Le robot samouraï n’est toujours qu’une machine, par Pascal

Billet invité. À propos de la vidéo « Bushido Project« . Ouvert aux commentaires.

Comment interpréter la fin de cette vidéo sinon qu’en reconnaissant une certaine supériorité du robot sur le samouraï ?

Pourtant, le titre « Bushido Project » est la pure illustration de l’exploitation marketing de certains mots totalement détournés de leur sens réel et utilisés à contresens.

Qu’est-ce que le Bushido ?

Do en japonais signifie la Voie, le cheminement d’un individu vers son accomplissement au sens bouddhique du terme. De plus, le Bushido se définit comme le code des principes moraux que les samouraîs japonais étaient tenus d’observer. Même si la Voie du samouraî était de ne plus avoir peur de la mort, on voit à quel point cette quête profondément humaine qu’est le Bushido ne peut en aucun cas être associée à un robot qui n’est autre qu’une superbe marionnette moderne.

La Voie se conçoit comme une élévation de l’individu au delà de sa simple condition animale. Elle est le fruit d’une culture millénaire et d’une quête spirituelle. Cette vidéo s’achevant sur un homme en sueur conscient de sa force et de ses limites montre en réalité la supériorité de l’humain conscient de sa finitude. Le sabre au Japon est le symbole de la vie mais dans la pince de ce robot, il redevient un simple ustensile de cuisine.

Quand on prend conscience de la vraie valeur des mots et qu’on ne se laisse pas berner par l’illusion et le mensonge marketing, alors le robot redevient machine, puissant par la force mécanique, impuissant face à la vie.

Partager :

40 réflexions sur « Le robot samouraï n’est toujours qu’une machine, par Pascal »

  1. « un robot qui n’est autre qu’une superbe marionnette moderne. »

    En bon ‘animiste’, le japonais ne vous croira guère.

    1. En bon animiste le Japonais attribuera surement une âme au robot, mais cela ne l empêche pas de faire la distinction entre un humain et une machine. Toutes les âmes ne se valent pas.

      1. Alors espérons que  le robot ait un programme de hiérarchisation des âmes équivalent aux leurs…

  2. Amusant et finalement assez logique, de comparer robot et samouraï. Deux noms dont l’étymologie rappelle la notion de servitude.
    La séquences où l’on voit une innocente rose se faire couper par le milieu, m’a rappelé l’histoire suivante (à l’origine non certifiée, mais à la sagesse 100% bushido-tarentinesque) :
    Un vieux maître dans l’art du sabre s’est retiré tout là-haut sur la montagne, et ses serviteurs sont chargés d’écarter (poliment, car ils sont tous armés) tous les importuns qui viennent le défier, ou lui quémander un enseignement.
    Le hasard fait que le même jour, deux rônins viennent voir le maître. Le premier, un vieux de presque 40 ans, à la réputation d’homme sage malgré les nombreux cadavres semés dans sa vie, demande une audience pour pouvoir discuter du bushido. Le second, un jeune musculeux à la réputation terrifiante de chien fou, vient défier le maitre pour conquérir le titre de sabreur le plus rapide de l’Est.
    En réponse, une jeune servante vient apporter à chaque rônin, une fleur coupée le matin même par le maitre dans son jardin.
    Le vieux rônin prend la fleur, l’observe, se lève… et s’en va.
    Le jeune rônin lui, jette la fleur avec rage sur le sol et bouscule la servante pour qu’elle le conduise à ce vieux fou, qui ose lui envoyer une fleur pour toute réponse à son défi !
    Vous avez deviné la suite. À peine se trouve-t-il devant le maître, à peine a-t-il le temps de lui lancer son défi, qu’un fulgurant éclair d’acier le coupe en deux de la taille à l’épaule. Ainsi meurent les chiens fous…
    Ah ? Heuu… et c’est quoi la morale de l’histoire ?
    Eh bien jeune scarabée, sache que le vieux rônin après avoir examiné la fleur, s’était rendu compte que la tige avait était coupée par une lame de sabre. Et que cette coupe était si propre dans la puissance délivrée, si nette dans sa précision, qu’elle disait à elle seule l’immense maitrise du maître dans son art.
    Et le vieux rônin renvoyé à ses chères études, pendant que le jeune chien fou apprenait de la main du maitre, le sens des mots ‘sélection naturelle’.
    Se non è vero è bene trovato, non ?

  3. Pascal,

    Je comprends que ce film puisse susciter en vous  un malaise . Ceci dit il ne s’agit que d »une vidéo marketing dont le but principal est de montrer que  la précision du geste du robot peut égaler celle de l’homme. Bien entendu, cette machine n’a aucune conscience (du moins pas encore…) et ne peut être comparé à  un samouraï…mais attention  il ne faut pas se tromper. La robotique fait des progrès extraordinaires et nous montre jour après jour toute sa puissance et son adaptabilité à des tâches de plus en plus complexe. En parallèle , le génie logicielle fait lui aussi des bonds vertigineux, la rencontre des deux pourra peut être donné un jour un samouraï mécanique et dans ce cas je comprendrais votre coup de gueule et votre peur…

     

    1. Pour devenir un grand samouraï, il faut parvenir a ne plus craindre la mort. Car l’homme vit avec la peur de la mort depuis que la conscience lui a fait découvrir que le temps existe, parce que la vie de l’homme à une fin. C’est cette conscience de sa finitude qui fait de l’homme ce qu’il est. J’attends de voir le logiciel qui un jour aurait peur de mourir.

      1. Il y a des logiciels qui se suicident: c’est l’obsolescence programmée des machines qu’ils pilotent.

      2. Je suppose que par exemple, les virus (Trojan etc) peuvent être et sont souvent programmés pour se conserver, proliférer et ne pas disparaître. Par conséquent je crois l’intention ‘peur de la mort’ peut leurs être prêtés.

    2. Pour ma part, je n’ai pas vu de la peur dans l’intervention de Pascal. Juste remettre les choses à leur place. Le robot est une machine, l’homme pas. L’un des deux peut aspirer à l’élévation spirituelle, l’autre pas.

      La machine n’a aucune conscience (du moins pas encore)

      Et là, je ne vois pas comment cela pourrait se faire un jour. Qu’une machine ou un ensemble de machines construisent une société, soient en parfaite autonomie, s’autoréparent ou se réparent les unes les autres, se rechargent etc. (PJ nous dit même qu’on y est déjà – peu importe qu’on y soit déjà ou dans 1, 10 ou 50 ans), tout ça, pourquoi pas ? Mais l’acquisition d’une conscience, c’est autre chose. La simulation d’une conscience, éventuellement, mais je ne peux pas voir la machine aller plus loin que ça. La machine singe l’homme (très bien, et en mieux, pourquoi pas), mais quand le Maître d’armes s’incline devant son adversaire, c’est une marque de respect. Quand la machine « s’incline », c’est une singerie anthropomorphe.

      1. Bonjour Olivier

        Mes connaissances en la matière sont limitées mais je pense comme vous qu’il n’y a rien de commun entre un être humain et un robot.

        Voici un article de Marc Halévy élève du professeur Prigogine sur le sujet.

      2. Votre réponse semble frappée au coin du bon sens…mais c’est précisément ce qui me fait tiquer. Toute la question est évidemment de savoir ce qu’est la « conscience ». Et là, dès que vous voulez aller au-delà de « ben tout le monde sait intuitivement ce que c’est », il est très difficile de ne pas se prendre les pieds dans le tapis.

        Peut-être que le robot n’est pas conscient, mais peut-être que le samurai ne l’est pas non plus.

  4. En me rasant ce matin , j’ai malgré tout conclu que je préférais continuer à me livrer à cette occupation moi même , ou a la confier ma mon coiffeur/coiffeuse préféré(e) ( surtout la coiffeuse d’ailleurs) .

    En me souvenant aussi que le prix de la coupe de cheveux , dont la technicité est assez constante au travers des millénaires ( je n’en dirais pas autant pour les dames)  , reste un étalon sérieux de l’évolution du coût de la vie et des services , je me suis dit que ce robot n’avait pas d’autres fonctions que de tenter de me faire perdre mes derniers repères économiques à portée d’esprit humain .

     

    Sans oublier toutes les symboliques sous tendues par le rasoir .

  5. Le robot ne fait que copier sans beaucoup de finesse le geste de l’homme. Tout a été fait pour que cela soit à la portée du robot, il y a une sorte de tricherie à mon sens, alors que le maître doit se « débrouiller » avec ce qu’il a.

    C’est quand même le maître qui guide le technicien pour préparer le robot à couper le haricot. Bel exploit mais en combien de prises ? Et il semble être collé !

  6. Bonjour en regardant cette vidéo je n’aie pu m’empêcher de penser au « bio-techno-nano- logies » :).

    Du coup j’ai fait un tour sur allociné pour y regarder les critiques sur l’ascenceur , un film qui m’avait marqué vers l’âge de 13-14 ans . Un film de 1983, je vous copie un commentaire qui reflète ma pensé par rapport à cela: »Cet excellent film néerlandais (pays à grande vocation cinématographique 🙂 a, je crois, fortement concurrencé (et un peu ridiculisé) les grandes productions de l’époque. En exploitant intelligemment encore une autre peur latente de l’être humain moderne, le réalisateur a su faire de ce film un succès inattendu. Il suffisait d’y penser. L’ascenseur biologique à microprocesseur OGM se rebellant contre ses utilisateurs, le concept est carrément génial ! Je pense que beaucoup d’ « ascenseurophobes » le sont devenus beaucoup plus après avoir vu ce film. Il est vrai que certaines scènes sont particulièrement impressionnantes. Mais bref, comme quelques-uns, malgré -Les Dents de la Mer-, ont recommencé à se baigner, d’autres, malgré -L’Ascenseur- ont probablement fini par se lasser des escaliers…  »

    Et le lien du film dont je parle:http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=98.html

  7. La beauté du geste ?

    La prouesse technique ?

    Il a fallu quand même dépenser des millions de yens pour fabriquer cette couteuse machine à couper les petits pois

    Ou l’on voit que le meilleur de la technique est souvent mis au service de finalités improbables.

    L’esprit zen sans doute

  8. Bonsoir, ici il fait nuit au Japon

    Juste une petite remarque, les déchets sont remarquablement bien rangés cote homme et diffus cote machine. Je ne sais expliquer ce fait mais il me semble un point étrange de cet expérience…

    Merci

  9. « Le robot samouraï n’est toujours qu’une machine »
    Et il le restera…
    Même que ce sera le cas de tous les robots à venir. C’est lourd à porter l’étymologie de « Robot »  (Mot tchèque robot formé sur robota fém. « travail pénible, corvée », empl. en 1920 par l’écrivain Karel Tchapek [1890-1938] dans sa pièce R.U.R., trad. en angl. dès 1923)
    Et le travail, c’est pas toujours le plaisir. Même si ça peut arriver. À l’inverse pour les travailleurs du sexe (qui sont réputés justement ne pas avoir de plaisir, puisqu’ils… travaillent) l’orgasme n’est pas un travail, juste un parasite.
    Ça reste la borne à mon sens du projet de l’I.A. et Paul Jorion qui imagine tout transcrire en algorithmes risque d’avoir fort à faire avec ça.
    Même qu’il en convient lui-même quelque part sur le blog « Si un inconscient a le choix entre un orgasme et une décision rationnelle, il choisit l’orgasme ; il confie ensuite à la conscience le soin d’inventer une histoire vraisemblable (= rationnelle) sur ce qui s’est passé. »
    Ben pour programmer l’orgasme sur un robot, y a du boulot ! Quand aux zumains, la clinique témoigne que les orgasmes les plus programmés possibles ratent parfois…pourquoi ?
    Faut demander au programmateur…

  10. L’un a un fil  électrique à la patte et l’autre une âme doublée d’une immense concentration. Ma préférence va vers l’autre, sans la moindre hésitation. Je mise tout sur l’autre!

  11. Des commentaires au billet de Pascal ( très bon) je retiens surtout le parallèle qui a été fait entre les étymologies des mots  « robot » et « samouraï » qui se réfèrent à des champs  technologiques différents, mais l’un et l’autre  en tant que sujets agissants  capables de performances techniques au service  d’un maître. Ce qui est à craindre n’est donc pas l’animal domestiqué, ou la puissance  ou la précision ou la vitesse d’exécution de la machine, mais ce que symbolise le pouvoir au nom duquel ils  agissent.
     Personnellement j’avais vu la vidéo  comme un très bon film de propagande ayant comme finalité de faire le lien entre la haute technologie dont est capable l’économie japonaise en matière de robotique, et la haute tradition culturelle  de cette nation. Nous faisons  le même type de montages filmiques  pour exporter en Orient notre technologie  la plus innovante en rapport avec nos acquis  culturels historiques français.

  12. Un peu encombrant dans une cuisine ce robot découpeur de fruits et légumes…… 🙂

    et

    Le sabre, âme du samouraï

    « Le sabre, dans son sens profond et pour les devoirs qu’il conférait, était révéré au point d’être régulièrement placé sur les autels. La tâche qui incombait au forgeron était tout à la fois artistique, morale et sacrée. La beauté de l’arme, sa lame avant tout, beauté alliant la délicatesse à l’écrasante puissance, exprimait la profonde respectabilité de cet objet de force pacificatrice dont le seul but devait être de maintenir la concorde sociale et de guetter les appétits destructeurs à abattre.

    Rien n’était plus méprisable et plus éloigné de la chevalerie que de ternir sous le sang l’éclat d’une lame par simple emportement ou, pire, par jeu et par plaisir. »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Bushidō,_l'âme_du_Japon

    et

    « Gagner veut dire gagner sur l’esprit de désaccord en vous-même. Vous avez tort si vous pensez que le budo signifie avoir des adversaires et des ennemis, d’être fort et de les détruire.

    Il n’y a ni adversaires ni ennemis pour le vrai budo. Il nous faut seulement un esprit pour servir la paix de tous les êtres humains dans le monde, et non l’esprit de celui qui désire être fort, ou qui s’entraîne seulement pour battre un adversaire.

    Aiki. Le terme aiki existe depuis très longtemps. Le ai de aikido est un homophone de ai : aimer. La voie particulière que j’ai parcourue et conquise et dont je suis imprégné, je l’ai nommée aiki-do. Ce que les gens, qui pratiquent les arts martiaux, appellent aiki est fondamentalement différent de ce que je nomme aiki…

    Aiki n’est par l’art de la bataille avec l’ennemi ; ce n’est pas une technique de destruction de l’adversaire, c’est la voie de l’harmonisation du monde qui fait de l’humanité une seule maison. »

    Moreihei Ueshiba

    http://enkatsu.free.fr/weblog/index.php?2005/07/02/2-moreihei-ueshiba

     

      1. @ Pascal ,  oui merci….. et que voulez vous dire exactement ?

        En tout cas merci aussi pour ce billet. 🙂

    1.   S’engager  dans  cette «  voie de l’harmonisation du monde qui fait de l’humanité une seule maison » que vous signalez?  Je m’y refuse, car quelle qu’en soit la  rigueur mentale ou physique exigée c’est,  dans le principe même,  accepter  un  modèle totalitaire.

      1. 1/ je ne demande à personne de s’engager , où que ce ce soit et avec qui que ce soit, vous vous méprenez totalement. Ce lieu est avant tout pour moi , un lieu de partage et je fais aucun prosélytisme pour la bonne et simple raison que d’une part c’est totalement opposé d’une part à mon état d’esprit (esprit libre) et d’autre part à l »esprit de l’aïkido en essence, à mon humble avis.

        2/ harmonisation ne signifie pas nivellement, et encore moins imposition, tout cela est totalement contraire à la définition de l’harmonie
        « Sens extra-musical
        « Le terme Harmonie peut cependant recevoir plusieurs autres significations, en relation ou non avec la musique et les sons, c’est-à-dire qu’outre l’oreille, il s’adresse aux yeux et constitue une appréciation de la valeur agréable dans la communication de caractère général. Communication picturale, architecturale dans les arts, et relationnelle dans les sociétés. De manière très générale, le mot harmonie signifie « bonnes relations », « concordance », « entente », entre des personnes ou des personnes et des objets.

        C’est ainsi, par exemple, qu’à propos d’un tableau, d’un vêtement, d’un décor, etc., on pourra parler de « l’harmonie des couleurs ».
        On pourra dire également, en parlant de personnes cette fois, que celles-ci s’entendent bien et travaillent toujours en bonne « harmonie ».
        En architecture et sculpture, dans le rapport homme et objet perçu, l’harmonie est l’ensemble « Proportions agréables, beauté des lignes, des volumes, des formes. »5.
        et

        « Généralités »Dans cette acception, le mot, qui s’écrit parfois avec une majuscule — l’Harmonie —, peut être considéré comme un synonyme du mot Polyphonie — pris également dans son sens le plus large. L’harmonie s’oppose ainsi à la monodie médiévale, et, plus généralement à tout type de musique, d’ici ou d’ailleurs, d’hier ou d’aujourd’hui, jouée ou chantée à l’unisson.
        Lorsqu’on dit qu’un instrument est « harmonique », cela signifie que cet instrument est capable de jouer au moins deux sons simultanés.

        Par exemple, sont qualifiés « d’instruments harmoniques », la plupart des instruments à clavierpiano, orgue, clavecin, accordéon, harmonium… —, ainsi qu’un grand nombre d’instruments à cordesharpe, guitare, luth… — ; tandis que des instruments tels que la flûte, la clarinette, etc., sont considérés comme des « instruments mélodiques »3.Du point de vue philosophique, en particulier dans la Grèce antique, on peut considérer l’harmonie comme le fait pour tous les éléments d’un tout d’être à la place qui leur est destinée, de telle sorte que le tout est meilleur que la somme des parties. L’harmonie est ainsi une propriété structurelle de ce tout. »

        rechercher l’harmonie est rassembler les individus dans leurs différence et ce malgré leur différence et divergences multiples et variées, la démocratie ,de ce fait la recherche de l’harmonie est du m^me ordre, un DEFI , n’est pas ce qui nous rassemble sur ce blog, cette même recherche ?….

      2. @ Arciatus

        Aristote évoque la présence, par analogie avec la construction d’une maison, de l’idée abstraite d’architecture dans la construction et la programmation des organogénèses. Mais les explications qu’il donne dans De Generatione Animalium ne sont guère convaincantes. On voit ce qu’il y a de contradictoire avec la philosophie fondamentalement matérialiste d’Aristote: si les Idées platoniciennes n’existent pas il faut bien quelque chose comme une Idée pour diriger tout cet ensemble.

        Platon (Timée):

         » Le monde a donc été formé d’après un modèle intelligible, raisonnable et toujours le même ; d’où il suit, par une conséquence nécessaire, que le monde est une copie. »

        « On doit admettre comme vraisemblable que ce monde [notre univers] est un animal véritablement doué d’une âme et d’une intelligence. »

    1. Avec de telles perspectives d’avenir , vous feriez mieux de vous faire hara kiri tout de suite .

      Tu seras un homme mon fils , quand tu seras grand avant que d’être vieux, mais il faut d’abord apprendre le futur , et prendre parti pour sortir du conditionnel.

  13. Ce qui me gêne dans la comparaison humain/robot, récurrente sur ce blog, c’est le postulat implicite que l’humain est connu. Avons-nous fait tant de progrès dans la connaissance de l’homme depuis l’injonction de Socrate: « Connais-toi toi-même »?

     

     

     

    1. BasicRabbit

       

      bonjour, ravie de vous revoir de nouveau !

      « Avons-nous fait tant de progrès dans la connaissance de l’homme depuis l’injonction de Socrate :

      « Connais-toi toi-même »? »

      ça c’est l’ESPRIT du budo en action !

      « Avons-nous fait tant de progrès dans la connaissance de l’homme »

      encore en chantier……..:-)

       

    2. Le Samouraï n’est pas sans lien avec le « connais toi toi même » de Socrate ( ou Apollon , ou Homère , on ne sait pas bien ) , qui est assez universel si l’on pense à Lao Tseu ou Krishnamurti ( et sans doute d’autres moins médiatisés ) .

       

      Je retiens aussi que dans ce cas , il s’agit de se forger d’abord un « esprit » , un  » jugement » avant l’action traduite par le geste , et que la « posture » est plus dans « ne pas perdre » que « d’attaque » .

      Mais « ne pas perdre » quoi ?

      Je ne sais pas toujours , mais le robot encore moins .

      Je vois dans ce combat ( qui n’est qu’une pub ) une représentation de la querelle entre idéalistes et matérialistes , entre « âme  » et « technique » .

      En me souvenant que la technique est une arme merveilleuse pour agir et modifier le monde .

      En le pillant .

      Ou en le transformant .

      Et ce choix là , c’est bien  » le nôtre » .

      1. @juanessy

        Non justement, pas de posture, rien à perdre, rien à gagner, si ce n’est que se polir soi même (je sais ça fait freemasons mais non trés peu pour moi..) s’édifier : « La mère qui protège son enfant est la véritable signification du BU. C’est le contraire absolu de la recherche de la destruction de l’autre. (Me Nobuyoshi Tamura) (aikido) »

        Etre dans le vent est un idéal de feuille morte. (Milan Kundera) 🙂

        Les budō (武道?) sont les arts martiaux japonais apparus entre le milieu du XIXe siècle et le milieu du XXe siècle. En japonais, bu (武?) signifie la guerre et dō (道?) la voie (en chinois : dao ou tao, cf. le taoïsme). Les budō les plus connus en Occident sont le karaté-do, le judo, l’aïkido et le kendo. Ce sont les héritiers des techniques guerrières médiévales, les bujutsu (i.e. le jūjutsu, l’aikijūjutsu, le kenjutsu,etc.).

        Le kanji bu désigne la guerre. Il est composé de deux parties signifiants « lance » et « arrêter », et est donc souvent interprété par « arrêter la lance » (bien que nombre d’experts ne soient pas d’accord à ce sujet). Si le terme français « art martial » se comprend comme « art guerrier », le terme budō peut se comprendre originellement comme « la voie pour arrêter la lance » interrompre l’agression, donc un art de défense2.

        Efficacité, bujutsu et budō

        L’efficacité est une question que tout pratiquant quelque peu passionné par les arts martiaux est amené à se poser tôt ou tard.

        Une mise en perspective historique est nécessaire pour aborder ce thème. L’efficacité en situation de guerre véritable sur un champ de bataille à l’époque féodale n’était pas un simple questionnement intellectuel, mais une question de survie. Dans le Japon féodal, Les kakuto bugei désignaient les arts (gei) de guerre (bu) véritables (kakuto) que les bushi (hommes de guerre) devaient pratiquer.

        Les budo n’ont donc pas pour objectif l’efficacité telle qu’on pouvait la concevoir au Moyen Âge (puisque le contexte historique et anthropologique a changé) ou telle qu’on pourrait la concevoir, aujourd’hui,dans une société en guerre.

        Les aspects purement martiaux sont absents ou peu pratiqués dans les différents budo (avec des nuances à apporter en fonction de l’art considéré)

        Le passage de certains budō aux sports a bien évidemment accentué ce phénomène.Les règles d’un sport de combat visant à se prémunir contre toute attaque ou attitude martiale.

        Pour conclure, les budō n’ont pas pour but l’efficacité en situation réelle comme leurs ancêtres les bujutsu, mais plutôt le perfectionnement de soi-même à travers la pratique de techniques issues des arts de guerre du Japon féodal. C’est le sens et la promesse du terme do.

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Bud%C5%8D

  14. « Peut-être que le robot n’est pas conscient, mais peut-être que le samurai ne l’est pas non plus. »

    bien vu, aucune conscience et aucun samouraï dans cette vidéo marketing , que des machines à débiter, de bons techniciens sans âme, c’est monstrueux !

    1. « Peut-être que le robot n’est pas conscient, mais peut-être que le samurai ne l’est pas non plus. » L’être humain est capable de s’émouvoir, de se révolter, de manifester sa colère, et d’avoir honte, de s’excuser. Soit une diversité et  un  inattendu des réactions, autant de   » pour soi » possibles,  ce à quoi  la haute technicité du samouraï ( il a atteint le savoir « en soi » parfait dans la manipulation de son arme de mort) lui permet d’échapper  Cet art de montrer sa puissance pour n’avoir pas à s’en servir me semble à l’opposé de l’action non-violente (« pisse n’importe où, avec l’impudeur des purs » disait Lanza del Vasto!)

    2. Je sais c’est idiot mais l’Arabie Saoudite embauche en ce moment des coupeurs de têtes et de mains.

      Les japonais pourraient faire une offre avec leur robot-samouraï ?

      (dans le genre monstrueux)

  15. « La Voie se conçoit comme une élévation de l’individu au delà de sa simple condition animale. Elle est le fruit d’une culture millénaire et d’une quête spirituelle… »

    Le robot n’a pas le choix de sa « quête », elle lui est imposée. Or chez les humains, celle-ci peut suivre des voies diverses, comme simplement par la recherche de la perfection dans le déroulement de la cérémonie du thé.

    Un roman superbe et marquant:  »

    Le Maître de thé (titre original : 本覚坊遺文 / Honkakubô Ibun) est une roman historique de l’écrivain japonais Yasushi Inoue, parue en 1981. Très documentée, cette histoire cependant fictive se base sur des faits réels et nous est racontée de façon très vivante.Le livre a été adapté au cinéma avec le film La Mort d’un maître de thé, du réalisateur Kei Kumai, sorti en 1989. … »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Ma%C3%AEtre_de_th%C3%A9

    Alors dans ce cas de figure ,

    A la fin le robot devrait faire « seppuku ».

  16. Je ne retiens dans ce film que l’évolution progressive de la robotisation ; comme les robots se perfectionnent en bourse, aux échecs, ils s’essaient aussi au sabre.

    Ils n’auront jamais l’âme du samouraï, mais pourraient le vaincre au combat. Comme aux échecs, comme en bourse…

    Cela ne remet en rien en cause la philosophie des arts martiaux. Leur suprématie guerrière est morte avec l’apparition des armes à feu. Il faut voir les dégâts de cette philosophie sur les troupes japonaises pendant la deuxième guerre mondiale. Ce n’est pas un robot qui fera peur aux samouraï moderne, s’il a réussi à trouver sa voie, il n’a plus peur, et c’est sa force. (et le robot a besoin d’huile, de pétrole et de logiciels performants, pas trop chaud, pas trop froid, pas trop de rayonnement électromagnétique…pas trop de « bugs »)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.