23 réflexions sur « Vidéo – La psychanalyse, est-ce que ça marche ? »

    1. Le « Rebirth » est une technique de respiration qui vise à guérir de ce qui serait les séquelles du traumatisme de la naissance, question à laquelle Otto Rank, un psychanalyste de la première génération, s’était intéressé : Le traumatisme de la naissance (1924).

      2
      1. avec l’EMDR, certains travaillent sur les empreintes précoces, les mémoires pré-verbales… les 3 premières années et même avant la naissance…
        la notion de bardo des bouddhistes est aussi l’état intermédiaire avant la renaissance

  1. Donc les « anti-vax » sont juste les mêmes que ceux d’avant l’apparition même du covid. Au moins la définition est claire, et je me réjouis de ne pas me voir qualifié d’anti-vax.

  2. Bonjour Paul,

    Boulot passionnant, décidemment !
    Un simple renseignement SVP.
    Lorsqu’ un nouveau patient vous demande de prendre en charge son analyse à la suite d’un autre collègue,
    Comment faites vous pour avoir une appréciation exacte du travail accompli précédemment.
    1. Vous prenez contact avec votre collègue pour parler du cas en question.
    2. Vous vous en tenez au ressenti de l’analysé avec le seul soucis de le soulager là où d’autres ont malheureusement échoué.
    Ainsi, l’éventualité que l’analysé ait pu refuser de faire siennes des conclusion qui s’imposaient pourtant au collègue
    précédent s’est elle déjà présentée?
    Je pense bien-sûr à une phase de déni qui pourrait survenir naturellement chez l’analysé souffrant d’un mal réel, et que des progrès trop rapides (pour lui) dans l’analyse pourraient (j’imagine) déstabiliser jusqu’à le pousser à reculer devant une causalité dont il appréhende la mise à jour plus encore que les symptomes qui le poussait vers l’analyste .
    Enfin, pensez vous qu’il existe vraiment des analysés qui se soumettent à une analyse  » juste pour se mieux connaître »?
    Merci d’avance. Eric.

    1. Oui, je crois qu’il y a des gens qui veulent mieux se connaître ou qui sont curieux de la psychanalyse. Ils sont très peu nombreux dans la population.

      Je ne pose pas de questions sur la relation avec les autres analystes, sauf si quelque chose m’est dit à ce propos là que je n’ai pas parfaitement compris. Il m’est arrivé une fois de demander la liste complète des médicaments prescrits à mon analysant par son psychanalyste également psychiatre, lequel avait manifestement choisi d’anesthésier complètement son client sous l’éventail entier des psychotropes, plutôt que de l’écouter. On naviguait à ce moment-là à mon sens carrément du côté de la faute professionnelle.

      1. Vous prenez contact avec votre collègue pour parler du cas en question.
      2. Vous vous en tenez au ressenti de l’analysé avec le seul souci de le soulager là où d’autres ont malheureusement échoué.

      1. Oui, il m’est arrivé de prendre contact, mais dans ce cas-là parce que l’analysant me l’a recommandé, sinon, non. Mais je réponds de manière détaillée – dans les limites de la confidentialité – si des questions me sont posées à moi par un autre analyste.

      2. OUI.

      1
      1. Merci beaucoup Mr Jorion, pour votre réponse claire…

        Vous ne chercher donc pas, et en tous cas, pas sans l’accord de l’analysant, à connaitre de la bouche même de son précédent analyste les raisons de son échec ou du départ de son patient …
        N’y a t-il pas ainsi un risque de se faire abuser par certains analysés sur la valeur effective du travail mené par le praticien antérieur, et ainsi d’en négliger un peu les bienfaits acquis par simple méconnaissance du protocole déjà entamé?
        Je ne parle pas bien-sûr du cas que vous évoquez d’un analysé notablement chargé aux tranquillisants, cas qui relève sans doute d’une certaine propension du praticien à la facilité (notez que j’ignorais qu’un psychanalyste pouvait légalement prescrire des traitements médicamenteux à ses analysés!)…
        Du coup, je me demandais, si, à l’instar des professions libérales de la santé, la discipline de la psychanalyse était ou non assujettie à une quelconque déontologie professionnelle (avec prestation de serment, code déonthologique, Ordre représentatif avec instances disciplinaires et tout le toutim…).
        Ne pensez vous pas qu’un arsenal de ce type pourrait rendre plus attractives (et peut-être plus rassurantes pour l’analysé) des prestations de praticiens fort critiquées alors que ces compétences spécifiques devraient être mieux connues et peut-être même… Reconnues d’utilité publique?
        Il s’agit ici, à mon sens, d’une discipline aussi vitale que la médecine ou la chirurgie et qui pourrait éviter bien des dérives
        quand on pense seulement aux problèmes posés, par exemple, par les effets néfastes des peines d’emprisonnement sur la récidive des criminels.
        Mais sans aucun doute, dans ce sens, le chemin sera encore long…
        Eric.

  3. Vous égratigniez Michel Onfray au détour d’une phrase, pour son livre « le crépuscule d’une idole », c’est à la fois trop peu et beaucoup (cela ressemble à un signe d’allégeance à la profession). Ayant lu le livre, qui m’a paru solide, pourriez-vous développer vos arguments ?

    1
        1. Ah oui ? Je n’ai rien entendu. Mais je n’ai rien à craindre : il fait partie de ces gens qui à l’idée d’un débat avec moi, se font porter pâle. Comme je l’ai entendu l’autre jour : « Un débat avec Jorion ? Volontiers, mais ce serait mauvais pour ma réputation : il n’est pas assez connu ! ». Je l’entends déjà d’ici : tous courageux mais pas téméraires 😀 .

          1
          1. pourtant Onfray n’hésite pas à débattre avec Zemmour ^^ 😉
            faut bien blaguer, même sur le divan avec l’analyste derrière, tous derrière et l’analysé devant !
            je crois que c’est Flaubert qui disait : vous pouvez dire ce que vous voulez derrière mon dos… ah ah ! blague !

  4. Je regarde cette vidéo aux petits heures du matin quand Morphée se décide à venir me chercher.
    Je suis dans le noir, un Titan au pelage blanc dont je ne vois que la tête me poursuit, entre ses yeux au regard accusateur je vois un rectangle noir orné d’un triangle blanc, c’est horrible il veut m’imposer tel le fantôme des hivers passés de revivre des moments pénibles. Je cours pour lui échapper et me réveille. Là quelqu’un a mis des parapluies dans mon lit ; cela me met en colère et me tournant pour les jeter hors du lit, je tombe et me réveille.
    De grâce M. Jorion, une petite vidéo bucolique pour nous parler de naïades baignant dans l’onde claire des matins heureux, rien que pour une fois! 😀

  5. Je suis un grand naïf ! Mais quelqu’un a des études publiées dans des revues scientifiques à comités de lectures prestigieuses sur la réalité des effets de la psychanalyse sur les patients ?

    Je n’en trouve pas.

    2
    1. C’est très difficile à évaluer : toutes les techniques de psychothérapie aujourd’hui sont plus ou moins inspirées de la psychanalyse. Mais dans quelle proportion exacte, ce serait très difficile à établir.

      1. Ah mince. Je ne saurai donc jamais.

        Autant alors on est sur les mêmes effets que l’homéopathie, la prière, la méthode coué, les amulettes, ou la métempsychose, voir même l’hydroxicloroquine pour certains ! 😜

        Enfin, tant que ça ne fait pas de mal, et que ce n’est pas dangereux pourquoi pas. 😀

        2
        1. Il y a quand même un danger du coté de ceux qui travaillent exclusivement avec une grille de lecture et qui essais de faire rentrer leurs analysants dans des cases (d’autant plus s’ils ont le pouvoir de prescription médicamenteuse). Il arrive certainement qu’ayant une patatoïde dans leur jeu de boîte à formes ils insistent pour la faire rentrer dans un rond ou un carré obtenant de la purée (échec critique).
          Petite méchanceté, l’avis de Desproges:
          https://www.youtube.com/watch?v=PgIhZ2Pza2U

            1. La parodie de Desproges est la parodie de Desproges et une bonne parodie il faut que ça pique. Après il faut réfléchir à: pourquoi ça pique.
              Quant à mon commentaire il reprends des éléments de la vidéo, je ne suis ni un comptenteur, ni un caudataire zélé de la psychanalyse.

  6. @ Tous,

    Je ne serai dire si ça marche ou pas (car je crois que c’est très « individuel » comme réponse), mais j’invite chacun à réaliser la démarche car cela permet de (se) questionner (sur) certains aspects de sa personnalité et de sa vie.

    1

Répondre à Benjamin Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.