15 réflexions sur « Covid-19 : Pourquoi le Blog de PJ est alarmiste »

  1. Le problème des 700 000 tests actuels est surtout qu’ils ne servent pas à grand chose car la politique de dépistage est nulle et non avenue comme l’a expliqué récemment Catherine Hill (épidémiologiste confirmée). https://www.lemediatv.fr/emissions/2020/covid-19-la-gestion-catastrophique-des-tests-par-le-gouvernement-Q7zbwNKjSCOaSQzV8ZYOWg
    En effet, la plupart des laboratoires (en tout cas en Ile de France qui concentre un grand nombre des cas positifs actuels) ne rendent les résultats que 5 ou 7 jours après le test (certains annoncent un délai de 15 jours à partir de la semaine prochaine). Est-on bien certains de se souvenir de tous les contacts que l’on a eus en une semaine afin de les dépister de façon prioritaire si l’on est positif ?
    Ça me fait penser immanquablement à cette blague de Coluche : “enquête policière dans le grand Nord : qu’avez-vous fait dans la nuit du 28 octobre au 29 avril ?”
    Bref, on est en train de dépenser des sommes folles et de solliciter les personnels des laboratoires de façon insensée alors qu’aucun réel suivi n’est fait des cas contacts…
    Tout ceci, je l’ai découvert hier car j’ai besoin de me faire tester avant de partir à l’étranger et les résultats doivent dater de moins de 72h. Gageons que, dans ces conditions, la plupart des quelques avions qui décollent seront à vide ou presque.

    6
    1. Les délais ne sont pas de cet ordre partout, mais apparemment oui á Paris et dans les grandes villes, c’est bien supérieur á 24 ou 48 h, labos débordés ! 🙂
      Votre vol doit être hors Schengen, pour le moment pas de test PCR nécessaire ‘en Schengen’ je crois…
      Ceci dit, je pense que cette petite vidéo cherche plus à rassurer qu’á informer.
      Pas de panique, “tout y l’est sous contrôle”… 😉

      1. Oui, absolument, ma destination est hors espace Schengen et je devrai d’ailleurs me soumettre à une quarantaine de 7 jours en autoconfinement à l’arrivée car, pour ce pays, la France est en liste orange…
        Et oui, mes remarques sur les délais de rendu des tests visaient l’Ile de France où je vis.

    2. Deux expériences de mon côté, dans deux villes différentes de Normandie

      – Prélèvement le 31 mars, résultat SIX JOURS plus tard (résultat positif qui a confirmé que la personne était bien décédée du covid-19)

      – Prélèvement le 27 juillet, résultat UNE SEMAINE plus tard (résultat négatif)

      ===> Pas d’amélioration, délai toujours inacceptable après quatre mois pour s’améliorer !

  2. Quand j’ai fermé le magasin dont j’ai la responsabilité, l’obligation administrative de fermer est arrivé 10 jours plus tard, quand on a imposé le port du masque à l’intérieur, l’obligation administrative de le faire est venue 2 mois après, quand j’ai annulé mi juillet un périple en bateau prévu au mois d’aout, l’organisation qui possède le bateau a annulé tous ses voyages a venir début aout…

    Bref, en suivant le tableau de bord du blog, je prends des décisions qui sont validées par la suite des événements.

    Cela me semble pas particulièrement alarmiste, et c’est assez précieux d’avoir des repères simples, c’est pas non plus une religion, c’est bien MON avis et mon point de vue que j’alimente ici.

    On y trouve aussi les mots pour discuter avec les Raoultiens de tout poil, même si c’est fatiguant, c’est pas non plus le moment de se taire.

    1
  3. Il s’agit de prévoir l’avenir alors que l’on connaît mal l’état initial, mal la précision avec laquelle on mesure l’évolution (les proportions de faux positifs et de faux négatifs par exemple, ou, comme expliqué par Beatrix Rhein ci-dessus, la date réelle des prélèvements) On ignore aussi pas mal de choses sur les lois qui régissent la contagion et ses conséquences.

    De là à qualifier de “personne qui se plaît à répandre des bruits alarmants” les partisans du principe de précaution, il y a un pas qu’on ne devrait pas franchir (rappel : «le principe de précaution s’impose non seulement à l’administration mais aussi au législateur dans le domaine de la protection de l’environnement car c’est une obligation de nature constitutionnelle.»)

    Ne rien faire c’est être inconséquent ou pessimiste, prendre toutes les précautions raisonnables qu’on peut c’est être optimiste 😀

  4. Je me demande si « l’alarmisme » est ici placé au bon endroit. Projetons-nous, non pas le mois prochain, mais dans 10 ans : la crise économique gigantesque qui s’amorce aujourd’hui se sera transformée en violences et guerres de toutes sortes et les morts en millions… parlera-t-on alors des mesures prises aujourd’hui en terme de précaution ou d’hystérie collective ? Pour répondre à la question il faudrait pouvoir mesurer toutes les conséquences pour l’avenir de ce que l’on décide aujourd’hui… et les comparer avec le bénéfice obtenu… que le principe de précaution soit à ce niveau-là…

    4
  5. Bonjour Mr Jorion,
    Etes vous un pessimiste, optimiste ou alors un optimiste, pessimiste.
    Pour ma part je suis un optimiste dans le sens ou je me sens en santé, avec une immunité très correcte pour mes 68 ans. J’ai un cadre de vie agréable tant du point de vue environnement que nourriture. J’ai me semble-t-il une santé émotionnelle en équilibre ( peu ou pas de stress malgré la / les psychoses ambiantes) ! J’ai aussi une qualité de vie spirituelle qui me permet de faire face aux peurs de la mort.
    Ce qui veut dire qu’au point de vue personnel je me sens armé pour faire face au covid, comme j’ai toujours fait face aux autres virus sans que durant toute cette partie de ma vie je ne sois malade !!!
    Malgré tout je suis aussi très pessimiste car si par bonheur une deuxième vague que vous prévoyez n’arrive pas celle que personne n’attend est entrain d’arriver et c’est en psychiatrie que cela va frapper. Comme vous le savez tous c’est un secteur la « santé mentale » qui va encore plus mal que le reste en allant complètement à la dérive depuis de nombreuses années.
    Pour être encore en accompagnement d’équipes soignantes je peux vous dire que le mal-être est au plus haut point.
    Bientôt vont arriver toutes les personnes touchées au plus profond d’elles-mêmes par cette situation sociale « psychotique » qui entraîne chez beaucoup de personnes des styles de syndrome post traumatique.
    Pour l’instant à bas bruit je le vois avec des personnes que je suis.
    Comme c’est un blog optimiste et bien dire qu’une deuxième vague de cas de problèmes d’ordre psychologiques et psychiatriques va arriver pourquoi ne pas en faire aussi le pari !
    Amitiés

    5
  6. Certains discours, tuto numérique, psychologisant le relativisme jusqu’au point de ne pas savoir déterminer s’il est restreint, ou généralisé, en matière de parole et comportement apaisant, rassurant, non alarmiste quoi, comme manière de voire, « nommer » (« bien les nommer pour ne pas rajouter de la misère au monde ») les choses, plus optimistes, que le pessimisme qu’elles renferment (l’individualisme à sa part d’ombre et de lumière), peuvent faire dire à beaucoup, n’y pipant rien… « qu’il y a du bon dans le coté obscure de la force »…

    Par exemple, alors qu’il n’est pas laissé suspecter une seconde, par les médias mainstream, que « l’article fiction », et caricature odieuse d’une presse d’extrême droite s’en prenant à une élue de LFI, ne cherche qu’à provoquer, au pire une polémique que d’autres seront chasser toujours plus à droite (aujourd’hui c’est supprimer les allocations familiales aux parents pauvres de « délinquant.e.s »…), et au mieux plus d’audimat, de ventes de numéros et de « valeurs actionnariales », l’essentiel étant qu’on en parle, peu imposte en bien ou en mal… c’est l’élue de LFI qui est suspectée maintenant… de faire de la provocation en réagissant, pour cette presse et l’extrême droite… Réduite ainsi à néant, la position du lanceur d’alerte exposant un problème, et des solutions pour y remédier, divise chacun.e devant choisir à quel danger, à quelle alarme, faire céder sa raison, rendant confuse les notions de risques ou de bénéfices, de peur, et de « peur d’avoir peur ».

    En ce sens de communication plus qu’ambiguë, du jour, d’un gouvernement voulant « réconcilier » la dualité électoraliste d’un tour unique, perpétuel, proposant la TINA contre l’extrême droite, en lui conciliant de ne pas parler de racisme, de discrimination, en France, par exemple, le langage technocratique expliquant le « Plan » France relance » dévoile aussi une autre dimension, que j’ai cru bon essayer d’explorer ainsi… :

    “« Relance » du débat sur la GRATUITE…

    Il paraît que le « Plan de relance », nommé « France relance », devant éviter la récession du « pauvre pib », des suites de la gestion d’une crise sanitaire indéfinie… et du confinement… « est de trois à quatre fois supérieur à celui de 2008… »
    Allez savoir pourquoi avoir cherché à faire une comparaison avec cette crise précise, si lointaine que d’un crack financier, ayant enclenché une crise économique, puis politique, avec celle crise des dettes publiques, et enfin de l’Euro… plus personne ne dit que les « aléas moraux » de la finance et arrangement avec les politiques… s’en portèrent que mieux… après avoir fait socialiser des pertes casinos, dettes privées puis imposés des « réformes structurelles » du modèle social, l’austérité… en ayant explosé les déficits et dettes publiques…. quand le « Plan de l’offre » Hollandais, des plus récents lui… développé lors du dernier quinquennat, mis la moitié des 100 milliards d’euros proposés aujourd’hui, sans contrepartie, et en 5 ans… dans les poches des propriétaires privés d’actions, d’entreprises… sans qu’il ai été atteint l’objectif de création du million d’emplois, alors que le premier ministre ne promet pour le « monde à voir »… que 160 000 emplois pour 2021 (rien ne dit s’il est question de CDI, etc)… ?

    D’autant suspecte est cette drôle de comparaison, que même « l’ennemi » n’est pas le même d’une crise à l’autre… Pas plus que les crises sont identiques, lorsque celle sociale, après le crack financier… n’ayant jamais eu lieu, fut repoussée pour mieux sauter… quand celle « sociétale » attendue à la rentrée, dans un contexte de crise sanitaire indéfinie…. est tellement crainte de par son ampleur et caractère explosif… que les dirigeant.e.s du public et privé, se demandent « comment lutter contre la menace de justice sociale ? ».

    Pour l’un, d’un soit disant lointain horizon, qui se souvient, ou cherche à ce qu’on ne se rappelle pas, que même s’il eut un visage multiforme/informe, « l’ennemi » (élection de « … Mon ennemi c’est la finance, elle n’a pas de visage… », après la déchéance de « l’usurpateur d’identité » de président d’extrême droite… oups… de « l’illustre anonymat, d’un inconnu ») aucune de ses figures les plus « représentatives » (des pantoufleurs du verrou de Bercy, adeptes des secrets d’affaires conflits d’intérêts, du favoritisme, clientélisme – affaire Dexia, etc – aux patrons de banques, fonds financiers, grandes entreprises fraudeuse….)… et de ses « complices du pire »… ne dort en prison malgré les conséquences désastreuses de la gestion de la crise de 2008… quand les trous noirs de la finance, eux, et leur « calcul quantique » («… Les paradis fiscaux, c’est fin… » fut promis lors du quinquennat d’une droite qui après sa défaite hurla « qu’on lui a volé sa victoire ») se portent à merveille avec « l’immorale optimisation », la flat tax, la suppression partielle de l’ISF, l’impunité des fraudes aux cotisations sociales patronales, des fraudes à la TVA, aux impôts sur société, de production – malgré leurs baisses – au coté des trafics d’armes, de drogues, de la traite d’êtres humains, de la prostitution enfantine, des trafics d’organes, de la mafia verte… ?

    La croissance des inégalités scolaires, territoriales, de la précarisation, paupérisation dégradation des conditions de vies, à l’accès aux services publics – Fermetures de lits de réa, places de maternité… d’hôpitaux… NON RECOURS, « inégalités de destins » concernant plus de 30 % des « bénéficiaires du RSA, qui en réalité ne touchent aucun « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux, qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent ». NON RECOURS par rapport aux discriminations impunies dans l’accès au logement, dans les embauches faites qu’en CDD très courtes durées, temps partiel subi… dans les brutalités policières commises lors des contrôles aux faciès, « manifestations interdites » – cette croissance conséquente de l’austérité, des « réformes structurelles »… des politiques néolibérales… elle a pourtant tous les visages des plus vulnérables, fragiles, des plus de 9 millions de familles, individus vivant sous le seuil de pauvreté, à qui certain.e.s voudraient supprimer les allocations familiales, imposer le « travail gratuit », « bénévolat subi » contre le RSA, une indemnité chômage, faire reculer l’âge de départ à la retraite, dans l’espoir de la vivre en bonne santé, en l’alignant au taux de mortalité de la covid-19 infectant les personnes les plus exposées aux multiples facteurs de comorbidité… jusqu’à ceux visages de plus de 2000 SDF, réfugié.e.s, qui sont morts chaque années, dans nos rues… avant que le confinement remanie le « jeu »…

    Quand l’autre « ennemi », de la crise actuelle, sanitaire elle, pour le moment, ne peut être suspecté d’avoir un visage, sauf à être « caricaturé »… parce que même son appartenance au règne du monde du vivant n’est pas tranché… alors qu’au nom de « l’effort de guerre » qui est censé être menée contre lui… il faudrait que les plus vulnérables, affaibli.e.s (disons parons alors des 50 % de contribuables, qui sont non imposables, à cause de trop bas salaire… et mettant en corrélation ce chiffre avec le taux d’abstention électorale, aux derniers scrutins voisin de ces 50%) sacrifient 20 % de leur salaire, des RTT, congés payés, majorations d’heures sup… se satisfassent de miettes comme revalorisation des minimas sociaux, quand les hausses des dépenses contraintes explosent (gaz, transport, alimentation… santé… et assurances privées) et continuent de consumer leur misère (vente de console de jeux vidéos aux même prix que la hausse de la prime rentrée, achat de masques, etc lorsque la distribution n’est pas suffisante, pour une protection optimale) pour le «Plan » de « France relance »… n’envisageant pas d’arrêter d’épuiser plus de trois planètes par an… il n’est pas certain de réussir d’établir une relation d’intrication quantique dans cette étrange comparaison si disruptive, qu’elle semble plus dystopique, à qui ne voit pas de « bon dans le coté obscure de la force ».

    Douteuse est donc cette comparaison, lorsque « l’ennemi » de 2008, les visages de la finance, sont loin de souffrir aujourd’hui des ravages que cause « l’ennemi » de cette guerre sanitaire… Au contraire ils ne se privent « anonymisés » ces « disciples » de la financiarisation des « États providences »… des « soins ambulatoires »… ces « temps de cerveaux disponibles » qu’à vouer un « culte féroce » à la dictature des émotions » ne sondant que les doutes, incertitudes, de leur « ras le bol fiscal », « poujadisme », « bas instincts », de n’avoir aucun complexe d’indécence, d’injustice, d’immoralité, à spéculer, à parier sur la hausse ou baisse des stocks gérés en flux tendus et des prix, de masques, médicaments, tests, vaccins, respirateurs, places de lits de réa, gel hydroalcoolique, denrées alimentaire… jusqu’à calculer de façon » quantique » qui sait, combien peuvent leur rapporter les séquelles, traumatismes induits par une infection grave à la covid-19, le chantage à l’emploi, le licenciement en cas « d’exercice du droit de retrait », le non port du masque en entreprise… la hausse des inégalités avec « l’ubérisation et ordinisation » défiscalisée, désocialisée du travail segmenté à la tâche, des savoirs et services publics privatisés, technocratisés, digitalisés, de l’emploi se précarisant quand il ne disparaît n’est pas relocalisable sous forme automatisé…, le délitement des corps sociaux, l’effondrement des démocraties… l’intensification du dérèglement climatique, la perte de la biodiversité, les guerres commerciales, monétaires de « civilisation » et les ventes « d’armements patriotiques », « techniques et matériels sécuritaires », crises des réfugié.e.s…).

    Depuis 2008 cet « ennemi » « sans figure » (au sens figuré), a gagné toute les guerres, et l’a clamé haut et fort… quelqu’ai été le sens du pari… Pile ses loyers, ses dettes privées fiscales, sociales, morales – des suites du confinement par exemple – et environnementales (externalités négatives polluantes », empoisonnant l’eau potable, les sols arables, l’air les océans…) ont été socialisé, annulé, exonéré de DEVOIR contribuer au financement de l’intérêt général, au vivre ensemble et ses biens communs que sont les services publics… quand ses paris boursiers sur la famine en Afrique, la colonisation de territoires occupés, les morts d’ouvriers népalais par centaines au Qatar, construisant les infrastructures du prochain mondial de foot de 2022… lui rapportaient plus encore comme l’atteste la croissance de fortune accumulée durant le confinement… de certaines des plus grosses au monde, possédant plus que ce que la moitié de l’espèce humaine, peine à mettre de coté, pas de la rue, mais pour hypothéquer ce qui manquera « demain après demain » aux futures générations, et encore si elles survivent aux prochaines pandémies…

    Et face, de moins en moins de vies vulnérables ne peuvent être sauvées, du fait de manque de lits de réa, masques, vaccins respirateurs médicaments, en cas de seconde vague plus forte que la première, de ne pouvoir se nourrir , loger, vêtir, etc, décemment, du fait du chômage, de la précarité, des inégalités, lorsque celles qui survivent subissent le « tri sélectif » façon « darwinisme social » d’une recherche inavouée de l’atteinte de « l’immunité de la horde des plus forts » au mieux, et au pire « l’irresponsabilité » des propriétaires privés d’entreprises, d’actions, assistés sans contrepartie à continuer d’utiliser par exemple des insecticides, etc, à continuer de prétendre « prendre des risques » que payent au travers d’une « politique d’exterminisme » » l’alignement au moins disant social, moral, fiscal, environnemental, des protections solidaires, des droits du code du travail, des services publics dédiés aux plus fragiles (voir la privatisation de la solidarité traduite par la distribution gratuite, à pas chère, de repas, aux enfants de familles pauvres, modestes, par les cantines scolaires, ayant gavé les dividendes de supermarchés, de l’industrie agroalimentaire, durant le confinement et la fermeture de ces services publics territoriaux) …

    « Quoi qu’il en coûte »… à cet « ennemi », à cette “menace silencieuse” comptant aussi sur l’explosion des dettes publics, déficits… pour s’engraisser… mettre plus de pression… réprimer… dominer… dont « l’ensauvagement » est plus virulent encore que ce coronavirus déjà que trop mortel… le retour des « jours heureux » pour les plus vulnérables, et l’espèce humaine… ne pourra advenir qu’à la condition d’interdire la spéculation (comme le préconise l’une plusieurs mesures de M. Paul Jorion)… pour commencer…”

    1
    1. Pour conclure…? Ce “plan” nommé “France relance”, n’est-il pas que l’assurance des “jours heureux”, que pour la reproduction de classe, l’endogamie – cuisse dont “Jupiter”, et d’autres représentants de l’extrême droite, droite extrême sont “sortis”, ont des connivences avec les conflits d’intérêts, secrets d’affaires, le favoritisme, clientélisme, carriérisme… – “en même temps” qu’il veut ne rassurer qu’une “majorité” votant encore (le “rêve américain”…), en garantissant le “maintien de l’ordre social” (confondu avec le maintien de ” l’ordre public” garantit par 50% du personnel votant pour l’extrême droite) “quoi qu’il en coûte” à l’explosion des inégalités, injustices, déficits dettes publiques (Pas de hausses d’impôts a dit le premier ministre…? Et les hausses “d’impôts injustes” dans l’obligation du port des masques et la révision des critères des personnes à risque, pouvant bénéficier de la distribution gratuite des dits protections sanitaires, c’est pas une hausse des dépenses contraintes et de leurs taxes…?), aux plus vulnérables, fragiles quoi…?

      Pendant que les survivant.e.s, vont devoir apprendre à vivre avec “l’ennemi” viral, les séquelles, traumatismes qu’il va autant causer que la gestion néolibérale des soins, de la gestion dans la pénurie des services publics de la santé, des protections sociales, etc, et vivre avec la mort sous toutes ses déclinaisons… l’autre “ennemi”, “anonymisé”, dont il est incohérent, indigne de dire de lui que “l’ennemi de mon ennemi est mon ami”, n’attend pas pour vivre des bénéfices, dividendes faits sur les pandémies, famines, le chômage, le racisme, l’esclavage moderne, etc…

  7. C’est peut-être parce que vos prévisions sont étayées, documentées et gratuites.
    Les gens n’aiment pas ceux qui réussissent, et encore moins quand vous empiétez sur leurs plates-bandes.
    Certaines de vos prévisions auraient certainement permis à des investisseurs de gagner beaucoup d’argent si elles avaient été payantes et confidentielles.

  8. Il serait intéressant de savoir quelle est la proportion de tests demandés pour départ en avion. En Belgique cet été j’ai luté pour me faire tester et il m’a été demandé lors de la prise de rdv téléphonique spontanément « vous partez quand à l’étranger? » Il semblerait que ça saturait le système. Resultat après 5 jours à ma demande! Process idiot de résultat « par le médecin traitant » , pas un étudiant payé pour vous appeler ou un sms automatique… Il apparaît évident que la communication sur le nombre de tests réalisés quotidiennement ne veut RIEN dire de leur qualité et de leur efficience en terme de contrôle de propagation. On a pas fini de tomber de notre chaise.

    1
  9. Pas grand monde ne semble s’intéresser à la marge d’erreur choisie pour les tests virologiques RT-PCR*. Pourtant il y a forcément des faux négatifs, des faux positifs et forcément des cas où il conviendrait de recommencer le prélèvement.

    En l’absence des ces informations et compte tenu de ce que le résultat devrait être de la forme “il y a X% de chances que vous soyez porteur du virus” on est en droit de penser que c’est pas vraiment sérieux…

    Note : On trouve sur Internet des chiffres catastrophiques sur la précision des test sérologiques (ceux qui permettent de rechercher si une personne a développé une réaction immunitaire après avoir été en contact avec le virus grace à une prise de sang), mais ce n’est pas le genre de test pratiqué pour savoir si quelqu’un est contagieux.

  10. S’il suffisait d’éteindre la polémique sur la demande de la gratuité des masques – pour commencer… Car ici, qui ne sait pas… ou cherche à dissimuler… qu’on ne doit pas savoir d’eux-d’elles, qui cherchent, version « trollage »…, « anonymisation »… à ce que l’objectif d’étendre la gratuité, de la retrouver pour commencer dans la santé publique, l’éducation, etc. …vu le sujet du billet… sur la base de la définition de Robespierre (joyeux anniversaire Républicain, disant que la République versus Macronie, est à prendre avec ses « bons cotés obscures, d’une force » « indéboulonnable » quelque aient étaient les dégats du colonialisme, « commerce triangulaire », paternalisme occidental du patriarcat monétaire, etc… ?), jusqu’à mettre fin à la spéculation, etc. ? – suffirait-il de défendre la notion de « liberté », et/ou de sa restriction (la « peur d’avoir peur » que ça aille plus loin, jusqu’ou…?) tant à la mode dans les médias mainstreams, et publics… en faisant appel à « l’usurpateur d’identité » d’extrême droite… oups… de « l’illustre anonymat d’un inconnu » et ses casseroles judiciaires (« pauvre con »… ou « victime » qui affirma que les «…. paradis fiscaux, c’est fini …»)… pour défendre le prof Raoult… le manque de tests… dés le début de la gestion dans la pénurie (de tout) de la crise sanitaire… comme si la « droitisation de la société » (de la TINA ou d’extrême droite, des « losers » ou des vies qui ne pourront pas être sauvés.…?) « quoi qu’il coûte », pour réconforter, rassurer de retrouver des « jours heureux », prochainement, en tout cas suspendus durant encore deux ans, à un « éternel duel » du second tour (il n’y a pas d’autres scrutins « locaux »… avant les présidentielles… ? (le “rêve américain” de l’école « Buissonnière » à la rentrée (Buisson.Bannon)… ?)… ?

Les commentaires sont fermés.