Trump et la chasse aux sorcières (I) Le pitbull Roy Cohn

Quelques extraits de The man who showed Donald Trump how to exploit power and instill fear (L’homme qui apprit à Trump comment exploiter le pouvoir et instiller la peur), par Robert O’Harrow Jr. et Shawn Boburg, The Washington Post, le 17 juin 2016

[Roy] Cohn acquit sa notoriété dans les années 1950 en tant que conseiller juridique en chef du sénateur Joseph McCarthy, il fut le véritable cerveau de sa chasse à la 5e colonne communiste.

Cohn quitta Washington en 1954 alors que la croisade de McCarthy s’essoufflait. Il professa une admiration pour McCarthy jusqu’à la fin de sa vie. « Je n’ai jamais travaillé pour un plus grand homme ou une plus grande cause », écrivit-il dans son autobiographie.

Le journaliste d’investigation Wayne Barrett, qui passa des dizaines d’heures à interviewer Cohn et Trump à partir des années 1970,  écrivit un jour dans Trump : The Deals and the Downfall (« Trump : Les affaires et la chute ») que Cohn se mit à « assumer un rôle dans la vie de Donald allant bien au-delà de celle d’un avocat. Il est devenu le mentor de Donald, son conseiller permanent. » Barrett dit  aujourd’hui que l’empreinte de Cohn sur Trump est évidente. « Je le regarde et je vois Roy », a dit Barrett dans une interview. « Ce sont tous les deux des pitbulls [attack dogs]. »

[Trump] : « Il se passait des tas de choses dans la vie de Roy [une allusion à son homosexualité et à sa mort du sida], mais Roy était un gars très intelligent qui m’aimait bien et qui a fait du bon travail pour moi sur différentes choses, et c’était un avocat dur en affaires, et c’est ce que je voulais. Roy était un dur à cuire. »

Trump a également minimisé l’influence de Cohn sur ses tactiques agressives et sa rhétorique, en disant : « Je ne pense pas du tout que Roy m’a transmis ça. Je pense que j’ai un instinct naturel pour ça. »

Trump est resté ami avec lui, même après que l’avocat fut radié du barreau de New York pour manquements à l’éthique. Cohn est décédé en 1986.

Le Sénateur Joseph McCarthy (R-Wis.), à gauche, est défié par le Sénateur Ralph Flanders (R-Vt.), à droite, durant les auditions de 1954. Roy Cohn, conseiller juridique en chef du sous-comité d’investigation, est au centre. (AP)
0Shares