La une du « National » d’aujourd’hui, par Duncan Sutherland

Comme le suggère cette une, le principal message du mouvement indépendantiste écossais à l’électorat écossais pour ces élections anticipées au Royaume-Uni n’est pas tant qu’il serait souhaitable que l’Écosse évite le Brexit, mais qu’elle le fasse pour ne pas subir de dommages économiques catastrophiquement inacceptables, le seul moyen certain d’échapper au Brexit étant de quitter le Royaume-Uni.

Dit rapidement, l’argument est que l’Écosse, qui a subi une émigration massive tout au long du XXe siècle et qui se trouve aujourd’hui handicapée à la fois par un taux de natalité relativement faible et une population vieillissante, doit maintenir le niveau d’immigration que l’adhésion à l’UE a rendu possible afin de connaître une croissance économique. Si l’Écosse est traînée hors de l’UE par le Royaume-Uni, elle ne disposera pas d’une main-d’œuvre suffisamment qualifiée pour que la croissance économique soit possible, et son économie stagnera en conséquence, surtout si le Brexit restreint drastiquement l’immigration pour satisfaire le public anglais qui soutient Brexit et qui, contrairement au public écossais anti-Brexit, est animé par un désir profond de réduire la part de la population britannique composée de personnes d’origine étrangère.

L’illustration en première page du National fait habilement allusion à l’image embarrassante que présente actuellement le Parlement impérial du Royaume-Uni : un édifice mal entretenu et en ruine qui n’est plus adapté à son usage.

Partager :