Covid-19 : “C’est nous les plus forts !” (Bien entendu !)

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais au bout de quatorze mois de haut- et de bas-confinement, je suis devenu expert en matière de mûrissement (ou faut-il dire “maturation” ?) et de dégradation des fruits et légumes. Les oranges et les artichauts ont l’air de solides gaillards ? Méfiez-vous : ce sont de faux durs !

Un ordre de consommation quasi-militaire me permet de ne devoir me réapprovisionner qu’une fois tous les 10 à 15 jours. Mais quand je fais mes courses, j’ai droit à une petite gâterie : les podcasts du New York Times auxquels me donne accès mon statut d’abonné.

Ce matin, j’ai ainsi pu m’informer sur l’état de la pandémie en Inde. C’est une triste histoire : une nation qui s’est cru un génie, qui a pensé il y a un peu moins d’un an qu’elle avait su maîtriser et vaincre le virus en un rien de temps et où les familles se disputent aujourd’hui sur le marché noir des bouteilles d’oxygène qui s’arrachent à prix d’or, où les malades meurent dans les ambulances faisant une interminable queue devant des hôpitaux incapables d’absorber le flux, où des procédures de crémation faites pour un défunt traitent désormais des lots entiers de trente cadavres.

Les podcasts du New York Times débutent invariablement par un échange de propos joviaux entre l’hôte et le journaliste invité. Que se disaient-ils ce matin ? Qu’ils avaient bien de la chance d’appartenir à une nation qui avait su maîtriser et vaincre le virus. Je n’invente rien : comme des Indiens en juin 2020.

Partager :

65 réflexions sur « Covid-19 : “C’est nous les plus forts !” (Bien entendu !) »

  1. Bonjour

    L’évolution exponentielle de l’épidémie en Inde :
    https://www.worldometers.info/coronavirus/country/india/

    Kumbh Mela est le plus grand pélerinage religieux hindouiste du monde qui dure 4 mois , qui en 2013 avait accueilli 100 millions de pélerins.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Kumbh_Mela
    Démarrage du Kumbh Mela en janvier 2021.
    https://www.lepoint.fr/monde/inde-des-milliers-d-hindous-au-bord-du-gange-pour-kumbh-mela-malgre-le-covid-19–13-01-2021-2409473_24.php

    Les rassemblements :
    https://www.thehealthsite.com/wp-content/uploads/2021/04/kumbh-mela.jpg

    2 pays , 2 sociétés :
    Chine 1,4 Mds d’habitants
    Inde : 1,35 Mds d’habitants

    10
    1. En Chine les Fêtes du Nouvel An Chinois en janvier/février 2021 ont été fortement réduites voire annulées

      https://www.europe1.fr/international/tout-est-annule-en-chine-un-nouvel-an-a-minima-sous-le-signe-du-covid-19-4024269

      “Une fête a minima, qui contraste avec l’habituel Nouvel An Chinois, plus grande transhumance du monde avec trois milliards de voyages. Pour beaucoup de familles, c’est le seul moment de l’année où il est possible de se retrouver. Une réunion décalée, donc, au moins d’un an supplémentaire. ”

      Conséquence : aucune reprise épidémique
      https://www.worldometers.info/coronavirus/country/china/

      La Chine a administré 244 millions de vaccins ( 1ier pays suivi par les USA 235 millions)

      4
      1. Les citoyens américains sont invités à quitter l’Inde aussi vite qu’il sera ‘sûr’ de le faire :
        https://www.theguardian.com/world/2021/apr/29/us-advises-citizens-to-leave-india-as-soon-as-it-is-safe-as-covid-cases-reach-new-record

        Il y a 14 lignes aériennes régulières entre l’Inde et les Etats-Unis dont plusieurs font escale en Europe. En mars déjà, quasiment tous les vols en provenance d’Inde arrivés au Canada (Toronto et Vancouver) avaient au moins un passager positif au covid. Au centre de rétention de Roissy il y avait la semaine passée 120 passagers dont 50 venant d’Inde en situation d’attente, dont des associations comme que la Croix-Rouge se sont éloignées par précaution.

        En occident au moins on ne manque pas d’air !

        1
  2. Et le “pire” c’est que l’Europe envoie un “médicament” en solidarité….et dont des études sérieuses soupçonnent un risque mutagène sur les protéines de surface du/des virus/variants en administrant ce médicament. En plus du drame qui se déroule en Inde, l’Europe ajoute une couche. C’est mon opinion sur le sujet.

    5
    1. Il ne se passe rien en Inde à part la même arnaque qu’ici . Une épidémie imaginaire et des morts imaginaires du co vide bien sûr . Je vous signale que l’inventeur du test PCR a déclaré qu’il est aberrant d’avoir pris son test pour définir des malades et même des contaminés . Parlez moi de peste de Marseille de 1720 , là je vous prendrais au sérieux Mais les épidémies de nos vingt dernières années n’ont été que des broutilles sans grande importance .

      4
  3. Un des sujets de discussion de Médecin du Monde auprès du gv français, est le soin qui doit être mis en place pour les réfugiés en cours de régularisation sur le sol français. L’éthique humanitaire mais aussi le bon sens prudentiel exigent en effet de ne pas laisser des personnes malades sous prétexte que leur papiers ne sont pas en règle :
    C’est inhumain ET dangereux, comme l’ont confirmé des ré-apparitions de turbeculoses récente en France.

    De la même façon mais à grande échelle, avec l’explosion du Covid au Brésil et en Inde , l’humanité découvre très concrètement que la question sanitaire ne pourra pas se régler par pays. Nous sommes embarqués ensemble sur le vaisseau Terre, et la pandémie révèle au grand jour le danger que la misère de certains fait peser sur tous.

    Il y a à la louche, autant de lits de réanimation en France pour 67 millions d’habitants que dans toute l’Afrique pour 1 milliard d’habitants.

     Les pays peu équipés, les communautés peu protégées, sont potentiellement des endroits où le virus va pouvoir se multiplier, faire de nombreuses victimes et produire un grand nombre de variants.

    La pauvreté devient plus visible, en tant que problème remettant directement en cause, le confort et la sécurité des pays ou des personnes ” riches “.

    Le virus se moque des grilles, des portes à code, et des milices privées.

    On va donc sans doute observer des mouvements qui prennent cette donnée en compte soit par un repli identitaire, national protectioniste ” c’est nous les meilleurs “voué à l’échec, ( le ” réfugié terroriste ” va devenir le ” réfugié porteur du variant ” dans le discours RN ) soit au contraire par une vision planétaire et un investissement dans les moyens de gérer cette crise internationalement, ensemble.

    Les faits nous poussent à bien faire.

    L’égalité dans l’accès au soins devient une question de survie pour tous.

    5
    1. @Thomas Jeanson
      le ” réfugié porteur du variant ” dans le discours RN (sic) , ne se distingue pas du touriste porteur d’€ ou de $ en matière sanitaire.
      Un quarantaine de 10 14 jours résout largement le problème en temps totalement masqué par les délais de traitement administratifs 45 Jours ?
      Si l’Afrique dispose proportionellement de 15 fois moins de lits de réanimation qu’en France, les gouvernements ne devraient pas y avoir de gros problèmes à chercher à piloter l’épidémie pour toujours tangenter la saturation.

      “Le virus se moque des grilles, des portes à code, et des milices privées.”

      C’est pourtant comme celà qu’on les confine dans les labos P4 et P3 !

      Une vision planétaire et un investissement dans les moyens de gérer cette crise internationalement, sur le plan sanitaire ne va pas jusqu’à envisager un traitement équivalent de la pauvreté, qui aurait des conséquences beaucoup moins confortables pour les nantis !

      1. Ruiz

        “Si l’Afrique dispose proportionellement de 15 fois moins de lits de réanimation qu’en France, les gouvernements ne devraient pas y avoir de gros problèmes à chercher à piloter l’épidémie pour toujours tangenter la saturation.”

        L’absence de marge de manoeuvre simplifie l’action, c’est sur.

        Et les Sdf ont bien de la chance, ils ne payent pas d’impôts foncier.

        2
      2. @ Ruiz
        Bonsoir, vous manier le paralogisme avec une dextérité remarquable. Thomas Jeanson a parfaitement raison de dire, dans le contexte actuel, que “Le virus se moque des grilles, des portes à code, et des milices privées” car le virus est dans la nature et qu’en plus il s’agit d’une maladie zoonose. Dans les laboratoires P3 et P4 c’est le virus qui est confiné sans hôte, avec la covid c’est nous qui sommes confinés et on n’est pas certain de connaître tous les hôtes et leurs contagiosités. Le seul virus que nous avons historiquement réussi à “éliminer” à l’état naturel c’est celui de la variole, cela n’a était possible que parce qu’il n’y avait pas de réservoir naturel. Aujourd’hui les seuls réservoirs officiels de la variole ce sont deux laboratoires P4, mais elle fait régulièrement transpirer nos services (surtout depuis la chute de l’Union Soviétique).

        1
        1. @MG
          “le virus est dans la nature et qu’en plus il s’agit d’une maladie zoonose.”
          Il s’agit jusqu’à plus ample informé d’une “zoonose” dont l’hôte principal est un primate ‘homo sapiens’ et dont la transmission se fait principalement par transmission aérienne rapprochée.
          L’espèce permettant de caractériser la Covid comme zoonose n’est toujours pas formellement identifiée.
          La transmission interhumaine semble à l’heure actuelle le principal facteur épidémique, la transmission depuis un réservoir animal tiers reste anecdotique.
          La persistence du virus dans la nature, sur les surfaces, sa contribution à la pandémie est mal connue mais paraît pour le moment marginale, notamment à la vue de l’efficacité des confinements.
          Vouloir réduire localement la circulation du virus par des méthodes de restriction des contacts de son hôte principal ce dont le virus ne peut se moquer dont “des grilles, des portes à code, et des milices privées” mais aussi plutôt des quarantaines et isolements efficaces (indépendants des variants) ne préjuge aucunement de vouloir éliminer totalement et partout le virus afin de le garder dans des laboratoires P4 (officiellement au nombre de 2) comme la variole pour d’éventuelles applications militaires.

          La vaccination n’a pas une efficacité totale, et l’immunité de groupe une fois ainsi atteinte ne garanti pas la non circulation du virus, ni la contamination éventuellement létale de non vaccinés.
          La vaccination ne pourra être généralisée dès que disparaîtront les inconvénients des mesures de restriction !

          1
    1. @ Ruiz

      Le pélerinage du Kumbh Mela de Haridwar a vu et voit le déplacement de dizaine de millions de pélerins au travers de toute l’Inde.

      – voyage aller vers le lieu de pélerinage
      – concentration maximum de pélerins à Haridwar avec diffusion maximale du virus sans gestes barrière ,
      – le temps de l’incubation.
      – retour ensuite des pelerins chez eux dans toute l’Inde.

      Le scénario idéal pour avoir des chiffres de contagions et de létalités inconnus jusqu’à ce jour .

      3
  4. Tant que le virus circule, affirmer qu’on l’a maîtrisé et vaincu est complétement absurde, pour la simple raison que des variants apparaissent chaque jour, variants qui peuvent devenir plus létaux et insensibles aux vaccins existants.
    L’Inde ne l’a pas compris, ni d’ailleurs les pays occidentaux, seul grand pays à avoir saisi les risques, c’est la Chine ( et aussi Israël et le RU en mettant le paquet sur la vaccination ), et comme l’écrit ilicitano plus haut à propos de l’Inde et de la Chine, 2 pays, 2 sociétés.
    J’ajouterais que sur la stratégie à suivre face à ce virus, le stop and go, la France est malheureusement plus proche de l’Inde que de la Chine : la démocratie serait-elle un handicap ou bien nos dirigeants seraient-ils incompétents ?

  5. Que des nord américains ( d’origine ) et des Indiens soient comparables , ça va presque de soi .

    Mais n’est pas Cochise ou Gandhi qui veut .

    1
  6. Point commun entre Trump, Bolsonaro, Modi, Johnson (en mars 2020) et Macron (depuis septembre 2020) : “Il faut vivre avec le virus”.
    On a vu et on voit ce que ça donne. On sait où ça va nous mener.

    6
    1. Trump, Bolsonaro, Modi, Johnson
      Il me semble qu’on peut tous les qualifier de nationalistes d’extrème droite.
      Y aurait-il un rapport avec leur attitude commune face à la pandémie ?

    2. Notre “Bolsonaro” l’aurait confirmé: “nous assumons notre stratégie de vivre avec le virus, y compris à des niveaux très élevés d’incidence”
      Et pendant ce temps, de 1 à 4 équivalent crashs Airbus A320 remplis PAR JOUR !
      Criminel ! J’espère qu’il y aura une action en justice pour crime contre la nation.
      https://mobile.twitter.com/C_A_Gustave/status/1387890081478975489

      Dans la suite du thread: comparaison des résultats France vs Portugal et GB, ainsi que lien et extraits d’étude sur l’augmentation des hospitalisations et réas pour chaque variant problématique (VOC – Variant Of Concern)

  7. C’est lui le plus fort.
    A la Une du site du Monde ce soir.
    Le chef de l’Etat a annoncé un calendrier de levée des restrictions s’étalant du 3 mai au 30 juin, sous réserve d’une évaluation de la situation dans chaque département. Après cette période, il entend ouvrir une « grande concertation » destinée à « tourner la page de ce moment de la vie de la nation ».
    Après le 30 juin, on tourne la page. Vous savez, celle où il y avait -à l’imparfait; j’anticipe, le 30 juin ce ne sera plus qu’un mauvais souvenir- écrit “Covid”. On attend la grande concertation (une concertation, et rien d’ailleurs chez Macron, n’est jamais petite; on a déjà eu le Grand Débat -tiens, déjà oublié: aussi vide que grand c’est vrai-) avec impatience. Comme c’est simple, l’épidémiologie.

    3
      1. https://modelisation-covid19.pasteur.fr/realtime-analysis/loosening-control-measures/


        Une remontée importante des hospitalisations pourrait être observée en cas de levée trop rapide des mesures de freinage le 15 mai, même sous des hypothèses optimistes concernant le rythme de vaccination.
        Une levée plus progressive de ces mesures pourrait permettre de décaler la reprise à un moment où la campagne de vaccination aura progressé, diminuant d’autant l’intensité de cette reprise.
        Le passage de 350k à 500k doses de vaccins distribuées par jour permettrait de réduire de façon substantielle l’intensité de la reprise.

        1
        1. @a113
          N’est-ce pas ce qu’il aurait fallu appliquer, et l’échelle européenne, voilà un an, ou tout au moins dès la mise à disposition des vaccins?
          Pas à l’ordre du jour des neurones macroniens. Son esprit supérieur est déjà passé à l’étape suivante: “tourner la page”.

        2. @113 Document intéressant mais d’avril 2021, Un peu éventé comme fruit d’un thinktank que l’on pourrait espérer à l’avance de la pensée, Les partisans du Zéro-Covid n’existent à ses yeux que depuis quelques mois.

          Mais un document témoignage Mea Culpa en mots choisis de l’impréparation intellectuelle de l’élite qui s’est congratulée il y a un an dans l’aplatissement de la courbe (comme d’autres son inversion) sans voire que l’intégrale en dessous n’était pas réduite (en fait mais on ne le sait que plus tard elle augmente !).

          Remarquable la citation de la gestion des frontières dès le début du texte.

          ” ..la « mitigation » : ..consiste à tolérer un niveau élevé de circulation virale aussi longtemps que l’afflux de cas graves ne sature pas les capacités hospitalières, tout en vaccinant les populations, en les invitant à respecter les gestes barrières et en limitant les contacts sociaux et les mobilités. « Vivre avec le virus » et « aplatir la courbe » des entrées à l’hôpital : c’est globalement la stratégie qui prévaut dans nombre de pays européens, avec des variantes nationales plus ou moins prononcées.”

          “Au point où nous en sommes arrivés, la mitigation apparaît manifestement insuffisante : non seulement elle a fait la preuve de son incapacité à éviter de nouveaux pics de crise avec leur lot de morts, de séquelles et de dommages sociaux et économiques, mais elle offre un terrain propice au développement de nouveaux variants. Elle condamne en outre à un pilotage où les décisions sont prises en réaction plutôt qu’en anticipation, et conduit à alterner des séquences de durcissement et de relâchement qui procurent aux populations le sentiment d’une crise sans fin et aux acteurs économiques celui d’une insécurité croissante. ”

          Il est même concédé que si la seule solution démontrée efficace n’est pas appliquée c’est à cause de l’Europe (ou plutôt de l’esprit U.E.).

          2
        3. la question que je me pose surtout est de savoir pourquoi nous ne nous sommes pas posé la question de cette opportunité dans le passé …
          enfin quand je dis “se poser” la question , je veux parler de la question de la façon d’organiser un processus de ce genre dont pour ce qui concerne son principe , pour moi , la question ne se pose pas ( ne se posait) …

          avec des taux de contaminations maximum fixé à 400/100k , il sera définitivement installé une circulation virale rendant tout processus de ce genre ingérable (sur le plan logistique) , sauf miracle d’une efficacité importante des réponses immunitaires (naturelles et artificielles) qui pour l’instant restent une inconnu , voire carrément un “épuisement” viral …

        4. @Ruiz,
          je n’avais pas lu votre réponse .
          ce qui m’intéresse c’est de réfléchir sur les conditions socio-politiques qui pourraient avoir fait écarter par nos dirigeants la mise en place d’un dispositif de ce type ( sur un plan technique , un objectif de circulation du virus<100/100k hbts + <500 cas/jrs + organisation d'un dispositif Testing+Tracing+Isolement ( mais pas un ersatz pour "faire comme si" ))
          Beaucoup de ces conditions étaient remplies en Juin 2020.
          Comment une société peut ne pas avoir saisi une opportunité pareille?

          1. @ a113 :
            Réponse indirecte : pour les mêmes raisons que celles qui font que nous nous retrouvons avec Covditracker comme seul bon outil,
            fait “hors du système” par des jeunes qui savent que, “non d’un p’tit bohomme toutça est dans la base de donnée, yaka bien l’afficher”, et coopté par l’exécutif sanitaire.
            Mais le millefeuille ministère/ARS/Sécu/ etc. semble incapable de prendre une “opportunité” comme celle de l’été.
            J’aime bien les écoles supérieures de la santé publiques (celles qui forment, notamment à St Etienne, les cadres sup de la sécu),
            mais je ne vois pas qui aurait préparé là-dedans les gens à une action de type “militaire” quand même, sinon une expérience de terrain majeure
            (lutte polio ou autre), où le message ne doit pas mettre plus de 48h à passer d’un silo à l’autre et la mobilisation doit être rapide.
            Pour le secteur qui est à la portée d’un béotien, faire des essais de quarantaine avec d’abord 10 ou 20 hotels (10 en IdF 10 ailleurs) , puis voir comment on l’étend à 300 hotels (~10000 places en quarantaine avec un flux de 1000 par jour, compte tenu de cas contacts dans les familles), ça me semblait dans les cordes d’un cabinet de préfet pas spécialement futé. Mais non, … pour ainsi dire rien pendant ~1 an, seulement maintenant pour gérer les variants de ci de là aux aéroports.

          2. @a113


            Beaucoup de ces conditions étaient remplies en Juin 2020.
            Comment une société peut ne pas avoir saisi une opportunité pareille?

            Pour ma part, il était évident pour moi que le gouvernement allait mettre en place une stratégie de ce type en mai/juin 2020… Je me suis laissé endormir par la communication (les tests, les hôtels pour l’isolement, etc.). Cela a été une surprise assez désagréable de constater pendant l’été que globalement, il ne se passait rien (bazar complet sur les tests, aucune mesure à part de la gesticulation comme le port du masque en extérieur). J’ai beaucoup pensé à “l’Etrange Défaite” de Marc Bloch.

            1. Il me semble que le R effectif est repassé au-dessus de 1 autour du 14/07/2020. De toutes façons les décisions politiques dans nos pays (et encore plus en France) sont trop opaques pour qu’on soient capables de comprendre si c’est :

              1 de l’incompétence ;
              2 de la pure malignité ;
              3 une organisation politico-administrative laissée inopérante par 30 ans de politique néo-libérale
              4 un plan génial au profit d’un groupe de gens indéterminés genre “Hold-up”.

              La bonne explication est probablement le 3. C’est l’opinion de Paul Jorion, je pense, mais il faudrait récupérer les éléments pour préciser le diagnostic. Il y a ce livre qui est peut-être un point de départ : https://livre.fnac.com/a14934737/Chloe-Morin-Les-inamovibles-de-la-Republique-Vous-ne-les-verrez-jamais. Il y a aussi ce que je constate à mon petit niveau : des procédures (notamment de contrôle budgétaire) extrêmement lourdes pour mobiliser le moindre budget dans le monde du service publique.

          3. Bonjour a113

            Il suffit de relire les comptes rendus hebdomadaire du Ministère de la Santé : Santé Publique France de juillet 2020:

            Compte rendu du 02/07:/2020

            “En conclusion : En France métropolitaine, la situation continue globalement de s’améliorer et il n’y a pas d’élément en faveur d’une reprise de l’épidémie. Le virus continue cependant de circuler comme en témoignent le nombre de nouveaux cas confirmés et l’identification de clusters. Des clusters sont régulièrement identifiés dans toutes les régions du fait de la capacité de dépistage et sont systématiquement investigués par les ARS et les cellules régionales de Santé publique France pour en contrôler l’extension. Actuellement, aucune diffusion communautaire (survenue de nouveaux cas hors de la collectivité et en lien avec le cluster) non contrôlée n’a été rapportée.”

            Compte rendu du Ministère du 09/07:

            “Le nombre hebdomadaire de décès et le taux de décès liés au COVID-19 pour 100 000 habitants sont en diminution depuis la semaine 15 (6 au 12 avril). L’excès de mortalité toutes causes observé entre les semaines 12 et 17 (du 16 mars au 26 avril) a été particulièrement marqué dans les régions Grand Est et Ile-de-France où la circulation du SARS-CoV-2 a été intense. La mortalité est désormais revenue dans les marges de fluctuation habituelle en France métropolitaine, aussi bien dans les analyses tous âges confondus que chez les personnes de 65 ans ou plus. Un recul de la mortalité est également observé dans la plupart des pays européens ayant rapporté un excès.”

            Il pensait avoir maîtrisé.
            Juillet Aout ont semblé confirmer la situation de maîtrise mais sans éradication totale.
            Puis c’est reparti à la hausse.

            1
            1. comme dit plus haut le Reff>1.0 après le 4/07/2020 , donc redémarrage épidémique.
              et sur mes graphes , le taux d’hospitalisation en USI >=+1.5%/jrs à partir du 29/07/2020 (+ hausse continue après => +5% le 11/09 , et suivant) après avoir été largement négatif (-6%) pendant deux mois (Fin Avril-fin Juin) …

              pourtant les clusters en Mayenne (08/07) ne pouvait que donner la puce à l’oreille.
              https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/laval-53000/coronavirus-six-clusters-en-mayenne-un-plan-d-action-deploye-6899428
              montrant qu’on était pas dans une pandémie “one-shot” , qui plus est avec l’existence de nombreuses zones actives sur d’autres régions de la planète.

              ayant moi-même subit de ce néo-libéralisme (devenu pesant de 1995->maintenant ), je suis d’accord sur son poids dans le désastre actuel.
              mais , quelque-chose qui me parait associé est la formation des médecins depuis quelques dizaines d’années , techno-centrées (je les appelle “bio-ingénieurs”) , donc loin d’exercer le sens clinique qu’on essayait de nous inculquer précédemment (j’ai fait mes études de 1966->73 +( puis spécialité +service militaire après->79)) .
              c’est cet esprit de synthèse qui me semble avoir été perdu et prête le flanc à une tendance à de mauvais diagnostics (individuels + collectifs) .
              dans les conflits ouverts que j’ai pu avoir avec ARS +direction des établissement dans lesquels j’ai eu l’occasion de monter quelques projets de service , je me suis rendu compte que le fait d’arguer à partir d’éléments liés à la part de subjectivité existant dans ce travail les “désarçonnait” (il perdait l’exclusivité de leur expertise) et rendait le projet possible.
              mais , si l’on restait sur le même terrain qu’eux (la rationalité économétrique ) , on partait le plus souvent perdant.
              historiquement , j’ai vu les choses basculer au milieu des années 90 , quand je me suis trouvé à travailler en majorité avec de jeunes confrères formés autrement.
              cela parait correspondre aux réformes des études médicales avec l’introduction du numerus clausus (Mme Veil fin des années 70 ) , puis du concours de l’internat qualifiant à la sortie…

              donc , pour le commentaire de Lit75 , pour le 1-/ , je ne parlerais pas d’incompétence , mais d’inadaptation ….. des gens formés à des taches n’ayant que trop peu de choses à voir avec la réalité sanitaire rencontrée.

          4. @a113 Comment en effet ?
            A tel point qu’il fallait être assez extra-lucide ou très critique pour croire à l’époque qu’il n’en était pas ainsi (mis à part la gestion des quarantaines aux frontières).

            Peut être aussi une culture “pervasive” de l’alignement et des indicateurs dans les administrations et les politiques (venues des grand groupes internationaux) qui valorise (récompense par des avancements et des primes) et contrôle seulement le “faire comme si” en accord avec les objectifs affichés (nombre de tests mais pas délai ni utilité ..).
            Absence (toujours actuelle) d’agence en charge comme en Corée du Sud créée après Sars Cov1 permettant d’être efficace et de décharger le politique de problématiques et de tâches qui ne sont pas de sa compréhension, ni de sa compétence (à réserver aux mesures économiques d’accompagnement).

            C’est aussi la volonté de tout décider d’en haut, avec les délais et contre-ordre qui en résultent comme du temps de François Mitterand au Tchad avec la mort du capitaine Croci en Jaguar un 25 Janvier 1984.

    1. @Hervé
      C’est peut-être ça pour Macron la “stratégie d’endiguement” évoquée dans le lien posté par @a113 ci-dessus. Ne pas saturer complètement les lits de réa, et un “plateau” de 300 morts par jour en moyenne, auquel plus personne (sauf les proches…) ne prête attention. Mais l’homme qui n’a de leçon à recevoir de personne et n’a aucun remords peut-il écouter une humble épidémiologiste?

      3
      1. Cet homme est à notre image.
        Un sondage donnait ce matin plus de 80% de citoyens satisfaits des mesures de déconfinement à venir mais 75% s’attendaient à un quatrième confinement… et donc – c’est sous-entendu- des dizaines de milliers de décès supplémentaires.
        L’important est de sauver les vacances d’été, le tourisme, etc…
        Tout ceci dans un cadre sanitaire dégradé avec la montée des variants brésiliens et sud sud-africains et l’arrivée du variant indien.
        Nous risquons d’arriver au mois de Septembre sur les rotules.

        2
  8. P1 (environ 2 à 2,5 fois plus transmissible – la variante la plus rapide à ce jour – et qui présente également un risque de réinfection élevé ) : La fraction de cas de la variante à New York a augmenté de plus de 30% en une semaine seulement (La proportion des cas passe de 2,6% la semaine dernière à 3,4% cette semaine). Le B117 (37,9% des cas séquencés) n’a augmenté que très peu, et la courbe de la variante B1526 reste plate.
    La variante P1 est toujours incontrôlée en Colombie-Britannique, progressant de 57% en seulement 4 jours! En augmentation absolue il surpasse le B117 .

    1. @ilicitano Macron a quand même 25 000 morts d’avance sur le bilan de Johnson pour assurer son burning rate de trésorerie dans les 2 mois qui viennent ..
      Il pourrait être intéressant de comparer avec les ajustements nécessaires avec la situation de l’Inde en début d’année !

    2. @Ruiz
      Pour le Royaume-Uni c’est plus probablement un peu plus de 150 000, c’est d’ailleurs indiqué dans les relevés quotidiens si on regarde bien… 😐

      1. La déclaration officielle est bien 127502 décès ce jour
        Le principe de comptage des décès en UK:
        https://coronavirus.data.gov.uk/details/about-data#daily-and-cumulative-deaths-within-28-days-of-a-positive-test

        Les 151243 de ce jour , sont un chiffre provisoire , et concernent les personnes dont le certificat de décès mentionne Covid19 mais pour lesquels il n’y a pas toujours le résultat d’un test positif au Covid.
        Voir explication sur le site web

        1. @ilicitano
          Dit autrement.
          L’Elysée, l’heure du p’tit dèj’.
          “Allô, Olivier? Pas plus de 400 morts hier? Pas plus de 6000 lits en réa Covid? Super! Merci, à demain! – Brigitte, il est bon ton croissant?”.

          1
      1. Emmanuel Macron. « La vie de la nation ne se réduit pas à l’évolution des courbes. »

        Puissance de la pensée d’un homme creux.

    1. Merci.
      C’est en effet très informatif. Date quand même de plusieurs mois. Les “inconvénients” des vaccins semblent être estimés à la louche, de même que la protection. ( tableau anti-covid-19 en phase III (décembre 2020) Résultats provisoires).
      Nous avons maintenant plus d’expériences, bien mises en évidence ou montées en épingle par la presse.
      L’auteur traîte de la protection collective mais il ne prévoit pas la séquence ‘test-isolation’. L’ Académie de médecine ne la connaît pas. C’est un point aveugle national bien gênant (à la louche: 20000 morts?). De même, l’auteur ne parle à aucun moment du renforcement du terrain. Je suppose que la question étant triviale, elle est généreusement laissée au (futur) malade.

      La chapitre de conclusion est un peu inquiétant :
      “D’après les expériences chez les primates non humains, la plupart des vaccins protègent seulement contre des infections des voies respiratoires inférieures, mais pas contre un
      portage asymptomatique transitoire, et le taux de virus dans les voies aériennes supérieures de ces animaux, lors de la réinfection, demeure plus faible et de
      durée raccourcie.”
      Mais bien sûr les primates “non humains” sont plutôt faibles. Nous les Humains sommes bien “plus forts, bien entendu”.

      Il faut souligner que l’article est muet sur les variants possibles. Pourtant il avait été identifié très rapidement (janvier 2020) que ce virus ou sa famille était évolutif. Ce n’est pas une critique, vu la date.
      J’ai particulièrement apprécié que les vaccins russe, chinois et indiens soient cités et étudiés à égalité des autres. Ils étaient à la date de l’article en pré-phase ou phase III.
      Au total, un article apprécié.

      En matière d’informations informatives, je me demande ce que ce titre du Guardian cherche à créer chez le lecteur. La peur?:
      “Figures on Covid deaths post-jab show vaccine’s success, scientists say”
      ( En gros: “les chiffres de morts après injection montrent le succès de la vaccination.” On n’oubliera pas que le journaliste se protège par appel obligé aux scientifiques.)
      Or, le texte de l’article est en contradiction avec ce titre fracassant. Il est bien plus mesuré. Les explications sont claires et d’ailleurs pas nouvelles: tout vaccin met du temps à agir. Pendant ce temps de latence, le vacciné n’est pas protégé.

      Bref, il nous faut plus de “Revue de Biologie Médicale” et de plus en excellent français.

  9. Révolutionnaire dans l’âme ? Je n’ai jamais pris autant de plaisir au fait de manger et à tout ce qui lui est relatif, que lors du premier confinement en mars 2020. Le geste de rébellion que fut l’immense paranoïa qui émergea alors, du tréfonds de mon être, m’empêcha de me déplacer hors de mon appartement pendant près de trois mois, m’obligeant ainsi à faire avec ce que j’avais et à reconsidérer, du tout au tout, les rapports que j’entretenais avec les aliments, en me poussant, par exemple, à sortir régulièrement les quelques carottes et autres légumes que j’avais emmagasinés au froid pour les essuyer afin de les préserver de toutes nécroses, ou, pour résumer, à prendre soin d’un trésor et à réaliser que j’y tenais comme à la prunelle de mes yeux. Un très étrange comportement – je dois dire – que celui-ci, perçu comme une juste remise en question, tel qu’observé généralement la nuit, durant le sommeil dit : paradoxal, un drôle d’état d’esprit qui – soyons lucides – constitue le ciment de nos songes ; pour l’illustrer, en prenant garde de ne pas chercher de quoi mais comment il est fait, quitte à rendre la chose agréable, un rêve érotique devrait faire l’affaire : simplicité dans le dénuement, ni trop ni pas assez, rien qui n’aille grossir ou amoindrir le tableau, chacun des éléments à sa place, tout excès, voir aberration fondus à l’intérieur du sentiment inaliénable que tout cela est bien réel, chaque manque faisant partie intégrante de la symphonie des sens qui se joue là, maintenant, sous nos yeux ; que de belles images, alors qu’aujourd’hui, je me fais à l’idée, de façon beaucoup moins élégante, qu’un reconfinement est possible, que je dois m’y préparer, qu’il me faut en mesurer les conséquences, accumuler une quantité de nourriture avec en point de mire de ne pas avoir à me soucier de manquer, tout ça pendant que je redoute de verser toutes les larmes de mon corps de découvrir que la moitié de l’imposant stock de carottes que je devais acheter est, par ma négligence, en train de pourrir dans le fond de mon frigo. C’est triste mais il faut bien en passer par là pour avoir une petite idée de comment cela se passe lorsque que l’on a l’impression très confuse, encore informelle, que de vivre une situation de l’ordre du geste révolutionnaire n’est, en définitive, qu’une question de chance. En l’occurrence ce fut la chance du débutant.

    1
    1. Et dire que nous n’avons de cesse de le dire ici sur ce Blog depuis le début de la pandémie !

      Maintenant cette étude peut-elle avoir plus de poids sur les pays récalcitrants de l’OCDE ?

      Au passage, heureusement qu’il y a des pays comme la Corée du Sud dans l’OCDE pour montrer l’exemple…

      Face à une crise systémique, quelle qu’elle soit, rien de mieux que de tout STOPPER ! Je n’aurai de cesse de le dire…

      Que tout cela nous serve de leçon pour la strate climatique…

      So, wait and see…

      ps : merci a113 pour cette info !

      1. Corée du Sud

        https://www.ouest-france.fr/monde/coree-du-sud/coronavirus-la-coree-du-sud-evite-le-confinement-grace-un-tracage-minutieux-6813966

        https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/10/19/lutte-contre-le-covid-19-les-lecons-sud-coreenne-et-japonaise_6056519_3232.html

        La Corée du Sud et le Japon ont été relativement épargnés par le Covid-19 et ignorent la déconnexion entre pouvoir et population. Respect de l’hygiène et responsabilité collective s’y enseignent dès l’école

        Face à la crise sanitaire provoquée par le Covid-19, la Corée du Sud et le Japon ont agi différemment en matière de mesures gouvernementales. Mais les réactions collectives et individuelles des populations ont été similaires. Ni Séoul ni Tokyo n’ont recouru au confinement total

  10. Je me suis levé hier avec sur on téléphone l’info Whatsapp plus ou moins hebdomadaire du Monde sur le covid, largement consacrée à l’Inde. C’est un cauchemar, là-bas! Les hôpitaux manquent de tout, sont saturés, leurs couloirs aussi, et les crématoriums. On brûle des corps un peu partout, en rue, dans les parcs, et il s’ensuit une pénurie de bois dans les grandes villes.
    Ça m’a plombé la journée !
    Comparer les chiffres de morts par covid-19 avec la mort ordinaire, celle de la grippe ou de l’obésité (8 millions par an) ne tient pas la route. Ce sont effectivement les morts ordinaires, et ici, nous avons de l’extra-ordinaire, avec des afflux massifs à l’hôpital à répétition.
    Il faut écouter les soignants (, bordel!)
    Lila Bouadma par exemple, docteure réanimatrice à l’hôpital Bichat et professeure de médecine, une des trois femmes du conseil scientifique,français qui conseille (sous couvert de secret défense: encore une surprise) le président jupi-terrien dans cette crise :
    En janvier, vous avez accueilli le premier patient mort du Covid-19, un Chinois de Wuhan. Comment avez-vous vécu cette première vague ?
    Un choc, du jamais-vu ! Autant de malades, en même temps, tous atteints de la même maladie… je n’avais jamais vécu ça ! En mars, je me suis dit : cette vague va tout emporter, y compris tout ce que j’ai fait pendant vingt ans. Quand je regarderai en arrière, il ne restera que ça, ce souvenir, cette tragédie. Comme si ma vie d’avant allait être effacée. Je me suis dit aussi que je n’avais plus vingt ans devant moi pour reconstruire une vie de médecin. A ce moment-là, je ne voyais pas comment dépasser ça. Cette pandémie est d’une tristesse infinie.
    (Extrait d’un entretien par ailleurs formidable, paru dans Le Monde, avec cette enfant de parents kabyles dans une famille plus que modeste, au destin statistiquement hautement improbable.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.