12 réflexions sur « Greenpeace : « Climat : aux actes ! » »

    1. Moi je vais me lever et vous faire des commentaires de commentaire en disant que le commentaire du commentaire est inutile. O grand jeanson , À part faire des actions inutiles qui sont les mêmes depuis 30 ans dites-moi ce que vous pensez de cette action ? Car ce n’est pas sur une page de blog que nous allons passer à l’acte. Mais on dirait que vous n’avez pas compris le principe.

      1. Bien.
        J’observe que la banderole n’a pas même l’intérêt d’empêcher l’emploi de la grue.
        D’où il appert, Ô grand lucas, que la grue porteuse d’une banderole et les commentaires (des premier, second et troisième degrés) c’est tout un.
        Je sais, c’est ce que vous vouliez dire. Et moi aussi.

      2. Pas d’accord, ce blog est à mon avis un peu plus qu’une caisse de résonance pour ce qui se passe à l’extérieur et l’action, je dirais, y frémit.

        Et désolé, j’ai développé une sorte d’allergie au  » il faudrait  » ,  » tu devrais  »  » j’aurais du « ,  » j’aurai pu « .

        Je previens les nouveaux dans l’équipe , en leur disant :

        Attention, ici, c’est celui qui le dit, qui le fait…

      3. C’est pourtant ce qui fait le propre de l’homme ce grandiose futur antérieur alors Je vous comprends mais bon courage!! 🙂

      4. @ Jeanson Thomas
        Faisons en sorte qu’effectivement, cela permette de trouver les moyens adéquats de parvenir à ce qui est souhaité avec la motivation idoine.

        (Je crois que j’ai compris l’idée ! Depuis une petite bataille sémantique où je me suis interdit de dire « en fait », j’arrive à peu près à dépister les « riencatégorèmes« , nouvelle catégorie du discours du Bouquin que tous les spécialistes des médias et lecteur de PJ « Principes des systèmes intelligents » ont crypto-décrit).

        Du coup me revient l’interrogation : comment transmettre des outils et des savoirs, (Leroi-Gourha, m’a inspiré il y a bien longtemps sur ces thèmes), car c’est là ce qui s’appelle parler pour dire quelque chose.

  1. Pourquoi ne pas avoir plutôt immédiatement déployer une banderole  » Autoroutes : moins de 110  » ?

    1. Ah ils ne veulent pas les autoroutes A110 et suivantes, mais pour l’ A98, l’A102 ou encore l’A109, ça le fait encore ?

      1. Pas possible! nous avons 110 autoroutes? Comme les choses vont vite à notre époque. Tout s’accélère, ma bonne dame.

        Quant à la vitesse limitée à 110 km/h, y-zont qu’à venir par ici. Bien content que limitée par construction à 110 km/h, la bien surnommée ‘autoroute des Carpates’ ne soit pas limitée à 70km/h sur une seule voie et sur une distance de 30 km, en gros de Bellegarde à Nantua, long tunnel compris. Ça permet d’ailleurs d’apprécier soit la beauté indomptée du Jura, soit l’excellence du bétonneur. Dentelle de béton recommandée au niveau du lac de Sylans, lieu dit ‘la glacière’, une belle œuvre.

        Cette limitation entre en service l’été pour repeindre les trottoirs, ou traquer le brin d’herbe, y compris dans les tunnels, ou toutes autres activités programmées aussi absurdes. Elle entre aussi en service l’hiver dès qu’un flocon de neige (*) menace la sécurité des parisiens, aussi nombreux été et hiver. Avec cette ethnie, on n’est jamais trop prudent. Des fois qu’ils s’imagineraient que la Province est terre de liberté sauvage…

        De cette expérience maintes fois renouvelée hiver et été , j’en conclus que 70 km/h est bien suffisant. Largement.

        (*): si 2 flocons de neige sont présents ou menacent, la limitation (70km/h, 1 voie de circulation) est prolongée jusqu’au du col de Ceignes. Environ 10 km de plus.

Les commentaires sont fermés.