Brexit – Mon conseil aux Anglais et aux Gallois : exigez le même statut que l’Irlande du Nord et l’Écosse !

Ouvert aux commentaires.

Quelques chiffres dans un article de Anand Menon & Jonathan Portes dans The Guardian :

Rien qu’en termes commerciaux, le Brexit signifierait une perte en revenus annuels par contribuable de

  • L’ancien accord de Mme May : -1,7%
  • L’accord que négocie en ce moment M. Johnson : -2,5% (± 2.000£ par ménage)
  • Un retrait sans accord (No-Deal Brexit) : -3,3%.

Dans la formule discutée en ce moment par M. Johnson, les habitants de l’Irlande du Nord ne subiront aucun de ces manques-à-gagner car ils resteront de fait dans l’Union européenne.

James Blitz, chroniqueur au Financial Times, fait remarquer dans sa newsletter d’aujourd’hui que les Écossais, ayant voté à 62% contre le Brexit, exigeront certainement le même statut que l’Irlande du Nord.

J’en conclus qu’il ne restera que les Anglais et les Gallois à payer les pots cassés. Mon conseil du coup à ceux-là : « Exigez le même statut favorable que l’Irlande du Nord et l’Écosse ! » 😀

Partager :

15 réflexions sur « Brexit – Mon conseil aux Anglais et aux Gallois : exigez le même statut que l’Irlande du Nord et l’Écosse ! »

  1. En voilà une idée qu’elle est bonne et géniale en fait !

    Le Royaume-Uni sort de l’UE, mais toutes les nations du RU restent dans l’UE comme l’Irlande du nord.

    Tous le monde est content, chacun gagne, et on passe à autre chose.

    C’est merveilleux l’intelligence humaine non ?

    1. Peut-être le dernier espoir de Paul Jorion de ne pas voir une de ses prédictions majeures de ces dernières années, sur laquelle il a abondamment communiquée, de ne pas être sèchement invalidée par les faits.

  2. “Northern Ireland would de jure be in the UK’s customs territory but de facto in the European Union’s,” one diplomatic source said of the tentative agreement.

    Je ne comprends pas comment fonctionnerait cet accord. Par exemple les marchandises circuleraient sans contrôle entre la République d’Irlande (donc l’ensemble de l’UE) et l’Irlande du Nord mais pour les marchandises circulant entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume Uni c’est des fonctionnaires britanniques qui seraient chargés de l’application de la réglementation et des taxes décidées par l’UE ?

    1. Sauf erreur, ce machin qui ne dit pas son nom deviendrait une sorte d’UEBL.2 (union économique belgo-luxembourgeoise.2) redesigned à la sauce cornichon . En effet, dans les années antérieures à l’ouverture des frontières en 92, les mouvements de marchandises de la Belgique vers le Luxembourg « étaient contrôlés du moins fiscalement par les douaniers belges alors qu’en toute logique cette mission de contrôle relève du pays importateur. Si la complexité administrative justifiait à elle seule l’ouverture des frontières en 92 alors convenons que 27 ans plus tard, le but n’est pas atteint, et la case « Désunion » semble bien plus que d’actualité au R-U.

  3. Le lendemain du Brexit, s’il pouvait avoir lieu, la terre continuera de tourner et les affaires continueront de se faire. Je ne vois pas quel mécanisme assure aujourd’hui la prospérité des Britanniques, mécanisme qui disparaitrait lors du Brexit …
    Et s’il y a un mécanisme qui fait que chaque foyer européen est éminemment prospère, je voudrais bien le connaître …. l’€ commun ? La politique d’austérité ? les taux négatifs des crédits ? l’harmonie des politiques étrangères ? La concurrence libre et non faussée ? l’harmonisation des lois sociales et de la fiscalité ? La promotion d’une langue commune ?

    1. C’est ce « Je ne vois pas » qui signale que vous êtes insuffisamment informé. Lisez par exemple cet article sur le Guardian que j’ai mis en lien. Les gens sont paresseux : ils considèrent que leur « sentiment intuitif » remplace une bonne information, quel que soit le sujet.

      1. Je comprends qu’on puisse etre hostile au Brexit.
        Néanmmoins l’argument du Guardian, sur le fond, est complètement à côté de la plaque. Et sur la forme (les chiffres eux-mêmes), c’est complètement fantaisiste !

        A ce compte là, si la question du pognon était effectivement pertinente, français et italiens devraient se hâter de quitter la zone euro, et bien plus vite que les anglais encore. Si les anglais sont une nation de boutiquiers, il ils tiendront toujours davantage à la préservation de leur autonomie/tradition politique !

        Les anti-brexiters ne peuvent plus maintenant que repousser l’échéance. Ils joueront sûrement leur va-tout en votant contre la proposition d’accord.
        Ils seront ensuite sanctionnés aux élections. Quant aux conservateurs récalcitrants, ils seront alors hors-jeu.
        Le Brexit, contrairement à la guerre de Troie, aura peut-être lieu, finalement.

  4. Vous ne manquez pas d’humour !
    mais je plains les Anglais, car ce sont ceux qui vont le plus payer (les pauvres) qui ont voté pour le Brexit « victimes » d’une propagande inconséquente.
    et je ne crois pas un mot de la promesse de Johnson d’améliorer le système de santé « grâce » à la sortie, vu que sortir coûte du fric.
    tout ça à cause d’un populisme qui raconta qu’il y aurait moins d’émigrés. J’ai entendu, j’ai oublié où et le contexte que les émigrés allaient augmenter (si quelqu’un pouvait me préciser ce point)

    à propos de populisme les nôtres la ferment sur le Frexit depuis (je parle ici tant de Mélenchon que de Le Pen)

    1. Que s’est-il passé au GEAB ? j’ai du rater des épisodes. Il fut un temps où il était pro-européen.
      C’est devenu une banale gazette ultra-libérale.

  5. Chaque britannique individuellement est partagé. Le peuple, ou les peuples, britanniques sont partagés. Mais ils ont voté ! Le vote les a dé-partagés. Ils ont choisi la liberté, la souveraineté. Honneur à eux !
    Citation de Simone Weil trouvée dans « Sans la liberté » de François Sureau : «  L’esclavage avilit l’homme jusqu’à s’en faire aimer ; la vérité, c’est que la liberté n’est précieuse qu’aux yeux de ceux qui la possède effectivement. »

    1. « Ils ont choisi la liberté, la souveraineté. Honneur à eux ! »

      Oui : Vive les 38% d’Écossais qui ont voté Brexit (une mesure inapplicable), Merde aux 62% des Écossais (qui ont rejeté cette cornichonnerie) !

  6. La cornichonnerie, c’est l’Europe telle qu’elle se construit.
    Elle nous protège ! nous disent-ils tous. Mais ils nous disent aussi qu’il faut la refonder si nous ne voulons pas qu’elle s’écroule. Un peu fragile, cette protection…
    Elle nous permet de damner le pion aux Américains ! nous disent-ils aussi. Mais chaque traité européen contient une clause interdisant aux Etats-membres tout action contraire aux intérêts de l’Otan. En fait de pion, le pion c’est l’Europe.
    De l’immigration à la politique étrangère en passant par l’arrêt des livraisons d’armes à la Turquie ou la transition écologique, l’Europe est incapable d’avoir sa propre position, sauf si elle peut s’aligner sur les Usa (ou, en matière d’immigration, en s’alignant sur le moins-disant humanitaire…)
    Et puis cette faribole de « concurrence libre et non faussée » : l’UE est au service du capital, c’est ça la vérité des choses. D’ailleurs ses principaux dirigeants ne sont-ils pas, plus ou moins tous, d’anciens ou de futurs collaborateurs de Goldman-Sachs ?
    Et puis enfin… avoir mis à la tête de la Commission l’ancien premier ministre d’un paradis fiscal… faut l’faire !
    (Et je ne parle pas de l’euro, le Royaume Uni n’étant pas concerné.)
    La GB a voté pour quitter ça, je la comprends et l’envie, ça est une cornichonnerie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.