Nous sommes quand même bien équipés !

Ouvert aux commentaires.

J’écoute en ce moment un concert d’Andrés Segovia (c’est en effet pour vous faire sourire que je prétends n’écouter que de la musique de cow-boys), et il y a dans son auditoire – il y a un demi-siècle de cela -, une personne qui aurait beaucoup mieux fait de rester chez elle (la civilité se perdait donc déjà en ces temps reculés !) parce qu’elle tousse abondamment.

J’ai déjà écouté ce concert autrefois, mais je n’ai aucun souvenir d’avoir attaché la moindre importance à ce ou à cette cacochyme impénitent ou impénitente. Mais aujourd’hui, apparemment, je n’entends que cela : la menace que constitue ce dangereux tousseur ou cette dangereuse tousseuse ! Nous sommes décidément bien équipés pour nous protéger du danger !

À moins, bien entendu, que nous nous forcions à ignorer les alertes que nous lance notre corps bien décidé toujours à être plus prudent que notre esprit, sans doute raffiné et cultivé, mais aussi frivole et volage.

Partager :

11 réponses à “Nous sommes quand même bien équipés !

  1. Avatar de Christian Brasseur
    Christian Brasseur

    Cela ne s’appelle-t-il pas s’adapter?

  2. Avatar de Decoret Lucas
    Decoret Lucas

    Hé bien ça m’a toujours irriter, et c’est toujours au mauvais moment!
    Suis je pour autant prédisposé au cancer du poumon?

  3. Avatar de Dominique-e
    Dominique-e

    Pourquoi on tousse ou pas et à quel moment pendant un concert ?
    Tout simplement parce qu’une personne proche de vous pendant le concert s’est aspergée d’une laque ou d’un parfum auquel vous êtes allergique. Vous quittez le concert pour ne pas importuner vos voisins. Qui est le plus désagréable, associal, le tousseur ou le quidam qui ne pense pas une seconde qu’il est toxique pour les autres ?
    Vous toussez pendant les pauses parce que les codes sociaux vous inclinent à ce comportement.
    Tout ça est bien irritant comme le dit Lucas !

    1. Avatar de Decoret Lucas
      Decoret Lucas

      Pour sûr , j’ai remarqué pendant de nombreux spectacles de théâtre , que les quintes arrivaient en nombre au moment du spectacle le plus dérangeant, remuant, ou très chiant.
      Toujours à des points culminants que notre corps se décide à expectoré goulûment.
      Pendant les conférences notamment de Yves Coppens, c’est souvent quand il prononce des noms propres.
      Allez savoir…

  4. Avatar de cooksonia
    cooksonia

    Rien à voir avec le sujet.
    Je vous aurais bien envoyé des fleurs pour l’anniversaire du blog mais je pense que vous n’avez pas besoin de moi pour ça. Moi et d’autres lecteurs de votre blog sommes subjugués par votre manque de modestie. Vous vous dites psychanalyste mais êtes vous allez au bout de l’expérience. J’en doute.

    1. Avatar de Paul Jorion

      C’est très gentil pour les fleurs. Pour le reste, je ne peux que vous recommander de vous familiariser avec la psychanalyse, mon attitude vous apparaîtra tout différemment. Cela fera aussi baisser votre colère.

      1. Avatar de cooksonia
        cooksonia

        Je ne suis pas en colère. Je pense que cela nuit à votre discours. C’est dommage.

        1. Avatar de Paul Jorion

          Pouvez-vous dire plus précisément où est le souci, et en quoi il nuit à mon discours ?

    2. Avatar de Decoret Lucas
      Decoret Lucas

      Monsieur le souci c’est que vous n’avez pas besoin de ce commentateur pour avoir des fleurs. Si j’ai bien lu

  5. Avatar de François Corre
    François Corre

    Euh, plus ou moins d’actualité. 😉
    « And who by fire, who by water »… Javier Mas, et Leonard Cohen bien sûr.
    https://www.youtube.com/watch?v=Gwwa9SxktWc&list=PLIwg_FjzKiKGsyv1W6y1r7lqbTG48OvMX

  6. Avatar de Juillot Pierre
    Juillot Pierre

    En écoutant et lisant votre billet intitulé « Nous sommes quand même bien équipés ! », et en concomitance avec votre réflexion pertinente sur ce que nos sens sont en capacité de s’adapter aux dangers, en fonction indépendante de ce que notre « l’esprit » choisie de se divertir, de nous distraire même dés-fois… j’ai eu envie de partager ce que à l’insu de votre histoire, le « laisser libre cours à mon imagination », donne comme sens à une perception de ce qui est fonction des thèmes dominants l’actualité et des façons dont les médias de masse, la « société civile », et « le politique » y réagissent, ou évitent de trop s’y attarder… selon.

    « Dystopie satirique et cynique au sujet du coronavirus et autres « distractions »… ?

    La fédération du medef de Mulhouse, se joint aux inquiétudes des politicien.e.s de droite extrême, et d’ailleurs… qui craignent que parmi les personnes les plus fragilisées, exposées au risque de létalité du coronavirus, celles de plus de 50 ans, jusqu’à 65 ans (ce fameux âge de départ à la « retraite pivot »), que les entreprises trouvent de moins en moins rentables en CDI, voire même en CDD très courtes durées, temps partiel contraint… ne puissent plus grossir les rangs des « bénévoles contraints », du « devoir de travailler gratuitement », contre un droit au RSA (du moins pour celles qui le demandent, qui savent qu’elles y ont droit, n’ont pas honte de faire valoir leur droit, sachant que plus de 30% des « bénéficiaires » de celui ci, au niveau national, ne touchent aucun « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux, qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent » – NON RECOURS)…

    Sur ce terrain électoral d’exception où le « concordat » est illustratif des inégalités scolaires, « sociétales », territoriales… l’anxiété soulevée souligne le risque de « grave perte économique », de la dangerosité d’une importante déstabilisation sociale, pour les entreprises, etc, et le tissu économique qu’elles représentent, si les « travailleur.e.s gratuit », les « bénévoles contraints » venaient à disparaître. Il est demandé à l’État, une compensation conséquente (budgétaire et en « nature », par l’importation de nouveaux-nouvelles chômeur.e.s des plus discriminé.e.s, « incultes », en « fin de droit » – quitte à ce qu’un nouveau 49.3 réduise les critères d’attribution de droit à une indemnité chômage), qui ne pourrait être comblée seulement, que par les « économies faites sur les dépenses sociales » qui cesseraient d’être redistribuées aux victimes du coronavirus et à leur famille (au niveau national, les « inégalités de destin » comme qualifie « Jupiter » les cas de NON RECOURS – au RSA, aux allocations logements, etc – font faire plus de 10 milliards d’euros par an « d’économies faites sur les dépenses sociales »)… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta