jeu de positionnement politique manipulatoire permettant de généreuses absolutions afin de cultiver l’entre-soi et de stratégiquement isoler l’opposant fébrile. Et les grecs sont bien loin d’être différents des autres dans ce sens. Si comme le déclare Falciani nous ne distinguons à cet instant que le sommet de l’iceberg à propos de cet angoissant listing, combien d’entre eux éviteront consciencieusement de passer par le centre des impôts pour négocier par la plus grande convenance d’un cœur allégé en direction du ministère ?

    Et comment pourra-t-on en ce cas reprocher aux vaillants fonctionnaires, aussi courtoisement dévoués à la correction des sémantiques mal agencées des directives gouvernementales, quelques suggestions impératives dans les écrits d’un ministre représentant du peuple ?

    Tout est dans le rapport à la douleur. La somatisation n’est que le signal d’un rapport de force favorable. Ne nous trompons pas, à cette échelle les moyens de contestation nous apparaissent dérisoires mais ne peuvent laisser la victoire à une résignation masochiste.

    La perversion n’est pas une politique viable.

  21. Personne n’envisage qu’au-delà de l’idée abstraite de »grande finance internationale », certains voir beaucoup des faits dénoncés dans cette discussion aient été décidés dans notre intérêt collectif, nous Français ? Que nos assurance-vie, sicav, régime de retraite complémentaire, etc. sont placés par centaines de milliards par nos banques sur les marchés internationaux et que nos rendements, notre argent sont dépendants de ce qu’il se passe sur les marchés obligataires ?

    Aux questions de savoir pourquoi les pays défendent leurs banques, éventuellement contre les intérêts de pays tiers, personne n’imagine que cela ait avoir avec nous ? Avec nos propres intérêts et avec les conséquences politiques et sociales que pourraient avoir des pertes massives de capital dans notre pays ?

    En bref, personne n’envisage que dans un « tribunal d’opinion » ne soit aussi mis en cause notre goût démesuré pour l’épargne ?

      1. Quoi qu’on pense de Vigneron (par exemple ^^ ) ; il y aurait moyen que vous arretiez d’arroser systematiquement de tout votre mépris les quelques contradicteurs qui trainent ? c’est plus que déplaisant, n’importe qui d’autre se permettant ce genre d’expressions verrait ses posts censurés ici, et à raison…

      2. ça fait donc deux + Zebu ( Vigneron et lui seraient pour une fois d’accord ?) + Gouvernator + Juannessy.

        J’attends la réaction de Jducac .

    1. notre goût démesuré pour l’épargne ?

      Tu veux dire « goût démesuré pour le miracle de l’argent qui s’agrandit tout seul, sans que nous fichions rien? »
      C’est un miracle impossible en l’absence d’esclavage, salarié ou autre.

      Ô salariat, je te bénis! est l’action de grâces que rendent les nantis chaque matin dans leur salle de bains.
      Mais ils sont pas cons: devant les micros, ils se lamentent.

      1. Puisqe nous sommes dans le commentaire.. d’une émission TV, je cite au tribunal une autre preuve , elle aussi cinématographique « Margin Call » diffuse aussi il y a peu sur Arte (mais comment arrivaient ils a être encore finances ces guguss la!?)

        A un moment clé, ou il est question de la culpabilité du trader, devant l’abime qui est en train de s’ouvrir, à l’aube de l’explosion des supprimes, un trader expérimenté, envoie une belle tirade sur sa fonction, son rôle qui est de permettre a toute une population avide, de continuer a gouter aux délices de la société de consommation, (De la meme manière que le consommateur, vous et moi, sommes bien contents de déléguer l’abattage du jeune veau à GAD sans le malek! une image que j’ajoute).

        Sauf que (a quand les films interactif ou ont peut faire apparaître les commentaires des spectateurs acteurs comme dans un blog???) les chefs se sont servis des millions et des millions en connaissance de cause, sachant qu’ils vendaient de gros paquets de … odoriférants..

        bref :: on peut être boulanger et vendre du pain sans FORCEMENT empoisonner son client (oui je sais eux aussi nous prennent pour des idiots en nous vendants des confiserie industrielle à 90 du marche.. ) — on devrait pouvoir gérer en bon père de famille des épargnes, ça doit être techniquement faisable aussi!

    2. notre goût démesuré pour l’épargne

      Disons que c’est du second degré, pas une accusation.
      Les banques, les assurances vivent de notre argent, contraint parce que nous ne pouvons toucher les salaires et les pensions en liquide, moins contraint quand il s’agit de « mettre de côté » pour les aléas de la vie et la baisse des retraites.
      Quand les banques islandaises ont fait défaut, quand le système Madoff s’est écroulé, beaucoup de « petits épargnants » allemands, suisses, … ont perdu partie ou totalité de leurs économies. A ce que je sache, le gouvernement allemand – contrairement à ce qui s’est passé lors de la faillite de la banque allemande Hypo-Real-Estate – ne s’est pas porté garant.
      Sur le blog de Paul, François Leclerc nous a expliqué, en mai 2010, qu’en « aidant » les banques grecques, on sauvait avant tout le Crédit Agricole et la Deutsche Bank. De là à penser que Merkel et Sarkozy étaient les instigateurs de ces « aides », le pas à franchir n’était pas très grand.
      Par contre, seuls ceux qui ne voulaient pas savoir ignoraient les conséquences* des décisions prises par la Troika en Grèce, par Thomsen en particulier. Des décisions qui auraient pu être différentes, c’était de leur responsabilité, comme l’a dit Varoufakis en les mettant à la porte, et non de la responsabilité de Merkel-Schäuble et de Sarkozy. Chacun est responsable de ses actes et doit refuser d’obéir quand on lui impose des décisions immorales, ils sont responsables de leurs actes et un tribunal devra décider s’il y a lieu de les punir.

      * Dès 2010 une amie pédiâtre à Athènes m’avertissait par mail du premier décès d’un petit patient, car Bayer qui n’était plus payé avait refusé de continuer à livrer des médicaments. Combien d’autres enfants sont-ils décédés par la suite ? Et aujourd’hui encore ?

      1. AlainV,

        Les banques, les assurances vivent de notre argent

        « Notre » argent, ça n’existe pas!
        Qui a de l’argent en banque, qui n’en n’a pas? J’entends les sicav, retraites complémentaires, etc, dont vous parlez. Pour les comptes-courants, c’est déjà un peu plus vaste.

        Une idée à faire avancer est celle-ci: il y a un bien public que les banques se sont appropriées, qui fait partie de leur boulot, c’est le système des paiements, dont nous avons à peu près tous besoin: les comptes courants et quelques opérations de crédit de base pour les entreprises.

        Si cette idée avait été claire dans les têtes qui dirigent, et si elles avaient été libres d’inféodation aux banques (ceci est une expérience de pensée!), la solution à la crise de 2008 était très simple et pas chère, et n’ouvrait pas la crise d’endettement des Etats où nous sommes!
        Il suffisait que l’Etat achète les banques en faillite à leur valeur, c’est à dire zéro, nationalise les guichets et la partie utile correspondant à ce bien public, et jette le reste qui a joué et perdu, tout en poursuivant ses gestionnaires sur leurs patrimoines accumulés pendant les décennies gagnantes pour récupérer les épargnes modestes ruinées par la crise.
        À ma connaissance, le seul théoricien qui ait parlé de ça a été Frédéric Lordon, mais l’ego des intellectuels est tel que personne n’a relevé. Alors que des citoyens de base (j’en connais!) ont eu la même idée avant de lire ou sans lire le Frédéric.

  22. De Gaulle en lançant son Appel du 18 juin, était-il dans la légalité, ou dans la légitimité ?
    Cette actrice, en ne payant plus ses impôts, est-elle dans la légalité, ou dans la légitimité ?
    Lorsque vous en aurez suffisamment marre, lorsque vous n’aurez plus que la peau sur les os, que ferez-vous ? Vous avez encore un peu de gras ? Il y a encore de quoi ronger ? c’est que vous n’êtes pas prêt.
    Je vous invite à vous éveiller, il vous reste encore un peu de temps, mais plus beaucoup.
    De toutes façons, personne ne pourra dire: « Ouin, snif, personne ne m’a rien dit, ON m’a pas prévenu ».

  23. Je trouve l’idée d’un tribunal pour juger les acteurs de la « Troika » excellente, mais je doute quant à la mise en pratique d’une pareille procédure, puisque ces honorables gens sont couverts, protégés, souvent dotés d’un emploi sécurisé (FMI, BCE, état).
    De toute facon, il faut bien trouver une solution pour « le cas grec ». La situation financière de la Grèce devient plus que précaire, on y voit pas l’issue. La Grèce a recu, en crédits cumulés 226,7 milliards, dont seulement 11 pourcent ont été affectés au fonctionnement de l’état, le reste a servi à satisfaire les créanciers (en terme de frais financiers).

    1. Bien sûr qu’on peut douter de l’issue d’une enquête d’un tribunal… mais si on ne fait rien, là, il n’y a pas de doute à avoir.
      Marre d’avoir le sentiment de se faire « desèkaciser » tout le temps …

    2. La nomination (pour une période de 6 ans) des juges pour le tribunal européen et son renouvellement dépendent d’abord d’un comité (sélection)….

      art 255 TFUE
      « Le comité est composé de sept personnalités choisies parmi d’anciens membres de la Cour de justice et du Tribunal, des membres des juridictions nationales suprêmes et des juristes possédant des compétences notoires, dont l’un est proposé par le Parlement européen. Le Conseil adopte une décision établissant les règles de fonctionnement de ce comité, ainsi qu’une décision en désignant les membres. Il statue sur initiative du président de la Cour de justice. »
      Donc l’indépendance des juges du tribunal européen dépend aussi de l’indépendance de ce comité de sélection vis-à-vis de l’ exécutif (commission, etc.)… on peut rêver…

  24. Faudrait Stiglitz et krugman. Pis Suppiot pour le droit du travail. Pis des économistes allemands aussi. Pis vous savez qui. 😉

    1. Oui, oui, des Allemands!
      L’historien de l’économie prof à la London School of Economics, Albrecht Ritschl, notamment.
      Voir aussi ceux qui ont signé avec les syndicats une déclaration en faveur de la Grèce.
      (En allemand, « économiste » se dit « Wirtschaftswissenschaftler. » )

    2. James K Galbraith dans ce tribunal ? ! (fils de John K Galbraith)

      Je viens de finir son bouquin (« La Grande Crise »). Pas mal. A fréquenté de près Varoufakis à Austin.

      Explication du « minotaure » au passage:

      Dans le Labyrinthe, tout disparait, rien ne sort. C’est ce qui se passe pour les déficits américains qui conduisent à des flux de capitaux sans fins vers les US

      … (ce que JKG prétend gérable dans un seul cas : une croissance lente, plus basse que le taux d’intérêt réel… un peu compliqué en trois lignes…)

  25. Ne pas payer ses impôts est compliqué quand on est salarié. Ils savent tout de nous.
    j’ai choisi de ne plus voter et ne plus renouveler ma « carte d’identité » (document d’Etat non obligatoire, vous pourrez vérifier) le jour où j’ai du voter à droite malgré moi (2002). J’ai confirmé mon choix avec le spectacle de la gauche européenne. Depuis j’attends qu’on embastille ces voleurs pour redevenir un citoyen « normé ».

    1. Pour la carte ID, non obligatoire.. sauf pour sortir du territoire.. et y re-rentrer !!!

      Si vous demandez un passeport… maintenant c’est les 10 doigts qui sont scannés!!!

      Me suis fait avoir.. A la demande je crois deux doigts ou plus mais pas 10.. beaucoup mais bon..
      et quand on vient chercher le passeport :: PAF!! allez.. zou les 10 doigts!!
      J’ai ralé, et réponse « à la con » servie par une petite voix « administrative » c’est pour mieux vous protéger…

      Pour le paiement des impôts :: il n’y pas de prélèvement au tiers en france comme au royaume uni. Que on soit salarie ou pas ne change rien,

      pour l’instant. Je serai au gouvernement… je mettrai en place le paiement par tiers bien sur!! Me demande si il y a un projet de réglementation européenne dans le pipe line quelque part sur ce thème!!???

      1. Auto-reponse :: oui le mouvement est enclenche.

        Depuis l’année dernière en France les revenus mobiliser sont preleves directement à la source, et cela est bien entendu la conséquence d’une directive européenne sur l’harmonisation de la fiscalité de l’épargne.

        On peut comprendre la motivation financière, voir la lutte contre l’évasion fiscale, sauf que la encore c’est les gros qui s’en tirent, perso ma banque a fait une erreur et je dois aller repêcher des sous!

        mais il est clair que du point de vue de la liberté de manière générale et plus précisément concernant la possibilité de faire la greve de l’impôt… la marge de manoeuvre se réduit!!!

  26. Un tribunal nécessite que les autorités en place soit du côté des victimes/dénonciateurs.
    Nous allons vers un deuxième Nuremberg, ou vers la jungle (pollué), ou vers la tyrannie.

  27. Allez, en attendant, business as usual : Buxelles fixe de nouveaux objectifs de réduction de son déficit à la France Bien entendu, en serrant la vis un peu plus… histoire de rappeler la règle : Heil Troïka !!

    De loin ça parait con?: sourires… disons étrange, enfin.. paradoxal : puisque le cout de l’argent baisse, il semble y avoir une généralisation du quantitative easing dans le monde entier… et on voit apparaître des prêts a taux négatifs (ja j’aimerai qu’on m’explique…!!!)

    Alors? Logiquement… ça parait plutôt une bonne chose d’emprunter, si en plus on gagne de l’argent en empruntant maintenant! ?? Du coup.. il y aurait peut être besoin d’un referendum populaire.. pour modifier le traite… parce que franchement… faut s’adapter non?

    Ce soir je m’endors en rêvant à l’interet negatif appliqué à la dette française… le pied!

    1. 40 milliards de fraude annuelle recouvrés: plus de mise en demeure humiliante par Bruxelles. (et ce sont 60 milliards dans l’idéal…)
      Mais il est plus facile de réduire les moyens des organismes sociaux.
      Il faut croire que la fraude est tolérée par l’ensemble de l’opinion publique et favorisée par la tête de l Etat. Visiblement, l’espoir perdure d’un côté et le courage manque ailleurs.

      Ref.s:
      http://www.alternatives-economiques.fr/ces-600-milliards-qui-manquent-a-la-france–enquete-au-coeur-de-l-evasion-fiscale_fr_art_1143_58595.html
      ou
      http://www.franceculture.fr/oeuvre-ces-600-milliards-qui-manquent-a-la-france-enquete-au-coeur-de-l-evasion-fiscale-de-antoine-p

      LuxLeaks est beaucoup plus important: silence prudent et contre-feux avec l’éventé SwissLeaks.

      Au niveau européen, la Grèce joue le même rôle que les organismes sociaux en France: une variable d’ajustement, un amortisseur. Combien aurait coûté à « France S.A. » la perte des crédits sur la Grèce et la faillite d’une grande banque ?
      Certains ont fait le calcul qu’il valait mieux que la Grèce encaisse le choc, plutôt que d’endurer un accident du PIB français, avec la perte de économies de M.e Michu comme dégâts collatéraux. Des milliers de M.e Michu, en fait.
      Facteur aggravant en Grèce, l’agenda « libéralisme punitif » en a profité pour avancer ses pions. Naomi Klein dans « la stratégie du choc » a bien montré le modus operandi.

      Tant que nous ne sommes pas capable de voir et assumer les conséquences de notre désir de justice sur notre niveau de vie, nous serons noyés sous les larmes de crocodile. J’ai fait mon choix : remise des dettes multilatérales (jubilé) en Europe, sortie de l’Euro éventuelle et baisse généralisée du niveau de vie.Puis nouveau départ avec d’autres règles.
      Et je paierai mes impôts. C’est un impératif anti-relativisme.

      1. Oui, merci:de rappeler luxleaks. Il y a eu une velléité de lancer une investigation a travers une commission:d enquête parlementaire a l initiative du parlement européen, un de leurs rares pouvoir…. Sauf que bien que le nombre de requérant était suffisant des parlementaires se sont dégonflés et la commission d enquête va finir en commission d information avec très peu de pouvoir.
        Non seulement on a un parlement européen muselé, mais en plus on a des enfoirés de parlementaires qui n ont plus aucune couille! Notamment des élus..socialiste.. Si il y en a au on plus dinfo cela:serait intéressant, notamment sources officielles, listes des parlementaires ayant votes ou pas… Merci
        Et le sonneur d alerte risque de se retrouver en prison lui…!!!
        Et junker.. Se porte comme un charme, se plaignant juste.. D être assailli injustement par les journalistes…

        Au passage, j ai lu ici que après tout ce n était pas nouveau… Mais ce qui est nouveau c est la conscience du coût réel que cela a, et ce sont de très grosses sommes.

  28. Et si enfin ça se mettait à bouger ? Bloquons nos impôts sur un compte éthique pour obliger nos gouvernants à lutter plus efficacement contre l’évasion fiscale! Ce compte pourrait servir à soutenir des enquêtes ou des actions contre l' »optimisation » ou pour instaurer une taxe Robin des bois. On pourrait aussi simplement y faire des dons qui serviraient à régler les pénalités de ceux qui s’engagent. L’idée n’est pas de faire la grève des impôts, mais de faire de la rétention intelligente afin d’exercer une pression.

  29. Comprenez chers tous, Mr Jorion, qu’une part importante de la population ayant conscience que ça ne tourne pas rond depuis des lustres avec des zélites autoamnistiées, une masse de citoyens ne vous lisant pas, ne réfléchissant pas faute à la téloche, soit devenue ou devienne radicale, voire extrêmement radicale, parfois « terroriste » quand pas suicidée, c’est presque logique tellement c’est peu grave pour les salauds tellement ça donnera un esprit charlot manipulable…zut je conspirationne ! Veuillez excusez le ton sarcastique de cette courte réponse c’est trop rageant de ne faire que des intentions de justice sans lendemain…

  30. Votre question Mr. Jorion est : « Faut-il établir un tribunal d’exception sur le modèle du Tribunal Russel-Sartre? »:

    Ces gens sont intouchables juridiquement. Ils se sont arrogés des pouvoirs sans être élus? La belle affaire. N’est-ce pas Machiavel qui il y a plusieurs siècles a écrit : »Le pouvoir ne se reçoit pas, il se prend ». Quelles lois écrites ont-ils maltraitées? Qui serait leurs juges? Quelle sentence autre que morale pourrait-on leur infliger. Nous entrerions dans une innovation créatrice.
    La démarche « Emma » a peu de chance d’aboutir. Il faut beaucoup de force morale et de conviction pour aller au bout d’une telle action.
    Nous sommes impuissants. Alexis qui parle de vague scélérate a raison : « Nous faisons face au niveau mondial à une vague scélérate, à la conjonction de plusieurs crises liées entre elles – financière, politique, ressources, écologique – et qui se renforcent l’une l’autre, les conséquences ne peuvent donc qu’empirer ». Tous les paramètres vont vers l’asymptote : ça va péter! Il ne faut rien faire pour cela. Ce sera un Tsunami où les « Institutions » sombreront. Qu’y aura-t-il après? Rien de meilleur je le crains. Au contraire.
    Est-ce à dire qu’il ne faut rien faire? « On peut penser que les choses sont sans espoir et quand même être résolu vouloir les changer » disait Camus je crois. Mais je ne pense pas que le tribunal soit la bonne méthode. Il faut trouver autre chose. Mais quoi? Préparer l’après Tsunami! Le Communisme n’est pas une solution. Le passé nous l’a montré. Le Capitalisme n’est pas réformable. Il faut inventer autre chose. « Inventer, c’est penser à côté » disait Einstein. C’est le plus difficile.

    1. Pas besoin d’inventer le futur
      Il s’invente bien lui-même – et, c’est ça qu’est déroutant / intéressant / drôle / inattendu / inexplicable.. – jamais comme on l’avait prévu.
      Petit farceur qui se rit bien de nos modèles, de nos dogmes, nos doctrines, nos traités, nos plans sur la comète, nos peurs et nos espérances…

    1. Le CADTM a développé une typologie précise des dettes illégale, illégitime, odieuse et insoutenable, ouvrant la voie à des annulations de dettes défendables en droit international.
      EricToussaint a participé à l’audit de la dette équatorienne, dont les travaux ont duré quatorze mois en raison du grands nombre de créanciers et de la longue période d’acquisition de ces dettes, mais qui a permis une réduction importante de leur montant.
      Dans le cas grec, les travaux seront plus rapides, car la période de référence ne porte que sur les 5 à 7 dernières années, et vu le plus petit nombre de créanciers.

      1. Et pour tout ça , il faut du TEMPS…..Zoë(législatif) a débuté …L’exécutif sui(vra)(t)…
        Pourvu que l’ « ennemi » tant extérieur (nous , hélas , ..) qu’intérieur , ( éventuellement cornaqué de l’étranger) , laisse ce TEMPS qu’il faudra mégoter pied à pied .
        Là , on peut compter sur VAROUFAKIS « the right man in the right place » , lui , devenu hétérodoxe conscient , pour ne pas se laisser influencer ou « ridiculiser » par les « spécialistes » des zombies-TINA …
        Par contre on me dit qu’il y a eu ce soir? une manif. à ATHENES…?? QUID ?

  31. La formation d’un tribunal est la moindre des choses vu la mizere du peuple Grec et lew 7000 suicides a ce jour, sans compter les morts a cause du manque de soins medicales et de medicaments.

  32. Peut être ces gens seront ils jugés, un jour, qui sait? Les choses changent tellement vites, il faut alors espérer que les événements nous conduiront vers cette hypothèse, je l’espère.
    Ils auront en tout cas à faire face au jugement de l’histoire, si elle se souvient d’eux. Comment présentera t’on ce que fut la troïka aux générations futures, dans 200 ou 300 ans? Est ce que l’histoire se souviendra de ces individus qui ont soutenu cette politique économique: Sarko, Hollande, Merkel, Draghi, Barroso…. Ou seront ils finalement oubliés, effacés des récits futurs?
    Les juger de leurs vivants, certes, mais par quelle instance? Le TPI? Un tribunal d’exception dans le style Nuremberg comme j’ai pu le lire plus haut? C’est techniquement possible après la question qui va se poser est jusqu’où aller? Se limiter à la composante Troïka, ce qui fait déjà pas mal de monde, uniquement ses dirigeants ou carrément la totale?

  33. Nous pourrions collectivement utiliser notre droit de citoyen européen à déposer une demande d’indemnisation auprès de la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour violation par la Troika (pardon, « Les institutions ») de la Convention Européenne des Droits de l’Homme. L’indemnité demandée pourrait correspondre au montant des dépenses de secours que l’Etat grec ne peut pas engager au bénéfice de ses ressortissants à cause de l’objectif d’excédent primaire du budget imposé pour rembourser le principal de la dette publique « dû » aux institutions que la Troika représente. Dans de nombreux Etats de la zone euro, le fait d’exiger d’un débiteur le remboursement d’une dette au-delà de ses ressources minimales à mener une vie décente est constitutif du délit d’usure. Dans la plupart des pays de la zone euro, les ressources d’un foyer allouées aux besoins fondamentaux des membres du foyer ne sont pas saisissables par les créanciers.

    Les institutions représentées dans la Troika n’ayant pas le statut d’Etat souverain sont par rapport à l’Etat grec des créanciers privés ; en droit français et allemand, les « institutions » de la Troika n’ont aucun privilège de crédit étant donné qu’elles n’ont pas le statut d’Etat souverain dans les constitutions française et allemande. Si la France et l’Allemagne ont un problème de créance irrécouvrable avec la souveraineté grecque, la faute en incombe entièrement aux gouvernements qui ont signé des traités et des contrats internationaux sans inscrire les dépenses qui en résultaient dans les budgets soumis aux votes des parlements nationaux. Si les gouvernements français et allemands veulent déléguer des pouvoirs et des dépenses de souveraineté à des institutions extra-nationales, elles ne peuvent le faire que par l’entremise d’une structure politique de statut équivalent, c’est à dire d’un Etat fédératif européen.

    Les articles potentiellement violés par la Troika et ses mandants sont :

    Article 3 – Interdiction de la torture
    « Nul ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants. »

    Article 4 – Interdiction de l’esclavage et du travail forcé

    Nul ne peut être tenu en esclavage ni en servitude.
    Nul ne peut être astreint à accomplir un travail forcé ou obligatoire.
    N’est pas considéré comme «travail forcé ou obligatoire» au sens du présent article:
    – tout travail requis normalement d’une personne soumise à la détention dans les conditions prévues par l’article 5 de la présente Convention, ou durant sa mise en liberté conditionnelle;
    – tout service de caractère militaire ou, dans le cas d’objecteurs de conscience dans les pays où l’objection de conscience est reconnue comme légitime, à un autre service à la place du service militaire obligatoire;
    – tout service requis dans le cas de crises ou de calamités qui menacent la vie ou le bien-être de la communauté;
    – tout travail ou service formant partie des obligations civiques normales.

    Article 6 – Droit à un procès équitable

    Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable, par un tribunal indépendant et impartial, établi par la loi, qui décidera, soit des contestations sur ses droits et obligations de caractère civil, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle. Le jugement doit être rendu publiquement, mais l’accès de la salle d’audience peut être interdit à la presse et au public pendant la totalité ou une partie du procès dans l’intérêt de la moralité, de l’ordre public ou de la sécurité nationale dans une société démocratique, lorsque les intérêts des mineurs ou la protection de la vie privée des parties au procès l’exigent, ou dans la mesure jugée strictement nécessaire par le tribunal, lorsque dans des circonstances spéciales la publicité serait de nature à porter atteinte aux intérêts de la justice.
    Toute personne accusée d’une infraction est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie.
    Tout accusé a droit notamment à:
    – être informé, dans le plus court délai, dans une langue qu’il comprend et d’une manière détaillée, de la nature et de la cause de l’accusation portée contre lui;
    – disposer du temps et des facilités nécessaires à la préparation de sa défense;
    – se défendre lui-même ou avoir l’assistance d’un défenseur de son choix et, s’il n’a pas les moyens de rémunérer un défenseur, pouvoir être assisté gratuitement par un avocat d’office, lorsque les intérêts de la justice l’exigent;
    – interroger ou faire interroger les témoins à charge et obtenir la convocation et l’interrogation des témoins à décharge dans les mêmes conditions que les témoins à charge;
    – se faire assister gratuitement d’un interprète, s’il ne comprend pas ou ne parle pas la langue employée à l’audience.

    Article 7 – Pas de peine sans loi

    Nul ne peut être condamné pour une action ou une omission qui, au moment où elle a été commise, ne constituait pas une infraction d’après le droit national ou international. De même il n’est infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l’infraction a été commise.
    Le présent article ne portera pas atteinte au jugement et à la punition d’une personne coupable d’une action ou d’une omission qui, au moment où elle a été commise, était criminelle d’après les principes généraux de droit reconnus par les nations civilisées.

    Article 8 – Droit au respect de la vie privée et familiale

    Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance.
    Il ne peut y avoir ingérence d’une autorité publique dans l’exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu’elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l’ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d’autrui.

    Article 13 – Droit à un recours effectif

    Toute personne dont les droits et libertés reconnus dans la présente Convention ont été violés, a droit à l’octroi d’un recours effectif devant une instance nationale, alors même que la violation aurait été commise par des personnes agissant dans l’exercice de leurs fonctions officielles.

    Article 14 – Interdiction de discrimination

    La jouissance des droits et libertés reconnus dans la présente Convention doit être assurée, sans distinction aucune, fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions, l’origine nationale ou sociale, l’appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance ou toute autre situation.

    Article 17 – Interdiction de l’abus de droit

    Aucune des dispositions de la présente Convention ne peut être interprétée comme impliquant pour un État, un groupement ou un individu, un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits ou libertés reconnus dans la présente Convention ou à des limitations plus amples de ces droits et libertés que celles prévues à ladite Convention.

    Article 18 – Limitation de l’usage des restrictions aux droits

    Les restrictions qui, aux termes de la présente Convention, sont apportées auxdits droits et libertés ne peuvent être appliquées que dans le but pour lequel elles ont été prévues.

  34. Les conséquences létales des mesures « d’ajustement » étaient aisément prévisibles dès leur annonce vue la violence de leur contenu à l’égard d’une population déjà pas ultra-riche. Un peu plus tard, mais il y a déjà longtemps, une ministre de la Santé grecque annonçait une augmentation spectaculaire des suicides (en 2011 en fait,http://www.lefigaro.fr/…/04016-20110922ARTFIG00526-deux… http://archive.francesoir.fr/actualite/societe/deux-fois-plus-suicides-en-grece-depuis-debut-crise-140028.html) . Plus récemment des chiffres ont confirmé ce que toute personne sensée avait vu venir depuis longtemps, et ce que beaucoup décrivaient depuis déjà un moment (même si certains méritent sûrement une prise de distance : corrélation ne veut pas dire lien de causalité, cf un des liens plus bas, http://www.okeanews.fr/20140507-austerite-en-grece-tous…). On a donc imposé des mesures dont on ne pouvait ignorer qu’elles allaient entraîner misères, et morts Comment qualifier ceux qui justifient cela, ces « sacrifices nécessaires » pour des raisons ridicules?
    Parce que justifier les politiques « d’austérité » criminelles (oui, oui) mises en oeuvre depuis quelques années en Grèce par l’impérieuse nécessité de réduire les déficits, la dette, et de « rassurer les marchés financiers », c’est quoi pour ces génies?? Faire preuve de « bon sens », de « réalisme », de « sagesse », c’est être « moderne », »responsable », «raisonnable », « bon gestionnaire », c’est avoir le « courage » de faire « les réformes », être un digne héritier des Lumières, être humaniste, démocrate et rationnel ? Sans parler de ceux à qui profitent la « gestion » de la crise financière et de la prétendue crise des dettes publiques en Europe. Ah oui, et il est assez tordant de voir, qu’à cours d’arguments économiques, se voulant « rationnels » mais relevant en fait plus d’une forme d’extrémisme budgétaire, d’intégrisme austéritaire, et de fanatisme comptabiliste, certains de ces gens fassent désormais appel à la morale contre les voleurs-fénaients-menteurs-fraudeurs grecs. http://www.okeanews.fr/20140507-austerite-en-grece-tous-les-chiffres http://www.okeanews.fr/20140606-grece-moins-10-1-27-million-chomeurs-allocation http://www.okeanews.fr/20140606-grece-lausterite-tue-ecoliere-12-ans http://www.okeanews.fr/20150223-dette-grecque-le-bilan-de-six-annees-de-crise-par-stavros-tsipras
    http://www.okeanews.fr/20150223-ce-que-contenait-le-programme-refuse-par-varoufakis-le-16-fevrier#ndlr
    http://multinationales.org/Privatisations-forcees-en-Grece http://syriza-fr.org/2014/05/08/syriza-retrait-immediat-du-scandaleux-projet-de-loi-sur-la-privatisation-des-plages-du-pays/
    http://www.monde-diplomatique.fr/2014/10/BASU/50879
    http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-quand-l-austerite-tue-les-grecs-15484.asp?1=1
    http://alternatives-economiques.fr/page.php?controller=moteur&action=index&search=aust%E9rit%E9+tue&go_search.x=11&go_search.y=5 http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2013/12/09/l%E2%80%99austerite-tue-massivement-des-preuves-chiffrees/ http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2014/05/10/les-chiffres-dramatiques-de-l%E2%80%99austerite-qui-devaste-la-grece/ http://alternatives-economiques.fr/blogs/raveaud/2014/11/08/lausterite-tue/ http://www.franceinfo.fr/emission/le-vrai-du-faux/2014-2015/les-plans-d-austerite-ont-fait-bondir-la-mortalite-infantile-en-grece-20-01-2015-12-55
    http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-espagne-la-sante-en-crise-10957.asp?1=1http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-les-consequences-sanitaires-des-politiques-d-austerite-9995.asp?1=1
    http://www.mediapart.fr/journal/international/211214/en-grece-le-cout-social-et-humain-de-lausterite

  35. Et pour ceux qui pourront y aller, il y a aura une grande manif européenne à Francfort pour l’inauguration du nouveau siège de la BCE, qui aura coûté 1,3 milliard d’euros au lieu des 850 millions annoncés.

    Ce sera le mercredi 18 mars.

  36. Si je m’intéresse depuis 2 ans maintenant à la géopolitique c’est parce que j’ai compris que tout vient de là…

    La Grèce a été acceptée dans la zone Euro parce que la Turquie fait partie de l’OTAN. Aux yeux de beau nombre de stratèges, l’Union Européenne est le pendant économique de l’OTAN. Donc à leurs yeux, il fallait que la Turquie entre dans l’Union Européenne. Pour que la Grèce cesse de s’y opposer (du fait des nombreux contentieux entre les 2 pays) il a fallu lui donner des avantages, comme par exemple d’être admise dans la zone Euro.
    Cette adhésion lui permettait d’acheter des armes à la France et à l’Allemagne tout en s’endettant à bon compte. Le Business As Usual c’est: « une de mes banque te prête de l’argent et avec cet argent, tu m’achètes des armements. C’est bon pour mes emplois et mon commerce extérieur. »

    C’est pourquoi GS a falsifié les comptes, même Kohl était au courant. C’est pourquoi les banques françaises et allemandes étaient en première ligne quand la Grèce ne pouvait plus rembourser ses dettes. Et que nos élus ont trouvé qu’ils devaient les protéger.

    Si la Troika a été particulièrement inhumaine et si elle a outrepassé ses droits, c’est parce que nos élus, élus démocratiquement, les ont autorisés à le faire. Ils étaient envoyés pour ça.

    Alors on peut les juger, et après on jugera nos élus qui diront, pour se défendre, qu’ils n’ont fait que défendre les intérêts stratégiques de leurs peuples respectifs.

    On s’apercevra à ce moment-là, que nos institutions européennes sont des institutions de concurrence de tous contre tous alors qu’on nous avait fait croire que c’était de la solidarité entre européens. Et pendant ce temps-là, l’Union Européenne cherche à s’élargir en Ukraine et en Géorgie. Ils visent (je parle de l’OTAN) toute l’Asie Centrale jusqu’à la Chine. C’est une course contre la montre. Et comme les Chypriotes sont mécontents du sort qui leur a été réservé, ils accueillent désormais les bateaux de guerre russes. Or ils sont à quelques encablures du Liban, et la Syrie.

    Il n’y a qu’à voir de quelle manière ils ont agi en Ukraine (autre pays en faillite) pour comprendre de quoi ils sont capables. Les gens qui sont privés de soins médicaux en Grèce, ils s’en fichent complètement. Voilà le monde dans lequel nous vivons !

    1. Merci de cette mise en perspective que je trouve très éclairante : en gros si j’ai bien compris, « c’est la guerre! » sauf que.. on le dit pas!

      Voilà une raison, motivation de plus pour reprendre en main la politique, et instaurer un véritable fédéralisme.

      Car il nous appartiendrai alors de décider ou pas de découpler l’Europe de l’Otan et peut être meme d’accueillir alors la russie, son gaz et son peuple en notre communauté européenne, librement sans le joug pesant de l’Otan.

      C’était si mes souvenirs sont bons, un des thèmes des opposants au traité de Maastricht qui soulignaient cet alignement encombrant et militaient pour un fédéralisme capable de constituer une vraie europe, européenne et si je puis me permettre cette pointe d’européanisée… un peu moins yankee!

      C’est tout de même extra-ordinaire cette pression de l’Otan en Europe. Il me semblé qu’il y a la encore une sacré belle culpabilité qui tient encore nos élites mais qui ne tiendra pas les prochaines générations : ne pourrait on imaginer une europe réunie, avec la russie, dès lors qu’on ferait un vrai pas vers elle ? Ce serait y pas la meilleure des choses qui puisse leur arriver aux russes?

      Et un peuple « éclairé » pourrait un jour décider de concentrer ses ressources sur la préparation au monde sans pétrole plutôt que de miser sur l’industrie de l’armement à fond la caisse etc… et viser comme objectif le plus grand bonheur possible des ses âmes… cela lui donnerait probablement plus de force qu’une armée de têtes nucléaires.

      1. Effectivement beau nombre d’observateurs appellent à un rapprochement avec la Russie. Tout simplement parce que nous aurions économiquement intérêt à commercer avec les Russes et réciproquement.
        Mais c’est un point de vue très franco-français. Car en Europe de l’Est, la domination soviétique a laissé un souvenir douloureux et les Polonais (surtout) cherchent protection à l’OTAN. Ceci dit, s’il est vrai que les USA ont tout fait pour mettre de l’huile sur le feu en Ukraine, les Russes non plus ne sont pas des angelots…
        Encore une fois, nous les Européens, nous voulons tous la même chose : la paix, la prospérité et plus de solidarité. Mais quand il s’agit de passer aux choses concrètes, nous ne sommes d’accord sur rien…
        Peut-être faudrait-il se mettre d’accord sur une solidarité concrète, par exemple la nourriture, le chauffage et les soins médicaux. Ce serait plus concret que les grands principes et les traités compliqués qui prennent 15 ans de négociation… Et cela serait vraiment constructif dans l’esprit des gens.
        Si les gens en viennent à détester les institutions européennes (on comprend pourquoi) il faut sauver ce qui peut l’être encore, c’est-à-dire faire en sorte que les gens ne se détestent pas entre eux. Je pense notamment aux Allemands et aux Grecs…

      2. Oui merci de ce complément, au vu de l’actualité en l’occurrence assassinat du principal opposant russe à Poutine… il est clair que le l’ours de moscou, il a des griffes et il joue pas dans la catégorie angelot!!

        Maintenant, je serai curieux de connaitre le sentiment du peuple russe; C’est une grande question!? les russes ont ils des ours infréquentable? S’agit il de leur culture profondément féodale?

        j’ai un vague souvenir de l’epoque d’helene carrere d’encausse qui avait présenté la russie de manière assez sympathique et en tous les cas tente d’établir un pont.

  37.  » S’en occuper nous même »…
    Je ne vois pas d’autre solution.
    La proposition d’Emma T. est géniale!
    Depuis 2009 j’attends une proposition comme celle-là sur le blog de P.J !!

    1. géniale géniale, c’est pratiqué par tout un tas de gus et d’associations depuis des decennies, en général sous la forme de sommes bloquées sur un compte aupres de la caisse des depots, et tous les simples citoyens qui s’y sont essayé ont bien evidemment toujours été condamnés.

      Libre à vous de tester, mais le résultat ne fait aucun doute.

  38. Oui monsieur Jorion pour ce tribunal.
    Je pense que nous serons plusieurs à vous soutenir financièrement si vous allez de l’avant.

  39. Cher Paul Jorion

    Si vous en arrivez à demander au bon peuple de se prononcer sur la nature des sanctions à exercer contre nos élites et leurs turpitudes, vous risquez fort non seulement de voir le nombre de vos fidèles blogueurs enfler de façon incontrôlée mais aussi de vous faire censurer sans détour, par ces mêmes élites…
    Les Français ont une fâcheuse tendance à s’enflammer dès qu’il est question de sanctionner ses affameurs… et loin de moi l’idée de leur reprocher les révolutions qui en ont découlé par le passé. J’espère de tout coeur que personne en haut lieu ne va ordonner qu’on vous débranche, simplement,et sans autre forme de procès!

    Donc pour apporter ma pierre à votre édifice et contribuer à permettre à chacun de retrouver un travail , peut-être conviendrait il de dénoncer et poursuivre les individus qui dans la sphère politiques ou dans les milieux scientifiques prônent, ou participent à la généralisation d’une robotisation toujours plus pesante sous l’unique et fallacieux prétexte que leurs machines seraient plus efficaces, rapides et économiques que le travail des humains eux-mêmes!
    Une fois ces dangereux fanatiques identifiés, je pense qu’ils pourraient être valablement traduits en justice pour haute trahison (de notre espèce), c’est à dire « Crime contre l’Humanité ».
    Mais sans doute j’exagère un peu!
    Sinon, on peut aussi attendre qu’il soit trop tard… Et c’est très bientôt!
    A plus Eric.

    1. Cher Eric-Torpedo,

      Les robots nous soulagent d’un travail fastidieux et fatiguant. Vu les gains de productivité, on pourrait vivre très bien en travaillant 12 heures par semaine, si les fruits du travail étaient correctement redistribués.
      Votre problème est d’imaginer que l’organisation actuelle, néolibérale (ce qui est beaucoup plus grave que capitaliste) du travail et de la vie économique est INDEPASSABLE (TINA).
      Si j’ai bien suivi depuis 2009, ce que vous dites n’est pas le point de vue de Paul Jorion ni de la majorité des intervenants de ce blog.

      1. Cher ami,

        L’imagination n’ a pas grand chose à voir la dedans, il suffit d’ouvrir les yeux:
        Que l’automatisation permette à l’homme de le soulager d’un travail fastidieux et fatigant n’est plus notre problème aujourd’hui, bien au contraire, puisque celle-ci est sur le point de nous confisquer toute possibilité d’exercer nous-même les tâches (même non fatigantes et non fastidieuses) qui nous faisaient vivre hier!
        Je n’ai pas de problème personnellement avec ma conception de la dignité humaine, et je crains que vous même ne sachiez pas poser de limites éthiques à l’avalanche actuelle de défits scientifiques qu’il ne suffit plus d’admirer béatement sous couvert de « progrès techniques ».
        Pour ce qui est de votre dernière remarque, je laisse le soin à P.J. de l’apprécier lui-même, puisque c’était à lui que je m’adressais plus particulièrement…
        Bien fraternellement, Eric.

      2. Je rappelle que le problème des gens n’est pas tellement de travailler (ça on peut toujours trouver, ne serait ce que dans son jardin), leur problème est de percevoir un revenu qui leur permette de vivre décemment et sans le souci du lendemain.
        Ce qui n’implique pas nécessairement d’avoir un emploi. Une rente pourrait suffire.
        Mais c’est incompatible avec le système capitaliste actuel.
        Mais Dieu n’interdit pas non plus de changer de système économique…

        Il faut se sortir la tête du système actuel, d’autant qu’il ne mène plus que à des catastrophes. Et c’est bien une question d’imagination!
        Et tant mieux si les robots font le boulot à notre place.

  40. ENFIN !!!
    Des années que je rêve de ce procès, Nuremberg saison 2.
    Et j’ai toujours DSK à l’oeil, j’aimerais qu’il soit jugé pour crime contre l’humanité.
    Les autres aussi, bien sûr.

    1. Sur DSK

      Comme par hasard, l’affaire du Sofitel est tombée au moment où DSK remettait en cause le dollar comme monnaie de référence mondiale. Peu après, les Chinois et les Brics entraient dans le concret et commençaient de traiter leurs affaires sans passer par le dollar. Je n’aime pas le bonhomme, mais il essayait de sauver le capitalisme en limitant le pouvoir de l’Empire. Depuis, on amuse la galerie avec ses frasques sexuelles, pour bien cacher les manigances US et UE (TTIP et autres « traités »).
      Bien compliqué, tout cela.

      1. Bingo !

        Vous avez tout à fait raison, l’affaire du Sofitel est suspecte. Le scénario comme quoi un homme extrêmement intelligent – quoi qu’on en pense par ailleurs – prendrait le risque énorme de commettre un viol dans des circonstances qui garantissaient pratiquement qu’il serait pris ne peut recevoir qu’une très faible probabilité. L’autre scénario est un coup monté, qui d’une part aurait été opérationnellement facile – il suffit d’une complicité celle de la femme de chambre – d’autre part aurait eu un mobile évident s’agissant d’un directeur du FMI évoquant début 2011 la nécessité de placer un panier de monnaies internationales comme référence monétaire principale en lieu et place du dollar.

        Il est à noter que Christine Lagarde, membre du CSIS et engagée dans la défense des intérêts américains en Europe de l’Est, représentait par contraste une personnalité « sûre » du point de vue de Washington, et qu’elle n’a d’ailleurs pas déçu : le FMI après l’éviction de DSK n’a plus jamais parlé d’un quelconque projet de remplacement du dollar comme référence monétaire mondiale principale…

        On ne connaîtra sans doute jamais la vérité définitive, mais disons que l’un de ces deux scénarios reste beaucoup plus vraisemblable que le premier… et que la publicité et le tapage énorme faits autour de ce qui n’est qu’un fait divers – un homme accusé de proxénétisme – n’aident pas à concentrer l’attention sur des sujets plus importants c’est le moins qu’on puisse dire.

        Après sa chute, lors d’une interview télévisée en septembre 2011, DSK interrogé sur la crise grecque pouvait répondre :

        « La dette de la Grèce (…) il faut la réduite à tout prix. À tout prix, sauf, au prix de la stagnation, voire de la récession. Alors, le chemin de crête est difficile (…) les européens ont du mal à le suivre (…) parce qu’ils ne veulent pas prendre la mesure de l’ampleur du problème (…) On peut dire, les Grecs paieront tout seuls. Mais ils ne peuvent pas. Ou on peut dire, parce que nous sommes dans une Union, que nous allons partager cela (…) Le problème c’est que pour ça, il faut accepter de reconnaître qu’il faut “prendre sa perte”. Il y a une perte, il faut la prendre ». Dominique Strauss-Kahn jugeait que « pour prendre la perte, tout le monde doit la prendre. Les États, vous avez raison, et les banques ».

        Ce à quoi le très digne Monsieur Fillon réagissait en taxant DSK d’ « irresponsable« .

        Mais pour les créanciers concernés, « prendre sa perte » c’est-à-dire reconnaître leur part de responsabilité dans une dérive financière qu’ils ont contribué à favoriser, n’est-ce pas non seulement la justice même mais encore la solution « classique » dite de restructuration de la dette ? Et Strauss-Kahn qui refusait non seulement une récession mais encore une simple « stagnation » de la Grèce et la pointait comme un risque majeur… n’avait-il pas raison et ô combien ? Et en disant que « tout le monde » doit prendre sa perte c’est-à-dire pas seulement les Etats mais encore les banques, ne commettait-il pas le péché mortel, le sacrilège majeur aux yeux de la caste dont il avait peut-être fait partie un temps, mais dont il savait s’extraire devant la gravité de l’heure ?

        Peut-être ne pouvait-il se permettre une telle franchise que parce qu’à ce moment sa carrière politique était définitivement morte. Il reste en tout cas difficile de lui contester que quant au traitement de la crise économique et au refus de prendre un petit pays comme bouc émissaire de ses propres erreurs et victime exemplaire « pour encourager les autres », il dépasse de la tête et des épaules tous les Hollande, Schaüble, Merkel et autres Sarkozy. Les particularités de sa vie privée ont permis de le détruire. Je ne peux m’empêcher de penser que c’est dommage et qu’il aurait incomparablement mieux tenu tête à la chancelière allemande et au parti austéritaire que notre Lanlande.

        Comme vous le dites, rien n’est simple dans tout cela…

  41. En pratique, quid.. d’opérer à la manière des programmeurs qui se fixent un défi d’un WE pour programmer une application, se retrouvent quelque part, s’auto organisent sur place en groupes, sous groupes et font.. ce qu’il peuvent et voient ensuite ou ça mène, ou ça peut mener si il y a une suite ou pas? Il y ad es endroits dans le genre ateliers numériques etc. qui s’y prêteraient bien.
    Cela permettrait d’avoir le strict minimum d’organisation avant et de voir!

    1. L’Allemagne et les USA travaillent étroitement ensemble, le lien avec les américains est même plus fort que celui avec la France. Merkel, malheureusement il faut le dire, n’est qu’une « puppet-on-the-strings » des différents lobbies, notamments américains. Il y a quelques exceptions, comme la livraison d’armes lourdes à l’Ukraine demandée par les américains, ce que son gouv. refuse jusqu’à présent (les conséquences d’une aide militaire seraient terribles).

  42. Le coup de la belle Emma et ce billet donnent un fier sentiment de dangerosité et de puissance. Qu’il nous arrive rarement d’éprouver. Rappelons-nous l’émoi suscité par l’invite d’Eric Cantona à retirer son argent des banques. Dans ces ultimatums, nous jouissons de cette idée paradoxalement rare : sans nous, ils ne sont rien. L’évasion fiscale est un parfait cheval de Troie. Et également un symbole de ralliement sans équivoque du « nous » contre « eux ». Nous, qui avons une tête et deux pieds, et eux, les fantômes.

    1. oui, ben « eux »,
      ils vont vous la fermer,
      ils ont fermé celle de Dieudonné pour beaucoup moins que ça
      et ça vous a convenu
      vous avez laissé dire qu’il était raciste !
      et vous,
      que ne dira-t-on pas …
      car
      vous ne remplirez pas les zéniths
      et donc non plus pas les tribunaux.
      On n’en parlera même pas.
      et puis,
      Cantona proposait une action tout à fait légale,
      pas la belle Emma.
      Tout ça, c’est de l’agitation mêrme pas prop..
      chuis bidon,
      chanterait Souchon,
      tristement
      vraiment.

  43. A l’heure des réseaux sociaux, un tribunal « à la Russel-Sartre » serait anachronique.
    L’impact d’une campagne de « jugement » via réseaux sociaux peut avoir un impact mais si ces gens doivent passer devant un tribunal, ce doit en être un vrai.
    Il est certainement juridiquement possible d’attaquer les fonctionnaires de la troïka auprès d’instances comme la cour européenne des droits de l’homme ou le tribunal pénal international;
    Évidemment, il faudrait faire valider le concept juridique de « crime économique contre l’humanité ».
    Les batailles sans pitié qui s’annoncent se feront aussi sur le terrain juridique.

  44. Après les émaux de longwy on va s’occuper de la Troïka ? Demain de la montée des eaux ? Vous n’avez pas tous l’impression de pisser dans un violon ? Bah pourquoi pas hein puisque ça fait du bien…

    1. Accessoirement traiter mon problème de prostate…

      Vous vous rappelez Longwy ? Victime collatérale des frères Kouachi, eux-mêmes victimes collatérales des Syriza, eux-mêmes victimes des Ukrainiens, eux-mêmes … Ca permet de faciliter l’écoulement. Et vous Sabine ?

  45. Nous sommes tous bien d’accord que c’est actuellement la Troïka sous influence directe des lobbies multinationaux qui nous dirigent….le problème principal, c’est qu’il n’y a pas de contre- pouvoir….et nous savons tous ce que cela veut dire ….alors qu’attendons-nous pour remplacer ou se débarrasser de ce pouvoir ??? la peur d’être assimilé à un extrémiste ?? des représailles??

  46. Punition simple: toute personne, qui par la puissance publique, a gagné mensuellement plus de 5.000 € par mois ces trente dernières années doit être à l’amende à une somme équivalente à la valeur de 2/3 de son patrimoine (avec dégressivité en fonction de la durée d’exercice).
    Evidemment, pour celles et ceux qui ont gagné des sommes d’argent bien plus extravagantes: prison.

    Dans le secteur privé: tout cadre dirigeant pourrait être logé à la même enseigne.

    Ceci à l’avantage de ne pas avoir à porter de jugement sur la personne: les chiffres parleront d’eux mêmes. Un RESET se réalisera, et on pourra repartir sur de bons pieds 🙂

      1. Ni l’une, ni l’autre, mais soumise au nouvel ordre clérical de la « nouvelle religion féroce » en germe.

    1. gagné 5000 euros

      , net ? après impôt ? pourquoi ce chiffre ? Vous le justifiez par quel calcul ? Avez-vous une idée des loyers à Paris ? des charges pour une maison en province ? du coût des études dans certaine grandes écoles ? Vous n’avez pas d’enfant peut-être ?

      1. Je ne doute pas qu’il y aura de la casse… Je ne doute pas non plus que celui ou celle qui devra faire le ménage sera du dernier wagon.

        5000, c’est un chiffre rond, comme les 3% de déficit…Qui se fout de qui, finalement.

    2. Les chiffres parleront d’eux-même ? Pauvre antoine, doué comme vous êtes en arithmétique va y a avoir des bavures… Ah le bon temps des Goulags hein ?!

      1. Ce sera à mon avis le cas de toute façon! On en est à dénoncer le comportement de son voisin (swissleaks, fresques obscènes des médecins, mur des cons, comportement de la troïka) pour montrer patte blanche. Et dans quel but! Se donner la main du bourreau de demain…
        Et j’emmerde l’arithmétique et le bourgeois…

  47. Pendant la guerre du Vietnam, chaque année Joan Baez payait ses impôts déduction faite de la part des dépenses militaires dans le budget de l’état.
    Chaque année elle avait un procès, qu’elle perdait, et chaque année elle payait ce qu’elle n’avait pas versé, plus une amende.
    Son gouvernement a perdu la guerre.

    1. Et elle a fini par se faire payer pour des récitals chez le banquier Édouard Stern – qui se payait mène le luxe supplémentaire de l’interrompre en la traitant de ringarde…

  48. Comme d’autres j’ai regardé, non sans peine, le documentaire en différé, il y avait de nombreuses coupures, il fallait s’armer de patience mais le suspense et les surprises étant au rendez-vous, pas question d’abandonner
    Un documentaire incontournable et d’où l’on sort « abasourdi » comme le dit le premier commentateur.
    Abasourdi et bien plus, stupéfait, écoeuré…….et pourtant avec les révélations de tous ordres que l’on découvre ces dernières années et mois on devrait être vacciné.
    A qui peut-on encore faire confiance ?
    Certainement plus (+) aux gens ordinaires qu’à certaines zélites.

    Un autre reportage que je regarderais ce soir en différé.
    « La crise grecque  : une faillite européenne », d’Olivier Toscer (France 2013, 55 min). Jeudi 26 février à 23 h 40 sur France 3
    http://pluzz.francetv.fr/videos/la_crise_grecque_une_faillite_europeenne_,118297654.html

    Le Monde TV du 26/2 « La crise grecque en flash-back »
    http://abonnes.lemonde.fr/televisions-radio/article/2015/02/26/la-crise-grecque-en-flash-back_4583644_1655027.html?xtmc=flash_back&xtcr=1
    En trente ans, le pays s’est enfoncé dans la dette sous les yeux de l’Europe, qui a fait l’autruche jusqu’au crash de 2009 (jeudi 26 février à 23 h 40 sur France 3)
    « Au moment où le nouveau gouvernement d’Alexis Tsipras demande au reste de l’Europe d’assouplir les contraintes financières qui pèsent sur la Grèce, le documentaire d’Olivier Toscer, pourtant vieux de deux ans, apporte un éclairage intéressant sur la place du pays dans l’Union européenne. »

    C’est VGE qui a œuvré pour que la Grèce devienne membre de la CCE en 1981 alors que la faiblesse de l’économie de la Grèce aurait été de notoriété publique (pauvreté et corruption).
    Rebelote en 2001 pour le passage à l’euro malgré les alertes.
    Résultat
    « Une période d’argent facile débute lors de la disparition de la drachme. Un nouvel âge d’or semble commencer. En 2004, le pays remporte l’Euro et accueille les Jeux olympiques d’été. Or, personne ne se soucie de ce petit Etat qui tripatouille ses comptes pour faire croire qu’il respecte les critères de Maastricht. En 2009, la vérité éclate au grand jour : la Grèce a accumulé 350 milliards d’euros de dettes, plus de 160 % de sa richesse nationale (aujourd’hui 175 %). Dès lors, sa situation devient une menace pour l’Europe, qui aura fermé les yeux durant plusieurs décennies. »
    Et pour cause ?

    Et aussi.
    Un expert de l’histoire de la Grèce nous livre son analyse sur les 3 premières semaines du gouvernement Tsipras.
    « Quel que soit le risque, les Grecs refuseront tout retour en arrière » – entretien avec Olivier Delorme (21/2)
    http://l-arene-nue.blogspot.fr/2015/02/quel-que-soit-le-risque-les-grecs.html
    « Olivier Delorme est écrivain et historien. Passionné par la Grèce, il est l’auteur de La Grèce et les Balkans: du Ve siècle à nos jours (en Folio Gallimard, 2013, trois tomes), qui fait aujourd’hui référence. On peut par ailleurs le suivre sur son site. Il revient ici sur les trois premières semaines du gouvernement Tsipras et nous éclaire sur l’état d’esprit des Grecs. »

  49. Manifestement, la lecture des commentaires indique, marque un tournant.
    Je ne sais pas ce que ça va donner mais il semble que le fruit soit mûr, bon pour la cueillette.
    Presque tous semblent en convenir.
    Cette espèce d’unanimité enflammée dans laquelle chacun s’embarque avec ou sans munitions indique bien ici, maintenant un moment particulier, comme si ce qui était attendu, espéré, venait tout d’un coup d’apparaître sans que l’on s’en rende réellement compte. Une percée vient de se faire jour et c’est maintenant.
    C’est maintenant qu’il va falloir en découdre.
    Et ce n’est pas une illusion collective.
    Le blog Jorion peut s’en féliciter.

  50. Qui dit jugement, dit loi. Et me reviennent à la mémoire les paroles de Tiennot Grumbach (neveu de Mendès France) qui professeur à la fac Paris-Dauphine martelait à ses élèves que les lois sont faites par ceux qui peuvent en premier lieu les utiliser et que nous devions pouvoir en bénéficie.
    Mon député, mon représentant, mes lois ?
    Qu’avons-nous comme lois qui « aboutissent » à notre disposition ?
    Il y a bien la solution de Rama Yade qui au cours d’une interview terminait par « En France il faut une révolution ». Je n’y crois pas car nous aurons un bien-nommé fascisme et il est déjà là : capitalisme d’état = définition de Mussolini
    du fascisme.

  51. Un tribunal? Oui pour tous les gouvernements qui se cachent derrière la troïka en prétendant qu’ils ne peuvent faire autrement. Les vrais coupable c’est eux et pas cette bande de fonctionnaires à qui ils ont confiés le pouvoir parce que c’est plus pratique. Ils se réfugient derrière des traités pour lesquels on a pas voté et acceptent sans broncher toutes les belles paroles de cette bande de bureaucrates. Mais c’est eux qui sont redevables au peuple car ils sont nos élus, c’est pour eux qu’il faut ériger des tribunaux afin qu’ils comprennent que le pouvoir qu’on leur a confié ils doivent l’assumer. Mais en fait et cela ne nous échappe pas, tous ces gouvernements sont de droite, y compris ceux qui se prétendent de gauche, ils acceptent le diktat Européen parce qu’ils y croient, dur comme le fer de la dame aujourd’hui décédée, et la seule vraie gauche issue des urnes en Grèce, est comme Vercingétorix, bien seule et contrainte de jeter les armes aux pieds du Angela Ceasar Troïkus. Jugeons donc d’abord nos élus avant ces technocrates aveuglés par des études durant lesquelles ils ont subi un endoctrinement auquel ils ne parviennent plus à échapper. Érigeons des tribunaux, mais pas de ceux qui condamnent, car prenons garde à ce que ceux-ci ne se retournent pas un jour contre nous, « celui qui brandit le glaive périra par lui ». Non, des tribunaux positif, qui critiquent par le rire, et qui démontrent avec intelligence à ceux qui y seront amenés combien ils se trompent. Mais ceux la aussi pourraient mal finir car celui qui se sent humilié cherche la vengeance.

    1. Oui, il y aurait évidemment beaucoup, beaucoup plus de Grecs que de non Grecs à faire défiler devant ce tribunal…

  52. Un tribunal RUSSEL-SARTRE est un tribunal symbolique sans pouvoir de sanction (beaucoup ici semblent l’ignorer joyeusement). Il convenait sans doute à l’époque où les intellectuels n’étaient pas médiatiques et où Le MONDE ne publiait pas de photos… et qui s’en souvient ? Quelle efficace ? (sur le Vietnam ; il y en eut un sur la Palestine aussi, je crois).
    Nous sommes davantage à l’époque d’ENQUETES (type Marie Dominique Robin) qui combinent le livre et le film…
    Et nous sommes à l’époque de nouveaux partis (non liés à l’esthablissement), mais obligatoirement dans des conditions particulières où les gens ont beaucoup perdu.
    Par ailleurs, nous convenons que notre empire est à ses limites et s’écroule en implosant (Je viens de lire sur l’empire romain dans Chris Harman : Une histoire populaire de l’humanité) ; nous n’avons pas et n’aurons pas d’alternative. L’équivalent des barbares et de la chrétienté qui prendront le dessus demain : les robots et quels fous de dieu ?

  53. Troïka : Il va peut-être falloir s’en occuper nous-mêmes !

    La conscience de la réalité de ce qui est en œuvre progresse quelle bonne nouvelle.
    Le « peut-être » indique pourtant qu’il reste gros de chemin à parcourir, si les citoyens que nous sommes ne s’en occupent pas, qui d’autre ?
    La troïka si elle cristallise cette politique d’asservissement n’existe que par la volonté de nos gouvernants comme le rappel Benveq ce qui a été confirmé ces derniers jours dans le bras de fer engagé par Syriza et la nouvelle dénomination de la dîte Troïka en institutions.
    Harald Schumann avait déjà réalisé quand l’europe sauve les banques qui paie

  54. Oui à un tribunal citoyen européen des Droits de l’homme.
    Mais n’oublions pas que le ver est dans le fruit européiste depuis des décennies. Jamais l’Union Européenne soi disant des Droits de l’Homme n’a fait référence à la déclaration Universelle des Droits de l’homme de 1946 qui intègre les droits sociaux à l’emploi, au logement, à la formation…, comme le Préambule de la Constitution de 1946 repris dans celle de 58. Quelle différence diront certains? Si votre droit à l’emploi etc. est reconnu, vous avez droit à une indemnité chômage, logement etc. Si ce n’est pas reconnu vous n’avez droit à rien.

    A terme le remplacement de la monnaie unique par la monnaie commune avec des règles beaucoup plus strictes contre la spéculation et l’évasion fiscale permettra de créer plus d’emplois.

    A propos d’emplois n’oublions pas qu’à l’échelle mondiale il y a une croissance rapide des emplois , même si elle est en ralentissement. voir un article de Michel Husson
    http://hussonet.free.fr/classow.pdf

  55. Bien résumé…..au titre ambigu…quoique..
    http://tempsreel.nouvelobs.com/edito/20150227.OBS3516/grece-l-echec-de-la-gauche-europeenne.html
    dont j’extrais :
    … »  » « Dans cette affaire, François Hollande, particulièrement, a laissé passer une occasion historique pour provoquer un débat en vue de rééquilibrer le fonctionnement de l’Europe et réorienter ses politiques dans un sens plus social. Le président Français a renoncé à agir, comme il avait renoncé en 2012 à remettre en cause le « pacte de stabilité », ce véritable verrou posé sur la croissance de la zone euro. En récompense, on lui a laissé deux années de plus pour réduire ses déficits… une piètre victoire à la Pyrrhus (un roi grec).

    Pendant ce temps, les dysfonctionnements de la zone euro perdurent, la machine libérale avance, la croissance ne décolle pas, et l’extrême droite prospère »  » « … !!!!

    Bonne nuit à tous…

  56. Excellente idée qui pourrait passer par la Cours européenne de justice.
    Un premier pas dans ce sens pourrait être la création d’un groupe chargé de collecter et synthétiser un maximum d’informations sur l’action de la troïka en Grèce, de manière à les verser au dossier.

    1. Cet automne, Paul Jorion était intervenu lors d une grande soirée a Paris qui avait fait date car le grand amphi etait plein : il me semble que le thème était la lutte contre la corruption. Peut être organise avec média part.

      Une soirée similaire en prolongement de ce documentaire aurait sans doute un bon succès. Et cela pourrait être couple a session plus participative sous forme d ateliers citoyens, avec un premier niveau de travail.

      Combiner un événement médiatique et des ateliers de travail citoyens me semble être une bonne démarche en terme de com et d agissement et devrait permettre de réunir différents facteurs pseudos politiques comme nouvelle donne etc, mais en dehors d un cadre précis.

      Peut être sur le thème de l avenir de l Europe et sur la nécessité de la reonstruire pour la préserver de manière tout a fait parallèle et synergetique avec la remise en ordre du libéralisme économique, l un et l autre se trouvant incestieusement lies sous nos yeux

      Je renouvelle la mise a disposition de voxeuropa.eu pour canaliser les NRJ sur le net et participation a mise en place site participatif avec une équipe de programmeurs volontaires. Hugh. On peut faire des choses formidables dans le domaine…. Ce. Brésil sites de démocratie participative.

      Bien sur… Un intitule accrocheur et provocateur pour la com du genre TRIBUNAL POPULAIRE de la TROIKA.. Ça le ferait, mais ce serait bien aussi avec un sous titre plus constructif…amen.

  57. La construction européenne est foncièrement, structurellement non démocratique et illustre ce que l’on pourrait nommer: totalitarisme soft ou smart totalitarisme pour imiter le style Obama ou totalitarisme à cliquet suivant Jorion ou totalitarisme à petits pas pour la méthode Monnet.
    Rappelons que ce dernier lors de la deuxième guerre mondiale avait conseillé à ses interlocuteurs américains d’abattre De Gaulle dont le souverainisme pourrait s’opposer à sa grande Idée Européenne!
    L’idée Européenne est devenue la Valeur Souveraine Primordiale au delà des droits des peuples, suivie de près dans ce Panthéon par le Marché de la Concurrence Libre et non faussée.
    Ainsi le référendum de 2005 est-il apparu comme un acte sacrilège sans fondement dans cette Religion Européiste et il était donc légitime de le soustraire aux votes impies du Peuple et de le remettre entre celles des fidèles Elus.
    De même est il légitime que la Troïka telle l’Inquisition inflige pénitences et repentirs à la Grèce au nom de l’intérêt supérieur de l’Entité Suprême Européenne et du Système Financier Mondialisé.
    Malheureusement la quasi totalité des Partis dits républicains et des médias « mainstream » sont des croyants européens ce qui rend bien illusoire toutes tentatives du type pétition ou Tribunal populaire qui resteraient marginalisées.
    Quelles personnalités politiques, intellectuelles, médiatiques de grande notoriété accepteraient de s’associer à la dénonciation de ce totalitarisme européen que l’on ne peut pas limiter au seul cas de la Grèce? Même pour demander un référendum?
    Car on ne peut pas se contenter d’une simple compassion humanitariste du pauvre Peuple Grec qui a déjà suffisamment souffert!
    Sommes nous prêts à nous engager dans des actions réelles du genre de celles des indignés ou à envisager des retraits de comptes bancaires?
    Il est vrai qu’une pétition permet déjà de se compter mais les gens ne signent qu’en suivant des grands noms ou causes médiatiques!
    Que faire alors ? Les grands changements ne se décrètent pas vraiment sauf peut être au niveau de manipulations d’États. Le prochain Mouvement social sera-t-il le bon?

    1. Et en voilà maintenant qui veulent juger Monnet post mortem. De mieux en mieux.
      T’as ouvert la boite de Pandore Jorion.

      1. Chaque article de Paul ouvre toutes sortes de vannes. Il ne serait pas difficile de prétendre, avec presque pas de mauvaise foi, qu’un article de Paul Jorion sur son blog, pas assez encadré ou mal ciblé, stérilise des énergies.
        Par exemple ici, rappeler que le tribunal Russell fut un tribunal citoyen, pas légal, qui produisait une dénonciation étayée, mais pas des condamnations « en force de chose jugée » que le pouvoir d’Etat fait appliquer, aurait empêché un certain nombre de commentaires inutiles.
        Le tribunal Russell fut un acte citoyen destiné au débat citoyen. Ce sont des figures éminentes de la société civile internationale qui l’ont porté, appuyées par un mouvement associatif et d’opinion. On n’en est pas là.

        L’audit sur la dette en revanche, on y est. Il faut suivre ça de très près.

        Et il faut soutenir le processus grec par tous les moyens, qui manquent encore.
        Et dans ce sens, bravo pour le maître de céans qui pense tout haut. On continue!

    2. Je vous trouve un peu pessimiste! Imaginez :
      :: varoufakis
      :: Mélenchon
      :: un podemiste espagnol,
      :: un irlandais, nouveau parti prônant l abandon de la rigueur,
      :: quelques économistes ou même anthropologues!!

      Bref toute une petite équipe européenne actuellement éparpillée, regroupée sous une seule bannière…!!???

      Qui prenne le relais des efforts considérable deployes par l équipe grecque pour mettre en avant le problème de l Europe. On peut pas les laisser tomber, l appel du 18 juin il est quelque part inscrit dans ce nécessaire effort de résistance :: RESISTANCE :: et ce besoin essentiel d aider les grecs qui ont politiquement eu le courage de prendre le maquis, eux!

      Ma réponse a la question initiale faut il un tribunal est… Non! Il faut organiser la résistance, regrouper les forces éparses. RESIST’TROIKA!!

  58. Voilà une belle réflexion qui réintroduit l’exigence morale dans la pratique rationnelle et inhumaine des décideurs européens, dont le cynisme et l’arrogance sont aujourd’hui une plaie pour des millions de gens. Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin: que dire de notre président qui se fait élire sur un projet pour lui tourner le dos au soir même de sa victoire électorale? Comment entendre sans broncher ses collaborateurs, clones parfaits des dirigeants européens, chanter la démocratie et les droits de l’homme sur tous les tons en faisant exactement le contraire de ce qu’ils affichent dans leurs discours? Je pense que ces agissements sont une négation de ce que devrait être le fonctionnement démocratique de nos sociétés. Je crois aussi que cela relève simplement du pénal, car sans être juriste, le terme de forfaiture s’impose à mon esprit: bien qu’abrogé en 1994, ce délit, qui répond au grave manquement d’un fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions, a aujourd’hui toute son actualité. Le chef de trahison pourrait également être envisagé du fait que nos intérêts nationaux sont bradés avec ceux des autres sociétés européennes au profit d’une nouvelle féodalité. Je laisse les spécialistes du droit s’intéresser éventuellement à ce type de réflexion. Mais, (vaste sujet!), le chef d’une démocratie et son gouvernement ont le devoir de faire vivre cette démocratie, et non de la flouer et de l’affaiblir. A ce titre, la décision de M. Sarkozy d’avoir fait voté un parlement aux ordres dans le sens du traité de Lisbonne qui en 2005 avait été rejeté par une majorité de Français lors d’un referendum mémorable entre dans la même catégorie des manipulation oligarchique qui tendent à sans cesse réduire la vie démocratique à un formalisme administratif. Dans tous les cas, il faudrait bien que l’heure des comptes sonne pour les nouveaux féodaux, politiques et économiques. Je sais bien que cela arrive rarement. Raison de plus, au vu de la situation dramatique dans laquelle se trouvent tant d’Européens, de croire au Père Noël.

  59. Cher Paul,
    Au-delà de ce procès, il me semble que le moment est venu de proposer plusieurs mesures (fin de la spéculation, mise en place du cadastre financier cher à Pierre Sarton du Jonchay, contrôle démocratique de la BCE, harmonisation fiscale progressive, etc.) au vote citoyen en utilisant une plateforme genre Avaaz.org.
    Les mesures devront être formulées de manière claire et simple, en anglais (pour rester sur une même version). Enfin, quoique. Peut être une version MASTER en anglais et des traductions en différentes langues pour une plus large compréhension.
    Les mesures soumises au vote pourraient contenir des « interdictions » mais aussi des « actions/propositions ».
    Pour que ce paquet de mesures reste lisible et percutant, elles devraient être inférieures à 10.
    Je suis si sûr que si vous prenez l’initiative de lancer une telle consultation, le résultat sera impressionnant.
    Disponible pour donner un coup de main sur ce projet !
    Bon week end !

    1. Et si plutôt nous lâchions des ballons lumineux dans le ciel avec des papiers imprimés portant les solutions écrites par PSJ ? Tous les lecteurs du blog le font le même jour, un samedi fin de journée ? C’est plus poétique non ?

    2. D accord sur bien fond, mais sur la forme, avant de rajouter a l édifice européen quelque chose, il me semble que l essence de ce questionnement sur la notion de tribunal, vise a faire prendre conscience au peuple qu il faut se coltiner un profond changement et que le business as usual n est plus soutenable, économiquement, moralement et politiquement.

      Il s agit de réveiller les consciences, par un électrochoc, sans repasser par la case guerre ni la case revolution.

      Vous soulignez l espèce de religiosité qui a enveloppe l Europe et qui nous a tous endormis, /sauf les grecs:eux ça les a réveillés!/ c est cette torpeur au il faut réveiller par un acte symbolique.

      La référence a l appel du 18 juin dans un des commentaires, et ce réfèrent a de Gaulle est intéressant, puissant… D ailleurs, clin d oeil envers Paul Jorion qui a cette droiture et stature intellectuelle et qui doit pouvoir en jouer dans l image a l occasion , tout en cultivant son humilite le costume tombe!

      A propos d un porteur de parole, n ayons pas peur d affronter ce sujet, j ai l intuition que le signal que nous attendons serait plutôt un petit collectif, une figure a deux, trois ou quatre tetes., regroupes sous une bannière de citoyennete européenne, et rassemblant derrière l objectif de refondation de l Europe la plus grande diversité politique au sens des appareillages apparatchik, ceux ci étant invites a la mettre en veilleuse si je puis dire pour participer concrètement.

      L idéal serait un collectif europeen… Un frenchy, un allemand, un grec, un spanish
      Ça vous donne des idées!?? Allez rajontons un belge comme Toussaint dont il faut regarder la vidéo cite plus haut. Voilà, ma vision d une équipe de dimension gaullienne sans l ego d un seul et les rejets qui peuvent être associes a un personne, et avec la richesse des richesses d chacun!

      1. @ Roberto man : « frenchy »… « spanish »... désolé (enfin je devrais dire sorry pour faire comme everybody) c’est pas très collectif européen, c’est pour moi collectif globish, c’est-à-dire novlangue…
        Pour être franc je suis un peu saoulé de voir autant de franglais dans les commentaires : ça me semble un indice pénible.d’une certaine domination subie…

      2. So Sorry Jacquot! 😈 j entends cette parole, j écris sur un horrible clavier de tablette… Vite et sans correction… Et j avoue un relâchement concernant le style… Et l utilisation de l anglais. Je fais partie de ceux qui pensent et écrivent beaucoup en anglais. Et les spécialistes en linguistique ont clairement souligne que le cerveau accroche souvent les mots de différentes langues sur les même branches, ce qui peut conduire a du franglais, les jeunes enfants en pousse d apprentissage sont très fort a ce jeu la!

        Maintenant votre réaction souligne l extraordinaire difficulté a laquelle l union européenne, et nous tous en tant que citoyens européens devont faire face :: le multilinguisme,.

        Et le chauvinisme acharné des uns et des autres concernant les langues notamment, doit laisser place a quelque chose de commun, quand bien même ce serait l anglais, car l inconvénient de ne pas avoir de langue commune en Europe est bien plus pesant, notamment pour la construction d une culture européenne, que ce que on peut perdre en favorisant l émergence d une langue commune.

        La protection par brevets en Europe est d un très mauvais rapport qualité prix. Le projet de brevet unitaire va légèrement améliorer la situation, tout en la complexifiant. Résultat des courses :: il est plus pratique, rentable efficace de déposer un brevet US plus chine . et cette situation catastrophique pour l innovation en Europe est du au combat de coqs pour maintenir chaque langue en fonction dans ce domaine, alors que n impôts quelle entreprise utilisant les brevet le fera en anglais avant tout parce ce sont des question mondiales.

        Et ce qui le fait enrager un peu, c est que j ai l impression que les multinationales ont fort intérêt a préserver cette situation ubuesque parce que elles seules peuvent jouer a ce niveau de coût et utiliser une part de leur gain en non imposition pour inonder les juristes et se protéger a tout va.

        Et donc un fine, défendre bec et ongle ses langues nationales, dans les domaines techniques, revient a favoriser la montée en puissance graduelle du fascisme en col blanc issus de l alliance des multinationales, banques et conseils juridiques….

      3. Le multilinguisme n’est pas un problème, c’est à la fois une solution et une fantastique richesse.

        L’Union indienne le pratique sans problème : tout le monde y parle plusieurs plusieurs langues ; la plupart des pays africains ont tous des locuteurs polyglottes. Ce n’est qu’au XIX e siècle avec les nationalismes ethnolinguistiques que les grandes nations européennes ont imposé l’éradication de langues autres que celle de l’État.
        C’est une réaction typiquement française (mais qui pourrait être allemande ou américaine) que de croire absolument nécessaire un monolinguisme… qui bien sûr serait celui du fascisme en col blans : le globish. Il suffit de connaitre des personnes de plus petits pays pour vérifier que n’importe qui ‘il apprend bien sûr très tôt peut basculer entre deux ou trois langues.
        Pour les domaines techniques, il est vrai, surtout si l’on parle de sciences, là c’est fichu… dommage. Pour le reste: oui il faut défendre les langues ! Il y en a 5000 à 6000 et comme pour la biodiversité, il est essentiel de les conserver : un vrai patrimoine mondial.

      4. Le multilinguisme n’est pas un problème, c’est à la fois une solution et une fantastique richesse.

        Tout dépend du lieu, de la culture, disait montesquieu, certaines choses sont un problème ici mais pas la bas.

        En l’espèce, bien sur qu’une culture construite sur le multilinguisme est possible, perso j’ai édite des produits bilingues pour enfants parce que les grands éditeurs ont eu trop peur du bilinguisme en france, au vu des « directives » féroces du ministère de l’éducation qui a de facto interdit de manière idiote les produits bilingues.. qui ont été un franc succès et donc on comprend maintenant l’intérêt de manière scientifique…et la chute est donc naturelle…

        Mais en europe nous n’avons pas cette culture et de ce fait, cela pose de réels problèmes, notamment pour l’émergence d’un esprit européen et d’un fédéralisme européen.
        Et les pays qui ont le plus cette culture sont les pays nordiques et ils intègrent l’anglais comme 2eme langue.

        Ce n’est pas forcément idiot de poser comme 2eme langue commune une langue plutôt facile à apprendre comme l’anglais.

        Et bien entendu les langues communautaires sont essentielles pour la bio diversité et je pense au breton au corse… mais, EN PLUS d’une 2eme langue communautaire commune et non pas à la place. Parce qu’un français parlant breton qui rencontre un italien parlant calabre.. et ben.. ça va finir par des mimiques autour d’un bon verre de vin et du frometon, mais pour échanger sur un blog européen ça va être plus dur!

        Pour moi la position vis à vis des langues est une clé de la construction européenne, comme cela le fut pour le franciais à l’époque de la construction de la france, idem pour l’Italie.. etc etc…

        Et en pratique, bien que je partage votre rébellion par rapport à l’anglais sous l’angle de l’hégémonie culturelle que cela a induit au bénéfice des anglo-saxons et in fine probablement de la culture néo-libérale anglo saxonne, il me semble que l’on peut distinguer l’utilité d’une langue support et l’intérêt de défendre la diversité culturelle, la langue commune pouvant paradoxalement aider au maintien et au développement des langues communautaires, en permettant plus d’échange :: pour reprendre mon italien et le breton : si ils parlent tous les deux anglais ils peuvent échanger sur les merveilles de leurs langues communautaires respectives…

        Concernant l’hégémonie économique et ultra libérale, il me semble que l’origine de ce courant se trouve à la fois en Autriche et à Chicago, et Karl marx me semble t il maitrisait plusieurs langues européenne et travaillait beaucoup en anglais aussi :: la langue et les idées véhiculées ne sont pas forcément autant liées queue notre rébellion interne peut nous laisser croire!?

  60. entièrement d accord avec votre analyse! mai il faut les faire bouger ces Français qui sont dégoûtés de ses politiques en Europe et ne croie plus en leurs promesses dit mensonges!!!!!

  61. En effet, un tribunal s’impose, on ne peut pas laisser se perpétuer une telle infamie. Je soutiens totalement votre initiative.

  62. Merci à Otromeros pour le lien puis à Leboutte pour l’original.

    Erratic ne semble pas se dissoudre ni dans erratique ni dans errant. Les propos ne manquent pas d’intérêts et je reste bluffé d’apprendre qu’un ministre des finances européens s’étiquette marxiste, même erratic ! Que n’a-t-il pas dit erotic, c’eût été plus attirant encore…

    Pour un Nuremberg de la Troika, j’ai le souvenir d’un Nuremberg de la finance évoqué il y a longtemps sur ce blog, avec la même aporie : « qui convoque ? ». Les forces d’occupation du IIIème Reich et de celle d’Occupy Wall Street, ou de sit in des trottoirs de la Commission, de la BCE ou du FMI, ne sont pas du même calibre.

    1. La Troïka ne rend pas (encore) la justice.
      Et pourquoi un « vrai » tribunal ne pourrait il être saisi?
      Comme le propose Pierre Sarton du Jonchay (post 41)

      1. Un juriste en droit international devrait pourvoir réagir à la proposition de PSDJ et vous répondre plus précisément.

  63. C’est marrant, tout ça me fait penser aux personnes qui, à l’époque, assistaient aux premières explosion nucléaires en mettant des lunettes de soleil et en sirotant un drink… c’est peut-être finalement la meilleure attitude à adopter, en attendant le chaos !!!

  64. Vous savez annie, quand l’histoire bouge elle bouge toute seule. Les Français bougeront un jour, sans doute prochainement, et sans que personne doive les cravacher. On voit bien que malheureusement pour le moment ça bouge plutôt vers la Marine.

    (Vous savez pourquoi son papa l’a appelée Marine à sa naissance? Parce qu’armée, police ou gendarmerie, c’était pas permis.)

    Et savoir pourquoi nous sommes dans ce drame français aujourd’hui, c’est très compliqué. Apparemment, personne n’a compris, en tout cas en actes: personne ni aucun groupe n’est en train d’agir efficacement à contre courant.

    Mon opinion est que ce n’est pas un problème intellectuel, mais un état de fait historique. Je retiens ce que le porte-parole de Podemos en dit: le FN en France a l’argument de pouvoir se prétendre anti-système car il n’a jamais été au pouvoir depuis 1945, ce dont l’extrême-droite ne peut se prévaloir dans aucun pays du sud.
    C’est un point qui à mon avis vaut bien une messe et quelques tirades. LE FN N’EST PAS ANTI-SYSTÈME.

    Mais ma science et ma prescience s’arrêtent là.

  65. On leur fera subir le supplice de Crassus. Des pièces jaunes fondues coulées dans la gorge (j’ai pas d’or à proposer, je suis un peu raide en ce moment). Ou plutôt … non, non, attendez, j’ai une meilleure idée, on leur bourre les poches de liasses de biftons, dans les poches, les manches, le slibard, les chaussettes, sous le chapeau, plein partout bourré à craquer, des kilos, et on les fait danser au Parc des Princes comme dans On achève bien les chevaux, et on libère celui qui tient debout le dernier. Les autres retournerons nettoyer les plages.
    Ce sera cruel.

  66. ECOUTE, PETIT HOMME !
    par Wilhelm Reich

    …«Je te comprends. D’innombrables fois je t’ai vu nu, physiquement et psychiquement, sans masque, sans carte de membre d’un parti politique, sans ta « popularité ». Nu comme un nouveau-né, comme un feld-maréchal en caleçon. Tu t’es lamenté devant moi, tu as pleuré, tu m’as parlé de tes aspirations, de ton amour et de ton chagrin. Je te connais et te comprends. Je vais te dire comment tu es, petit homme, car je crois sérieusement en ton grand avenir. Il est à toi, sans doute ! Ainsi, ce qu’il faut en premier lieu, c’est te regarder toi-même. Regarde-toi comme tu es réellement. Ecoute ce que te disent tes führers et tes représentants :
    « Tu es un petit homme moyen ! » Réfléchis bien au double sens de ces deux mots, « petit » et « moyen »…
    Ne te sauve pas. Aie le courage de te regarder toi-même !»…

    1. 🙂
      Wilhelm Reich a aussi écrit Psychologie de masse du fascisme, un livre sans précédent et malheureusement à peu près sans suite.
      À défaut de le parcourir, jetez un oeil sur Cent fleurs pour Wilhelm Reich de Roger Dadoun, qu’il ya peut-être encore moyen de trouver sur abebooks ou chez les bouquinistes affiliés à amazon.
      Il faut choisir chez Wilhelm Reich. Fuyard et exilé, il a fini fou. 🙁

  67. Je m’étais toujours demandé : qu’aurais-je fait si j’avais été allemand dans les années trente , mais jamais qu’aurais-je fait si j’avais été italien ? J’aurai, comme beaucoup, bientôt la réponse à cette question….

  68. Le problème réside dans les capacités de réactions, de mobilisation face à la puissance financière. On pourra toujours psalmodier des incantations sur ce qu’il y aurait à faire. C’est un mur bien organisé qui se dresse devant nous. Et on ne peut compter sur les défections parmi ceux qui sont sur les remparts. Faire appliquer certaines lois ? Mais celles-ci n’existent ou ne sont appliquées que dans la mesure où elles servent justement les intérets des financiers qui aujourd’hui gouvernent depuis la citadelle.
    Néanmoins l’exemple grec nous montre en arrière-fond ce que peut représenter la force populaire. Syriza n’existe que parce qu’elle existe. Les limites de Syriza représentent la composante logique de tout parti au pouvoir condamné à composer avec les Puissants. Si le peuple comprend, pousse en core un peu,, les vrais solutions apparaitront naturellement.

  69. Je suis Emma.

    Est-ce que quelqu’un sur ce blog aurait connaissance d’un organisme (engagé, activiste) qui aurait en son sein des compétences juridiques en matière de fiscalité. L’idée serait d’envisager la faisabilité d’un mouvement d’objection fiscale.

    1. Pose la question au CADTM de ton pays. Ce n’est pas leur préoccupation centrale, mais peut-être qu’ils pourront t’orienter.
      La Ligue des droits de l’homme, pareil, c’est bourré de juristes.

    2. Pour lancer le mouvement, il nous faudrait plus des informaticiens de génie

      Que des juristes, non ?

      Parce que si on se retrouve un ou deux milliers de courageux avec un redressement fiscal, ça

      fera pas trembler l’édifice…un million par contre…

      Bref, qui connait un Anonymous sur le Blog de Paul ??

      1. @ Thomas
        Nous ne sommes pas encore « des légions » à nous indigner, encore moins prêts à passer à l’acte de désobéissance civile.
        C’est pour cette raison que la proposition de tribunal moral est intéressante.
        Elle permettra à des « personnalités » de secouer l’opinion publique.

    3. Me David de Stefano est calé dans son genre. Mais il a des clients sulfureux !

      En revanche toutes vos histoires de grève fiscale me font furieusement penser aux mouvements syndicaux patronaux qui prônaient le non paiement des cotisations à l’URSSAF, dont un a fini avec une balle dans la tête… Ceux qui les avaient suivi s’en mordent encore les doigts ! La pauvre emma est complètement ridicule et auto-contradictoire au dernier degré avec sa pensée et en total désaccord avec ce que met en oeuvre Syriza dans son pays (faire rentrer l’impôt en faisant payer ceux qui peuvent). Et puis sans rentrées de trésorerie, ça sera encore les plus démunis qui morfleront.

      Au contraire, avec panache, faites don de tous vos avoirs à l’Etat en disant, dans un petit mot d’accompagnement, qu’il en va de votre devoir de solidarité européenne et qu’il lâche ainsi un peu la grappe à nos amis Grecs. Mais évidemment ça, ça compte pour son portefeuille. Le temps des hypocrites est plus facile à vivre comme de bien entendu.

      1. Merci, je prends note de tout y compris quelques analogies douteuses. Vous semblez inquiet par l’état du monde et très actif sur ce blog dans le colmatage des brèches qui s’accumulent. Est-ce que vous auriez des suggestions constructives pour aborder le « Grand Tournant »?

        Constructives = pas ce que les autres devraient ou ne devraient pas faire mais ce qui vous feriez.

      2. Des suggestions ? Je viens de vous en donner une élégante non, ça ne vous plaît pas ?

        Mais pour aborder « Le Grand Tournant », j’avoue que là je sèche totalement. Tourner le volant vigoureusement ? Mais à droite ou à gauche ?

        Bah dans les deux cas, vu la vitesse, tonneau assuré ! Alors autant aller tout droit Lazarillo, en pilotant avec doigté et en attendant que les frottements fassent leurs effets…

        Ou alors la technique zebu, la conduite accompagnée en montagne, sans frein, sans les pédales et le volant et en plus assis dans le coffre en essayant de réécrire le code de la route.

      3. Me plaît bien ce blog. Aussi l’hystérie interloquée qui s’installe chez certains. Je vais réfléchir à ce qu’on peut tirer de vos tics. Je serai tolérant…

  70. Je suis d’accord avec l’initiative proposée par M.Jorion. Mieux qu’une envie de justice, il s’agit surtout d’éviter que ces personnes ne détruisent notre futur.

    Il est intéressant de constater que l’enquête sur la falsification des comptes grecques en 2001 est au point mort. C’est une situation assez extra-ordinaire ou on reconnait le « délit » mais ou l’on veut pour rien au monde trouver les coupables. Goldman Sachs n’a pas agit seule et tout le monde le sait.

  71. Pour commencer une réflexion sur les donneurs de leçon de morale fiscaliste, que je recopie d’un commentaire laissé sur un autre billet de blog de M. Jorion… Je précise que je n’ai pas pris connaissance de tous les commentaires, alors…

    « M’enfin…! En quoi être « publiquement  » déclaré, et « assumé », autant fraudeur du fisc que les pourris que l’on dénonce et veut faire condamner et faire payer crédibilise le combat citoyen, responsable, contre les fraudes fiscales des « nantis »…? C’est pas prendre plus qu’un peu les gens les plus crédules pour plus cons qu’ils sont en périodes ou la solidarité n’a jamais eu autant à servir les plus fragiles se multipliant en nombre…? Ces « acteurs-trices » « socialistes » paraît-il, ont-ils-elles déclaré par ailleurs, dans cette presse ou ailleurs, qu’ils-elles provisionneraient un compte à part (sans chercher à spéculer et gagner sur son contenant) destiner à régulariser leurs situations fiscales délictueuses durablement, régulariser ultérieurement avec amendes incluses..? C’est d’un niveau de cour de récréation d’école maternelle…! »

    Cette attitude s’apparentant à du « poujadisme » assumé quelque part, soit « s’abstenir » de payer l’impôt, parce que pas content des fraudeurs amnistiés, etc, « s’abstenir » tant que… (les poules auront des dents…?) plus qu’à une simple « désobéissance citoyenne », au sens ou la solidarité en question ne pourra plus être donnée, apportée aux plus fragiles, par l’État, elle lui nuira au point d’en impacter ceux ci, alors que « la cause » est censée mobiliser, incarner son contraire. Jusqu’au point ou des starlettes et autres « artificialisés » se présenteront dans le chaos les meilleurs et plus « vertueux » candidats démocratiques et politiques…?

    Que dire quant aux risques de dérives vers un « jury populaire » (mis en place en France durant le mandat de droite), expéditif, émotionnel seulement, pour juger sur des »vrais » faits la Troïka, nos dirigeants-es politiques publics, institutionnels, nationaux et européens et plus encore (l’OMC, etc) etc…? La sagesse en ce moment manipulé ou même si les choses dégénèrent échappent à tous contrôles, sera t-elle vraiment du coté du peuple…? Comment en être sur…? Car les revanchards en seront tirer les marrons du feu et ainsi réamorcer un nouveau cycle du capitalisme…

  72. Dans le titre du billet « Troïka : Il va peut-être falloir s’en occuper nous-mêmes ! », il y a certes ‘il va falloir s’en occuper’, mais aussi ‘nous-mêmes’.
    Les Paul Jorion & Co. n’en peuvent mais : le four, le moulin, la rivière, la récolte, la semence, etc.
    Le ‘nous-mêmes’ indique bien que c’est à nous de nous saisir de la chose et que si un tribunal d’opinion est médiatiquement porté par des figures médiatiques, qui lui permettent de diffuser son action, il reste que la constitution d’un tel ‘tribunal’ ne se fait pas comme une pétition ou même un manifeste (qui, en soit, est déjà pas mal compliqué à faire).
    De même, et bien que des tribunaux d’opinion aient pu exister récemment après celui du Tribunal Russel, il me semble que les conditions d’exercice d’un tel ‘tribunal’ ont changé.
    On ne peut guère faire sans les réseaux sociaux aujourd’hui, ni sans internet. D’une part parce que ces médias sont devenus incontournables et d’autre part parce que les médias mainstream reprendront difficilement une telle action, sauf à ce que cela ‘bouge’ réellement.
    Enfin, si un comité de parrainage de personnalités est naturellement envisageable et souhaitable, il me semble que les modalités de fonctionnement concernant la Troïka doivent être différentes, en intégrant les citoyens européens dans la réalisation et la participation : à la fois parce que la réalisation l’exige (surtout si on utilise les médias cités) et à la fois parce que l’objet l’impose, à savoir qu’un tel ‘tribunal’ n’a pas tant pour vocation selon moi à émettre des jugements en droit, mais bien plutôt de permettre aux citoyens européens de se forger un jugement sur la Troïka. Qu’il y ait des suites judiciaires ou non, finalement, importe peu, même si, si c’est le cas (qu’il y ait existence de faits délictueux ou criminels), il est nécessaire de les envisager en portant plaintes devant les autorités judiciaires concernées.
    Il me semble donc essentiel que pour toutes ces raisons les citoyens européens se saisissent de ce ‘tribunal’ :
    1- dans la réalisation :
    1-1 avec des moyens humains : compétences et/ou participation pour créer une plate-forme internet, pour gérer une campagne médiatique, pour organiser les sessions du ‘tribunal’, pour enquêter, pour gérer le site, pour traduire les informations (français, anglais, allemand, espagnol, portugais, italien, grec, …), …
    1-2 avec des moyens financiers : ce genre d’action nécessite, outre le temps bénévole, des moyens financiers, ne serait-ce que pour permettre aux personnalités de siéger au ‘tribunal’ et payer les divers frais
    2- dans la participation :
    si le comité de parrainage aurait une fonction de ‘magistrat’, les citoyens européens devraient avoir une fonction de ‘jury populaire’, ce qui nécessite que ces citoyens s’inscrivent sur des listes de jury. L’idée n’est pas tant que des représentants puissent être désignés (élection, tirage au sort) mais qu’un système de vote puisse s’exercer pour ce ‘jury populaire’ constitué de tous les citoyens européens inscrits sur les listes du jury.
    Les ‘magistrats’ (personnalités) organisent les débats, c’est-à-dire définissent les points que le tribunal doit pouvoir traiter, le ‘jury populaire’ débat puis vote. Le ‘jury’ peut évidemment proposer aux ‘magistrats’ des pistes de débats à organiser.
    3- dans les propositions :
    Un tel ‘tribunal’ aurait plus de force (et serait moins exposé à la critique) s’il pouvait aussi faire des propositions, à chaque fois par exemple un vote sur un débat était organisé, que ce soit sur la Troïka et son existence, sur les poursuites judiciaires à effectuer ou sur les sujets affiliés : dette, crédit, banques, austérité, etc.
    Tout ça, c’est du taf.
    Alors, qui n’en veut ? (paraît que le travail disparaît, m’enfin, ça dépend duquel !)

    1. en particulier @ Zebu….

      Court mais instructif ….sur Twitter , en réponse à une question concernant son avis sur le reportage « Théma » d’ARTE…..Jean QUATREMER répond laconiquement : « nul« …….
      Autant savoir…(et analyser plutôt que jeter par principe).

  73. @ zebu.

    Vos propositions sont intéressantes quant aux « intentions » affichées, et primaires. Reste à voir comment tout cela va faire évoluer le débat… et qu’en restera t-il…

    Pour autant je ne démords pas de la première partie de mon commentaire quant aux « réelles » intentions d’acteurs-trices prétendument « socialistes » et « solidaires », surtout quant en France dans le même temps… des « enfoirés-es » se font donneurs-euses de leçons de servilité, flexibilité, docilité…
    A ce sujet d’ailleurs, j’ai publié sur les comptes facebook de Résistance d’Abord et pierrosanslalune ce qui suit…:

    « Pour quels acquis sociaux, pour quels droits arrachés de combats acharnés, sanglants dé-fois, mortifères aussi malheureusement, se sont battus ces « enfoirés-là », et peuvent s’en revendiquer victorieux et « vertueux », « exemplaires », donnant pire qu’une leçon de moral à la jeunesse, mais un devoir de servilité, de « corvéablilité », sans en assumer clairement ses complexes d’égoïstes « droitisés » …?

    Ils ne comptent que sur l’inculture des masses et des médias de masse l’entretenant, comme le font le fhaine, les extrêmes droites en général, l’ump, le ps, les centres, etc et de manière globale la « religion féroce » de l’argent roi, de l’individualisme, pour convaincre les plus crédules et décérébrés de leur « bonnes intentions » et fautes de communications…

    Au vu de leur âge moyen, et « préférence politique nationaliste », pour certains-es, les acquis en question sont les 35 heures seulement et encore…!?

    Car cette génération là, « d’artistes droitisés » sur le « retour », tardant à crever… n’a ni connu de combat pour les congés payés, etc, ni pu en être quant ils ne portaient que des couches aux liserés dorés… ou barbotaient dans les slips et culottes de leurs mères et pères soixante-huitardes. Ces « artistes » arrivistes ne sont que des conservateurs profiteurs craignant pour leur place et fesse (de fraudeurs fiscaux peut être…?).

    Alors même que plus que jamais le besoin de solidarités intergénérationnels, inter-classes, Étatiques, institutionnels aussi (cas des 9,9 milliards d’euros par ans de non recours, d’aides sociales non redistribuées aux ayant-droits, aux cotisants-es), se fait plus pressant que l’austérité, plus urgent que le remboursement des dettes publiques illégitimes pour avoir socialisées les dettes et pertes privées (en 2007/8) de celle classe de riches arrivistes touchant tant et tant d’argent public, au vu de la multiplication du nombre de pauvres, jeunes entre autres, mais surtout enfants, dont leurs parents en sont à compter le 10 du mois quels besoins seront à sacrifier, dont certains enfants et parents meurent dans les rues, ces portes paroles des « resto-du-coeur » (assoc qui voit et ses moyens de financements européens, Étatiques, disparaître alors que les dons privés sont défiscalisés, et la jeunesse bénévole fuir ses rangs) en appellent à ce que la jeunesse se bouge pour quoi au juste…? Pour jouer les bénévoles et fermer sa gueule…? Pour se battre collectivement ou individuellement..?

    Plus qu’une maladresse artistique comme de com’ de l’assoc en question, cette chanson et ses interprètes sont une insulte, une injure faite à la jeunesse, à l’Histoire des batailles sociales, et à la solidarité devant être arbitrée par le politique, les institutions, solidarité qu’ils refusent aux plus pauvres… en les invectivant et les enjoignant à se battre entre eux seulement, insulte sur laquelle ils comptent faire leur beurre… Ces « artistes », la main sur le cœur paraît-il (ou sur le portefeuille placé sur ou à la place du cœur) et cette assoc, ignorent-ils-elle vraiment l’ampleur dévastatrice socialement individuellement comme collectivement, que représente le scandale des 9,9 milliards d’euros par ans de non recours…?

    Pierre Juillot. »

    http://www.lepoint.fr/societe/coluche-reveille-toi-les-enfoires-sont-devenus-reacs-26-02-2015-1908269_23.php

    http://www.humanite.fr/protection-sociale-le-scandale-des-99-milliards-deuros-non-distribues-557688

      1. @ Vigneron.

        Cela vous sied t-il mieux ainsi…?

        Alors même que plus que jamais le besoin de solidarités intergénérationnels, inter-classes, Étatiques, institutionnels aussi (cas des 9,9 milliards d’euros par ans de non recours, d’aides sociales non redistribuées aux ayant-droits, aux cotisants-es), se fait plus pressant que l’austérité, plus urgent que le remboursement des dettes publiques illégitimes pour avoir socialisées les dettes et pertes privées (en 2007/8) de celle classe de riches « artistes » arrivistes touchant tant et tant d’argent public, qu’à t-elle à dire au sujet des cas de non recours…?

        Surtout au vu de la multiplication du nombre de pauvres, jeunes entre autres, mais surtout enfants, dont leurs parents en sont à compter le 10 du mois quels besoins seront à sacrifier, dont certains enfants et parents meurent dans les rues, ces portes paroles des « resto-du-coeur » en appellent à ce que la jeunesse se bouge pour quoi au juste…? Pour jouer les bénévoles et fermer sa gueule…? Pour se battre collectivement ou individuellement..?

        Notons que cette assos voit et ses moyens de financements européens, Étatiques, disparaître alors que les dons privés lui étant fait sont défiscalisés, et la jeunesse « bénévole » fuir ses rangs. Il irait de son « prestige » alors seulement…?

      1. Primaires dans le sens ou ce qu’il en résultera des propositions et principes, dans la pratique et… pourrait passer voire disparaître au rang de secondaire au vu du fil des débats et évènements.

        Le rapport avec les « enfoirés » est il me semble dans l’attitude « poujadiste » pour la bonne « cause », pour donner une leçon somme toute à l’Etat et aux fraudeurs-euses paraît-il , d’une partie du « showbiz » Britannique, et celle donneuse de leçon à la jeunesse ne se bougeant pas assez parait-il… d’une partie du « showbiz » français, se drapant de la « vertu » la « solidarité » derrière une assoc et un « évènement culturel », sans en avouer et assumer sa nature privatisée… contre celle d’un État protecteur donc.

      2. Ah, oui, tiens : ‘poujadisme’. Cela devait forcément venir.
        On avait déjà fait ‘populisme’ (je vous rassure, pour certains, c’est un gros mot).
        Akwabon, hein …
        Allez, portez vous bien.

  74. Crédit Agricole, qui a perdu (au moins) 10 milliards sur 28 engagés en Grèce (90% sur Emporiki), ils seront parties civiles ou accusés ?

    1. Tsss selon zebu, les banques n’ont rien perdu et sont l’avant garde du fascisme…. Bref, j’ai pas tout lu son texte plus haut en billet invité (beaucoup trop long, j’ai décroché, ZZzzzzzz), bref, tout ce qui est excessif est insignifiant comme disait l’autre. Balancer du fasciste et raciste à toutes les sauces c’est le meilleur moyen de se condamner à ne plus penser, et mélanger tout dans un brouhaha stupide banalisant, mais qui cela étonnera ?

      1. Allez, courage! CloClo! Vous y reviendrez demain… et finirez peut être par comprendre la pensée de noble Zebu, mais tant que vous avez pas tout compris.. abstenez vous de juger à l’emporte pièce : « excessif » et « insignifiant » ? Si vous n’êtes pas d’accord et souhaitez vous exprimez, merci de bien vouloir prendre la peine de conforter et d’argumenter, ceci étant a priori un espace de commentaire ouvert à la réflexion avant tout, meme si au détour d’une réflexion cela nous arrive tous de lâcher une ou deux humeurs. Hugh!

      2. @ CloClo, quand vous critiquez l’utilisation du mot « fascisme » dans le billet de Zébu, je suppose que vous critiquez également Paul Jorion qui parle de fascisme en col blanc et qui ainsi se condamnerait à ne plus penser.
        et que dites-vous de religion féroce ? Mais au fond lisez-vous les textes de Paul Jorion ? Sont-ils trop longs, excessifs et insignifiants pour votre grandeur intellectuelle ?
        Mon ami Lazarillo a eu une bonne formule « hystérie interloquée ».

        PS – Lazarillo : perds pas ton temps…

      3. Oh l’idiot ici c’est moi, à preuve du contraire, n’inversons pas les rôles, voulez vous bien ? Vous conseillez aux autres de ne pas perdre leur temps, mais vous le faites vous même. Un peu de logique Seignan. Comment voulez-vous qu’on vous suive sinon ? Mais sur ce coup, vous m’évitez de perdre le mien plus longuement. Débrouillez-vous avec vos questions.

      4. Laisse tomber, Jacques : ‘ça’ n’en vaut pas la peine, ‘ça’ ne vaut même rien du tout, ni peine, ni pitié.

      5. Zebu, tes tics et tes modes dans l’expression devraient finir par allumer quelques clignotants comme de bien entendu chez tout individu en possession de ses moyens. L’Espagnol a raison, ce blog est passionnant et est une source sans cesse renouvelée d’émerveillement. La paille et la poutre comme disait un vieux conte pour adultes, ou les premiers seront les derniers dans la même veine. Pour les chiens, la caravane passe mes cocos.

      6. Allez un petit coup de démonstration à la volée, à cette heure vous êtes pas humains les mecs :

        Refuser donc la rémunération de l’épargne pour accéder à un crédit non pas gratuit mais dont le taux d’intérêt sera structurellement faible (les taux d’intérêts actuels sont faibles parce que les banques centrales ont inondé les marchés financiers de leurs liquidités, provoquant d’ailleurs des dysfonctionnements graves à terme) serait de l’intérêt de touts ceux qui n’appartiennent pas aux 10% les plus riches.

        Ca vient de Monsieur le professeur zebu plus haut, dans son billet. Comme il énonce lui même en quoi sa proposition est fausse de nos jours, car c’est déjà faible il est vrai, qui lui expliquera qu’elle est encore plus fausse aussi pour le passé en fonction d’un fait économique bien connu qu’ont bien expérimentés ses parents en payant leur maison ? En conséquence de quoi il brasse gravos de l’air le gars. Alors pitié, prêter encore de l’attention aux inepties que ce garçon écrit sur ce blog, ça sera sans moi. Ce type est un médecin malgré lui. Avec lui les serviteurs de « la religion féroce » se tordent de rire et moi avec.

    2. Si on regarde par le petit bout de la lorgnette, on trouve des banques qui, parfois ont perdu, et beaucoup plus souvent gagné, sinon elles auraient disparues, et leurs dirigeants et actionnaires n’auraient pu se remplir les poches.
      Mais ce n’est pas en focalisant sur un cas particulier qu’on verra grand chose.

      Il faut reprendre l’histoire par les début dans les années 70, pourquoi on a fait ça:
      – volé le contrôle de la monnaie à la démocratie,
      – libéré les échanges, sans discernement,
      – développé la fraude fiscale organisée,
      – imposé une monnaie commune et ses effets délétères,
      – favorisé la spéculation, qui ruine les économies réelles,
      – généralisé le chômage de masse, et la paupérisation des populations, plutôt que de réguler le marché du travail,
      – laissé sombrer le tiers monde (qui pourtant nous approvisionne en MP,)
      – etc.
      Curieusement, toutes ces anomalies servent les intérêts de la Finance.

  75. Quand hier j’ai lu cette initiative de Paul Jorion, j’en suis resté bouche bée, tant l’idée me paraissait à la fois incongrue (réflexe conditionné), et évidente…

    Nous sommes sous un gouvernement (la Troïka) d’occupation, sans légitimité. Gouvernement que des élus ont laissé s’installer, préférant sacrifier l’intérêt des peuples, au profit de celui des banquiers à qui ils ont abandonné le pouvoir suprême, celui de contrôler la monnaie. D’une manière générale ils leur ont, en pratique, abandonné les politiques sociales et économiques, dont l’objectif fut réduit au seul enrichissement des financiers et des gros rentiers, au mépris de tout le reste…

    Ce n’est pas le lieu d’instruire le procès, d’autant qu’il y en aura très long…
    Comme dit plus haut, c’est comparable à Nuremberg sur bien des aspects.
    Je ne sais combien de temps il faudra pour que cette idée se transforme en réalité, mais c’est génial de l’avoir lancée. D’autant que plus le temps passe, plus ils placent leurs « cliquets ».

    1. Arrêtez avec Nuremberg, c’est non seulement obscène mais encore zéro crédibilité garanti.

      1. Ok, du point de vue méthode, ça n’a rien à voir.
        Les premiers étaient expéditifs, et ne faisaient pas dans les détails.
        Nos contemporains sont plus vicieux, et soucieux des formes. Ce sont des gens bien éduqués.
        Dans le premier cas, il s’agit d’un génocide, et dans le second d’un génocide économique.
        Ou encore, dans le premier cas, on extermine directement, dans le second on pousse au suicide, et on encourage des extrémistes à venir aider.
        Sur le long terme le résultat est le même.

  76. Si on parle gros sous, le gouvernement fera le compte de combien lui coûte la grogne fiscalo-resistroikiste d’un côté, et combien « lui » coûte la chute partielle de la maison CA+Socgen+BNP par défaut sur les bons grecs.
    Je crains qu’en dessous d’un ticket à 10 Milliards d’euros cash (dur à réunir même en Europe) on soit sur une impasse.
    En revanche, le harcèlement moral « resistroikiste » (en s’inspirant de l’activisme des Klarsfeld quand ils virent que les criminels nazis étaient légalement inattaquables en Allemagne tant que la justice en France n’avait pas refermé leur cas, et elle ne le pouvait pas sans les avoir déféré en chair et en os) pourrait faire mouche. Des gens non élus qui font basculer des milliards en Grèce et Portugal par dessus les parlements, ça doit passer le filtre de « z’avakapavivre aud’ssus d’leurs moyens, ces grecs ».

  77. Un crime économique dans une économie globalisée est de facto un crime contre l’humanité. Faudrait en tenir compte dans un éventuel procès.

  78. @ zebu.

    L’emploi du mot de « poujadisme » de ma part est à entendre dans le sens ou on examine le résultat au final d’une action. Soit on parle de la solidarité des dépenses sociales à répartir devant sortir hors de l’eau la tête de plus en plus de familles modestes, etc.

    Quelle différence y a t-il en terme de résultat de solidarité non apporté aux plus démunis-es, soit avec des caisses vides… rien ne peut les protéger… entre un fraudeur fiscal anonyme voulant rester caché pour rien payer, et un autre fraudeur le faisant en annonçant avec grande ambiguïté – aucune déclarations de l’acteur concernant le fait d’accepter de payer plus tard, quand, avec amendes, etc – la couleur d’une certaine « cause »…? N’est-ce pas prendre le risque de paraître prendre fait et causes des fraudeurs mafieux et néolibéraux que de se comporter comme eux…?

    Suffit-il de se draper seulement des mots de solidarité, de « socialiste » et de « désobéissance civile » pour habiller la « cause » et masquer et le fait qu’il n’y a pas de différence fondamentale en terme de résultat, de solidarité manquante, et le fait qu’au final ce seront les démunis-es qui seront encore sacrifiés-es, les souffres douleurs…? Sans parler de la défiance politique et institutionnelle qui risque de se généraliser encore plus, quand des points de blocages s’encreront possiblement plus durablement.

    A moins qu’en parallèle cet argent de l’impôt non payé à l’État, aux États, non payé afin de les inciter à sanctionner leur non action, leur non condamnation des fraudeurs-euses fiscaux, soit dirigé vers un fond commun (pas d’investissement ou autre trust bien sur), géré par, pour et avec des citoyens-nes intègres, etc, afin de redistribuer cette solidarité aux plus démunis-es, dans tant d’urgences et de difficultés, c’est dans ce concept non dit, cette idée que le billet et l’acteur n’aborde pas du tout par ailleurs, qu’il me semble exister une forme de similarité dans la démagogie du fhaine défendant le « poujadisme » (voir aussi le « ras le bol fiscal » dans une certaine mesure) et soit disant les pauvres en même temps. Défendant le social, le « social-nationalisme » plutôt, l’un, premier sujet fiscal, cherchant à se justifier sur la cause de l’impôt prétendument trop élevé, est contraire à la défense de l’autre sujet cherchant en bouc-émissaire la cause des « Etrangers-ères » volant… et le fait que les pauvres ne paient pas d’impôt et pourraient faire donc un effort en en payant un minimum.

    Pour l’acteur, M. Jorion, vous même etc, qui et/ou quoi est au juste à sanctionner en coupant les vivres aux moyens dEtat mais aussi à la solidarités si nécessaire en ce moment…? Est-ce les Hommes politiques, institutions, et hauts fonctionnaires, corruptions conflits d’intérêts, pantouflages, le clientélisme, carriérisme, etc…? Ou est-ce les politiques néolibérales, libérales, voulant moins d’État providence et de dépenses sociales, etc…?

  79. Voilà ce qu’on peut trouver sur le thème de La Grande Peur de 1789 avec Wikipédia:

    « Georges Lefebvre est loin de réduire le phénomène de la Grande peur à un complot « aristocratique », voire à une émotion collective de « peur des brigands ». Il titre un de ses développements : La révolte paysanne1. Il relie les troubles de l’été 1789 aux révoltes antérieures, comme en Franche-Comté (1788). Il note aussi la présence parmi les insurgés du Mâconnais, de nombreux paysans, mais encore de nombreux artisans locaux qui donnent à la révolte une connotation sociale qui dépasse les troubles frumentaires, anti seigneuriaux, voire les troubles hallucinatoires de la farine française. Pour le seul exemple Mâconnais on arrêta :

    Des domestiques, des vignerons à gages, des grangers ou métayers, des artisans et des boutiquiers; les laboureurs, fermiers, meuniers, brandeviniers. Plusieurs sont propriétaires. Parmi les gens compromis on trouve un maître d’école, des huissiers, des gardes seigneuriaux, etc…). »

    Ce me paraît d’actualité, et dans la mouvance du billet de Paul Jorion.

  80. Comme notre monde moderne est entré dans un processus d’effondrement, je dirais que tous les problèmes vont se régler d’eux-mêmes. Je viens de lire à ce sujet le livre «  The Five Stages of Collapse » de Dmitry Orlov. Selon lui, l’effondrement est, dans l’ordre: financier, commercial, politique, social et culturel.

    Un court extrait, à propos de l’effondrement financier:

    Finance is not a physical system but a mental construct, one resembling a house of cards that, to stretch this metaphor just a little, can remain stable only while continuously adding more cards, in the sense of continuous credit expansion supported by economic growth.

    But we are entering a time when a wide variety of physical constraints are making themselves felt around the world, from the depletion of fossil fuel resources, metal ores, phosphate, fresh water and arable land, to massive disruptions because of droughts, floods and heat waves brought by accelerating climate change, to the political instability and upheaval which sweep the world in the wake of each food price spike.

    All of these elements combine to make a rosy projection for global economic growth untenable. In turn, an extended period of economic stagnation followed by a sustained, perhaps terminal contraction is fatal to a financial system that constantly requires more debt, and more growth.

    Il est clair que c’est bien la finitude des ressources naturelles qui conduit à l’arrêt de la croissance économique, qui elle-même conduit à l’effondrement financier.

    Conclusion, la troika disparaîtra lors de l’effondrement n°3 😉

    1. « les problèmes vont se régler d’eux-mêmes. »

      C’est sûr, mais vous le savez, les problèmes ont une fâcheuse tendance à pouvoir se régler de différentes façons.

  81. A l’aide de leurs algorithmes sans aucun lien avec la réalité, les grands prêtres de la « religion féroce » suivent une logique jusqu’au-boutiste. La révélation de leur comportement mafieux doit donner une impulsion supplémentaire à l’action citoyenne.
    Dès lors, la proposition de Paul Jorion de constituer un tribunal d’opinion est à soutenir absolument. Car s’il y a bien un but que l’on doit poursuivre et qui doit déborder le cadre de ce blog, aussi suivi soit-il, c’est de développer une information qui manque cruellement au plus grand nombre. Un tribunal d’opinion, c’est fait pour cela, mais il faudra lui donner du grain à moudre, lui fournir des faits avérés en appui. Les agissements discrets, surtout quand ils sont délictueux, détestent la lumière comme le prince Dracula. Là, les lanceurs d’alertes et tous ceux qui auront besoin de libérer leur conscience auront un rôle à jouer, même s’ils risquent d’entraîner quelques corbeaux dans leur sillage.

    Le travail en profondeur, c’est le gouvernement d’Alexis Tsipras qui peut le faire, à la fois pour libérer le peuple grec sans l’obliger à aller trop loin dans les accusations, car la voie est étroite, mais aussi pour initier une réforme en profondeur de l’Europe. Les constats d’un tribunal d’opinion qui connaîtrait une certaine audience pourraient les y aider, n’étant pas bridé par les mêmes contingences politiques.

  82. Un tribunal, oui, mais un tribunal rapide. La Troika pousse à prendre des décisions très rapides. Parfois 24 heures. La Troika est un mot, il faut trouver la chaine d’individu qui a participé aux décisions . Un traçabilité des décisions et un gradation des responsabilités.
    Il faut être cohérent sinon ce sera la guerre juridique qui prendra des lustres et fera perdre un temps précieux pour que les choses changent, arrivent ou n’arrivent pas.

    Encore une fois, je continue de croire qu’un comité des « sages » apporterait plus que toute autre nouvelle création de tribunal. Il est nécessaire d’avoir une longueur d’avance par rapport à la Troika et pas l’inverse.
    Une phrase parmi d’autres m’a interpellé dans le reportage. Juncker disant « nous savons ce qu’il faut faire mais pas comment rester au pouvoir après l’avoir fait. »

  83. If we wash our hands of the conflict between the powerful and the powerless we side with the powerful – we don’t remain neutral.

    C’est ce que disait un graffiti sur un mur de béton me rappelant (tendrement) mon noctambulisme créatif d’adolescent . Autant dire que ce :

    Il va peut-être falloir s’en occuper nous-mêmes

    n’est pas pour moi une idée insaisissable.
    Sur les moyens pour y parvenir, là, ça coince. L’effervescence du blog en est l’illustration. Ce n’est pas le maniement d’une seule pique qui fera l’affaire.
    Inutile de se faire dépasser par ses égos pour trouver l’arme fatale. C’est comme vouloir se donner pour date le 25 décembre comme journée décisive.

  84. Il n’y a pas de hasard …. Dans Rebelle-Santé magazine découvert depuis 2 jours, j’ai lu un article sur VANDANA SHIVA, indienne, physicienne et docteur en philosophie qui en 2013 a appelé à la désobéissance civile pour lutter contre les multinationales de l’agro-alimentaire qui veulent faire payer ce que la nature offre gratuitement (semences) en sacrifiant la sécurité biologique et les droits des paysans. Elle a contribué à mobiliser 2 millions de manifestants dans 52 pays. Elle s’attaque à Monsanto affirmant que  » les multinationales n’ont qu’un objectif, leur pouvoir et ne tiennent aucun compte des droits démocratiques des citoyens ». Elle est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine en 2009. La désobéissance civile : « quand les lois de la Terre et les lois des droits des humains sont violés, nous avons un devoir de ne pas coopérer. »
    Les Faucheurs Volontaires d’OGM mènent depuis longtemps des actions musclées …. Nous aussi
    YES WE CAN

    1. La nature offre gratuitement : semences, pétrole, cuivre, eau, nourriture , paysages, lumière, énergie, réconfort, inspiration, la liste infinie.

  85. Le rationalisme a cette faculté d’ériger la mort en tabou. Car le néant est une chose qui ne se conçoit pas. Du coup, toute société policée par un athéisme de bon aloi se retrouve à l’occulter le plus profondément en soi.

    Mais, la mort est toujours là.

    A priori, lorsqu’il y a effondrement de ce type société, tout ce qui a pu être refoulé revient en surface: l’inconscient collectif s’exprime. On commence à le pressentir: les mœurs sont de plus en plus débridées (l’accès au porno, les sites de rencontres sexuelles qui ont pignon sur rue…On a même un présidentiable qui s’est retrouvé à un procès de proxénétisme…). Le respect de l’autorité est toujours remis en question (plus d’éthique pour gouverner la morale de chacun, ni par les juges qui ont un mur des cons, ni par les médecins qui font des parties fines entre deux consultations, ni les professeurs qui n’ont que droits acquis dans leur cerveau, ni les politiques qui sont là juste pour se dorer le blason…).

    Reste la mort à venir. Socrate lui même disait qu’un philospohe ne doit penser qu’à sa mort.Les religions monothéistes ont cette faculté d’atténuer la peur de la grande fin.

    Ces vecteurs d’apaisement ne sont donc plus en occident. Par conséquent, ce qui a été violent à une autre époque (les têtes au bout des piques) pourrait être sans précédent aujourd’hui.

    Et demander au Peuple de régler les comptes à la Finance et aux politiques qui la soutiennent, ce me paraît implicitement, leur demander d’aiguiser leur fourche. Car il n’y a plus de cadre légal possible: plus de légitimité nulle part. Ce serait juste ouvrir la soupape de la cocotte qui renferme le monde du refoulé, celui de la domination frustrée.

    « Surhumain », Paul Jorion, le dernier mot qui vous est venu pour un espoir de solution.

    Ce n’est pas moi qui le dit.

    1. Et que le dernier qui quitte le blog n’oublie pas d’éteindre la lumière !
      Tout compte fait, non : il n’y aura quand même plus personne pour acquitter la facture d’électricité.

    2. Vous semblez confondre « rationalisme » et « athéisme de bon aloi » avec la décomposition actuelle.

      1. Non, je ne confonds rien: l’athéisme est conforme à la pensée rationnelle, la croyance en l’idée divine se plaçant dans l’irrationnel.

        Et j’oppose (maladroitement certainement en ce qui concerne Socrate) ces deux croyances: l’une ne permet pas d’appréhender la mort sereinement, l’autre (par Socrate qui affirme que la pensée principale du philosophe est de chercher à mourir en paix, pour ensuite revendiquer sa pratique religieuse en vouant ses dernières pensées à Asclépios, et les religions monothéistes) étant un vecteur d’apaisement.

Les commentaires sont fermés.