Axel Kahn (1944-2021)


Le Tribunal pour les Générations Futures, c’était le mercredi 22 janvier 2014, au théâtre de la Gaîté Lyrique à Paris. Le thème ce soir-là, c’était « Le capitalisme va-t-il mourir ? »

Nous étions quatre. Axel Kahn était premier témoin ; Anne-Sophie Novel était le second témoin ; Christian Saint-Étienne était l’avocat de la défense ; le procureur, réclamant des têtes, c’était … eh oui ! bien entendu.

Coco donnait son opinion. Dans l’image ci-dessus, vous aurez reconnu sans peine, de gauche à droite, Christian Saint-Étienne et Axel Kahn.

Question subsidiaire : Axel Kahn et moi, étions-nous dans le même camp 😀 ?

Pour rappel, quelques autres croquis de Coco ce soir-là.


Partager :

8 réflexions sur « Axel Kahn (1944-2021) »

  1. Oui, du temps a passé depuis 2014, mais nous sommes toujours sur le chemin du cimetière du capitalisme tout en tenant les cordons du poêle du corbillard… 🙂

  2. J’aurais préféré ce commentaire positionné discrètement au milieu d’une multitude philosophiquement élogieuse..
    Cependant Axe K. a décidé de son plein gré de médiatiser ses derniers mois.. d’où certaines libertés semblent permises!
    Voici donc.
    Axel K. , à ma connaissance était opposé (pas neutre donc) à la légalisation de l’ « euthanasie » (en France).
    Le voici aux prises avec les préparatifs de sa fin (très)prochaine.Il ne cache pas prendre de lourds traitements tout en profitant des rémissions successives pour disserter admirablement sur sa mort prochaine.
    Il semble avoir « eu la chance » de ne pas être atteint de manière neuro-handicapante évolutive de longue durée ( dernier exemple : https://www.macommune.info/alain-cocq-militant-de-la-fin-de-vie-digne-est-mort-dans-un-suicide-assiste-en-suisse/ ).
    Il semble (et j’en suis heureux pour lui…quoique..) « être parti » (on ne « meurt » plus à notre époque voilée) rapidement.
    On a peu parlé de soins palliatifs..sauf omission.
    Il n’a donc sans doute pas eu le « bonheu » d’être soumis au « couloir-loterie » , court ou long c’est selon , de la sédation « terminale » (p.ex. : https://www.liberation.fr/france/2018/06/12/fin-de-vie-les-balbutiements-de-la-sedation-terminale_1658288/ ).
    Mais de quel type de cancer est décédé Axel K. ?
    Serait-ce secret-défense? Et pourquoi? compte-tenu des circonstances médiatiques assumées..

    ((Désolé , j’avais prévenu…il est des questions qui ont intérêt à être dissimulées dans une foule..))

    7
    1. C’est toujours le malaise que je recents quand on médiatise les souffrances des VIP, alors qu’autour de soi, les VDP (Very Discrète Person) souffrent et meurent avec au moins le même courage, dans la plus grande indifférence.
      Il y aurait une belle réflexion à mener sur le sens de la « célébrité » et de son usage dans le conditionnement (l’éducation) social qui institue d’un côté « les grands hommes » qu’on panthéonise et de l’autre « ceux qui ne sont rien » dans la bouche d’un Président de la République. Je ne serais pas étonné que cheminant dans cette réflexion, on aboutisse à comprendre le vote des Sénateurs dont parle Paul Jorion dans son autre billet.

      1
  3. @Pascal 10h21 qui écrit : … » on médiatise les souffrances des VIP, alors qu’autour de soi, les VDP (Very Discrète Person) souffrent et meurent avec au moins le même courage, dans la plus grande indifférence  » …

    J’ai comme un doute .. et aspire à être bien compris… :
    Je voudrais être certain que « les opposés déclarés » (voire militants surtout les « médiatiques ») à l’autorisation d’organisation ordonnée de choix de fin de vie des autres .. sont bel et bien confrontés , le cas échéant , aux « aléas » de durée et de souffrance éventuelle liés à l’hypocrite « sédation terminale » de la loi actuelle.
    J’espère avoir été limpide (et surtout sans pitié).

    1
    1. Salut Otromeros,

      Je ne connaissais pas la position officielle de Monsieur Axel Khan sur l’euthanasie, mais il me semble clairement qu’il y a eu recourt pour lui même :

      Extrait de son blog :

      « Le rideau de ce blog est de ce fait maintenant tiré. (…) Les exigences de l’atténuation de la douleur poussent mes médecins, en accord avec moi, à augmenter les doses d’opiacés qui m’éviteront de n’être qu’un corps martyrisé. Puis, je l’ai dit, la main dans la main des miens qui seront transpercés de mon amour, moi-même nimbé de leur amour, je m’endormirai, ils me verront m’endormir. Je ne serai bientôt plus, ils seront encore, je les accompagnerai. Eux et les autres, dont je me suis efforcé d’honorer la confiance. » (17 juin 2021).

Les commentaires sont fermés.