30 réflexions sur « MacronLéon, par Chantal Montellier »

  1. Macron qui se prend pour Napo? La brun-marine se prend bien pour De Gaulle. La hauteur en moins.
    Quant à Macron, je l’aurais plutôt vu sur un petit cochon. Le rose lui va si bien. C’est pas gentil pour les cochons.

  2. Suuper!
    Cheval de bois, tout en toc. Tournez manège.

    Dans moins d’un an, il va connaître son Waterloo personnel. Lui seul, pas nous.

    1
    1. J’aime bien ses petits bras au Micron, je le trouve attendrissant ce petit bonhomme, non?

      1. Difficile de s’attendrir sur un malfaisant…
        Ses petits bras sont encore bien trop costauds pour ce qu’il fait éprouver aux ouvriers, retraités, chômeurs, artistes, agriculteurs, etc…
        Qu’il célèbre Napo autant qu’il veut et qu’il s’identifie à lui. On connaît la fin.

        1
      2. Petits bras, petit short. Petite tête pour le chapeau trop grand. Petit caporal. Qui plane dans les étoiles et prend la pose.
        On devine sa patronne tranquille pour trois petits tours.
        Le trouver attendrissant ne vous a pas empêchée d’être féroce…

  3. C’est Bernard Arnault qui paye les tours de manège au petit, ils ont en commun cette passion du XIXeme…

    1
    1. Un cheval de bois assorti à la langue, celle du néo libéralisme taillé dans dans des arbres d’avant 1789. Va falloir tout recommencer.

      1
  4. Medellín, le 3 mai 2021

    @Chantal Montellier

    Et maintenant, spécialement pour vous, une traduction de l’article publié aujouird’hui a Amsterdam d’une (longue) série d’articles de Bart Funnekotter cette année dans le NRC Handelsblad sur le premier dictateur centraliste autoritaire militaire de l’Europe, tellement admiré par beaucoup autour et apres de lui et tellement imité et copié, jusqu’aux nos jours.

    quote
    LA PETITE AMIE BRITTANIQUE

    En 2021, cela fera 200 ans que Napoléon Bonaparte est mort. Bart Funnekotter se penche sur l’empereur et son monde. Cet épisode : une fille effrontée fait rire l’empereur déchu.

    On dit de Napoléon qu’il n’a jamais eu de véritables amis : il était trop occupé à faire carrière et à jouer le patron. À Sainte-Hélène, le lieu d’exil où il est mort il y a deux cents ans ce mercredi, il n’avait plus à régner. Il a donc eu tout le temps de se développer en tant qu’être humain.

    Il s’y est effectivement fait des amis, mais avec une personne peu évidente : une jeune Anglaise de treize ans. Elle s’appelait Betsy Balcombe et était la fille d’un employé de la Compagnie Britannique des Indes Orientales [British East India Company] qui était stationné à ce poste dans l’Atlantique.

    Les deux hommes se sont rencontrés en octobre 1815, le premier jour du séjour de Napoléon à Sainte-Hélène. La résidence de l’empereur déchu n’étant pas encore prête, il a dû séjourner dans un bâtiment situé sur les terres de la famille Balcombe. Comme Betsy parle mieux le français que tous les membres de la famille, c’est avec Napoléon qu’elle parle le plus.

    Comme à son habitude, Napoléon bombarde son interlocuteur de questions. Dans ses mémoires, Betsy a décrit comment s’est déroulée leur première conversation. Napoléon : “Quelle est la capitale de la France ?” Betsy : “Paris.” N : “D’Italie ?” B : “Rome.” N : “Et la Russie ?” B : “Maintenant Petersbourg, anciennement Moscou.”

    Betsy s’aventurait sur un terrain dangereux, car Moscou avait brûlé en 1812 lorsque Napoléon avait occupé la ville. Il lui a demandé : “Qui a brûlé la ville ?” La jeune fille n’a pas osé répondre, malgré l’insistance de Napoléon. Ce dernier a alors dit lui-même : “Vous savez très bien que c’est moi qui l’ai fait.” Betsy a riposté : “Je pense que les Russes l’ont fait, pour se débarrasser des Français.” Napoléon rit de cette réponse insolente – et correcte -. La glace a été brisée.

    Dans les mois qui ont suivi, Napoléon est devenu une sorte d’oncle amusant. Ils se faisaient constamment des farces l’un à l’autre, et ne pouvaient pas être assez enfantins. Boney, comme l’appelle Betsy, lui a volé sa nouvelle robe la veille d’un bal et ne l’a rendue qu’au tout dernier moment. Betsy cherchait désespérément à savoir quoi porter pour cet événement important.

    À son tour, il lui arrive de saisir l’épée de Napoléon et de le menacer, au grand dam de son entourage. Et une fois, lorsque Betsy s’est disputée avec son secrétaire personnel, Napoléon a tenu fermement l’homme pour qu’elle puisse lui donner une raclée avec ses poings. Ils ont également joué à des jeux. Napoléon trichait toujours aux cartes et quand ils jouaient au colin-maillard avec d’autres enfants, il aimait pincer le nez de Betsy.

    En octobre 1818, les Balcombes sont rentrés chez eux. Les adieux de Napoléon ont été dramatiques. Betsy a pleuré lorsque l’empereur lui a remis une mèche de ses cheveux en souvenir. Il a dit : “Tu pars en Angleterre et tu me laisses mourir sur ce misérable rocher. Regardez ces affreuses montagnes, elles sont ma prison. Vous allez bientôt apprendre que l’empereur Napoléon est mort.”
    unquote

    1
    1. Cool, comme exil! Ça ferait presque envie. Je cherche où j’irai si la marinade submerge la France. Déjà que c’est à peine vivable comme ça…

      1. Encore un de vos commentaires, qui en creux suggère que Macron et Le Pen c’est chou vert et vert chou
        Pourquoi ne pas utiliser votre talent sur des caricatures Le Pen, : je n’ai pas vu de dessin d’elle sur le blog de Paul si ce n’est son apparition sur l’ouverture des clandés à côté de Macron.
        Absente par contre à côté des généraux vieux fourneaux,où elle avait toute sa place en directrice de maison de retraite de vieux putschistes par exemple.
        Heureusement que le principal obstacle à son élection est son très faible niveau intellectuel et son patronyme.

        1. Vous n’êtes pas très observateur, Xtian, Marinade est bien là dans le dessin des vieux fourneaux. Sa tête prend la place d’une boule de pétanque, au bout de l’aimant tenu pas le gros pépère nostalgique de l’Algerie Rancaise. Par ailleurs, je n’ai pas manqué une occasion de croquer la star du RN… ( Je ne publie pas que chez Paul)… Et arrêtez un peu avec vos histoires de choux,qui me prennent le choux, ou je vous lance un sort.

    1. Charmant. Merci pour ce moment. Huhuhu. En plus j’ai un petit faible pour André Dissolier, prof dans une première vie, si je me souviens bien…?

  5. Vous avez le dessin taquin, mais pas méchant;
    Une façon d’être méchant aurait été de le faire chevaucher l’oeuvre de Pascal Convert , soit un squelette de cheval censé représenté l’animal préféré de Napoléon . (en squelette sans doute par mauvais goût autant que par idéologie bobos pour adulescents pas fut fut, “napoleon c’est pas bien avec toutes ces guerres…”)
    D’ailleurs à vrai dire j’en ai un peu marre de l’art moderne spéculatif qui vient sur le dos de l’état et des symboles de la nation, se faire, à grands frais, un “story telling” dont la vocation est d’être le futur synopsis d’un catalogue de vente aux enchères. Ainsi ce squelette aura lui aussi une histoire qui lui vaudra d’être “pricé” sur le marché pour devenir un véhicule d’évasion fiscale. Car sous prétexte d’art, c’est à cela que servent ces pseudo oeuvres fabriquées à la chaîne par de pseudo-artistes , pour permettre à nos milliardaires de franchir toutes les frontières plus aisément que s’ils avaient du cash.
    Je voudrais savoir combien a coûté ce squelette, comment a-t-il été fabriqué (sûrement pas par la main de l’artiste) pendant que les vrais artistes, intermittents du spectacle qui font vivre tous nos festivals en province, sont à la peine….
    La deuxième chose c’est que l’exposer au-dessus du tombeau d’un homme, c’est une profanation. Après tout c’est une tombe avant tout, dont le principal protagoniste n’avait rien demandé. A quand des “happenings” bobos “gothiques” dans les cimetières juifs, chrétiens ou musulmans de la capitale? Ou sur la tombe du Soldat inconnu , dont on avait tant critiqué les exactions par des blacks blocs.
    J’aurais aimé un bicentenaire qui mette en avant ce qu’a créé Napoleon et principalement dans l’éducatif:
    Soit faire une fête des lycées, des universités, de l’académie de la Légion d’honneur (ruban rouge); oui, mais là est justement le fiasco des hommes politiques, l’endroit précis où ils ne veulent pas qu’on les voie, ou peut-être ne peuvent-ils tout simplement plus s’y présenter…
    Mettre un projecteur sur tout ce qu’a réalisé Napoleon (en une dizaine d’années de règne bousculé), jette une ombre cruelle sur les inefficiences des 40 dernières années de règne de la droite/gauche libérale qui a passé son temps à déconstruire et à vendre les bijoux de famille, pour ne construire à la fin qu’un mépris de classe dont on reconnait la signature dans chacun de leurs méfaits….L’art ne fait pas toujours sens…

    1. Taquins mais pas méchants mes dessins? Zut alors. Je vais aiguiser mes crayons! Je ne suis pas née méchante, mais je peux le devenir, en faisant un effort. Je penserai à vous en faisant le prochain… Vous me direz si j’ai progressé. Une chose est sur, je n’aime pas trop dégrader l’image des gens, du moins pas au delà d’une certaine limite. C’est plus une question d’éthique que d’esthétique. Une faiblesse?

  6. L’image de Napoléon la main sur le ventre lui colle à la peau …
    Certains pensent qu’il avait aussi des hémorroïdes . Évidement , l’image aurait été moins sexy.
    Le pouvoir faisant manifestement bander certains , on pourrait supposer une main positionnée encore plus bas …mais l’image eut été déplacée.
    Le pouvoir doit être stressant pour finir.
    En fait , la question est de savoir dans ce parallèle avec Napoléon où Macron va finir par avoir mal…
    Le cœur , la tête , nulle part ?

    1. Oncle Bernard, je vous trouve limite trivial, ce soir, en vous lisant. Votre corps se rappellerait-il un peu trop à vous en ce moment? Bise. C.

      1. Sur le coup , j’ai plutôt pensé que Bernard avait arrosé la capitulation de l’Allemagne nazie ( et plutôt deux fois qu’une si on se souvient qu’elle fut signée une fois à l’ouest le 7 mai 1945 et une fois à Berlin selon le souhait de Staline , le 8 mai 1945 au soir ).

        1. Hé Juannessy , z’êtes pas à la marche pour le climat ?
          La fin d’un épisode nazi , ça s’arrose , en effet .

          Un tonton (qui avait vécu cet enfer ) avait pour conseil , quand quelqu’un vous impressionne , de l’imaginer à poil.
          Souvent ça fait rire intérieurement , ce décalage entre ce qu’on voudrait montrer de ce que l’on croit être , et ce que l’on est.
          Une fois enlevé les « vêtements « , on est tous pareils .De simples humains .

          Macron vu comme un gamin qui a mal tourné sur le manège de la vie , une belle intuition je trouve.
          Pour l’instant il a gagné le pompon en étant au pouvoir . Pas sur qu’on lui repaye un tour de manège, ou qu’il ait toujours envie de jouer .
          On verra bien , si les fêtes foraines ouvrent de nouveau.

          1. Pour la marche , ça fait déjà quelques dizaines de mois que ça m’est une douleur et ces derniers jours m’ont plutôt vu allongé .

            Pour le truc sur la nudité , je l’ai imaginé avec Bernard ou Macron et effectivement ça décomplexe ou ça fait peur , c’est selon . J’ai pas osé avec Chantal parce qu’elle m’aurait trouvé vraiment trivial à raison .

            1. Bah! Je n’ai rien à cacher. Je peux encore me regarder dans le miroir sans m’évanouir, mais pour combien de temps? That is thé question. Si ça devient trop moche, j’effacerai tout.. un gros coup de gomme, et hop!

  7. Trivial? C’est la faute au manège , ça me rappelle ma jeunesse .

    Bon le printemps est là , un peu de printemps , faut en profiter.
    Vive les barbecues.

Les commentaires sont fermés.