Le revirement de Mme May

Theresa May n’envisage plus qu’une extension du Brexit à la fin juin. L’éventualité que le Royaume-Uni soit obligé quand même d’organiser des élections européennes ayant fait péter les plombs de certains des membres de son gouvernement, elle a dû faire machine-arrière quant à la proposition d’un report de 21 mois.

L’ennui, c’est qu’en faisant cela elle sape de fait l’engagement pris la semaine dernière qu’il n’y aurait pas de « no-deal » Brexit, de divorce sans accord, faisant péter les plombs d’autres membres de son gouvernement. Sans même parler des partis d’opposition.

Affaire à suivre donc 😀

Partager :