Pendant que Trump prépare son putsch, l’Establishment Démocrate se voit cohabiter avec les Républicains et attaque… la Gauche ! par Yorgos Mitralias

USA president for life

Tandis que les préparatifs putschistes de Trump vont désormais bon train, les États-Unis commencent à faire connaissance avec les prémices d’une situation de double pouvoir aussi inédite que prometteuse de grands chambardements. En effet, fort de l’appui de 72 millions d’Américains qui ont voté pour lui, Trump qui tient toujours le parti Républicain d’une main de fer, montre clairement s’en foutre éperdument des soucis légalistes de ses adversaires Démocrates, et préfère organiser sa propre “légalité” étatique fondée non pas sur des vœux pieux démocratiques mais sur des « arguments » bien plus musclés et matériels. En somme, pendant que ses adversaires pérorent sur « la force de la démocratie américaine », Trump est aujourd’hui en train d’achever ses préparations dictatoriales poursuivies d’ailleurs fébrilement durant toute sa présidence depuis son élection en 2016…

Cependant, force est de constater que même aujourd’hui quand les intentions antidémocratiques de Trump crèvent les yeux, les grands médias internationaux, ceux de France en tête, peinent à comprendre ce qui se passe aux États-Unis. Et pourtant, le Caligula fascisant américain qu’est Donald Trump n’a jamais caché ses intentions dictatoriales. Il a toujours tout fait -en paroles et en actes- pour dévoiler ses ambitions clairement autoritaires sinon fascistes et nous avertir qu’il est sans scrupules, qu’il ne reculera devant absolument rien afin de rester cramponné au pouvoir le plus longtemps possible…(1)

Pourquoi donc cet aveuglement qui dure déjà depuis quatre ans? Et pourquoi cette tendance au suicide de la vieille démocratie (bourgeoise) américaine? La réponse à toutes ces interrogations cruciales pourrait se trouver dans ce que pensent et font actuellement les plus illustres promoteurs de cette démocratie (bourgeoise) américaine, et en premier lieu son Establishment Démocrate. Alors, qu’est ce qui semble préoccuper le plus les dirigeants du parti Démocrate au lendemain des élections présidentielles gagnées par leur candidat Joe Biden ? Est-ce le refus de Trump de reconnaître sa défaite? Sa volonté de rester cramponné au pouvoir? Son refus d’assurer une transition pacifique et “civilisée”? Ses projets dictatoriaux? Ou même la conjonction des crises sanitaire, économique, sociale et politique de dimension historique que doit affronter le nouveau Président du pays?

Non, aussi incroyable que cela puisse paraître, les dirigeants du parti Démocrate -ainsi que les grands médias qui les soutiennent- ne se montrent pas préoccupés en toute priorité par tous ces problèmes gigantesques parce qu’ils semblent… avoir d’autres chats à fouetter: Attaquer, même violemment, la Gauche, la rendant responsable de l’échec du parti aux élections du 3 novembre pour le renouvellement de la Chambre et du Sénat!

Évidemment, ce n’est pas un hasard que ceux qui ont lancé cette agression en règle contre la Gauche sont les transfuges Républicains, comme l’ex-gouverneur de Ohio John Casich, probablement destinés à jouer les premiers rôles au futur gouvernement de Joe Biden afin d’incarner l’ouverture au parti Républicain tant souhaitée par l’Establishment Démocrate. (1) Pour tout ce beau monde soit-disant “centriste”, la raison de la défaite cuisante des Démocrates serait le “extrémisme” de la gauche du parti incarné dans ses propositions programmatiques telles que le Green New Deal, la Medicare for All (l’Assurance maladie pour tous), l’imposition des ultra-riches ou le desinvestissement dans la police.

Il n’est pas surprenant que la vérité soit diamétralement opposée à celle évoquée par les -très droitiers- accusateurs de Alexandra Ocasio-Cortez et des ses camarades. La preuve? Tous (100%) les candidats Démocrates qui soutenaient la “Medicare for all” et presque tous (99%) de ceux qui défendaient le Green New Deal ont été élus (!) tandis que l’ensemble des vaincus y etaient contre. Et surtout, toutes les jeunes députées du célèbre “Squad” (Alexandria Ocasio-Cortez, Rashida Tlaib, Ilhan Omar et Ayanna Pressley) ont ete réélues triomphalement, malgré la feroce opposition de Wall Street ainsi que de l’Establishment tant Républicain que Démocrate, avec des scores atteignant 70% et plus de voix. D’ailleurs, elles sont désormais rejointes au Parlement par de nouveaux éluEs socialistes, dont la très radicale agitatrice Afro-américaine Cory Buch élue au très Républicain État de Missouri avec l’écrasante majorité de 79% de voix ! C’est ainsi que pour la première fois dans l’histoire du pays, c’est maintenant que des jeunes éluEs socialistes radicaux pourront et vont former un groupe parlementaire bien consistant, combatif et promis à un grand avenir…

Nous voici donc devant la raison profonde de toutes ces comportements et autres agissements à première vue totalement incompréhensibles de l’Establishment Démocrate et des grands médias américains et internationaux. Ce n’est pas qu’ils sont aveugles, qu’ils ne voient pas venir la catastrophe imminente. C’est plutôt qu’ils ne veulent pas voir, qu’ils préfèrent ne pas en parler ouvertement –malgré leur panique à peine dissimulé- car il s’agit de protéger coûte que coûte la maison commune (bourgeoise et capitaliste), bâtie patiemment depuis plus de deux siècles par les élites du bipartisme américain Républicain et Démocrate ! Une maison commune qu’ils espèrent toujours sauver au nom de la communauté de leurs intérêts de classe, grâce -entre autres- aux avances de Biden à « son ami de longue date », le président du Sénat et bras droit de Trump dans tous ses manœuvres antidémocratiques et anticonstitutionnelles Mitch McConnell.

Vue sous cet angle, l’attaque de l’Establishment Démocrate contre la Gauche n’a rien d’incompréhensible car, indépendamment du succès ou de l’échec final des agissements putschistes de Trump, l’ennemi à abattre de tout ce beau monde sera toujours Alexandria Ocasio-Cortez et ses camarades à la tête du grand mouvement social de la jeunesse américaine radicalisée, inspiré et façonné par cette « bizarrerie » américaine qu’est le sénateur indépendant et socialiste Bernie Sanders. Car seule cette jeune gauche radicale américaine voudra et pourra se mettre à la tête du mouvement de résistance aux projets et aux agissements antidémocratiques et putschistes de Trump. Comme d’ailleurs, seule cette même gauche radicale américaine voudra et pourra s’opposer par tous les moyens à la cohabitation des Démocrates et Républicains, incarnée par le fameux gouvernement Biden-Mitch McConnel tant souhaité par Wall Street et les élites bourgeoises du pays.

Et les gauches europeennes dans tout ca ? Est-ce qu’elles continueront à ne pas bouger, à ne pas manifester la moindre solidarité en actes à tous ceux et celles qui luttent plus que jamais pour nous aussi, pour le compte de toute l’humanité et de la planète. Ou comme le disait si bien Che Guevara, « se battent dans le plus important de tous les combats, parce qu’ils vivent dans le ventre de la bête »! Jusqu’à quand camarades? Ça urge et vous aurez tout à gagner…

Notes

1. Voir notre article « Trump refusant de s’en aller, le spectre de la guerre civile plane désormais sur les États-Unis en crise paroxystique ! : https://www.cadtm.org/Trump-refusant-de-s-en-aller-le-spectre-de-la-guerre-civile-plane-desormais-sur

Et aussi, deux articles écrits en mars et en octobre 2019, aux titres éloquents : « Les États-Unis un pas avant la guerre civile » (https://www.cadtm.org/Les-Etats-Unis-un-pas-avant-la-guerre-civile), et « Le spectre de la guerre civile hante déjà les États-Unis d’Amérique » (https://www.cadtm.org/Le-spectre-de-la-guerre-civile-hante-deja-les-Etats-Unis-d-Amerique)

En general, nos articles depuis au moins deux ans, ne se contentaient pas d’avertir sur les projets antidémocratiques et dictatoriales de Trump, mais décrivaient souvent en détail ce qu’on voit se dérouler actuellement aux États-Unis devant nos yeux…

2. L’affaire de l’opération dite Lincoln Project” est très didactique de la volonté des dirigeants Démocrates de préparer la cohabitation avec les Républicains. Financé par le parti Démocrate (plus de 70 millions de dollars), le Lincoln Project qui regroupait quelques personnalités dissidentes du parti Républicain, avait pour mission d’ouvrir des brèches dans la base électorale de ce parti. Malgré sa promotion par les grands médias proches des Démocrates, son échec a été patent: Les Républicains qui ont voté pour Trump ont été en 2020 plus nombreux qu’en 2016 (93% contre 90%))! Ce qui n’a pas empêché ses transfuges Républicains d’attaquer violemment -avec l’aval des dirigeants Démocrates- la gauche du parti dont le péché a été d’avoir contribué comme nul autre à la victoire de Biden…

Partager :

33 réflexions sur « Pendant que Trump prépare son putsch, l’Establishment Démocrate se voit cohabiter avec les Républicains et attaque… la Gauche ! par Yorgos Mitralias »

  1. Oui, c’est vrai et dit clairement, un train peut en cacher un autre.
    Vous avez bien traduit le danger.
    Très visible dans les non-dits des “experts” en poste à “l’étranger” que l’on est forcé d’entendre sur les plateaux télés.
    Un genre de sport particulier où l’on se renvoie la balle (j’ai remarqué) qui tourne au défoulement….

  2. toutes les jeunes députées du célèbre “Squad” (Alexandria Ocasio-Cortez, Rashida Tlaib, Ilhan Omar et Ayanna Pressley) ont ete réélues triomphalement (…)
    la très radicale agitatrice Afro-américaine Cory Buch élue au très Républicain État de Missouri avec l’écrasante majorité de 79% de voix !

    Avec des districts à Cook Partisan Voting Index à minimum +25 Démocrate, y-compris Cory Bush (1er district Missouri : CPVI +29 dem), faut bien dire que le triomphe c’est de gagner les primaires, pas de battre le candidat rep.

  3. En fait le ” projet” de Biden est d’imiter Macron : être élu avec l’appui des votes de la gauche et ensuite gouverner à droite avec l’appui de certains républicains pour liquider la gauche de gauche.
    Résultat des courses, le barrage n’a servi strictement à rien, comme chez nous !

    14
  4. Juste pour signaler une erreur d’orthographe dans l’article et un commentaire précédent : il s’agit de Cori Bush, nouvelle représentante du Missouri. Merci de corriger.

  5. Yorgos Mitralias sera-t-il convainquant sur ce blog où on aura vu depuis 10 ans et en vain l’épouvantail du lepénisme fonctionner au détriment tout aussi vain du seul candidat honni mais d’alternative sérieuse, le seul qu’un Lordon fait valoir dans son dernier article du monde diplo, qui résonne furieusement avec celui de Mitralias.

    Mais comment oser encore nommer Sanders alors qu’il a fait son voyage de noces à Moscou, c’est encore la (sous) main du Kremlin ! « Eyes wide shut ». (I Joke )

    6
  6. L’article de David Sirota dans le Guardian d’aujourd’hui, jeudi, intitulé “Republicans aren’t conceding – and Democrats are bringing a knife to a gun fight” est sur la même longueur d’onde, bien que ne parlant pas de l’attaque “bourgeoise” contre la gauche. Cet article a déclenché un grand nombre de commentaires (591 actuellement). On aurait aimé que cet article paraisse dans le New-York Times.
    J’ai justement lu il y a quelques jours un article dans ce même journal expliquant que Trump ne pouvait être réélu. L’hypothèse sous-entendue était que les Républicains respecteraient la loi et la constitution. Or, le comportement des would-be dictateurs est justement qu’ils ne respectent pas les règles politiques et sociales. Cela sent mauvais pour la “démocratie” américaine. L’argument de Michaël Cohen selon lequel Trump n’a pas d’argent et serait désorienté ne permet pas d’expliquer pourquoi il a changé le chef de la NSA, ni pourquoi il a nommé des partisans corrompus au Pentagone. On pourrait supposer que c’est pour espionner Biden, son équipe et les responsables politiques démocrates dans un premier temps, puis, s’il entend installer une dictature, pour surveiller ses opposants. Quant au Pentagone, ce pourrait être pour utiliser l’armée contre un soulèvement démocrate à l’annonce du coup d’état, et ensuite pour maintenir l’ordre. Espérons que cela n’aura pas lieu, car les répercussions en Europe d’un second mandat Trump risquent d’être sinistres.

  7. Dans l’hypothèse où l’aile gauche du parti démocrate aurait sa place dans l’agenda du président Biden, comment serait-il possible de faire passer les réformes attendues par les progressistes sans négociations avec les Républicains ?
    Autrement dit, comment établir le rapport de force qui permettrait de le faire ?
    RDV le 5 janvier pour y voir plus clair : deux postes de sénateurs en jeu
    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_usa-pour-joe-biden-une-nouvelle-bataille-se-profile-pour-le-controle-du-senat?id=10629853

    1. Quand on voit que le Donald aura été infoutu de seulement abroger l’obamacare avec une majorité rep au Sénat comme à la Chambre pendant 2 ans…

    1. Gosztola ?
      Beau tankie, beau campiste et beau firebagger.
      Belles vieilles sottises dans son thread.
      Belles connivences (Blumenthal, Assange).
      Belle jeunesse.
      S’ils n’ont que ça à la gauche du parti les “DINOs”, une resucée à peine désodorisée des plus allumés des corbynistes, m’inquiète pas pour les premiers, encore moins pour les trumpistes ou néotrumpistes si ça se passait par extraordinaire comme pour le Labour en GB.
      https://shadowproof.com/tag/syria/
      https://twitter.com/kgosztola/status/1326543777427726336?s=19
      https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5717930/

  8. Radio-canada reconfirme pour la 4e soirée consécutive le scénario de putsch des républicains et des journalistes de la presse québecoise indiquent avoir des informations confirmant qu’au sein du parti républicain c’est un scénario réellement discuté d’aller contre le vote populaire par le vote des assemblées locales majoritairement républicaines.

  9. Il ne faut pas oublier que les Etats sont des états.
    En cas de divergence le niveau fédéral est paralysé mais ne pourrait on assister à une explosion USXIT ?
    Avec constitution (nouvelle !) de deux fédérations intérieure et cotière ?
    La reconstitution de frontières intérieures et la limitation des déplacements seraient propices à une maîtrise localisée de la Covid.
    L’economie ne devrait pas trop en pâtir, les périodes de crise et de guerre sont souvent des périodes d’intense activité (réelle) et de baisse du chomage (inefficacité, réquisition), avec même peut-être une baisse de l’impact écologique.
    L’armée pourrait ne pas bouger (quel rôle pour l’Otan dans un conflit entre Grèce et Turquie ?).

  10. Dans ces eaux nauséabondes de la “bourgeoisie capitaliste”, le mieux armée pour tirer son épingle du jeu, c’est quand même Trump.
    Au lendemain des élections présidentielles, les USA se trouvent dans une nouvelle configuration:
    – Un véritable partie de gauche incarnée par la “squad” qui affronte la réalité.
    – Un partie centriste “bourgeoisie rentière”, les deux vieux parties historiques réunie par la déchéance qui les conduits à renier la démocratie.
    – Une extrême droite fasciste menée par Trump.

    1. Variante plus proche du pouvoir:
      – Un véritable partie de gauche incarnée par la « squad » qui affronte la réalité.
      – U.S. Chamber of Commerce
      – Une extrême droite fasciste menée par Trump.

      Encore plus proche du pouvoir:
      – Un véritable partie de gauche incarnée par la « squad » qui affronte la réalité.
      – Wall Street and the billionaires

      Je n’arrive pas à situer les GAFAM politiquement. Une neutralité et des $ qui les rapprochent de Wall Street, mais un peuple à la source de ces $.

    1. “And GO BIG!
      Eliminate the Electoral College through the National Popular Vote Act! DONE!
      Ratify the Equal Rights Amendment for women! Just one more state needed! DONE!
      Send in the Army Corps of Engineers to Flint to replace the poisoned water pipes! DONE!!”

    2. Merci deepL
      « A partir de là, Moore s’est lancé dans une liste détaillée des politiques progressistes qu’il souhaite voir Biden mettre en œuvre pendant son mandat. Parmi ses priorités, il envisage les soins de santé comme un droit humain, le versement d’un salaire décent aux travailleurs, la réduction du “fossé grandissant” entre “les ultra riches et les autres” et l’égalité de rémunération pour les femmes.

      M. Moore a félicité M. Biden d’avoir fait de la lutte contre la pandémie de coronavirus sa première priorité en tant que président, mais l’a supplié de fournir un stimulant et des soins de santé à ceux qui ont perdu leur emploi à cause de cette pandémie.« 

  11. Je pense que Trump tente un coup d’état:
    1) Refus de collaborer avec Biden;
    2) Remplacement des ministres principaux (armée, police, renseignement) par des affidés fanatiques.
    3) Mais SURTOUT: Trump a réussi à faire admettre à près de la moitié du peuple que sa parole vaut vérité unique. Il se trouve dans la position d’un prophète omniscient, près à lâcher ses troupes.

    Les démocrates ont tort de se fier trop au respect des lois (y compris par les magistrats trumpistes). Le danger est grand (pas seulement pour les US) ! J’espère qu’en coulisses, ils négocient avec les généraux.

    1
      1. On est descendu à moins de 20% d’après Ipsos/Reuter. Plus que 40% de l’électorat républicain qui nierait la victoire de Biden.

      2. 7 jours , c’est un temps assez constant pour commencer à faire son deuil .

        Dans un mois , on pensera à autre chose .

        Dans un an , on ne se souviendra même plus où est la tombe .

      3. Adolf fut au pouvoir avec 33 %.
        Ce qui compte outre la quantité, est le fanatisme et la compétence. Je voudrais savoir qui, parmi ses hommes de main ont l’envergure nécessaire.
        Bien sûr, je préfère votre interprétation: une escroquerie de ses gogos 😉

        1. Je crois qu’il joue sur les deux tableaux : une insurrection encore envisageable (point de vue de Donald Jr. et Eric) + c’est râpé (Melania, Ivanka + Jared).

          Il le dit lui-même d’ailleurs “C’est moi qui ai gagné !” + “Dans ce cas-là, je me représente en 2024 !”

  12. Cette élection et ses suites ne sont que l’écume des choses en matière de vie politique aux U.S.A.
    Lorsqu’il s’agit d’intérêts financiers, il y a une grande entente entre les républicains et les démocrates;Trump et Clinton sont inscrits dans le Delaware, comme 50 % des sociétés cotées à la Bourse de New-York, J. Biden dans sa longue carrière de sénateur de cet état a toujours défendu ce statut particulier de ‘paradis fiscal’ qui ne veut pas dire son nom.
    L’on est curieux de voir si Bernie remettra sur le tapis, son projet de modification de loi qu’il avait déjà évoqué dans le passé?
    https://www.sanders.senate.gov/imo/media/doc/CORPTA%20FAIRNESSFACTSHEET.pdf

    1
    1. Faudrait d’abord qu’il nettoie devant sa porte et en finisse avec le régime de paradis fiscal de son Vermont chéri pour les captives d’assurance et réassurance, régime qu’il a bien sûr défendu.

      1. Élément qui risque d’avoir de l’importance pour les années qui viennent ?

        « Le Delaware est surtout connu à l’étranger pour être un paradis fiscal. En 2009, l’OCDE publie sa liste noire des paradis fiscaux, liste où le Delaware n’apparaît pas. En effet, à condition de n’avoir que des activités off-shore, c’est-à-dire hors des limites de l’État, une société ne subit qu’une taxation forfaitaire et minime (environ trois cents euros). Aussi de nombreuses sociétés, y compris d’importantes multinationales, y ont leur siège.

        Plus de 40 % des entreprises cotées à la Bourse de New York y sont domiciliées.65,6 % des entreprises du Fortune 500, qui recense les plus grandes entreprises américaines par revenu, sont déclarées dans le Delaware, alors que seulement 2 y ont leur siège (soit 0,4 %).

        Les résidents sont également peu taxés : l’impôt sur le revenu a six tranches, de 2,2 % à 5,95 %, il n’y a pas de TVA ni de taxes sur la consommation. La taxe sur le chiffre d’affaires (et non sur le bénéfice) varie de 0,096 % à 1,92 %. Chaque comté et chaque ville lèvent leurs propres taxes foncières en vue de financer le système éducatif. »
        Source
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Delaware

      2. @KDD :

        La réalité , décrite par des cabinets d’avocats remerciés par le Delaware , est suffisamment complexe pour donner corps au mythe …

  13. On dirait que mon commentaire n’a pas plu. Vous êtes chez vous, c’est votre droit. J’aimerais savoir ce qui n’a pas plu (la longueur, l’orthographe et la syntaxe, l’erreur, l’ignorance, le mensonge, la mauvaise pensée).

Les commentaires sont fermés.