11 réflexions sur « Comment la base de Trump réagira-t-elle à l’article du New York Times ? »

  1. D’un électorat d’outre Atlantique à un autre, occidental, d’une « démocratie » sur le déclin (les taux d’abstention n’en sont-il pas des signifiants, des « signaux faibles », pour les deux…?) d’un enjeu présidentialiste imminent, à la prééminence de la perpétuation d’un duel mortifère entre la TINA macronienne VS l’extrême droite fusionnée à la droite extrême… sur fond de maintien de « bonnes relations internationales »… et de « l’ordre social/sociétal » en l’état… de quoi être le plus inquiet/inquiété entre les Histoires fiscales, comptables… de la « vertu » d’une incarnation personnifiée d’une des plus grandes puissances nucléaires, ne pouvant se séparer des pleins pouvoirs sans craindre de déchoir… et pire…d’entrainer avec lui « son monde »… par rapport à ce vieux fantasme « colonial » occidental, de « devoir » s’ inquiéter des « dépenses sociales fraudées » que peut coûter « à notre générosité » le ressentiment d’insécurité » qu’inspire quiconque peut être attiré par la « cinquième colonne »…?

    Ici bas, voila de quoi « relancer » la vertu macronienne…?

    « De quelles peurs faut-il avoir le plus peur… ?

    Comme s’il n’y avait pas assez de raison d’avoir peur, à tort sur le plan sanitaire, paraît-il, à en croire certains donnant dans le « Messianisme » vers le sud… voila qu’est sorti du chapeau des alentours du sommet de la « cordée » de la « start-up-nation », une « étude », dont la « relative » inquiétude qu’elle soulève, mériterait « qu’on » nous en donne une « leçon de morale »…

    Quand il est rabâché en boucle dans les médias mainstreams, et gorges profondément populistes de politiciens… que le « ressentiment d’insécurité » est ce qui devrait être le plus craint, étrangement le discours concernant cette étude, n’en dit rien… Est-il voulu ne pas mélanger les genres… ?

    Comme si le chômage n’était pas plus qu’un ressenti… dans un tel contexte ou le chantage à l’emploi est le « sport national » des propriétaires privés d’actions, d’entreprises (qui pour être assistés sans contrepartie, cumulent même le paiement de leur loyer, font annuler/socialiser les « charges », impôts sur société, de production, TVA, etc…) c’est l’expérience vécue d’insécurité économique, « sociétale »… traumatisante, dont les séquelles, peuvent même se cumuler avec le risque d’être plus gravement et sévèrement atteint, en cas d’infection à la covid-19, cumule de facteurs multiples de comorbidité… que quiconque d’autres, qui est neutralisée, ignorée même par les « sondé.e.s » et sondeurs.

    Pire… C’est vivre réellement, et pas se projeter, s’imaginer… mais souffrir de la misère du précariat, du désespoir de chercher en vain un CDI, d’évoluer professionnellement, d’équilibrer ou tenter de stabiliser son « pouvoir d’achat », etc (lors que les hausses des dépenses contraintes explosent), qui est dévoyée ainsi, par le fait de laisser dans l’ignorance (« … une nette majorité (56 %) estime que les individus sans emploi « ont des difficultés à trouver du travail car ils ne font pas assez de concessions lors de leurs recherches d’emploi »… » ), la réalité démontrant que plus de 80 % des embauches sont faites qu’en CDD très courtes durées, temps partiel subi, lorsqu’en plus les discriminations (elles concernent aussi bien le faciès, l’âge, le poids et le physique, que la maladie, le handicap, les idées politiques laissées en vues sur les « réseaux sociaux »… ces discriminations s’étendent même jusqu’à l’accès au logement, les brutalités policières commises lors de contrôles aux faciès, « manifestations interdites »…) lorsque celles ci restent impunies…

    A savoir aussi qu’il y a une population parmi notre citoyenneté, pour qui il faudra plus de 6 générations pour espérer prendre place dans la file d’attente de « l’escalier social ».

    Quand plus de 50 % des contribuables en France sont non imposables – alors que contribuables directs imposables ont eu leur « année blanche » eux – à cause de trop bas salaires, boulots précaires… chômage… ces 56 % « d’anonymes » sont plutôt suspects…

    Pourtant ne fait-elle pas, « l’étude », une illustration parfaite du jusqu’au-boutisme court-termiste de ce qu’est un ressenti, en essayant de justifier que « Près de quatre personnes sur dix considèrent que les demandeurs d’emploi sont des « assistés » », alors qu’il est exprimé un amalgame de préjugés connotés négativement à tort, de « fausses nouvelles » même à l’encontre des chômeur.e.s… ?

    Ce ressenti n’est-il pas d’ailleurs renversé (« inversion de la hiérarchisation des valeurs morales » préceptes des « réformes structurelles » néolibérales du code du travail protections sociales, dont celle de l »assurance chômage et des régimes des retraites sont « suspendues ») puisque ce sont des « réponses » qui masquent derrière ce si pratique « anonymat »… ayant peur des chômeur.e.s, présenté.e.s comme des fraudeur.e.s, « fainéant.e.s », rien… le ressentiment de peur, d’incertitudes, de doutes, de soit même tomber dans le chômage – quand plus d’un tiers des « temps de cerveaux disponibles » qu’à vouer un « culte féroce » à la « dictature des émotions » ne sondant que les doutes incertitudes au sujet de leur « ras le bol fiscal », « poujadisme »… se fondent sur l’ignorance concernant le fantasme du train de vie mené au chômage, et même qui a droit à une indemnité sur la totalité du nombre de chômeur.e.s (seulement la moitié est indemnisée)… ?

    Comme s’il n’y avait jamais eu d’origine politicienne à la « novlangue »… ayant dilué, distillé dans « l’opinion publique » des idéologies, « ressentis » induisant certains comportements constatés lors d’épidémies de peste, ou de choléra… comme si pareil ressentiment aussi « erroné » n’avaient pas pu trouver comme sources certains dires concernant les « chômeur.e.s=fraudeur.e.s » (Rebsamen) lors du dernier quinquennat du CICE sans contrepartie – duquel « Jupiter », après être sorti de la cuisse du pantouflage au verrou de Bercy, trahit, la gauche – ou lors du quinquennat d’avant, celui de la droite dure et de son usurpateur d’identité de président d’extrême droite… oups… d’un « illustre anonyme inconnu » (Wauquiez et son « l’assistanat c’est le cancer de la société »), voila que le et la politique se ressent déresponsabiliser, rejetant le bébé avec l’eau du bain, sur le « ressenti » de la citoyenneté « anonymisée »… ? N’avons « nous » pas de mémoire, ou devons « nous » nous contenter de la « médiocrité » d’une telle approche idéologique dans cette « étude »…?

    Cette « ignorance », ses connaissances « erronées », culpabilisant avec un « relativisme » étrangement ressenti, les chômeur.e.s, sont-elles sincères d’ailleurs… et sont-elles à ce point insurmontables… tant de la part des politiques cités si dessus, des médias mainstream, que des « temps de cerveaux disponibles »… lorsqu’il faudrait avoir vécu en hibernation, ne pas avoir de télé, ni lire les journaux… ou vivre dans une « zone blanche », sorte de « zone de non droit » numérique , ou s’en foutre complètement alors… pour ne pas savoir qu’en fait, 30 % des « bénéficiaires » du RSA, ne touchent aucun « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent » (non redistribution et non partage des droits à la solidarité, dits NON RECOURS « systémiques » qui concernent aussi les discriminations impunies, brutalités policières…), et souffrent en plus de ces « inégalités de destin » des inégalités territoriales, scolaires, etc et d’un assistanat sans contreparties des propriétaires privés d’entreprises d’actions, qui préfèrent « l’ubérisation et ordinisation » défiscalisée et désocialisée du travail segmenté à la tâche, des savoirs et services publics privatisés, technocratisés, digitalisés et de l’emploi se précarisant quand il ne disparaît pas… ?

    A moins qu’il soit question de ne pas avoir peur de l’idéologie qui fusionnant la droite extrême avec l’extrême droite, en terre du « Concordat » expérimente le « travail gratuit », le « bénévolat subi » rendu quasiment obligatoire/volontaire pour les ayants droits, et chômeur.e.s, contre l’ouverture du droit au RSA, une indemnité chômage, que beaucoup, voudraient fusionner avec les autres minimas sociaux, pour les imposer (sur l’IR) ensuite, sous prétexte, de soit disant lutter contre les « fraudes sociales », pendant que les baisses d’impôts sur société, de production, et les exonérations de cotisations sociales patronales, la suppression partielle de l’ISF, et « l’immorale optimisation », sa flat tax, puis le « droit à l’erreur fiscale » socialisant des pertes casinos, des dettes, morales fiscales, de propriétaires privés d’entreprises « indélicates » (impunité des fraudes fiscales patronales…), qui veulent baisser de 20% nos salaires, qu’on sacrifie nos RTT, congés payés, majorations d’heures sup, jours fériés.. en creusant les déficits, en explosant les dettes publiques (de collectivités qui redistribuent une partie des minimas sociaux, de la solidarité), et contraindre des services publics à abandonner des périmètres de leurs prérogatives, à se privatiser, se numériser… feindre l’ignorance, la méconnaissance, de la part de la naïveté de la macronie, va un temps… ?

    Ignorer que les « réformes structurelles » sur l’assurance chômage, et les régimes des retraites sont seulement suspendues, au devenir toujours incertain du « monde d’après »… la gestion néolibérale de la pandémie…. devrait nous faire autant craindre que le « monde à voir » macronien cache encore mieux les fraudes massives du dispositif de « chômage partiel » que des propriétaires privés d’entreprises ont « pris le risque » de faire pratiquer par leur subordonné, en « télétravail »… alors que les mêmes ne prennent aucun risque en pariant (pile : ils gagnent. Face : des vies ne peuvent pas être sauvées du coronavirus, des pathologies chroniques, du chantage à l’emploi, etc) sur la hausse ou baisse des stocks gérés en flux tendu, et des prix, de masques, réactifs de tests, respirateurs, médicaments, vaccins, place de lits de réa, des licenciements boursiers, des denrées alimentaires (privatisation du partage de la richesse, et de la redistribution, de la solidarité exprimée par la gratuité des repas fournis par les cantines scolaires, aux enfants de familles pauvres, qui lors du confinement, a enrichie les adeptes de la « profitation » – grandes surfaces, supermarchés…) « rêvent » d’aligner l’âge de départ à la retraite – dans l’espoir de la vivre en bonne santé pour les plus précaires vulnérables pauvres, en net recul – au taux de létalité de la covid-19…

    Pendant « qu’on » est invité à « relativiser » et hiérarchiser les peurs des uns, les fantasmes péjoratifs des autres… la « compétitivité » de l’assistanat sans contrepartie ne se préoccupe que de « ruisseler » dans le sens de « nous » faire « relancer » le régime de croissance d’un modèle qui épuise plus de trois planètes, exporte des armes, pesticides insecticides… à qui veut en faire de même… ou plus… pour le plus grand bonheur des adeptes de conflits d’intérêts, secrets d’affaires, du favoritisme, clientélisme, carriérisme et des quelques fortunes mondiales, possédant plus que ce que la moitié de l’espèce humaine, peine à mettre de coté, pas de la rue, mais pour hypothéquer, ce qui manquera « demain après demain », aux futures générations, et encore, si elles survivent au dérèglement climatique, à la perte de biodiversité, aux guerres commerciales, monétaires, de « civilisations » (croissance démographique et raréfaction des ressources, pollution des sols arables de l’eau potable de l’air des océans) et aux pandémies comme celle ci… »

    1
    1. Aurais-je aussi oublier de rajouter, que lors du dernier quinquennat Hollandais, comme lors de celui d’avant… celui des « écoutes en filet dérivant »… durant les campagnes présidentielles de premier tour, qui durèrent et durèrent… sur les médias mainstream… plus que de raison… le thème des « fraudes sociales » en tous genres était chéri par l’extrême droite – amalgamant dans les « chiffres », le « quantitatif », et les qualifications « obscures » (c’est ça le « bon dans le coté obscure de la force »…?) de fraudes aux prestations sociales en pointant du doigt « l’autre », « l’étranger-ère », « clandestin.e », avec celles patronales, des particuliers, du travail non déclaré (chiffrage qui fut montée jusqu’à 70 Milliards d’euros par an selon celle de la famille Le Pen qui est restée la plus proche de Bannon) …? Ou est-ce que le message se voulant subliminal (« chômeur.e.s=fraudeur.e.s », « l’assistanat c’est le cancer de la société ») flirtant avec la part d’ombre existant entre deux positions dominantes… a échoué à atteindre son objectif…?

  2. Avec des bases aussi solides, on ne peut et ne doit pas s’étonner des petits soucis qui perturbent l’Amérique.
    On peut aussi rétrospectivement ressentir une colère froide et sourde en pensant à cet aspirateur géant constitués par les banques américaines pour capter à leur seul profit la sueur de l’humanité.
    C’est mince comme inventaire mais chacun complétera.

  3. Aurais-je oublié de préciser et partager la source du lien médiatique publiant « l’étude » en question…? Question subsidiaire, subordonnée à mes faiblesses quoi… : Décidément est-ce que je « mérite » d’être publié ici même, en tant qu’humble commentateur… quand dans la forme de ma communication si « laide » (ne respectant les règles grammaticales, etc ) pareil faute ne peut être qu’impardonnable, justifier et excuser de ne pas s’intéresser au fond… ? N’en déplaise aux respects des codes sélectes ouvrant certaines portes… si l’oubli est humain…convainquez moi alors que vous êtes divins, pour avoir le droite et devoir de me pardonner…! https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/09/25/le-regard-porte-sur-les-chomeurs-s-est-durci-depuis-le-debut-de-la-crise-due-au-coronavirus_6053563_823448.html?fbclid=IwAR1aD7EF5LtLbyIG3RKRqUc-6C8-g0u47v3xaD8g0b68FxPpWQoa21O8_bY

  4. Comme vous , je ne pense pas que les trumpistes soient ébranlés , au fond , par une information qu’ils possèdent déjà dans leur inconscient .

    Si impact sur le vote il y a , il me semble que , pour davantage d’américains même trumpistes , c’est parce qu’ils sentiront de façon plus sensible encore , que leur champion , via la presse internationale et le regard de plus en plus stupéfait des peuples du monde , passe de plus en plus et partout pour un personnage peu recommandable et dangereux pourla marche supportable de ce même monde .

    Mais je me berce peut être d’illusions s’agissant de la seule fraction trumpiste .

    1
  5. Je pense qu’un petit nombre de trumper va prendre ses distances histoire de ne pas être identifié à lui.
    Sachant que Trump a besoin de pas mal moins de voix que Biden pour être élu, ce petit nombre sera t-il suffisant ?
    Je commence à penser que oui !

  6. Pas mal de partisans de Trump pourraient aussi en tirer la conclusion que ce président, bien loin d’être pauvre, est tout simplement bien conseillé pour cacher sa fortune dans quelque paradis fiscal et faire apparaître au fisc américain des « déficits » fictifs. Comme tant d’autres grandes entreprises et riches individus.

    Ils n’en seront pas nécessairement plus troublés que les partisans de Biden ne sont troublés par les allégations assez crédibles d’agression sexuelle et de népotisme contre lui. Et avec le même argument : l’idée que « mon champion est imparfait, mais le camp d’en face est carrément dangereux ! »

    C’est la conséquence du plus grand défaut de la démocratie américaine : un seul tour d’élections plutôt que deux.

    Là où les Français et la plupart des autres Européens peuvent « choisir au premier tour, et éliminer au second », les Américains n’ont en pratique qu’un second tour : ils en sont réduits à éliminer celui qu’ils considèrent le pire, sans forcément approuver vraiment le candidat pour qui ils votent. De même par exemple que beaucoup de Français ont voté Macron au second tour en 2017 essentiellement parce qu’ils voulaient barrer la route à Le Pen… et d’autres n’ont voté Le Pen que pour barrer la route à Macron.

    Éliminer un Fillon comme les Français en 2017 est impossible pour les Américains. Et de fait non seulement Trump, mais encore Biden, ont leur chance alors qu’ils sont objectivement encore plus malhonnêtes que Fillon

  7. La fabrique à mensonges.

    « Il faut prendre l’argent là où il se trouve : chez les pauvres. D’accord, ils n’en ont pas beaucoup, mais ils sont si nombreux ! »
    [ Œuvres posthumes, Le Sourire, 27 décembre 1902 ]
    Alphonse Allais

    Le capitalisme permet en effet aux ultra-riches – on hésite à trouver en ce qui les concerne un super-superlatif satisfaisant – qui sont, disons, moins de 1 %, de siphonner les revenus du reste de la population mondiale. Avec la complicité des banques et des usines à mensonges installées entre les nababs et nous. ( Hommes politiques à tous niveaux, cadres supérieurs et médias aux ordres, publicitaires et communicants etc… ). La fabrique des mensonges fonctionne à plein régime pour que nous prenions des vessies pour des lanternes. Mais une chose m’intriguait jusqu’ à lors : Les milliardaires se tiennent généralement dans l’ombre. Entre eux et nous, seuls les professionnels du mensonge, formatés par le système éducatif au sens large, sont visibles. Alors qu’est-ce qui avait bien pu pousser Trump à sortir en plein soleil ? Son égotisme ? peut-être. Son bronzage ? Mais plus sûrement comme vous le dites sa crainte de la paille humide des cachots. Alors, qu’est-ce qui pouvait être plus sûr qu’une bande d’avocats largement rétribués sinon le pouvoir suprême installé à la Maison Blanche qui lui permet même de s’assurer de la complicité des juges de la Cour Suprême.
    Évidemment nous avons eu les mêmes à la maison. Et qui sait si… Hum !

    1. Les milliardaires se tiennent généralement dans l’ombre. Entre eux et nous, seuls les professionnels du mensonge, formatés par le système éducatif au sens large, sont visibles. Alors qu’est-ce qui avait bien pu pousser Trump à sortir en plein soleil ?

      … le fait qu’il n’est pas milliardaire ! Il a dilapidé l’argent qui lui vient de son père dans des casinos mal gérés. Il aura gagné essentiellement de l’argent en jouant le rôle du milliardaire dans un show télévisé « The Apprentice ». Et même cet argent là il l’a dilapidé dans des terrains de golf mal gérés eux aussi.

      1

Les commentaires sont fermés.