La confiance que nous accordent ou non les marchés – Merci beaucoup !

Alain Trannoy : Coronavirus : « Le freinage volontaire de l’économie française ne peut être poursuivi sans danger au-delà d’un mois », Le Monde, le 21 mars 2020.

Mon commentaire :

Dans l’article : “La capacité des marchés financiers à nous faire confiance dans le contexte actuel, les yeux fermés, risque de s’évanouir très vite”.

C’est pour cela, cher Monsieur, qu’une pandémie est qualifiée de “fléau”. Heureusement pour nous les marchés financiers sont aussi infectés que nous-mêmes et ont d’autres soucis que de nous faire confiance.

Partager :