169 réflexions sur « Le nucléaire, c’est propre. Ça ne produit pas de gaz de serre ! »

  1. J’imagine qu’il va venir un deuxième billet qui dira quelle est la meilleure trajectoire « possible »pour arrêter le nucléaire en France, en Belgique et au Royaume-uni, sans mettre en danger les objectifs de réduction de gaz à effet DE serre découlant de leur ratification de l’accord de Paris.
    Yannick Jadot parle de 20 ans… pour sortir du nucléaire.

    1. C’est le seul discours sensé et recevable en cette période de choix électoral :

      – affirmer l’horizon ( 20ans ? 30 ans ? ) où l’on souhaite renoncer au nucléaire , mais pour être crédible :
      – démontrer en le programment , quantifiant , valorisant , qu’à cet horizon on peut substituer au parc actuel des sources de production électrique  » vertes » autres , socialement , territorialement et économiquement supportables sans pénaliser les plus démunis ( ne pas rééditer un épisode gilets jaunes ) en conservant un prix du KWh supportable . ( et voir le doc sur la face cachée des énergies vertes ) .
      – démontrer que sur cette période on n’est pas conduit à augmenter le recours aux énergies fossiles en substitution partielle au nucléaire ,
      – et surtout avancer son programme de réduction drastique du recours aux énergies fossiles , qui est , nous concernant le seul vraiment efficace pour réduire notre émission CO 2 , programme sans doute le plus « pesant » pour nos modes de vie .
      – être cohérent avec la direction générale des états de ce monde , tant sur le nucléaire que sur la réduction CO2 , car dans un régime de compétition , tout sera vain et sur les deux chantiers .

      On aura alors fait œuvre vraiment utile et concrète pour avancer deux sujets contradictoires , au delà des postures et des déclarations de principe :
      – réduire et annuler le risque nucléaire ( incidents et déchets ),
      – réduire simultanément notre empreinte carbone .

      3
      1. Accessoirement les candidats sont priés de nous dire ce qu’on fait du PU 239 dans les deux options :

        – on vise l’extinction ( donc quid du stockage du déchet PU ) .
        – on continue en pariant sur le PU 239 pour le nucléaire de 4 ème génération comme déchet réutilisable .

        1
      2. L’Allemagne a donné l’exemple. Vingt ans pour abandonner 20% de nucléaire dans le mix électrique et le remplacer (essentiellement) par éolien et photovoltaïque. De moins en moins de charbon (et graphite!) mais de plus en plus de gaz-poutine parce que éolien et photovoltaïques fatals. Coût: plus de 350 milliards d’euros, et c’est pas fini. Bénéfice pour le climat: quasiment nul. Et certains voudraient faire la même chose dans le même laps de temps avec 70% de nucléaire, évidemment pas de charbon et (en principe!) pas de gaz-poutine. Je n’ai toujours pas compris comment ils s’y prenaient. J’ai dû rater un épisode.

        1
    2. Tout à fait.
      On met sur la table les avantages, dangers, risques, couts à court, moyen, long terme, de divers scénarios énergétiques (sans nucléaire, avec…) puis on décide démocratiquement… « on » etant par exemple les programmes des candidats pour la présidentielle puis elections, ou une convention citoyenne dont on ne foutrait pas à la poubelle les conclusions (contrairement à la pratique instaurée par le président actuel et dont il serait souhaitable qu’elle ne fasse pas de jurisprudence).

  2. Les gens ne veulent pas d’éolienne à coté de chez eux, et on pense qu’ils leur préfèreront une centrale nucléaire NUWARD à coté de chez eux ? Mais on leur vend des bagnoles ! Electriques… pour lesquelles il n’y a a absolument pas l’énergie électrique suffisamment disponible, mais pour faire plaisir aux patrons on ne fera pas du télétravail une norme, il faut bien contraindre les gens physiquement dans des « lieux de travail » ! et pouvoir les contenir, les surveiller et leur dire quoi penser…

    4
    1. Il faut bien comprendre que l’horizon 2050 visé par le GIEC comme étant susceptible de nous donner une chance de rester à 2 °C de réchauffement climatique , repose sur le scenario qui lui semblait techniquement jouable avec les procédés que l’on possède de façon réaliste , et que ce scenario faisant une hypothèse de croissance raisonnable de la totalité de l’énergie mondialement requise , et espérant en des économies anti-gaspi ou par accroissement des rendements dont la panoplie est déjà bien remplie , passe par un mix final mondial où :

      -75 % de l’énergie utile mondiale serait alors d’origine « renouvelable »
      – 20% serait encore d’origine fossile ,
      – 5% environ serait d’origine nucléaire ( ce qui explique que pas mal d’états s’y mettent ou complètent )
      – et pour que ça marche et que cette énergie utile soit effectivement utilisée dans les conditions de distribution et de disponibilité socialement accepté , c’est 70 % de ce total énergie utile qui DOIT être en électricité .

      Sauf évolution sociale ou physique majeures qui chambouleraient toute programmation .

      Sauf à accepter d’ores et déjà qu’on chauffe beaucoup plus .

      1. Ceci dit , j’approuve d’enthousiasme la réduction ( en divisant par 10 ) du parc de bagnoles et véhicules , qui , indépendamment du gain énergétique serait un sacré bol d’oxygène pour la biodiversité et la qualité des espaces publics .

        1
            1. @Juannessty
              Le problème de la bagnole est qu’elle est devenue, majoritairement , un besoin , et un outil de déplacement.

              Pour la supprimmer il faut réorganiser la Cité , le monde du travail , le monde de mise à disposition des besoins.

              Pour très bien connaître le monde de l’extraction du charbon et l’activité sidérurgique , les cités de logements se trouvaient près de l’outil de travail et avaient tous les commerces de proximités.
              Les déplacements se faisaient à pied , voire à vélo.
              Pas besoin de bagnole.

              La société s’est réorganisée en Z.I ( Zone Industrielle) en Z.A.C ( Zone d’Activité Commerciale) en Z.A.E ( Zone d’Activités Economique) distantes des zones d’habitation .
              Les transports en commun ont résolu en partie cette problématique , mais essentiellement dans les grandes et moyennes agglomérations .
              La suppression de la bagnole dans les grandes villes : OK
              50% des parisiens n’en auraient pas .

              Pour le reste ??????????

              2
              1. Ce que vous décrivez c’est notre pays entre 1970 et 2020 .

                Je n’ai jamais entendu les français dire qu’ils étaient heureux sur cette période là qui est peanuts dans l’histoire d’un peuple .

                Je constate d’ailleurs avec plaisir que sous la pression de communes de plus en plus nombreuses ( la voiture tue la ville , pollue la campagne et détruit la biodiversité) , que ce soit en école d’ingénieurs , en universités ou dans l’essor de bureaux d’études , il y a de plus en plus d’esprits , et de talents qui sont mobilisés sur le dossier de « la mobilité » au sens large .

                Mais , tant par le changement des mentalités , comportements , organisation spatiale que  » repenser le travail  » , ce sont des mutations d’ondes longues et « lourdes  » matériellement et financièrement , pour lesquelles les efforts assidus et permanents sont des marathons de vingt ans . Raison de plus pour en faire des priorités , et peut être désigner une structure globale pour vérifier que l’ensemble de ces efforts est cohérent dans une politique d’aménagement du territoire où les métropoles , les régions ne se feraient pas concurrence contradictoire .

                1. On est d’accord .

                  Mais la désertification des villes en commerces de proximités est malheureusement aujourd’hui une réalité économique.

                  1. C’est une réalité depuis une bonne vingtaine d’années , et là aussi on doit relever des retournements de tendances et des efforts volontaristes qui méritent d’être encouragés et généralisés dans les « réflexes » municipaux et fiscaux .

        1. Juan, réduire la bagnole comme vous le souhaitez ne réduirait pas encore assez les émissions de GES, car le transport fait 1/3 du pb et la voiture individuelle n’en est qu’une sous partie . Agriculture (30%) energie (30%) et industrie( 10%)sont les autres piliers.

          1. Je m’en doutais un chouïa .

            Mais dans le nécessaire chambardement de nos comportements quotidiens et de structuration de l’espace et des fonctions , c’est un marqueur essentiel .

  3. Coïncidence, j’étais hier au sein d’un groupe de nombreuses personnes, essentiellement du monde enseignant.
    Lors du déjeuner, avec quelques amis, notre conversation a porté sur une présence accrue récente de nombreux partisans du nucléaire sur les plateaux TV et à la radio.
    Pour exemple, une fervente opposante à l’éolien en Vendée, vantait avec une forte conviction « les atouts indéniables du nucléaire », elle déroulait de nombreux arguments pros et écartait les arguments anti.

    Nous étions alors plusieurs à conclure que seule une catastrophe nucléaire en France pourrait enfin convaincre nombreux de nos dirigeants et aussi nos concitoyens, dont une partie en majorité âgée, à assumer leurs responsabilités vis-à-vis des risques irrémédiables.

    Pour rappel, lors de la catastrophe de Fukushima, si le vent avait été défavorable, il aurait fallu évacuer la population de Tokyo.
    La catastrophe de Tchernobyl risquait de polluer très fortement la nappe phréatique.

    Merci pour vos vidéos qui confortent notre analyse actuelle.

  4. « Cependant, du point de vue de la santé mentale, la solution la plus satisfaisante pour l’avenir des utilisations pacifiques de l’énergie atomique serait de voir monter une nouvelle génération qui aurait appris à s’accomoder de l’ignorance et de l’incertitude et qui, pour citer Joseph Addison, le poête anglais du XVIIIe siècle saurait « chevaucher l’ouragan et diriger les tempêtes »
    (Rapport techniques, 151, page 59, OMS, Genève, 1958)

    Introduction du livre Le Crime de Tchernobyl de Wladimir Tchertkoff

  5. Une vidéo aussi grossière ne peut qu’ancrer chaque camp dans ses convictions.

    Je rappelle que l’accident de référence pour le type de réacteur utilisé en France est celui de Three-Mile island, qui n’a tué personne.

      1. Carrément sous le mistral du Tricastin, et sous un retour d’est de Marcoule (où il ne reste plus de réacteur en fonctionnement).

        Ça ne fera jamais aussi peur que la tornade qui est passée dans mon jardin le 17août 2003.

        3
        1. J’ai beaucoup moins de risques que vous. Une trentaine de kilomètres à l’ouest de Cruas, guère plus de Tricastin. Ouf! Les vents d’est sont rarissimes. Cruas et Tricastin ne m’ont jamais empêché de dormir. J’ai travaillé dix ans pile entre les deux. Ils me rassurent. Au contraire du bouleversement climatique qu’ils contribuent en partie à atténuer.

    1. Me demande d’où vient la notion «  accident de référence «,   et si cette donnée n’est pas discutable vu l’évolution technologique des centrales.

      Un accident nucléaire qui ne tue personne ?!

      Le problème de ce genre d’argument est que c’est trop beau pour être vrai.
      Il se disait autrefois que l’amiante ne tuait pas non plus , que certains nuages radio actifs étaient capables de longer des frontières .

      Comprendre que nier ou surévaluer un danger ne permet pas de le relativiser, chose somme toute importante quand on habite à proximité d’une centrale.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_nucléaire_de_Three_Mile_Island
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Programme_nucléaire_des_États-Unis#cite_note-6

      PS : complément d’infos
      « Contredit par le journaliste Hervé Kempf, Arnaud Montebourg a aussitôt reconnu son erreur : « On me dit que c’est vous qui avez raison et que j’ai tort. Je reconnais que je me suis trompé. » Une erreur qu’il a de nouveau admise auprès de nos confrères du Huffington Post : « Les morts du nucléaire sont parfaitement comptés. L’accident de Tchernobyl a entraîné le décès de plusieurs milliers de personnes. Il n’y a pas débat. »

      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/04/15/montebourg-le-zero-mort-de-tchernobyl-et-l-impossible-bilan-des-catastrophes-nucleaires_6076915_4355770.html

  6. Pourquoi une vidéo sur une catastrophe imaginaire au Tricastin et pas sur une catastrophe réelle à Tchernobyl ??
    – Parce que le nuage radioactif de Tchernobyl s’est miraculeusement arrêté aux frontières de la France ?
    – Parce que Tchernobyl n’a rien à voir avec le capitalisme ? 😉

  7. Comme très souvent, toute étude scientifique gagne à être regardée dans ses composantes… et ses présupposés 🙂

    Quelle est la définition d’ « accident nucléaire majeur » utilisée par cette étude ? Une petite recherche permet de le préciser. Voici le texte original de l’étude (1)

    Je note « L’expression « accident nucléaire majeur » désigne une rupture de confinement, que son origine soit technique, géologique ou humaine (négligence et malversation). (…) Compte tenu de la limitation des données disponibles, le rejet de Tricastin représenterait 67% du rejet de Tchernobyl. rejet de Tchernobyl. Pondéré par les facteurs de dose par inhalation, il représenterait 64% du rejet de Tchernobyl. »

    Il s’agit donc bien de l’hypothèse d’une rupture de confinement. Ce qui est arrivé à Tchernobyl, parce que l’enceinte de confinement UNIQUE de ce modèle de réacteur avait été endommagée. Ce qui ne serait pas arrivé si l’accident de Tchernobyl était arrivé dans une centrale française, ou d’un autre pays ouest-européen, parce que ces centrales ont toutes une DOUBLE enceinte.

    Est-il possible de rompre une double enceinte de confinement ? Très peu de choses sont vraiment impossibles. Il faut être conscient de la magnitude de l’accident qui serait nécessaire. Il y faudrait un accident d’une gravité supérieure à celui de Tchernobyl et à celui de Fukushima. Un accident qui n’est pas arrivé en quarante ans de fonctionnement de plus de 400 réacteurs nucléaires dans le monde.

    Une évaluation objective d’un risque n’inclut pas seulement une évaluation des conséquences de l’événement redouté. Mais encore une évaluation de sa probabilité. C’est ce qui manque dans la communication de Greenpeace, et dans la manière dont cette étude a été réalisée.

    Elle devrait aussi inclure une évaluation des alternatives. Alternatives qui dans le cas des solutions réellement disponibles, sont toutes à la fois plus polluantes en termes de gaz à effet de serre, et mettent plus de vies à risque.

    Je parle bien des solutions REELLEMENT disponibles. Quatre solutions seraient à la fois aussi peu polluantes en termes de GES que le nucléaire actuel, et un peu moins risquées sur le plan humain, mais aucune n’est disponible à ce jour :
    – Le « tout renouvelable » basé sur solaire au sol et éolien nécessiterait des « super-batteries » qui n’existent pas à ce jour, même dans les laboratoires, pour pallier l’intermittence du solaire et de l’éolien
    – La fusion nucléaire contrôlée quant à elle reste redoutablement au-delà des capacités techniques actuelles. Et à la vitesse à laquelle on y travaille… la civilisation technicienne a largement le temps de s’effondrer avant
    – Le solaire spatial que je défendais sur le blog il y a quelques semaines serait meilleur lui aussi. Mais il n’est pas opérationnel aujourd’hui, et il n’y a pratiquement aucune recherche ni développement sérieux en ce sens
    – Le nucléaire de quatrième génération avec réacteur à sels fondus serait également meilleur. Mais on ne fait pas grand chose – sauf TerraPower aux Etats-Unis, avec le soutien de Bill Gates, mais à petite échelle et pas vite

    Quant au prétendu renouvelable qui existe aujourd’hui, c’est-à-dire un « renouvelable » qui n’est qu’une combinaison de 50% (au mieux) de solaire / éolien et 50% (au moins) de gaz naturel… eh bien, quand on brûle du gaz naturel, ça donne du CO2 ! Et en nombre de vies à risque, le coût humain historique du nucléaire civil est de 0,07 mort par terawatt-heure produit… à comparer avec 2,82 pour le gaz naturel (2) Remplacer du nucléaire par une combinaison contenant 50% de gaz… mènera donc statistiquement à davantage de pertes humaines. Et à beaucoup plus de rejet de GES, tout pour plaire.

    Faire mieux que le nucléaire ? Oui c’est possible, et c’est même absolument urgent sachant que le nucléaire actuel (troisième génération), qui est bien la meilleure manière existante de générer de l’électricité à la fois en termes de climat et en termes de vies humaines perdues, est d’autre part insuffisant parce qu’il ne peut pas être généralisé. Impossible de le faire passer des peut-être 4% actuels des besoins énergétiques de l’humanité qu’il couvre aujourd’hui – et les fossiles sont à 85% à peu près – à 80 ou 90%… parce qu’il n’y a pas assez de gisements de matière fissile accessibles !

    Mais l’urgence n’est pas de se précipiter pour remplacer le meilleur système énergétique actuel par un système inférieur éolien/solaire + gaz, inférieur en termes de climat comme en termes de vies perdues. L’urgence n’est pas de se tirer une balle dans le pied !

    L’urgence est de préparer des systèmes énergétiques qui permettraient une véritable transition énergétique.

    La fixation du plus gros des mouvements écologiques actuels sur une obsession antinucléaire est un véritable drame historique.

    (1) https://institutbiosphere.ch/wa_files/Eunupri2021b_TRI-en.pdf
    (2) https://i.ibb.co/dWPBVdK/death-rate-per-TWh.png

    14
    1. Que cela fait du bien de vous lire.
      Tous les pays qui ont arrêté ou tentent d’arrêter le nucléaire développent les renouvelables (c’est bien) ET les énergies fossiles, avec comme résultat une augmentation de leur production de GES et les morts certains associés.
      Si je ne m’abuse, en ce moment, il y a environ 630 000 morts par an dus à la pollution.
      Soit un accident nucléaire, hypothétique, tous les 15 jours environ.
      Ce syndrome de la peur liée à l’importance présumée de l’évènement redouté est terrible de bêtise, être rationnel devrait amener à commencer par éradiquer les formes les plus graves de risques : malnutrition, cigarettes, voitures…

      1
      1. Ce syndrome de la peur liée à l’importance présumée de l’évènement redouté est terrible de bêtise

        Quand la bêtise est inconsciente d’elle-même, et adopte … un ton triomphant ! Sylvain a vraiment écrit « Ce syndrome de la peur liée à l’importance présumée de l’évènement redouté est … terrible de bêtise » au lieu de « … ce qui nous fait le plus défaut ». D’intention délibérée.

        3
    2. @Toulet Alexis Il est alors bien évident de constater l’inanité de nos élites qui ont promu le nucléaire pour développer une industrie exportatrice de centrales au risque de voir le matériau fiisile se raréfier sur le marché mondial par l’augmentation de la demande et se complaire dans des coopérations technologiques ayant abouti à l’indépendance technologique de la Chine en la matière …

    3. « La fixation du plus gros des mouvements écologiques actuels sur une obsession antinucléaire est un véritable drame historique. »
      « Une évaluation objective d’un risque n’inclut pas seulement une évaluation des conséquences de l’événement redouté. Mais encore une évaluation de sa probabilité. C’est ce qui manque dans la communication de Greenpeace, et dans la manière dont cette étude a été réalisée. »

      Qu’est ce qui compte vraiment : une ėvaluation supposėe objective des risques en tenant compte de leur probabilité , ou une prévention EFFICACE listant l’ensemble des risques potentiels?
      S’il fallait prévenir il le risque d’avalanches qu’au seul regard de leur probabilité globale , ça se saurait.

      Les accidents d’avion sont rares , leur niveau de probabilité est faible , mais étudier les causes de ces accidents élève le niveau de sécurité de tout le trafic aérien .
      Alors Non, il ne s’agit pas « d’obsession antinucléaire « mais de réalisme .

      Pour ceux à qui cela fait peur , ils peuvent toujours se rassurer en leur supposant une probabilité faible .
      Pour ceux qui préfèrent prévenir que guérir , ils peuvent continuer à se documenter.

      https://www.huffingtonpost.fr/entry/japon-fukushima-centrale-eaux_fr_60759493e4b043d6d4a3709e

      https://www.sortirdunucleaire.org/Tritium-Danger

      1
    4. « Une évaluation objective d’un risque n’inclut pas seulement une évaluation des conséquences de l’événement redouté. Mais encore une évaluation de sa probabilité. C’est ce qui manque dans la communication de Greenpeace, et dans la manière dont cette étude a été réalisée. »

      Alexis, un peu de sérieux : le calcul d’une probabilité est l’idéalisation d’une fréquence fondée sur la loi des grands nombres.

      Diriez-vous que la destruction de toute vie sur terre par une très grosse météorite est impossible parce que la fréquence observée d’un tel événement étant zéro, sa probabilité est également zéro ?

      Il n’y a pas assez d’accidents nucléaires (Dieu merci !) pour disposer d’une fréquence digne de ce nom, idéalisable en une probabilité. L’évaluation d’un accident dans une centrale nucléaire ne peut se faire qu’à partir de deux éléments : les conséquences connues d’un sinistre – qu’un accident de ce type ait déjà eu lieu OU NON – et le fait que cela pourrait arriver.

      1
  8. Vivent les énergies renouvelables et « safe ». Ne pourrait-on pas imaginer faire la chasse simplement au gaspi qui est un fléau planétaire (p.ex. éclairage des commerces et des autoroutes la nuit). Mais, ne faudrait-il pas revoir avant tout la fiscalité (p.ex. éclairage inutile= frais généraux des entreprises)?

    3
      1. Arnaud, combattre le gaspillage avant tout, c’est une question de bon sens. Il serait d’ailleurs complètement contre-productif de construire des centrales électriques, d’installer des panneuax photovoltaïques, ou de construire des éoliennes si le problème du gaspillage d’énergie auquel nous assistons n’est pas résolu. Ceci dit, je connais Jancovici, mais cela ne m’empeche pas d’avoir investi dans l’éolien (citoyen). Une éolienne, je sais ce que cela fait en temps réel. Les déchets nucléaires ont-ils un autre avenir que de « saloper » notre planète? Jancovici a-t-il un autre avis sur ce dernier point?

        1
        1. Il y a le bon sens « d’éteindre la lumière en sortant » (cf un livre important souvent recommandé ici😉). Malheureusement puisque vous êtes familier de Jancovici vous savez comme moi que les sources d’énergie non carbonnees ne se sont jamais substituée aux énergies fossiles mais qu’on est dans le toujours plus (cf PIB=disponibilité des sources d’énergies fossiles).
          D’où la bonne question: combien d’énergie par tête de pupe pour vivre pas trop mal sans comdamner la planète à dépasser +2C.
          Personne à ce jour ne veut s’y coltiner…
          Y avait bien Delphine Batho and Co mais bon….

    1. S’agissant de l’éclairage public , ça fait longtemps que le désir de restreindre la voilure a été proposé et parfois mis en œuvre par les responsables que vous appelez à la rescousse , et l’hostilité à ces mesures n’est pas à rechercher à ce niveau , qui au delà de la chasse au gaspi et à la pollution lumineuse , sont de plus en plus ardemment preneur d’économies budgétaires . Deux anecdotes :

      – un maire que j’ai bien connu et épaulé , y a laissé sinon la peau mais son siège , car accusé de plonger sa ville dans l’insécurité en même temps que dans la pénombre ( on n’éteignait pas partout) et d’ainsi livrer ses administrés aux malfrats de l’ombre .

      – perso , m’appuyant sur des études de l’ONSER Lyon , il y a plus de 30 ans , montrant que l’éclairage des routes nationales n’apportaient pas de gain de sécurité , j’avais fait éteindre près de 30 kms de réseau d’éclairage , d’autant plus motivé que je ne n’avais plus les budgets pour régler les ardoises .Ça m’a valu une volée de courriers furibards des élus des communes traversées et quelques pétitions de citoyens outrés ou bouffeurs de fonctionnaire . On a donc remis le jus ….après que j’ai négocié avec les maires qu’ils se partageraient eux même les consommations après changement d’abonné .

      Au passage , quand on met un réseau d’éclairage en rideau sur un axe routier , il faut un peu réfléchir avant pour conserver ledit éclairage sur les « points dangereux » ( dont carrefours ) et prendre le temps de traiter la transition d’éclairage sur les 200/300 mètres précédents « l’évènement » et les 150 à 200 mètres en sortie de zone , pour éviter les phénomènes d’accommodation tardive de l’œil du conducteur .

            1. Si vous cherchez à remplacer une lampe à incandescence qui aurait rendu l’âme chez vous , vous ne trouverez d’ores et déjà , même au supermarché du coin , que des ampoules LED , et je ne suis pas sur que vous en trouverez avec des fixations  » ergots en baillonette » .

              1. Les culots baïonnettes B22 existent aussi en Led.

                J’avais remplacé par le passé tous ces culots par du E27 et E14.

                Quant aux lampes incandescentes ,
                https://fr.wikipedia.org/wiki/Abandon_des_lampes_%C3%A0_incandescence

                En France, le passage aux lampes basse consommation aurait permis d’économiser quelque 8 TWh par an, soit 1,5 % de la consommation nationale d’électricité en 2010.
                soit la production d’1,5 réacteur nucléaire de Gravelines

                https://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_nucl%C3%A9aire_de_Gravelines
                Production d’énergie des 6 réacteurs en 2019 : 32,28 TWh

          1. Dès cet instant où la luminosité commence à basculer, à décliner légèrement, pourtant un de ces si beaux moments de la journée, un éclairage artificiel et violent prend le relais comme pour nous dire que rien ne pouvait nous empêcher de continuer à produire. On éclaire tout ou presque de jour comme de nuit, les voitures ont leurs phares déclenchés en permanence pour être certaines d’être bien vues, ce qui nous empêche de voir venir un deux roues.
            C’est un aveuglement logique et l’on y prête même plus attention. 400 lux au sol est la norme dans un bâtiment et cela jusque dans les coins. Il devient impossible d’éclairer une chose spécifique sauf à en mettre encore un peu plus. Les ombres sont devenues noires comme la mort et la lumière n’a que peu de chance de pouvoir nous interpeller ou nous révéler quoi que ce soit du sublime. Mais ce phénomène qui m’agresse chaque soir en sécurisent d’autres.

            1
        1. @ilicitano sauf qu’ils ont probablement bien fait d’attendre au moins un peu vu que les ampoules LED ont été introduites d’abord avec des puissances insuffisantes 3-4 W pour 40 W équivalent incandescent et à des tarifs très supérieurs des tarifs atteints aujourd’hui, si un remplacement empressé des ampoules a permis une économie d’énergie, il n’est pas sûr qu’il en soit résulté une économie monétaire par rapport à un remplacement différé, vu la baisse rapide des prix, avec de plus un effet déplorable sur la balance des paiements ces dispositifs étant généralement importés.
          Comme le rendement des ampoules à incandescence est d’environ 10 % (soit 90 % en chauffage) il est peu probable qu’une ampoule LED de 5W puisse remplacer une 60 W.

            1. …  » Durée de vie :
              – lampe Led : 15000 heures
              – lampe à incandescence : 1000 heures
              « .

              C’est ce qu’on peut lire partout… donc , disons , « en théorie ».

              Personnellement j’ai sans doute mal fait mes choix d’achat de « Led » …mais je n’ai jamais (= même pas une fois..) eu ce sentiment de durée de vie 15 fois supérieure…ni 10…ni même et surtout pas 2 fois..!
              Par contre ..les prix…ça , OUI… ^^^

              1
              1. Quelle que soit la lampe , sa durée de vie  » au sentiment » , c’est plutôt fragile et révélateur que l’économie n’est pas encore le premier réflexe .

                1
          1. Presque, le gain de rendement est un facteur 6 ou 7 actuellement
            (de 15-20 lumen/W pour les incandescents un peu sous-volté à 130-150 lumen/watt pour les LEDs hauts de gamme).
            Mais dans l’éclairage public, c’était Na (sodium) et flourescents haute pression, qui étaient surtout embêtant à entretenir?
            mais pas si énergivore que ça…

  9. Pour paraphraser une célébrité, le nucléaire, c’est la pire énergie, à l’exception de toutes les autres.
    On sait aujourd’hui qu’évacuer les alentours de Fukushima a fait plus de mort que si les gens étaient restés. La raison politique l’a emporté sur la raison scientifique.
    On sait qu’évacuer Tchernobyl était une nécessité pour le plus grand bien des habitants humains et, aussi, pour la prospérité de la nature désormais laissée à l’abandon, et qui, aujourd’hui, se porte beaucoup mieux sans cette espèce proliférante qu’on appelle l’être humain.
    On sait qu’un nouvel accident nucléaire se produira tôt ou tard. Il faut donc s’y préparer au mieux, autant que possible.
    On sait qu’un accident planétaire monstreux est en cours à cause de notre gloutonnerie en énergies fossiles. Et le pire de cet accident planétaire reste encore à venir.
    Je risque moins ma vie en vivant à 100 m (ou 1 km) d’une centrale nucléaire, qu’à 100 m (ou 1 km) en aval d’un barrage.
    L’uranium civil a fait moins de morts que le charbon. (C’est peut-être même le cas en tenant compte du nucléaire militaire, mais je n’ai pas vérifié, donc je ne m’avancerais pas à ce sujet, surtout que ça me semble très incertain comme affirmation.)
    toujours est-il que le risque nucléaire est préférable à tous les risques charbonneux qui nous entourent. Vérifiez simplement la radioactivité générée par la seule extraction du charbon dans le monde et soyez contents qu’on n’extrait plus de charbon en France.

    4
    1. Vous connaissez l’histoire du type qui tombe du 34e étage et qui dit à hauteur du 17e : « Je ne me suis jamais senti aussi bien » ?

      On sait qu’un nouvel accident nucléaire se produira tôt ou tard. Il faut donc s’y préparer au mieux, autant que possible.

      Vous connaissez sans doute notre splendide capacité à nous « préparer au mieux, autant que possible ». Je suppose que vous êtes au courant…

      5
      1. C’est l’histoire du mec de 50 ans qui est persuadé qu’il faut continuer avec renouvelable + fossile, puisque de toutes façon, quand ce sera vraiment grave, il sera mort ?

        1. Ah ! vous êtes tombé au bon endroit : le gars qui dit « Après moi le déluge ! », si c’est pas Paul Jorion, on voit mal qui ça pourrait être d’autre !

          Un petit conseil : en haut, au milieu, on voit le lien. Ça vous donne une idée où on se trouve sur l’Internet. Ça vous évitera à l’avenir de vous ridiculiser comme vous venez de le faire.

          2
              1. Ce fut aussi ma première réaction :
                S’il faut un super tsunami millénaire pour faire mal à une centrale nucléaire,
                c’est quand même que ces choses là sont basiquement assez robustes.
                La suite m’a un peu décillé les yeux :
                Quel que soit l’évènement imprévu, la suite est … imprévue.
                Faute de montée en puissance progressive dans le nucléaire (au contraire de l’aviation civile, mon antienne favorite).

                2
            1. Cette formule aurait été attribuée à Louis XV par un historien anonyme :
              « Depuis 1743, le roi n’a plus de Premier ministre ; il a lu et relu les instructions de son aïeul : « Écoutez, consultez votre Conseil, mais décidez. » Mais, sans doute plus intelligent et plus cultivé que lui, Louis XV manque de confiance en soi ; sa correspondance politique montre sa connaissance des affaires, la justesse de ses vues ; mais il hésite à trancher, pensant que son interlocuteur peut avoir raison contre lui, et ce n’est que poussé à bout, souvent lorsqu’il est trop tard, qu’il se décide à l’action avec une brutalité qui étonne. Sa disgrâce tombe comme la foudre sur le ministre estimé coupable ; ainsi en est-il pour Maurepas, pour d’Argenson, pour Choiseul. Seul Machault qui conserve toute son estime sera remercié avec les honneurs. Cet homme si sensible à l’opinion n’ose entreprendre les réformes indispensables par crainte de perdre sa popularité ; en décembre 1756, le roi a obligé le Parlement à enregistrer des édits le privant de ses moyens d’action, il est décidé à mettre fin à la rébellion des magistrats. Le coup de couteau de Damiens, le 5 janvier suivant, le persuade qu’il fait fausse route puisque son peuple le désavoue. La réforme de Machault ne sera réalisée qu’avec Maupeou en 1771.

              De ses déboires politiques, Louis ne se console pas seulement avec ses maîtresses ; il aime tendrement ses enfants qui le lui rendent bien ; l’une de ses filles, Louise, prendra le voile en expiation des péchés de son père. La mort du Dauphin, en 1765, le plonge dans une douleur d’autant plus grande qu’il ne reste pour lui succéder qu’un enfant de onze ans. Peu auparavant, il écrivait à Choiseul : « Au moins avec mon fils, je suis sûr d’un successeur fait et ferme. Et c’est tout vis-à-vis de la multitude républicaine. » Louis XV était lucide sur l’état dans lequel il laisserait la France ; de ses mots : « tout cela durera bien autant que moi », les manuels d’histoire ont fait le célèbre : « Après moi le déluge ».  » (Encyclopedia Universalis)

              1. Oui, tous les historiens ne sont pas d’accord pour l’attribuer à La Pompadour ou à Louis XV. Le(la)quel(le) a copié l’autre ? Nous n’étions pas là pour tenir la chandelle.

                Nous avons bien fait, vous et moi, d’employer le conditionnel.

      2. Ce doit tout de même être le domaine où les intervenants potentiels sont les mieux préparés à faire face à un gros pépin, justement parce que c’est celui où les conséquences pourraient être les plus graves (plans d’urgence, exercices, distribution de pastilles d’iode…).

        J’aimerais être sûr que, par exemple, toutes les industries chimiques de l’agglomération grenobloise menacées par l’éboulement potentiel des Ruines de Séchilienne sont aussi bien préparées, ainsi que les intervenants publics compétents (ce qui va jusqu’à l’armée de l’air, pour bombarder le barrage formé sur la Romanche).

        Vous êtes convaincu, M. Jorion, qu’on ne peut rien imaginer de pire qu’un réacteur nucléaire ouvert à tous vents; c’est malheureusement faux.

        1. Ce qui est triste c’est que tant qu’il n’y aura pas un accident nucléaire majeur en France, on aura toujours les mêmes hurluberlus qui viendront comparer des choux et des torchons, en pensant de bonne foi avoir objectivement pesé les avantages bénéfices/risques de ces chaudières atomiques.

          Tu parles de l’armée de l’air en cas de barrage sur la Romanche Ermisse ?

          Mais mon ami, tu sais qu’il y a pas que les catastrophes naturelles sur terre, y a aussi la folie des hommes.

          56 tires au but et voilà le finistère de l’Europe occidentale, ce bel hexagone politique inhabitable pour des siècles et des siècles, Amen !

          Alors on te laissera avec tes gosses vivre à côté de 56 cochonnets ouverts à tous vent zispèce de doux dingue qui s’inquiète pour une casserole qui déborde mais qui ne voit pas le toit qui lui tombe sur la tronche.

          Parce que ce n’est pas de savoir si c’est probable que pareil évènement survienne mais la seul question est de savoir quand cela va arriver. Car c’est déjà écrit.

          En fRance on a pas de pétrole mais on a plein de crétins.

          3
          1. Comme Juannessy est un adepte des calculs pour cogiter je lui pose ce petit exercice bien marrant qu’on ne trouve pas au CEA :

            Sachant que pour faire un « crayon » (vous savez la petite barre qu’on insère dans le réacteur pour produire de la chaleur) il faut 400 petit cylindre de 1cm pesant 7 gr d’Uranium 235, qu’il y a dans un réacteur de 900MW la bagatelle de 40 000 petits crayons, le tout faisant environ 112 tonnes de U 235, sachant qu’il y a 56 réacteurs de quasi cette puissance, on a donc à peu près 6 272 T d’U235 auquel on rajoute les 1 500 T environ de la Hague, on a donc en gros 7 800 T de cette merde stockée sur 550 000 km2 regroupant 68 millions d’habitants, et enfin sachant qu’il faut « juste » 140 mg de U235 pour flinguer un homme de 70 kg, vous me calculerez à la louche combien on peut espérer éliminer de bon français en faisant 57 tires au but !

            Question subsidiaire : Est-ce que ajuster le tir un jour de grand vent augmente les dégâts ?

            Vous avez 3 minutes bandes de moules !

            1. Alors bande de traîne savates !

              Y sont pas fortiches ces franchouillards ? Hein bande de zigotos ? !

              Le seul pays au Monde quasiment à avoir inventer la Bombe Atomique à retardement déclenchable à distance avec juste quelques missiles balistiques bien calibré ! Même pas besoin d’être un pays doté de l’arme nucléaire pour enclencher des représailles d’une ampleur totale et définitive en cas où le petit nain à la tête de ce pays d’abrutis ferait jouer lui ses missiles Nuke !

              Purée oui y sont incroyables ces fransoziches ! Comment on peut être aussi débiles ? Sérieux ?

              1. Trop nul. Vous n’y connaissez rien, puisque vous croyez que les crayons ne sont composés que d’U235.

                Et ce calcul est sans intérêt : il y a assez de digitales en Auvergne ou de lauriers-roses dans le Midi pour éradiquer la population française, voire plus, mais il ne suffit pas que le poison existe, il faut encore qu’il soit ingéré, avec une équitable répartition de la bonne dose !

                Avant de continuer à polluer ce site avec votre prêt-à-penser antinucléaire, je vous conseille de vous informer sérieusement. On trouve tout ce qu’il faut sur Wikipedia.

                1. Mais oui je n’y connais rien, c’est sur, en rebondissant sur un petit jeu.

                  Pour polluer ! Ca c’est fort venant d’un défenseur de l’atome comme combustible ! Continue à comparer des navets et des boucles d’oreilles.

                  En revanche, je m’adresse à la modération, les liens concernants les articles à propos des menaces militaires de bombardements directes de l’Ukraine sur les centrales nucléaires Russes en cas de conflits ou des menaces sur la centrale nucléaire en Arménie venant de la Turquie et de l’Azerbaïdjan ne passent pas le filtre.

                  Sinon Google est ton ami avec les mots clés…

                1. Ce ne sont pas des insultes mais des qualificatifs génériques piquants pour agrémenter gaillardement le propos devant les jésuites de l’atome.

                  2
  10. Vivent les énergies renouvelables et « safe ». Ne pourrait-on pas imaginer faire la chasse simplement au gaspi qui est un fléau planétaire (p.ex. éclairage des commerces et des autoroutes la nuit). Mais, ne faudrait-il pas revoir avant tout la fiscalité (p.ex. éclairage inutile= frais généraux des entreprises)?

    1
  11. L’homme et l’énergie

    le bois : par la découverte et la maîtrise du feu
    avec une population humaine peu nombreuse

    les 4 énergies fossiles :
    3 émettrices de CO2 et de gaz à effets de serre et de réchauffement climatique:
    le charbon
    le pétrole
    le gaz

    1 non émettrice mais potentiellement dangereuse lors de son utilisation et par ses déchets:
    le nucléaire

    l’hydroélectricité
    grande consommatrice de béton et changeant les éco systèmes , régulant les crues mais aussi potentiellment dangereuse en cas de rupture

    Les énergies alternatives
    éolien : grand consommateur de béton
    le solaire
    la biomasse

    Les accidents:
    nucléaires et la querelle des chiffres :
    *Tchernobyl
    300 km2 en quarantaine

    *Fukhushima
    bilan contreversé compte tenu de l’impact du tsunami à l’intérieur des terres sur 400km de cotes japonaise qui a causé 18000 décès
    https://www.sfen.org/rgn/bilan-sanitaire-fukushima-18-000-morts

    le charbon :
    Courrières en 1906 : 1099 morts en quelques minutes par un coup de grisou
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Catastrophe_de_Courri%C3%A8res

    le barrage de retenue de Banqiao ( Chine) en 1975 avec effet cascade sur les barrages en aval
    décès entre 230 et 240.000 morts
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Barrage_de_Banqiao

    Nous dépendons beaucoup plus de l’énergie électrique ( indépendamment de sa production) que de toute autre énergie en utilisation quotidienne.

    Energie et expansion démographique
    Nous serons 8 milliards en 2023 grace à la révolution industrielle et technologique basée sur l’utilisation de l’énergie.

    L’humanité est devenu vulnérable et démunie face à un arrêt de l’électricité.
    Sans électricité de manière durable , l’ensemble de la société s’arrête.

    Faut-il prendre le risque du nucléaire , sachant que :
    – la disponibilité de l’uranium est limitée : 1 siècle ?
    – sa production crée des déchets radioactifs très long termes
    – l’humanité doit très rapidement arrêter de consommer les énergies fossiles émettrices de CO2 à cause du réchauffement climatique et ce qui doit être la priorité
    – notre consommation énergétique va se transformer progressivement par une baisse drastique mais ce changement sociétal nécessite une transformation de l’organisation de nos modes de vie qui prendra du temps : 1 à 2 générations
    – les énergies alternatives ne sont pas suffisamment développées actuellement pour faire face à l’arrêt des énergies fossiles carbonées
    – les énergies renouvelables ne permettent pas de réguler un flux d’électricité ajustable et permanent à l’ensemble de la société
    – aujourd’hui les 2 énergies décarbonnées , hydroélectricité et nucléaire , permettent de réguler les pics de besoins en électricité, mais avec un risque différent du réchauffement climatique planétaire .

    8 milliards d’étres humains , qui sont la résultante de la transformation par l’énergie de notre environnement sociétal , peuvent-ils survivre sans apport énergétique et tout particulièrement l’électricité , ou accepter la part du risque pour faire la transition d’un monde totalement décarboné ?

    5
    1. Ilicitano,

      « 8 milliards d’étres humains , qui sont la résultante de la transformation par l’énergie de notre environnement sociétal , peuvent-ils survivre sans apport énergétique et tout particulièrement l’électricité , ou accepter la part du risque pour faire la transition d’un monde totalement décarboné ? »

      Poser mal les choses ne peut que produire une solution débile du genre pétaudière atomique. Moi je ne me laisse pas embobiner par ce charabia pseudo logique, qui est juste du sophisme.

  12. Le problème de la sureté nucléaire se posera forcément quand surviendra « l’effondrement de notre civilisation thermo-industrielle » tel que le définit, par exemple, Yves Cochet.

    Quid des centrales nucléaire s’il n’y a plus ni le personnel compétant, ni le matériel et l’infrastructure nécessaire, ni les matériaux indispensables pour maintenir les réacteurs à l’arrêt ?

    A cette question, à ce jour, nul, à ma connaissance, n’a apporté de solution.

    Digression :

    On fait toujours référence aux deux principaux accidents nucléaires connus : Tchernobyl et Fukushima, mais il est aussi, resté dans l’ombre, un autre accident majeur, survenu en 1957. Il s’agit de la catastrophe de Maïak près de la ville de Tcheliabinsk dans le sud de l’Oural. Très peu documenté, même sur internet, on peut trouver des informations sur cet évènement dans le livre écrit par le biologiste dissident Jaurès Medvedev paru dans les années 80 « Désastre Nucléaire en Oural ».

    7
      1. La revue « Ecologie » éditée par les Presses de Château-Renard, animées par JL Burgunder a aussi publié en 1978 un numéro spécial consacré aux accidents nucléaires de 1945 à 1974.

        1
  13.  » LE NUCLÉAIRE , C’ EST PROPRE. ÇA NE PRODUIT PAS DE GAZ ( à effet ) DE SERRE. »

    Et …  » BOUM  » !!..Paul JORION en remet une couche…
    Délibérément.
    Sans la moindre chance de convaincre quiconque n’est déjà pas convaincu. A mon avis.
    Ni du contraire , visiblement. A mon avis.

    Or le plan A est déjà  » cuit « … (( https://www.pauljorion.com/blog/2021/08/21/veille-effondrement-37-video-le-plan-a-est-cuit-nous-devons-ladmettre/ ))
    Selon lui. Et il en semble clairement certain.

    Effondrement garanti , donc.
    Brutal.
    Sauf retour à marche forcée à la vie pastorale..
    Pour tous?
    Presque… Tout troupeau demande des bergers.

    Ambitionne d’obtenir des crédits pour , avec d’autres , se consacrer à l’aboutissement du plan C (( https://www.pauljorion.com/blog/2021/08/18/veille-effondrement-6-les-plans-b-et-c-retranscription/ ))
    Des crédits , des outils techniques de pointe , un environnement de travail ultra-moderne.
    De l’électricité..?
    Du temps..?

    A bas le nucléaire? (( et la bagnole ;^;^;… ))
    Compliqué.

    2
    1. Eh oui !
      A propos de la ‘bagnole’ , avec la pénurie de puces électroniques un mini effondrement est en cours (baisse à deux chiffres) en Europe dans le marché de l’automobile.

      https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/10/15/penurie-de-semi-conducteurs-le-marche-automobile-europeen-s-ecroule-en-septembre_6098481_3234.html

      On peut imaginer ce qui se produira quand le choc sera beaucoup plus brutal.
      Y compris donc pour les centrales nucléaires.

      Un commentateur notait que les centrales EPR sont plus sûres parce que plus complexes.
      Cette complexité sera-t-elle encore un avantage lorsque des pièces de rechange viendront à manquer ? C’est à dire lorsqu’un élément de l’environnement technique, social, sécuritaire, ou sûreté indispensable au bon fonctionnent, sera affaibli, voire aura disparu ?

      PS. Même les moteurs de secours installés dans les centrales d’EDF après l’accident de Fukushima semblent avoir des problèmes de fiabilité :
      https://www.capital.fr/entreprises-marches/edf-les-moteurs-de-secours-des-centrales-nucleaires-sont-ils-vraiment-surs-1386772

      1
      1. PYD,

        T’as les yeux en face des trous mon PYD.

        C’est pas le cas de la plus part des pro nuke. Ils se croient encore en 1950.

        Le débat n’a pas de sens, ils ne comprennent même pas les enjeux, ni les tenants et les aboutissants.

        C’est pas parce qu’un gars dans sa vie à réussi 3 examens de maths physiques alignés 5 ou 8 piges d’années d’études qu’il est devenu clairvoyant. Ca serait tellement simple si le système marchait ainsi et tellement conforme à leurs espérances.

        1
  14. Mouai , mouai , mouai…de toute façon , on va tout droit vers la civilisation de la panne .
    L’eau faisant partie du problème .
    De quelle façon sera réglé le problème des priorités d’approvisionnement ?

    « la dépendance du nucléaire à une ressource en eau abondante est de nature à sérieusement mettre en doute sa résilience dans le contexte du dérèglement climatique. »
    « En France, les épisodes de températures extrêmes durant plusieurs étés récents ont attiré l’attention sur le problème. Les centrales nucléaires françaises consomment chaque année environ 19 milliards de mètres cube d’eau, ce qui en fait le secteur économique le plus gourmand en eau de tout le pays, loin devant l’agriculture.« 
    https://www.partagedeseaux.info/Le-nucleaire-et-l-eau
    https://reporterre.net/La-consommation-massive-d-eau-face

    « En France, près de 60 % des volumes prélevés servent à refroidir les centrales de production d’électricité, notamment nucléaires, le reste étant réparti entre les besoins en eau potable et sanitaire (18 %), l’irrigation (15 %), et l’industrie (9 %). »
    https://www.planete-energies.com/fr/medias/decryptages/l-intime-relation-entre-l-energie-et-l-eau

    1
      1. Les (trop) fameux mini-réacteurs dont semble s’être entiché Dieu sait pourquoi notre éclairé monarque: d’après ce que j’ai cru comprendre (mais je peux me tromper!), c’est pas pour demain la veille, ça va coûter un brin et surtout, surtout, ça n’a strictement aucun intérêt dans le cadre franco-français ni même européen. Pourquoi diable vouloir courir « en même temps » deux lièvres à la fois alors qu’on n’est même plus capable (ni surtout en manifester la volonté) de courir le premier? Sans compter les lièvres éoliens, solaires, à hydrogène et autres usines à gaz de merde à cochon industriel.

  15. Le nucléaire actuel , qui consomme du U235 est condamné pour la principale raison que U235 est trop rare et pour la raison secondaire que la technologie EPR est trop complexe, donc coûteuse et dangereuse. L’avenir est dans les réacteurs à sels fondus, qui peuvent en outre utiliser et détruire le déchet le plus dangereux: le plutonium.
    Tous nos concurrents développent cette technologie (Chine, USA, Russie, Inde). L’Europe se laisse distancer, ne trouvant comme alternative que le gaz de Poutine. Merci « sainte » Angela !
    Par exemple:
    https://www.youtube.com/watch?v=IXxkcld0_XM

    3
    1. Juste un détail : c’est pour être moins dangereux et plus performant que ses prédécesseurs que l’EPR est plus complexe et plus coûteux.

    2. Eh oui. Si facile de se débarrasser du vilain nucléaire décarboné et pilotable et de le remplacer par du vent, du soleil et forcément, pour remplacer le charbon domestique un peu trop sale et de moins en moins abondant, beaucoup, beaucoup de gaz-poutine les nuits sans vent (et pas que). Tout ça au lieu d’une alliance franco-allemande pour développer massivement le nucléaire à l’échelle d’une Europe de l’énergie. Quel gâchis. Où en serait notre mix électrique sans le visionnaire programme nucléaire? Je n’ose y penser.

  16. Une petite simulation:

    20 panneaux solaires de 250Wc ( Watt crête): soit 5000Wc
    Exposition plein sud et inclinaison 30°

    Lille :
    Latitude : 50,63°
    Longitude : 3,06°
    Orientation : 180°
    Inclinaison : 30°
    Minimum: 3,74 kWh/jour ( décembre)
    Maximum: 23,55 kWh/jour ( juin)
    Moyenne: 14,60 kWh/jour
    Production annuelle : 5335 kWh

    Janvier 5,71 kWh/j
    Février9,29 kWh/j
    Mars 12,29 kWh/j
    Avril 20,30 kWh/j
    Mai 22,10 kWh/j
    Juin 24,33 kWh/j
    Juillet 23,55 kWh/j
    Août 21,03 kWh/j
    Septembre 15,67 kWh/j
    Octobre 10,74 kWh/j
    Novembre 6,40 kWh/j
    Décembre 3,74 kWh/j

    Marseille:
    Latitude : 43,30°
    Longitude : 5,37°
    Orientation : 180°
    Inclinaison : 30°
    Minimum: 11,39 kWh/jour
    Maximum: 30,13 kWh/jour
    Moyenne: 21,39 kWh/jour
    Production annuelle : 7817 kWh

    Janvier 12,68 kWh/j
    Février16,11 kWh/j
    Mars 21,65 kWh/j
    Avril 24,90 kWh/j
    Mai 28,03 kWh/j
    Juin 29,23 kWh/j
    Juillet 30,13 kWh/j
    Août 28,45 kWh/j
    Septembre 23,77 kWh/j
    Octobre 18,06 kWh/j
    Novembre 12,23 kWh/j
    Décembre 11,39 kWh/j

    1
    1. Dans l’actualité : inauguration cette semaine à Faverges de la première centrale solaire au sol de Savoie et Haute-Savoie . Quelques données :

      – Réalisation en PPP entre Faverges ( 45 %) et la société Corfu Solaire , filiale du groupe Terre et Lac ( 55%) affilié au cas ou à un autre fournisseur d’électricité verte Ilek

      – Surface 2, 7 hectares ( le drone a du monter assez haut pour prendre la photo)

      – production prévue 2,5 méga-watts-crête , en théorie capable d’alimenter 800 foyers, dont 20 % réservé à une consommation municipale en  » boucle locale » ( compteur Linky obligatoire pour optimiser la distribution )

      – tarif promis stable à 64 centimes le KWh ( 95centimes sur le marché européen est il dit )

      – impôt sur les entreprises de réseau , prévu auprès de la communauté de commune et du département , à hauteur de 200 000 €

      J’avoue que j’ai un peu tiqué sur le prix du KWh , car si je me fie à mes relevés EDF, je paie actuellement mon KWh « tout compris » (abonnement , conso , taxes ) environ 20 centimes d’euro .

      1
      1. @Juannessy

        2,7 Ha= 27000 m2 occupé au sol pour 800 foyers soit environ 34m2 par foyer

        Vendu 64 cts par la société voire 95cts tarif moyen européen à comparer à 20 cts vendu par EDF , le coût de l’électricté renouvelable est 3 à 5 fois plus cher.
        Ce coût du renouvelable photovoltaique sera variable selon la latitude et le rendement de chaque installation.
        Mon commentaire sur la simulation et la comparaison entre Lille et Marseille le montre.

        1
        1. Vous êtes bien plus compétent que moi. Quelques questions donc.
          Mais si le photovoltaïque n’était pas prioritaire sur le réseau, que deviendraient ses électrons?
          En quoi une centrale comme celle-ci contribue-t-elle à la décarbonation d’un mix électrique qui l’est déjà à plus de 90% grâce au nucléaire (surtout) et à l’hydraulique?
          Quel équivalent de surface pour la même production d’électricité avec un réacteur nucléaire, en n’oubliant surtout pas d’ajouter la surface nécessaire à la production pendant les périodes sans soleil (en précisant le moyen de subvenir à la dite production, décarboné de préférence)? Je pense que ça doit représenter quelques mètres carrés. Jour et nuit bien sûr.
          Le hasard a voulu que nous passions hier tout près de cette centrale. Je me suis fait cette réflexion: « Mais à quoi ce machin peut-t-il bien servir? ».

          1. Bonjour Michel

            Je pense que nous n’aurons pas le choix.
            Le Giec a bien défini LA priorité : décarboner en réduisant et supprimant l’utilisation de l’énergie fossile.
            Il n’a pas pris position concernant le nucléaire , ce n’est pas son rôle , mais il indique que ce peut être une solution et une décision de société.
            On devrait s’orienter vers un mix énergétique qui comprendra le renouvelable et des énergies pilotables ( hydroélectrique et nucléaire) , et exceptionnellement un peu de fossile pour les centrales thermiques électriques , qui permettront de maintenir l’équilibre offre/demande.

            Merkel ,suite à Fukushima, a pris sa décision d’arrêter le nucléaire en se positionnant sur un renouvelable incapable d’assurer les besoins et en complément d’utiliser le pire des charbons, la lignite ,et d’avoir recours au gaz russe.
            Par ailleurs le Japon , après avoir vécu la catastrophe du tsunami , relance le nucléaire : besoin oblige.

            Pour pratiquer en temps réel l’énergie photovoltaïque en autonomie totale sans raccordement au réseau et dans une région optimale au niveau ensoleillement, cela n’est possible qu’avec un stock d’énergie sous forme de batterie.

            2 évènements majeurs ont montré les conséquences d’un black-out ou de coupures à répétition:
            – le Texas : problème de manque d’interconnectivité au niveau des USA
            – el Liban : manque de pétrole

            Le rôle d’un Etat régalien est d’assurer les besoins de base de sa population .

            3
            1. Merci.
              « Un Etat régalien »: comme celui qui « sous De Gaulle » -et ses suivants immédiats- a élaboré et réalisé le plan électronucléaire français. Visionnaire. On ne peut pas en dire autant aujourd’hui.

  17. Une étude gouvernementale très intéressante sur le stockage et la production de l’énergie avec en particulier le scénario :
    – arrêt des énergies fossiles ( pétrole, gaz , charbon)
    – arrêt du nucléaire
    – consommation énergétique identique à la moyenne des années 2015 , 2016 , 2017

    https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/cge/stockage_electricite.pdf

    Conclusions:

    L’analyse prend en compte l’effacement consommation à 1%, cela représente néanmoins plus de 3 jours et demi de coupure d’électricité par an.
    Par la suite, on prend en compte les valeurs moyennes sur les trois années des résultats de la simulation : coût total, puissance installée, capacité de stockage et effacement production.

    Pour le nucléaire à 0%:

    – le coût total se situe autour de 700 Md€, ce qui représente environ 30% du PIB de la France

    – la puissance installée est d’environ 500 GW, soit environ 320 GW éolien et 180 GW solaire, soit une augmentation d’un facteur 23 par rapport à la capacité actuelle ;

    * avec les limites supérieures du flux moyen d’énergie solaire de 25 W/m2 , cela demande une surface d’au moins 7 200 km2

    * et du flux moyen d’énergie éolienne de 2-3 W/m2 , il faut prévoir un surface de 130 000 km2 ,
    (soit 23% de la surface de la France !)

    – une valeur faible de l’effacement consommation conduit à une forte valeur de l’effacement production (55%)

    – la capacité de stockage est relativement élève (2 TWh), il se pose alors la question de sa faisabilité technique

    En conclusion, une telle solution énergétique est irréaliste

    5
    1. Irréaliste. Les chiffres sont effectivement effarants. Ils rejoignent ceux « en grandeur réelle » du désastreux plan allemand. Mais si solution irréaliste, ceux qui s’en font les promoteurs doivent alors être qualifiés d’irresponsables. Sept-cent milliards d’euros! Combien de réacteurs nucléaires (EPR et autres techniques à plus long terme) avec un tel investissement!

  18. Bonjour,

    Ci-dessous, liens URL vers 2 articles de 2021 sur le sujet. En partie axé sur la Belgique mais pas que. Apparemment, c’est en Chine que l’on compte le plus de nouveaux réacteurs. Les panneaux photovoltaïques à bas prix qui y sont produits et arrivent chez nous ne le sont donc p-ê pas QUE sur base de centrales à charbon (+ les coûts en énergie et matériaux requis pour extraire les minéraux et métaux nécessaires notamment, les grosses excavatrices ne fonctionnant pas encore au jus de betterave a priori 😉 ).

    https://trends.levif.be/economie/politique-economique/pour-l-energie-atomique-circulaire-mais-contre-une-certaine-industrie-nucleaire/article-opinion-1458053.html

    https://trends.levif.be/economie/politique-economique/le-nucleaire-est-il-l-allie-du-climat/article-news-1477991.html

    Bonne journée à toutes et tous

  19. L’éolien en Grande Bretagne

    https://fortune.com/2021/09/16/the-u-k-went-all-in-on-wind-power-never-imaging-it-would-one-day-stop-blowing/

    Le Royaume-Uni a tout misé sur l’énergie éolienne. Voici ce qui se passe quand il cesse de souffler

    « Calme plat
    La situation est particulièrement aiguë au Royaume-Uni, où l’énergie éolienne ne fournit actuellement que 7% de la composition énergétique du pays, une forte baisse par rapport aux 25% qu’il a générés en moyenne en 2020.
    En conséquence, des centrales électriques au gaz et au charbon ont été mises en service pour combler le vide.
    Face à la crise de l’électricité la semaine dernière, l’opérateur du marché de l’électricité National Grid a demandé à EDF de redémarrer la centrale à charbon West Burton A dans le Nottinghamshire.
    Au Royaume-Uni, les prix de l’électricité ont doublé au mois de septembre et sont sept fois plus élevés qu’il y a un an. Les prix de l’électricité à expédier le lendemain étaient de 424,61 £ (588 $) par mwh mardi, soit 10 fois plus que le prix moyen de septembre 2020, » (traduction)

    3
    1. Faudrait demander à monsieur Jadot (ou à son meilleur ennemi Mélenchon) ce qu’ils en pensent.
      Les lois de la physique sont dures mais ce sont les lois.
      Pas de vent, pas de jus. Pas de bol.

  20. 1.Comment Mesurer le danger avec mesure ?

    « Le constat qui ressort de ce travail est sans appel », souligne Greenpeace. « Les piscines d’entreposage du combustible usé (au nombre de 63) sont extrêmement fragiles face aux actes de malveillance. Si le bâtiment réacteur est lui protégé par une enceinte de confinement renforcée, les piscines de combustible usé, elles, ne sont pas protégées. Il s’agit pourtant des bâtiments qui contiennent le plus de radioactivité dans les centrales nucléaires. »
    Le renforcement des 63 piscines de refroidissement et des 58 réacteurs français coûterait « entre 140 et 222 milliards d’euros », selon les auteurs du rapport remis, « soit entre trois et cinq fois ce qu’EDF a prévu de dépenser pour prolonger la durée de vie des centrales ».

    https://www.ouest-france.fr/environnement/nucleaire/attentats-les-centrales-nucleaires-passoires-pour-les-terroristes-5302636

    2. La problématique des piscines de refroidissement, suite :

    « Situées dans des bâtiments annexes, ces piscines permettent de garantir le refroidissement du cœur de la centrale nucléaire et la protection des personnels des combustibles radioactifs usés. Or, celles-ci ne sont pas « bunkérisées » et de fait, plus vulnérables face à la menace des drones. Une fuite importante de l’eau qui les protège entraînerait un nuage radioactif d’ampleur par la mise à l’air libre des combustibles irradiés. Le 3 juillet 2018, Greenpeace réalise une action symbolique en écrasant un drone contre le mur du bâtiment hébergeant la piscine de stockage des combustibles usés de la centrale nucléaire de Bugey. Le premier drone ne sera intercepté qu’une fois au sol tandis que celui qui filmait le premier est reparti aussi simplement qu’il est arrivé. Cette action a permis d’alerter les pouvoirs publics sur la vulnérabilité des installations. « 

    https://portail-ie.fr/analysis/2556/la-securite-nucleaire-face-a-la-menace-des-drones

    1
  21. Entre nous…manquait une pièce au dossier nucléaire .
    Et voilà qu’une nouvelle centrale défraie la chronique .

    « Laisser s’échapper 100 kg de ce gaz revient à émettre plus de 2 millions de kg de C02 dans l’atmosphère », a commenté Sortir du nucléaire dans un communiqué. « En seulement neuf mois, le site de Flamanville a déjà dépassé (le seuil de 100 kg)​. Et l’année n’est pas terminée », ajoute l’association. « Chaque année, chacune des 18 centrales nucléaires de France a ce droit de pollution et contribue ainsi activement au réchauffement climatique, sans compter les fuites de fluides frigorigènes », poursuit-elle. Sortir du nucléaire affirme en outre que jusqu’en 2018, EDF ne déclarait aucune de ces émissions.
    Le gaz Hexafluorure de soufre (SF6) « est utilisé pour garantir l’isolement électrique des équipements haute tension. Sur le site de Flamanville, le gaz SF6 est utilisé comme isolant pour les postes d’évacuation d’énergie et les postes d’alimentation des transformateurs auxiliaires », précise de son côté EDF. »

    https://www.ouest-france.fr/normandie/flamanville-50340/la-centrale-nucleaire-de-flamanville-a-depasse-le-seuil-de-rejet-d-un-puissant-gaz-a-effet-de-serre-4ef83064-2cdc-11ec-9285-f388b2ea32b0

    1. En écrivant « 2000 t » de CO2, c’est déjà moins impressionnant : les émissions des trajets domicile-travail des employés de la centrale doivent peser davantage.

      Quant au SF6, il y en a un peu partout : ce serait bien de trouver un substitut moins GES à ce gaz, et de ne pas le laisser fuir, mais ce n’est pas un problème spécifique au nucléaire !

      Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage…

      Au vu de certains argumentaires ridicules affichés sur ce site, j’en suis à me demander s’ils ne sont pas le fait de lobbyistes pronucléaires visant à décrédibiliser la Cause.

      1. « j’en suis à me demander « ..
        Tant de gens sont addict à leurs certitudes , c’est déjà un point positif que de renouer avec l’interrogation.
        Vous pouvez enchaîner sur un questionnement de plus : est ce que le fait d’habiter à côté d’une centrale pourrait éventuellement avoir un impact sur l’analyse objective des dangers d’une centrale ?
        Est ce vous ne tentez pas de vous rassurer à tout prix ?
        ( et dés lors vous seriez dans l’incapacité de dialoguer , ce qui semble être de plus en plus le cas vu certains mots disqualifiants tel que «  nul » , «  ridicule » etc… ) .

        1. CO2:
        « les émissions des trajets domicile-travail des employés de la centrale doivent peser davantage »
        Je serai curieux de connaître votre estimation du nombre de personnel de Flamanville ainsi que votre mode de calcul des émissions de CO2 de leurs voitures depuis le début de l’année .

        2. CF6 :

        Faut il considérer que le fait qu’il y en est « un peu partout «  soit un motif pour ne pas s’inquiéter de son émission ?
        A vouloir dédouaner le nucléaire à tout prix , il semble que votre argumentaire dérape.
        Il serait aisé de faire une liste de choses inadmissibles qu’il y a « un peu partout » et qui ne les rendent pas forcément acceptables.

        J’aurai préféré que vous argumentiez sur la dangerosité réelle ou pas du CF6, puisque vous semblez avoir quelques connaissances.

      2. Ermisse,

        https://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/tchernobyl-35-ans-apres-la-catastrophe-une-hausse-de-la-radioactivite-qui-inquiete_2150961.html

        35 ans.

        https://www.bfmtv.com/environnement/quelle-est-la-situation-a-fukushima-dix-ans-apres-l-accident-nucleaire_AN-202103110003.html

        10 ans.

        « Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage.  »

        Et quand je vois le délire qui agite les buses aux commandes avec leur histoire de micro nuke, parce que toute cette clique n’a pas compris l’urgence absolue de modifier la trajectoire, mais veut sauver les meubles de la consommation en condamnant définitivement le futur, alors moi je dis à ce niveau de stupidité, et d’aveuglement, c’est criminel. C’est pas des insultes que ça mérite croit moi.

        1. Extrait :

          « ● La mainmise des Yakuzas

          Dès le lendemain de l’accident, la pègre japonaise aurait pris part aux travaux de démolition et de gestion des déchets à Fukushima, comme le pointait un article du Monde. Elle aurait en effet été chargée de trouver les liquidateurs, ciblant les personnes endettées, les sans-domicile fixe ou celles souffrant d’un handicap psychologique. Ces derniers s’exposant sous la contrainte aux radiations, sans véritable protection et pour une faible rétribution.

          La pratique ne daterait d’ailleurs pas de cette catastrophe mais concernerait l’ensemble de la filière nucléaire qui aurait eu recours à leurs services pour les travaux les plus dangereux. Pour Clotilde Champeyrache, économiste et spécialiste de la mafia, cela n’a rien de surprenant. »

          Moi je dis qu’il vaut mieux envoyer nos amis adorateurs du nucléaire civil comme parachute ventral participer au mission de nettoyage et gestion des déchets. Non Ermisse tu ne penses pas ? Hein ?

          1
          1. Le « zéro morts » de l’accident de Fukushima c’est définitivement une légende urbaine, malheureusement colportée y compris par certains scientifiques peu scrupuleux.

    2. « Le gaz Hexafluorure de soufre (SF6) « est utilisé pour garantir l’isolement électrique des équipements haute tension. »
      Ceci n’est pas spécifique au nucléaire. Les éqts HT vont se multiplier avec les ENR, et donc , le SF6.

  22. « Lobbyistes pro nucléaire visant à décrédibiliser la Cause « ….s’interroge Ermisse .
    Intéressante supposition qui invite à se poser la question des lobbyistes visant à crédibiliser le nucléaire .

    « Début 2020, le Réseau « Sortir du nucléaire » et Greenpeace France portent plainte devant le Jury de déontologie publicitaire pour dénoncer la campagne publicitaire d’Orano intitulée « Idées reçues ». Le 4 mai 2020, cette instance reconnaît les plaintes des associations comme fondées. »
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Réseau_Sortir_du_nucléaire#cite_note-85

    1
    1. Un article du Point suite à la publication du rapport de l’ONU sur Fukushima

      https://www.lepoint.fr/monde/zero-mort-aucun-cancer-le-vrai-bilan-de-l-accident-nucleaire-de-fukushima-10-03-2021-2417139_24.php

      Le gouvernement japonais a-t-il surréagi en empêchant pendant de longues années le retour des populations, et en fixant des normes drastiques, de nature à rassurer les populations, mais sans lien avec le risque sanitaire ? Ces questions restent ouvertes – au Japon comme ailleurs. Japon qui a décidé, pour réduire son empreinte carbone, de relancer son programme nucléaire.

      1
    2. Suite au rapport des 52 experts de 27 pays mandatés par l’ONU ,

      L’accident nucléaire de Fukushima , de part ses conséquences maîtrisées , a fait la démonstration que l’énergie électrique fournit par les centrales nucléaires n’est pas dangereux !!!!!!!!!!

      2
    3. On peut douter de la crédibilité de ce comité.

      « Le Comité scientifique des Nations unies pour l’étude des effets des rayonnements ionisants (UNSCEAR) Pour le président de l’association Enfants de Tchernobyl Belarus, Yves Lenoir, auteur du livre La Comédie atomique. L’histoire occultée des dangers des radiations (La Découverte, 2016), ces biais tiennent au caractère historiquement pronucléaire du Comité scientifique des Nations unies.
      L’UNSCEAR a été créé en 1955 pour informer sur les effets des radiations, dans l’optique de la fondation de l’AIEA [Agence internationale de l’énergie atomique].
      Depuis, tous les rapports de l’UNSCEAR ont le même but : promouvoir le développement de l’énergie nucléaire, assure-t-il.

      Après l’accident nucléaire de Tchernobyl, c’est l’UNSCEAR qui a monté les groupes de travail qui ont produit le Tchernobyl Forum de 2005, lequel a décrété que le bilan final de la catastrophe s’établissait à 50 morts et 4.000 cancers. Cinquante morts, alors que le réacteur accidenté recrachait chaque heure l’équivalent de tous les produits de fission largués par une bombe atomique qui explose ! Si c’était le vrai bilan, on n’aurait rien à craindre d’une guerre atomique.

      Mais un an plus tard, les académiciens Yablokov et Nesterenko publiaient une compilation de plus de 1.100 articles scientifiques sur les effets de Tchernobyl qui, entre autres, établissait à 45 ans l’âge moyen de décès des liquidateurs. »

      https://reporterre.net/Fukushima-le-bilan-humain-est-plus-lourd-qu-annonce

      1. Le site Reporterre : le magazine de l’environnement

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Reporterre
        Redacteur en chef et Directeur de Publication : Hervé Kempf

        Hervé Kempf , journaliste et écrivain, s’oppose à l’ingénieur polytechnicien Jean-Marc Jancovici, et l’économiste Alain Grandjean (cofondateurs de Carbone 4) sur la manière de résoudre la crise climatique et environnementale.

        On est dans des différences d’analyse d’experts !!!

        Kempf est-il un meilleur expert que ceux mandatés par l’ONU ?

        Il faudrait peut-être un nouveau comité d’experts pour analyser l’expertise des experts du nucléaire !!!!!!!!!!!!!!

        3
        1. En attendant cette expertise d’experts vous vous gardez bien de commenter la remarque concernant Tchernobyl.
          Il ne faut pas avoir faire polytechnique pour voir où cela coince : une sous-évaluation manifeste du nombre de victimes de l’accident nucléaire de Tchernobyl lors du bilan en 2005. Fâcheux précédent qui devrait inciter à la méfiance.

          1
        2. Merci. Cela n’empêche pas Reporterre de fournir un excellent travail sur d’autres sujets, d’ailleurs parfois relayés sur le site de Jancovici.

  23. Je trouve particulièrement sains que le nucléaire se trouve enfin , cette fois ci dans les débats phares de l’élection présidentielle et comme un élément fort de pro et d’anti , car l’énergie étant un sujet majeur à l’amont des débats de société , le choix que fera le verdict populaire engagera de facto et de jure nos modes de comportements , encore plus surement que des engagements en COP 26 .

    Ce que l’on peut souhaiter c’est que les éléments de risques , de connaissances vraies reconnues par les deux options , les éléments positifs démontrés réciproques , soient exposés dans le débat de la façon la plus synthétique , juste et partagée qui soit , en évitant que chaque camp ne scénarise , au gré d’exemples parcellaires , sa propre option ou caricature la position contraire .

    Et le choix , élément lourd dans le vote , sera à respecter par tous , quel qu’il soit .

    1. Si j’ai bien suivi , il va falloir préalablement que PYD et Illicitano nous proposent conjointement des documents d’experts communs .

      C’est pas gagné .

      1. Juannessy, rassurez-vous, en ce qui me concerne du moins, je n’attends pas cette expertise d’experts pour former mon jugement. 😉
        Le développement du nucléaire implique des questions techniques, mais aussi des choix de société et ils ne sont pas sans conséquences sur la sécurité et la sûreté.
        Dans ces conditions le polytechnicien n’est pas forcément le plus avisé.
        IL pourra être hyper pointu dans quelques domaines, et nul dans un seul qui pourtant conditionne la fiabilité de l’industrie nucléaire. Je pense par exemple à l’impasse que fait Jancovici sur la question sociale. Quel modèle de société pour le nucléaire ?

        1. « Quel modèle de société pour le nucléaire ? »

          Et oui PYD, les apologistes du Nuke comme source d’énergie, ne répondent jamais à cette question enfermés qu’ils sont dans leurs structures mentales dépassées d’un autre âge et sans aucun avenir. Carrément des criminels contre l’Humanité et les générations futures.

          Leur raisonnement est simple : « on fonce vers un mur, accélérons on passera à travers ! »

          2
        2. JMJ ne fait pas d’impasse sur la question sociale, réécoutez sa dernière vidéo.

          A part ça, il est assez évident, au vu de ce qui se passe ici, qu’un débat serein sur le sujet nucléaire est quasiment impossible, peut-être parce que les opinions sont fermement établies, que le biais de confirmation fonctionne plein pot dans les 2 camps, et que les enjeux sont fondamentaux, l’énergie abondante et bon marché étant le socle matériel de cette civilisation.

          De plus, le sujet est techniquement complexe, et les connaissances de base requises pour se faire une opinion étayée ne sont pas à la portée de tout le monde (ne serait-ce que par manque de temps), ce qui permet d’affirmer en 30 secondes des choses qu’il faudrait ensuite des heures pour vérifier.

          Les décisions sur le sujet seront donc « politiques », comme p.ex. l’arrêt de Superphénix puis la fermeture de Fessenheim, une « décision politique » étant une décision techniquement contestable qu’on ne veut surtout pas se donner la peine de justifier.

          1. Parce qu’une personne rémunérée par un secteur particulier aura tendance a avoir une opinion favorable de ce secteur, et que les gens raisonnables auront donc tendance à disqualifier son opinion sur le secteur.

            2
              1. Je visais plutôt quelqu’un qui vous semble être une référence fiable et que vous mentionnez par des initiales.

                Cela dit, je trouve bizarre la formulation « je suis retraité et mes revenus ne dépendent en rien de quelque industrie que ce soit ». Êtes-vous certain que vos employeurs n’ont jamais cotisé ? J’emploie en ce moment quelqu’un au césu et je sais que je contribue à sa retraite.

                1
                1. OK, j’aime mieux ça ! Quant à la retraite, mes anciens employeurs peuvent bien disparaître, elle me sera toujours versée car financée par les cotisations actuelles de tout le pays : c’est le principe de la retraite par répartition.

                  1
                2. JMJ :
                  https://www.arte.tv/fr/videos/105959-000-A/jean-marc-jancovici/

                  est clairement d’un QI + formation(s) appréciables..
                  a des enfants..
                  et est suffisamment « à l’abri du besoin » pour..

                  que  » son opinion ( évolutive basée sur ses connaissances et ses expériences.. ni moins ni plus que P.Jorion par exemple..) soit suffisamment prise en compte par les gens raisonnables.. qui n’auront donc pas tendance à la disqualifier d’office  » .
                  Jusqu’à preuve du contraire , et non inversement.

            1. Bonsoir. Pourriez vous préciser à qui vous faites allusion en particulier ici et quels sont les éléments attestant du fait qu’il/elle soit rémunéré(e) par un secteur en particulier svp (et quel secteur au fait ?) ? D’avance merci pour ces éclaircissements. BaV

              1. Je ne fais jamais allusion accidentellement, c’est toujours pour éviter d’intention délibérée de préciser.

                En fait, cela n’a rien d’original : la plupart des gens qui recourent à l’allusion font exactement comme moi.

          2. « De plus, le sujet est techniquement complexe, et les connaissances de base requises pour se faire une opinion étayée ne sont pas à la portée de tout le monde… »

            On dirait vraiment un curé qui parle à ses ouailles sur les voies impénétrables de Son Seigneur.

            Y a rien de complexe à saisir la nature du problème avec le Nucléaire. Et pourquoi d’ailleurs il a été mis au point… Pour consommer, consommer, consommer ! Produire, produire, produire ! Polluer, polluer, polluer ! Exploiter, exploiter, exploiter. C’est sur qu’il faut un doctorat en physique nucléaire et en radiation pour capter le problème de l’engin.

            Mais où ils vont les chercher leurs soutiens maintenant au CEA ? Dans les fraises ?

            1
            1. Allez comme je suis généreux Ermisse et que tu es à la retraite tu as le temps de mater 2 très bonnes vidéos sur le sujet :

              (C’est très objectif, alors ouvre bien tes mirettes, et écoute bien ce qui est dit)

              https://www.youtube.com/watch?v=PbPyohZPHMI
              https://www.youtube.com/watch?v=6wVZqvczUwE

              « Il y a des signes pour ceux qui pensent » comme disait mon pote Allah.

              Moi personnellement, par soucis éthique, je n’ai pas pour habitude de laisser le bordel en partant de chez quelqu’un ni un pistolet chargé sur la table de la cuisine alors que ses gamins vont rentrer.

              1
              1. Allez, une dernière, le fil est passé en page 2, il faut remettre la suite à une autre occasion :

                Les déchets radioactifs, c’était une question à se poser AVANT de se lancer à fond dans l’électronucléaire. Aujourd’hui, ils SONT LA. Il ne reste donc plus qu’à s’en occuper, de gré ou de force, et la faible quantité des plus dangereux font que la quantité importe peu : si on sait faire pour 1000 t, on sait faire pour 3000 (et on sait faire, quand des gribouilles de prétendus écolos ne sabotent pas le travail, p.ex. en empêchant les essais de transmutation des actinides mineurs). Ce n’est donc absolument pas une raison pour arrêter les réacteurs en fonctionnement.

                Là, on est dans le « tout fait farine au moulin » : il y a des raisons honorables de s’opposer aux centrales nucléaires (p.ex. leur gestion en phase d’effondrement général), la peur des déchets radioactifs (à l’exception, je veux bien, des combustibles usés encore en piscine dans le contexte sus-évoqué) n’en fait pas partie.

                1
                1. Ben voyons mon couillon, j’étais pas né quand ILS se sont lancés à fond dans cette daube. Maintenant, je suis là !

                  Et si ma tante en avait une ça serait mon oncle.

                  La gestion des déchets fait bien entendu parti du problème majeur de cette solution énergétique car contrairement à ce que tu racontes en 2021, on a toujours sur les bras pour au moins 60 ANS, une vie quoi, ceux qui se produisent en ce moment, enfouissement ou pas.

                  Comment tu gères en plein effondrement un truc comme la Hague ? Qui récupèrent la merde, avec deux autres sites, de toute la planète quasiment ! D’ailleurs le meilleur tir au but c’est bien cette Usine…

                  1
        3. @PYD :

          Mais je n’ai jamais envisagé que l’expertise ne devait porter que sur la désintégration du noyau atomique ou l’efficacité des énergies renouvelables !

          L’implication des (au moins) deux modes de comportements vis à vis du nucléaire comme énergie civile , en ce qu’ils déterminent un mode de relation et de vie sociale fait bien évidemment partie des éléments de choix et je ne dis pas autre chose quand j’avance que « …le verdict populaire engagera de facto et de jure nos modes de comportements… »

          Je sous entends seulement , en m’en remettant au verdict populaire , que ledit peuple qui n’est pas forcément PYD ou Illicitano , n’est pas aussi borné qu’on l’en accuse et saura se faire son opinion .( au moins pour ceux qui n’ont pas pour religion de s’abstenir ) .

          Et que , comme tout bon républicain , je la respecterai quelle qu’elle soit .

          1. « Et que , comme tout bon républicain , je la respecterai quelle qu’elle soit . »

            Quelle étrange vision étriquée et stérile de la République …. Pas la mienne en tout cas.

              1. Ceux qui ont pensé et construit la République en France aussi. Heureusement, sinon elle n’aurait jamais vu le jour. Après deux tentatives loupées, cela en aurait été fini d’Elle.

                1
          2. Ledit peuple s’informe auprès des médias Bolloré, Lagardère et consorts. Il n’est peut être pas borné mais avec des oeillères, celles choisies par le grand actionnaria.
            Et vive la République des chaînes en continu !

    2. « Ce que l’on peut souhaiter c’est que les éléments de risques , de connaissances vraies reconnues par les deux options , les éléments positifs démontrés réciproques , soient exposés dans le débat de la façon la plus synthétique , juste et partagée qui soit , en évitant que chaque camp ne scénarise , au gré d’exemples parcellaires , sa propre option ou caricature la position contraire . »

      C’est pas gagné

      2
    3. Salut Juan,

      Tu sais, en lisant ce que tu viens d’écrire, je comprends mieux pourquoi l’Humanité est totalement dans la panade. Je sais ton discours à l’air rationnel, posé, sage, intelligent, raisonnable, raisonné, mais en même temps il est totalement illusoire et vain et in fine il mène toujours à une impasse stérile très proche de la stupidité la plus mortelle.

      Car il contient une contradiction interne insurmontable que je t’invite à identifier par toi même (mieux tard que jamais).

      1. Quoi Cloclo t’as trouvé pourquoi l’humanité est dans la panade ? C’est cool alors car tu vas partager ton diagnostic et tes solutions et on sera sauvé !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.