La stratégie du conducteur ivre et le contrôle d’une épidémie par « stop and go », par Jacques Weber

Les lecteurs du blog entendront en écho ce que j’écrivais ici le 29 septembre : « Les différentes nations ont-elles traité le problème que lui posait la pandémie comme un problème d’optimisation à confier à des mathématiciens appliqués ? Je n’en ai vu la trace nulle part. »

Une épidémie est un processus complexe dont le contrôle est de même caractère que celui des systèmes dynamiques.

Ce type de contrôle a fait depuis le début de l’ère industrielle l’objet d’un nombre considérable de recherches… et de résultats.

Un système (ou processus) dynamique est un ensemble d’éléments (physiques, chimiques, biologiques, boursiers…) susceptibles d’évoluer constamment dans le temps. L’installation de chauffage central d’un immeuble (chaudière, radiateurs, pompes etc.) en est un exemple simple, un véhicule (voiture, avion, etc.) un exemple plus complexe à modéliser. Une pandémie est à l’évidence un processus dynamique extrêmement complexe compte tenu du nombre de facteurs mis en jeu.

Le contrôle d’un processus dynamique a pour objectif de s’écarter le moins possible d’une trajectoire temporelle définie (température d’un immeuble, trajectoire d’un véhicule, respect de la capacité d’accueil des hôpitaux…).

La difficulté réside dans la méconnaissance que l’on a généralement de facteurs externes qui échappent à notre contrôle. Pour obscurcir la situation, la dynamique propre du système est le plus souvent mal connue voire carrément inconnue.

– La première étape consiste à recenser le plus précisément possible les informations disponibles permettant de cerner l’état du système, et à identifier les actions possibles.

Pour une pandémie : les informations sont le nombre de personnes infectées, le taux d’incidence, le taux de positivité lors des tests, etc. ; les actions possibles sont les tests, les masques, la distanciation physique, les restrictions diverses de circulation, la vaccination et les soins, la réhabilitation des  services publics de santé, etc.

– La seconde étape consiste à comprendre le lien entre les actions et les informations précédentes de façon à élaborer, à partir de ces informations, des actions permettant de se rapprocher le plus possible de la trajectoire cible.

C’est à cette seconde étape que les choses se gâtent. La plupart des processus font preuve d’inertie (une certaine réticence au changement) et de retard entre les causes et les effets.

Inertie et retard tendent un piège courant mais fatal : si le contrôle agit trop fort et trop tard l’ensemble « système plus contrôle » devient instable. Il devient le siège d’oscillations dans les cas simples (pour la chaudière la température cible de 20° devient une moyenne entre des phases à 40° et d’autres proches du zéro) ; dans les cas complexes le comportement peut devenir chaotique (imprévisible) : nul prophète ne peut alors en prévoir l’issue.

Un cas typique est celui du conducteur ivre : la cible est la trajectoire de son véhicule. Le pilote réalise trop tard qu’il dérive à droite, tourne trop fort le volant vers la gauche… et réciproquement. Inutile de préciser la fin de l’histoire.

Le contrôle d’une épidémie par une stratégie de « stop and go » semble bien tomber dans le piège…

Les maîtres mots de toute stratégie de contrôle de système sont : réagir avec prudence au présent, tenir compte du passé, anticiper (dans la réalisation des contrôleurs simples les outils mathématiques correspondants sont proportionnalité, intégration et dérivation).

Ce qui surprend est la naïveté des pilotes qui nous gouvernent et leur manque d’adaptabilité.

De même que le conseil scientifique, féru de modèles mathématiques, ne comporte ni historien ni psychiatre, il ne semble pas que qui que ce soit ait pensé à faire appel à des spécialistes des questions évoquées ci-dessus pour éclairer ce conseil dit scientifique.

Partager :

39 réflexions sur « La stratégie du conducteur ivre et le contrôle d’une épidémie par « stop and go », par Jacques Weber »

  1. Merci pour cet article.
    Cette stratégie du  » stop and go  » a une raison très précise : l’incompétence de ceux qui sont aux commandes et qui ont pris des décisions bien trop tardivement, donc en catastrophe.
    Il suffit de se rappeler que dès mi février les autorités italiennes nous envoyaient des messages pour nous conseiller d’agir au plus vite, et en réponse le président Macron nous incitait à aller au théâtre et au resto et nous disait que les masques étaient inutiles , Blanquer disait même qu’il était hors de question de fermer les écoles.
    Du coup, à la mi mars , bien trop tard, on a été obligé de confiner sévère !
    Et rebelote cet automne, les courbes commençaient sérieusement à s’affoler fin septembre et il a fallu attendre début novembre pour reconfiner , alors qu’en agissant un mois plus tôt, un confinement plus soft aurait été possible, par exemple en laissant ouvert les magasins dits non  » essentiels » tout en sensibilisant la population et les commerçants à respecter les gestes barrières surtout dans les endroits clos et non aérés.
    La seule question est de savoir si c’est vraiment de l’incompétence pure ou bien si cela a été planifié pour d’autres motifs, plus ou moins avouables.

    6
    1. Je pense que ce sont des panicards incompétents . Mais il est possible que ce soit bien pire . Que ce gouvernements travaille pour big pharma et pour les ultra banquiers du grand reset , pardon de la grande réinitialisation . je signale aux lecteurs de ce blog que cette pandémis n’est en fait qu’une grosse grippe qui a tué sensiblement moins que la grippe de 2017 . Il faut donc que les lecteurs de ce site cessent d’avoir peur . Tout est arnaque dans ce dossier . Vous ne me croyez pas ? Et bien regardez le nombre de morts au total toutes cause confondues et ….. Mince ! Pas de différence avec les autres années . Faites , je n’oblige personne à me croire mais à rechercher Et comprendre que l’on se fiche de notre figure masquée . <En gros il meurt en France entre 1550 et 1600 personnes par jour , tous les jours bien entendu . je signale aussi que la Suède n'a pas confiné , ni imposer le port du masque , Allez en Hollande ….. Aucun masque nulle part . Corée du sud , hum aucun confinement . Japon aucun confinement ……. je m'arrête là car la liste pourrait être prolongée et j'aurai l'impression d'embêter les gens d'ici qui je pense , je ne suis pas sûr , ont peur de ce virus tout juste bon à tuer des vieillards porteurs de multiples pathologies très graves et âgés en moyenne de plus de 80 ans .

      3
      1. @hubert

        INSEE – décès en France
        Moyenne = 0,01% par mois
        2020/09 = 47 600
        2020/08 = 45 900
        2020/07 = 46 800
        2020/06 = 45 100
        2020/05 = 47 900
        2020/04 = 65 700
        2020/03 = 61 500
        2020/02 = 50 200
        2020/01 = 55 900
        2019/12 = 53 800
        2019/11 = 50 800
        2019/10 = 49 200

        2019/04 = 48 100
        2019/03 = 52 400
        2019/02 = 54 800
        2019/01 = 59 200
        2018/12 = 51 902
        2018/11 = 48 718

        2017/04 = 46 089
        2017/03 = 49 159
        2017/02 = 51 563
        2017/01 = 66 990
        2016/12 = 56 223
        2016/11 = 48 742

        Le pic le plus haut :
        1953/03 = 54 100
        1953/02 = 73 023
        1953/01 = 69 112

        France métropolitaine
        https://www.insee.fr/fr/statistiques/serie/000436394?idbank=000436394

      2. Salut Hubert,

        Pour la mortalité journalière, tu débloques, il y a une véritable surmortalité entre mars et mai, il suffit de voir les chiffres de l’INSEE. Je sais que sur le net circulent des vidéos indiquant ce que tu dis, avec des tableaux, mais ils ne renvoient pas à la source et sont simplement mensongers. Si tu as un minimum de bonne volonté, tu colles la série de l’INSEE des morts chaque jour sur un tableur et tu vérifies par toi même le total des morts en mars avril mai en surplus par rapport à d’autres années et au miracle on tombe sur les 30 mille et des brouettes enfin et des cercueils en sus.

        https://www.insee.fr/fr/statistiques/4923977?sommaire=4487854#tableau-figure1_radio1

        2
      3. Hubert, dans le lien tu cliques sur « tableau » et tu auras jour par jour la quantité de décès en France. Bon amusement ! On voit très bien la surmortalité chaque jour à partir de mars comparé aux autres années. Et on retrouve si j’ose dire nos petits.

        Moi je suis un fan absolue des théories conspi mon gars, j’adore tout ça, la terre plate, les ET, les illuminatis, les pédo satanistes, les révélations en tout genre, les religions, et tout et tout, parce que ça oblige à vérifier ses propres « croyances » et affirmer ses propres connaissances, et comprendre mais faut faire un effort hubert, sinon autant se déchirer la tronche au Ricard. J’ai choisi, si je ne peux pas vérifier, hop un petit jaune.

        2
      4. KDD,

        Oui mais comme Poutine est un reptilien, il ne compte pas pareillement que nous. Il est en base 8. Bon fallait le savoir je te l’accorde.

        1
      5. Les dénégateurs de tout poil abusent des chiffres qui leur conviennent. Le nombre de morts n’est pas le sujet.
        Il y a une réalité principale qui valide l’inquiétude que cause cette pandémie: c’est la saturation des systèmes de santé. Cassez-vous un pied en ce moment dans nombre de pays, et vous verrez comme vous serez (mal) soigné par des soignant débordés et épuisés. Et le cancer qu’on vous diagnostiquerait aujourd’hui ne le sera pas avant des mois, ce qui causera votre perte prématurément.
        La saturation des hôpitaux est LE motif d’inquiétude principal et LA nuisance principale de cette épidémie. Aucune autre maladie actuelle ne cause cette impasse, qui est le vrai critère des interventions gouvernementales en particulier dès qu’un pays est mal préparé, le stop-and-go.

        PS: et pour ce qui est de « la Hollande », on voit bien que vous n’y êtes point passé. Comme en Suède et un peu partout, nombre de citoyens s’imposent des règles plus strictes que celles imposées par les gouvernements. Ceux qui le peuvent, bien sûr. Voyez Paul Jorion! :))

    2. @ Arsène : »Autres motifs inavouables » ? La Belgique a pris les mêmes décisions de la 1ère vague, trois jours auparavant. Plutôt que penser à des motifs (volontaires), pensons à de l’inertie et des causes :
      L’italie prévient mi février et bien des belges partent en vacances de Carnaval en Italie. Il fallait évidemment réagir ! Mais rien.
      Il n’y a pas de masques et pas de matériel de protection des travailleurs de la santé. Il fallait évidemment réagir ! Expliquer et reconnaître les manques ! Mais rien.
      Il fallait éviter la saturation des hôpitaux (qui n’a pas été atteinte, assez loin de là en Belgique) et on a donc recommandé aux homes de vieux (EPHAD) d’éviter les hospitalisations. D’où 60% des décès de surmortalité. Et un temps d’aveuglément : il y a des morts par vague dans tous les homes tous les ans, surtout en hiver. De même l’aveuglément des morts de la canicule 2003 : ce sont les morgues qui ont alerté de la surcharge.
      On connaît ce qu’il faut faire en cas de pandémie ; mais il y a eu le traumatisme de la pandémie non arrivée et du scandale de l’OMS avec ses conflits d’intérêt. Donc rien.
      Autres motifs inavouables ? Il semble que Macron, Philippe, Castex n’ont pas besoin de se cacher pour « réformer »…

      1
  2. Quand même pas si simple qu’un « PID » (proportionnel + intégrateur + dérivateur) pour régulation thermique.

    Car le social vient perturber : Vacances, rentrées universitaires.
    C’est « prévisible », mais avec des fourchettes très larges.

    Plus la difficulté intrinsèque à la zone autour de R=1 ( = l’été) qu’on a une contre-réaction sociale
    (si ça dure : « bah, au fond, ça a l’air d’aller » d’où un relâchement).

    Je ne veux pas exonérer le gouvernement et son pilotage néanmois, puisque je partage le ressenti anxiogène de voir que l’on n tient pas compte de D dans le PID, en très très gros (c’est exponentiel, la conséquence du « D »). Je crois notamment que en Allemagne, ils ont toujours donné des horizons à +4 j au moins, avec un éventail limité de variation (Mais +8 j moins limité etc.).

    Le rapport du général de gendarmerie Lizurey a montré des failles hénaurmes , de fait, avec deux cellules de crise ( ministères de l’intérieur et de la santé qui ne se fréquentaient pas, ou bien qui envoyaient des sous-fifres non décisionnels chez l’autre, etc.) et autres palinodies.

    Mais enfin, aucun pays n’a fait très bien.

    La France aurait-elle du néanmoins se distinguer un peu du lot ?

    Il est vrai que la perception que j’avais des capacité d’une France jacobine dans les années 1980, et pouvant se mobiliser nationalement (c’était l’époque des succès Airbus, TGV, Ariane .. et même Minitel siouplait), cette perception, donc, s’est considérablement effritée. Il ne m’est pas évident pour autant de montrer explicitement le rôle des privatisations i.e. de convaincre un militant LR par A+B, par exemple (j’ai lu il y a peu le dernier bouquin de Laurent Mauduit (le journaliste de MP ex du Monde), Prédations, assez convaincant à ce sujet, mais montrant aussi comment les socialistes n’ont rien fait de bon sur ce thème).

    3
    1. Y avait-il vraiment besoin d’une pandémie pour éclairer l’opinion sur les limites atteintes par la structure étatique dite jacobine ?
      « Non, achevons la bête » diront ses opposants
      Inversement, cela suffira-t-il à une remise en cause de ce qui n’est plus qu’un mythe ?
      « Non, au contraire, réinstaurons l’ordre jacobin qui nous a tant manqué » diront ses partisans.

    2. Mettre la réussite de Airbus et d’Ariane sur le compte d’une centralisation jacobine est …étrange quand on sait les partenariat étrangers qui vont avec . La réussite industrielle ou économique de la France ne pose même plus , à mon sens , la question du jacobinisme économique et investisseur , qui a de fait commencé son agonie dans les années que vous dites ( et même un peu avant avec le choc pétrolier ) . Elle se pose dans un contexte mondial ( USA vs Chine et monnaies ), et n’a de chance de n’y être pas totalement esclave que dans le cadre d’une volonté et organisation européenne ( cf l’entretien avec Pascal Lamy que j’avais mis en lien ) .

      2
      1. Et donc une  » planification  » européenne désirée et financée , plutôt que sous tutelle des mains invisibles du seul ( ex ?) modèle économique allemand .

      2. @ Juannessy Airbus et d’Ariane sont des réussites étatiques donc jacobines, même si elles sont inter-étatique au niveau européen. Ariane étant une réussite plus spécifiquement française après l’échec de l’approche fédéraliste d’Europa.
        Quand à l’exceptionnel programme électronucléaire français, (hors toute considération sur les risques et les déchets …) qui ne serait plus possible de nos jours, il est essentiellement jacobin et fait suite au choc pétrolier.
        La France semble difficilement capable d’une réussite industrielle d’ampleur en l’absence d’initiative étatique donc jacobine.

        1
      3. Rentrez mieux dans l’histoire d’Ariane Espace et d’Airbus ( que j’ai plus particulièrement en connaissance particulière ) , vous y verrez qu’entre les impulsions et les réalités industrielles sont bien plus complexes .

        Il n’y aurait d’état que jacobin ? KDD ne va pas vous croire .

        Pour le programme nucléaire civil , c’est directement la suite de la décision ( presque solitaire ) d’un certain général , pour doter la France de la bombe puis d’une forme d’indépendance énergétique . Un peu partout dans le monde , du plus collectiviste au plus libéral , tout ce qui touche au nucléaire est sous le regard de la puissance publique ( et heureusement ) .

      4. « Jacobine » n’était peut-être pas le mot approprié.
        Disons que la stabilité mise en gage de ces développements longs était celle de l’état.

        C’est cette stabilité qui a déclenché des collaborations européennes plutôt pérennes,
        avec certes pour tous les observateurs de près, du bruit dans les ramures

        (on a pu faire l’analogie des débuts de l’A320 dans les années 80 avec les avaries et avanies du 737 MAX depuis 2 ans
        ça a du faire du tirage franco-allemand à l’époque, puis les desiderata ds Enders et autre Camus aussi bien sûr).

        On n’a eu qu’une « déjaconbisation », celle des privatisations d’esprit néolibéral, c’est plutôt ces oeillères là qui définissaient mon post ci-dessus, en creux …

        1
  3. – oui mais si les données pertinentes , dans la première ou la seconde phase , sont dans les  » etc… » que l’on découvre in itinere et dont on est jamais sur qu’on les a toutes ?

    – oui mais quid quand il n’y a pas quelques pilotes , mais que tous les passagers ( même à jeun ) veulent prendre le volant ?

    Mais ça n’empêche pas d’essayer la prochaine fois . Vous avez une IA capable de prendre le volant ? Si oui , il va falloir la faire accepter par les passagers , et ça risque d’être la bagarre dans l’habitacle .

      1. Pas doués ces Danois, nous on avait passé à la chaux vive , enterré ou calciné nos vaches folles sans coup férir .

    1. Cela m’a rappelé, jeune étudiant en stage de vacances, avoir tenu la barre d’un pétrolier (+ de 100 mètres de long). Le bateau réagit longtemps après que vous donnez une impulsion au gouvernail, donc vous donnez deux autres impulsions, et soudain le bateau qui dérivait un peu à bâbord dérive fortement à tribord, et vous donnez cinq impulsions à l’inverse et… Pas besoin d’être ivre. Heureusement l’officier n’était pas loin, c’était une mer d’huile…
      Mais le Covid fut plutôt l’entrée dans une tempête, et le gouvernail manquait d’entretien (voir plus haut). Il semble que la seconde vague est menée avec une meilleure tenue des mouvements de gouvernail.
      Mais à nouveau, on annonce la communication du président/commandant pour dans deux jours et les mesures déjà évoquées partout sont tenues sous le boisseau. Spectacle cocasse… mais qui retarde tout.

      1
      1. @chabian Ne pourrait-on suggérer de rendre obligatoire un stage de conduite de pétrolier dans les 3 mois d’entrée en fonction au plus tard, pour tout les hauts responsables Ministres présidents, DGS … ou à l’ENA ?

        2
  4. En finance, en météo on pratique l’optimisation de modèle sur le big data, entrants et sortant connus, depuis des lustres.
    Si l’été 2020 avait été considéré l’équivalent de l’an 2000 en terme de catastrophe, il n’y aurait jamais eu de deuxièmes vagues.

    1. Mais au lieu de ça, les big pharma ont fait turbiner leurs super-ordinateurs pour mimer le vivant pas vraiment mort du covid-19 pour nous déverser du vaccin comme s’il en pleuvait.
      Toujours se concentrer sur les moyens, planqués derrière une propriété privée et absolument éviter les fins qui sonnent le tocsin d’argent facile à gagner.

      2
      1. Peut-être que le capitalisme, c’est la forme, la structure humaine qui synthétise notre trouille occidentale d’affronter notre fin en jouant sur tous les moyens possibles et imaginables pour l’éloigner. (je viens de visionner la vidéo du philosophe Herbert Fingarette sur « La Mort »)

  5. N’est-ce pas aussi le signe d’une méconnaissance des métiers de la part des politiques, qui donne l’impression de naïveté, car ils ne savent plus qui mobiliser et sur quoi, ni à quelle compétence faire appel?
    Malheureusement, le tout libéral a fait de l’économiste, le chaman dont la mythologie doit inspirer toute action au détriment du réel, des connaissances acquises et de leurs détenteurs.
    N’est-ce pas aussi le fait que l’on a trop recourt à du procédural algorithmique, fabriqué par des informaticiens (imbibés de sécuritarisme en lieu et place de connaissance), pour pallier à ce qui hier était dévolu aux métiers et à l’exercice d’une expertise issue d’un empirisme de terrain, et qui avait l’avantage de laisser la place à des subtilités qui échappent aujourd’hui à la cybernétique. Les hommes réifiés dans le système perdent leurs marges de manœuvre et leur pertinence, et la plasticité du « tout » ne se fait plus que par des lourdeurs correctives de circuits parallèles se surajoutant à la complexité . Plus on simplifie la tâche pour atteindre productivité, sécurité et surtout contrôle (fils des 2 précédents), plus on complexifie le circuit et plus on perd en réactivité pertinente.
    Où sont aujourd’hui les psychanalystes de l’organisation, capables de faire sortir le système de son ornière , capable de révéler les impasses systémiques pour faire explorer de nouvelles voies et de nouveaux paradigmes, capables d’élaborer de nouveaux concepts dont des experts s’empareront pour en dominer les savoirs naissants, et dont les praticiens expérimenteront les efficiences et les défaillances?
    Où est le monde politique censé organiser tout ce petit monde en équipe?
    Cybernétique , juridisme, financiaro-monétarisme absurde, semble être aujourd’hui le signe que l’homme n’est plus au centre de l’organisation et qu’il n’y a plus de pilote dans l’avion. Le paramétrique, l’argutie, l’inconséquence, règnent en maîtres comme si les Vogons du film H2G2 étaient au pouvoir (« espèce qui ne lèverait pas le petit doigt, ……,« sans un ordre écrit, contresigné en trois exemplaires, expédié renvoyé requis perdu retrouvé, soumis à enquête publique, reperdu et finalement enterré durant trois mois dans la tourbe avant d’être recyclé comme allume-feu »).
    Un film satirique et vraiment drôle (dont l’acteur principal est le hobbit) que je vous recommande tout spécialement pour rire de notre temps. « H2G2, le guide du voyageur galactique »
    https://www.youtube.com/watch?v=rk-G-OeqW3k

    3
    1. Pour ma part, je recommanderais surtout la lecture de l’original de Douglas Adams («The Hitch-hiker Guide to the Galaxy»), en anglais. Il y a dans cette « trilogie en quatre parties » un humour typiquement british que les images ont bien du mal à transposer. Un régal absolu.
      Mais bon, on s’écarte du Covid, là.
      Ce qui n’est peut-être pas une mauvaise chose…

      1. @Chabian :
        J’ai admis de mon côté que la psychologie ferait l’affaire , mais si on en vient à la psychiatrie comme vous le souhaitez , le choix entre les ( au moins deux ) écoles va être sanglant .

  6. Partager c’est sympa. Aussi évoquer ensemble cette étude fondamentale sur la covid19, datant du premier confinement certes, mais comportant encore bien des éléments caractéristiques de la pandémie, ne peut que nous enrichir. Avertissement : pas beaucoup d’arguments chiffrés ou de graphiques, mais, passons sur cet aspect de l’exposé scientifique.
    https://www.youtube.com/watch?v=FqIOiUmEa9E

  7. La donnée de base (nombre de personnes contaminées) n’a jamais été connue..elle fait elle même l’objet de modèles ! Dès lors on a une base pas du tout fiable pur décider !.
    Il aurait pourtant suffi (je sais c’est beaucoup trop SIMPLE) de tester des échantillons représentatifs de la population (2000 à 5000 personnes en fonction de l’intervalle de confiance recherché) depuis le début de l’épidémie à intervalles réguliers (toutes les semaines par exemple).
    PS par exemple les dernières modélisations de l’Institut Pasteur fin octobre sur l’évolution des réanimations (sur un horizon temporel court) qui ont servi notamment d’argument à E Macron pour justifier le reconfinement se sont avérées complètement fausses.
     » A ce stade, nous savons que quoi que nous fassions, près de 9 000 patients seront en réanimation à la mi-novembre, soit la quasi-totalité des capacités françaises », a déclaré le chef de l’Etat »

    1. Il suffirait sas doute maintenant que l’on a beaucoup de test de suivre le taux de positivité, en particulier de ceux qui font le test hors symptomatiques.
      En quoi l’estimation des 9000 serait elle fausse ?
      N’a t il pas fallu déprogrammer ?
      Pouvait-on espérer une estimation crédible à plus de 30 % ?
      Sur quelle bases ?

  8. Oui, humains , réactifs et solidaires, et qui savent très bien s’organiser ! 🙂

    Face au Covid, l’efficacité des réseaux autogérés de soignants, plus réactifs que le gouvernement
    PAR NOLWENN WEILER 13 NOVEMBRE 2020
    « L’implication des soignants du secteur libéral – généralistes, infirmières ou pharmaciennes – a été très forte pendant la première vague de l’épidémie de Covid. Dans certains quartiers, des collectifs habitués à travailler ensemble ont été très réactifs et ont sauvé de nombreuses vies tout en préservant l’hôpital. Ils regrettent que les institutions ne les prennent pas vraiment en compte pendant cette deuxième vague. »
    https://www.bastamag.net/Medecine-de-ville-deuxieme-vague-generalistes-infirmieres-liberales-pharmaciens-communaute-professionnelle-territoriale-de-sante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.