Il se passe quelque chose

Ouvert aux commentaires.

Hier soir à Malmédy, les organisateurs étaient un peu appréhensifs avant la réunion : quelle salle aurait-il fallu réserver dans ce récent Multiplex, sachant que 180 personnes s’étaient inscrites et que l’inscription n’était pas obligatoire : celle à 200 places (celle à 150 étant exclue) ou celle à 300 ?

Le choix s’était porté sur celle à 300, mais le risque existait qu’elle n’apparaisse bien vide.

Elle fut pleine.

Plusieurs personnes sont venues me dire après la conférence qu’il était dommage qu’aucun des partis qui s’étaient présentés aux dernières élections ne défendait des idées comme celles que j’avais défendues durant la soirée. Une des personnes – avec l’approbation d’une autre – en a tiré la conclusion que ce parti il fallait que nous le créions et qu’elle y avait déjà réfléchi. J’ai dit : « Chiche ! » On va voir.

Partager :

111 réflexions sur « Il se passe quelque chose »

  1. Pourquoi pas plutôt créer une chaîne Youtube?
    Vous aurez plus d’adhérents, de portée, de crédibilité que via n’importe quel outil politique.

      1. ça dépend : si on parle de FaceBook, j’ai les plus grandes craintes pour la démocratie.

        J’ai l’impression que ce réseau se vend au plus offrant, sans la moindre considération pour la liberté d’expression ou de réunion, et j’en suis au point de penser qu’un juge d’instruction devrait s’intéresser sérieusement à ce réseau social. Une censure particulièrement pernicieuse, grâce à une interface floue, qui ne réagit pas toujours d’une manière identique, ce qui permet toutes les manipulations.

        J’ai ainsi pu constater que mes messages sur la page de Priscillia Ludosky étaient systématiquement effacés, d’une façon très pernicieuse, car FB affichait un trait bleu sur la gauche, indiquant que le message était publié. Et après un rechargement de la page, hop la ! plus rien. J’ai alors publié 10 fois, et 10 fois il s’est produit la même chose. Cela ne peut pas être un bug, je pense plutôt à des barbouzes, mettant des notes sur différents auteurs, provoquant des bugs au sein de cette interface floue.
        Ignoble

      2. @ Vincent Rey
        Sans aller jusqu’à Facebook, il existe de petites plateformes très pratiques, comme par exemple Zimbra qui permettent à des élus, référents, et « passeurs » entre la société et le monde politique, de partager des informations, des documents, des espaces de discussion, des calendriers, et autres tâches.
        CRÉER UN PARTI, oui, mais à condition qu’il ne soit pas identique à ceux que nous connaissons déjà. On aurait d’abord besoin d’une grosse « boîte à outils ». Peut-être que Paul Jorion sait où en trouver une ! Puis, on inventerait des outils qui facilitent le travail collectif, limitent les risques d’accaparement du pouvoir, et garantissent la transparence. Enfin, on deviendrait, ensemble, les réparateurs de la démocratie, et plus si affinités.
        Rappelons sur ce dernier point, qu’historiquement « la transparence est liée au protestantisme » selon l’historien Christophe de Voogd.
        https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Transparence_d%C3%A9mocratique

    1. @ Pierre B

      « Pourquoi pas plutôt créer une chaîne Youtube?
      Vous aurez plus d’adhérents, de portée, de crédibilité que via n’importe quel outil politique. »

      Euh… j’ai une chaîne YouTube depuis le 9 juin 2011.

      On y trouve 572 vidéos. Elle a 5.023 abonnés et les vidéos ont été vues 1.373.934 fois.

      Fait plus remarquable encore : vous en ignorez l’existence 😉 .

      1. Comme cela en passant, puisque tu sembles ne pas encore dormir à cette heure ci :

        Pour les moyens, si tu avais à ta disposition exclusif pour passer ton message, dans CHAQUE pays du monde l’équivalent des 10 plus gros quotidiens, des 10 plus grosses chaînes d’informations ou généralistes , et des 10 plus gros hebdomadaires, et 10 plus gros mensuels, alors dans ces conditions, si tu pouvais passer ton message Paul, est-ce que tu penses qu’il y aurait des retombées réelles et sérieuses pour concrétiser ton projet ?

        Personnellement je connais un individu qui a eu tous ces moyens à sa disposition exclusives durant des années régulièrement pour passer son message à sa cible. Pourtant, il a échoué.

      2. Arnould,

        Même pas !

        Non avec trois fois rien, il y a quelques années, un homme, avec une idéologie simple, a pu passer un message appelant à un sursaut et à une révolution planétaire dans tous les médias du monde pendant plusieurs années. Et bien malgré une couverture gigantesque et pourtant un message clair et unique, sulfaté sur un ensemble sensé, à ses yeux, être perméable, il a fait chou blanc. Enfin, chou blanc, pour ce que j’en vois pour l’instant, possiblement qu’en profondeur les choses puissent être différentes.

        La question est dans ces conditions, est-ce qu’un message politique claire et simple porté régulièrement de manière étendue engendre son avénement dans le réel ? Rien n’est moins sur…

  2. Oui. Exactement. Il faudrait:

    1. Commencer par un programme, court, simple, sans concession sur les principes mais suffisamment souple sur les modalities. Un programme qu’on pourrait tous avoir en tete sans effort de memoire considerable.
    2. Etablir un mode de gouvernance democratique, presque sovietique au sens etymologique, si j’ose, pour le parti. C’est difficile mais essential.

      1. Le hic est que si tous (sur votre blog) sommes d’accord sur les conséquences et vos analyses, votre proposition de programme ne fait pas l’unanimité : et que l’un de dire : »je préfère mon programme », l’autre de rétorquer: « non le mien est mieux » ou un autre encore: « vous n’y comprenez rien ! écoutez moi à moi ! » (d’ailleurs je fais -presque-pareil, et vous aussi qui sur ce plan êtes si sûr de vous). Que de têtus !
        Et que la démocratie, c’est difficile !
        Et si on s’accordait pour une fois ? Et accepter d’entendre quelqu’un (une en l’occurrence) qui aurait une vraie idée à partir d’expériences et non de théories fumeuses (ou même fameuses lol) ? Quitte à ne pas être d’accord in fine avec cette personne (si vous ne l’entendez pas, comment savoir ?) Qu’est-ce qui vous dérange ? Ses conditions de ne pas la divulguer sur internet ni même sur votre blog (chaîne YouTube) ?
        Sourire.

  3. Il n’y avait probablement pas assez de listes durant les européennes.

    Je note par contre que vous n’avez pas soutenu le mouvement des gilets jaunes. Sans doute le mouvement d’en bas était-il trop fascisant ou trop révolutionnaire ?

    1. Dans cette magistrale conférence à la Catho de Lille où Paul Jorion fait un exposé raisonné des ressorts du capitalisme, https://www.pauljorion.com/blog/2019/04/29/universite-catholique-de-lille-paul-jorion-declarer-letat-durgence-pour-le-genre-humain-5-de-6-capitalisme-economie-de-marche-liberalisme/#more-110081
      voici ce qu’il dit du mouvement des gilets jaunes :
      « … Si vous voulez traduire, je dirais, dans un langage un petit peu scientifique, ce que réclament en ce moment les Gilets Jaunes, c’est le retour à une rationalité qui n’est pas la « rationalité économique » de la fin du 19ème siècle – rationalité des moyens uniquement – mais une rationalité des fins.  »
      Je n’ai pas vu ailleurs une meilleure formulation.

      1. L’ennui, c’est qu’ils pensent généralement qu’en abattant l’UE, ou en faisant démissionner Macron, ils abattront le « système » tout entier…alors que l’impuissance politique (licenciement à GE, restauration des outils financiers qui ont déjà fait la preuve de leur nocivité, etc) montre chaque jour que c’est plus largement la « concurrence libre et non faussée » qu’il faudrait attaquer, à l’échelle de l’Europe.

        C’est pourquoi je ne parlerais pas de rationalité à leur sujet.

      2. Vincent
        Il me semble que Paul avec sa formulation ne s’intéresse pas ici à la stratégie adoptée par les gilets jaunes pour arriver à leurs fins, mais à ce dont quoi ce mouvement est le nom.
        Tout d’abord ce qui est frappant (avec jeu de mot) dans ce mouvement c’est qu’il prend d’emblée l’Etat comme cible. Mais il ne s’oppose pas à l’Etat pour lui dénier son existence, mais au contraire pour lui rappeler qu’il a failli à sa mission d’intérêt général. En principe le référent de la rationalité en actes depuis l’époque moderne (en gros depuis la Renaissance, Machiavel ..) c’est l’Etat, or l’Etat obéit depuis quelques décennies (avec une aggravation ces derniers temps) à une rationalité des moyens, c’est à dire celle dictée par les intérêts des capitalistes, qui ne peut qu’éloigner l’Etat des citoyens qui étaient censés être associés aux décisions et en bénéficier selon une logique de bien commun. La revendication du RIC que d’aucuns ont pu trouver saugrenue, irréaliste, s’inscrit parfaitement dans cette logique : puisque l’Etat avec son organisation actuelle, ses représentants qui ne représentent plus grand chose si ce n’est des intérêts qui ne sont pas ceux de tous les citoyens, eh bien il faut retrouver une rationalité des fins, en redonnant l’initiative aux citoyens. Il ne s’agit pas de dire que le RIC c’est la meilleure réponse à apporter au problème soulevé, mais de voir à quelles défaillances, failles mêmes, dans nos institutions, il s’adresse.

      3. Pierre-Yves,

        C’est vrai ce que tu dis, d’ailleurs ils répètent qu’il veulent « remettre l’humain » au centre des objectifs publics, et donc c’est bien une « rationalité des fins » telle que le formule Paul, même si cette phrase n’est qu’un vœu pieux de plus exprimé dans l’espace public.

        Mais ils se trompent sur le moyen d’arriver à cette fin, en cherchant dans le personnel politique, et en particulier dans le personnel politique européen des boucs émissaires. Ils fantasment aussi sur la « démocratie 3.0 », et quand on voit ce qui se passe en ce moment sur Facebook (voir mon post ci-dessus), je les trouve vraiment à côté de la plaque.

    2. La difficulté essentielle, elle est là, dans toutes ces questions du style que je vois là :

      – Pourquoi n’avez-vous pas de chaîne YouTube ?
      – Pourquoi n’avez-vous pas de programme ?
      – Pourquoi n’avez-vous pas soutenu les Gilets jaunes ?

      Comment faire pour que les commentateurs qui viennent sur le Blog (et les gens en général), sachent qui je suis, et au moins les éléments essentiels ce que j’ai déjà dit et écrit ?

      J’avais cru qu’écrire des livres était une réponse à cela. Mais mes livres ne sont pas lus. Est-ce dû à l’Internet – qui permet que sur toute question on trouve une réponse en 10 secondes, tandis qu’un livre doit être … lu ?

      1. Réflexion supplémentaire qui me vient.

        Pourquoi ma notice Wikipedia en anglais contient-elle des résumés de choses importantes que j’aurais pu dire, alors que toute tentative d’introduire des éléments de ce type-là a été rapidement éliminée dans la notice en français ? … pour ne laisser que des anecdotes. Alors que des résumés seraient très utiles pour que tout ne doive pas être constamment répété.

        J’ai noté ainsi récemment que le fait que j’avais été chercheur en Intelligence Artificielle a été effacé de la version en français, alors qu’il est un élément central de la notice en anglais depuis qu’elle a été créée (2002 ?)

      2. J’avais cru qu’écrire des livres était une réponse à cela. Mais mes livres ne sont pas lus. Est-ce dû à l’Internet – qui permet que sur toute question on trouve une réponse en 10 secondes, tandis qu’un livre doit être … lu ?

        C’est comme le Rapport Muller : plutôt que de le lire, les gens attendent le film. Et il faut donc trouver quelqu’un pour réaliser le film « Qui est Paul Jorion ? ».

      3. WiKipédia… la meilleure en général ..sauf que la pire des choses…lorsqu’on s’est fait des « ennemis » dans sa vie antérieure et ses diverses spécialisations des diverses époques de son passé… Suffit qu’un « contradicteur » de l’époque ait assez d’influence sur le « groupe »(anonymisé) des « correcteurs-« spécialistes » incontestés(( à défaut parfois d’être incontestables.. exemple classique en économie, « é » minuscule, de l’influence du « clan » du « prix nobel », « n » minuscule, français….)) …
        En ce qui vous concerne personnellement…??… mon seul « vague » souvenir (pas de bol..au moins 2 changements de PC depuis l’époque évoquée ci-après..donc plus de liens avant T-4ans…) c’est une lourde polémique avec un anonymisé (mais réel anagramme si mes souvenirs sont corrects..) dénommé.. EUZEBE ou ZENOBE ..ou…??
        Peu p’tèt bien qu’ça vous dit …?

  4. Une conférence passionnante.( Comme toujours)
    Et une salle comble avec des gens qui n’hésitent pas à faire des kilomètres pour y assister….
    Comme vous avez pu nous le confirmer en « off » après votre conférence, aucun parti existant en Belgique ne semble se montrer ouvert à vos idées malgré que vous leur ayez proposé de les « aider »….il doit y avoir une peur du changement pour des propositions radicalement différentes des solutions « traditionnelles » (la peur de l’inconnu) mais aussi, je pense, un problème d’égo chez beaucoup d’hommes et femmes politiques qui pensent qu’ils sont les seuls à pouvoir apporter les réponses appropriées….sans compter que la mise en œuvre de vos idées demande une rigueur et surtout une intégrité morale que beaucoup de ces gens n’ont pas (plus)….

    Fondez un parti en Belgique, le système proportionnel permet plus rapidement d’avoir des élus qui eux mêmes permettront à vos idées de rentrer dans les assemblées et d’y percoler dans les esprits….

  5. Un.. « Courant »…??… affilié au PS wallon (avec l’assentiment d’Élio&Paul..) modalités à définir (adresses internet des membres pour le lancement des vidéos…) . Pourquoi pas..

    (( PS. Le billet-« pamphlet » précédent… comment dire??.. Ça fait, à mon sens, tache… et les taches, ça se nettoie..!
    Surtout que vous l’envisagez vous-même..:  » J’ai eu l’occasion de partager un repas avec lui il y a quarante-cinq ans..(…)..Il a peut-être changé par la suite mais j’avais perdu le goût de chercher à savoir « . Et donc… ))

    1. Surtout pas un courant, c’est d’un fleuve que nous avons besoin!

      Quand au Jean d’Ormesson de la philosophie des sciences, paix à son âme ….

      J’ai apprécié à une époque la prose inventive de Michel Serres, mais qui finalement n’apporte pas grand chose, peut-être une sagesse, un optimisme, mais béat. Mais est-ce que notre époque se prête à l’optimisme béat ? Quelles solutions pour relever les défis de notre temps dans l’oeuvre du prosateur Serres ? Tout est-il dans tout ?
      Suffit-il de faire communiquer les choses entre elles, pour remettre notre monde à l’endroit ? Il me semble que non, il faut y remettre de l’anti-symétrie comme l’énonce Paul Jorion dans Comment la réalité et la vérité furent inventés. Au lien de quoi on a avec Serres beaucoup de symétries et c’est là que le bât blesse. On tourne en rond.

      Serres c’est surtout le recyclage philosophique et talentueux des idées dans l’air du temps (théorie de la communication, de l’information), mais est-ce que qu’on en en droit attendre d’un authentique philosophe ?
      La critique de Serres fut déjà faite par un certain Voltaire qui parodia génialement Leibnitz dans Candide.

      C’est ce que j’ai lu en filigrane dans le billet de Jorion, intempestif, et il est vrai assez vachard ; refus du conformisme qui s’étale à la une des journaux, sans aucun sens critique. A un moment donné, il faut pouvoir dire : ça suffit !

      1. Corrections :
        Quant au…
        Comment la vérité et la réalité furent inventées …

      2. Arkao
        ça sent la scission à la France insoumise … Mélenchon qui dit qu’il va se mettre en retrait tout en disant qu’il ne quitte pas la vie politique, ce n’est pas sérieux. Il nous a déjà fait le coup une fois, son retrait n’avait duré que quelques mois ….
        S’il faut lancer un truc, il me semble qu’il faut partir de quelque chose de vraiment fort, autant sur le plan des idées que sur celui de l’organisation.
        Comme le dit plus haut Franck, il faut d’abord des principes clairs et qui se démarquent vraiment de ce qui se dit ailleurs : cela tombe bien avec l’Etat providence (ou de bien être), la gratuité, les quelques mesures d’urgence nécessaires pour faire de la finance quelque chose au service de l’intérêt général on a les quelques concepts forts et susceptibles de susciter l’adhésion qui font défaut ailleurs. Et le programme est déjà prêt, il a même été publié. On ne va pas réinventer le programme alors qu’il existe déjà.
        Le coté novateur je le vois plus dans l’organisation.
        Des personnalité comme Autain pourraient rejoindre le fleuve, faire l’inverse ne me semble pas indiqué, non pas qu’elle ne soit pas une personne de qualité (au contraire j’ai beaucoup d’estime pour elle) mais parce que ce serait partir sur de mauvaises bases que de partir des lambeaux d’un parti déjà existant.

      3. … » Quand au Jean d’Ormesson de la philosophie des sciences, paix à son âme  » ….
        Ça me semble(ait) évident ..et de bon goût..!
        Et donc … … » le billet de Jorion, intempestif, et il est vrai assez vachard « … est, pour le moins, d’une inutilité consternante. Quant à ce que la psychanalyse en conclurait…. Passons.

      4. @Otromeros
        Pour une fois qu’on nous épargne un éloge funèbre hypocrite et de bon ton comme d’habitude au bal des faux-culs, ne boudons pas la saillie transgressive de notre anthropologue préféré.

      5. « Serres c’est surtout le recyclage philosophique et talentueux des idées dans l’air du temps (théorie de la communication, de l’information), mais est-ce que qu’on en en droit attendre d’un authentique philosophe ? »

        Un propos pareil, ça vous situe PYD, on sait déjà que vous n’avez pas lu sa thèse, rien compris à son parcours (voir ses Entretiens avec Bruno Latour) et n’avez aucune connaissance de ses publications, qui font le programme philosophique dans son acception la plus classique, savoir passer partout : une théorie de la connaissance, une politique, une morale, une anthropologie, une esthétique. A partir de là, on peut avoir des différends, avant on blablate.

      6. Jicé,
        Je voudrais préciser une chose, lorsque j’écris que Serres n’est pas un authentique philosophe, je ne dis pas qu’il n’a pas de solides connaissances philosophiques, en philosophie des sciences, je signifie simplement
        qu’il n’apporte pas un regard neuf sur le monde, de quoi le transformer, autrement que selon la pente du déjà connu. C’est ainsi que je ne le place pas du tout dans la même catégorie que Paul Jorion , qui lui invente une nouvelle boite à outils pour le transformer.
        Je n’a pas lu la thèse de Serres, mais j’ai lu quelques un de ses livres, et je n’y ai rien trouvé de quoi remettre en cause l’ordre du monde, ni constituer un nouveau paradigme.
        Si vous pouvez me dire en quelques phrases en quoi Michel Serres apporte un nouveau paradigme, et bien dites-moi en quoi il consiste. Je serai ravi de l’apprendre.
        Ce n’est pas rien non plus de s’inscrire dans la lignée de Leibnitz, tout comme un autre philosophie s’inscrira dans celle de Heidegger, de Platon, ou Aristote. Tout de suite on a une direction….

        A propos de Latour : y aura-t-il une vidéo, un compte-rendu, des conférences de Jorion, Latour, Legras, Latouche le 29 mai sur le thème de la critique de la technique ?
        ?
        https://www.pauljorion.com/blog/2019/05/26/sciences-critiques-pourquoi-et-comment-critiquer-la-technologie-aujourdhui-a-paris-le-29-mai-2019/

      7. Pour l’essentiel, la phrase cité est fausse et injuste, ce qui ne signfie pas « être d’accord avec Serres ». Qu’il soit momifiée sitôt froid par les rapaces de la com présidentielle, ça ne lui est pas non plus imputable. Quant au rapport à la technique je vois qu’il y a (malheureusement) plus de rapport entre Jorion et Serres que vous ne le pensez = au fond la même chose, savoir « extoriorisation des facultés » et au fond téléologie sous-jacente, hominisation = humanisation, bref c’est notre destin, faut faire avec. Pour ma part je suis sur la ligne PMO, et à deux doigts de penser que théoriquement et pratiquement « Unabomber a bien raison », même si j’ai un temps porfessé le contraire. Avec l’âge : l’évolution technique est idoéoligiquement et socialement une théodicée ou une eschatologie ou une « sotologie », cad encore une fois une « vaine métaphysique ». Finitude, être-là, ici-bas, avec une égale quantité de bonheur quelle que soit l’époque et les moyens, voilà le tout de notre condition. Donc la technique et ses « promesses » ou sa faculté anthropisante, bof, bof. Serres avait la rouerie ou la naïveté de présenter la révolution communicationnelle et numérique comme « une nouvelle Renaissance », en omettant bien sûr de préciser = nouveau régime de domination, nouveau moyen pour la guerre etc etc.

        Codicile : pourquoi la 5, 6, n G aura bien lieu et donnera lieu au discours sur la révolution que cela va occasionner avec promesse de félicité idoine. Parce qu’aucun régime de domination en peut, sous peine de disparaître, de se priver des moyens techniques de la domination, ou de la suprématie sur le champ de bataille.

        A+

  6. Ce serait un beau projet!
    Un programme déjà applicable pour les municipales, au delà des spécificités locales, serait un outil pour ceux qui souhaitent s’investir et préparer une liste.

  7. Cela fait plus de 6 mois qu’il se passe réellement quelque chose.

    Gilets jaunes : bilant humain
    ———————————–
    Morts : 12
    Blessés : 4 000 (au 20 mars 2019)
    Arrestations : 8 700 gardes à vue
    2 000 condamnations
    390 incarcérations
    (au 24 mars 2019)
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_des_Gilets_jaunes

    A) LB40 / CAC40 : même combat
    B) fin du mois / fin du monde : même combat

    Sans tomber dans la caricature, l’idéalisme ou l’utopie car l’heure est grave et tragique.

    1. Je suis d’accord, on ne peut pas faire comme si les gilets jaunes n’avaient pas existé, des hommes et des femmes se sont battus à leur façon contre la religion féroce et ceux qui en sont les prêtres au gouvernement, on ne peut les ignorer. Ce fut une des grosses erreurs de PP-PS….

      1. Il me semble que les jeunes générations, avec les « réseaux sociaux » vivent dans une autre réalité que nous, les vieux croutons/fusils/etc.. A contrario, nous vivons dans une réalité tout aussi construite, et dont nous percevons mal les erreurs et les fêlures. Il est étonnant de voir leur politisation et leur comportement électoral que les sondages ne perçoivent pas.
        Pour le mouvement des gilets jaunes, j’ai soudain fait le rapprochement avec le mouvement des « comités blancs » qui en Belgique avaient été la résultante de l’affaire Dutroux (et la faillite totale des polices pour sauver les enfants disparus). Même espace populaire de rencontre, de dialogue et de politisation (émotionnelle). A creuser. Il a fallu un profond débat (la commission parlementaire télévisée et transparente) et une profonde réforme de la police et justice pour les calmer…
        Donc ne songeons pas à une solution classique « parti » pour le renouveau.

      2. Place Publique ! Keynes (Paul) leur a fait l’honneur de venir frapper à leur porte, et tout ce qu’ils ont trouvé à lui dire, c’est « ah non merci, on va se débrouiller »… ah les nouilles !!! Je ne sais pas si je vais continuer dans cette histoire… 60€ de fichus en l’air

      3. Vincent
        cela mériterait qu’on intente une action collective cette affaire de PP, apparemment ils n’ont pas respecté les statuts…. (je sais c’est très courant au sein des partis politiques, mais ce n’est pas une raison.)

      4. P-Y D, Si jamais je suis des vôtre, effectivement.
        Mais bon, déjà des sous foutu en l’air, un espoir annihiler, y consacrer du temps…

      5. @ Vincent Rey

        « ah non merci, on va se débrouiller »

        C’est vrai. À ma proposition de compléter par un apport sur des points où ils n’avaient rien à dire a répondu une fin de non-recevoir qui laissait entendre : « Si nous n’avons rien à dire sur un sujet, ce n’est pas qu’il nous manque quelque chose, c’est qu’il n’y a rien à en dire ! »

        P.P. :

        « L’économie ? La finance ? « Guerre aux lobbys ! » Tout est dit ! »

  8. René Girard et Michel Serres s’appréciaient. Cela me rend, quant à moi…, indulgent à l’égard de ce dernier.

    René Girard avait invité Michel Serres à l’université Johns Hopkins puis à Stanford. Ces invitations lui valurent certainement une partie de sa notoriété. En retour, dans un de ses livres, René Girard remercie Michel Serres d’avoir attiré son attention sur cette phrase de Jésus aux pharisiens : « Malheur à vous, docteurs de la loi ! Vous avez enlevé la clef de la science » (Luc 11:52). Phrase d’une tragique actualité ! Car si nous savons toujours plus de choses sur toujours plus de sujets, nous nous aveuglons toujours plus sur le sujet principal, l’homme, ses comportements, le remède contre ses aspirations au mensonge et à la violence.
    Oui, en effet, nous avons enlevé la « clef de la science ». Malheur à nous !

    Alors, fonder un nouveau parti…

    Dans Byzance assiégée on se disputait sans fin au sujet du sexe des anges, dans un monde au bord de l’effondrement on se dispute sans fin au sujet du sexe, pardon du genre, des hommes et des femmes, et de quelques autres balivernes du même tonneau.

    1. La question du sexe des anges, comme celle du nombre d’anges que l’on peut mettre sur la pointe d’une aiguille était la question de la matérialité ou non des concepts abstraits, formulée – selon le mode de la disputatio – sous la forme d’une question qui, si on la résout, répond à la question sous-jacente.

      Si les Scolastiques n’avaient pas résolu ces questions, la science moderne aurait été impossible. Mais comme disait Jakobson – je l’ai entendu le dire – « Il faudra plusieurs siècles avant que nous ne parvenions à nouveau au degré de connaissance qu’avaient atteint les Scolastiques ».

  9. Ce n’est pas la première fois que l’on évoque la création d’un parti politique. Pour avoir participé activement, par deux fois, à un projet politique de gauche, je me suis rendu compte de l’extrême difficulté d’une démarche de ce genre. Toujours présent, l’enthousiasme des débuts fait vite place à la lenteur des discussions concernant le programme. Comme il y a autant d’avis que de participants qui veulent chacun intégrer leur point de vue, fondé ou non, les dissuader leur donne l’impression de vouloir les écarter. C’est d’abord la lutte des idées. Quand le processus a abouti, on passe à la lutte des places (Paul n’en a-t-il pas fait les frais?), encore plus féroce. Comme l’ont montré les dernières élections, le résultat est rarement à la hauteur des ambitions, par manque de visibilité et d’argent, pour une perte de temps considérable. Bref, je suis vacciné.
    Par contre, monter un groupe de pression qui vise à la fois l’opinion et les partis politique me semble plus approprié, beaucoup plus rapide dans sa conception. Un noyau restreint définit le message et les moyens de le diffuser. Bien entendu, pas plus que pour un parti politique, le succès n’est garanti.
    Comme le dit Chabian, ne songeons pas à une solution classique « parti » pour le renouveau !

    1. @ Luc,
      « La lenteur des discutions »
      Tiens, votre réflexion me fait penser à mon voisin qui se plaint du bruit de ma tondeuse à gazon ( la même que la sienne) et à qui je conseillais de doubler par une autre (de son côté), ma haie séparative pour atténuer ces menus inconvénients…
      Et qui m’a répondu: –  » Vous plaisantez? Le temps qu’elle pousse..!
      La lenteur, comme le bruit, viennent toujours des autres, pas vrai..?
      Personnellement, je préfère la lenteur à l’inactivité.
      Eric.

  10. Je suis vos pérégrinations depuis la crise de 2007-2008, discrètement, je ne pense pas que mon avis ait réellement de valeur quant aux débats et égos qui agitent le commentariat. Vous dites avoir rempli une salle de 300 personnes, c’est admirable en effet, comme votre parcours en général et ce que vous êtes. Ce qui l’est moins c’est que de nombreux Etats aux States bannissent l’IVG, que les extrêmes politiques montent partout, que chaque jours qui passe empire la situation de la biosphère et pendant ce temps, les gens se précipitent à LIDL (tout en connaissant surement la politique salariale de cette enseigne) pour acheter un robot de cuisine connecté (sic), je ne vais pas en rajouter, vous savez tout cela…. Quelque chose se passe – oui : la voiture continue de heurter le mur au ralenti. Donc, comment faites vous pour encore y croire ? Faites moi part de votre secret ! …En tant que psychanalyste, vous devez bien vous doutez que la personne à qui je pose la question est celle qui tape ce présent commentaire ^^ …. Sérieusement, je suis le genre de personne qui se bouge si elle y croit ou s’illusionne, autant dire que j’ai plutôt envie d’aller faire l’autruche dans les sables de la Normandelière…

  11. Jaime bien le titre de ce billet : « Il se passe quelque chose »
    forcement la question est que se passe-t-il ?
    On sait qu’une des stratégies préféré des lobbys est de semer le doute dans la population et parfois en se payant des scientifiques pour produire de fausses études (peut être un lien avec les théories du complot : cultiver un terrain favorable à la pousse de certaines herbes ?). Ça a été très bien documenté par des journalistes et notamment avec le lobby du tabac. Mais c’est la même chose avec les lobbys agroalimentaire, de la chimie ou de l’industrie des énergies fossiles.
    Peut être que ce qui se passe c’est que de plus en plus de monde se rend compte de la situation dans laquelle nous sommes et qui empire un peu plus chaque jour qui passe.
    On a bien besoin d’un courant (ou d’un fleuve) politique à la mesure de la situation, ce billet est une bonne nouvelle.

  12. Un parti
    qui inventera ce qui n’a jamais été,
    qui ne se donne pas pour objectif immédiat de conquérir le pouvoir mais de fixer un cadre nouveau,
    qui pourra mettre en ordre de marche les états lorsque les effondrements seront devenus incontestables et
    qui proclame
    1 / D’abord sauver les êtres vivant sur la Terre et donc l’espèce humaine,
    2 / Pour cela, nous n’avons plus que dix ans,
    3 / Accorder le droit de vote à partir de seize ans et réintroduire la nature dans l’imaginaire des enfants,
    4 / Ne pas s’interdire d’interdire ( publicité, spéculation, avions, malbouffe etc la liste promet d’être très longue ),
    5 / Objectifs transversaux Récupérer, Réparer, Recycler…
    6 / Cesser de construire de nouveaux bâtiments et restaurer l’ancien,
    7 / Ne plus produire de bagnoles et réparer le parc existant
    8 / Proposer une fiscalité écologique qui intégrera la gratuité,
    9 / Associer les citoyens à la préservation de l’eau, de l’air et des sols,
    10 / Associer tous les citoyens à la production de l’alimentation,
    11 / Redonner aux états le pouvoir de créer leur monnaie, contrôler les banques pour qu’elles prêtent de l’argent sans intérêts et pour des créations profitant à tous…
    12 / A suivre

    1. Je ne comprendrai jamais « nous avons encore dix ans » alors que c’est définitivement foutu depuis un peu plus de 10 ans (ou bien davantage ?).

    1. « Parmi les plus gros clients, on retrouve le Qatar, la Belgique ou encore l’Arabie saoudite »

      Vendre des armes à l’Arabie saoudite, pourquoi pas ?

      Mais à la Belgique ! Ce pays mène une guerre criminelle au Yémen, où il organise une famine artificielle pour faire plier les populations rétives, dans la pire tradition des Staline (« holodomor » en Ukraine) et Hitler (« Hunger Plan »)

      Je plaisante, bien sûr.

    2. Et l’autre là, notre président, qui n’arrête pas de se prendre pour un résistant ! alors qu’il est le collaborateur en chef de l’oligarchie (mais peut-être qu’il ne s’en rend même pas compte !)

  13. Même si c’est très difficile et que le temps manque, mieux vaut essayer de faire son nid.

    Peut-être faut-il penser ce parti pour accueillir ceux (les plus nombreux) qui sont convaincus qu’il faut sortir du cadre actuel y compris sur la façon de concevoir le vivre ensemble et la gouvernance.

    La circonspection avec laquelle Paul Jorion regarde les autoritarismes de tous bords me semble être un gage de confiance pour prendre part à une aventure où l’on ne se fait pas gruger sa voix au bout du compte. Il ne me semble toutefois pas possible de faire économie de l’institutionnalisation de l’option « non autoritaire »

    Même si nous sommes pris par le temps, je pense qu’il faut réfléchir à long termes et rechercher avant tout un ancrage dans les territoires. A ce stade ce n’est pas tellement un programme politique qu’il faut élaborer (du reste il y en a déjà et les idées développées par Paul Jorion sont un point de repère suffisant ). Il faudrait plutôt plancher sur une feuille de route permettant d’installer sur le terrain (en s’aidant des moyens de communication modernes) des cellules capables de faire du porte-à-porte, du Tweet à tweet, du Face à book, du WhatsApp à Télégram…

    Concrètement, je promets de participer à la prochaine réunion physique dans mon coin…

    1. Je suis toujours fasciné par la logique (ou son absence) de ceux et celles qui prétendent sortir du cadre en proposant de s’enkyster dans le cadre. L’expérience PP n’aura donc pas suffit, pas d’avantage que plusieurs décennies d’histoire politique. En route vers PP2, donc. En chemin, on pourra lire ce pas de côté, entre autres…

  14. Bonjour Monsieur Jorion,

    Fichtre!
    Une personne – puis une autre ensuite (… Ce qui nous fait déjà deux!),
    Vous aurait donc invité à constituer un nouveau parti pour mieux défendre vos idées?
    Et vous trouvez que quelque chose se passe… Bon.
    C’est vrai, nous sommes ici sur un blog optimiste ( le plus optimiste même!)
    Et alors que répondez vous? – « Chiche »? et – « on va voir »?
    C’est un peu contradictoire, non?
    Dépassons l’ambiguïté, et positivons:
    Je serai donc l’adhérent N°3,
    Heu…Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, bien sûr!
    Car en effet cela fait un moment que je défends la même idée ici…
    Bon, c’est vrai, moi je suis seul…
    Mais si il le faut pour vous convaincre, ma femme peut s’inscrire aussi.
    Bon, elle pose quelques conditions préalables… (non, non, pas de vous raser la barbe!).
    Trois fois rien… Voyez vous, elle ne supporte plus trop les socialistes…
    Les dernières gouttes de Glucksmann lui ont provoqué une rechute fatale,
    Une vilaine allergie qui aggrave les traces d’un terrible virus hollandais mutant…
    J’ai bien essayé une cure d’interviews de Jospin et de Mitterrand mais ça la rend nostalgique!

    Alors voilà, s’il vous plait, Monsieur Jorion, si vous pouviez fonder quelque chose de vraiment nouveau,
    qui ne soit pas un parti comme les autres, mais une sorte de rassemblement intellectuel (mais pas trop), qui compte seulement des gens pas trop sectaires, de tous bords et qui défendent l’espèce humaine dans son ensemble avec honnêteté, et bon sens… Ce sera parfait … Et nouveau! Puisque ça n’existe pas encore!
    Je suis certain que vous auriez facilement toute l’aide nécessaire autour de vous.
    Amicalement.
    Eric.
    …Et merci pour ma femme!

    .

    1. @ Armelle,

      Oui, Armelle, un rassemblement Franco-Belge, ça pourrait coller, y compris pour ma femme…
      Enfin, sans étiquette socialiste si possible, hein, à cause de cette vilaine allergie!
      Ensuite je suis sûr que la barbe (un tantinet socialiste aussi) tombera naturellement.
      Un Paul Jorion à » visage découvert » en quelque sorte.
      Mais trève de balivernes:
      A mon sens, ça ne peut être un parti, il faut autre chose…
      Comme qui dirait, quelque chose sans autre parti pris que de servir les femmes et les hommes en s’appuyant sur leurs seules qualités, et non sur leurs faiblesses.
      Encore faudrait-il que l’on s’accorde sur ces faiblesses… comme sur ses qualités, d’ailleurs.
      Oser énoncer une utopie dans laquelle tout le monde puisse trouver sa place, son projet…
      Mais pour cela il faudrait cesser de faire de la politique…
      Alors un parti, non, vraiment!
      Il faudrait plutôt une sorte d’assemblée, ou d’association de réflexion collective ou chacun pourrait collaborer,
      et qui serait susceptible d’infléchir les décisions de l’exécutif en délivrant à ses membres des consignes de vote, ou toute autre action de nature à peser sur tout pouvoirs en place.
      L’état n’aime pas les syndicats, voyez vous…
      Peut-être pour cela qu’il n’ont plus beaucoup de pouvoir…Mmm?
      Je pensais donc plutôt à une sorte de syndicat mutualisé dont Paul pourrait être le secrétaire général…
      Voilà, comme ça, ça pourrait convenir à ma femme…Et à tant d’autres!
      Un brin utopique peut-être..?
      Alors restons couchés.

      Eric.

  15. Il se passe que nous attaquons des parties plus denses du mur.

    La com de la world company commence à avoir du mal à camoufler les morts et les blessés collateraux de son projeeeet.

    Mais c’est encore difficile de tomber d’accord dès qu’on est plus de 2 autour d’une table.

    Pour moi, c’est encore trop tôt pour lancer un nouveau truc.

    Le discours du blog établit un lien entre les événements actuels, ils viendront vous chercher le jour où ils feront eux aussi ce lien.

    Je vois pas trop quoi faire de mieux en attendant, à moins de trouver pour nous sponsoriser un milliardaire éclairé et désintéressé 🙂

    1. le 1er avril…intéressant, effectivement.

      « Si le G20 était capable de faire quelque chose, cela se saurait !
      A 20 c’est juste impossible… Trop d’intérêts divergents et stratégiques.
      et en plus, ce sont 120 états qui « négocient ».

      Le poisson est un peu dur à avaler ! »

      Ah bon ?
      Impossible dites-vous de taxer les gafa et les multis pour les grands argentiers de la planète, feuille de route émanant de l’OCDE, et non le G20, duquel est sollicité le « soutien » ? En outre, approuvé par 130 pays et non 120… ET, la négociation sera donc sur les modalités d’application et non l’approbation qui est déjà effective de fait.

      Nonobstant, si tout cela vous semble impossible et si « dur à avaler », à ce titre comment serait-il possible à votre avis de les taxer sur leurs logiciels et robots pour obtenir la gratuité sans que vous ayez une grave voire « mortelle indigestion » ?

      Autre suggestion ? Poisson d’avril ?

      Arrêter le poisson, vous vous faites du mal. 😉

      « L’OCDE a franchi cette semaine une étape cruciale vers un accord mondial sur la taxation des géants du numérique (GAFA) avec l’approbation par près de 130 pays de sa feuille de route, et attend désormais le « soutien politique » du G20. « Les manches sont retroussées et les gens sont au travail », a affirmé Pascal Saint-Amans, directeur du Centre de politique et d’administration fiscales de l’OCDE, qui regroupe les principaux pays industrialisés de la planète, lors d’une conférence téléphonique. »
      https://www.lalibre.be/economie/digital/taxe-gafa-l-ocde-franchit-une-etape-cruciale-5cf115819978e27796adefa1

  16. Beaucoup de perplexité après les résultats des européennes. Le balancier a l’air de pencher encore plus à droite, avec plein de contradictions…. Ce qui a semblé manquer aux européennes, c’est (peut-être) un contre-projet crédible, qui marque plus clairement une rupture avec le système en place, et qui propose quelque chose à la place. J’ai le sentiment que le TINA est mort, que la grande majorité l’a compris, que les séquelles de la crise de 2008 perdurent (il y a un avant et un après), en particulier auprès des jeunes générations, qu’en Europe, l’enjeu écologique est compris aussi par une très grande majorité ; que le sentiment d’une impasse est très répandu toutes générations confondues. Dans ce contexte, le populisme de droite actionne le bon vieux réflexe défensif et protectionniste, en agitant les thématiques nationalistes et sécuritaires, avec succès ; et a beau jeu face au projet de la mondialisation néolibérale activement à l’œuvre depuis 40 ans, présentée comme inéluctable. Les tenants du néolibéralisme ont beau jeu de diaboliser tous les opposant à cette mondialisation, en les qualifiants, pelle mêle, de xénophobes et d’identitaires. Et la gauche se disperse dans des sempiternelles querelles de chapelles, assez incompréhensible d’ailleurs pour le quidam moyen. Et les plus démunis n’ont d’ailleurs plus les moyens de ces querelles et finissent par s’abstenir. Un nouveau parti ? ça demande réflexion….

    1. Mieux taxer les multinationales : et si le G20 y parvenait ?
      Réunis au Japon, les ministres des Finances du G20 doivent lancer les négociations en vue de répartir différemment les droits à taxer entre États. Une révolution. Par Marc Vignaud

      « Les États du monde entier vont-ils se mettre d’accord sur une grande réforme fiscale d’ampleur pour enfin taxer les entreprises multinationales là où elles réalisent leurs activités et engrangent des profits ? C’est l’enjeu de la réunion des ministres des Finances du G20 qui se tient ce week-end, les 8 et 9 juin, à Fukuoka, au Japon. À cette occasion, les grands argentiers des 20 pays les plus riches de la planète devraient endosser un important programme de travail technique, résumé sur une trentaine de pages, destiné à enfin y parvenir. »

      « Preuve que le moment est important, les ONG elles-mêmes font montre de beaucoup d’espoir. « Si les gouvernements adoptent les mesures nécessaires, ces négociations pourraient fortement transformer la manière dont toutes les multinationales (et pas seulement les géants du numérique) sont imposées. Ce processus pourrait sonner le glas des paradis fiscaux pour les entreprises et mettre un terme au nivellement par le bas de l’impôt sur les sociétés et à ses effets destructeurs. Il pourrait également marquer le début d’une ère de plus grande justice fiscale, où les pays pauvres seraient en mesure de réclamer leur juste part de recettes fiscales aux multinationales, et récolter les recettes fiscales nécessaires pour combattre la pauvreté et les inégalités », écrit ainsi Ofxam, très en pointe sur le sujet de l’optimisation fiscale des multinationales. »
      https://www.lepoint.fr/economie/mieux-taxer-les-multinationales-et-si-le-g20-y-parvenait-08-06-2019-2317659_28.php

      https://www.lalibre.be/economie/digital/taxe-gafa-l-ocde-franchit-une-etape-cruciale-5cf115819978e27796adefa1

      1. @Dundee(8/6 à 22h56)
        L’article semble A PREMIERE VUE encourageant…
        Cependant, si j’en crois le commentaire (du Point) associé à 10h19 …. :
         » C’est le 1er avril ?

        Si le G20 était capable de faire quelque chose, cela se saurait !
        A 20 c’est juste impossible… Trop d’intérêts divergents et stratégiques.
        et en plus, ce sont 120 états qui « négocient ».

        Le poisson est un peu dur à avaler !  »

        Ne voilà-t’il pas un combat qu’un groupe de pression (« Jorion’s band ») devrait(aurait dû..) mener bien bien en amont…?
        Une pétition internationale…(en tout cas européenne..) ? Essayer de faire honte publiquement et individuellement (faire du « buzz » type réveil-matin syndical avec présence médiatique..) aux individus sensés négocier « en notre nom »..?.
        … autre solution..??

      2. @otroméros, 9 JUIN 2019 À 10 H 38 MIN

        le 1er avril…intéressant, effectivement.

        « Si le G20 était capable de faire quelque chose, cela se saurait !
        A 20 c’est juste impossible… Trop d’intérêts divergents et stratégiques.
        et en plus, ce sont 120 états qui « négocient ».

        Le poisson est un peu dur à avaler ! »

        Ah bon ?
        Impossible dites-vous de taxer les gafa et les multis pour les grands argentiers de la planète, feuille de route émanant de l’OCDE, et non le G20, duquel est sollicité le « soutien » ? En outre, approuvé par 130 pays et non 120… ET, la négociation sera donc sur les modalités d’application et non l’approbation qui est déjà effective de fait.

        Nonobstant, si tout cela vous semble impossible et si « dur à avaler », à ce titre comment serait-il possible à votre avis de les taxer sur leurs logiciels et robots pour obtenir la gratuité sans que vous ayez une grave voire « mortelle indigestion » ?

        Autre suggestion ? Poisson d’avril ?

        Arrêter le poisson, vous vous faites du mal.

        « L’OCDE a franchi cette semaine une étape cruciale vers un accord mondial sur la taxation des géants du numérique (GAFA) avec l’approbation par près de 130 pays de sa feuille de route, et attend désormais le « soutien politique » du G20. « Les manches sont retroussées et les gens sont au travail », a affirmé Pascal Saint-Amans, directeur du Centre de politique et d’administration fiscales de l’OCDE, qui regroupe les principaux pays industrialisés de la planète, lors d’une conférence téléphonique. »
        https://www.lalibre.be/economie/digital/taxe-gafa-l-ocde-franchit-une-etape-cruciale-5cf115819978e27796adefa1

      3. @Dundee (9/6 à 12h41)

        « Non, non  » … vous m’avez mal(ou trop vite..) lu… c’est le commentateur du Point , ((à 10h19, voir les commentaires qui suivent l’article))..sous l’excellent article que vous nous proposez qui écrit cela….cela qui me faisait réfléchir à une occasion peut-être volontairement manquée de nos mandants ..à l’insu de notre plein gré…!!
        Je proposais juste au blog de développer une technique permettant d’influencer publiquement la responsabilité de ces « huiles », en les interpellant publiquement (pétition? groupe de pression « fessebouc » ou équivalent…)
        Heureux de lire le second article (« la libre »). Prions.

      4. @otroméros
        « Non, non » … vous m’avez mal(ou trop vite..) lu… c’est le commentateur du Point , ((à 10h19, voir les commentaires qui suivent l’article))..sous l’excellent article que vous nous proposez qui écrit cela….cela qui me faisait réfléchir à une occasion peut-être volontairement manquée de nos mandants ..à l’insu de notre plein gré…!! »

        Aaaah, mais c’est bien sur…Autant pour moi. Je n’ai pas effectivement pas compris, de fait, que vous ayez besoin d’argumenter et ce en vous appuyant sur un commentaire à charge concernant l’article sur la taxation des gafas, et qui le dénigre ouvertement; tout en approuvant clairement le dit article par la suite…dans votre réponse. Bel exercice de contorsion. Techniquement, il ne faut jamais manquer une occasion d’assouplir vos cervicales, même à l’insu de l’huile de votre plein gré. Donc, si cet article vous a plu, avec ou sans votre plein gré, j’en suis ravie.

        Confidence pour confidence, les fèces de bouc zé autres rézo-zotantes joyeusetés émanant des fondements des commentaires stériles et idiots, et leurs sinueux développements, no thanks.
        Oups, action chasse d’eau ! Sorry, mais cela incommode mes sensibles cellules zolfactives, ce qui est extrêmement désagréable, vous en conviendrez. De fait, rien ne vaut un engrais de qualité. De qualité.

  17. Une structuration autour de la « contagion du commun » est la seule que je voie susceptible de dépasser les critiques des partis leurs scissions leurs pompes et leurs sectes.

    Il « suffit » pour cela d’arriver à délimiter des sujets sur lesquels ceux qui s’expriment ont une connaissance « intégrative », de bas en haut.

    Qu’ils connaissent par une décennie de pratique (pas moins, mais un jeune qui a commencé des concerts à 14 ans peut se considérer OK à 24 ans) les domaines qu’ils prétendent représenter (agriculture, culture, fiscalité, enseignement, droit du travail, droit civil, droit du numérique, etc…) dans les catégories du droit romain (porteurs des euphémismes type « ressources humaines » et « disruption » passez votre chemin).

    C’est grâce à un mix de ce genre que marchent :
    (i) le tribunal des eaux de la Huerta de Valence, la plus vieille législation d’Europe dit-on;
    (ii) l’aviation civile de nos jours, de très loin le plus sûr des moyens de transports, (à son apogée juste avant le fâcheux 737 MAX qui a témoigné de l’erreur de Boeing et de la FAA qui ont voulu s’écarter de cette « règle du commun », en supprimant l’usage des experts-FAA désignés chez Boeing et protégés de leurs supérieurs).

    Tout cela n’empêche pas des « grands buts politiques » (gratuité, …) mais si on y laisse intervenir d’autres que « ceux des communs », on n’y retrouvera que la voix de tel ou tel lobby.
    Je n’ai pas encore trouvé de couleur de gilet qui ne soit pas accaparables ni par la droite ni par la gauche autoritaire ni par Bayer (fabriquant de colorant à ses heures). La lettre minuscule « c » comme commun, le « c » de centime mit devant le fourchu « € » de l’euro pour dire qu’il faudra mettre certains culs par dessus certaines têtes, notamment chez les spé-cul-ateurs, my two pence.
    Répétons : A croiser avec le programme indiqué ci-dessus.

  18. Je m’inscris !!!
    Et je suis pour:
    -la taxation des robots
    -la fin de la spéculation
    -la gratuité
    -la réduction du temps de travail
    -le changement écologique fondé sur le partage et la limitation de l’exploitation des ressources et de la production industrielle
    -la décroissance en terme de volume de biens produits (pas de valeur)
    -le plafonnement de l’héritage à hauteur de 2 millions /euros par enfant, réévaluable selon l’évolution du marché foncier après instauration de ce plafond et l’interdiction de spéculer
    -la démocratie participative
    -le socialisme de la Sociale
    – la sortie du capitalisme
    – la refonte du service public, dont la vocation est de SERVIR le PUBLIC et rien d’autre,
    – la fin du lobbying qui interfère avec le bien commun
    – la fin de la production d’armes de guerre
    – etc…

  19. Personne ne dit que ce sera facile. Mais ce blog, et ses articles les plus programmatiques constitue déjà un programme. Ce blog a mis les idées et les débats en avant. Il faut garder cela et le changement radical de perspective qu’il propose et en faire une base pour proposer des candidats aux élections . Il s’agit de réussir le pari, certes fou, d’être révolutionnaires dans le cadre institutionnel existant. Faisons le pari et le parti de l’intelligence, de l’approfondissement des idées et de leur mise en œuvre.

  20. Ce matin à France Inter, il y avait Brune Poirson , Secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire.
    Durant l’interview, elle s’est mise en colère devant ce qui serait une remise en question de ses convictions écologiques. Comment une mère d’une petite fille de 4 ans, se lèverait tous les matins sans se poser la question de l’écologie?
    A ce moment là, j’ai ressenti le même malaise que j’éprouve devant ces gens qui trient leurs déchets, consomment bio, font du co-voiturage et dans le même temps disposent d’un I-phone dernier cri, préparent leur city-break dans quelques capitales Européenne, ou commandent leur quinoa sur des sites éco-responsable…
    Difficile de faire de l’écologie sans remettre en cause notre modèle de consommation, sans remettre en cause le capitalisme et sa loi d’airain : Travaille et tu auras droit à ton petit capital qui lui même te donnera droit à consommer et donc en théorie accéder au bonheur…..Pour la plupart des gens sur cette planète, la Vie se résume plus au moins à çà. C’est totalement conscientisé et même moralisé.
    Paul, vous pouvez monter un parti sur la base de la gratuité ou tout autre système qui viendrait en remplacement du capitalisme. Seulement, j’ai bien peur qu’on soit trop seul. Pour prendre conscience de la dangerosité du capitalisme, il faut soi même en avoir tester la dureté. C’est seulement là qu’on commence sa rédemption vis à vis de ce modèle de pensée. C’est ce qui manque à l’équipe des Macron and Co pour comprendre qu’ils ne pourront pas se sauver sans remise en cause du modèle économique dans lequel on vit tous. Ils se mentent à eux mêmes et à leurs enfants. J’ai alors une pensée pour la petite fille de Madame Poirson. J’espère que dans 20 ans, elle ne crachera pas dans la figure de sa mère, lui reprochant son mensonge .

  21. Cf Pierre
    « Pour la plupart des gens sur cette planète, la Vie se résume plus au moins à çà. C’est totalement conscientisé et même moralisé. »
    Je suis entièrement d’accord avec çà. Un changement radical ne pourrait se faire à mon avis qu’en l’imposant : donc pas démocratique (à la chinoise…). Cela pourrait commencer par proposer à ceux qui voudraient se créer leur entreprise ou leur emploi (autre que startup high tech) d’autres modèles de fonctionnement qui seraient plus éthiques et proposeraient des services ou produits au prix juste (et sans obsolescence programmée). Certaines associations par ex. proposent de la réparation (ordis, objets électriques ménagers…) mais se trouvent confrontées au coût des pièces de rechange voire à leur manque, qui rend soit impossible la réparation soit plus chère que du neuf. Donc des entreprises à créer sur un autre modèle de fabrication et commercialisation (je rappelle que j’ai déjà une idée bien étudiée pour cela qui ne demande qu’à être adaptée et concrétisée).
    Quant à la gratuité des besoins universels, comme nourriture, elle serait bien sûr idéale ; mais c’est ce que cela risquerait de devenir dans la réalité qui me dérange (qui produirait le gratuit ? ou qui le choisirait, comment et sur quel critère ?)
    Je pense toujours que les changements de mentalité ne peuvent se faire qu’avec des exemples, pas avec des idées théoriques. Pratiquement tout le monde qui veut croire veut d’abord voir… Pas vous ? Si peu savent se projeter !
    Mais plus qu’un parti (qui risquerait d’avoir les mêmes limites et les mêmes problèmes de concurrence que ceux existants) je préférerais une organisation type « club » autre que sur internet, qui se développerait avec adresses géographiques (non virtuelles) facilement accessibles sur tout le territoire, conviviales (type associations) et reliées entre elles (vive internet !) peut-être même chez particuliers (j’adhérerais et me proposerais) où échanger idées et expériences. En gros, fonctionnant comme des « services sociaux » de proximité mais pour suggérer, proposer, échanger ( la meilleure aide qui soit pour qui est perdu dans les méandres associatifs)

    1. Bonsoir Jac,

      C’est un peu ce que j’écrivais à Armelle un peu plus haut…
      Pas un parti, une association, de type syndicale et mutualiste,
      Un levier social, mais pas exclusivement socialiste…
      Avec des consignes citoyennes d’ensemble à délivrer aux adhérents,
      pour des actions fortes, aptes à influencer dans le bon sens, la sphères politique (et les autres).
      (vote, plébiscite ou boycott commerciaux, etc)
      Je sais: « Utopie ».
      Et alors? Puisque le raisonnable ne fait plus rêver plus personne!
      Eric.

      1. Oui Eric, j’ai remarqué, mais je le définis plus comme un « club » : je vais vous faire « hurler » peut-être, genre « rotary club » (aïe aïe aïe ! ouille !) mais qui n’a rien à voir bien sûr! Ou éventuellement (un mixe) comme les « salons littéraires » du XVIIIe s. par ex. desquels de grandes idées ont émergé… ). Un « club » plutôt pour le type d’organisation, différente des groupes de réflexion type Nouvelle Donne. Plus structuré, non centralisé avec, comme les partis politiques, des permanences (ou « salons ») réparties sur tout le territoire, sans qu’il y ait besoin d’un bureau central avec secrétaire & tutti quanti… Paul Jorion serait le « bureau central » et une boîte e-mail (et non son blog) serait le lien par exemple. Je n’y ai pas vraiment réfléchi. Le but étant que ce soit le plus réparti possible et qu’il se répande de plus en plus (grâce à structure très souple) pour sensibiliser un maximum de personnes. Ensuite un parti pourrait naître .
        Mais c’est vrai, c’est du même ordre que votre proposition.
        J’aime bien aussi votre idée de « syndicat ». Mais je crois que la forme serait à inventer (génial!)

  22. Bonjour
    Après, la droite a la découpe !, chacun va chercher a en prendre un morceaux, les couteaux sont sortie, Macron , LRM espèrent en prendre le principal morceaux, le RN (FN) aussi , Marion sort du bois, les restes seront récupérer, par quelques uns, les hyènes bavent, les vautours attendent…..les municipales approches.
    A Gauche , idem, la bête est blesser gravement (FI), l’odeur du sang attire, la découpe est envisager, les couteaux sortent,, le PCF espère récupérer quelques bon morceaux, le PS place publique aussi, les verts saute sur l’occasion, et espèrent bouffer le PS , …enfin , récupérer l’électorat Fi , qui n’aurait jamais du exister pour eux.Mais RN aussi espère quelques morceaux…… C’Est cela la politique !?
    Bien sur tous , se déguisent, en agneaux bèlant….non mais intentions sont bonnes

  23. Il y aura eu deux siècles de parenthèse impérialo-capitaliste.
    Il est temps d’achever enfin la révolution française.
    Le monde entier l’attend, et la Terre s’impatiente.

  24. Les partis communistes ont empêché que le communisme advienne, les partis socialistes que le socialisme advienne, les divers partis de la Justice ou de la Vérité ou des deux que la justice advienne et que la vérité ait droit de cité…
    Alors, à leur image, inversée, ayant banni toute hypocrisie, créons un parti de l’effondrement, ou parti du collapsus, fermement décidé à empêcher qu’effondrement ou collapsus n’adviennent.

    1. @ Denis Monod-Broca,

      Un « parti de l’effondrement »?
      Mais il existe déjà, c’est le GIEC! Tout persuadé qu’il est de l’effondrement prochain ( surtout si nous ne faisons rien pour l’éviter…), il s’acharne à l’empêcher par tous les moyens, sans aucun résultat!
      Qu’il survienne ou non, l’effondrement sera, comme vous le disiez effectivement, l’effet inversé du succès de cet acharnement à l’empêcher, ou le résultat inverse d’un excès de certitude en ce collapsus annoncé.
      CQFD.
      Bref…
      Donc inutile de créer un parti pour cela, tous les meilleurs scientifiques de la planète s’en occupent!
      Et, quel que soit le résultat, nous sommes sauvés, non?
      Allez, c’est un blog optimiste ici, enfin!
      Tachez de vous ressaisir un peu, que diable!
      Communisme, socialisme, vérité, justice…
      Certains espéraient aussi que l’amour advienne et c’est vrai que beaucoup n’ont rien vu venir…
      Pourtant, il paraît que quelques-uns l’on connu, si, si…Il y a longtemps.
      C’est la dernière copine du fils de mon ex-concubine qui me l’a dit… Allez courage!
      Fraternellement,
      Eric.

  25. Imaginons que la chose advienne, audace folle je sais.

    Imaginons que l’enthousiasme des convaincus fasse que ça tienne la route. Le nouveau mouvement deviendra alors une menace pour les établis (Britt : establishment). Alors posons-nous la question de savoir comment il sera détruit, volatilisé et récupéré. Ses membres les plus vaillants obligés de faire hara-kiri ou s’immoler sur l’autel de la démocratie en confessant de devoir voter pour le Macron du moment, afin de sauver la Démocratie. Remballez vos dénis, c’est déjà arrivé, ici, même qu’y’a pas longtemps.

    J’sais, c’est un poil négatif, et, culture Britt oblige, franchement cynique. Quoique, aspect divertissant, ce serait un lien de plus entre Vert et Brun, tout ce kaléidoscope coloré qui hante les conscience, bien qu’improbable. Non, Monsieur! je n’ai pas dit ‘Tous pourris’. C’est autre chose que je serais bien en peine de définir.

    La force de Paul -et de Timiota, dont je salue une contribution de haut niveau- est dans ses idées, pas dans son aptitude à dompter un panier de crabes. Je suis sûr qu’il le sait. La déception passée et le désastre prévisible de PP sont riches d’enseignements qu’il serait puéril d’ignorer.

    1. Merci. A nous d’inventer les ronds de cuivre (les « centimes » dont je parle) car (sur l’air de la contine des jolis coquelicots — bien rouge), « car les euros ne valent rien. ». Et descendons dans notre jardin à tous.

    2. @daniel,

      Un poil négatif? Pensez-vous!
      Dans l’hirsutisme négatif ambiant, vous feriez ici bas, plutôt figure de chauve!
      Allez, une bonne pince à épiler et il n’y paraîtra plus!
      C’est vrai que le déchiffrage des propos de Timiota peut provoquer parfois quelques chutes de cheveux , mais
      n’en abusez quand même pas, surtout s’il ne s’agit que d’un seul pauvre poil …
      Quant à « la chose », comme vous dites, malgré ce vilain poil négatif, elle adviendra forcément, avec ou sans Paul
      Jorion, ici ou ailleurs, et l’audace la plus folle est simplement de ne pas y croire!
      Fraternellement,
      Eric.

    3. Daniel,

      Ce serait les Gilets jaunes qui auraient raison aors. RIC révocatoire, tous les élus en permanence sur un siège éjectable ? Mais comment faire quoi que ce soit dans ces conditions ?

      1. Par principe, les Gilets Jaunes ont raison et sont dans le vrai.
        Le « comment faire » dépasse mes capacités, limitées. Convergences, osmoses, percolations, sans doute. Et c’est déjà à l’œuvre.

        Un détail, le RIC se suffit à lui-même. Inutile de préciser qu’il est ‘révocatoire’. Il n’est pas un outil spécialement ‘révocatoire’, pas plus qu’il ne permettra d’innocenter les bandits de grand chemin…

  26. Bonjour,

    Peut-être que Paul and co peut / peuvent déjà regarder du côté de l’ex liste des européennes Urgence Écologie (qui soit dit en passant, sans aucune pub ni accès aux médias, a fait 1,8%, soit le double prévu par les sondages, et à 0,7% des voix exprimées du PC qui lui, a eu droit à une meilleure promo) ;
    et du parti qui en était majoritairement le soutien, à savoir Génération Écologie. Delphine Batho semble reprendre, au niveau du discours, la suite de celui qui a longtemps prêché dans le désert : Yves Cochet ; et qui était, à mes yeux, le seul politique à réellement avoir compris le fond des problèmes actuels.

    Car le Glucksmann, qui navigue d’idées libérales en idées opposées, je n’y ai pas vraiment cru. Je n’ai d’ailleurs pas mis un kopeck dans Place Publique.

    François

  27. Oui, il se passe quelque chose effectivement, en France surtout ; c’est la bataille des ego, Y. Jadot, à la suite de la performance inattendue de sa liste EELV, a la grosse tête et se révèle tout-à-fait du même bois que E. Macron, un bois bien connu des sabotiers…
    Pour le président actuel, on le voit venir avec ses gros sabots pour la prochaine présidentielle, dans la quasi certitude d’être élu, puisque tout le monde aura peur à nouveau du diable incarné pa M. Lepen, quant à Y. Jadot, il s’imagine lui, déjà être le ‘sparring partner’ à la place de M. Lepen… ?

    1. Un bois un peu plus tendre tout de même, mais ce n’est pas bien difficile après Macron représentant du fascisme en col blanc, et aussi avec une différence notable, c’est que Jadot est un écologiste plus crédible, ce que n’a jamais été Macron, ni avant ni après Hulot. Donc Jadot a ses chances … si le tout sauf Macron fonctionne, il peut espérer récupérer les voix déçus du macronisme dès le premier tour, si toutefois il ne se coupe pas des préoccupations sociales et qu’il ne méprise pas la gauche. Il faudra donc s’attendre à un savant dosage d’écologie et de social …

      Ce scénario n’a pas ma préférence, je souhaite au contraire un large rassemblement de la gauche, où mieux, un nouvel axe à gauche autour d’une initiative comme celle à laquelle nous cogitons sur ce blog. Mais si en définitive cela ne pouvait advenir, ne désirant ni Macron ni Lepen …
      Désolé pour ces quelques lignes de politique politicienne, assez désespérantes, mais tous les cas de figure doivent être envisagés, sinon c’est prendre ses désirs pour des réalités.

      1. Y. Jadot espère un jour exercer le pouvoir :
        https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/06/05/yannick-jadot-nous-voulons-conquerir-et-exercer-le-pouvoir_5471558_823448.html
        Mais comment, si d’emblée il s’en prend aux partis de gauche ?
        https://www.huffingtonpost.fr/entry/yannick-jadot-se-met-a-dos-jean-luc-melenchon-qui-laccuse-de-sectarisme_fr_5cf7c51ae4b0747b8c5f77fe
        A moins d’un miracle, la gauche + écologistes n’est pas prête à revenir au pouvoir !

  28. Bravo aux autres commentateurs. Franchement il y a des perles dans leurs interrogations, suggestions. Mais comment en faire moisson sans récidiver dans la création d’une n-ième coterie, peu-être plus fraternelle et humoristique ? Mordre sur les gilets jaunes sans dilapider l’acquis des 19.x% de la présidentielle ni les 13.x% d’EELV aux européennes trace l’horizon mais où est la méthode ?

  29. Les robots de Boston Dynamics sont bien pilotés à distance contrairement à ce que laisse croire leurs vidéos:

    « Sur les vidéos postées par Boston Dynamics (ancienne propriété de Google), on voit généralement les robots évoluer en presque autonomie. Mais en réalité, ils requièrent un contrôle humain. Lors d’une démonstration pour présenter «Spot», les ingénieurs de Boston Dynamics ont ainsi utilisé une tablette équipée d’un joystick et de plusieurs boutons. L’appareil retransmet les images de la caméra frontale du chien-robot. »

    http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/le-chien-robot-de-boston-dynamics-sera-commercialise-avant-la-fin-de-l-annee-20190606

    1. @arkao(6/5 à 15h37)
      Je profite de l’ « ouverture » de votre réponse pour vous demander votre avis ( pour autant que vous souhaitiez en avoir un..)sur le contenu (7 minutes très claires) suivant… « Stockage » d’électricité PhV grâce au .. béton…!
      ….INFO?? INTOX ?? Ni l’un ni l’autre..??
      (((Je vois un seul inconvénient (de taille) non abordé…la « perte de charge » dans un « transport » du « stock » (lignes électriques HT..) entre les différents points du globe concernés par l’endroit de stockage et les lieux de consommation……..sans parler de l’étanchéité de 100%? requise entre le « volant sous vide » et l’alternateur…)))
      https://www.youtube.com/watch?v=N2u6EDwumdQ

    2. Du 10/04/2018. Rien de changé:
       » […] Boston Anemics est un groupe vendu au CMI cher à Johan. En fait, c’est une machine de guerre. Avec ces trucs, mieux vaut remonter aux fondamentaux: Baver sur la bête est préférable, me semble-t-il, plutôt que laisser d’autres y perdre leur sang. J’espère que ma haine pour ces engins infernaux léseront un peu les actionnaires, beaucoup si on est nombreux à la partager.
      L’IA est un projet militariste, d’abord.
      Nous faisons si peu contre le CMI.
      Je signe le colibri contre (les engins de) la guerre. »

      1. Medellín, le 7 juin 2019

        @ Daniel

        Malgré la résurrection d’environ (selon des estimations de plusieurs spécialistes) 2.000 micro-pablitos-escobaritos dans le nord de la ville (et quelques milliers en plus dans d’autres sections de Medellín), et malgré les assassinats terrifiants, lâches et continus des femmes et hommes innocent.e.s ici en ville (un exemple comme pars pro toto:

        https://noticias.caracoltv.com/antioquia/mujer-que-esperaba-proteccion-de-las-autoridades-fue-asesinada-en-bello ).

        Malgré tout cela: https://www.charliechaplin.com/fr/articles/249-Le-discours-final-du-Dictateur

        Costa Rica nous montre la voie vers la transition.

        (1 de décembre, 1948, https://www.liberation.fr/planete/2008/12/01/costa-rica-pays-sans-kaki_260796)

  30. J’en profite pour soumettre à votre sagacité une observation que j’ai faite ces jours derniers.

    J’ai rencontré plusieurs personnes qui savent ce que je dis et écris depuis longtemps et qui viennent de lire mon roman Mes vacances à Morro Bay. Eh bien, il est clair qu’elles prennent désormais plus au sérieux, elles parlent avec davantage de respect de ce que j’ai fait auparavant.

    Juge-t-on (inconsciemment) la capacité de quelqu’un à écrire de la non-fiction, sur sa capacité à écrire de la fiction ?

    1. Souvent la non fiction semble être de la fiction, et vice versa… On peut s’y tromper !
      Je connais 2 scénaristes (dont un ayant scénarisé un film ou téléfilm avec Depardieu) et une scénariste réalisatrice ( un prix aux Etats Unis et jamais passée chez Ruquier : un exploit ! lol) Peut-être quand je les verrai (bientôt à Paris) je leur proposerais d’en faire un film, qui sait? Alors là, s’il se fait et que ça marche, ce sera la consécration ! Mais il y a de forts risques qu’on ne parle que de ses profits financiers plutôt que de sa qualité artistique… Ah là là !
      (Mais ne rêvez pas trop, le film scénarisé par le premier parle de Raspoutine, vous n’en êtes pas encore là – ça viendra !- , et le film ayant obtenu un prix était de la science fiction excessivement gore… – revanche de femme, et toc!- Mais aussi… 2 téléfilms primés qui n’ont rien à voir avec le film SF. Une douée ! )

    2. Étonnant.
      Réflexions en vrac:
      Un article publiée dans une revue papier vaut mieux (en terme de notoriété/respectabilité) que dix articles publiés en format numérique. Un livre « vaut mieux » que dix articles.
      Un acteur qui fait ordinairement dans le registre comique obtiendra la respectabilité à partir du moment ou il fera ses preuves dans le registre dramatique.

  31. Un parti politique ? Pour éviter l’effondrement ? A se rouler par terre de rire. Vous aurez au moins l’impression d’avoir tenté.

    Vous savez bien que notre avenir immédiat, c’est des morts, beaucoup de morts, énormément de morts, comme c’est arrivé si souvent dans l’histoire des civilisations. Avec une étincelle pour démarrer le carnage, genre une éruption volcanique, un caillou dans l’espace, un missile fou, une épidémie… suivie des famines et de leurs cortèges de hordes de zombies.

    Pour prendre le pouvoir et changer un peu le cours des évènements, nous, Paul et les lecteurs assidûs comme moi, ferions mieux de nous préparer à de grandes violences. C’est peut-être le seul moyen de faire arriver le paradis de gauche. Sinon ce seront de nouveaux psychopathes comme il y en a eu tant. Il faut redécouvrir Robespierre et Saint-Just, peut-être aussi Lénine.

    Sauf que je n’ai pas envie de violences, et que je n’imagine pas qu’il n’y ait plus ni eau ni électricité sortant du mur. Je ne sais pas si j’aurai le courage, mais j’imagine une fin individuelle volontaire et rapide.

  32. Créer un parti en démarrant de zéro ? Pas évident , quant à Mélenchon j’ai bien peur qu’il soit cuit lui aussi , pourquoi ne pas vous allier à Raphaël Glucksmann , il a pas fait un mauvais score aux européennes la renaissance viendra peut être de là ?

  33. Une proposition: que le parti politique se structure selon les principes de la société religieuse des amis, dont il serait une version laïque. J’ai un vague et ancien souvenir que ce blog avait jadis dit beaucoup de bien de cette société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.