54 réflexions sur « Vidéo – Les jeunes vont nous sauver, heureusement ! »

      1. 😀 faut que j’apprenne et aussi Il faut trouver un lien sûre ( autre que des commentaires) entre le chamanisme et l’i.a, parce que que y’a l’air d’en avoir un !

      2. Lucas : le lien est vraisemblablement la capacité à accéder (et traiter??…) à une plage de données bcp plus grande que dans un état de conscience normalisé. J’ai plus confiance dans l’IA pour le traitement… pour l’acquisition à mon avis le shaman est très loin d’être “prenable” par la technologie actuelle mais ça nous fait une belle jambe, pas bcp plus…

  1. Je m’attendais plutôt , comme ça c’est passé et ça se passe encore pour ce qui me concerne , que ce soit vos enfants et petits enfants qui vous empêchent de dormir , vous titillent et vous laissent entrevoir que vous ne faites plus forcément partie de la solution .

    Mais je retiendrai qu’il faut “s’accrocher sans mettre de bâton dans les roues ” , ce qui suppose une certaine souplesse qui commence à me faire sérieusement défaut !

  2. Au sujet de la géothermie, c’est la dite ‘profonde’ qui pose problème si j’ai bien suivi, les connaisseurs du blog sur le sujet nous le confirmeront, ou pas… 😐
    Pas très loin de l’Alsace, il y a des projets du même genre dans le Jura Suisse, qui sont également remis en cause, notamment suite aux tremblements de terre survenus en Corée du Sud il y a 3 ou 4 ans pour les mêmes raisons.

  3. “Moins de tout” en tout cas. Ensuite faut détailler, arbitrer.
    L’invitation faite par FC à Jancovici (2019) est une véritable “Katioucha” côté débit de solutions.

    1
    1. Merci Hervey pour cette vidéo ;

      Jancovici toujours égal à lui -même : explicatif , clair , argumenté
      Par contre , à propos de sa vitesse “Katioucha” , il va vite , il est très technique , et il pose les problèmes et propose des solutions.

      Le journaliste , lui : dépassé et n’ayant pas la compétence face à la l’ensemble des enjeux et des conséquences posés ,et des solutions proposés .

      Jancovici est de plus en plus écouté , et en particulier par une jeunesse qui comprend les enjeux.

      Aller une autre vidéo:

      Climat les leçons du choc Covid .

      https://www.youtube.com/watch?v=QrATizaiuLM&feature=emb_rel_pause

      Accrochez-vous.
      planification vs système libéral
      Jancovici vs économiste libéral

      bonne lecture

      En tout cas Jancovici ne change pas la nappe , il renverse la table .

      1
    2. Et ce qu’a couté Fukushima n’aurait pas pu être employé ailleurs pour réduire la peine des gens??? Le problème de Jancovici c’est qu’il souffre de cette manie propre des “dominants” à toujours construire des raisonnement ou on ne peut pas le prendre à défaut. Comme tout le monde me direz vous, pas exactement : c’est une chose de construire un raisonnement avec une progression rationnelle qui aboutit quelque part et c’en est une autre de le construire dans le seul but de ne pas pouvoir être mis en question. Ces gens là ne pensent pas, ils démontrent et de ce fait ils coupent court à tout débat. Il a passé moins de temps à se pencher sur les conséquences sanitaires réelles sur les populations irradiées qu’à aller chercher Thomas Pesquet et les rayons cosmiques pour pouvoir clore le bec du contradicteur…

      1. Bonjour Dup

        Fukushima est la conséquence d’un évènement majeur sur lequel l’homme n’a aucun impact : le tsunami du 11 mars 2011.

        Le Japon n’a pas de pétrole , pas de charbon , pas de gaz .
        Sa politique nucléaire était la décision d’une indépendance énergétique, partielle certes , comme celle mise en place en France.

        Je ne pense pas que Jancovici se considère comme un dominant.

        Jancovici pose le problème :

        – comment assurer l’approvisionnement énergétique à l’ensemble de la population en réduisant au strict minimum , et au plus vite ,notre consommation d’énergies fossiles qui contribue au réchauffement climatique avec les conséquences qu’il exprime et connues, ne seraient ce que par le blog de Paul.

        – comment réduire notre consommation d’énergie en étant plus frugal.

        C’est un changement majeur de société et de nos modes de fonctionnement qui impliquent des évolutions technologiques qu’il faudra mettre en œuvre .

        Ensuite un débat se fait par un échange d’arguments.
        La difficulté dans ce type d’émissions TV est qu’il n’y a pas de journalistes capables d’apporter des arguments techniques et sociétaux contradictoires qui apporteraient au débat .

        Le Groupe Insa l’a compris et anticipe par une évolution pédagogique à venir sur l’ensemble de ses futurs ingénieurs qui mettront en place les changements technologiques futurs.

        D’autres suivront.

        Après ,tous ses débats portent sur le sujet :
        Y aura -t-il ou non des changements climatiques majeurs ?
        Tout en sachant que, si cela se trouve avéré , on a intérêt à anticiper les changements , et très vite .

      2. Ilicitano je vous la fait à la Jancovici :

        NON ! Le cout de la catastrophe NUCLEAIRE de Fukushima est la conséquence à 100% de l’activité de l’homme qui est allé planter une centrale NUCLEAIRE au bord de l’eau. Ce n’est pas la nature qui a choisi l’emplacement de la centrale.

        Si vous prenez pour postulat que le monde va subir de puissants soubresaut sociétaux du fait de la crise écologique il est aussi irresponsable de mettre en place des réacteurs dont on sait qu’il n’y aura personne pour les faire fonctionner et en assurer la sécurité dans le chaos social qui nous attend, que de construire un réacteur au bord de l’eau face à une mer sujette aux tremblements de terre. Si le covid avait été mortel dans 50% des cas combien d’ingénieurs et/ou de personnels de maintenance se seraient quand même présenté au travail au lieu de rester confinés? …

        Il est très probable que Jancovici ait parfaitement tort sur le nucléaire, il le sait très bien mais il tue le débat, c’est ça que je lui reproche.

        1
      3. @ Dup

        On supprime les énergies fossiles .
        On supprime le nucléaire.

        Que reste-t-il ?

        1-
        On met des éoliennes qui tournent par intermittence
        On met des panneaux solaires qui fournissent en fonction de la météo ,du jour/nuit ,et selon les équinoxes .
        qui seront largement insuffisants et ne s’adapteront pas à la demande
        ensuite on stocke comment ?

        2-
        On a bien la biomasse , mais il va falloir taper dans les forêts et ce sera largement insuffisant.
        La Suède a maximisé sa fourniture énergétique par le bois mais a le couvert forestier et la demande qui le permet

        3-
        On a l’hydraulique .qui permet de gérer les pics de besoin mais est insuffisant.
        Les Alpes et les Pyrénées ont utilisé toutes les possibilités.
        La Norvège a maximisé sa fourniture d’électricité hydraulique par les barrages mais à la topographie et la demande qui le permet

        Conclusion :
        Economie ,frugalité et trouver des moyens de fournir le pays en énergie dans les meilleures conditions.
        Le travail d’une génération.

        Sinon , comme disait notre Ministre de l’écologie :se préparer à des coupures d’électricité en cas de fort besoin hivernal , en attendant de gros blackouts électriques.

        Un intervenant du blog, disait que maintenant on a Linky et rien n’empêche le fournisseur d’électricité de modifier à distance le potentiel maxi qu’on peut utiliser en cas de surcharge du réseau.

        1
      4. @Dup (7/12 à 14h31)
        J’entends ce que vos écrits disent. Je sais/pense que vous êtes convaincu et de bonne foi. Et plein d’autres sans doute.
        Comme moi.
        Je veux (il veut , maintenant..)(vous souhaitez aussi sans doute..) une dégression organisée et “tolérable” (par sa durée , son rythme et son absence de rugosité/brutalité ) du niveau de vie “occidental” (pour faire court) jusqu’à un stade “acceptable” par la planète.
        (((“Négligeons” pour la suite l’existence du problème posé par les conséquences du développement inéluctable des autres populations du globe.)))

        Je suis Jancovici depuis de (très)nombreuses années . Il a lentement , mais fort , évolué dans le “bon” sens . Cela s’entend en particulier dans cette précédente courte vidéo.
        C’est , à mon sens , un signe d’intelligence. C’est aussi un signe d’adaptabilité et de recherche d’efficience baignant dans un pragmatisme assumé. Il est père.

        Il fournit comme caution de ses positions (en ce qui nous concerne ici) deux références qui mériteraient développement et qui devraient vous donner des arguments en cas de “bluff” de sa part..

        a) Au moins deux allusions aux écrits de l’ U.N.S.C.E.A.R. ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Comit%C3%A9_scientifique_des_Nations_unies_pour_l%27%C3%A9tude_des_effets_des_rayonnements_ionisants ) écrits auxquels il déclare se référer pour ses conclusions utiles.
        (extrait dans le lien: … ” Le comité est formé de scientifiques désignés par 27 pays qui se réunissent annuellement et fournissent un rapport présenté en assemblée générale. En France, l’IRSN présente des synthèses de ces travaux3.
        Son objectif n’est pas de définir des normes en matière d’émission de particules radioactives ou d’expérimentation dans le domaine du nucléaire, mais de « définir précisément l’exposition actuelle des populations du monde aux rayonnements ionisants » (to define precisely the present exposure of the population of the world to ionizing radiation)2, et selon le CEA ” d’établir et actualiser les connaissances sur les niveaux d’exposition et effets des rayonnements ionisants”.
        Les rapports de 1958 et de 1962 ont servi de base à partir de laquelle a été négocié le Traité sur l’interdiction partielle des essais nucléaires de 1963.
        Les rapports de cet organisme sont considérés comme des références par la Commission internationale de protection radiologique pour ses recommandations qui servent de base de travail en matière de radioprotection. En 2007, 15 rapports ont été publiés.
        Bien que de structure similaire au GIEC, organe dépendant également de l’ONU, l’UNSCEAR est bien moins médiatisé et connu du grand public.
        ” …

        b) Pour ce qui concerne les “méfaits médicaux pour les humains (français)” liés au développement de l’atome civil dans nos pays , il demande l’arbitrage (médiatique?) d’un légitime spécialiste de ce type de “problème” .. un médecin .. incontestablement autorisé d’un organisme dédié .

        Peut-être à développer ici , maintenant… ou plus tard , C19 aidant… 😉

      5. Si vous avez bien suivi Jancovici Le nucléaire est ridicule en proportion des énergies fossiles, le niveau de développement du nucléaire qu’il faudrait atteindre reviendrait à avoir une densité nucléaire encore plus élevé que celui qu’on a en France actuellement partout dans le monde. ça suppose non seulement de l’argent des compétences et des matières premières en quantité phénoménales et du pétrole évidemment… Question combien d’éoliennes construisez vous avec le budget d’une centrale nucléaire? Autre question n’y a t il pas mieux que les éoliennes moi j’aime bien ça :

        https://www.mer-ocean.com/une-centrale-electrique-inseree-dans-une-digue-unique-au-monde/

        ou encore ça

        https://www.neozone.org/ecologie-planete/wavestar-la-centrale-electrique-qui-utilise-la-houle-pour-produire-de-lenergie/

        Bref plein de choses rien que sur ce créneau là qui en sont encore aux balbutiements.

        https://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/energie-houlomotrice-ou-energie-des-vagues

        Ya aussi le nucléaire au thorium qui n’implique pas des déchets d’une aussi longue demi vie

        Pour le stockage aussi ya plein de solutions innovantes :

        https://www.maxisciences.com/energie/une-entreprise-invente-des-ballons-sous-marins-pour-stocker-les-energies-renouvelables_art36568.html

        https://www.revolution-energetique.com/gravitricity-une-nouvelle-solution-de-stockage-delectricite-par-gravite/

        https://www.revolution-energetique.com/gravitricity-une-nouvelle-solution-de-stockage-delectricite-par-gravite/

        https://www.ifpenergiesnouvelles.fr/sites/ifpen.fr/files/inline-images/NEWSROOM/Regards%20%C3%A9conomiques/Etudes%20%C3%A9conomiques/Panorama%202013/08-VF-Panorama-2013-Le-stockage-massif-de-l-energie.pdf

        Bref beaucoup de choses qui se font doucement, tout écarter d’un revers de la main parce que ça représente une part infime de la couverture des besoins à ce jour je trouve ça stupide, à ce compte la on serait encore a se déplacer à cheval, au début aussi sur le graphique les gens qui se déplaçaient à cheval étaient infiniment plus nombreux que ceux qui le faisaient en automobile…

        Enfin une dernière chose concernant le cout et là le serpent se mord grave la queue vouloir établir la frugalité énergétique en développant l’énergie nucléaire qui n’est pas chère pour le consommateur c’est très loin de se tenir et à l’opposé l’énergie chère dissuasive c’est moins stable socialement cf les GJ… Résultat si on fait du nucléaire cher il sera dangereux à cause des risques sociaux et si on fait du nucléaire pas cher il sera dangereux car moins fiable et n’incitera pas les gens à la frugalité du tout…

        A relativement court terme il faudra trancher le noeud gordien en France :

        Soit on persiste dans le nucléaire et il faut des milliard pour rénover ce que l’on a et encore des milliards pour se passer du pétrole (et il faudra contraindre la population à accepter de nouveaux réacteurs près de chez eux… ça va être coton… les pro nucléaire quand leur maison perd 50% de sa valeur du jour au lendemain parce qu’on construit une centrale juste à côté ils deviennent subitement tout verts 🙂 )

        Soit on sort du nucléaire on pollue un bon coup (la oui on aura besoin de spécialiste de la frugalité comme Jancovici pour minimiser l’impact de la transition et ce sera se serrez la ceinture mais avec une lumière au bout du tunnel, un rationnement pour tenir jusqu’au port, un effort pour les enfants, ça oui les gens peuvent le comprendre) on mets les milliards dans des énergies renouvelables, on crée des emplois et on développe un secteur nouveau comme on a su le faire avec le nucléaire. Quand à la filliaire nucléaire actuelle avec tous ses savoir faire on la redirige 100% R&D pour la fusion et pourquoi pas le thorium (on peut finir L’EPR aussi car il faudra bien trouver un moyen de cramer les tonnes de plutonium et autre mox dégueulasses sur lesquelles on est assis pour 25000 ans…) Le vrai danger du nucléaire c’est la prolifération.

        1
  4. la Technique est la naissance de l’Homme .( Regis Debray)

    pour le pire parfois , mais souvent pour le meilleur.

    https://theshiftproject.org/

    Paris, le 7 septembre 2020 –

    THE SHIFT PROJECT & GROUPE INSA LANCENT CLIMATSUP INSAT

    Le Groupe INSA, qui forme chaque année près de 17 000 élèves ingénieurs, s’associe au think tank The Shift Project pour intégrer dans ses enseignements la problématique climat-énergie. Le travail entamé en cette rentrée 2020 doit donner lieu à des premières transformations de la formation dès septembre 2021.

    https://www.groupe-insa.fr/nos-actualites/shift-project-groupe-insa-lancent-climatsup-insa

    L’objectif du projet est d’intégrer les enjeux climat-énergie dans les formations du Groupe INSA sur les 5 ans de la formation et avec les premières transformations dès septembre 2021, et de présenter la démarche du Groupe INSA au monde de l’enseignement supérieur français afin d’inspirer les autres établissements à mener des initiatives similaires.

    Phase 1 :
    Cartographie et réalisation d’un état des lieux de la prise en compte des enjeux climat-énergie dans les formations du Groupe INSA.
    Elaboration d’un socle de connaissances et compétences commun à tous les ingénieurs, et leur déclinaison par spécialité.

    Phase 2 :
    Élaboration d’un projet pédagogique cohérent sur les 5 ans du cursus de formation permettant d’intégrer le socle de connaissances et compétences défini dans toutes les formations du groupe de manière cohérente.

    https://www.groupe-insa.fr/sites/default/files/uploads/pdf/2020-09-07%20-%20CP%20lancement%20Projet%20ClimatSup%20INSA.pdf

    3
      1. J’adore écouter et regarder l’attitude imperturbable de Jancovici lorsqu’il se fait interrompre par la plupart des intervieweurs , dont celui-ci , à la fraction de seconde où sa démonstration de réponse va devenir indéniablement claire pour l’auditeur (ce qui n’est pas le but recherché)… il garde un calme froid , certains diraient glaçant , le considérant dès lors , bien à tort , comme arrogant… , et il incise au scalpel la phrase de son intervieweur par un ” non! ” net , tranchant , suivi d’un : ” je suis au contraire en train de vous dire que… ” Boum! Goal….

        Cette interview , tout sauf béate , peut s’écouter à partir de +- la vingtième minute , moment où enfin on lie “changement climatique/énergie/rythme de chute de croissance”.
        Un indispensable à la réflexion. Y en n’a pas des tonnes…!

        1
      2. Quand vous avez affaire à un mec qui n’est jamais pris à défaut soit c’est un vrai politicien (y en a plus bcp voire plus aucun) soit c’est un chef d’entreprise tenez vous le pour dit, il sont formés pour ça (les moins doués finissent politicien on dirait bien…) et vous tombez dans le panneau.
        “L’important c’est de toujours avoir raison” dixit une connaissance dont la réussite sociale (et les signes extérieurs qu’il en exhibe) démontre une fois de plus qu’il a raison… Impossible de discuter avec des gens qui ne considèrent pas les arguments qui leur sont opposés comme une pièce qui pourrait s’insérer dans leur puzzle quitte à en modifier l’image mais comme quelque chose ” à abattre” systématiquement pour garder leur suprématie. Les moins doués sombrent dans la mauvaise foi la plus criante et les plus doués finissent par avoir des adeptes…

    1. Moi je me classerais comme Supiot de Jancovici.

      Car il pense à la dignité de l’énergie frugale, l’animal Janco,
      mais il ne pense qu’indirectement à la dignité de l’activité/travail à faire autour.

      1
      1. Ce que propose Janco :
        (“William, that’s so technical, your words please)
        Compter les “esclaves équivalents” dont nous “gratifie” l’énergie fossile
        …comme l’on compte les moutons pour s’endormir,
        (“to die, to sleep”)
        …Rêver que l’on s’en rende compte le lendemain matin, assez fort…
        (“to sleep and perhaps to dream”)
        … Et que l’on construise sa journée, son mois, en être énergétiquement conséquent .
        (Passer du Dasein ou Da-Frugal-Sein: Je prendrai pas douche à l’heure du coup de vent de 15h, et j’attendrai l’arrêt des usines pour utiliser remettre un coup de froid à mon frigo “grande inertie”, si les poires commencent à blettir, je m’en ferai une ventrée comme repas, et garderai la blette pour le repas d’après)
        (“much ado about nothing”).

    2. @ilicitano Cette évolution du cursus INSA shift project pour intégrer la problématique climat énergie, outre un green-washing de formations techniques loin des problématiques environnementales ou de sciences sociales, est surtout la marque de la continuité du formatage des élites conformément à la doxa courante actuelle et non le développement de l’esprit critique et de la curiosité.
      et fait partie d’un alignement aux préceptes du GIEC.

      2
      1. Vous contestez les analyses du GIEC ?

        Vous ne semblez pas non plus bien savoir et comprendre ce qu’est vraiment le réservoir secret des élites , et utiliser ce terme comme d’autres parlent du diable comme poupée expiatoire de leurs ignorances . A tort et à travers et en se tirant un balle dans le pied .

      2. Bonjour Ruiz

        Cette évolution du cursus pédagogique à venir ne peut se réaliser qu’à partir du moment où il y a compréhension, intégration des enjeux climatiques , énergétiques et sociétaux à venir et des solutions à mettre en œuvre.

        Pour Bertrand Raquet, président du Groupe INSA, « la raréfaction des ressources
        disponibles, l’effondrement de la biodiversité, les changements climatiques en cours, associés notamment à la
        problématique de l’énergie, les conséquences environnementales et sociétales des technologies actuellement
        développées, sont autant d’enjeux que l’ingénieur du XXIe siècle doit intégrer dans ses décisions, à la fois d’ordre technique et éthique. »

        D’autres Groupes d’école d’ingénieurs vont et devront franchir le pas sous la pression , des évènements, de leurs enseignants et de leurs élèves , et certainement des entreprises qui devront s’adapter.
        Les discussions sur les contenus pédagogiques ne font que commencer au niveau des directions de programme en lien avec les entreprises qui seront les employeurs des futurs ingénieurs.

        On n’en est plus au greenwashing mais aux solutions techniques réelles.

        1
      3. Que les ingénieurs commencent par se demander s’il est judicieux d’investir dans des technologie de très haute technicité et de risque total comme le nucléaire alors qu’on sait pertinnament qu’une énorme crise sociétale vas avoir irrémédiablement lieu? Qui entretient et surveille les installations nucléaires pendant une guerre civile???… Jancovici vous répondra que grâce à l’énergie des centrales on évitera la guerre civile car les gens ne se révolteront pas… car il a toujours raison…

      4. @ilicitano
        “s’associe au think tank The Shift Project pour intégrer dans ses enseignements la problématique climat-énergie”

        Je ne connais pas le programme de l’INSA à ce sujet, et je salue toute initiative d’ouverture d’esprit de formations d’ingénieurs à d’autres domaines.

        Les étudiants gavés par les médias de la problématique écologique et anti-CO2, amplement diffusée maintenant tel un catéchisme dans les programmes officiels de l’éducation nationale réclament depuis longtemps cet aggiornamento et choisissent déjà depuis des années leur futur employeur en fonction de ces critères.

        Le rôle d’un organisme d’enseignement supérieur, même à but technique et d’application, n’est pas forcément de régurgiter les analyses et positions d’un think tank soumis aux lobbys mais de fournir l’esprit critique et réellement scientifique pour faire face aux problèmes à venir.

        La biodiversité, les pesticides, la qualité de l’air , les déchets ce n’est pas des problématiques climat énergie.
        Le H20 est un des principaux gaz à effets de serre.
        Une belle éruption volcanique ou un vrai conflit thermonucléaire pourrait reléguer la vulgate du C02 au second plan.

      5. @Juannessy
        Les analyses du GIEC peut-être pas il faudrait les lire, les conclusions pourquoi pas, c’est la seule chose que les médias reprennent, le but étant d’influencer les gouvernements.
        Je n’ai pas saisi le réservoir secret des élites.

      6. @ Ruiz :
        Faut pas se faire d’illusion non plus sur la façon dont la vulgate CO2-climat est ingurgitée par un élève de classe prépa moyen.
        Il n’aura pas à connaitre des Naomi Oreskes (les Marchands de doute avec Erik Conway) par exemple.

        Quand c’est des jeunes comme ces deux là
        https://www.projetcelsius.com/
        (voir plutôt en bas de page)
        je peux vous assurer que c’est très réactif et que ça comprend très bien les infos manquantes pour le côté réel (donc social/cognitif (y’a du déni dans l’air) ) du sujet. Par exemple sur le rapport Brundtland (1986) qui est actuellement dans la “zone d’ombre” des trentenaires et quadragénaires, comme pour moi l’avait été la période jusqu’à 1965, ni couverte par mes cours d’histoire (fin en 1948), ni par ma lucarne sur la politique (qui commença en gros avec Giscard, bien que enfant j’aie écrit à la craie “GREVE” sous une armoire parentale un certain mois de Mai) : Ces jeunes gens comprennent qu’il y a là un gros enjeu de capitalisation ou pas sur ces moments, et donc sur ce que nous ferons.

        1
    3. Z’ont pas voulu de moi à l’INSA ces gros nazes 🙂 🙂 c’était le seul dossier que j’avais présenté résultat Fac/bringue puis BTS apprentissage major promo (enfin je crois j’ai pas vu de notes supérieure mais j’ai pas cherché bcp plus loin que mon centre d’exam bref j’ai jamais eu à chercher du taff quoiqu’il en soit…). Tout ça pour une erreur de calcul sur une trajectoire parabolique à l’épreuve de physique le jour du bac alors que je trainais une moyenne annuelle a plus de 15… J’aurais pas un bon artilleur mais au final je préfère être un bon tecnos qu’un ingé du style de ceux qui pondent les machines que j’ai à faire fonctionner au quotidien… y en a qui se sont pas souvent salis les mains dans les teams de conception je vous le garantit… 🙂

      1. Un peu tard c’était en 91 je crois 🙂 et puis de toute façon on prend pas des bac D chez ces gens la ou a la limite avec une mention TB, avec mention bien aucune chance malgré un pauvre 10 en physique/chimie coeff 4 pour donner une idée du reste des notes (et j’ai raté les deux physique, en sport 10 aussi lol) en fait j’ai eu 10/10 en chimie et 0/10 en physique, erreur numérique évidente, trop long de la chasser, un peu de panique, gestion du temps, on se ressaisi on respire un grand coup et on fait fais la chimie au ralentit pour pas se planter avec le temps qui reste, bref on sauve les meubles. Faut des matheux des vrais dans ces écoles, résultat on a des types qui démontrent toute la journée au lieu de discuter et qui se sont jamais penché sur le miracle du vivant… Du ressentiment dira Mr Jorion, hmm pourquoi pas 🙂 mais avec l’âge on comprend vite qu’un autre chemin de vie aurait surtout signifié d’autres emmerdes alors on relativise 🙂 🙂 Et puis ils ont bien essayé de revenir me chercher pour me proposer de devenir ingé oeno après le BTS mais je connaissais déjà tous les bars de Bordeaux et j’étais pas sur qu’ils m’aient déjà oublié même après deux ans au vert 🙂 🙂 (la vérité c’est surtout que j’avais appris a lire un bilan comptable agricole et que mes vieux pouvaient vraiment pas financer, et ils se seraient ruiné jusqu’au dernier centime j’ai aucun doute la dessus. En plus j’avais assez bien une idée avec l’apprentissage de ce que c’est d’étudier et de bosser en même temps , qui plus est y avait du boulot partout avec le diplôme que j’avais en poche et a cet age la le moindre taf ça parait toujours super bien payé… ).
        A oui j’oubliais HEC voulais ma tête aussi, en fait c’est les seuls qui m’ont démarché après le bac, par courrier… qui sait s’il avaient envoyé une jolie commerciale en personne à l’époque j’aurais peut être pu me laisser convaincre, mais un simple courrier… poubelle direct 🙂

    1. Je crois que USA et URSS ont fait des expériences grandeur nature il y a trois ou quatre décennies, sans grand résultat…

  5. Pour quelques jeunes qui ont bien compris les enjeux présents, combien sont à coté de la plaque et se précipitent dans les bras des extrêmes droites nationalistes en Inde, en Franc, aux US ? Je crains de ne pas partager votre optimisme.

    1
  6. En effet, il faut confier aux jeunes ( moins de 35 ans ) les clés du camion et ne pas s’encombrer de considérations dilatoires.

    Elles ou eux seuls, dans une configuration exceptionnelle, sont en mesure démocratiquement de décrire le monde nouveau dans lequel il leur faudra vivre, de s’imposer de nouvelles règles et lois afin de préciser ce qu’il conviendra d’abandonner, de réparer et d’imaginer.

    Elles ou eux seuls pourront ériger en vertu cardinale principale le respect d’une planète aux ressources limitées et du vivant.

    Elles et eux seuls pourront décider de jeter à la rivière les vieux dogmes et les vieilles recettes dont on trouve encore, hélas, les traces et les stigmates dans nos vies présentes.

    Elles et eux seuls pourront décréter que chacun naît avec le droit de vivre libre et heureux.
    Elles et eux seuls pourront exiger que rien ne soit envisagé sans une justice sociale drastique.

    Etc…

    Évidemment, des études – notamment américaines, canadiennes et françaises – ont montré que la nature depuis deux ou trois générations tend à disparaître de l’imaginaire des enfants. Y compris sans doute de celui des jeunes dirigeants de toutes variétés.

    Moins nous sommes en contact avec la nature, moins celle-ci sera présente dans notre imaginaire et moins nous aurons envie de la protéger.
    ” Des études ont montré que les personnes les plus motivées par la protection de la nature sont celles qui ont des souvenirs forts avec elle, souvent liés à des proches. Ce critère est beaucoup plus important dans la motivation à protéger la nature que le fait d’avoir des connaissances scientifiques sur la perte de biodiversité, par exemple. ” ( Voir Anne-Caroline Prévot-Julliard / chercheuse au Muséum national d’histoire naturelle.

    Mais nous savons aussi et les conférences de citoyens l’ont abondamment montré que les préconisations de citoyens largement informés sont toujours prises dans le sens de l’intérêt général.

    Mais nous savons aussi qu’il convient de se préserver des idées simplistes. Prétendre qu’unetelle ou untel est intelligent ( voir Giscard et Macron ) et s’en remettre aveuglément à eux est une terrible erreur car ils ne sont à la vérité que d’habiles faiseurs auxquels ils ne manquent que l’imagination.

    Cela pose au moins les questions suivantes : Qui doit parler aux jeunes et particulièrement aux jeunes enfants ? Et que leur dire exactement ?

  7. Mon fils, 33 ans, ne veut absolument pas faire d’enfant à cause de l’état du monde autour de lui. Comme ma cousine germaine n’a pas pu en avoir et que mon frère s’est suicidé à 20 ans, c’est la fin. Un peu triste tout de même.

    1. Mon grand-père aurait mieux fait de se faire génocider sur une plage d’Izmir (Smyrne), je ne serais pas là à me lamenter sur l’avenir de l’humanité. En plus il était un peu perturbé, mon grand-père, on le serait à moins, il n’a jamais rien raconté, mais il semble que vers l’âge de 10 ans, il retournait les corps qui flottaient dans l’eau à la recherche de sa famille (pendant que les britanniques observaient à partir de leur flotte militaire ancrée au large). Je ne sais pas comment il s’en est sorti, mais du coup je suis là 🙁 Et on entend souvent dire que la société actuelle est violente…

      1
      1. Prenez soin de votre fils et parlez lui . Il y a des tas de choses positives à faire pour soulager le monde de sa misère quand on a 33 ans ou plus , et en particulier pour les très jeunes .

        2
      2. De ceux à qui les kémalistes descendus des plateaux faisaient dire “outch” (3 en turc, üç) et qui, grecs, ne pouvaient que dire “outs” ? (1922 ? récit familial de la génération 190x, partie en 1935 de Smyrne/Izmir, mais ni grecs ni turcs)

    2. Ma mère ne me désirait pas. Le moule est cassé avec moi.
      Un bout de chaîne. Ce n’est pas une tristesse. Ne pas avoir d’enfants, c’est une autre vie qu’il faut assumer comme elle vient. C’est tout.

      1. Tout comme il est possible de ne pas aimer les enfants que l’on a ( ça oui c’est plutôt triste car ça n’apporte rien à personne), il est aussi possible d’aimer ceux que l’on a pas en refusant de les mettre au monde dans pareil merdier (mais pour comprendre ça certains manquent peut être de souplesse 😉 ) Sans enfant une existence est aussi vaine (et/ou vaniteuse??) que n’importe quelle autre oeuvre d’art… 🙂

        “À propos des enfants, Georges Brassens expliquait sans tourner autour du pot : “J’ai choisi de ne pas en avoir (…) je préfère vivre seul. (…) Le monde tel qu’il est ne me convenant pas, j’ai préféré ne pas avoir de suite.””

      2. Bonjour Dup,
        Ce que ma mère m’a dit un jour avant de mourir: si la pilule avait existée, tu ne serais pas là. On ne peut être plus clair. J’ai écrit mon autobiographie avec le titre “L’envie dans le regard”.
        C’est dire que le sujet a été étudié dans ses moindres recoins.
        Je n’ai pas de ce fait, ce qu’on appelle l’esprit de famille si cela peut mieux vous faire comprendre. Dernièrement, un journaliste interviewait Frédéric Lenoir pour le magazine Psychologie et qui s’étonnait qu’il n’avait pas d’enfants. Sa réponse a été très courte: je ne voulais pas recréer la même situation que mes parents.
        A l’école, on apprend beaucoup de choses mais on n ‘apprend pas à être parent avec ses joies et ses contraintes de vivre plus pour eux que pour soi.
        Vous avez raison, sans famille peut être l’équivalent de cent familles. C’est un manque de souplesse, de liberté dans les deux cas. Une existence vaine? Absolument pas.
        Faire ce qu’on a envie de faire et se foutre du reste? Avoir fait ce qu’on pouvait pour que cela marche, c’est une tâche personnelle et consciente.
        Pas de bâton de relais à transmettre à une génération suivante… C’est aussi ne pas avoir à risquer le pire pour les deux entre le passeur et le receveur des nouvelles.
        Cela peut paraitre de l’autisme mais cela n’en est pas.
        La citation de Brassens me parait tout à fait me correspondre. Je suis un solitaire de formation n’ayant eu aucun parent pour me conseiller de la marche à suivre.
        Poussières d’étoiles, comme disait Hubert Reeves

      3. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, j’ai dit aussi vaine que n’importe quelle autre oeuvre d’art 😉 Ce qui m’inquiète plus c’est l’aspect vaniteux du problème (je crois que j’ai encore du travail pour trouver la limite entre auto-estime et orgueil, l’espagne est peut être pas l’endroit rêvé pour ce faire lol…). Ceci dit quand je vois les autres qui célèbrent à tout va le chérubin tout droit sortit de la cuisse de Jupiter je me fais pas trop de bile 🙂 🙂

      4. Vu de mon jardin , les choses sont simples . Un enfant , c’est un petit machin qui vous tend les bras .
        Une mère qui ne vous aime pas , c’est comme une harmonie qui ne veut pas être .

        Grande victoire que de ne pas reproduire la violence subie , grand désespoir que de ne plus oser la vie .
        Peut être que les enfants osent parce qu’ils ne savent pas encore les dangers ?
        Ou peut être qu’ils osent la vie simplement parce que l’essentiel fait partie de leur regard?

        La terre aussi , elle a besoin d’être aimé.

        https://www.youtube.com/watch?v=Feiv9IpiLc4

      5. Bernard, Si ne pas avoir d’enfant c’est ne plus oser la vie alors en avoir c’est l’oser par procuration. A mon avis les deux assertions sont fausses (en plus du lien logique qui est questionnable mais j’espère qu’il traduit tout de même ma pensée).

  8. Bonjour Dup et Bernard,
    Merci pour vos commentaires que j’apprécie.
    J’ai déjà donné quelques exemples et différences de penser.
    Comme mentionné plus haut, j’ai écrit mon autobiographie. Beaucoup de citations de Bouvard se trouvent dans ses livres “Je suis mort”, “Ma vie d’avant, ma vie d’après”
    Extraits: Il y a bien longtemps, travailler restait une issue vers le futur, vers un avenir que l’on pensait devoir toujours être meilleur. Il faut le constater, ce n’est plus dans l’air du temps. Les désillusions des jeunes, les ratés de nos civilisations dites évolutives, dévaluent plus qu’elles nous réévaluent. En général, la philosophie ne faisait pas partie de l’éducation, elle devient le faux-fuyant. […] En ‘self made man’, on en devient moins exigeant et plus résistant. Écouter devient une meilleure version que de seulement entendre et à réserver pour des moments de réflexions. […] Si le sourire était à l’origine, l’envie de bouffonneries, d’humour pour tout et pour rien, n’était pas du parcours dès le départ mais ressortait progressivement pour ne pas prendre la grosse tête dans la soupe de la morosité ambiante. Quand on rie, on ne pense plus à rien d’autre. L’humour est un sport bien plus difficile que la tristesse. […] Autodidacte, je l’ai été dans beaucoup de domaines puisque je me suis formé seul mais si la meilleure solidarité, c’est celle qui se passe dans un échanges de bons procédés dans le ring de la vie. Sans contrepartie, c’est une fausse solidarité. Pour paraphraser quelqu’un, je dirais que “j’ai en moi cette froideur qui m’a permis de faire abstraction des agressions quand on a essayé de me déglinguer”. […] Si en théorie, l’auto-dérision, tout le monde devait en avoir, dans la pratique, pour la majorité d’entre nous, on en est très loin. Les gens aiment se faire caresser dans le sens du poil. Remonter un courant contraire, c’est, d’office, se faire traiter de “con”.[…] Quelle est la limite de l’envie de rire? Je ne suis pas humoriste. Il faut tester cette envie sur soi avant de la repasser à son interlocuteur.[…] On croit que l’instinct maternel est automatique et naturel. Rien n’est plus faux. Ma mère ne l’avait pas.[…] C’est devenu une sorte de mythe du Père Noël qui se répand dans le monde avec l’image de la mère responsable. […] Rester dans le politiquement correct, dans les limites de la bienveillance est une affaire très personnelle très susceptible à variations importantes qu’elle ne voulait pas assumer. Moi, j’en faisais une affaire plus générale en généraliste que j’ai toujours voulu jouer.[…] « Où j’ai constaté que plus on est mort, moins on vit et où je m’offre le délicat plaisir de revivre mes meilleurs moments», constatait Bouvard. […] La mémoire reste paresseuse, hypocrite, même. Elle ne se rappelle que des meilleurs et des pires moments. Le reste est enfoui sous l’iceberg d’une pensée considérée comme trop banale. Elle relate des faits qui paraissent évidents, vraisemblables mais qui ne sont pas nécessairement la seule vérité.[…] L’envie, pour ma mère, s’est traduite par le mot “jalousie” dans ton esprit. […] Le piège de notre société de consommation ne l’avait même pas effleuré . […] Que dire, sinon pardon d’avoir été là, puisque tu ne m’attendais pas. « Ne pourrait-on pas fixer la Saint-Sylvestre au 15 août, afin que le père Noël évolue enfin dans des cheminées éteintes ? », imaginait Philippe Bouvard. La période de Noël est réservée aux enfants. Les adultes font semblant de faire une parenthèse dans un espace restreint dans le temps. Pas de quoi pavoiser.[…] Noël est une période de cadeaux, de plaisirs forcés, qui crée artificiellement les envies mais qui fait découvrir, par effet miroir, qu’il peut se refléter sur soi. Les meilleurs cadeaux sont ceux que l’on ne rêve pas et qui arrivent sans crier gare. Allais-je recréer et risquer la même situation que ma mère? La question s’est posée et j’ai renoncé.[…] Mon côté cartésien, ma logique implacable donnent des ressorts à toutes conversations passionnées. Je l’ai voulu ainsi même si je me rends compte que je l’ai aussi “perverti” à ma mesure ou à ma démesure.[…] S’intéresser à tout ce qui se passe devant mes yeux, une jouissance et une liberté. Tout est dans tout et inversement, mais encore faut-il en chercher les liens entre ses membres qui constituent ce “tout”. “. La psychologue, psychothérapeute, Marie Andersen écrit: “les années d’enfances modèlent notre sensibilité, confirme ou contredit notre tempérament. L’environnement imprime des croyances, développe ou étouffe des émotions, forge notre façon de voir la vie et les relations. Si nous nous emportons c’est un héritage de notre passé. Le choix de notre conjoint, l’envie ou non de fonder une famille a pu être influencer par ce bagage psychique inconscient. L’enfant comprend d’instinct que s’il veut être aimé et reconnu, il doit adopter le comportement qui colle aux attentes de ses parents. Pour en sortir, il s’agit dès lors de travailler sur soi pour identifier les émotions que nous avons refoulées ou niées, les apprivoiser et apprendre à les exprimer de façon plus juste, par la réflexion. L’enfant sage a, cette fois, un tempérament assez fort. Il l’a accentué et est devenu un adulte rebelle, incapable de supporter toute forme de soumission à l’autorité. Résultat: il prend toujours le contre-pied de tous, simplement pour exister. Pour le comprendre, nous sommes au cœur d’une constellation familiale qui inclue tous les antécédents familiaux et qui crée des blocages, des malaises et des comportements par ‘loyauté’ envers le système familial”. « Où je reviens sur ce que privé d’estomac, je n’ai toujours pas digéré, mais où, regrettant ce qui ne me donnait pas toute satisfaction, je ressens la vieillesse comme une réussite puisque tout le monde n’y parvient pas, en essayant pathétiquement à me rendre encore intéressant », ajouterait une dernière fois, Bouvard, pour la cause.
    Vivre, c’est toujours continuer à apprendre. La nostalgie est une maladie de l’esprit qui se guérit mieux en pensant plus au présent qu’au passé et au futur. L’envie que j’ai eu dans le regard,
    Que conseiller sinon que de garder toujours des envies et pas uniquement dans le regard.
    Je terminais mon autobiographie par la chanson de Ferrat “Nul ne guérit de son enfance”.

Les commentaires sont fermés.