Bruno LeBatelier * m’écrit à propos du Brexit

From: Bruno LeBatelier <wordpress@pauljorion.com>
Date: Wed, Jun 27, 2018 at 2:30 AM
Subject: .
To: <pauljorion@gmail.com>

De : Bruno LeBatelier <BrunoLeBatelier@dayrep.com>Sujet : 29 mars 2019

Corps du message :
Tiens, tiens… Personne ne parlera de vos prédictions qui ne se seront pas réalisées 🙂

La loi organisant le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne a été promulguée mardi après plusieurs mois d’âpres débats au parlement britannique, réjouissant les eurosceptiques pour qui le Brexit, prévu dans neuf mois, est désormais « irrévocablement » lancé.

Elle confirme également au 29 mars 2019, à 23H00 (locales et GMT, soit minuit à Bruxelles), la date officielle de la sortie de l’Union européenne.

Les chances d’un éventuel retour sur la décision des Britanniques de quitter l’UE sont « maintenant nulles », a estimé l’eurosceptique ministre du Commerce international Liam Fox, selon qui l’adoption de la loi a lancé « irrévocablement » la mise en oeuvre du Brexit.


Cet email a été envoyé via le formulaire de contact de Blog de Paul Jorion (http://www.pauljorion.com/blog)

Je lui ai répondu ceci :

From: Paul Jorion Date: Wed, Jun 27, 2018 at 2:06 PM
Subject: Re: .
To:Bruno LeBatelier <BrunoLeBatelier@dayrep.com>Sujet : 29 mars 2019

De l’article que je rédige en ce moment pour Le Monde :

« Une étude du think tank Centre for European Reform montre à partir d’une simulation que l’économie britannique s’est réduite de 2,1% depuis le vote du Brexit il y a deux ans. Une étude du syndicat patronal du secteur automobile britannique révèle que 860.000 emplois sont menacés. La compagnie Airbus parle pour elle seulement, de plusieurs milliers d’emplois en danger.

Lorsque Boris Johnson, l’actuel ministre des Affaires étrangères britannique, était à la tête du mouvement Vote Leave, il avait promis à ses concitoyens qu’un « dividende Brexit », une somme de 350 millions de livres libérée par la désengagement vis-à-vis de l’Union européenne, viendrait renforcer chaque semaine le budget du NHS, le service national de santé. Or loin de constituer une économie, le Brexit coûte au contraire chaque semaine à l’État 440 millions de livres. Les services officiels comptent aujourd’hui que l’impact annuel du Brexit sera de 15 milliards de livres.

Le premier ministre, Theresa May n’en a pas moins annoncé qu’une rallonge de 20 milliards de livres au financement du NHS serait « partiellement financée par le « dividende Brexit », provoquant un tollé. »

Ne vous inquiétez pas prématurément : rien n’est fait ! Ils reculeront devant la catastrophe économique. Comme je l’ai dit AU PREMIER JOUR : ils diront que le Brexit a eu lieu… pour ne pas vexer le peuple ;-), et ils seront toujours dans l’union douanière, sous la Cour européenne, sans frontière dure entre les 2 Irlande, etc.

Cordialement,

PJ

====================================
* Ne vous inquiétez pas que je divulgue ainsi le nom et l’adresse mail de Bruno LeBatelier : son adresse est fausse et Bruno LeBatelier n’existe probablement pas. C’est pourquoi je réponds au Troll qui se cache sous son nom par un billet ici sur le blog.

Partager :