Du pouvoir ou de l’absence de pouvoir des comités consultatifs

Je n’entends pas interférer par des indiscrétions avec le bon fonctionnement du Haut comité pour l’avenir du secteur financier en Belgique. Je ne m’abstiendrai cependant pas d’en tirer des enseignements globaux et de vous en faire part.

Ainsi, une série d’échanges ce matin m’a fait penser à la chose suivante qui me semble intéressante et potentiellement importante : le ministre sera entièrement libre d’ignorer la liste entière de nos recommandations, et en ce sens, nos travaux pourraient s’avérer a posteriori comme une totale perte de temps et d’énergie, mais sera-t-il entièrement libre de prendre des mesures qui contrediraient nos recommandations ?

Partager :