Allemagne : les prémices de la deuxième vague, par Alexis Toulet

Ouvert aux commentaires.

Le déconfinement allemand est moins précipité que le nôtre : d’une part les cas outre-Rhin avaient vraiment diminué avant le démarrage du déconfinement le 20 avril, d’autre part ils ne sont jamais montés au même niveau que chez nous. Cela n’a pas empêché leur virologue vedette Christian Drosten de dire que tout cela semblait trop précipité et bien imprudent, certes, mais enfin ils ont quand même été nettement plus prudents que nous.

Et que croyez-vous qu’il arrivât ?

« L’Institut Robert Koch estime le nombre de reproduction R à 1,1″

Rappelons que le taux de reproduction du virus R doit être inférieur à 1, et de préférence assez nettement, pour que l’épidémie soit en train de s’éteindre. Si le taux remonte à un niveau plus élevé que 1, c’est la propagation qui repart. L’Institut Robert Koch, c’est peu ou prou l’équivalent local de l’Institut Pasteur chez nous.

Mercredi, l’Institut Robert Koch indiquait encore un R de 0,65. Depuis lors, le taux de reproduction n’a cessé d’augmenter. Vendredi, la valeur a été estimée à 0,83. (…) Selon l’IRK, la valeur R est actuellement de 1,1 – mais avec une probabilité de 95 % dans l’intervalle de 0,90 à 1,34.

Eh oui, moins de trois semaines après le début de son déconfinement progressif, l’Allemagne voit déjà les prémices de la deuxième vague.

D’ailleurs à propos de voir quelque chose, dans le bulletin de situation du 9 mai de l’Institut Robert Koch en haut de la page 9 on trouve un graphique temporel du nombre des contaminations du jour donnant lieu à maladie plus tard – cas asymptomatiques exclus donc. Les données des premières jours de mai sont encore assez incertaines, mais… ne voit-on pas déjà quelque chose ? (graphique reproduit ici tout en haut du billet).

Ah oui, sinon, il y a eu de grands rassemblements dans un certain nombre de villes pour protester parce que le déconfinement ne progresse pas assez vite. La manifestation de Munich avait bien été enregistrée, mais pour 80 personnes… il y en a eu 3 000. Et toutes ne respectaient pas les règles de distanciation, rassurez-vous (3)

Je ne sais pas pourquoi, mais je le sens de plus en plus mal ce déconfinement en France…

Partager :

56 réflexions sur « Allemagne : les prémices de la deuxième vague, par Alexis Toulet »

  1. Merci de nous donner des arguments scientifiques sérieux comme quoi un virus respiratoire n’est pas saisonnier… autre qu’une courbe qui tend à repartir à la hausse, ce qui est bien normal vu qu’on déconfine avec une « immunité de groupe » aussi faible qu’elle l’est dans la plupart des pays… est-ce que ce très léger rebond qui n’est confirmé nulle part ailleurs par un rebond d’ampleur, vous autorise t-il et autorise t-il les scientifiques à prédire une 2ème vague… 2ème vague qui, pour beaucoup, serait pire que la première…

    1. L’argument scientifique est très simple :
      – Un taux de reproduction du virus supérieur à 1 a pour résultat le passage à un mode de propagation exponentiel c’est-à-dire que la circulation du virus commence à augmenter, plutôt qu’à diminuer
      – Or c’est ce qui arrive en Allemagne, d’après les estimations de la situation produites par l’institut de référence allemand sur le sujet.
      – Donc la circulation du virus est maintenant en train d’augmenter en Allemagne

      Cela s’appelle une deuxième vague. Plus précisément ses prémices, étant donné que le taux de reproduction n’augmente fortement que depuis trois à quatre jours et vient seulement de passer au-dessus de 1.

      Concernant les coronavirus, parmi les six déjà connus avant le Covid-19, quatre ont un comportement saisonnier – les quatre qui sont bénins et ne provoquent que des rhumes – un n’est pas saisonnier le MERS, le cas du sixième le SARS de 2003 n’est pas très clair.

      Il ne serait donc ni surprenant que Covid-19 soit saisonnier, ni qu’il ne le soit pas.

      1. Merci pour votre réponse mais excusez-moi, il n’y a rien de scientifique dans ce que vous énoncez… le R qui passe de – à + ne dit pas que nous allons avoir une deuxième vague… d’ailleurs nous n’en avons jamais eue avec un coronavirus et nous n’avons jamais confiné de population dans notre ère… donc on ne peut pas établir de modèles, que ce soit sur la base d’un raisonnement scientifique ou probabiliste… comme déjà dit, il est normal que le déconfinement provoque une augmentation du R, ça ne signifie pas que nous allons avoir une 2ème vague, 2ème vague dans l’esprit de beaucoup, supérieure à la 1ère et c’est ça qui me gêne dans vos énoncés… cette instillation de la peur dans l’esprit de beaucoup de gens… la peur est mauvaise conseillère, désolé de le dire de cette façon mais elle génère des comportements irrationnels et dangereux… tel le port des gants qui est pourtant contre-indiqué, sauf que je vois de plus en plus de gens qui en portent…

      2. @ Jeff Lebeaufski, vous dites à Alexis Toulet qu’il n’y a rien de scientifique mais visiblement vous-même vous montrez que vous n’êtes pas à l’aise avec les maths (mon humeur est à l’euphémisme).
        Il suffit de lire vos remarques sur R0. Mais j’arrête là, ça ne sert à rien.

      3. Bonsoir,
        à Jeff Lebeaufski : pour appréhender correctement une demonstration scientifique, il faut admettre quelques pré-requis acceptés par toute la communauté scientifique.
        Le pré-requis ici nécessaire est mathématique et s’enseigne en 1ere : les termes d’une série géométrique de raison inférieure à 1, tend vers 0, et pour raison supérieure à 1, tendent vers l’infini.

    2. @ Jeff Lebeaufski,
      Vous êtes confiné à ce point que vous n’entendez pas parler ni de Singapour, ni de la Corée du sud ?
      Et puis on va avoir encore et toujours à répéter le même argument évident : le début d’une exponentiel , c’est pas grand chose.

      1. Jacques, voici l’explication pour Le-beauf-ski(e) dans la tradition franchouillarde (de Bouvard et Pécuchet à Super Dupont via Georges Feydeau) :

        « Exponent-ciel ! mon mari ! »

        Ca avait pourtant bien commencé, la petite montée déconfinée s’accompagnait d’un plaisir dans un coin du cervelet ou de l’hypothalamus.

  2. Vous n’y connaissez rien.
    Faites confiance à Sibeth
    https://www.valeursactuelles.com/politique/transparence-totale-la-nouvelle-grosse-intox-de-sibeth-ndiaye-119138

    Bientôt vous verrez que les clusters de Dordogne et plus récemment d’Aquitaine n’étaient que des allergies saisonnieres.
    Plus sérieusement, dans ma region rouge écarlate, certains personnels hospitaliers sont invités à prendre congé et revenir en forme en Juin en prévision de la seconde vague.
    A suivre …

    1. « dans ma region rouge écarlate, certains personnels hospitaliers sont invités à prendre congé et revenir en forme en Juin en prévision de la seconde vague »

      Sous toutes réserves s’agissant d’une estimation « au doigt mouillé », mais enfin puisqu’on n’a guère que le doigt mouillé de disponible :
      – Le regain de cas observable sur le graphique ci-dessus dans les tous premiers jours de mai ressemble assez à la situation sur le même graphique dans les tous premiers jours de mars. Sachant que la première vague était vraiment très très visible en Allemagne dans la semaine du 16 au 22 mars, et supposant que la dynamique soit assez semblable la deuxième fois, la deuxième vague serait très visible dans la semaine du 18 au 24 mars. Soit en gros un mois après le début du déconfinement allemand le 20 avril
      – Ce qui donnerait si la situation était assez parallèle dans le cas français une deuxième vague très visible vers le 10-15 juin… en effet

      Bien sûr, il y a de multiples incertitudes, et dans le sens positif parce que les moyens de détection des cas et de leurs contacts sont sans commune mesure avec ceux disponibles en mars, et dans le sens négatif parce que la situation française est nettement plus sérieuse que celle de l’Allemagne.

      Mais le mois de juin, peut-être vers le milieu du mois… ça n’a pas l’air d’une trop mauvaise estimation en effet.

      Sinon, on commence à parler de rationnement des médicaments nécessaires à la réanimation. On n’y est pas encore, mais il y a de premières « tensions » sur les approvisionnements (1)

      Ben oui, la demande mondiale est actuellement énorme. Sans compter que ces médicaments ne sont plus produits qu’en Chine et en Inde (désindustrialisation, tout ça…), pays auxquels il serait difficile de reprocher de donner la priorité à leurs propres citoyens en cas de pénurie, tandis que la capacité de surenchère monétaire (dollars fraîchement issus de la planche à billets) et géopolitique (« vous allez voir ce que vous allez voir ! ») des Etats-Unis est probablement sans égal…

      Ce n’est VRAIMENT pas le moment d’avoir une deuxième vague, parce que s’il faut rationner les réanimations, une partie de ceux qu’il aurait été possible de sauver de cette manière… ne seront pas sauvés.

      (1) https://www.laprovence.com/article/papier/5981792/vers-un-rationnement-des-medicaments-de-reanimation.html

      1. Boah, ça sera fin juillet.
        Le R0 va se trainer à 1.2, à la louche, ici ou ailleurs, puisqu’on commencera à partager des informations qui font (enfin) sens (non je rêve).
        Et puis il faut que les grands Coucours aient lieu (PACES, Grandes Ecoles), sinon, c’est l’âme française qui vraiment vraiment, en vérité je vous le dis, fout le camp.
        Sans zélites et sans jambon-beurre qu’allons nous devenir, arrrghh , rhqouhwouqhowuo snif bouh, nos larmes vont augmenter les niveaux océaniques…

  3. Je me posais des questions basiques. De ce que je lis de ce taux de reproduction (en a-t-on expliqué les données sur le blog ?), je constate que deux critères sont liés au respect des consignes, et un serait lié à une pratique « ethnique » ou nationale, la densité de contacts par jour :
    « le risque de contracter le virus lors d’un contact (d’où l’éloignement de précaution :-), le nombre de contacts par jour (d’où la mise en place du confinement – et les variations nationales de contacts humains, mais aussi la densité locale de population), et le nombre de jours où une personne infectée est contagieuse (jusqu’à 14 jours pour le coronavirus) ». Ce dernier critère pourrait évoluer avec les mutations du virus.
    J’ai bon, là ?
    Et comment les variations de ce taux sont-elles calculées ? On voit par votre citation que la fourchette est vaste. On sent que les chiffres pourraient faire l’objet d’une discussion, ici aussi !

  4. Comment un dé-confinement avec port du masque et distanciation sociale permet d’avoir un R0 supérieur à 1 ?
    Comment en Suède ont-ils une chute des infections, donc un R0 inférieur à 1 ?
    Il y a un paramètre qui m’échappe.

    1. https://www.youtube.com/watch?v=6rDHLHEFkhc
      Le R0 est une fantaisie mathématique… sans être un « Raoultien » forcené, je pense qu’il faut relativiser les choses… d’ailleurs Mr Raoult n’a jamais dit contrairement à ce que j’ai pu entendre… comme quoi certains « opposants » n’hésitent pas à déformer ses propos… il n’a jamais dit qu’il n’y aurait pas de 2ème vague, il a dit qu’on n’en avait jamais vu jusque là…

    2. En suède, on n’a qu’une boutique au village et les stations services automatiques.
      La topologie du réseau n’est pas la même (nombre de « liens » = degré du réseau, et structure « fractale » dans les bons sous-types).

      Alors oui il y a les grandes vllles, et j’ai l’impression qu’il y a comme un gradient entre Copenhague, Lund/Gotegorg Stockholm et qu’après Uppsala ça doit être le calme assez plat, comme au fin fond du Dakota ou du Wyoming en ce moment.

      Qu’en pense les gloutons ? (carcajous, Jarv , Wolverine) ?

  5. Un ressenti concernant ce déconfinement que, moi non plus, je ne sens pas : résidant en centre-ville (en l’occurrence à Strasbourg), je peux constater dans les rues une absence de précautions chez d’assez nombreux passants : qui se frôlent en se croisant, qui – pour la majorité – ne portent pas de masque, qui ne se préoccupent guère de s’assurer d’une distance minimale dans les supérettes etc. D’un côté, j’ai bien du mal à en vouloir à toutes ces personnes : je me suis laissé aller, ces derniers jours, à espérer goûter enfin le printemps. Mais le problème tient bien, me semble-t-il, aux côtés retors de ce rogntudju de virus qui ne cesse de contraindre à adopter des habitudes contre-intuitives.
    C’est à ce niveau que, face aux décisions erratiques de nos dirigeants, une attitude critique pourtant on ne peut plus saine peut se conjuguer avec un biais complotiste véritable, donnant ainsi à nos éditocrates et autres premiers de cordée l’illusion regrettable que, décidément, eux ils savent, et que les voix discordantes n’expriment que ressentiments, passions tristes ou autres mentalités nécessairement « populistes ». Je constate en effet une certaine tendance, et pas seulement chez les adeptes du Donald, à voir dans le principe même du confinement une manœuvre sournoise de type dictature orwellienne. Ainsi, partant d’une attitude critique, on passe progressivement à l’idée que nous sommes déjà dans une « stratégie du choc » (ce qui, en soi, ne me semble pas exclu – tout au moins dans les intentions de certains, comme au medef) jusqu’à celle d’un fichage par puce lors d’un futur vaccin. Le problème tient moins à la possibilité d’une telle perspective que dans la part que jouent, dans une telle idée, les contraintes pénibles liées à la pandémie. Il y a en effet quelque chose d’inacceptable dans le fait que l’on ne puisse plus approcher, toucher, embrasser nos congénères. Au bout du compte, on peut être amené (1) à se convaincre qu’il serait préférable de croire que tout cela (i.e. la nécessité de pratiquer certains gestes, voire l’existence du virus lui-même) n’est qu’une gigantesque fake new, plutôt que de continuer à croire que le danger est réel, puis – et c’est là qu’est l’os – (2) à oublier que l’on fait le choix de cette croyance, non de manière rationnelle, mais pour des raisons purement affectives (le manque de contacts humains).
    Et, bien entendu, si comme je l’estime fortement probable, on devait donc rapidement se reprendre une deuxième grosse couche de covid, et donc de confinement, je me demande si nous éviterons que s’y ajoute une épidémie de violence mimétique. Surtout si les premiers de cordée de l’Olympe s’obstinent dans leur politique du grand n’importe quoi…

    1. Ben oui et on re-citera encore Churchill disant à Chamberlain qu’il aurait le déshonneur et la guerre… un Chamberlain devenu depuis le symbole du parapluie (il ne sortait jamais sans au cas où…)… alors n’oubliez pas votre parapluie, le déluge n’est pas loin… n’oubliez pas votre masque, le covid vous guette… à se protéger de tout, on finit par ne se plus se protéger de rien… à vouloir toujours éviter le pire, on finit par se le prendre dans la g….. sous une forme ou une autre et si aujourd’hui le covid fait l’actualité, demain ce pourrait être la rue qui reprenne le flambeau… le « feu » des « gilets jaunes » n’est peut-être pas complètement éteint et pourrait renaître sous une autre forme… comme quoi, la 2ème vague vous l’aurez même si ce n’est pas celle que vous redoutez…

      1. Question de sensation, peut-être ; ou de sentiment ; ou de pressentiment. À moins qu’il s’agisse de flair… ou pas.

      2. C’est plutôt signe que si vous avez du flair , vous n’êtes pas encore touché par le coronavirus .

        Un test comme un autre .

    1. Le gouvernement n’est pas d’accord sinon ce serait obligatoire… et il ne peut avancer le prétexte d’un nombre insuffisant de masques puisque tout le monde peut en avoir aujourd’hui, même en tissu ou confectionné de manière rudimentaire… voir même une écharpe car le but du masque n’est que de protéger l’autre en ne lui envoyant pas de postillons à la figure…

    2. Les français sont ainsi faits que j’ai entendu un  » auditeur » demander si , portant un masque , il pourrait se contenter de le mettre au menton pour mieux respirer .

      Il va bien falloir un décret pour préciser que les cons devront obligatoirement porter un masque couvrant la bouche et le nez .

  6. Parmi les facteurs susceptibles de faire déraper la belle mécanique allemande dans la gestion du Covid-19, notons celle-ci sur les travailleurs pauvres et exploités venant de l’est européen :
    https://www.ouest-france.fr/europe/roumanie/coronavirus-en-pleine-epidemie-les-travailleurs-roumains-corveables-merci-6825346

    Derrière les décors ripolinés, riches et beaux, il y avait de beaucoup choses écœurantes et laides cachées. Cachées ? Sans doute pour ceux qui ne cherchaient pas à les voir. Une fois de plus cette peste agit en révélateur. Trois exemples dans le flot d’actualité et qui peuvent être mises en perspective.

    À Singapour, tout paraissait sous contrôle et le virus presque éradiqué mais un confinement a été imposé car les soutiers immigrés vivent dans de très mauvaises conditions, d’où le retour du Covid-19.

    En Allemagne on parle des travailleurs bulgares ou roumains dans les abattoirs et autres lieux.
    (Les abattoirs industriels ce n’est pas une réalité bien agréable à voir si l‘on veut bouffer sa barbaque ─ un grand merci à mes amis de L214. Comble de l’absurdité et de l’infamie d’un monde régi uniquement par une cupidité psychopathe : des cochons bretons sont envoyés en Allemagne pour être abattus dans des abattoirs évidemment bien plus « rentables », aux « coûts » salariaux de niveau bulgare. Et cette dégueulasserie agroindustrielle s’est amplifiée en dix ans :
    https://www.20minutes.fr/monde/2702707-20200124-deux-milliards-animaux-vivants-transportes-2017-monde

    C’est sûr, si on pouvait les faire survivre en camion jusqu’en Bulgarie, ils n’iraient pas en Allemagne.)

    Genève, une des villes où se concentrent les plus grandes fortunes, découvre « ses » pauvres qui crèvent de faim. Pourquoi ? Toujours une saine application de l’optimisation des « coûts » salariaux. Des ordures gagnant x 100 k€/ mois font travailler des nounous Philippines au noir. Les Maîtres étant en télétravail, elles sont renvoyées dans leurs taudis « invisibles ».

    Partout sont mis à jour les saloperies de notre civilisation issue directement du néolithique : sous les magnifiques monuments du forum impérial, la cloaca maxima. Rien de neuf sous le soleil sauf peut-être que l’on n’a même pas de beaux monuments en marbre, juste d’immenses et ridicules parallélépipèdes phalliques aux parois de verre.

    Il semblerait que l’on ait ainsi la parfaite démonstration qu’une telle épidémie ne peut être surmontée que par des actions visant à réduire drastiquement PARTOUT les immenses inégalités creusées au sein de l’espèce humaine et en changeant drastiquement les règles du jeu. En écrivant cela, je comprends que l’obstacle est colossal car en face, ils sont presque fous : si on ne leur prouve pas qu’il y a du pognon à faire, ils n’agiront pas et comme il y a simplement pas de pognon à faire dans le trimestre mais uniquement à pouvoir continuer à en faire à plus long terme, alors c’est hors de leur horizon cognitif. Qu’ils vont tout perdre et eux avec nous.

    Bon, tout ça, Paul Jorion l’explique mieux que moi dans cette émission :
    https://www.pauljorion.com/blog/2020/05/09/rfi-eco-dici-eco-dailleurs-le-monde-dapres-samedi-9-mai-a-12h10/

    1. Ces pauvres cochons sont décidément baladés sans vergogne . Il y a une vingtaine d’années , ils arrivaient d’Allemagne en train jusque dans la vallée du Rhône pour être repris en camions et grimpés dans les monts du Pilat ou ceux du Lyonnais ( Saint Symphorien sur Coise , Olida )pour être transformés en saucissons français .

      1. @ Juannessy,
        Je suppose qu’on pourrait multiplier les cas concrets que chacun a pu vérifier sur le terrain (sauf des citadins incultes, inculturés…)

        Cette histoire de l’élevage industriel, c’est la totale. Les animaux sont produits dans des conditions abjectes (et dangereuses pour le consommateur : cf. antibiotiques nécessaires avec la concentrations), ils sont transportés dans des conditions atroces et souvent inutiles (ne pas oublier que les cochons tués en Allemagne reviennent en carcasses chez nous), les éleveurs français en sont réduit à une forme d’assistanat. Les agriculteurs sont sans doute le seul métier où on accepte de bosser comme un dingue, sans vacances, pour un salaire de misère dépendant d’aides (prix négociés avec les grandes surfaces : illustration de la démonstration de P. Jorion). D’où les suicides.
        Lu quelque part : les cuisses de poulets produites en Pologne déstabilisent les marchés africains car elles sont meilleur marché que celles produites localement. Conditions de travail terribles en Pologne; misère de paysans africains.

        Sur tous ces faits, des applications de la loi (stricte sans dérogation et triche), des normes plus contraignantes, plus des INTERDICTIONS (j’ai lâché le gros mot!) ─ par ex. aucun transport d’animal vivant à plus de 100 km comme pour la dérogation des covidables ─, pourraient immédiatement améliorer les choses, pour tous, animaux compris. Sans oublier la spéculation sur TOUS les produits agricoles et alimentaires.

      2. Mcb
        Eh là Saint Symp. Je connais bien. Pour les saucissons français faut voir, je crois bien qu’après avoir été quelques années ricains , ils sont maintenant chinois….

      3. Merci de parler ce sujet fondamental, comment faire pour arriver à ce but de l’INTERDICTION de ces pratiques abjectes ?

  7. Je viens de regarder dans ma boule de cristal :
    1) il n’y aura pas de 2 ème vague
    2) Donald Trump va être reélu

    En vous remerciant bonne soirée

    1. @ Barnard,
      Vous nous mettez dans l’embarras : nous souhaitons que vous ayez raison sur le point 1 pas sur le point 2.
      On verra, on prend note.

    2. Secouez bien la boule. Nettoyez là. Puis réessayez.

      Ça arrive de temps en temps que ce genre de truc se coince. Pas de quoi s’inquiéter 🙂

    3. Ainsi votre boule « connaîtra son heure de gloire et deviendra célèbre, autrement dite consciente, l’espace d’un instant ». Faites tout de même un petit « reset »..

  8. COucou,

    Juste un petit point. UN, deux petits points. Les points des limites.; à ne pas dépasser ou alors plus rien n’a de sens. De sens economique. AU delà des ces points, Les protections, les assurances, les valeurs peuvent varier de – l’infini à + l’infini , sans raison, sans logique, sans boussole.
    Au delà des ces points, 1 million vaut 1 qui vaut 100 ou zéro. Egalité totale.
    Si ces points était début mai, et que la décision principale du déconfinement était ces points pseudos fatals à ne pas dépasser pour que le monde garde un sens …

    Ou alors, si ce petit virus était le début d’une mutation, le point de départ des camps de mutants, IGM permanent, parqués dans des camps, marqués d’un code barre, citoyen de deuxièmè zone, future réovlutionnaire des années 2200…

    Le confinement a rendu les gens maboules. Le point de déconfinement sera la dilution dans une normalité absurde.;la termitière, ou le point de départ d’une vitalité endormie, abrutie par des prévisions absurdes et invérifiables de pythies macrocéphales…

    ou

    Rien de tout çà, juste Un point d’inflexion, d’une épidémie banale, dans l’histoire des hommes, des malheurs et des pleurs puis un point final , demain, l’année prochaine, un rien, dans le mystère du temps qui passe.

    Bonne journée

    STéphane

  9. Avant le déconfinement une carte tricolore nous a été présentée et actuellement ne restent que les zones rouges et vertes (pour des différences assez ténues, on a déjà fait la remarque).
    Il y a eu un « cluster » en Dordogne. Le maire de Périgueux, Antoine Audi fait finement remarquer :
    « On a inconsciemment libéré un peu la vigilance des gens, et je trouve d’ailleurs que le fait d’avoir une carte de France en rouge et en vert n’est pas un bon signal. J’aurais préféré qu’il n’y ait que deux couleurs, ORANGE ET ROUGE, pour garder cette vigilance bien présente à l’esprit de chacun. Quand on est en orange, on est encore à un niveau d’alerte, alors qu’en vert, on ne l’est plus. » [Le Monde du 12.05.2020]
    Bien vu, non ?
    En Europe du nord (Allemagne, Scandinavie…), avant de repasser au vert le jaune s’allume alors qu’il y a encore le rouge. On m’a expliqué qu’en France les gens passeraient sans attendre au vert, comme ils passent souvent à l’orange (et en accélérant !) juste avant le rouge ─ enfin avant les salutaires radars de feu ne les calme un peu.
    Serait-ce un exemple d’autodiscipline, la même qui justifie encore la vitesse libre sur la majorité des autoroutes allemandes ? la même qui explique un confinement un peu plus souple dans ses modalités dans certains länder ?
    Cela dit, l’industrie automobile allemande a été pousse-au-crime avec ses brosses berlines aux moteurs inutilement surpuissants … Mais qu’en sera-t-il dans un futur proche ?

Les commentaires sont fermés.