C’est beau de vivre dans le passé … comme nous !

Ouvert aux commentaires ... bien entendu car ... cela pose quand même pas mal de questions...

Dans mon Défense et illustration du genre humain (à paraître en mai), p. 256

Qu’en penser ? Le Big Data nous rendrait ainsi pareils aux insectes sociaux comme les fourmis, les abeilles ou les termites, une pensée qui pourrait nous terrifier. Mais, réfléchissons-y aussi sérieusement : souhaitons-nous fonder une « société termite » si celle-ci devait s’imposer comme la seule voie de salut réaliste pour le genre humain en vue d’éviter l’extinction ?

10Shares

30 réflexions sur « C’est beau de vivre dans le passé … comme nous ! »

  1. Je ne sais pas si dans le futur nous aurons « une société termite », mais la coopération sera la seule voie possible face aux menaces toxiques que nous aurons à affronter pour survivre. Espérons que cette coopération repose sur la bienveillance au vivant pour transmettre le meilleur de l’humanité dans sa capacité à s’émerveiller de vivre dans la Vie.

    1. MASSACRE.
      Pas besoin de la racaille cosmique, ni des Ias pour détruire lâchement les populations et les prendre au piège en les encerclant avant de les flinguer voire les gazer, la racaille bien pourrie et bien terrestre y pourvoit !!!
      Bachar al Assad, Poutine, Khameneï , entre autres !

      « Dans la Ghouta, cette zone à l’est de Damas, en Syrie, femmes et enfants sont pris au piège face aux bombardements incessants du régime de Bachar el-Assad. Via les réseaux sociaux, ils interpellent la communauté internationale. C’est l’histoire d’une guerre d’adultes racontée par les enfants qui la subissent. Mohamed habite la Ghouta orientale, l’enclave rebelle aux portes de Damas qui subit depuis dimanche 18 février le feu incessant des forces du régime. Sans que l’on sache s’ils servent directement ou non la propagande des rebelles, depuis des semaines, lui et d’autres enfants racontent sur les réseaux sociaux leur quotidien ravagé par la guerre. »
      https://www.francetvinfo.fr/monde/revolte-en-syrie/syrie-les-enfants-de-la-ghouta-racontent-la-guerre_2625644.html

      1. « Avant, mes enfants avaient tout le temps peur, depuis que nous sommes en France, ils sont bien »

        « L’Attente », un documentaire de Antoine Dubos.
        « Au centre de transit de Lyon, les demandeurs d’asile arrivent du Soudan, d’Algérie, d’Albanie, du Congo ou de Syrie. Certains sont arrivés quelques jours auparavant, d’autres sont là depuis de longs mois. Tous attendent. »
        https://www.bastamag.net/Avant-mes-enfants-avaient-tout-le-temps-peur-depuis-que-nous-sommes-en-France

      2. « Sans que l’on sache s’ils servent directement ou non la propagande des rebelles »
        Mais qu’arrive-t-il à Franssinfo?
        Eh gudule, tu cries dans le désert. Personne à convaincre ici. Tu saoules même les céphalos-décapés… Dire.
        Sinon parle-nous des rebelles un peu, pour voir.
        Vigneron a filé. Suis ton maître.
        ‘Turn on the lights, watch us fall …  »
        https://www.youtube.com/watch?v=IsuNAJGunV4

      3. nono, regarde toi dans la glace, applique tes propos à toi même.
        Je n’ai pas d’ordre à recevoir, à fortiori d’un céphalo-décapé comme toi. Dégage illico.

  2. Au delà du problème que pose les data, n’est-ce pas une privatisation d’un bien commun ? Pour pouvoir dépenser , ne serait-ce qu’un centime, il faut avoir les moyens de s’offrir un smartphone et un forfait. Alors que le cash, c’est l’Etat qui le produit gratuitement (ou par nos impôts)…

  3. Il y a comme un mouvement de fond qui semble inéluctable.
    Si l’on n’a pas de connaissances sur les entités spirituelles qui impulsent ce mouvement, alors on est écrasé par ce qui se présente.La peur instillée(peur de la mort par exemple ou autre phobie) participe du processus en question.
    Le tout étant au service d’une surconsommation constamment entretenue par l’excitation du désir de consommer.Il s’agit entre aussi d’un processus de diversion.Le but des entités sataniques actives dans la religion féroce du capitalisme en développement débridé est d’habiter la conscience humaine, d’orienter ses désirs, sa volonté, sa capacité d’intervention sur le réel.Les relations humaines se font derrière des masques(portables multi-fonctions..).Que reste t il de l’intimité, de la capacité de découverte ou de créativité?
    J’appuie mon commentaire sur mon expérience personnelle d’architecte.Je suis maintenant en retraite.Mon travail a toujours été influencé par mes connaissances spirituelles, car par expérience je sais qu’il existe des mondes supérieurs.Que la technologie de l’intelligence artificielle ainsi que ce qui a été illustré ici dans ce reportage de qualité soit directement sous l’impulsion d’entités sataniques, voilà qui va sembler incongru(voir du n’importe quoi) à plus d’un agnostique.
    En très bref mon expérience de résistance au système technologique décadent, tel que je l’ai vécu:
    J’ai toujours travaillé sur une table à dessin, jusqu’à la fin de mon activité en 2013.Depuis 1992, on me bassinait pour me convertir à la CAO (conception assistée par ordinateur) .Séduction , menaces voilées , rien n’y fit.Ma dernière expérience dura de 1995 à 2013.J’étais très souvent en conflit avec mon patronat.Or je les tenais à distance grâce à mes connaissances spirituelles(quelque fois lire dans leurs pensées et anticiper leurs décisions).Ils m’ont toléré car au fait ils gagnaient aussi beaucoup d’argent grâce à mon travail.J’intervenais juste au début du processus d’architecture qui concerne la faisabilité d’un avant projet sommaire.En une journée j’étais en mesure de sortir le tableau permettant à un promoteur de se décider sur la profitabilité d’un projet de logements par exemple(prise en compte du plan d’occupation des sols,prise en compte de l’environnement du site, topographie, programme panaché de divers types de logements, organisation interne de l’espace, esthétique sommaire de l’ensemble, tableau de surfaces …).
    Un autre aspect de mon travail: la participation à des concours d’architecture.Ponctuellement il m’est arrivé de visualiser dans le futur l’apparence d’un projet pour ensuite orienter la proposition du concours.Ce fut le cas pour le centre culturel intégré de Rixheim.J’ai ensuite abandonné cette méthode car ….on ne donne pas de confiture à des cochons, vu l’ambiance d’adversité dans laquelle je travaillais.Pour me brimer on a fini par me donner une petite table à dessin , comme à un débutant, seul le format A3 ou A4.J’ai apprécié ce format de travail qui me cantonnait à la conception(ce que je préférais faire plutôt que du dessin d’exécution).J’étais seul dans un environnement de postes informatiques.
    Par là je veux montrer qu’il est possible de résister à ce « progrès » qui n’est humainement que régression.
    L’existence humaine comporte des épreuves pour chacun .Libre à chacun de se déterminer selon ses convictions.
    Cette expérience, aussi douloureuse qu’elle soit et qu’elle va être, a une finalité pédagogique: faire connaitre les démons qui représentent la lie du monde spirituel.
    L’avenir n’est pas du tout comme Monsieur Jorion se le représente.Paul est surtout sensible aux forces de destructions, celles qui sont liées au mal et qui sont présentées dans ce film accessoirement avec une chouette fille .
    La technologie présentée est hyper-fragile.Je ne donne pas 50 ans avant que ne se produise ceci:
    L’avenir montre des ruptures de réseaux, une « cacophonie »paralysant les multiples services(finance, distribution d’eau ,d’électricité …)
    La paralysie à venir sera causée par plusieurs facteurs(cyber -guerre, orage électromagnétique solaire, activité tellurique mais aussi perte d’intérêt par les humains les plus évolués, ceux qui seront capables de saisir le caractère démoniaque de la technologie en question).
    Paul (mais de Tarse) a été un propagateur éminent des forces s’opposant aux démons à savoir le Christ.
    Depuis l’évènement du Golgotha la terre est le corps du Christ.La lutte actuelle ne concerne pas seulement l’humanité ou la faune, la flore mais aussi le destin ultérieur de la planète.Je n’ai pu qu’esquisser mon commentaire à chaud qui j’espère pourra paraitre.L’essentiel ne peut être communiqué par le net, vu la moralité calamiteuse des divers services de renseignements!

    1. Julien Alexandre s’est-il crevé les yeux ou bien pratique t-il une modération au pif du doigt mouillé à l’aveugle en ces derniers temps à la vue de ce je lis juste au dessus ? Il est chaud de chez chaud ce george !

    2. « c’est pas vrai ce qu’il dit sur le boulot d’architecte ?  »

      Terrible les effets secondaires du Nespresso. Sûr, faut pas déclooney avec les petites capsules.

      1. Il ya a l’architecture et « le boulot d’architecte » , et il y a après autant de sensibilités que d’architectes ( personne n’est plus sévère vis à vis d’un architecte qu’un autre architecte .

        On relèvera au passage qu’il ne faut pas confondre DAO et CAO . J’ai connu des archis géniaux par leur traduction réelle du sensible aussi bien « à l’ancienne » qu’en CAO . J’en ai croisé des nuls dans les deux catégories .

        Ce qui révèle la qualité de l’archi c’est souvent la qualité de la nature du projet , celle du maitre d’ouvrage et celle de l’entreprise qui réalisera .

        Après , inspiration via la main et la résistance du papier, ou via la facilité des projections permises par la CAO , il faut surtout que le « bon » courant passe entre maitre d’ouvrage et archi ( le prince et le philosophe ?).

        La transposition dans le sujet du billet doit rester valable .

        Le danger arrive quand « l’outil » commande à ceux qui l’ont conçu ou le manipulent .

        Mais l’outil n’y est pour rien .

        Ni l’IA .

    3. Ah enfin un peu de poésie sur le blog de Paul Jorion . J’ajouterai à ce morceau choisi ( merci George ) que la technologie de l’IA non seulement est sous influence satanique , concept qu’on peut plus plus moins appréhender car de longue culture humaine, mais elle aura et a déjà pour conséquence d’attirer des confins de la galaxie et de l’univers un certain nombre d’entités spirituelles taillées pour la guerre, les jeux de pouvoir, le contrôle et la manipulation , on pourrait appeler ça une certaine racaille cosmique mais une racaille de très haut niveau . Pendant longtemps cette planète n’a attiré que des entités de moyen calibre n’ayant pas vraiment le choix, car honnêtement qui est intéressé par un organisme biologique destiné à s’auto-détruire à plus ou moins longue échéance ? Mais le développement technologique ( mené par les plus capables de ces entités de basse catégorie ) de ces 2 derniers siècles est en train de changer la donne à vitesse grand V , et aujourd’hui le message qui passe travers le cosmos est le suivant : sur une petite planète bleue aux confins de la Voie Lactée, le développement technologique est devenu si prometteur qu’il devient intéressant d’y investir , et pour cela pas besoin de se coltiner des organismes biologiques en faillite programmée , des systèmes robotiques performants sont en train de naître , et promettent enfin les niveaux d’action à la mesure des grands pirates intergalactiques . Dans le meilleur des cas , l’humain ordinaire en sera réduit à ce qu’il fait déjà aujourd’hui, spectateur passif des événements du monde sur l’écran de son portable

  4. Vidéo très intéressante.
    Si il y a encore des gens qui doutent que la Chine ne va pas devenir la première puissance mondiale… Les Chinois sont passé à côté de la révolution industrielle du 19éme siècle mais cette fois ci , ils ne vont pas se faire avoir avec le numérique….Alors bien sûr, certains vont parler de déclin démographique, de soubresaut pour la démocratie, de problémes écologiques, etc,etc…tout pour ne pas voir la monté en puissance de la Chine car elle fait peur ( croisant les doigts pour que le passage de relais avec les États Unis se passe bien….)
    Après sur le fond de la vidéo, il n’y a pas grand chose à dire. L’utilisation du portable est la continuité de la dématérialisation des échanges. C’est comme l’arrivée de la carte bleu dans les années 80. Une chose est sûre, c’est qu’il y a une guerre contre le cash…alors est ce qu’il s’agit de quelque chose de naturel en rapport avec l’offre technologique ou bien quelque chose à dessein? Je ne sais pas. En revanche ce qu’on peut dire, c’est qu’il va devenir de plus en plus difficile de vivre « autonome » dans cette société. Le Pouvoir possède de plus en plus d’outils pour contrôler sa population. A ce propos, la réflexion de la petite Chinoise est édifiante quand le journaliste lui pose la question. Elle n’a pas à avoir peur du gouvernement puisqu’elle ne fait rien de mal et qu’ils savent déjà tout sur elle….Le parti communiste a de beaux jours devant lui….

    Sur votre réflexion Paul: « souhaitons-nous fonder une « société termite » si celle-ci devait s’imposer comme la seule voie de salut réaliste pour le genre humain en vue d’éviter l’extinction ? »
    Et si les termites n’avaient pas de prédateurs ou n’étaient pas contraintes par leur environnent? A la fin, la terre ne ressemblerait-elle pas à une immense termitière?
    Je pense que le problème est ailleurs. Il nous faudrait savoir répondre à une seule question: qu’est ce que la Vie? Le jour où on aura une réponse construite par rapport à ce sujet, une révolution intellectuelle comme a pu l’être Newton avec la gravité, Darwin avec la sélection naturelle ou Einstein avec la relativité générale. Alors ce jour là, on pourra se positionner et trouver des solutions à la continuité de l’espèce humaine.

    1. @ Pierre
      La question qui tue : qu’est-ce que la Vie ?
      La Vie est un ‘cœur’ qui bat dans un corps de Pierre.
      Est-ce assez « Constructif » pour vous ?

  5. Les techniques décentralisées et distribuées, type blockchain ou équivalent à venir, permettent déjà d’avoir les avantages sans les inconvénients.

    Les intermédiaires qui capitalisent sur les données ne disparaîtront certainement pas, mais au lieu de détenir (dans tous les sens du terme) toutes nos données, ils n’en seront que les concessionnaires temporaires et révocables de la seule partie qui justifie le service qu’ils proposent.

    De plus, une bonne partie de nos tâches quotidiennes, les plus répétitives ou fastidieuses, seront remplies par nos assistants personnels. Fini de scroller à l’écran pour remplir son e-panier ou de scanner un code pour payer, un simple « commande-moi du McDo et fait le livrer au bureau à 13h15 » suffira.

    Chaque marque ou enseigne aura intérêt à « tokeniser » son mécanisme de fidélisation clients, ce qui permettra l’avènement d’un grand marché décentralisé des « miles », « points » et autres. Notre IA personnelle se chargera d’effectuer les transactions nécessaires sur ce marché pour optimiser nos finances. Toutes ces transactions ne passant plus par les banques, auront un coût infime.

    Mais pour tout cela, il va falloir une véritable alternative au pétrole, ce que nous n’avons pas pour le moment. Notre meilleure chance réside dans notre capacité à créer rapidement une IA capable de l’inventer ou alors, il va falloir se délester d’une part très importante de la population.

    1. @ R Daneel
      TINA after oil. I’m sorry for you.

      Et pour les « blockchains » et l’IA, plus de pétrole veut dire plus d’électricité ; et plus d’IA et de « blockchains » non plus.
      You must stop your dream guy. Décroîs !

  6. Quelques réflexions :

    1. Shenzhen n’est pas nécessairement représentatif de la Chine. Comme la présente l’auteur de la vidéo, il s’agit du « Silicon Valley chinois ». Certes, elle entraînera probablement le reste de la Chine à sa suite – mais pas à la même vitesse, de même que toute l’Amérique n’est pas San Francisco

    2. Plus important, quelle différence dans le respect de la vie privée y a t il entre partager toutes les données sur ses achats avec son fournisseur de carte bleue, et les partager avec le fournisseur de l’application Alipay ? Sommes-nous supposés croire que Visa et ses confrères ne font aucune utilisation des données recueillies ? Que dire de toutes les applications de commerce en ligne, des médias sociaux etc. ? Qu’en est-il du programme d’espionnage mondial de masse de la NSA ? La question est beaucoup plus large que les dernières pratiques chinoises

    3. La question fondamentale est celle du maintien d’une vie privée et de sa protection contre la possible émergence d’une tyrannie au contrôle incomparablement plus efficace et plus prégnant que ceux des pires despotismes du passé – une tyrannie publique, privée, ou un hybride des deux par exemple mettant les moyens du public au service du privé. Théoriquement, cette protection pourrait être assurée par des lois, mais ce n’est pas réaliste, du moins pour l’instant, à cause de l’imbrication trop forte des intérêts privés mondiaux avec les institutions publiques. C’est la technologie qui présente les meilleures perspectives de protection. Une révolution dans les moyens et les pratiques de la surveillance appelle une révolution dans les moyens et les pratiques de la contre-surveillance et du maintien de la vie privée

    4. Cette bataille est en cours. Je citerai par exemple la messagerie Telegram, excellente solution pour protéger les militants, activistes et journalistes contre la surveillance étatique de pays à la démocratie disons « particulière » comme l’Iran. Utilisée aussi certes par les réseaux de terroristes djihadistes, mais son « bilan » est largement positif. D’autres menaces, d’autres solutions se présenteront et seront développées

    5. Le score final le plus probable de cette bataille est que la vie privée sera maintenue… mais pour une élite seulement. L’élite de ceux qui d’une part suivent en permanence les nouvelles de la bataille pour être au fait des dernières protections disponibles, d’autre part sont prêts à faire l’effort de les intégrer à leurs pratiques, et d’en accepter les éventuels inconvénients

    6. Une solution théorique – mais peut-être praticable ? – pour généraliser si pas la vie parfaitement privée, mais un niveau de vie privée nettement supérieur à l’état actuel pour la majorité, serait pour une institution publique (on peut rêver à l’Union européenne, personnellement je vois plutôt un Etat) de construire un système avec au moins les éléments suivants :
    – Ensemble des moyens informatiques de base, notamment système d’exploitation et moteur de recherche soit publics, soit logiciels libres
    – Solution soit publique, soit privée sous strict contrôle national, pour les moyens technologiques des réseaux, notamment les routeurs
    – Alternative soit publique, sous privée sous strict contrôle national, pour les médias sociaux
    – ET – c’est absolument essentiel ! – démocratie nationale pleinement fonctionnelle et alerte, afin en se protégeant contre une tyrannie privée-publique américaine ou chinoise de ne pas se précipiter dans une tyrannie nationale. Des lois seraient à écrire, des institutions à inventer ou à « muscler » énormément – une super-CNIL – pour s’assurer que les moyens utilisés à protéger ne soient pas détournés au profit de nouvelles surveillances ou despotismes
    A ce jour, aucun Etat au monde n’est en position de monter une telle solution, les uns parce qu’ils ne veulent pas mettre leurs moyens au service de leurs peuples (Etats-Unis, Chine), beaucoup d’autres parce qu’ils n’en prennent pas les moyens et se sont d’avance résignés à l’impuissance vis à vis de tous les GAFA du monde (France par exemple, et bien d’autres Européens et autres)

    1. … suite à quoi la termitière ne se donne jamais une reine plus jeune et vigoureuse pour partir à la conquête de ses voisines.

      C’est une légende. Ça n’arrive jamais.

    2. sauf que là la termitière c’est quelque part dans le blockchain, ici et et en même temps ailleurs. c’est incroyable à quel point l’homme se sent immortel

    3. « La seule façon durable de se débarrasser d’une termitière , c’est de repérer la reine et de la zigouiller  »
      « Façon Louis XVI . »

      Yep, ou de la raccourcir direct, soyons fou, façon samouraï avec un katana. Toutefois, le talon bien appuyé sur la tête de l’insecte fait son effet itou et a son charme, pour l’élimination radicale et définitive de la bébète nuisible.
      https://78.media.tumblr.com/tumblr_m35q5feLba1r986pmo1_500.jpg

  7. Curieuse sensation.
    Si certains s’efforcent de rajouter des éléments manquants à la race humaine, ici, on a l’impression d’être face à une robote voulant se donner des allures humaines.
    Sortie d’usine. Pas de « l’origine » de Courbet.
    Et pourtant…

  8. l’homme augmenté ? une termite ? ne le souhaitons pas à ce petit être souverain. Quand on songe à l’ordre monacal et austère de son nid, souterrain ou aérien, percé de galeries et cheminées, orientés pour qu’un air à T° égale y circule en toutes saisons, paré pour les catastrophes, et nous là dans un état de stupéfaction, en cafard plutôt, sur des îles d’agonie.

    1. Propos de Nils Hellstrom (p.191) : « Contrairement à l’homme dont les limitations physiques sont fixées à partir de sa date de naissance, l’insecte naît avec la capacité d’améliorer son corps. Lorsque l’insecte atteint les limites de cette capacité, il se métamorphose miraculeusement en un être entièrement nouveau. C’est dans cette métamorphose que je trouve le meilleur modèle pour ma compréhension de la Ruche. La Ruche, pour moi, est le cocon d’où émergera le nouvel être humain.»
      FRANK HERBERT, LA RUCHE D’HELLSTROM, le roman le plus inquiétant de l’auteur de Dune. Très bonne préface de Gérard Klein :
      https://www.quarante-deux.org/archives/klein/prefaces/lp27264.html

  9. Franchement, je préfère la lucidité d’un Jean-Jacques Lebel devant un modeste parterre d’étudiants en école d’Arts dans une vidéo un peu pourrie. Et même si ça fait mal, tant pis pour les blessés à mort de la vie. De Lebel à rebelle il n’y a qu’un pas, que beaucoup ne franchiront jamais.

    https://www.youtube.com/watch?v=JHXbinCXDsI

    On peut aussi s’enfoncer dans les bois en compagnie de H. D. Thoreau, ce qui n’est pas fait pour me déplaire non plus. Tellement il y a le beau nom d’homme dans ce texte. Peut-être rien qu’un simple jeu d’ombre et de lumière et encore ; un peu de fraîcheur et de liberté c’est pas rien par les temps qui courent – oui c’est vital. Je dis les choses qui me passent dans la tête et c’est forcément bête. Mille merci à Paul pour avoir donné la parole à ceux qui souffrent dans un silence énorme, comme une bouteille à la mer mais vers les dimensions cosmiques.
    Une sorte de prière innocente et pleine de créativité, l’enfance sans calculs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.