Les instances de la Troïka se chargent de tout et ne pourront s’en prendre qu’à elles-mêmes

Dans sa chronique publiée hier soir dans le Financial Times, Wolfgang Münchau écrit :

« Les ministres des Finances européens, ainsi que Madame Lagarde, signalèrent, lors de la réunion calamiteuse à Luxembourg la semaine dernière que, pareils aux Bourbons au XVIIIe siècle, ils n’ont rien appris, ni rien oublié. »

Quand Christine Lagarde s’est plainte jeudi soir lors des négociations en cours avec la Grèce qu’évoque Münchau, de « l’absence d’adultes dans la salle », elle a fait comme tous ceux ayant jamais prononcé ce genre de phrases : elle s’est comptée elle-même au rang des adultes. L’histoire en juge malheureusement parfois autrement, et nous en saurons plus peut-être à ce sujet pas plus tard que la fin de la semaine qui débute.

À la différence de ceux qui furent dirigés autrefois par des Louis XVI, notre participation citoyenne n’est nullement requise pour précipiter l’effondrement : les « adultes » auto-proclamés de la Troïka qui veillent sur notre destinée, se chargent de tout !

Partager :