Les bourses chutent… Avez-vous remarqué un détail ? par Jacques Seignan

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Les bourses chutent… Avez-vous remarqué un détail ? Peut-être pas car en fait c’est une absence et c’est moins évident à détecter un truc manquant.

Il n’y a plus, sur aucune des chaines d’info en continu, les cours boursiers indiqués avec le bandeau défilant en bas d’écran que l’on voyait il y a quelques années. BFM ou autre LCI montraient ces chiffres (et pas que pour le CAC) : on y voyait en rouge et en direct s’inscrire les baisses. Quelle dramaturgie !

Aujourd’hui, juste des infos ponctuellement mais plus de ces chiffres anxiogènes. Que le bon peuple (ou du moins ceux qui perdent leur temps avec ces chaines à abrutir les citoyens), qui dans son immense majorité n’a pas d’actions, dorme en paix.

Ça va bien finir par remonter (en bonne théorie hollando-macronesque) : eh oui, après une petite crise mondiale et un pompage massif sur les pauvres, on a eu à nouveau des cours boursiers les plus hauts. Bis repetita…, et diabolicum est…

En fait cette histoire de ruissellement des richesses est parfaitement vraie ! Mais c’est juste le sens du ruissellement qui est faux : ça coule du bas vers le haut.

Le PDG de Lactalis avec une fortune de 9 milliards € le prouve : il a fait ruisseler chaque euro extrait des paysans et de leurs vaches à lait…

Donc comme le dit Paul Jorion, on va hardiment repomper nos petits soussous pour renflouer nos « chers » Maîtres … Et nous serons heureux de revoter pour eux !

Partager :

55 réflexions sur « Les bourses chutent… Avez-vous remarqué un détail ? par Jacques Seignan »

  1. heureux de revoter pour eux ? avec les taux d’abstention records, les seconds tours réactifs car il faut bien parfois réagir, je vois pas d’engagement de la citoyenneté en faveur de la ploutocratie.

    1. Ils s’en foutent comme de l’an 40 de l’abstention !

      Elus même avec 80% d’abstention ils sont élus, et se pavanent.

      Les abstentionnistes portent une lourde responsabilité dans la dérive toujours plus inégalitaire de nos sociétés.

      1. C’est « drôle » d’accuser celles et ceux ayant désapprouvé de prendre l’un des pires remèdes (D’ailleurs parlez vous d’avoir voté fhaine ou Macron – et à quel tour des élections – en pleine « responsabilité »… pour lutter contre les inégalités, desquelles aucunes de ses deux candidatures n’a promis de les résorber, atténuer, sauf à faire le choix de la « préférence nationale », ou européenne – en laissant crever les réfugié.e.s réduit.e.s en esclavage, en Syrie, etc…?), de ne pas avoir guéri le malade, n’en plus pouvant d’agoniser …?

        Comme disent certain.e.s « donneur.euse.s de leçons de morales », prenant un « malin » plaisir à ne pas se gêner pour réécrire l’Histoire (version « simplifiée) vue par les vainqueurs… « ça ne mange pas de pain »… de s’en prendre à « la majorité » qui parce qu’elle s’abstient, de choisir entre le pire des remèdes, pour une maladie mal diagnostiquée, n’a qu’à rester silencieuse… quand il y a suffisamment de « spécialistes » de « l’inculture politique », économique, etc, pour lui faire dire ce qu’elle n’a jamais dit, ni même pensé… ?

      2. Paul, une « donneureuse » est tout simplement une personne heureuse de donner.

        D’aucuns préfèrent écrire « généreuse », certes. 🙂

      3. @ Macarel,

        Concernant la responsabilité des abstentionnistes, elle est ni moindre ni plus grande que celle des votants.

        Un abstentionniste au premier tour de la dernière élection présidentielle par exemple est quelqu’un qui a donné son droit de vote à l’ensemble des votants en les laissant décider à sa place. C’est donc une personne qui a voté 24% de Macron, 21% de Le Pen, 20% de Fillon etc.

        Une bonne idée ou pas, à chacun d’en décider. Mais la responsabilité est en tout cas exactement aussi engagée que si l’on vote 100% de quelque chose. Pas moins, mais pas plus.

      4. @Juillot Pierre

        En l’occurrence je pensais aux dernières élections législatives partielles, qui ont vu la gauche absente du second tour.

        Mais aussi aux législatives de juin, qui ont vu le peuple de gauche (je fais simple) ne pas se mobiliser pour limiter la vague macroniste à l’Assemblée Nationale.

        Pour la présidentielle et plus particulièrement le second tour, je laisse chacun en tête à tête avec sa conscience, et je n’ai aucune prétention à donner des leçons à qui que ce soit.

      5. Surtout que la responsabilité principale incombe aux responsables des partis de gauche et d’extrême gauche qui

        – au premier tour des présidentielles n’ont pas su ou pas voulu se ranger derrière le vainqueur de la primaire à gauche: Benoit Hamon.

        – Aux législatives ont battu tous les records dans les listes de gauche concurrentes, alors qu’elles savaient pertinemment qu’elles allaient au clash dès le premier tour..

        – Et encore la semaine dernière, balayées des le premier tour parce que désunies et surtout refusant d’ouvrir une moindre perspective politique.

        Les responsables de cette triste situation, ce ne sont pas les abstentionnistes à gauche, ce sont … les responsables, des directions qui s’accrochent et qui n’ont pourtant plus rien à dire !

    2. C’est juste, mais Macron dont la campagne électorale fut sponsorisée, en large partie, par « la finance », est au pouvoir, et cela peut-être pour longtemps, vu de l’état dans laquelle la gauche se trouve. Macron n’a pratiquement aucune concurrence sérieuse. On observe un phénomène similaire en ce moment en Allemagne: le SPD et la CDU vont très propbablement former un parti unique (le SPD est en réalité déjà agonisant), au service de la mondialisation de l’économie et la finance.

      1. « au service de la mondialisation de l’économie et la finance »

        Je dirais : au service du statu quo. Mais le fait même qu’il devienne nécessaire de tomber le masque du bipartisme afin de maintenir au pouvoir ce qu’Alain Minc appelait le « cercle de la raison » montre que celui-ci est de plus en plus fragile. Même si les temps et les lieux sont indéterminés, sa chute à terme pas trop lointain me semble certaine.

        La question, c’est ce qui vient après.

        En France, deux versions possibles de l’après ont été refusées en 2017, celle de Mélenchon au premier tour, celle de Le Pen au second.

        Faut-il compter sur l’une de ces versions pour remonter à l’assaut et l’emporter dans les années qui viennent ? Faut-il autre chose – et si oui quoi et surtout comment ?

        Tant de questions… si peu de clarté.

      2. @Germanicus

        « Macron n’a pratiquement aucune concurrence sérieuse. »

        Vous voulez dire :

        « L’argent n’a pratiquement aucune concurrence sérieuse. »

      3. @Jacquot
        Certains parlent l’apparition rampante d’une sorte de nationalsocialisme, pas à confondre avec l’hitlérisme. Quand on regarde le tableau politique en France, cette hypothèse ne paraît pas absurde. Ni en ce qui concerne d’autres pays.

      4. Il faut bien désigner des coupables ! Heureusement que les votes sont secrets, sans quoi les personnes seraient laissées à la vindicte populaire.

        Il nous a été proposé d’en appeler à Monsieur Piketty. Celui-ci n’a pas répondu et, depuis, j’ai remarqué que ses articles n’étaient plus cités sur ce blog. Aurait-il attrapé la peste ? Il n’intéresse plus alors ?

        Pourtant il œuvre ! La démocratisation de l’Europe ce n’est pas rien, mais ça ne semble intéresser personne ici :
        http://piketty.blog.lemonde.fr/2018/01/29/democratiser-leurope-cela-commence-a-la-bce/

        Benoit Hamon sera le remplaçant. Un frondeur du PS qui n’ose voter « Non » aux lois proposées par son propre parti, mais qui « s’abstient » comme les autres frondeurs. 6 % ! Croyez-vous que les gens sont idiots ?

        « Surtout allez voter ! » Entre l’homme de la finance et le Front National, la peste et le choléra.
        http://www.jennar.fr/2017/04/25/voter-macron-impossible-voter-le-pen-impensable/

        Ni mon mari, ni moi ne sommes allés voter. IMPOSSIBLE !!

        Surtout pas Mr Mélenchon, il représente l’extrême-droite ! Avec un programme de gauche……. (faut pas chercher…….)
        http://www.jennar.fr/2017/02/11/je-voterai-pour-lavenir-en-commun-pas-pour-melenchon/

        Un couple : Hamon/Piketty :
        https://www.francetvinfo.fr/economie/thomas-piketty/presidentielle-thomas-piketty-rejoint-l-equipe-de-campagne-de-benoit-hamon_2057307.html

        Que le meilleur gagne !

        En attendant, les personnes âgées crèvent dans les EHPAD, les réfugiés et autres SDF crèvent dehors, le Code du Travail est en passe de complètement disparaitre, les français sont en train de perdre l’espoir….

        Quant aux malades cancéreux, ils servent pour les essais cliniques !
        « En fait le modèle d’avenir d’organisation des centres de traitement du cancer est celui des CLCC (Centres de Lutte contre le cancer), comme nous l’explique la Cours des comptes dans le chapitre VIII de son rapport de septembre 2015, chapitre intitulé ‘CCLC, un positionnement à redéfinir dans l’offre des soins ». Il s’agit de centres privés, à but non lucratif, mais qui ne tournent que grâce à de l’argent public. Ils sont très spécialisés dans le traitement des cancers du sein et de certains cancers rares.
        Ca, c’est pour l’affichage. En fait il s’agit de véritables plateformes dévolues à la pratique d’essais cliniques à une échelle industrielle, pour le plus grand bénéfice des laboratoires pharmaceutiques, puisqu’ils représentent environ 40% des inclusions dans des essais cliniques, pour un peu moins de 10% des patients cancéreux accueillis. Ils représentent aussi quelques 40% des publications, souvent « dans des revues prestigieuses » dont la moitié revient à l’Institut Gustave Roussy et à l’institut Curie.
        L’inclusion d’un maximum de patients dans des essais cliniques est un objectif depuis longtemps affiché par les pouvoirs publics, et une inclusion croissante est censée garantir la « compétitivité de la France » sur le marché des essais cliniques. On parle en effet, souvent des essais en ces termes dans les discours officiels, c’est-à-dire en termes économiques, loin, très loin des préoccupations des patients. En effet, la recherche clinique rapporte beaucoup, même si elle coûte probablement plus, des devises pour la France, puisque les laboratoires paient, et des revenus substantiels pour les investigateurs http://blogdelarechercheclinique.com/inclusions-les-booster/ . »
        http://docteurdu16.blogspot.fr/2016/06/loncologue-est-un-nouveau-barbare.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+ClubDesMedecinsBlogueurs+(Club+des+M%C3%A9decins+Blogueurs
        (A voir dans les commentaires d’autant que ce n’est qu’un commentaire, il faut en lire la suite).

  2. C’est plutot bien ce changement mais c’est peut être plutot parce que tout le monde peut soir ça sur son téléphone.
    Ce krach c’est surtout une grosse épine dans le pied de Trump.
    Quand à la théorie des cycles il y a tant de professeur d’economie qui l’enseignent encore…

    1. Krach, krach… c’est vite dit.

      Moi j’suis allé voir M’sieur Bloomberg qui m’a indiqué que sur l’année passée (la récente baisse y compris, donc) le Dow Jones a fait un joli +21,4% (de 20052 à 24346 d’un 5 février à l’autre)

      A ma question il a aussi répondu que le Dow Jones a fait un très sympathique +74,0% dans les cinq dernières années (de 13993 à 24346)

      Difficile d’appeler ça un krach. Du moins pour l’instant. A ce stade, on en est à la péripétie.

      Si vous voulez interroger M’sieur Bloomberg vous-même : https://www.bloomberg.com/quote/INDU:IND

      1. Une crise ? La belle blague oui mon Jacquot, regardons les cours du DoW sur 10 ans :

        https://www.boursier.com/indices/graphiques/dow-jones-industrial-US2605661048,US.html

        La « crise » de 2008 fût en fait une mise en positionn une petite cure de régime, une mise en condition pour la folle hausse ininterrompue des 10 ans suivants ! Si ils retentent le coup, dans 10 ans le DOW est à 40 000 ! Elle est pas belle la vie de ceux qui font ruisseler vers le haut ?

        Moi je vais me convertir à la vision de vigneron si ça continue…

      2. D’ailleurs c’est encore plus parlant sur 20 ans bon sang de bois !

        En fait avant la vraie fausse crise de 2008 ça ronronnait, on s’ennuyait ferme sur les marchés, alors que depuis, ma ma mia, c’est la fête du slip tous les jours !

        Vous en doutez ? Ben regardez vous même :

        https://www.abcbourse.com/graphes/eod.aspx?s=DJIAx

        On pète le feu du côté des actionnaires !

      3. @ Jacquot.
        « Difficile d’appeler ça un krach. Du moins pour l’instant. A ce stade, on en est à la péripétie. »

        Oui enfin on est quand même pas dans l’anecdote lorsque le Don perd en séance 1500 points ( en toute comparaison le krach de 29 c’est 800 points de chute en tout ).

        Pas besoin d’être fin économiste pour ce rendre compte que ce système fou est proche de la rupture, et qu’il va se rompre sur notre crâne !

        La tendance des directions ouvrières, face au danger et à l’adversité, c’est de se rapprocher encore plus de leur bourgeoisie, exemple le SPD allemand.

        Est ce la bonne politique ?

        Personnellement je ne le crois pas !

    2. Une épine dans le pied de Trump ? Hier matin dans les embouteillages j’écoutais le chroniqueur économique de Radio 21 ( Bruxelles pour les outsiders ) nous expliquer que la chute de la Bourse était due aux bons chiffres économiques et à la remontée des salaires aux States , because risque d’inflation ( ouaarf , comme si l’inflation avait besoin d’une hausse des salaires ..)

  3. Ok, les bourses chutent et alors????
    On va faire comme en 2008 et qu’est ce qui s’est passé au final???
    RIEN absolument RIEN….Il n’y a pas eu de lendemain qui chante! Les pauvres sont restés les mêmes et la classe dominante a continué à s’en mettre plein les poches…et je rajouterais en fond de tableau: le réchauffement climatique est tjrs en route, les déchets s’accumulent partout sur le globe (île Henderson), la biodiversité diminue, le genre humain en revanche se densifie sur tout les continents et s’accapare de toutes les ressources planétaires,etc,etc,etc,etc,etc…
    Alors excusez moi d’être trivial mais au final
    çà change quoi que les bourses chutent????Le début d’une prise de conscience qu ‘on se dirige droit vers un mur????HAHAHAHAHAHA!!!!

    1. @ Pierre,
      absolument d’accord avec vous : moi non plus j’en ai rien à cirer que les bourses chutent ─ et je n’ai pas d’actions. Par contre c’est un symptôme d’une contradiction insurmontable déjà explicité par Paul Jorion. Les apories s’accumulent car nos « Maîtres » ne veulent rien entendre ou changer. Augmenter les salaires serait ainsi une solution élégante mais à condition de diminuer les dividendes et bonus. Quelle horreur ! Mon clavier en frémir de taper ça !
      Et quoique fassent les banques centrales ça plombe le système. Comme l’ont souligné d’autre commentateurs, ça va « morfler » pour nous tous qui ne sont pas dans les 1% (ou moins).
      Alors qu’on le veuille ou non si krach il y a, ça ne sera pas une bonne nouvelle… autant en suivre le cours (si je puis dire 🙂 )

      1. http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/02/06/qui-veut-vivre-vieux-soigne-son-portefeuille_5252651_3234.html

        Ca morfle déjà grave, Les hommes les plus riches vivent 12 ANS de plus que les hommes les plus pauvres en fRance !
        Les femmes s’en tirent mieux, paraît-il, car entre autre en fait, elles travailleraient moins !
        Le rallongement de la durée du travail dans la vie promet donc de belle hécatombe qu’une limitation de vitesse à 80 km/h sur nos routes ne saura pas éviter.

  4. « ça coule du bas vers le haut. »

    Logique les petits ruisseaux font les grandes rivières.

    Les pauvres sont trop nombreux pour devenir riches, par contre les riches sont riches parce qu’ils prennent un peu à chaque pauvre.

    Le tout, pour que le système se perpétue, c’est que le pauvre croie qu’un jour il pourra devenir riche, même si cette croyance est démentie tous les jours.

    « Aspirez à devenir milliardaires » comme dirait notre banquier de président. Pendant que vous « aspirez à devenir » d’autres aspirent vos poches, et sont eux, vraiment milliardaires.

    Ainsi va la vie en ce bas monde…

  5. Parfaitement d’accord avec cette analyse.
    Depuis que Paul Jorion m’a fait comprendre que la croissance est nécessaire pour payer les intérêts, ( c’est la chose principale que j’ai appris sur ce blog MERCI ) j’arrête pas de dire qu’il faut faire mieux avec moins.
    Pour éviter la drache financière les pecneauts que nous sommes n’ont qu’à retirer leurs sous-sous des banques et investir massivement dans ce nouveau paradigme.
    Va falloir convaincre mon gouvernement ( lequel?) avant d’avoir perdu trop de plumes.
    Allez, faut rester positif malgré les circonstances.

    1. « retirer leurs sous-sous des banques  »

      Le rêve inaccessible.

      Il faut tenir compte des dépenses obligées.
      Ce qui fait que la cassette est rapidement vide. Rien à retirer, d’autres s’en charge à votre place.
      Par expériences perso, les 20 derniers jours du mois sont franchement difficiles…

      Ça un avantage: permettre de se distancier de ces pseudo-questions de bourse. Sauf, bien sûr, pour applaudir la déconfiture. Mais je soupçonne que si la bourse va mal, on va morfler. On sait déjà par expérience que si elle monte, on morfle aussi.
      La vie des humbles est si simple…

      1. Il ne s’agit pas de retirer son argent et de le mettre sous un matelas mais bien de l’investir dans la sobriété.
        Je ne sais pas, mais ceux qui sont le nez dans le guidon de l’argent qu’ils soient de hyper riche ou pauvre ne comprendront jamais le paradigme qui est en train de naître. Il y en a beaucoup sur ce blog.

      2. Très cher Michel,

        Vous avez dû vous apercevoir que je ne parle que de mon cas, par égotisme sans doute, mais aussi parce qu’il est représentatif d’un grand nombre, je le crois, sans compter que je le connais assez bien.

        Résumons: quelque soit la destination que vous suggériez, par exemple « un matelas » ou « investir », ou la fantastique « sobriété » en ligne de mire, y’a rien à retirer. Rien. Il est vrai qu’il existe moins que rien, 30 jours.

        En fait, je n’y crois pas, à votre « investissement ». Les solutions individuelles sont hors de proportion. Un de sauvé, combien laissés au bord de la route? L’effort devrait être collectif. Il a un nom: social-démocratie.

  6. …“Et nous serons heureux de revoter pour eux !”
    Ouf ! j’avais cru lire : “Et nous serons heureux d’aller à la guerre pour eux !” On l’a échappé belle, pourvu que ça dure !!!

  7. 4 millions de Français détiennent des actions en direct. + ceux ayant des SICAV et autres FCP en actions. + l’assurance- vie … Au total 5 millions.
    j’ajoute que les investisseurs intéressés par l’épargne et la Bourse ne regarde pas BFM.

  8. Oui vous avez tout à fait raison , je me suis fait la même réflexion ce matin en ecoutant BFM , nous expliquer des heures durant que ma foi il neigait , ce qu’on peut assez facilement constater par soit meme , qui a dit que les medias mentaient . Non plus serieusement n’est ce pas aussi la faute des gens qui ne veulent pas savoir , pas entendre et qui ne supportent pas le moindre message un tant soit peu anxiogène .

    1. Ne pas voir ,c’est le grand secret de l’autruche ,c’est sa stratégie mais elle est dangereuse……Nous n’avons pas vu qu’on nous plumait depuis 2008,retraites,salaires et abondance chez les spéculateurs et si la « correction » va trop loin ,il faudra à nouveau les renflouer ,jusqu’à quand????Au fait à force de fermer les yeux nous ne voyons pas la politique agressive des Trump et consorts ……….là nous risquons de ne plus rien voir et définitivement…

  9. Bonjour,
    Avez vous remarqué un détail ?
    Ce blog est né dans la foulée de la crise financière de 2008 sous la plume d’un espèce de Belge urluberlu et inconnu qui a annoncé le séisme dont les secousses sont encore actives aujourd’hui.
    Et figurez vous que ce Belge vivant en France à décidé de prendre sa retraite blogueuse au moment où la crise risque de repartir de plus belle !!
    Il est nul de chez nul ce blagueur blogueur prédisant un cataclysme dès 2005 lorsque tout allait bien et tirant sa révérence lorsque tout va bien selon les théories Macronnesques.
    Mon petit doigt me dit que si retraite il y a, elle va être très progressive au vu des événements qui se précipitent.

    Hormis la plaisanterie ci dessus, retraite partielle ou pas, veillez à votre santé Paul. Votre blog assurera pour longtemps encore sous la forme que vous déciderez une véritable mission de service public.

      1. @Paul Jorion

        Finissez ! Finissez : rien de plus important que de se consacrer à ce qui vous intéresse !

        Sauf que, en ce qui me concerne, je vois passer les jours, et approcher la fin du mois de Février, et je panique !!!

        Depuis plusieurs années votre blog m’était devenu indispensable.

        Une question (idiote ?) : est-ce qu’il en restera quelque chose ?
        (à part dans ma tête, bien sûr 🙂
        –je veux dire pourrai-je encore accéder à certains articles déjà parus ? Hier, l’année dernière, ou… Et cætera…
        Par exemple : j’ai relu avec plaisir votre article –lien d’aujourd’hui–, qui datait de Mars 2009.
        Depuis mon « monte », au Portugal, entre nos fruitiers, notre jardin, les bricolages indispensables de tous les jours, et ma « peinture »…
        Mais j’ai du mal à me classer : serais-je un « rentier » ?
        –mais une sorte de rentier privé, alors ?
        Retraite à peu près nulle –pas de minimum puisque résident à l’étranger– Mais je ne peux guère empêcher mes banques (.fr et .pt) de jouer en bourse le peu que je suis obligé d’y laisser : l’eau, l’électricité, l’essence, et cætera…
        Bref mes sous se promènent dans ce système financier que j’ai pourtant vraiment du mal à supporter.
        (Et j’aimerais bien savoir par où en sortir).

        Enfin, pour poursuivre cet article de 2009, et bien des commentaires vont dans ce sens, je trouve que vos trois catégories de :
        >Rentier
        >Entrepreneur
        >Salarié
        …sont un peu trop « tranchées ».
        Entre le Yin et le Yang, entre le Noir et le Blanc, il y a toutes sortes de gris ; et encore plein de couleurs possibles.

        D’après moi cette complexité, qui fait tout l’intérêt de notre existence, amène aussi d’énormes difficultés pour « nous » (le genre humain) comprendre –bon courage pour votre livre !– et plus encore pour nous imaginer un futur et comment y arriver !

        Merci pour votre compagnie, toutes les semaines en vidéo, tous les jours sur le blog.
        Faites surtout ce qu’il vous plaît…
        Et tâchez de rester en bonne santé !
        Gilles Maddalena

  10. Juste pour l’anecdote : depuis toujours les journaux avaient une page « les cours de bourse ». Avec les nouveaux produits (Sicav…) il a fallu déborder de la page. En Belgique, une équipe a voulu relancer un journal proche des milieux du PS (vers 1995 ?) qui s’appelait ‘le Matin’. J’ai été fort étonné qu’il publie dès le premier jour, et malgré la limitation de ses pages, ce contenu des « cours de bourse ». De l’influence des boursicoteurs sur le contenu médiatique… Un peu plus tard, j’ai vu mon ami ajusteur à Caterpillar consulter les cours de bourse : et pourquoi ? Parce que les actions patronales distribuées avaient transformé les ouvriers (même les plus combatifs) en rentiers occasionnels, diversifiant leur portefeuille !

    1. « L’ultime verrou de la financiarisation

      Mais il y a pire que la perspective de la déconfiture annoncée de la (future) retraite capitalisée. Car la captation par les marchés des retraites n’a pas seulement pour conséquence leur fragilisation financière mais, bien plus profondément, un effet structurel de verrouillage définitif de la libéralisation financière. Par les masses d’épargne qu’elle concerne, la retraite capitalisée pousse l’implication financière du salariat à son comble et, par là même, lie objectivement les intérêts des salariés aux bonnes fortunes de la finance… laquelle prospère précisément de les opprimer.  » https://blog.mondediplo.net/2010-10-23-Le-point-de-fusion-des-retraites

    2. Oui, pas maladroit du tout ces distributions d’actions (à prix d’ami!) aux salariés de l’entreprise lorsque tout va bien, mais lors du retournement de conjoncture, les dites actions son revendues pour éviter une trop grande perte sur l’investissement initial…., et qui en profite, mmh.. ?
      La carotte agitée dans un premier temps sous le nez, se retrouve ensuite ailleurs.., et ça fait mal… !
      L’actionnariat ouvrier n’a jamais eu de succès, seule la cogestion pourrait redonner du pouvoir à ceux-ci : ce n’est certes pas à l’ordre du jour des puissants !

  11. Aie, aie, aie…
    On remarquera que bien peu de temps s’est écoulé entre la mise en application de la réforme sur la taxation de la fortune (qui ne taxe désormais QUE LES BIENS IMMOBILIERS et non plus les revenus boursiers…), et le mini crack auquel on assiste aujourd’hui…
    Dans l’intervalle, la tentation pour certains, de réaliser de substantielle plus values en bourse sans avoir à en payer les conséquences fiscales, a été la plus forte…
    Pour les moins bien avisés, c’est encore loupé!
    Mais on ne les y reprendra plus.
    Enfin, comme pour voter Macron… Pas tout de suite…
    Ha, ha, ha!
    Eric.

  12. « En fait cette histoire de ruissellement des richesses est parfaitement vraie ! Mais c’est juste le sens du ruissellement qui est faux : ça coule du bas vers le haut. »

    Merci Jacques, car je crois que c’est la phrase la plus intelligente et percutante que j’ai lu depuis au moins une année ! Tu viens de faire ma soirée mec ! Merci !

  13. Est ce parce que le cours du « bite »coin s’écroule que les bourses chutent ?

    Mais les b…és ne sont pas ceux qui jouent ( cf commentaire magique antérieur ) .

    Je sors , mais je me demande jusqu’où les maitres et acteurs du jeu estiment la résistance et la stupidité des spectateurs , et si ma frugalité avancée sera suffisante pour me dispenser de crever au combat plutôt qu’en EHPAD , où j’écrirai mes mémoires sur « qui étais-je? » .

    Pour le combat , le localiser et personnaliser utilement , pour éviter de taper dans le vide .

  14. Certains commentateurs parlent de krach. Nous ne sommes pas encore là si l’on prend pour argent comptant (sans jeu de mot) la définition qui explique qu’un krach boursier se caractérise par la panique des investisseurs qui souhaitent vendre leurs action quelque soit le prix.
    Nous ne sommes pas encore là mais tout est possible. Je suis tenté d’écrire que je le souhaite ardemment. Mon comportement n’est pas très malin puisqu’en définitive je subirais les méfaits, bien que non possesseur d’actions.

  15. Bonsoir,
    Effectivement on peut se poser la question d’une corrélation entre la chute du bitcoin et les soubresauts actuels. Néanmoins, je crois que les sommes investies en bitcoins sont peanuts par rapport à la capitalisation de wallstreet.

  16. Je tombe sur ce petit article, qui ma foi ne me semble pas si déraisonnable que ça…
    « La hausse tant attendue des salaires américains fait chuter Wall Street
    Les rémunérations ont augmenté de 2,9 % sur un an, laissant craindre une hausse des taux d’intérêts. »
    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/02/03/la-hausse-tant-attendue-des-salaires-americains-fait-chuter-wall-street_5251175_3222.html

    En effet : « Enfin, la hausse des salaires s’accélère aux Etats-Unis. Ceux-ci ont augmenté en janvier de 2,9 % sur un an, selon les statistiques révélées vendredi 2 février par le département américain du travail, contre 2,5 % un mois plus tôt »

    Cette annonce précède donc tout juste le début de la baisse de la Bourse. Même s’il faut se méfier des explications mono-factorielles, surtout s’agissant de quelque chose de naturellement aussi chaotique qu’un marché, la coïncidence ne laisse pas d’être remarquable.

    1. C’est fascinant et ça date du 3 février. La veille, le 2 février, si vous aviez lu le Blog de PJ, vous auriez pu y lire ceci :

      Ne faudrait-il pas se réjouir plutôt que le pouvoir d’achat augmente à proportion des salaires, et donc la demande économique ?

      Ne révélez pas par une question aussi naïve votre incapacité à comprendre la finance ! Si les salaires augmentent, le prix des produits augmentera pour en tenir compte, et il y aura inflation, laquelle devra se refléter dans les taux pour maintenir la marge des prêteurs, et les taux à la hausse conduiront à la dépréciation (comparative) des obligations détenues aujourd’hui par les mêmes prêteurs. D’où leur désespoir en fin de séance.

      Mais pour que l’augmentation des salaires ne débouche pas sur une plus grande cherté des produits, ne suffirait-il pas tout simplement que les bonus des patrons et les dividendes des rentiers baissent dans la même exacte proportion ?

      Vous étiez naïf tout à l’heure, mais vous voilà soudain carrément insolent ! Je vous soupçonne du coup de comprendre davantage à la finance que vous ne le prétendiez. Mauvais esprit ! Graine d’anarchiste !

      Le Monde à la traîne du Blog de PJ sur les questions financières depuis 10 ans ? Poser la question c’est peut-être y répondre.

  17. Floués de les renflouer, un détail mais cela comble d’aise les électeurs, c’est le prix de la tranquillité. Le truc manquant à la fin de l’histoire c’est peut -être les gens heureux.

  18. Ouais, ça ruisselle vers le haut … à ce vampirisme économique il convient d’ajouter un vampirisme spirituel , dans la mesure ou l’attention , l’admiration et l’affect du petit sont captés et dirigés vers les beautiful people , grands managers , chefs d’entreprises, mannequins de mode, fringuants politicards , leaders d’opinon , princes et princesses européennes , dynasties familiales américaines et j’en passe, tous parfaits exemples d’un idéal humain à atteindre …à la mémoire de ma tante , ouvrière du textile , lever 4 h du mat’ pendant plus de 40 ans , fidèle lectrice des papiers glacés high stream ornant les salles d’attente des dentistes, et s’extasiant sur la grossesse de la duchesse York de Topinambour , RIP je t’aime quand même .

  19. Yep, et voilà ce que David Byrne répond à D. Trump au sujet des « pays de merde » :

    The BEAUTIFUL SHITHOLES
    David Byrne répond à Trump en publiant une playlist des « pays de merde », 02/02/18 17h01
    « Après les cinglantes réactions d’Arcade Fire et de U2, c’est au tour de David Byrne de répondre à la saillie de Donald Trump qui mi Janvier, lors d’une réunion dans le bureau ovale, a qualifié Haïti, le Salvador ainsi que plusieurs pays africains de « shitholes » (trous de merde) en présence de parlementaires. Comme il serait vain selon lui de s’étendre sur le cas, jugé désespéré, du président américain (« Trump est un raciste et tout le monde le sait » écrit il sur son site), l’ancien chanteur des Talking Heads a préféré dresser une playlist, The Beautiful Shitholes, composée d’une trentaine de morceaux en provenance des contrées dénigrées. »
    https://www.lesinrocks.com/2018/02/02/musique/david-byrne-repond-trump-en-publiant-une-playlist-des-pays-de-merde-111042104/

Les commentaires sont fermés.