82 réflexions sur « Y aurait-il un rapport avec le réchauffement climatique ? Les experts s’interrogent »

  1. @Paul;
    Les deux références que vous citez pour montrer que tout avis contraire serait un déni, sont le huffington post et cbs news. Ces deux médias ont signé la chartre du CCN (coverate climate now), qui stipule l’allégeance à la propagande alarmiste. Faut-il croire par défaut un média qui signe pour l’alarmisme et qui ne fait pas de science ?
    Les éléments de langage du CCN sur les vagues de châleurs, ce qui est demandé aux journalistes pour sougtenir l’alarmisme :
    https://coveringclimatenow.org/events/

    En attendant, toute approche basée sur un modèle climatique pour l’attribution des événements extrêmes est fondamentalement imparfaite. Tant que les modèles climatiques ne sont pas en mesure de résoudre réellement les caractéristiques de la circulation (nécessitant une résolution horizontale d’environ 20 km), ils ne sont tout simplement pas utiles pour l’attribution d’événements météorologiques en mettant en cause toute l’humanité. Affirmer le contraire comme vous le suggérez par comodité et opportunisme n’avancera pas vos idées politiques concrêtement sur le terrain, surtout avec l’adjectif “déni”, qui qualifie plutôt votre absence de recul des qu’il s’agit de faire du catastrophisme comme méthode de gouvernement ou d’opposition. Le CO2 ne peut pas être la cause unique, ni dominante, dans l’attribution d’un extrême météorologique. Il faut reconnaître que les événements extrêmes sont par définition peu fréquent et que de courts enregistrements historiques (même des enregistrements séculaires) sont insuffisants pour formuler des statistiques significatives à l’échelle de nos vies.
    Un énorme problème de la modélisation est le calibrage du modèle sur les cycles impliquant la variabilité naturelle, si l’on veut répondre à cette question :
    Si une série de température localisée, produit des records, est-ce le signe définitif de la culpabilité de l’humain ?
    Si au contraire une série de température localisée, ne produit pas de record, en quoi cela disculpe-t-il l’humain ?
    Le modèle n’a alors pas plus d’utilité que vos convictions catastrophistes !

    Je note dans vos liens qu’il fallait accompagner le spectateur avec une musique d’ambiance, typique du média alarmiste invitant le spectateur à la repentance, mais pas à le faire réfléchir.

    4
    1. Je me suis déjà posé la question du gamelan, qui semble être la bande sonore de choix quand on dit des choses sérieuses dans une vidéo. Qui est l’inventeur de cette absurdité irritante ?

      Pour le reste, je laisse à d’autres commentateurs le soin de pulvériser le contenu de ce que vous racontez.

      7
    2. Bon j’y vais…

      Bertrand,
      Juste une question…

      ” Faire du catastrophisme ” comme vous dites, alors que précisément, nous vivons une catastrophe, n’est ce pas simplement avoir les yeux ouverts sur le temps présent ?

      Du coup, finalement, autre question :

      Il vous faut combien de millions d’hectares de forêts brûlée, de pays qui deviennent inhabitables et de glissements de terrain pour arrêter de faire la fine bouche entre météo et climat ?

      9
    3. Bertrand, vous avez le choix, soit vous cessez d’utiliser le manuel du parfait méchant troll et vous nous expliquez à quel moment Paul utilise vos “modèle climatique” pour justifier le contenu des vidéos, ou vous percevrez, mais sachez que vous êtes déjà un modèle presque complètement abouti qui explique l’origine humaine de sa propre extinction.

      3
    4. Vous confondez le modèle avec le système réel qu’il est sensé représenter. Un modèle n’est pas le système, et les imperfections du modèle n’implique absolument pas que les observations du système réel soient fausses. Donc accuser le modèle d’être dans l’erreur n’implique pas que les conclusions des observations sur l’évolution climatique (par exemple, +1,1°C depuis le début de l’ère industrielle) soient fausses ! Vous devez être de ceux qui cassent le thermomètre quand ce dernier n’indique pas la température qui vous plait !

      Le dôme de chaleur exceptionnellement haut en latitude d’un côté, la goutte froide (qui est normalement présente au printemps ou à l’automne, et pas en été) et sa durée dans le temps sont des phénomènes réels qui ont été accentués par le réchauffement climatique. Ce ne sont hélas pas des événements isolés dans le temps, nous avons des vagues de chaleur extrêmes en Australie, des sécheresses à répétition en Californie, deux canicules dans la même année en France l’année dernière, deux années de sécheresse désastreuses à Madagascar, des inondations également exceptionnelles ce printemps en Grande-Bretagne, des évènements cévenols qui, chaque année, battent des records, des tempêtes à dévaster des vallées de l’arrière pays niçois, des cyclones de catégories V à tire-larigot sur les côtes américaines, des cyclones qui arrivent presque à longer les côtes portugaises l’année dernière (on a battu il me semble des records de longitude à ce sujet-là), … Bref, sur de nombreux paramètres météorologiques, les records tombent à une vitesse folle.

      Niez-vous l’existence de tout cela ?

      Voulez-vous revoir les photos de la mer de glace d’il y a cent ans ? Et comparer par la même occasion celles de tous les glaciers du monde, Groenland y compris. Voulez-vous les photos du permafrost sibérien ou canadien ou suédois, où les bâtiments s’effondrent parce que ce qui était en permanence gelé dégèle maintenant en été ? Voulez-vous un time-lapse de la banquise arctique sur les trente dernières années, pour vous comment elle évolue ?

      Non, sans doute que cela ne vous plaira pas de les regarder, parce que ce sont des faits, et vous préférez rester dans votre affirmation d’un illogisme mortel (pour l’humanité) de “le modèle est imparfait, donc le réchauffement climatique n’existe pas” !

      7
      1. Vous avez la même peur que les patrons du MEDEF, qui voient la lutte contre le réchauffement climatique comme de nouvelles contraintes sur leur commerce mondialisé, et de nouveaux risques sur leurs bénéfices. Du coup, vous préférez ergoter sur la qualité d’une vidéo ou de sa musique d’accompagnement, histoire d’essayer que tout un chacun détourne le regard sur les images qu’elle montre. Ça me rappelle Monsanto qui passait son temps à nous dire que seules “ses études scientifiques” étaient les bonnes, celles des autres étant forcément partiales.

        1
    5. Vous avez rêvé. La chartre (!) du CCN, ce serait plutôt ceci :
      “For those who don’t know, Covering Climate Now is a consortium of more than 400 news outlets with a combined audience of roughly 2 billion people. We’re organized by journalists, for journalists. We help newsrooms improve coverage, what we call the defining story of our time. It costs nothing to join Covering Climate Now, there’s no editorial line to follow, except you must respect science” .Mark Hertsgaard, the executive director of Covering Climate Now, (https://coveringclimatenow.org/climate-beat-story/watch-now-heat-fires-and-the-climate-connection/)
      … there is no editorial line to follow,… Désolé !

      Vous comprendrez que je vous quitte déjà ici.

      1
    6. De la lecture de mauvais journalistes qui ne font que “respecter la science” (oh les méchants !)
      https://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/inondations-en-europe-comment-le-rechauffement-climatique-est-passe-de-menace-pour-les-generations-futures-a-danger-imminent_4690937.html

      “Jean Jouzel [climatologue] plaide aussi pour un changement de mentalité : l’abandon de cette idée “qui veut que l’on sera capable d’ici là de réparer les problèmes que l’on a créés. C’est faux. L’inertie est telle que ce qui a été enclenché ne s’arrêtera pas”, craint-il. Car 2050, “ce n’est déjà plus les générations futures” “

      1. Vous y tenez tant que ça à l’espèce humaine? Moi je la trouve… Argh, les mots me manquent. Non, ne me tuez pas, j’ai des escargots en bas âge à nourrir… Lol

        1. Non Chantal, mais aux autres êtres vivants, oui. Et un changement climatique trop brutal peut aussi leur être fatal. Notamment à ceux qui ont du mal à se déplacer.

    7. @Bertrand
      Comme vous savez très bien que produire un modèle d’un système infiniment complexe et par essence chaotique est impossible ; et puisqu’on ne peut faire la preuve autrement selon vous, on vous opposera un faisceau d’indices concordants comme le fait François M dans sa réponse. Vous pourrez toujours ergoter sur l’un ou l’autre des indices pris individuellement, mais vous aurez du mal à les disqualifier dans leur ensemble. En science un faisceau d’observations permet de développer une théorie, puis de la théorie des modèles “prédictifs”. Reste donc aux détracteurs de la théorie du réchauffement climatique à développer une théorie alternative et les modèles subséquents qui expliquent les observations et produisent de meilleures “prédictions” sans interventions divines.
      En attendant l’activité humaine a d’autres effets indiscutables et catastrophiques car nous sommes tout-à-fait capable de:
      -produire des déserts avec ou sans réchauffement
      -artificialiser les sols et les stériliser (augmentation des risques d’inondations)
      -polluer à grande échelle (terres/mers/atmosphère/espace proche/eau douce/…)
      -exterminer des espèces entières
      -déforester et brûler les forêts, primaires ou non
      -…
      Bref sans le réchauffement climatique il y a déjà de quoi faire sonner l’alarme ne vous en déplaise!
      Cordialement
      MG

      3
    1. Salut Chabian,

      Oui nuance, dans le sens, de ne pas attribuer à un événement une cause unique, car certes des inondations catastrophiques et des incendies gigantesques, ces dômes de froid ou de chaleur ne sont pas des phénomènes nouveaux et ont toujours eu lieu dans l’Histoire de la planète.

      Cependant, en ce moment, nous assistons à une accélération du processus :

      https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/ONERC_Rapport_2018_Evenements_meteorologiques_extremes_et_CC_WEB.pdf

      (facile à lire, c’est pour le Premier Ministre !)

      Cette accélération, douce pour le moment, si, si, c’est doux, va s’amplifier si la trajectoire est maintenue, et même pour des raisons de “stock” déjà consommé, sauf événement majeur contraire (mega irruption) mais bon, les grands à coup c’est pas bon non plus, non c’est pas bon.

      Et sur la Planète pour qui a une vue un peu en hauteur, perché quoi, il est assez évident que les phénomènes en cours sont typique d’une crise de “fièvre”, alternant épisodes de chaleurs intenses, de tremblements de froid, et de sueur et d’agitations, qui est un processus normal quand un hôte (le système Terre/Atmosphère) suite à des perturbations internent créés par un “parasite” (non je ne parle pas de Toi, mais si en fait, mince) se met à réagir à l’intrus. Bon ben on va prendre une raclée par le système “immunitaire” Terrestre. Vous trouvez cette vision un tantinet animiste ? Erreur, c’est tout simplement Physique et Mécanique, mais c’est chouette pareil.

      Pas d’autre choix que la coopération, l’entre aide, la bienveillance, la confiance, et la mutation de nos sociétés pour passer, au moins tenter de le faire, en trouvant une Humanité Delta, qui passera probablement ainsi entre les mailles du grand nettoyage encours.

      1
      1. Doux? Consensuel?

        De Chico Mendès: “L’écologie sans la lutte des classes, c’est du jardinage”.
        Je viens de lire ça sur le site de ” l ‘actuaire colérique”, écrit par un lecteur Auguste Vannier 12.07.2021 à 09h38. La véracité de la déclaration est-elle douteuse? Wikipédia est muet sur le sujet.

        Y’a l’écologie façon Guardian (ou WWF) qui voudrait satisfaire toutes les parties, y compris la Finance Mondiale et y’a la Nature. Va falloir faire des choix. Ils seront douloureux, si même trop tard. Dans ce cas, les choix sont et seront forcés.
        Il nous appartient que les conséquences des choix soient équitablement répartis.
        Ça va être dur…

        1
      2. C’est sur le lien entre les deux que je dis les nuances que j’ai lue. Oui le mot de déni est excessif sur le lien entre inondation à gauche et sécheresse à droite. Que la multiplication des événements nous parle de la perturbation climatique, je n’ai aucun doute et presque aucun espoir. Il n’y a plus déni (rarement), mais il n’y a pas de déclic.

        1. Pourquoi presque aucun espoir ?

          C’est là où moi je ne suis plus. J’ai énormément d’espoir, presque même une croyance folle qu’on va surmonter. Remarque mieux vaut être dans cet état à la réflexion… ?

          Je sais c’est un petit peu biaisé comme analogie, mais ce soir est passé sur Arte un documentaire sur le Japon. Bon comment dire je ne sais pas trop qu’en penser, je me demande si on ne m’a pas servi un plat non demandé, mais bon. Je disais donc, dans ce documentaire on voit un Japon très mais alors très traditionnel à côté de l’image ultra moderne, mais aussi un pays confronté depuis des millénaires aux violences déchaînés des éléments (Typhon, tremblement de terre, Tsunami, éruptions, froid, chaud etc etc). Hé béh figure toi que la société Japonaise est toujours là, ancienne et moderne malgré les conditions climatiques !

          Quoi c’est un peu trop capilo tracté comme déduction ? Pourtant… Mais bon la parenthèse plus haut augmenté d’un facteur X (faites vos jeux), moi je dis, que ça ne passe pas.

          2
  2. j’ai le sentiment que pour beaucoup d’entre nous le réchauffement climatique signifiant fin de l’humanité va être quelque chose de tranché, comme une “méga explosion” qui ravagerait tout en un claquement de doigts.
    Si j’avais à choisir c’est cette option que je choisirais mais je ne pense pas que cela va se passer ainsi. Cette disparition va être progressive avec, et c’est ce qui m’effraie le plus pour les générations futures, des souffrances de tous ordres à endurer . Et quand je vois les réactions de nos concitoyens face à une pandémie je crains le pire !

    1
  3. L’actualité des derniers jours… J’avais un doute sur les “unités”…

    … ” ” ” Les habitants des zones basses situées le long de la Meuse à Beesel, dans le Limbourg néerlandais, ont été priés de partir samedi matin. “Même si l’eau n’a pas encore atteint le sommet, il y a déjà une pression sur les digues”, a justifié la municipalité. “La pression d’une telle quantité d’eau est grande, et il y a donc toujours un risque qu’une digue s’effondre. Et l’eau s’écoulera alors rapidement dans la zone.”

    Les résidents sont donc invités à quitter la zone. Ce n’est qu’en fin de soirée que l’on saura si l’eau va baisser et si le pic est passé.j

    La zone du vieux village de Beesel est l’un des points faibles de la défense contre la montée des eaux de la Meuse.

    L’onde de crue de la rivière, qui traverse auparavant la Belgique, devrait quitter la province du Limbourg lundi matin, selon les prévisions.

    Le niveau d’eau de la Meuse près de Maastricht a atteint son niveau le plus élevé jeudi soir avec un débit de 3.260 mètres cubes par seconde . C’est un plus haut historique pour le fleuve depuis le début des mesures en 1911. Ce n’est qu’en 1926 et 1993 que le débit avait également dépassé de peu les 3.000 mètres cubes par seconde. D’ici dimanche, le débit à proximité de Maastricht devrait retomber en dessous de 1.500 mètres cubes par seconde ” ” ”

    Avis aux bons nageurs..

    1. Par contre… , dans le sens du fond du commentaire de @Bertrand ci-dessus (15h56) ,
      ce que j’ai lu de mieux pour analyser l’ “effet papillon” (un gros papillon..) :
      https://www.lavoixdunord.fr/1045439/article/2021-07-15/inondations-en-belgique-pont-barrage-bloque-liege-que-se-passe-t-il

      Tout l’ AVAL du bassin liégeois ingérable en position un tiers d’évacuation MAXI (2 portes réglables sur 6..)
      Les conséquences en AMONT , là où toute les hauteurs ardennaises rejoignent la Meuse… ont fait les images des précédentes soirées!

  4. Evénements climatiques extrêmes, pandémies, maladies liées à la pollutions et ou la mal-bouffe, … Et dire que pendant ce temps, certains ne pensent qu’à une chose : pouvoir retourner au restaurant, au bar, au cinéma, au théatre, …

    La vie d’aujourd’hui devrait nous inciter à tirer un trait sur le monde d’avant et concevoir une nouvelle vie dans le monde d’après.

    10
    1. Oui, l’humanité est désespérante ! Quand on voit plus de 100.000 manifestants pleurnicher contre la vaccination obligatoire et le passe sanitaire parce que, vous comprenez, je veux être libre d’avoir mon Covid long et des séquelles à vie… Ou pire encore, lorsque la France a perdu en foot contre la Suisse, il parait qu’il y a eu une pétition signée en deux jours par plus de 350.000 personnes (!!!!!) pour demander à ce que le match soit rejouer parce que le gardien suisse n’était pas exactement là où il aurait dû être !

      On a une inversion des valeurs assez hallucinante.

      5
      1. “pleurnicher contre la vaccination obligatoire et le passe sanitaire”

        On peut être pour la vaccination (qui n’est pas obligatoire, oui je sais, on dirait pas, mais ça a son importance), mais contre le Pass Sanitaire, qui relève d’une autre logique très dangereuse comme méthode. Ca laisse des traces selon moi, et ça provoque des réflexes qui ne vont pas dans le bon sens.

        2
        1. Le passe sanitaire, c’est comme le passeport, mais les raisons sont prophylactiques. Ce qui n’est pas normal à mes yeux, c’est que l’on demande à des personnes dont ce n’est pas le travail de faire la vérification.
          Seule la police devrait être en charge de cela. Tout comme elle le fait à la frontière (passeport) ou sur la route (permis de conduire)

          1. @ François,

            Le pass (sans e) sanitaire… Sinon c’est une autre passe… et là je ne veux pas savoir quelles étaient les idées qui vous traversez l’esprit pour avoir un tel lapsus… 😉

            Par contre – et pour être plus sérieux, je vous rejoins : ce qui me fait tiquer, c’est le fait de demander à un serveur, un caissier de cinéma ou autre de vérifier l’identité et le pass sanitaire d’un quidam.

            Il y a des citoyens assermentés pour faire ça (policiers, gendarmes) !

            Et on n’est pas à l’abri que sous couvert de vérification du pass sanitaire, certains concitoyens abusent de la situation…

              1. Valider un ticket oui… Mais jusqu’ici, jamais je ne me suis fais contrôler mon identité pour aller au cinéma !

                Et entre nous, étant métisse, des contrôles d’identité (en bonne et dûe forme), j’en ai (pourtant) eu 31 au cours de mes 27 dernières années de vie. 🙁

            1. Salut Benjamin,

              Pour tout te dire, moi qui suis obligé d’aller bosser au contact du public, cela ne me pose aucun problème de faire en sorte que mon environnement de travail soit “safe”. Et s’il faut faire le flic, je n’ai aucun scrupule. Il en va de ma santé et les neuneus qui viennent s’entasser avec 50 inconnus dans un espace clos pour des heures, je m’en contrecogne !

              On constate toutefois une baisse de fréquentation notable par chez moi – de l’ordre de 40% – et je remercie tous les gens raisonnables qui préfèrent rester chez eux !

              Pour ce qui est de l’ouvreur, c’est un poste dédié. Dans le resto populaire déjà short en personnel, c’est une perte de temps considérable et donc de pognon pour le restaurateur. Ce qui laisse à penser que hors contrôles drastiques, ce ne sera, comme les QR codes et autres registres ou mesures barrières, pas suivi.

              Bonne journée !

              1. @ 2casa,

                Quand on subit pas déjà une pression policière sur le sujet de l’identité, on ne se rend pas compte de la boite de pandore qui a été ouverte.

                J’ai peur que pour des populations déjà stigmatisées de par leur origine ethnique (alors que bien français de naissance) que la vie devienne qu’une succession de moment où ils ne feront que justifier leur identité (avec toutes les dérives que cela peut avoir).

                1. Meuh non, tu présentes déjà ta carte d’identité, ton passeport, ton billet d’entrée, ton ticket de métro, ton billet de train, ton chéquier, ta carte bleue, ton application smartphone, ton titre de circulation, tu ouvres ton sac, tu te laisses palper, tu te laisses détecter, tu laisses des traces enregistrées, tu présentes maintenant aussi ton passe sanitaire !

                  Pourquoi vous voyez un problème ? Y en a pas ! Sérieux, y en a pas !

                  A ce niveau là de crétinerie intellectuelle ça s’appelle de la collaboration c’est tout. Après les raisons d’adhérer à cette tendance appartiennent à chacun, mais autant annoncer la couleur sur l’orientation retenue.

                  Pour moi, non ce n’est pas une attitude saine et normale, ni un monde qui me tente.

                  1
              2. Quitte ton taf mec, depuis le temps, quand même, tu pourrais faire un effort et trouver un boulot moins exposé. Ca devient presque pervers ton histoire là.

                1. Rhaaaa ! Ça y est CloClo, je sais qui t’es ! J’ai qu’à traverser la rue, c’est ça ?!

                  J’accepte que les gens ne se fassent pas vacciner si on ne m’oblige pas à aller taffer et à les côtoyer… c’est pas compliqué.

                  Après, s’ils crèvent, c’est leur problème. Sélection naturelle. Il faudra bien qu’un jour la connerie devienne un désavantage concurrentiel opératoire !

                  (Dire que je suis obligé de prêcher contre mon intérêt – ça m’allait super le confinement ou le couvre feu à 19h – c’est quand même un comble… :-/ )

                  1. Rhaaaaa, non loupé je suis pas lui.

                    Le comble ? Oui carrément même !

                    Bon c’est quoi le truc en face de ton resto ? De l’autre côté de ta rue ?

                    Purée pour une fois soyez un peu premier degré, autant ça marche !

                    Alors y a quoi ? (sur les 100 m à droite et à gauche)

                    Si y a un banc, déjà la solution se dessine.

                    1. À moins de se spécialiser dans la pêche à pied de la crevette grise ou alors le circuit de billes professionnel (j’avais lancé la Bigorneau’s Cup naguère) je vois pas trop.

                      On avait cette discussion encore hier avec un pote qui vient d’une grande ville. C’est difficile de faire comprendre la situation de l’emploi quand on ne sait pas ce qu’implique de vivre dans une station balnéaire (un bon point de vue sur la question : https://www.bastamag.net/residences-secondaires-prix-de-l-immobilier-inegalites-acces-logement-littoral-statut-de-resident ). C’est mort 6 mois de l’année minimum. Un désert.

                      Le bassin d’emploi ici, c’est 70% l’hôtellerie et la restauration, 20% de service à la personne – tous les vieux blindés du coin – si t’es pas larbin pendant la saison, tu les torches une fois séniles… belles perspectives de carrière ! Le reste, quand il y en a, tu peux être sûr que les gens s’y accrochent comme des moules à leur rocher. Alors t’es déjà bien content d’avoir un taf à l’année et de pas galérer entre deux saisons comme beaucoup de gens ici.

                      En face de mon boulot : 4 hôtels, 5 restos, un bureau de tabac – branché H24 sur Cniouzes, qui vient de se faire braquer, ce qui ne va pas changer son vote – et une boulange. De mon côté, 4 restos, un coiffeur – merlan alors, si pas la crevette ? – et la permanence électoral du dernier potentat local sans étiquette – ce qui ici veut dire bi-classé escroc/facho…

                      Tu vois mon CloClo, traverser la rue ne changera mon destin ! J’aurai juste les pieds mouillés.

            2. @Benjamin,
              Depuis quand il n’y a pas de “e” à passe?
              L’absence de ce “e” indique surtout l’emploi de bonnes vieilles méthodes de pubards qui consiste à coller des angliscismes partout où l’on veut faire moderne et branché.
              Je ne sais pas vous, mais moi, la pub, depuis Bernays, je me méfie!
              Cordialement
              MG

              PS: on aurait pu reprendre le terme “Billet de Santé” mais pour être en santé le vaccin n’est pas une condition suffisante, car l’usage veut que pour recevoir un “Billet de Santé” il faut ne pas être potentiellement contagieux, or avec le passe sanitaire vaccinal il n’y a pas de preuve. Il faut donc le considérer comme un passe-droit car vous n’avez pas le droit de potentiellement contaminer les autres sauf si vous êtes vacciné.

              2
  5. Un compte rendu détaillé de MétéoFrance sur la situation des inondations en Allemagne et Belgique et le phénomène météorologique de la goutte froide bloquée depuis le début de la semaine sur le sud-ouest de l’Allemagne, la Belgique et le Luxembourg.

    https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/actualites/climat/inondations-catastrophiques-en-allemagne-et-belgique

    Sa conclusion :
    Quel lien avec le changement climatique ?
    Le changement climatique ne joue pas directement sur l’occurrence d’un événement météo lié à la circulation atmosphérique de grande échelle, comme le déplacement d’une goutte froide sur l’Europe de l’est qui est à l’origine des pluies actuelles. Ce sont des phénomènes météorologiques connus et documentés de longue date, mais le changement climatique amplifie leur intensité. On constate ces dernières années que l’intensité des événements météorologiques remarquables augmente. Leur sévérité a ainsi été aggravée par le changement climatique.

    Même sans étude spécifique d’attribution, qui permet de quantifier dans quelle mesure le changement climatique a modifié la probabilité qu’un événement d’une telle intensité ne survienne, la signature du changement climatique se manifeste par l’intensification de tels événements de précipitation extrême.

    Le changement climatique se manifeste d’ores et déjà. Ses conséquences sont déjà visibles et sont amenées à se poursuivre dans les prochaines décennies.

    2
  6. Coucou,

    Interessant.
    Ce qui me chiffonne c’est la signification de “changement climatique”; Pour un truc qui change ou varie tout le temps, qu’est ce que cela signifie ?

    Un euphémisme pour dire que l’imperceptible rechauffement à l’echelle humaine en europe de l’ouest, sauf dans quelques endroits va probablement continuer et qu’il faut s’y préparer. C’est du bon sens.

    Une façon de dire, c’est pas çà, mais c’est çà quand même ?

    Drôles de certitudes, quand on y pense !
    Mais comme dit Mr Jorion, il faut pulvériser. Utiliser la sulfateuse. C’est son blog. Il défend ses idées.

    BOnne soirée

    Stéphane

    1
    1. “Pour un truc qui change ou varie tout le temps, qu’est ce que cela signifie ?”

      Erreur grossière classique de celui qui confond météo (le temps à l’instant t) et climat (moyennes des paramètres mètéo sur une longue période). Si cette moyenne bouge, c’est qu’il y a changement du climat. C’est le cas actuellement.

    1. @Otromeros L’art de faire dire ce que l’on veut à un graphique par le choix des bornes, et en mélangeant valeurs reconstituées, mesurées et probablement extrapolées la dernière évolution sur20 ans est dramatique, mais l’échelle ne permets pas d”en vérifier les points.
      Pourquoi ne pas prendre une évolution sur une période plus longue 1 million d’années par exemple comparable à la durée de certaines espèces de primates actuelles.
      Le phénomène s’il est anthropique a sans doute une assez grande inertie et bénéficie d’un comportement massif.
      Vouloir le limiter par des mesures ne peut avoir d’effet qu’à long terme, bien au delà des échéances envisagées un peu comme celui qui veut par des vaccinations massives donner l’impression qu’il prends cette fois-ci les mesures nécessaires à enrayer une quatrième vague naissante.

      1. Tout comme la vaccination massive n’empêchera pas la quatrième vague, elle peut par contre empêcher la cinquième ou l’arrivée d’un variant encore pire. Il en est de même avec le changement climatique, en stoppant les dégâts maintenant on n’arrêtera pas son évolution, par contre on peut limiter son intensité.

        Concernant l’échelle de temps de mesures directes ou indirectes des températures, 2.000 ans me semblent pas mal comme durée pour montrer une évolution extrêmement rapide. Je mettrai ma main au feu qu’une telle rapidité d’évolution ne se retrouve pas dans les passages ère glaciaire / ère interglaciaire d’il y a quelques dizaines de milliers d’années.

        Surtout, le graphe d’Otromeros montre bien la correlation entre la production de plus en plus importante de gaz à effet de serre depuis le XIXe par l’homme, et la montée des température. Corrélation qui devient causalité lorsque l’on connaît ce que c’est que l’effet de serre et qu’aucune autre cause naturelle ne puisse l’expliquer.

        1
          1. Sur la courbe de l’évolution des températures depuis 66 million d’années, l’échelle des températures de la partie droite ne correspond pas à celle de la partie gauche et en plus le “Zéro” n’est pas aligné.
            Avant de m’en rendre compte je ne comprenais pas le commentaire :
            “Si les émissions de gaz à effet de serre ne diminuent pas, la reconstruction climatique réalisée par les chercheurs prédit un réchauffement planétaire intense d’ici 2300, que la Terre n’a pas connu depuis 50 millions d’années. “

        1. @Pascal Merci, autrement dit il n’y a pas trop de souci à se faire pour la planète qui va d’ici quelques centaines d’années devenir un environnement accueillant pour des reptiliens carnivores ….

          1. @ Ruiz – 18 juillet 2021 à 16 h 47 min
            Est-il vraiment question de la planète ou de notre unique écosystème dont la température moyenne n’est qu’une des variables ?
            Le graphique met bien en évidence que le rythme du changement est sans commune mesure avec les variations “naturelles” des 60 millions d’années précédentes.
            Nous vivons une époque extraordinaire !

    1. @Hervey
      “Non contents de dilapider d’importantes ressources à la création de projets mortifères nous mettons notre énergie et notre intelligence au service de la destruction et de la guerre alors qu’il serait moins dément de se mettre au service du bien-être et de la paix en groupant nos efforts et laisser un jardin d’Eden à nos descendants.”
      Vous posez là une question centrale à mes yeux. Qu’est-ce qui en l’homme le pousse ainsi à la destruction, que ce soit par le pillage des ressources naturelles, la destruction massive des autres espèces vivantes, ou sa capacité à se génocider ?
      Est ce que la psychanalyse serait en mesure de nous éclairer sur ce point ?

      1. Salut Pascal,

        Pas besoin d’aller chercher la psychanalyse pour avoir une réponse, la seule occurrence de l’infini constatable sur pièce suffit à l’explication !

        “Il y a deux choses infinies, l’univers et la connerie humaine, pour l’univers, il subsiste un doute…” 😉

        Bonne journée !

        1. @2Casa
          Je trouve l’explication par l’infini un peu courte ! 😁 et surtout sans espoir.
          Il doit bien y avoir un noeud quelque part dans la psyché humaine.

        1. Merci Hervey pour le lien.
          Mais je crains que ce ne soit encore une fois un peu court. Polpot, Mao, Staline. … n’étaient pas biberonés à la doxa capitaliste. Pour ne parler que du XXeme siècle.
          Il doit bien y avoir quelque chose de plus profond et de plus viscérale.

          1
          1. La révolution industrielle n’a été possible que par l’utilisation des énergies fossiles.
            C’est cette utilisation qui est la cause première de la situation actuelle.
            Sans sources d’énergies carbonées ni le capitalisme ni le communisme n’auraient pu attenter de la sorte aux équilibres de notre écosystème quelles qu’aient été leurs intentions (affichées).

            1. Ce que vous écrivez est d’une banalité à pleurer mais c’est pourtant la réalité. Sans fossiles, rien de ce que nous connaissons ne serait advenu. Charbon, pétrole, gaz: nous sommes tous sous dépendance. Malédictions. Sans elles, nous ne sommes plus rien. Avec elles, nous sommes déjà dans la catastrophe. Elles et elles seules nous ont donné l’illusion d’un monde sans limites. Limites: si vous voyez une seule fois apparaître cette occurence dans quelque “programme” politique que ce soit, faites-moi signe. Bientôt cinquante ans après Meadows, la leçon n’a toujours pas été retenue.

            2. L’homme à toujours cherché à exploiter les ressources énergétiques même avant les énergies fossiles. En Ariège, les forêts ont été dévastées pour faire du charbon de bois ou pour faire tourner les forges à la catalane. Et toujours, il est allé jusqu’à l’épuisement de la ressource. L’idée de la finitude des ressources lui semble tout aussi étrangère que celle de sa propre finitude.
              Peut être que si nous acceptions notre propre finitude, nous serions plus en harmonie avec notre environnement fini. Peut-être prendrons nous conscience que le seul vaisseau cosmique qui nous fait traverser l’univers c’est cette malheureuse planète qui devrait nous être l’objet le plus cher. Mais ne sommes nous pas encore des enfants qui jouent au roi de l’univers ?

              1
  7. Expert :
    République Française : MétéoFrance

    http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/les-incertitudes-dans-les-projections-climatiques

    “Les incertitudes dans les scénarios de changement climatique
    Les scientifiques n’ont pas une approche unique du changement climatique. Ils utilisent plusieurs modèles de simulation du climat, envisagent différents scénarios socio-économiques d’évolution de notre planète, et tiennent aussi compte de la variabilité propre du climat qui ne peut être précisément anticipée. Les scénarios socio-économiques, les modèles et le climat lui-même sont les trois causes d’incertitudes de la simulation climatique.”

    L’incertitude des scénarios utilisés
    Les incertitudes structurelles des modèles numériques
    Les incertitudes sur la variabilité interne du climat

    1
  8. @FrançoisM
    Il suffisait de citer Jean Jouzel, qui siège au CESE, rapporteur du GIEC, prix Nobel de la paix, qui est de formation chimiste avec ses 45 années d’anciennetés au Centre d’Etude Atomique pour vous contredire.
    Jean Jouzel, sa vie, son oeuvre, entre les lignes le but de leurs “modélisations”, le GIEC et l’industrie du nucléaire civil :
    https://blogs.mediapart.fr/ano/bog/141116/jean-jouzel-et-les-cea-giec-i-les-rejets-ionisants-propres
    https://blogs.mediapart.fr/ano/blog/151116/jean-jouzel-et-les-cea-giec-edf-ii-quelques-reposoirs-de-lenergie-propre

    Paul Jorion a déjà fait la promotion discrète de Mr Jouzel, car il milite de bonne foi pour la planète, mais il ne connaissait pas le contexte de la modélisation et du CEA. Certains labos du GIEC sont militaires et dédiés à l’atome, et pas qu’en France !

    A la lecture du blog de MédiaPart, historiquement, qui est le producteur de l’alarmisme ? Quand je travaillais à l’INSTN, dans un service payé à démontrer aux crédules qu’un modèle physico-chimique à base d’argile type illite et d’ions K+, Na+, prouvait que le stockage à long terme des déchets radioactifs n’était pas dangereux, on pouvait croiser les modélisateurs du climat au même endroit, à Saclay.
    La modélisation des climats de la terre par les promoteurs de l’énergie décarbonée, est un conflit d’intérêt inhérent à la création de l’IPCC / GIEC. Le but est alors de produire des scénarios terrifiants pour s’assurer à un rythme saisonnier, multi décennale comme le souhaite Mr Jouzel un investissement massif dans leur science modélisée et sa solution, le mix énergétique basé sur le nucléaire. Le Blog de Médiapart montre aussi le double jeu de l’instigateur de l’IPCC / GIEC, James Hansen (NASA), qui a toujours dès le départ fait la promotion de l’atome depuis 1989 sous couvert d’alarmisme climatique. Voilà pourquoi je suis radicalement critique de leur modélisation en partant des études publiées à la source : un standard météorologique / climatique intégrant des régimes RCP, sensés répondre à une question politique. Il suffit alors de se coltiner les études rétrospectives qui paraissent régulièrement à l’adresse des géophysiciens que la presse qui signe la chartre du CCN ignore superbement.
    On peut toujours consulter les tables d’entrées des modèles, accessibles à tout le monde, constater la différence entre eux en inspectant entre autre les colonnes du nombre de variables intégrées par modèles. j’ai noté jusqu’à 300 variables différentes entre modèles en concurrence, autant dire qu’accuser les modélisateurs de ne pas faire la différence entre climat et météo n’est pas correct. Certains modèles ont besoin de plus de variables du système (j’insiste, pour répondre à vos accusations) pour intégrer le temps long (le temps du climat), d’autres non.
    Votre désillusion viendra un jour du fait que vous finirez par comprendre que les modélisateurs du climat ne sont pas neutres lorsqu’ils font de l’alarmisme pour s’assurer un budget. Le cas de Mr Jouzel et Mme Masson-Delmotte frise le cas d’école.
    Les modèles météos intégrés pour l’exercice climatique les plus performants n’ont jamais nié l’interaction humaine avec la circulation atmosphérique, mais vous ne pouvez décemment pas faire confiance à tout leurs modèles alarmistes. Un modèle qui ne peut reproduire les périodes passées, ne peut pas être une aide à la décision politique notamment avec un conflit d’intérêt avec l’industrie qui produit les déchets les plus anti humains au monde !
    Et ça, je sais que vous ne le saviez pas 🙂 Sinon, vous n’auriez jamais cité Jean Jouzel.

    2
    1. @Bertrand,

      Merci pour votre intervention intéressante. Je n’ai effectivement pas les connaissances que vous avez du monde du nucléaire. Je ne suis cependant pas ignorant du fait que ce monde est très lobbyiste, et qu’il utilise le réchauffement climatique comme alibi pour vanter leurs produits.

      Je suis tout à fait conscient du danger qu’est le nucléaire, et suis opposé à son utilisation. J’avais lu quelque part qu’il existait une technologie nucléaire (toujours en fission) utilisant d’autres matériaux que l’uranium, mais qu’elle n’avait pas été choisie car elle ne permettait pas de fabriquer des bombes… et pourtant c’était moins dangereux, tant du côté de la production que de celui des déchets.

      Je n’ai pas pu prendre le temps de lire les documents que vous avez mis en lien (le premier d’ailleurs ne fonctionne pas, mais se retrouve à partir du second). Je vous crois donc sur parole quant à sa volonté de défendre le nucléaire. Cependant, même si les créateurs du GIEC auriaient eu de mauvaises intentions au moment où ils ont créé ce mouvement, il est pour moi évident qu’ils sont maintenant minoritaires, et qu’il y a beaucoup plus de monde qui cherche à créer un modèle le plus efficace possible que le contraire.

      Maintenant, ce genre de modèle, qui tente de simuler des intéractions de plusieurs systèmes complexes, qu’ils soient naturels (climatique, écosystémique, chimique, biologique, …) et artificiels (géographie humaine, économie, démographie, psychologie, …) où des milliers de paramètres interviennent et interagissent entre-eux, que ce genre de modèle donc ne soit pas encore fiable sur la totalité de ses résultats n’est pas surprenant. Est-ce pour autant que ces travaux sont à mettre à la poubelle ? Non, bien sûr, l’apprentissage fonctionne souvent par essais et erreurs (et corrections).

      La modélisation la plus fiable concerne la température moyenne à hauteur d’homme (le plus climatique des paramètres), et on peut très bien matcher les modèles passés avec la réalité. De même, il est assez aisé de comprendre que plus d’énergies dans les océans et l’atmosphère vont créer des phénomènes météorologiques plus puissants… et donc plus désastreux tant pour les humains que pour les autres êtres vivants (qui n’ont pas autant de capacité pour les éviter).

      Le GIEC ne fait donc pas de catastrophisme pour le plaisir, il le fait parce qu’il est composé de milliers de scientifiques de tout domaine qui, chacun, comprend les dommages qui arriveront au sous-système dont il est spécialiste. Sachant qu’à mes yeux, je le trouve plutôt timoré, et les faits semblent aller toujours vers la courbe la pire…

  9. @Bertrand 19h55 . (( Merci de me permettre cette parenthèse dans votre conversation avec d’autres commentateurs + P.Jorion. ))
    Je profite de votre passage ce soir pour que vous m’aidiez à y voir clair..

    1) ..” Un modèle qui ne peut reproduire les périodes passées, ne peut pas être une aide à la décision politique notamment avec un conflit d’intérêt avec l’industrie qui produit les déchets les plus anti humains au monde ! “..
    D’accord avec chaque membre de cette phrase.
    Mais pas avec le verdict de la phrase totale ==>Pourriez-vous détailler quel type d’ adaptation de notre “civilisation numérique” vous semble requise , et à quel rythme?

    2) Je regardais ceci :.. http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?tag/%C3%A9nergie%20renouvelable ..et m’intéressais en particulier au troisième billet , ses participants+ ses commentaires..
    Puis-je solliciter votre avis global..

    Merci.

  10. Le “pass” (il paraît qu’il ne faut pas mettre de “e”: allez, encore une dérive angliciste) sanitaire engendre manifestement davantage de commentaires. Comme si l’urgence climatique n’était pas plus importante!
    Un énième billet qui ne changera rien, surtout entre le 14 juillet et le 15 août où soixante millions de Français sont sur les plages (elles ne sont pas encore noyées par la montée des océans), mais c’est pour me sentir moins seul.
    https://blogs.mediapart.fr/maxime-combes/blog/200721/urgence-climatique-la-procrastination-des-gouvernements-est-un-crime-climatique

  11. “Energies propres” (comme la bagnole électrique?): autant? toujours plus? pour produire quoi? avec quoi? pour quoi? pour qui? pendant combien de temps? Mystère!
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/20/les-emissions-mondiales-de-co2-devraient-atteindre-un-niveau-jamais-vu-d-ici-a-2023_6088848_3244.html
    Notez bien qu’il est question de “soutenir la reprise”. Le monde d’après sera comme le monde d’avant, mais “propre” (vrai qu’il est difficile de faire plus sale). Et bien sûr sans limites. Promis, juré.

    1
  12. C’est l’été. La mode est au vélo. Il paraît que c’est grâce au Covid. Vous pédalez peut-être sur la voie verte qui longe le “dernier fleuve sauvage d’Europe”. Sans le savoir, vous passez tout près de ceci.
    http://www.balbucam.fr/fr/en-direct-nie/
    Vous ne voyez personne dans le nid? Les parents sont peut-être en train de pêcher dans la Loire. Pour eux et pour les trois enfants pondus à la mi-avril, nés à la mi-mai. Lesquels s’exercent sans doute à voler, ce qu’ils ont fait pour la première fois à la mi-juillet. Pêcher, c’est plus difficile mais ils sauront le faire avant de partir entre la mi-septembre et la mi-octobre, comme papa et maman. Quelques milliers de kilomètres à la seule énergie de leurs ailes via l’Espagne, le Sahara vers l’Afrique Tropicale. De quoi passer l’hiver au chaud et avec de bons restaurants. Les enfants, si tout va bien, patienteront un à deux ans avant de revenir chez nous. Les parents pourront faire l’aller – retour une vingtaine d’années s’ils échappent aux aléas dont nous faisons partie. Il ne restait plus un seul couple de balbuzards en France continentale dans les années 1970. Leur protection -surtout- et celle (malgré tout) de certains milieux a permis leur retour parfois spectaculaire, comme dans le bassin ligérien. Mais ce n’est pas gagné. En arrière-plan, une trouée dans la belle forêt privée où s’érige l’aire. Quelques hectares de chênaie massacrés à la tronçonneuse voici deux ans. L’emprise d’un futur contournement routier à l’ouest d’Orléans destiné par le Conseil départemental à désengorger l’agglomération. Il enjambera la Loire toute proche par un magnifique pont en béton non loin d’une zone Natura 2000. Rassurez-vous: en 2035, tout ça ne sera emprunté que par des bagnoles cent pour cent électriques. C’est ce qu’on appelait jadis le développement durable. Aujourd’hui, dites: écologie de production. De batteries bien sûr.

    1. … ” en 2035, tout ça ne sera emprunté que par des bagnoles cent pour cent électriques ” …

      (( A propos de vélo…on peut espérer pédaler un jour sur trois ..pour la communauté ))
      Allez , j’enfonce encore une fois désespérément le clou…

      L’actualité … et ce qui va venir.. et les fausses solutions… Évident :
      https://www.rtbf.be/info/regions/detail_inondations-des-milliers-de-maisons-vont-rester-sans-gaz-pendant-plusieurs-mois?id=10808231

      1. Je pense que cela ne vous a pas échappé, mais les bagnoles électriques peuvent aussi rouler au moins en partie au gaz. Exemple: en Allemagne, vingt ans (et 350 milliards d’euros engloutis dans l’opération) après la décision d’abandonner le nucléaire, décarboné et pilotable, “au profit” de l’éolien et du solaire, décarboné (moins que le nucléaire, surtout le solaire) et non pilotables, le mix électrique est encore à près de cinquante pour cent à base de fossiles: graphite (difficile de faire pire), charbon, de moins en moins mais remplacé par du gaz-poutine (plus “propre”, tout aussi non renouvelable). Donc bagnole électrique: pas de pollution à l’émission, mais gare à la source. Et à ma connaissance, rien n’interdit de produire (de préférence en Allemagne) et donc de vendre (80000 euros, voire plus) une bagnole électrique de deux tonnes et demi, tapant le 250 (sur une autoroute limitée à 130?), avec des accélérations de Formule 1. C’est bon pour la croissance, les actionnaires, l’ego des classes supérieures. Et la planète peinte en vert.

  13. Drôle de discussions ici. Vous avez conscience que les enfants et adolescents qui arrivent au beau milieu de “votre” monde sont déjà habités par l’angoisse de ne pas avoir de descendance ? Entre les crédits d’impôts pour renouveler les grosses tutures ou refaire la toiture des maisons secondaires : des idées sur comment gérer cet aspect de la crise en cours ? Je suis très étonné qu’on en soit encore à calculer, alors qu’il faudrait peut être commencer à organiser.

  14. “Les experts s’interrogent”.
    Les “dirigeants” ne s’interrogent pas. Ils ne veulent pas, ou peut-être simplement, ne peuvent toujours pas comprendre. Parce que dans leur tête, décidément et définitivement, le monde est sans limites.
    Et admettre qu’il en a (et en tirer les conclusions) revient à voir s’effondrer la base de leur credo, et donc leur raison d’exister. Vous avez dit effondrement?
    Voilà pourquoi, globalement (et c’est bien ça qui compte: pas de distinguer les bons et les mauvais élèves; à quoi sert de colmater une brèche sur le navire si dix autres sont ouvertes au même moment?), globalement donc, ils font exactement l’inverse de ce qu’il faudrait faire.
    https://reporterre.net/Les-plans-de-relance-mondiaux-dopent-les-emissions-de-CO2

  15. “Les experts s’interrogent”… sur la santé mentale de nos “dirigeants”.
    https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/dome-de-chaleur-pluie-diluvienne-nuages-cracheurs-de-feux-l-extreme-devient-la-normalite-150012.html
    L’équivalent d’un an de précipitations en trois jours: “toujours un temps d’avance”, comme dit le slogan de Météo France, ces Chinois. Faut dire qu’ils mettent le paquet en émissions de carbone pour nous vendre leur bimbeloterie.
    Heureusement chez nous y’a Pompili-la-résiliente-qui-compense.
    https://www.carbone4.com/allegations-neutralite-loiclimat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.