Ce que l’actualité m’inspire

J’ai répondu de manière très indirecte à une question qui m’était posée ce matin lors de la conférence à l’ESSEC sur la manière dont je m’informais : j’ai parlé du métier d’anthropologue, qui vous encourage à être un caméléon qui ne peut faire son métier correctement que s’il accepte d’absorber le monde autour de lui sans offrir de résistance ou opposer une vision préconçue à laquelle il tiendrait particulièrement. J’aurais pu ajouter que je lis et regarde tout ce que je trouve, en suivant le fil de l’association d’idées, sans crainte du coq-à-l’âne.

Tout ça pour vous dire qu’après avoir absorbé ma première dose d’info pour la journée jusqu’à 17h07, j’ai eu envie de vous montrer trois morceaux de Lana del Rey. Ce ne sont pas nécessairement mes trois préférés, de toute façon ça change selon les jours.

Il y a, malheureusement pour nous, des journées comme celle-ci, où l’actualité nous donne une seule envie : parler d’autre chose.

Partager :

32 réflexions sur « Ce que l’actualité m’inspire »

  1. Quand ça va pas fort , je me réfugie dans la langue russe, ou a contrario dans la sensualité à fleur de drame espagnole , ou encore dans la passion désespérée italienne , ou la résilience tzigane , ou …..:

    https://www.youtube.com/watch?v=kQmF31pn_fk

    https://www.youtube.com/watch?v=Kqy6GtUSozU

    https://www.youtube.com/watch?v=2G3bLB5LVIY

    https://www.youtube.com/watch?v=Oxms9jyhzhA

    Mais je n’aime pas , via des paroles que je comprends trop bien , abandonner mes blessures aux chansons françaises et il y en a pourtant de très « belles « .

    Le ton , le rythme , la voix médium , l’instrument medium , la mélodie , le souffle … sont alors un meilleur baume que des paroles inutiles .

    2
      1. Ah vous n’avez pas de blessures ?

        Si vous y avez échappé , vous verrez , c’est assez formateur et c’est ce que je vous souhaite de meilleur .

    1. Juannessy a raison, la réflexion et l’émotion peuvent avoir leurs traductions dans d’autres langues :



    1. C’est l’analyse du K via son « flux source » et son « flux destination », tous deux itémisés sur des catégories connues (p ex. « productif » ou « rente oisive » pour la destination).
      C’est pas faux, mais il me semble que les analyses de PJ reprenant le fil d’Aristote et des statuts des vendeurs/acheteurs éclaire encore davantage et au-delà des catégories mentionnées.
      Car pourquoi quelqu’un peut-il faire tolérer qu’il aura une rente pour avoir avancé son argent sans plus réfléchir (il l’a juste confié à un investisseur actif) sinon par une reconnaissance sociale du rôle de la fortune ? Elle va de soi certes à un point énorme, aujourd’hui mais bien des crises (individuelles comme Madoff ou collectives comme les subprimes ou les CDS) surviennent parce que la confiance a été fabriquée par le statut, et la loi de l’offre et de la demande est bien vite arrivée sur sa butée classique « sus aux moyens petits, qu’ils douillent, ça leur fait les pieds » avec le corollaire suivant si ça dure « mais faut-il vraiment nourrir encore tant de pauvres ? », car le fait qu’une société laisse une partie de ses membres passer sans trop s’en occuper sous le seuil de subsistance (les migrants de Dunkerque, les gilets jaunes dans certains cas, lire « Ceux qui restent » de Benoit Coquard, car les plus militants étaient justement ceux qui s’en tire dans des zones où l’état et le grand capital sont assez en retrait

      (donc plus même un café dans le village, très concrètement, la conséquence, montre notre Benoit Coquard est une re-création de liens « parallèles », un couple acceptant de faire « café tous les jours », chacun peut s’y inviter à l’heure de l’apéro, on reconstitue un groupe de « gens sur qui on peut compter », car le reste de la société n’offre pas grand chose « sur quoi compter »)

      1
  2. Du « coq à l’âne » , voir des génies aux cancres du monde virtuel .
    Qualité de ce blog , c’est qu’il inspire dans un monde qui expire.

    ..
    Perso , j’aime bien connaître la « Jorion opinion «  parce qu’elle est multi -culturelle. En France , au moment du nuage de Tchernobyl , il valait mieux sortir du cadre franco-français et lire les journaux suisse pour dėcouvrir que le nuage radio actif ne longeait pas la frontière. La culture de chaque pays emprisonne les cerveaux dans des certitudes locales , la différence de point de vue permet de remettre en cause ce que l’on accepte sans même s’en rendre compte.

    Les sources d’informations que sont les grands «  journaux « ne sont ils pas l’occasion d’un formatage de la pensée ?
    Les « grandes écoles » …. ne sont elles pas l’occasion d’un formatage de la pensée ?( voir l’ENA qui produit des personnes qui finissent par prouver qu’ils sont soumis aux mêmes dogmes économiques , qu’ils soient de droite ou de «  gauche ») .La pédagogie qui consiste à leur faire rencontrer des gens pas commun est une bonne idée.

    La question sur les sources avait sûrement une bonne raison . L’envie de connaître des « sources «  fiables , voir confidentielles ? Visait elle à déterminer le rapport entre propos et « sources «  ? Ou tout simplement aborder un problème qui touche de plus en plus de monde : comment gérer l’afflux d’informations qui, à l’ère d’internet , devient exponentiel .

    Tout se dont je suis certain , c’est que succession et accumulation de petits stress peut jouer le même rôle qu’un grand stress .Quand la somme des «  infos «  est par trop négative , il faut pouvoir décrocher , avant que l’imprégnation soit trop importante.
    A plus de soixante ans , je ne sais toujours pas si la musique libère les émotions ou guérit tout simplement .
    Possible que le langage soit bien plus complexe que des mots alignés les uns derrière les autres.

    Tout change mais rien ne change , quand les premiers hommes en avaient marre de la neige , probable qu’ils dessinaient …Jorion écoute de la musique.

    Que représente l’art pour un étudiant dont l’avenir est lié au commerce?
    Y’ a kékun ? Y sont où les Essec , accro au boulo déjà?

    PS : merci de ne pas toucher à la petite main verte .

    7
      1. Compte tenu de ce que le pays devient , ça doit plus ressembler à du désespoir qu’à de la nostalgie .

        Bonjour Julien , content de vous savoir toujours présent .

      2. Pour avoir vécu et travaillé aussi aux Etats-Unis – bien moins longtemps que Paul néanmoins – j’identifie ma tension investie à la nostalgie comme mode de résolution temporaire de la privation plutôt qu’au désespoir du renoncement.

        Bonjour juannessy ! Tant qu’il y a de la lumière, même si je suis au fond de la salle, je suis toujours là !

    1. De l’oncle de Donald, Picsou, … le vrai : un capitaliste pur jus et assez simple qui ne pense que très accessoirement, contrairement à l’agent orange (ou russe-orange) de la Maison Blanche, qui cherche lui à détruire la démocratie, non pas parce qu’elle l’embête en elle même mais parce que cela va de pair avec faire revenir le suprématisme blanc.

      1. Une boucle serait-elle en train de se boucler dans l’Histoire US ?
        De Ronald à Donald : Ronald Reagan et le clown Ronald McDonald (image même de l’Amérique triomphante des burgers) / Donald Trump et l’oncle de Donald le canard, Piscou [Scrooge McDuck], l’image du fric sans limite.
        L’acteur qui annonce la mise en place l’ultralibéralisme ; le fou qui survient sur les folies provoquées par ces décennies…

      2. Les USA modernes se sont construit en opposition à la défunte URSS. Une armée surpuissante.
        La Chine moderne s’est construite comme la machine à exporter de la camelote pour s’affranchir du joug américain.
        Que ce soi l’Empire actuel que celui le défiant, on reste chez les fous.

  3. John Lee Hooker – Boom Boom (from the Blues Brothers)
    Que du bonheur !

    Plus récent, Clutch -The regulator:

    Ça démarre blues pour finir en bonne rage rock’n’roll.

    Hauts les cœurs, tant qu’il y a de la musique. Et si après le grand effondrement nous ne pourrons plus écouter toute la musique du monde dans notre canapé, on chantera le soir autour du feu en tapant en rythme avec des bouts de bois 😉

    1
  4. Quand l’air devient irrespirable, brancher-vous sur une bouteille d’art, (musique, poésie ou littérature).
    C’est mieux que l’opium.

    1. J’approuve ( franchouillard …) même si des musiciens , des poètes et des écrivains sont passés par l’opium .

  5. Ce que l’actualité m’inspire :

    Synthèse impossible de la vox populi, de la démocratie pour gérer l’abondance, pour la survie vox populi ?
    L’anthropologie mère de toutes les sciences ?
    Pouvons-nous échapper à la subjectivité – la physique quantique semble nous l’infirmer.
    La vérité – dogme ou persévérance ?
    L’homme – espèce ou intrus dans le genre animalier ?
    Le sens – causalité ou signifiant ?
    Vivre – nécessité ou conscience ?
    Exister – volition ou société ?
    Aimer – besoin ou jonction ?

  6. Alors, monsieur Jorion, c’est bien les vacances ?! 😉 (Je sais ce que vous allez me répondre, que vous finissez un livre, en écrivez deux autres, préparez un cycle de conférences, etc. Je limite juste la dose de smileys…)

    Rien à voir :

    Parallèle entre complotisme et sorcellerie chez Finkie ce matin. Qu’en pensez-vous ? Sur la base de la présence d’un persécuteur et d’un persécuté, la recherche d’une intention maligne, d’un instigateur quelque part. Est-ce suffisant ?

    Bonne journée et bonnes vacances ! 🙂

Les commentaires sont fermés.