Les Américains seraient-ils de grands naïfs ?

C’est un souvenir d’enfance, une chose que j’entendais répéter : “Les Américains sont de grands naïfs !” Il y avait dans cette phrase tant de condescendance qu’il était difficile d’y prêter autre chose qu’une attention distraite.

Mais quand je lis la presse américaine ce soir : “M. Trump respecte-t-il encore les valeurs républicaines ?”, “Le président se soucie-t-il encore véritablement du bien public ?”, et ainsi de suite, une vision me vient, surgie de l’histoire, un quotidien allemand du début janvier 1933, affichant en titre : “Le respect de M. Adolf Hitler pour les institutions démocratiques est-il aussi ferme que ce qu’il nous assure ?”

La qualité de “grand naïf” est hélas universellement partagée : nous ferons pareil un jour ou l’autre, toujours béatement en retard d’une guerre.

Partager :

16 réflexions sur « Les Américains seraient-ils de grands naïfs ? »

  1. De la naïveté…

    Ou l’envie de faire durer encore un peu ce temps de Paix, tout en sachant qu’il est déjà mort.

    Quand j’ai raconté à certaines personnes ce dont j’avais été témoin à NDDL, certains et certaines m’ont tout simplement dit ” Non, ça n’a pas pu se passer de cette façon ”

    Ça touche au contexte de leur vie, à une représentation de l’état, des forces de l’ordres, du droit, qu’ils ne sont pas prêts à voir changer.

    1. @ Thomas
      Quand je raconte cette journée du 15 avril 2018 où nous y étions ensemble (toi de l’autre coté de la route où cela bardait encore plus que de mon coté), pareil ! les gens ne me croient pas.

      Voilà ce que j’en ai écrit :
      “Le 15 avril, il y avait sur un écran de fumée de la largueur d’une grande prairie, vers 19H00, au Nord-Ouest du Carrefour des Saulces, des ombres humaines de filles et de gars, jeunes, entourées de gerbes de terre de 5 mètres de hauteur, provoquées par des grenades, peut-être du type de celle qui a tué Rémi Fraisse. La terre sortait du sol, en apparitions brutales, se vaporisant finalement ; laissant à chaque fois, dans l’herbe, un cratère de 30 centimètres de diamètre et de 10 à 15 de profondeur.
      Il y avait des blindés (VAB), des drones, un hélicoptère et des armes. Des centaines d’armes servies par des centaines de “bleus” ; des militaires, déshumanisés, carapacés en robots ! Le tout crachait des milliers de munitions, qui s’abattaient sur la jeunesse la plus méritante et éclairée de France ; la plus méritante et éclairée de France parce qu’elle est celle, et la seule ! qui est globalement consciente du problème que pose la réalité économique, politique et écologique du système néolibéral ! Et la plus méritante aussi ! parce qu’elle a pris ce problème à bras-le-corps.
      Les grenades de désencerclement tonnaient par moment à une cadence de une par seconde durant de longues périodes de dix à quinze secondes.
      Bien sûr, ce n’était pas l’enfer de Verdun, autre “création” capitaliste.
      Mais il y avait des risques.
      Les flashballs, dans la fumée, fusaient à hauteur de tête – juste devant moi, un grand gars de 2 mètres s’en prit un dans la clavicule : plié par le choc, il chercha dans sa chemise, se releva et me tendit le projectile, presque sonné, ahuri de voir cet objet énorme apparu comme par miracle, tout comme l’hématome.
      Les corps sursautaient, les yeux et les nez piquaient, les oreilles bourdonnaient et sifflaient ; si bien que, souvent, on entendait les cris : “Médic ! Médic !” Je n’étais pourtant qu’en seconde ligne mais la peur était là, me harcelait. J’étais comme à la corvée, avec, vissée au ventre, l’envie de déguerpir et d’être ailleurs, mes mains relevant et plaquant mon col sur ma nuque, tout en espérant qu’une grenade n’exploserait pas à sa hauteur pour me l’arracher ! Rémi Fraisse était là, dans mes craintes, et à nos cotés. Alors que je ne pensais finalement qu’à passer au travers du déluge de plastique explosif.
      Ah ! le brave pleureur Collomb. Comme il devait bien s’amuser ! à rétablir “la sécurité” et “à protéger l’ordre public” et “nos concitoyens”.
      Les jeunes blessés étaient nombreux et lorsqu’ils arrivaient à l’hôpital, transportés par d’autres zadistes, ben ils n’étaient pas tous enregistrés comme blessé(e)s à NDDL ! Ainsi, il est plus facile de féliciter ensuite les forces du désordre pour leur maîtrise et leur professionnalisme. Désinformation toujours !
      Main arrachées, yeux détruits, traumatismes, plaies, contusions, bleus et bosses, tout cela ne compte pas pour les vassaux des financiers. Seules comptent les blessures des casqués : celles qui, pour la plupart, ils se sont infligés entre eux, dans les mêlées ! “Taper d’abord et voir ensuite”, telle est la devise de celle qui est devenue, sans broncher, la Gendarmerie Multinationale.”

  2. Les journaux sont effectivement appâtés comme partout dans le monde occidental par les élections présidentielle à venir. Il y a là un fond de commerce et un réflexe de survie comme le montrent les études sur la santé de la presse en France par exemple :
    https://threadreaderapp.com/thread/1281635510373556224.html

    Concernant la naïveté des américains, les faits sont têtus, mais il existe parfois des lueurs d’espoir, à un niveau local, comme ici là à New York :
    https://www1.nyc.gov/site/helpnownyc/get-help/covid-19-hotel-program.page
    bien loin de ce que l’on voit à Paris :
    https://flic.kr/p/2iRzT3T

  3. Bonsoir Paul,

    Ce que vous écrivez là me rappelle quelques titres tout aussi naïfs lus ici ou là dès 2015, mais pas qu’aux Etats-Unis ; exemple :

    https://www.jeuneafrique.com/mag/269304/politique/etats-unis-et-si-la-comete-trump-explosait-en-vol/

    De mémoire d’astronome amateur, la probabilité de voir de son vivant une comète exploser dans le ciel étoilé, est proche de zéro ; inconsciemment, l’auteur de cet article ne pensait donc pas réellement ce qu’il écrivait…

    Et en parlant de comètes, j’espère que vous profitez tous du spectacle magnifique qui nous est offert par la comète Neowise !

    https://spaceweathergallery.com/full_image.php?image_name=Michael-Jaeger-2020F320200712blueweb_1594628503.jpg

    Visible à l’œil nu, sur l’horizon, nord nord-ouest…

    Ça par contre, ce n’est pas tous les jours que cela arrive ! Cela devrait encore durer quelques jours, comme s’il fallait que le message de cette comète soit lu ; une comète bel et bien sage et prudente…

    Peut-être un tout dernier message important à notre attention jusqu’ici bien naïve en effet…

    Bonne nuit à tous.

    1. Je l’ai déjà raconté : ayant un jour été convoqué à faire partie d’un jury devant une cour en Californie, j’ai expliqué que ce n’était pas légal, n’étant pas citoyen américain. Comme les gens inventent des tas de trucs pour ne pas aller, on m’a dit qu’on ne me croyait pas, et que je devais faire la preuve de ce que j’avançais.

      Soyez un brave homme comme moi, et les pays se disputeront pour que vous soyez l’un de leurs citoyens, quitte même à anticiper !

  4. Un anthropologue avec un haut niveau de curiosité, travaillant de nombreuses années au cœur du monde de la finance aux États-Unis ; je ne sais pas si cela fait de Paul Jorion un « « « « « “américain”, mais peut-être bien… un agent double !

  5. Bonjour.
    De mon point de vu, la question sous-jacente, qu’on ne pose pas, est l’adhésion de la population à la démocratie.
    J’entends par démocratie : l’autodétermination des peuples, la possibilité de participer à la vie politique en agissant au sein des institutions, la possibilité de participer à l’élaboration des lois. La démocratie représentative est une modalité de ce système, la démocratie par tirage au sort en est une autre, les votations comme en Suisse en sont une troisième, etc.
    Force est de constater qu’une partie de la population n’adhère pas à cette démocratie. Parmi cette partie de la population, nous avons différents courants de pensés, ceux en faveur d’en chef ayant tout pouvoir, ceux en faveur d’une anarchie qui s’auto-organise, ceux en faveur d’une oligarchie qui se partage le pouvoir. J’en oublie très certainement.
    L’histoire occidentale regorge d’exemples, ceux qui me viennent le plus facilement à l’esprit sont les systèmes avec un chef ayant tout pouvoir : les Napoléons, Pétain, Franco, Salazare, Mussolini, etc. Coté oligarchie, le régime français n’est pas en reste depuis une vingtaine d’année, la représentation ouvrière dans les institutions a quasiment disparue.
    Quand une minorité non démocratique est à même de formater la communication de l’espace publique et la formation pour constituer une oligarchie grâce aux moyens financiers dont elle dispose, la question de penser la démocratie et la non-démocratie devient un sujet préoccupant, là où trop souvent la démocratie est communiquée dans les médias comme allant de soit.
    M. Trump fait manifestement partie d’une faction non démocratique du jeu politique aux Etats-Unis même si les journaux semblent seulement le découvrir au moment où il trébuche.

    1. Ben non , Trump a été élu par les 40 à 45 % d’américains qui se sentaient en voie de déclassement et qui voulaient une Amérique great again .

      Ça fait une “faction” un peu lourde .

Les commentaires sont fermés.