Avis aux faibles en maths : s’abstenir, voter blanc, voter nul, c’est encore voter ! par Jean-Baptiste Auxiètre

Billet invité.

S’abstenir, voter blanc, voter nul, c’est encore voter ! Car dans ces trois scénarios, votre non-voix vient confirmer le résultat final du vote ! De fait, votre non-voix sera comptée comme si vous l’aviez découpée dans la même proportion que le résultat final. Si A obtient 55% des voix, et B, 45%, vous aurez quant à vous donné 0,55 voix à A et 0,45 voix à B. Croire que ne pas voter, voter blanc ou nul, c’est éviter de se salir les mains, c’est faire la preuve seulement de votre faiblesse en maths – et de votre naïveté du même coup. La réalité mathématique, c’est que vous vous les serez salies en laissant le soin aux autres de définir exactement comment.

Partager :