Guy Debord ou le portrait de la révolte, par Jacques-Ėmile Miriel

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Dans son propre Panégyrique de 1989, Guy Debord affirmait que sa si « mauvaise réputation » ne lui venait pas, en réalité, de son rôle pendant les événements de Mai 1968 : « Je crois plutôt, écrivait-il, que ce qui, chez moi, a déplu d’une manière très durable, c’est ce que j’ai fait en 1952. » Allusion directe à sa première manifestation artistique, un film de long métrage intitulé Hurlements en faveur de Sade, dont la projection à Paris le 30 juin 1952 devait entraîner un scandale retentissant. Debord évoquait ainsi cette œuvre dans un texte de 1993 : « L’écran était blanc sur les paroles, noir avec le silence, qui allait grandissant ; l’ultime plan-séquence noir durait à lui seul vingt-quatre minutes. »

Le futur auteur du livre La Société du Spectacle commence donc sa paradoxale « carrière » par un coup de maître, qu’il n’aura de cesse, par la suite, de revendiquer. A juste titre : car malgré la diversité des supports qu’il emploiera dans ses activités, tout au long des années, une implacable cohérence dans la démarche persistera résolument. Pour Guy Debord, vie et œuvre doivent coïncider de manière prégnante. Il entend bien ne pas se faire phagocyter par les fausses idéologies, les valeurs tronquées et les modes insanes qui dominent à tour de rôle la société. Il refuse lucidement les compromis déshonorants : le seul point de référence, ce sera lui-même, à l’aune de sa propre intelligence dans le siècle. « Il est vrai, écrira-t-il encore dans dans son Panégyrique, cinq ans avant de conclure son existence rebelle et non conformiste, que j’ai goûté des plaisirs peu connus des gens qui ont obéi aux malheureuses lois de cette époque. » La rigueur dans la révolte fut chez Guy Debord un travail de longue haleine.

« La destruction fut ma Béatrice », disait Mallarmé. Après avoir annoncé sans concession dans Hurlements en faveur de Sade la « mort du cinéma », Guy Debord aborda de manière plus frontale les conditions générales de l’organisation politique moderne. Un concept « négatif » est élaboré, celui de la « décomposition », qui acquiert le maximum d’acuité au moment où est fondée, en 1957, sous l’impulsion de Debord et quelques-uns de ses amis, l’Internationale situationniste (I.S.). Dans le premier numéro de la revue de ce mouvement, la décomposition est définie, parmi un certain nombre de termes propres aux théories situationnistes, de la façon suivante : « Processus par lequel les formes culturelles traditionnelles se sont détruites elles-mêmes, sous l’effet de l’apparition de moyens supérieurs de domination de la nature, permettant et exigeant des constructions culturelles supérieures… Le retard dans le passage de la décomposition à des constructions nouvelles est lié au retard dans la liquidation révolutionnaire du capitalisme. » Cette survivance du capitalisme fige la société dans un présent perpétuel et appauvri, qui ne correspond plus à aucun développement réel.

Différents tours de passe-passe idéologiques, que Debord mettra parfaitement au jour dans La Société du Spectacle, sont utilisés par la « domination » pour se maintenir en place : d’une part, le refus inconséquent de se plier à la dialectique de l’évolution historique, et, d’autre part, la mise sous perfusion d’un environnement sociopolitique complètement fissuré, et même moribond. La société ne s’oxygène plus ; elle dégénère et se décompose. De pseudo-valeurs mortifères, avec lesquelles les instances étatiques aimeraient colmater les nombreuses brèches, ne servent qu’à prolonger artificiellement le règne désastreux de la « non-vie ».

« Rien de nouveau ne peut plus se bâtir sur ces ruines », déclarait Debord, toujours en 1957, dans son manifeste situationniste Rapport sur la construction des situations. On remarque ici que, dès le départ, les situationnistes se sont donné pour mission effective la liquidation, jusqu’au dernier, de tous les débris idéologiques d’une société pétrifiée. On pourrait d’ailleurs caractériser l’un des aspects centraux du projet révolutionnaire de l’I.S. par la volonté de briser enfin ce vieux bloc de glace, avec la hache de ses théories.

Ce travail théorique touche de nombreux domaines, dont celui, capital, de la « vie quotidienne ». Laissée de côté par trop de doctrines irresponsables, cette question est pourtant la pierre angulaire de la liberté. Á quoi sert-il en effet de prétendre dans l’abstrait qu’on est libre, si les conditions de vie au jour le jour sont aliénantes et inhumaines ? Les situationnistes ne se paient donc pas seulement de mots ou de grands principes : il leur faut des réalités concrètes à se mettre sous la dent. Leur critique de la société n’en sera que plus sévère ; Guy Debord parle, par exemple, dans une intervention de 1961, de « la vie quotidienne, mystifiée par tous les moyens et contrôlée policièrement ».

L’I.S. proposera de perfectionner deux notions, déjà solidement ancrées dans la nature humaine, mais refoulées par la morale de l’époque : la « dérive » (« technique du passage hâtif à travers des ambiances variées ») et, la complétant, la « psychogéographie » «(« étude des effets précis du milieu géographique, consciemment aménagé ou non, agissant directement sur le comportement affectif des individus »). L’enjeu était bel et bien de dépasser le conformisme routinier d’une société toujours plus amorphe. Priorité était donnée au hasard et aux expériences de toutes sortes, un peu à la manière de Rimbaud appelant jadis au « dérèglement de tous les sens ». De fait, la clef de l’aventure situationniste est probablement à trouver dans cet ambitieux éloge de la dérive. « Notre idée centrale, préconisait Debord en 1957, est celle de la construction d’ambiances momentanées de la vie, et leur transformation en une qualité passionnelle supérieure. »

Dans ce qu’exprime Debord, et qui se veut toujours opératoire, le critère pratique a une importance décisive. Ce souci l’amène très logiquement à préférer l’expérience aux spéculations chimériques, la stratégie à l’utopie. Il disait dans le film In girum imus nocte et consumimur igni : « De même que les théories doivent être remplacées, parce que leurs victoires décisives, plus encore que leurs défaites partielles, produisent leur usure, de même aucune époque vivante n’est partie d’une théorie : c’était d’abord un jeu, un conflit, un voyage. » Lorsqu’il analyse, après coup, les grands tournants de son existence, Debord sait le faire avec le style froid et aiguisé du stratège relatant « au fond de tout cela, une guerre incessante » ; mais, juge fataliste de lui-même, fasciné par « la sensation de l’écoulement du temps », il laisse en plus délibérément affleurer une irréversible et profonde mélancolie, qui rappelle le poète espagnol du XVe siècle, Jorge Manrique, dont il a traduit les Coplas : « Nous partons quand nous naissons / Marchons tant que nous vivons, / Parvenons / Au terme de notre temps : / Trouvant ainsi, en mourant, / Le repos. »

Le ton du discours dont se sert Debord est « classique », dans la mesure où il n’hésite pas à dire « je ». Il est moins la marque d’un ego dont la dimension serait excessive, que la faculté assez rare de tenir des propos rationnels et sensés. Le moi n’est pas haïssable, quand il évite au langage de se dissoudre dans une informe pensée de type réformiste, que Debord avait évidemment en horreur. L’ego  mis ainsi en avant ne fonctionne pas seulement comme une référence à de grands auteurs du passé (ouvertement célébrés dans Panégyrique tome second, par exemple), mais aussi et surtout comme le rejet cinglant d’un système qui tente à toute force de briser les esprits contestataires. La thèse 219 de La Société du Spectacle le proclamait du reste avec une heureuse précision : « Le spectacle, qui est l’effacement des limites du moi et du monde par l’écrasement du moi qu’assiège la présence-absence du monde, est également l’effacement des limites du vrai et du faux par le refoulement de toute vérité vécue sous la présence réelle de la fausseté qu’assure l’organisation de l’apparence. »

La vie et l’œuvre de Guy Debord incarnent par conséquent un refus intransigeant, qui va volontairement jusqu’à la « néantisation ». C’est un inflexible « travail du négatif » poursuivi sans relâche. Le suicide de Debord, le 30 novembre 1994, montre à quel point l’homme s’était fondu dans la logique interne de son œuvre. Ainsi, à ceux qui se seraient encore demandé s’« il n’y aurait pas de succès ou d’échec pour Guy Debord, et ses prétentions démesurées », l’auteur d’In girum signifiait que le seul « succès » qui lui importait était cette rigoureuse et magnifique adéquation intellectuelle. Dans Hurlements en faveur de Sade, une voix prononce, avec un accent nécessairement prémonitoire : « Tout le noir, les yeux fermés sur l’excès du désastre. »

2Shares

18 réflexions sur « Guy Debord ou le portrait de la révolte, par Jacques-Ėmile Miriel »

  1. Merci,

     « Là où était le ça économique doit devenir le je »
    Guy DEBORD, La société du spectacle, chapitre II
     
    Si c’est pas radical ça !

  2. Plutôt l’original du Commentaire.

     

    GUY DEBORD
    COMMENTAIRES SUR LA SOCIÉTÉ DU SPECTACLE
    1988 ÉDITIONS GÉRARD LEBOVICI

     

    Debord aujourd’hui, serait à prendre au plus sec, c’est-à-dire « le spectacle », comme dispositif formel et  matériel de production d’une image volontairement faussée de la réalité politique, puis en suivre la généalogie concrète… par exemple sur la mise en scène ukrainienne croisée, entre l’oligarchie kleptocratique centralisée « poutinienne«  et l’oligarchie kleptocratique diffuse de la Chambre de Commerce des Etats-Unis ;  dans nos démocraties (pluricraties kleptocratiques diffuses) ceci est désormais, et pour longtemps, complotiste et bien vivant.

  3. Debord nous laisse une analyse remarquable de la société capitaliste moderne. Cependant à l’aune du temps, ses faiblesses apparaissent.

    La nostalgie mortifère qui se dégage d’In Girum, peut faire penser aux élucubrations d’un vieil ivrogne ressassant un passé magnifié à jamais disparu  que « les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître ». Et point de salut dans un avenir irrémédiablement compromis. A quoi bon entreprendre une subversion puisque de toutes façons tout est foutu…

    Guy Debord est un littéraire qui ne s’intéresse pas aux crises qui peuvent toucher le système capitaliste. Celui-ci, pour les situationnistes d’alors, se régénère sans cesse et ne peut être atteint par une crise économique, vieille lune des archéo-marxistes, toujours selon nos penseurs-poètes.

    La crise qui touche ledit système, indéniable aujourd’hui, contredit la vision situationniste.

    1. Debord, par delà sa grande lucidité de stratège, est de toute évidence resté « inconsolablement » nostalgique de ses années de jeunesse.
      Sentiment qu’il décrit si bien dans cette phrase-clé du Panégyrique :
      « Entre la rue du Four et la rue de Buçy, où notre jeunesse s’est si complètement perdue, entre quelques verres, on pouvait sentir avec certitude que nous ne ferions jamais rien de mieux. »
      Pas banal, le mot « sentir » chez Debord. Habituellement, il tranche, il affirme, il bistourise. Tout son drame est résumé ici, générateur d’une réelle force poétique, grandie du fait que l’aveu émane d’un homme qui a mis toute sa vigilance – et quelle vigilance ! – à rester intouchable.

  4. oui, après tout, pourquoi pas.

     « Il est vrai, écrira-t-il encore dans dans son Panégyrique, cinq ans avant de conclure son existence rebelle et non conformiste, que j’ai goûté des plaisirs peu connus des gens qui ont obéi aux malheureuses lois de cette époque. » 

    Le confort est ainsi.

    Ici aussi:

    https://www.youtube.com/watch?v=EXy7lsGNZ5A

    Antonin Artaud, POUR EN FINIR AVEC LE JUGEMENT DE DIEU 
     

  5. comme une dérive dans la poursuite de Guy Debord, vous pouvez lire le génial bouquin de Francis Cousin : « L’être contre l’avoir ». Cousin est aussi un spécialiste de Marx, on ne peut pas lui reprocher. Bien à vous.

  6. Un des éléments de l’autoportrait de Debord présente le sentiment de l’écoulement du temps ressenti par l’auteur, à travers deux de ses passions dominantes, l’alcoolisme et la guerre. Le dernier trait semble justifier le développement ultérieur d’une personnalité, à partir d’un dessein ancien. Les traits qui définissent le genre du panégyrique dessinent une grande part du portrait de son auteur : ils révèlent, par touches successives, l’identité d’un être, le “Je” d’une personnalité.

    Mais “Panégyrique” est aussi à classer dans le régime des Mémoires. Or, ceux-ci sont souvent un genre subversif, c’est-à-dire le signe d’une vie en marge (cf. ceux du cardinal de Retz) ; les panégyriques, au contraire, sont un genre officiel (cf. les panégyriques gaulois des IIIe & IVe siècles), soit l’expression de la majorité. Intituler ses Mémoires “Panégyrique” revient à proposer de réinvestir son contenu, soit la vie poétique de Debord, dans la vie quotidienne des autres hommes.

    Il y a donc une opposition chiasmique et incomplète entre le titre d’un livre qui reprend l’appellation d’un genre officiel mais dont le contenu est subversif ; et l’absence du titre du genre subversif qui qualifierait la vie des autres hommes. “Panégyrique” propose donc un glissement de sens entre son titre et son contenu. Comme les mémorialistes aristocrates, Debord revendique pour son texte le statut d’œuvre d’historien hétérodoxe.

    Enfin, le style de Debord, qui utilise les règles de la rhétorique classique (mais en les subvertissant, notamment dans les glissements syntaxiques – mais ce serait un point trop long à développer ici), manifeste la vérité d’un être en l’opposant à la société de son temps. Il intègre en lui le procédé de l’épidictique, comme expression raisonnée, à travers son autoportrait, de l’essence d’une personnalité, et comme condamnation implacable du spectacle régnant. Il propose donc un autre glissement de sens entre sa propre réussite insurrectionnelle et l’ordre dominant.

      1. Merci Vigneron pour ce commentaire, je me suis permis de le copier/coller chez Passou. J’espère que vous ne m’en voudrez pas.

  7. Je me souviens de mes efforts pour lire jusqu’au bout « la société du spectacle », en dépit de mon manque d’appétence pour cette prose prétentieuse (imitant, bien mal, et surtout hors de propos, le brillant Marx du 18 brumaire). Je me souviens des situationnistes qui nous faisaient bien rire en 1968 au quartier latin : 1968, la grève de dix millions de travailleurs qui n’ont rien su du « situationnisme » et qui ont dû, hélas, s’en passer.

  8. Un des traits qui caractérise Debord et les situationnistes est le scepticisme. Hormis les sentences du maître à penser, le reste, les tentatives imparfaites des autres sont souvent l’objet de sarcasmes. On reste, quoiqu’on dise, dans la position confortable du…spectateur critique.

    Ce scepticisme nous renvoie à l’image d’un Voltaire au sourire dubitatif, à ce qui constitue peut-être aussi un fondement de la pensée française.

  9.  
    Dans “In Girum…”, Debord dit & écrit que « C’est une société et non une technique qui a fait le cinéma ainsi. Il aurait pu être examen historique, théorie, essai, mémoire. Il aurait pu être le film que je fais en ce moment. » La critique générale du cinéma passe justement par ce que lui, Debord, a fait (filmer la théorie du Spectacle, film où les chapitres du livre sont redistribués & se concentrent en une spirale concentrationnaire) ou fait justement en ce moment-là, à la façon des considérations inactuelles, de toujours.
     

     
    “In Girum” est donc un examen historique, une théorie, un essai, des mémoires (tous genres omniprésents dans son œuvre – refus du romanesque, sinon réinvesti & réapproprié dans le film) et autre chose si l’on veut, par exemple un dépliement pictural – il cite la peinture comme le plus grand des arts, avec un autoportrait de Rembrandt, et lui-même se montre à différents âges de sa vie via des photographies, signe enfin son film à la fin par la formule relevée par Jacques-Ėmile Miriel : « il n’y aurait pas de succès ou d’échec pour Guy Debord, et ses prétentions démesurées. » Il a donc essayé par son art cinématographique toutes les formules que ne pratique pas d’habitude le cinéma dominant, essayant par lui d’atteindre à une forme artistique qu’il jugeait la plus grande.
     

     
    Mais son film n’est pas seulement celui d’un véritable artiste ; le contenu, explicite & implicite, invite toujours à l’insurrection de la vie. Ainsi, il le conclut, après les travellings des canaux, sur la lagune de Venise, avec ce que tout l’élément aquatique ainsi ouvert recèle de dangereux & d’aventureux pour l’époque à venir.
     

     
    Il y aurait tant à dire de ce film, que je considère comme son chef-d’œuvre pour ma part.
     

  10. Qu’est-ce que ça voudrait dire un artiste adhérant au récit du réel imposé par le capitalisme ou tout autre système politico-économique ? Un producteur de merde ni plus ni moins.

    Un artiste doit mettre sa peau sur la table et il le payera très cher. Très peu de candidats.

  11. L’I.S.: combien de divisions?

    Un peu comme les Verts. Anathèmes et schismes ont fait leur quotidien jusqu’au bout.

     

    Dommage car l’analyse de la « société du spectacle » dans laquelle nous vivons à présent de plain-pied était visionnaire.

     

    Michéa parle souvent de Christopher Lash et de son analyse du rôle du narcissisme dans la société ultra-libérale. Est-ce que quelqu’un ici l’a lu? Des pistes de lectures?

    1. « La culture du narcissisme » C.Lasch  Champs-Flammarion

      C’est un livre publié en 1979 aux Etats-Unis. Il tente d’expliquer par le narcissisme grandissant des individus les évolutions de la middle-class américaine, le repli sur soi, l’argent source de bonheur et toute une théorie d’évolution de l’individu vers le Moi, le Narcisse. Critique incontournable de la société.

      Sur un sujet semblable mais dans un autre style : « Festivus Festivus » P.Muray Champs-essais Flammarion , au vitriol.

      Je les ai lu il y a assez longtemps et dois m’y repencher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.