Vidéo – P vs. NP – Premières réflexions, le 3 janvier 2021 – Retranscription partielle

Non, ce n’est pas une erreur : il s’agit bien d’une vidéo datant d’il y a un an, que je ne vous ai pas montrée à l’époque. Si je vous la montre aujourd’hui, c’est que je suis en train en rassembler tout ce que j’ai à dire sur la conjecture P vs. NP.

De premières réflexions, précédées du sujet à propos duquel Yu Li m’avait contacté : « Un cheval blanc n’est pas un cheval », paradoxe classique proposé par le dialecticien chinois Gongsun Long [env 320–250 av. J-C]. Vous trouverez ici le texte que j’avais consacré à cela sur le blog : Un cheval blanc (chinois) n’est pas un cheval, le 5 avril 2007

La retranscription ne reprend que la deuxième partie : celle qui parle de P vs. NP.



Le 3 janvier 2021

Ce dont je veux parler maintenant, c’est donc de ma première impression d’avoir lu ce texte de la Clay Organisation, la manière dont ils nous caractérisent de manière, je dirais, intuitive donc pas de manière formelle. Il n’y a pas d’équation là-dedans, le P vs NP problem et là, je vais essayer de dire ce que je comprends et de dire où il me semble, a priori, qu’il y a des difficultés, qu’il y a des difficultés dans la manière dont le problème est posé. 

Je vais donner ma première impression parce que je sais bien, quand je regarde les choses que j’ai écrites sur un sujet qui m’est tout à fait neuf, dans ma première impression, il y a des choses que je reprends par la suite et qui me paraissent importantes et qui, peut-être, sont des choses qui ont échappé à d’autres personnes. 

Donc, dans la manière dont ce problème est posé, il nous est dit qu’il a été posé pour la première fois de manière simultanée par Stephen Cook et par Leonid Levin en 1971. On ne nous dit pas exactement comment ils ont posé le problème mais moi, je vais prendre simplement ce que je vois là et qui est donc cette caractérisation du problème à partir d’un exemple particulier : comment organiser l’hébergement de 400 étudiants dont on ne peut héberger en réalité que 100 et avec une contrainte – ce que j’appelle une contrainte – c’est qu’on ne peut pas mettre dans le même espace deux personnes dont la liste a été établie par ailleurs. Bon, alors, on nous dit que c’est un exemple de manière typique de problème non P. Et pourquoi c’est un exemple typique de problème non P dit-on ? Parce qu’il est facile de vérifier si les contraintes sont remplies, sont respectées. C’est facile de le faire, je crois comprendre, par un être humain et alors qu’un ordinateur, on va dire une machine, ne pourrait pas faire comme un être humain et devrait essayer de résoudre le problème from scratch, à partir de rien, d’une manière qui fait que le calcul impliquerait des opérations plus importantes en nombre que le nombre d’atomes dans l’univers, etc., et je vois que c’est une chose à laquelle ces mathématiciens, en informatique théorique, font souvent appel : c’est de dire « un nombre d’années plus grand que la durée de l’univers », « un nombre plus grand que le nombre d’atomes » … c’est une chose qui semble les impressionner. Ils font intervenir – je le dis tout de suite – des considérations de physique ou de cosmologie même comme étant un critère. Moi, ça ne me paraît pas, en tant qu’anthropologue, philosophe, ce n’est pas un critère qui me paraît un critère solide. De la même manière quand ils disent « compliqué » ou « très dur, très difficile à faire », tout ça, ce sont des considérations d’ordre pragmatique et je ne vois pas ce que ça vient trop faire là-dedans (Turing dit des choses de ce genre – relever où). 

Je vois bien qu’il y a une comparaison établie entre ce que la machine pourrait faire, qui serait très très long et très compliqué et qui dépasserait les limites de l’univers, et puis ce qu’un être humain peut faire lui, par une simple comparaison entre le résultat obtenu et celui visé, par une simple vérification. Donc, il y a cette idée, d’un côté, de calcul, et la machine, apparemment, à ce qu’on nous dit, ne peut faire que des calculs et puis il y a quelque chose qui est une vérification et dont on nous dit que c’est quelque chose qui est souvent très simple pour un être humain. [Exemple : trouver dans une liste de 1000 nombres, les seuls 17 dont le total fait 254. Il est très facile en effet d’examiner les 17 qu’on nous montre et de vérifier que leur total fait 254, mais vérifier qu’ils sont les seuls 17 sur les 1000 est aussi compliqué que de résoudre le problème initial].

Donc, je lis déjà là-dedans une représentation dualiste de type, je dirais, classique en Occident, c’est-à-dire que l’homme a une âme et n’est pas simplement matériel et que cette âme lui permet de faire des choses que la machine ne peut pas faire. Je vois souvent chez Penrose des choses de cet ordre-là, cette idée qu’il y a quelque chose de plus, qui est l’esprit. Et alors, chez lui, cette idée qu’il y a des effets quantiques dans des tubules qui constituent l’armature des neurones qui expliquent comment l’esprit peut en fait connecter avec la matière. 

Moi, je suis un matérialiste et donc, quand je vois les choses comme ça, tout de suite, je tique, je sursaute, je me dis : « Qu’est-ce que c’est que cette histoire, qu’est-ce qu’on essaye de nous dire ? ». Par ailleurs, je suis un informaticien, j’ai fait beaucoup de programmation et quand on me dit : « L’être humain peut faire un processus de vérification que la machine ne peut pas faire », là aussi, je réagis. Je me dis : « Non, moi je peux… ». Si le problème, c’est de comparer deux listes, je peux moi vous faire un logiciel qui compare deux listes, je peux le faire aussi. Cela implique peut-être qu’il y ait un système de capteurs qui fassent que la machine soit un robot d’une certaine manière, qu’elle lise un texte, qu’elle traduise ce texte sous une forme utilisable numérique, qu’on puisse réduire à une suite de 0 et de 1 et, par conséquent, je ne vois pas pourquoi on me dit que la machine ne peut apparemment faire que des calculs, extrêmement mécaniques et sans la moindre réflexion et qu’un être humain peut faire quelque chose de très différent. Moi, il me semble que je peux, si on me dit qu’il y a une procédure, un processus de vérification que les humains font et qui est beaucoup plus rapide que ce que fait la machine de son côté, je dis : « Je vais vous faire moi, un logiciel qui fait ce que fait l’être humain et qui ira beaucoup plus vite que ce que fait l’être humain puisqu’il ira à la vitesse de 200 000 km à la seconde » à l’intérieur d’un ordinateur puisque ça va un peu plus lentement que la vitesse de la lumière mais moi, je peux vous écrire un logiciel qui fera la même chose que l’être humain. 

Donc cette différence entre les deux, entre le processus de vérification et le processus de calcul, il me semble qu’on renvoie à ça comme étant, d’un côté, pour la machine, des machines de Turing déterministes et cette idée d’une procédure de type humain qui impliquerait éventuellement qu’on s’arrête, qu’on regarde quelque chose, qu’on reparte, etc., il me semble qu’on caractérise ça comme étant une machine de Turing non-déterministe, c’est-à-dire que cette intuition de l’humain… Il y a cette idée sous-jacente – et je crois que je vais m’arrêter là – il y a cette idée sous-jacente que je vois déjà qu’une machine est apparentée à une machine de Turing déterministe et que l’être humain, parce qu’il a un esprit, parce qu’il a une âme – ce n’est pas dit comme ça explicitement mais on le voit apparaître en arrière-plan – parce qu’il a une âme, parce qu’il a un esprit, ne pourrait être « émulé » comme on dit en informatique, il ne pourrait être émulé que par une machine de Turing non-déterministe.

Partager :

108 réflexions sur « Vidéo – P vs. NP – Premières réflexions, le 3 janvier 2021 – Retranscription partielle »

  1. Petites précisions sur la notion d’éther, qu’Einstein n’a pas « fait sauter », si je me fie à ce qu’il en a dit en 1920.

    Dans « L’éther et la théorie de la relativité », une conférence d’Albert Einstein de 1920 (Gauthier-Villars, 1964), Einstein termine par ce paragraphe qui m’a toujours intrigué :

    « En résumant, nous pouvons dire : D’après la théorie de la relativité générale, l’espace est doué de propriétés physiques ; dans ce sens par conséquent un éther existe. Selon la théorie de la relativité générale un espace sans éther est inconcevable, car non seulement la propagation de la lumière y serait impossible, mais il n’y aurait même aucune possibilité d’existence pour les règles et les horloges, et par conséquent aussi pour les distances spatio-temporelles dans le sens de la physique. Cet éther ne doit cependant pas être conçu comme étant doué de la propriété qui caractérise les milieux pondérables, c’est-à-dire comme constitué de parties pouvant être suivies dans le temps : la notion de mouvement ne doit pas lui être appliquée. »

    1. Très intéressant, merci !

      J’avais conservé de la lecture d’un certain article de Gerald Holton (« Einstein, Michelson, and the « crucial » experiment », Isis, Vol 60, 1969) que la notion d’éther avait été entièrement éliminée à la suite de l’expérience dite Michelson-Morley.

      L’explication réside peut-être dans le fait que la conférence d’Einstein est de 1920, alors que le résultat de l’expérience dite Michelson-Morley est publié en 1927. Il faudrait que je retourne voir.

        1. @timiota L’expérience de Michelson & Morley, montre qu’il n’y a pas de différence détectée de vitesse de la lumière.
          Après, tout est question d’interprétation.
          L’Ether (e-Terre) est peut être lié indissolublement à la Terre.
          La Terre est peut être fixe.
          Les résultats de cette expérience sont même compatibles avec la Terre plate.

  2. Intéressant ce problème. Je ne connaissais pas.
    Vu de ma fenêtre de vieil informaticien pragmatique, je vois ce genre de problème de la façon suivante:
    – soit on résout ce type de problème par la force brute et il y a explosion combinatoire, donc potentiellement une impossibilité à résoudre,
    – soit on résout ce problème avec une heuristique qui modélise une astuce qui réduit drastiquement la combinatoire.
    Dans le cas de la force brute, quand l’algorithme a fini de s’éxecuter, le problème est résolu avec certitude. Mais le temps ou les moyens le permettront-ils ?
    Dans le cas de l’heuristique, quand une solution est trouvée, on ne sait pas si elle est la meilleure ou si c’est vraiment la bonne. On peut toujours améliorer l’heuristique, mais on aura jamais la certitude de la résolution parfaite. Je pense que ceci est une sorte de « signature » de ce qui est l’intuition. Errare Humanum Est.
    L’exemple type est l’informatisation de jeux comme le Go ou les échecs. Si des ordinateurs gagnent aujourd’hui, c’est grace à un mix d’heuristique de plus en plus améliorées (qui réduisent la combinatoire) et de force brute (qui permettent d’augmenter le nombre de coups d’avance qui sont explorés).

    AInsi, je partage votre opinion, Paul. Il est possible d’automatiser ce que l’homme est capable de faire. Simplement il faut accepter les erreurs ou l’imperfection.

    2
    1. Comment s’y prend un bon pédago pour faire découvrir ( apprendre ?) à un élève  » l’objet  » d’enseignement ?

      Peut faire une analogie entre pédago qui enseigne par le jeu , le rire , l’empathie , avec « l’heuristique » ( qui est pour moi dans le  » hors temps et l’humour » ) , ainsi qu’entre le pédago professeur qui enseigne par la raison , la rigueur du langage ( qui est pour moi dans le présent et la logique ) , avec le  » forçage combinatoire » ?

      J’ai eu les deux types de pédagos et je me suis bien trouvé de l’un et de l’autre.

      Mais je suis sans doute hors sujet .

      1. C’est bien plus simple que ça , l’autre jour je donne un QCM de math à mon neveu , toutes les réponses étaient bonnes , il les avait trouvé sur internet , bientôt la boucle sera bouclée ce ne sera pas les ordinateurs qui fonctionneront comme des humains , mais les humains comme des ordinateurs et certains vous diront  » vous voyez le plan C est possible  » 🙂

        1. « les esprits faux ne sont jamais ni fins , ni géomètres…. »

          Mais parler d’esprit de finesse et d’esprit de géométrie n’est pas forcément dans l’énoncé du billet , même si Blaise Pascal était un esprit aussi puissant que celui de Stephen Wolfram .

          Dans le duo Paul&Stéphanie , est ce que Paul est dans le forçage combinatoire et Stéphanie dans l’heuristique ?

          J’avais encore Corneille et Racine à placer , mais ça devient plus bordélique , et je me gare au parking .

  3. Quand le matérialiste entend « L’être humain peut faire un processus de vérification que la machine ne peut pas faire »,
    Le spiritualiste comprend « l’être humain , par chance ou par intuition, peut trouver une solution que la machine ne pourra pas vérifier « 

  4. Hum. c’est se méprendre sur les capacités hautement plus importantes de l’IA . Est- ce que dans la chance ou l’intuition il n’y pas une part de croyance ? L’IA elle ne se trompe pas , elle vérifie, elle croise , s’il le faut elle apprend .
    Maintenant il se peut que je me trompe sur votre définition de machine ?

  5. Je crois comprendre que, soit la machine mettra trop de temps, soit son résultat sera aussi approximatif que celui de l’être humain….?

    1. je ne suis pas convaincu qu’une machine puisse mettre trop de temps . Prenez par exemple les diagnostics médicaux , en quelques secondes un ordinateur pourra en établir un avec une précision qu’un médecin ne pourra apporter .
      Cordialement

  6. ça risque de mouliner pendant des milliards d’années votre histoire , vu que pratiquement tous les problèmes rencontrés par les humains dans la vie courante sont de l’ordre de celui du voyageur de commerce , vous pouvez y greffer des cameras infrarouge et toute sorte de capteurs ça ne change pas le coeur du problème : au moindre imprevu votre ordi va se retrouver comme une poule devant un couteau

  7. Un petit aparté , vous prononcez plusieurs fois « tu » et on a le sentiment qu’il y a un interlocuteur derrière l’écran ..
    Pour ceux que ça intéresse je ne saurai vous conseiller cet ouvrage en français, ancien il est vrai :
    Histoire des Croyances religieuses et des opinions philosophiques en Chine . L. Wieger S.J. (1917).
    Passionnant .

    Sinon le sujet abordé est passionnant aussi mais dépasse mes compétences .

  8. Je donne ma langue au chat .

    Mais le rappel , via l’exemple des 400 étudiants , de la mise en compétition entre une machine qui calcule laborieusement , et d’un humain triomphant qui va au plus court en allant à la simple lecture comparative d’un résultat , m’a mis en tête un type de situation et de « travers mental » , potentiellement du même acabit , qui se manifeste pour de simples humains humains , lors de devinette logique .

    Exemple : un homme est tué chez lui ,dans un pavillon en banlieue parisienne un beau dimanche matin . Sa femme appelle rapido la police qui débarque tout aussi rapido , et commence à interroger toutes les personnes présentes .
    -le cuisinier affirme qu’il était en train de préparer le repas du déjeuner ,
    – le jardinier dit qu’il était en train de planter des fleurs ,
    – la gouvernante était allée chercher le courrier ,
    – le majordome prétend qu’il réparait un problème de plomberie .

    Qui a commis le meurtre ?

    ( j’ai plusieurs fois fait le test en famille , et ça n’est pas les plus « intelligents et forts en maths  » qui ont trouvé le plus rapidement , ça devrait plaire à Clo Clo ( certains cherchent encore !)

    Je n’ai encore pas essayé de poser le problème à une IA .

    1. La gouvernante aura du mal a justifier sa sortie mais j’ai du mal à croire qu’un propriétaire d’un pavillon de banlieue puisse avoir à sa disposition tout ce personnel.
      Non, c’est sa femme qui l’a tué.
      Le mariage est dangereux. On voit ça tous les jours à la télé.
      Une bonne mesure à prendre serait de l’interdire.

      1
    2. Ouais mais Juan, ça ne marche plus vraiment à l’heure du deliveroo, über et autres youpihesse ! 😉

      (Maigret a pris sa retraite… Si y’a pas expertise scientifique c’est dépassé :-/)

    3. N’importe quoi cette devinette, la femme du mec ment ! Ils mentent tous, ils ont tous tué le vieux !

      Car ils sont tous parents et voulaient en son pognon en héritage.

      La preuve, tu as précisé : UN PAVILLON de BANLIEUE !

      Or, en toute logique un pavillon est une petite demeure, propre certes, mais petite, généralement d’un fonctionnaire ou d’un petit commerçant. Et ce genre de personne n’a pas un cuisinier, un jardinier, un majordome et une gouvernante à son service ! Ca c’est dans les HOTELS PARTICULIERS du CENTRE (où je vis) !

      Voilà résolu par l’inspecteur la bavure bande d’enquêteurs à la noix !

      3
      1. @CloClo Il y a de très beaux hotels particuliers dans le centre, mais probablement assez peu privé et avec un jardin (plutôt ambassades, ministères ou préfecture).
        Il y en a sûrement à Versailles, ou dans ses environs et avec de très beaux pavillons à l’écart dans les jardins pour recevoir les amis, mais ce n’est déjà plus la banlieue.
        Saint-Cloud ou Neuilly paraisssent plus plausibles.
        Plus probablement Neuilly car la police est intervenue très vite, mais à Saint-Cloud certaines personnalités font peut être l’objet d’une protection particulière.

        A l’heure de la mondialisation un homme d’importance peut recevoir des plis Fedex ou DHL, mais ceux-ci ne livrant pas le dimanche il s’agit d’un pli Chronopost.

        La gouvernante d’éducation traditionelle désigne peut être par courrier l’homme qui apporte le courrier et se trouve obligée d’aller le chercher à la grille Sud du Parc pour remise en main propre.

        Le majordome (non syndiqué) a peut-être faute de pouvoir trouver un plombier disponible sur son appli, et sur la demande expresse de son employeur tenté de réparer la fuite (habilement créée la veille) et malencontrement laché la lourde clé anglaise depuis la Mezzanine qui surplombait le bureau mouillé de son patron où celui-ci venait de se rendre pour exploiter le pli annoncé …

        Omar Raddad n’a pas vue la gouvernante sortir car il était du côté Nord du parc à la demande de celle-ci et employé par une association d’insertion faisait exceptionellement des heures supplémentaires pour préparer la garden party de l’après-midi, les fleurs n’ayant été livrées que tard la veille.

        1. « Il y a de très beaux hotels particuliers dans le centre, mais probablement assez peu privé et avec un jardin (plutôt ambassades, ministères ou préfecture). »

          Assez peu privé ? A paris ? C’tte blague !

          Ils sont tous privés quasiment ! Et pas qu’un peu.

    1. C’est pas ça ( j’aurais du préciser que la tendre épouse était hors cause ) mais , dans le « raisonnement » , c’est dans  » l’esprit » .

      ( j’attends les suivants . On en est à 7 minutes ) .

      1. Un seul question ;
        Est-ce que dans cette région le facteur passe le dimanche,
        Bon je ne suis en rien logique et si je comprends les mots du post de Paul je n’y comprends as grand chose d’autres.
        Meilleurs vœux à tous et comme nous sommes mercredi après les mots du chef d’état j’espère que vous ne seraient pas « emmerdés »

      2. C’est un suicide, peut-être ?

        En tout cas, s’il y a un « travers mental », ça pourrait être le fait que la manière dont la question est posée pousse à supposer d’emblée, possiblement à tort, que le mort a été tué par une autre personne plutôt que par lui-même.

        1
    2. @ cher Khanard;
      Je vous soupçonne, sous votre plumage, de cacher le ramage d’un médecin.
      Corrigez moi si je me trompe !
      En imagerie médicale, même si les spécialistes s’aident des logiciels d’interprétation (notamment en sénologie), les logiciels d’interprétation sont recontrôlés par des spécialistes.
      Gain de temps. De plus ils ne sont pas à 100% fiables.
      Si ça vous gratouille: tapez 1,
      si ça vous chatouille, tapez 2 !
      Vous avez le ramage d’un médecin; réponse à notre hôte sur l’urgence des interventions chirurgicales.

      Très cordialement.

  9. @Juannesssy
    La gouvernante; il n’y a pas de distribution de courrier le dimanche !
    DONC ELLE MENT !!

    1
    1. Yes !

      Mais 48 minutes quand même , là où mon infirmière a fait tilt en moins d’une minute .

      Pour l’IA , j’imagine qu’elle m’aurait répondu : problème sans solution ou introduisez une donnée complémentaire .

      1
      1. En fait, ils sont tous coupables comme dans « le meurtre de l’O E ».
        Le type était un mec horrible et faisait c… tout le monde. Aussi ont-ils un beau jour décider de …
        Combien de coups de couteau ?
        Affaire classée. Chut.

        1
      2. C’est pas juste ! je l’avais trouvé avant mais mon message était en attente de modération et puis a disparu ! supprimé ! la censure est passée par là ? ouiiiinnnnn 🤣😂🤣😂🤣😂🤣😂

    2. Bah, la gouvernante a très bien pu être alitée la veille (même les gouvernantes peuvent tomber malades), et remettre la levée du courrier au Dimanche. Elle a donc un alibi à ce stade.
      Ne pas confondre devinette et véritable enquête !
      Une IA digne de ce nom devrait donc pouvoir poser des questions, et être en capacité de vérifier que les réponses sont correctes (correspondent à une réalité observable, et même palpable.)

      La gouvernante était-elle effectivement malade et alitée la veille ? Peut-elle le prouver ? Etc …

      Affaire à suivre 😉

      1
      1. Entièrement d’accord Pierre-Yves..il faut quelquefois aller chercher derrière les évidences.

        Je me souviens d’une histoire que j’avais tenté d’élucider en faisant mon Hercule Poirot, l’un des suspects (un parent qui lui offrait des sous-vêtements, si ma mémoire est bonne !) avait un alibi en béton, il s’était fait soigner une main dans un hôpital en Suisse précisément le même jour. Les flics n’avaient semble-t-il même pas vérifié si c’était vraiment lui !

        1
  10. @ cher Khanard;
    Je vous soupçonne, sous votre plumage, de cacher le ramage d’un médecin.
    Corrigez moi si je me trompe !
    En imagerie médicale, même si les spécialistes s’aident des logiciels d’interprétation (notamment en sénologie), les logiciels d’interprétation sont recontrôlés par des spécialistes.
    Gain de temps. De plus ils ne sont pas à 100% fiables.
    Si ça vous gratouille: tapez 1,
    si ça vous chatouille, tapez 2 !
    Vous avez le ramage d’un médecin; réponse à notre hôte sur l’urgence des interventions chirurgicales.

    Très cordialement.

    1. je vous corrige alors . ah c’est dur d’accepter qu’une machine puisse être plus fiable qu’un médecin ! et pourtant …

  11. La femme n’a pas d’alibi, à part supposer qu’elle soit susceptible d’aller à la messe le dimanche.
    .
    – le cuisinier affirme qu’il était en train de préparer le repas du déjeuner, c’est possible il était sur place et disposait d’armes blanches à sa disposition.
    – le jardinier dit qu’il était en train de planter des fleurs, il était dehors, mais il n’y a aucune raison de faire travailler un jardinier le dimanche matin.
    – la gouvernante était allée chercher le courrier, elle était dehors, mais il n’y a pas de courrier le dimanche
    – le majordome prétend qu’il réparait un problème de plomberie. Cette activité ne fait pas partie de sa fiche de poste

    L’IA qui dispose de grandes quantités de données statistiques sur les CSP+ résidant en banlieue parisienne avec un tel personnel de maison ne peut que supposer avoir affaire à une famille de privilégiés type Bouygues, Dassault.
    En général, à l’expérience la police a tendance à suspecter les familiers ou ceux qui peuvent avoir un mobile/intérêt donc l’épouse ou les enfants.

    C’est donc le plombier !

    1. Il n’ y a pas , non plus , de plombiers qui bossent le dimanche matin ( et c’est même difficile d’en avoir un en semaine ) .

      Donc , on en reste à Bruno Grall seul bon enquêteur .

      Paul Jorion est en train de se flinguer , lui qui n’a eu que deux échos ( mais très pertinents ) à la hauteur de son billet ( qui n’était pas un test projectif ) .

      1. Bon , il n’y avait pas que Bruno Grall comme enquêteur futé , finalement . Mais c’est que le taulier a du laisser quelques réponses en perdition dans les tuyaux , pendant qu’il bossait sur l’IA à intelligence globale . Si c’est ça , j’ai moins de remords d’avoir pourri le flot des vraies réponses à son billet , avec mon assassinat de banlieue .
        Félicitations et merci à tous !
        Les matheux philosophes peuvent revenir .

        2
  12. Si un ange n’a pas de substance vous ne pouvez mettre aucun ange sur la pointe d’une aiguille.

    Meilleurs voeux

      1. peuvent pas s’y poser non plus 🙂 sans substance pas d’accès à l’espace temps possible mais vous pouvez les invoquer en en ayant l’idée. La machine de turing peut elle en « faire » autant ?

        1. Ah la la ! Encore un qui ignore les travaux de Marin Cureau de la Chambre ! Ne me dites pas que vous n’avez jamais entendu parler des « substances éthérées » ! (Mais à quoi vous occupiez-vous en 1640 ?)

          Enfin, rattrapez-vous : « Les corps immatériels. Esprits et images dans l’œuvre de Marin Cureau de la Chambre (1594-1669) » (Paris : Vrin 1985).

    1. Rebonjour, et bonne année aussi .

      On vous avait perdu en Espagne . Est ce qu’on peut espérer un vaccin par ampoule du vin de DUP cette année ?

      1
  13. Un cheval de couleur blanche ça n’existe pas
    Donc un cheval blanc n’est pas un cheval
    Un cheval de coloris blanche ça existe
    Donc un cheval blanc n’est pas qu’un cheval
    Bonne nuit!

  14. Entièrement d’accord Pierre-Yves..il faut quelquefois aller chercher derrière les évidences.

    Je me souviens d’une histoire que j’avais tenté d’élucider en faisant mon Hercule Poirot, l’un des suspects (un parent qui lui offrait des sous-vêtements, si ma mémoire est bonne !) avait un alibi en béton, il s’était fait soigner une main dans un hôpital en Suisse précisément le même jour. Les flics n’avaient semble-t-il même pas vérifié si c’était vraiment lui !

  15. @Pierre Yves,
    J’ai dit seulement hier à 18h30 qu’elle mentait.
    A vous de juger de sa culpabilité.

  16. Question aux informaticiens.
    J’aimerai savoir si une IA, en même temps qu’elle fait son ou ses calculs, c’est-à-dire parallèlement, en superposition à son activité de calcul, produit du bruit ou quelque chose de l’ordre du signal non pertinent que les codeurs, considérant cela comme du parasitage, seraient obligés de supprimer ou si c’est impossible, de réduire au maximum.
    Dit autrement : si on arrête la machine en cours de processus, de façon aléatoire, à un instant t, le résultat obtenu apparait-il toujours en pure clarté ou bien y-a-t-il parfois un voile qui empêcherait l’observateur de pouvoir s’exprimer avec certitude à son propos (par exemple : ce qui a été fait/ce qui reste à faire) ?

  17. Pour alimenter (dynamiser) votre réflexion à propos des anges, on peut inverser la perceptive et se demander : par combien de têtes d’épingle un ange peut-il être piqué, une, deux, trois, une infinité, en même temps, les unes après les autres ?

  18. !!! LOL !!! WAOUH !!!

    !!! Ça phosphore grave sur le Blog de Paul Jorion !!! 😉

    Mais entre ceux qui font des amalgames pire que maladroits entre complexe et compliqué, ceux qui confondent combinaison et catégorisation, ou encore ceux qui n’accordent même pas une once de Minority Report à une « simple » gouvernante, on s’y perd !!!

    Rq. Moi je laisse mon courrier s’empiler dans ma boîte avant de le relever…

    Non mais quel bordel !!! Le hasard et le chaos en prennent tous les deux un sacré coup dans la gueule là !!!

    D’ailleurs, je plussois debout au commentaire(s) de Juannessy que je remercie aussi au passage : éducation côté humain, et donc apprentissage côté IA ; voir ce qui se passe du côté du q-Learning depuis je dirais, 15 ans, voire plus…

    Exemple, mon :
    « Rendre la chose vaccinale obligatoire par l’éducation ! »

    Côté Paul, cela renvoie bien évidemment aux Principes des systèmes intelligents ; j’en ai d’ailleurs vivement parlé lors de mes commentaires en forme de « Tilt » sous Paul & Stéphanie, Qu’est-ce qui nous guérit ? C’est ici :
    https://www.pauljorion.com/blog/2021/12/03/video-paul-stephanie-quest-ce-qui-nous-guerit/#comment-875787
    … et ici :
    https://www.pauljorion.com/blog/2021/12/03/video-paul-stephanie-quest-ce-qui-nous-guerit/#comment-876047

    Au passage, un pin’s LOOK UP à celui qui trouve la bonne réponse à cette petite question :

    Qui a écrit assez récemment ? Je cite ici le passage de cet auteur qu’il vous faut donc impérativement retrouver pour pouvoir gagner the virtual pin’s 2022 :

    « By the way, there’ll be an analog of curvature and Einstein’s equations in rulial space too-and it probably corresponds to a geometrization of computationnal complexity theory and questions like P?=NP. »

    Allez !!! Zoo !!! Piqûre de rappel OBLIGATOIRE pour tout le monde, sans exception :
    https://www.pauljorion.com/blog/2015/11/04/etat-durgence-crise-systemique-globale-emballement-climatique-atlantique-nord-vs-el-nino-cop21-etou-loi-de-puisseguin-regardons-ce-soliton-en-face-par-philippe-soubeyrand/

    Ah !!! J’entends d’ici ceux qui se disent, et ils ont forcément de bonnes raisons de se le dire :

    « Ah !!! La vache !!! Vivement son LIVRE III à celui-ci !!! »

    Oui, je sais !!! Sauf qu’on l’a pas encore vraiment compris a priori !!! Ça viendra !!! Peu m’importe le quand, ni le comment !!! Je ne suis plus à 12 ans près maintenant, de placardisation crasse !!! Là, mon attention est carrément ailleurs… L’Humanité est littéralement en train de crever !!! Oui !!! Littéralement !!!

    J’ai revu hier soir le film de George Clooney, ce chef-d’oeuvre intitulé, Minuit dans l’univers, publié depuis décembre 2020 sur NetFlix, dans lequel il interprète le personnage d’un astronome à la fois seul et mourant…
    https://www.youtube.com/watch?v=_VHaGm09tZI

    Et là encore, ce qui me vient à l’esprit après avoir revu ce film bouleversant, c’est encore et toujours ceci ; ce film est vraiment magnifique pour cela :

    « Only love remains », Paul McCartney…

    Allez !!! Bonne méditation à tous chers Amis du Blog le plus phosphorescent de tout l’Internet francophone, voire plus !!!

    Amitiés,

    Philippe

    ps : pardon timiota (!!!)… moi ça me soulage… faut que ça sorte…

    1. « By the way, there’ll be an analog of curvature and Einstein’s equations in rulial space too-and it probably corresponds to a geometrization of computationnal complexity theory and questions like P?=NP. »

      Leslie Nielsen ?

      1
    2. « By the way, there’ll be an analog of curvature and Einstein’s equations in rulial space too-and it probably corresponds to a geometrization of computationnal complexity theory and questions like P?=NP. »

      Il est démasqué par son « RULIAL » 🙂
      Stephen Wolfram?

      1. Ah ! Désolé Luc, votre réponse, bien que plus récente, est apparue bien après celle de Ruiz !

        Un pin’s LOOK UP pour vous aussi donc ! 😉

    3. « Mais entre ceux qui font des amalgames pire que maladroits entre complexe et compliqué, ceux qui confondent combinaison et catégorisation, ou encore ceux qui n’accordent même pas une once de Minority Report à une « simple » gouvernante, on s’y perd !!! »

      Il faudrait être admis ,après avoir subi un examen , à s’inscrire pour participer au blog de M.Jorion ! Pluridisciplinarité oblige .
      Ce n’est pas à la portée de tous d’entretenir une conversation à la hauteur de M. Jorion!

      Il nous reste la curiosité .

    4. Allons ne montez pas sur vos grands chevaux blancs, on s’y perd 😅.
      Au hasard je dirai que vous êtes gagné par le chaos.
      Cheval Blanc n’est pas un cheval, la preuve: https://www.ville-chevalblanc.fr/
      Et pour conclure avec Montesquieu: « La gravité est le bonheur des imbéciles »

    1. Bonsoir à tous,

      @Juannessy

      On réduit trop souvent selon moi, l’émulation de l’humain à l’intelligence elle-même ; l’intelligence artificielle donc… Or, si nous voulons vraiment émuler l’être humain proprement dit, il nous faut forcément avancer sur plusieurs axes de recherche distincts, et pas uniquement celui de l’IA qui seule, c’est à dire sans un vrai corps articiel façon her (Samantha : https://www.youtube.com/watch?v=Ch7jLO7KILE) ne peut pas être une émulation aboutie de l’humain… Le chemin s’annonce donc forcément très long avant d’y arriver et tendre vers l’humain articiel parfait, plus parfait même que celui d’EX_MACHINA devant passer son test de Turing (AVA : https://www.youtube.com/watch?v=2DIThuuxS9U)…

      Cette question d’une IA dépourvue de corps est également abordée dans Blade Runner 2049 (Joi : https://www.youtube.com/watch?v=nL3o4MGY9NQ)…

      Un exemple d’axe de recherche important autre que celui de l’IA ; the body on chip :

      Puisque nous sommes toujours sous tension pandémique nécessitant des traitements adaptés contre le Covid-19, je vous conseille de visionner ceci ; ça date 2013 :
      https://www.youtube.com/watch?v=CpkXmtJOH84

      Leurs travaux avancent ; comme ici en 2017 :
      https://www.youtube.com/watch?v=XKj4uNvJfe4

      Et ils avancent même plutôt bien ; lire ici en 2020, juste avant la pandémie :
      https://spectrum.ieee.org/bodyonchip-darpa-challenge

      D’autres exemples d’axes de recherche existent bien évidemment, notamment celui propre aux comportements et aux mouvements du corps humain ; Paul en parle assez régulièrement sur son Blog :
      https://www.youtube.com/watch?v=LikxFZZO2sk

      Mais bon, on a encore pas mal de chemin à parcourir avant d’y arriver et ce ne sont pas les axes de recherche qui manquent :
      https://www.youtube.com/watch?v=bAdqazixuRY

      Alors en attendant son avènement, c’est plutôt nous à ce stade qui émulons l’humain artificiel (ça c’est facile : Samantha, AVA, Joi, etc.), voire aussi le robot (ça par contre c’est plus difficile) comme ici pour I AM MOTHER :
      https://www.youtube.com/watch?v=PBpBXf8GIp8

      Bonne lecture,

      Philippe

      ps : pour info, le texte de loi soumis au Sénat est ici : https://www.senat.fr/leg/pjl21-327.html

      1. J’avais cru comprendre , à la seule lecture du billet en cours , que Paul Jorion avançait que l’homme était déjà émulé , mais qu’il pensait que ce dernier n’était émulé ni par une machine de Turing non déterministe , ni par une âme .

        J’en ai inféré , peut être hâtivement , qu’il pensait que l’homme était émulé par autre chose qui pourrait ressemblé à une machine de Turing déterministe .

        Dont j’essayais d’avoir le portrait .

        1. @Philippe Soubeyrand :

          Mais merci pour le lien vers le texte de loi transmis au sénat . Je plains les journalistes et les fonctionnaires qui auront à le rendre « transmissible » une fois adopté définitivement .

          Je vais essayer d’en suivre ce qui est traduit sur les ondes et les papiers , mais il y a un truc qui me chatouille , à l’écoute de ce que j’ai déjà entendu , c’est l’élargissement ( bien que ça existe déjà en d’autres circonstances ) de la faculté de demander une pièce d’identité pour s’en assurer, par de simples pékins non assermentés . Je ne suis d’ailleurs pas sur qu’en cas de refus de le faire , le conseil constitutionnel donnerait tort aux récalcitrants .

          1
          1. @Juannessy Il fut un temps où les commerçants étaient bien contents de réclamer une ou 2 pièces d’identité pour en relever le numéro et le mentionner au dos du chèque.
            il existe plein d’endroit où l’on présente une carte de membre avec photo.
            Le pass sanitaire ne comporte pas de photo permettant de s’assurer qu’il corresponds bien à la personne qui le présente.
            La présentation d’une pièce avec photo comportant le nom qui figure sur le passe (papier) permets de s’en assurer.
            Un tel mécanisme est le seul qui permet un traitement local sans habituer la population à un flicage généralisé des allées et venues par QR code scanné sur Internet et base de données centralisée.

            1. J’avais bien compris comment ça fonctionne et comment ça fonctionnait , mais je ne vais qu’à reculons vers des solutions qui élargissent le champs et le nombre d’acteurs de ce type de pratique pour des situations qui se veulent provisoires .

              Même s’il y a une nuance entre vérification et contrôle d’identité , c’est un acte que je ne confie sans trop de réticence qu’à des personnes assermentées par la justice ( même si je suis bien conscient que la protection de la vie privée , y compris sur les détails de notre identité , sont de plus en plus sur la place publique numérique ) .

              1. …  » je ne vais qu’à reculons vers des solutions qui élargissent le champs et le nombre d’acteurs de ce type de pratique pour des situations qui se veulent provisoires  » …

                ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

        2. Qu’est-ce qui émule un humains ?
          Par quoi l’humain est-il déjà émulé ?
          La réponse à ces deux questions est le langage naturel.
          Maintenant la question est de savoir sur quelle couche de l’humain (parce qu’il y en a forcement une) opère cette émulation.
          Ensuite, cette couche est-elle, à proprement parler, déjà humaine ou bien encore animale ? Ma réponse est qu’elle est déjà humaine. Donc le langage naturel n’humanise pas un animal, il émule un humain.
          Pour rester dans l’esprit de la façon que vous avez d’aborder la machine de Turing, on peut alors se demander si la machine de Turing est l’abstraction géniale du langage naturel, ou dit autrement : le langage naturel fonctionne-il comme une machine de Turing ? Si tel était le cas, il (le langage naturel) a déjà passé le test avec succès.
          Enfin, si l’hypothèse, qui consiste a envisager la machine de Turing comme l’expression géniale et conceptualisée du langage naturelle, était vérifiée (langage naturel assimilable à une machine de Turing), vous auriez raison sur la nature déterministe de la machine de Turing, car le langage naturel (dans ce cas assimilé à une machine de Turing) est (comme je l’ai déjà dit) déterminée par une pulsion, ce qui renvoie immédiatement à la question de l’intelligence qui consiste dans ce cas, en premier lieu, à discerner cette pulsion parmi les autre, ensuite d’en mesurer la pertinence et, cela fait, de la maitriser au mieux.

          1. en réponse à :
            Juannessy
            6 janvier 2022 à 15 h 41 min

            « Qu’est-ce » qui émule un humain finalement ?

            Juannessy
            6 janvier 2022 à 19 h 46 min

            J’avais cru comprendre , à la seule lecture du billet en cours , que Paul Jorion avançait que l’homme était déjà émulé , mais qu’il pensait que ce dernier n’était émulé ni par une machine de Turing non déterministe , ni par une âme .

            J’en ai inféré , peut être hâtivement , qu’il pensait que l’homme était émulé par autre chose qui pourrait ressemblé à une machine de Turing déterministe .

            Dont j’essayais d’avoir le portrait .

            1. Appogiature, embellissent (un peu rococo, je l’avoue) sensé servir de mise en bouche, à anticiper ce qui suivra à propos de l’intelligence (la maitrise). Ça s’est réellement passé ainsi dans ma tête au moment où je l’ai écrit.

              1. Heureusement qu’un anthropologue est transversal par hypothèse , car voilà qu’il faut maintenant unifier musique , physique , biologie , psychisme , mathématique …

                Chantal va mourir sur sa tentative de dessiner la synthèse .

            2. Vous avez des atomes qui ont appartenu à Cléopatre qui les tenait d’un tricératops , comme si vous y pouviez quelque chose

      1. A ma question simple, Paul vous me posez une question simple dans un format bizarre. Mes lectures wiki m’apprennent que le grand Ghengis Khan avait à ses côtés « les quatre chiens féroces », des guerriers et stratèges hors pair qui lui ont permis de bâtir son empire. Des toutous bien costauds et poilus d’origine mongole faisaient aussi partie de la troupe en campagne.
        Je donne ma langue aux chiens.
        La question P vs. NP est posé dans le cadre de l’informatique théorique. La programmation d’un ordinateur ou d’une machine de Turing se fait en langage machine ou dans un langage évolué interprété ou compilé.
        Tout programmeur sait qu’il peut ajuster l’optimisateur de son compilateur pour privilégier la vitesse au détriment de la longueur du code assembleur. Mais aussi qu’il y une infinité de manière de coder un algorithme pour par exemple trier une liste. On peut aussi scinder le problème en « façonnant » les données entrantes avec des filtres au profit d’un algorithme plus simple et rapide pour ensuite rechercher des signatures. On peut très facilement coder un générateur pseudo-aléatoire, mais aussi se contenter d’une liste finie. Algorithme (code) et donnée (mémoire) se partage l’émulation du problème à résoudre. La rapidité de résolution du problème dépend dès lors d’une implémentation judicieuse du problème à résoudre qui profite de la structure de l’ordinateur et de sa mémoire.
        Les lettres de l’alphabet françaises sont expurgées de toute signification alors que les idéogrammes chinois en portent plusieurs. Pourtant nous avons le même « ordinateur » pour les traiter. Lequel des systèmes de codage du langage est le plus « performant » pour résoudre des problèmes, that is the question..
        En informatique l’optimum global ne correspond, sauf à de très rare exception, pas à aux optimums locaux.
        L’intérêt pour ce problème P vs. NP réside essentiellement à garantir la confidentialité du transport de données. Le bon fonctionnement du secteur financier et militaire dépend directement du nombre d’opérations pour craquer le cryptage actuel basé sur la conjecture P != NP. Les hackers ne cherchent plus depuis longtemps à décrypter les données qui transitent entre ordinateurs, mais à crypter les disques durs qui les stockent.
        Et si derrière l’asymétrie de temps nécessaire entre la vérification et la résolution du problème se cache tout simplement notre définition occidentale de la vérité, scientifique mais tristement locale.

        1. Quel est le nom du chien préféré de Ghengis Khan.

          Le nom du chien préféré de Ghengis Khan est « Quel ». 😉

          Dans P vs. NP il y a cette illusion (candide) qu’il serait possible de décréter (au premier coup d’œil) : « Ce problème est soluble » (avant même d’avoir essayé de le résoudre).

          1. Bien joué .

            Moi j’avais cru que c’était un raté d’écriture de votre part , avec une redite par distraction , et la flemme de corriger. En fait , c’était ma flemme de me poser plus de question , et hop! à la trappe .

            (Dans ma petite énigme en plaisanterie digressive , c’était un peu le contraire : on pense qu’il y a un problème à résoudre et on se concentre pour se faire , alors que la seule lecture montre qu’il n’y a pas de vrai problème ) .

          2. Rogntudju, pris qui croyait prendre. Mais bon, je suis sûr qu’en chinois ça marche pas votre devinette 😉 😕 .

    1. Salut Khanard,

      Je viens de lire ce que cela voulait dire. Mmmh. D’une certaine manière ici, sur le blog, en général, pourquoi pas ? Mais il me semble que tout blog tenu par une personnalité un peu connue, draine son lot d’afficionados, de sectateurs (et de tordus) cf Lordon, Attali, Jancovici, etc. On retrouve un peu la relation de maître à disciple et la « gloire » du maître rejaillit peu ou prou sur l’ensemble de l’École et le cercle des proches. D’autant plus vrai que tout le monde sait maintenant que le blog est archivé…

      Ensuite, d’une manière ou d’une autre on a à faire à des gens qui « subliment » et cherchent dans les nourritures spirituelles des reconnaissances qu’ils ne trouvent pas (ou plus) nécessairement ailleurs. Le « like » ici repose en bonne part sur d’autres critères que ceux évoqués pour le « complexe d’Erostrate » mais la mécanique est la même. Reconnaissance. L’arbre à palabre évoqué ici ou là sur le blog.

      Mais en l’occurrence, dans le cadre du billet, il me semble que c’est simplement la difficulté du sujet qui laisse une bonne part du cerveau collectif sur la touche – ce qui est somme toute assez rare, vu le niveau de compétence général et sa distribution.

      Alors la classe s’occupe comme elle peut !

      (Et le p’tits malins font les marioles 😉 )

      3
      1. Entièrement d’accord avec vous . il y a des sujets qui sont complexes et pour lesquels je n’ai pas suffisamment de connaissances auquel cas je m’abstiens .
        Il y a , mais je peux me tromper, une sorte de séduction qui s’opère envers le maître (M.Jorion) . Vous voyez ! Je suis capable de répondre moi aussi. tout est dans le moi aussi .
        Descartes a écrit dans son discours de la méthode quelque chose dans ce genre : il n’ y a que de rares vrais penseurs par contre il y a beaucoup de plagiaires (désolé pour l’approximation)

        1. Salut mon Poulet,

          Le risque n’est-il pas le silence du désert des Tartares pour le coup ?! Au final, j’aime bien les digressions et les ramifications des discussions et ce que cela nous révèle des commentateurs… C’est pour ça qu’on est là, non ?

          Sinon, sur le sujet, je veux bien faire le candide si quelqu’un fait Socrate :-/ !

          Alors P vs NP, je comprends même pas le problème. C’est un problème d’heuristique de programmation ? Comment résoudre de manière économique un problème d’élaboration de liste ? C’est ça ? (je l’ai dit, j’y comprends rien).

          Après, je vois bien l’intérêt d’un changement de référentiel ontologique – de substance / accident à principes – mais en quoi peut-il aider à la résolution du problème précédent, mystère.

          Deux questions :

          Je vois bien que le changement vers « principes » n’est pas à comprendre comme nouvelles « substances » – vu l’existence de pénétrables et impénétrables – même s’il est difficile pour notre représentation de mettre sur le même plan « l’équinité » et la « blanchitude ». D’où l’apparent paradoxe, qui n’en est un que dans notre cadre mental aristotélicien (l’eau de notre bocal).

          Comment discrimine-t-on alors dans l’ontologie chinoise ce qui est pertinent de ce qui ne l’est pas ? À savoir que notre principe est classificatoire et économique, contrairement au chinois qui me semble devoir « foisonner » à chaque intersection et multiplier… ben euh… les intersectés (sic). (Un peu le même sentiment que pour symétrique et anti-symétrique si cela a un sens ici). Si cela rend bien compte du foisonnement du réel, est-ce qu’on ne risque pas la multiplication infinie des entités (un peu comme leurs caractères) et, partant une impossibilité à connaître ? Problème assez classique.

          Bon, je crois que j’ai même oublié ma deuxième question…………….

          (Et désolé si je raconte n’importe quoi, c’est la faute à Erostrate !)

          (Socrate, c’est à toi)

  19. « Au final, j’aime bien les digressions et les ramifications des discussions et ce que cela nous révèle des commentateurs… C’est pour ça qu’on est là, non »

    J’appelle ça des discutions de comptoir : le meilleur exemple est dans les commentaires de ce billet . on part d’une question d’éther pour en arriver à une question ô combien pertinente : « quelle est la différence entre un pigeon » . Ramifications ?

    Désolé mais je ne peux pas faire Socrate .
    « Alors P vs NP, je comprends même pas le problème. C’est un problème d’heuristique de programmation ? Comment résoudre de manière économique un problème d’élaboration de liste ? C’est ça ? (je l’ai dit, j’y comprends rien). »

    C’est à M. Jorion qu’il faut le demander ! 😉😉

    1. Ouais bon d’accord… mais fallait prouver qu’on était malin quand même… hé hé hé !

      (Et qu’est-ce qui vole le plus vite, une hirondelle d’Asie ou d’Afrique ?! 😉 )

      https://youtu.be/_7iXw9zZrLo

      L’éther, c’est un problème annexe non ? Une entité postulée pour expliquer un phénomène insuffisamment connu dont on a pu se dispenser par la suite. Vague réminiscence de mon histoire des sciences. Un des truc mis en évidence par Koyré.

      La question en lien avec la deuxième partie de la vidéo me semble rejoindre d’autres interrogations plus vastes de monsieur Jorion, à savoir la fausse idée que l’on se fait des processus mentaux à l’oeuvre chez l’homme dans le cadre de résolution de problèmes (comme P vs NP). Processus que l’on postule comme impossibles à transcrire en algorithmes « simples » ce que réfute monsieur Jorion (émulation possible, « faire pareil que »).

      Nouvelle claque pour la représentation de la place de l’homme et de sa « supériorité » supposée…

      (Socrate a dû rester au Banquet… Finir les bons de rationnement du Prytanée !)

      1
    2. Bémol :

      Annexe, annexe… c’est le parallèle qui est fait entre « éther » et « esprit » ou « âme » qui est important. Économie d’hypothèses dans un modèle théorique – même temporaire – qui rend mieux compte ou de manière plus exhaustive d’un phénomène sans avoir à postuler des entités plus ou moins métaphysiques (comme l’âme ou l’éther donc…).

      1. Socrate est mort , il a déjà bu la cigüe . Ou il vous attend en Argentine .

        Pour la notion d’éther , au delà des odeurs des CHU dans l’actualité , ma meilleure prise de tête était une tentative de comprendre une conférence dans laquelle , pour traiter de l’ordinateur quantique , on potassait Einstein et la relativité générale et la mécanique quantique ( dont la superposition et l’intrication du même qualificatif ) . Je ne sais plus retrouver la conférence zoom donnée par l’Université du temps Libre d’Annecy qui m’avait passionné ( il y a à Annecy le Vieux un laboratoire de physique des particules où il y a quelques têtes socratiennes dévouées pour faire un peu de vulgarisation ).

        Bref , il faut parfois « débrancher » sinon on se bousille l’automate cellulaire .

      2. Je vous prends aux mots, allez-y, lâchez-vous, exposez ce qui sort, en ce qui vous concerne, d’une « économie d’hypothèses dans un modèle théorique – même temporaire – qui rend mieux compte ou de manière plus exhaustive d’un phénomène sans avoir à postuler des entités plus ou moins métaphysiques ».
        Maintenant – vous avez l’air d’être une personne pleine de ressources – et c’est juste une question de méthode dans votre façon de communiquer, ça serait quand même mieux si vous aviez un rapport autre qu’agoniste/antagoniste (versus gladiateur) avec PJ ou ses commentateurs. Voyez plutôt la chose comme une danse. Soyez cigale. Sur le blog à PJ c’est l’été toute l’année (je sais, on peut avoir l’impression que je lèche des bites, des vulves aussi par la même occasion). PJ est demandeur (pour la danse); c’est un gars plutôt sympathique et pas difficile. La seule chose qu’il nous demande, c’est qu’on évite, autant que faire se peut, de se marcher sur les pieds – on n’est pas là pour se faire du mal.

        1. Salut Stéphane,

          C’est à qui que tu causes ? 😉

          Si c’est à moi, cette longue phrase évoque juste la possibilité soulevée par monsieur Jorion de transcrire en algorithmes actuels, standards, simples, etc, des procédures jugées ailleurs « métaphysiques » – i.e. liés à une nature de l’homme, des capacités ou attributs que lui seul possède.

          Si c’est à Juan, ne vous en faîtes pas, je le soupçonne juste de vouloir m’éviter le ridicule…

          Sur ce, bonne soirée !

          (Remarquez, ça se bouscule encore moins ici qu’au recrutement dans la restauration !)

        2. « (je sais, on peut avoir l’impression que je lèche des bites, des vulves aussi par la même occasion). »

          Décidément une attitude répandu … 😀

          Mais oh combien naturelle.

  20. La rédaction rappelle que les commentaires expriment les points de vue de leurs auteurs et n’engage en aucune manière le tenancier, quand bien même ceux-ci entameraient sa notoriété au niveau international dans le domaine de la recherche fondamentale ils ne sauraient pourtant lui être directement attribués ou reprochés ou cités comme résultats de recherche ni même comme méthode révolutionnaire de maïeutique…

    (C’est quel type de réunion ça, Juan, à ton avis ?)

    (J’ai fait ce que j’ai pu…)

    1. Non seulement les commentaires n’engagent que ceux des commentateurs et pas celui du taulier , mais les avis et prises de positions du taulier n’engagent que lui et pas le blog !

      Bref , ça n’est déjà pas une réunion de participation .

      Il n’y a priori pas de décision à prendre .

      Ni de concertation puisque le taulier n’attend rien de ce qui se raconte pour donner une suite ( en tous cas , il ne l’a pas énoncé , et d’ailleurs on ne sait pas trop ce qu’il attendait en jetant cet os en pâture )

      Ça aurait pu être une réunion de créativité , si le taulier l’avait avancée comme telle . Si c’était bien l’attente subliminale , c’était alors une réunion utile à 3 ( avec Jean Luc Mercier et Yannick )

      Ça n’est pas une réunion d’information puisqu’elle avait déjà été donnée .

      Bref , je ne sais pas ce que c’était , mais c’est bien la gouvernante qui est la coupable .

      2
  21. Bonjour,

    «Je vois bien qu’il y a une comparaison établie entre ce que la machine pourrait faire, qui serait très très long et très compliqué et qui dépasserait les limites de l’univers, et puis ce qu’un être humain peut faire lui, par une simple comparaison entre le résultat obtenu et celui visé, par une simple vérification. Donc, il y a cette idée, d’un côté, de calcul, et la machine, apparemment, à ce qu’on nous dit, ne peut faire que des calculs et puis il y a quelque chose qui est une vérification et dont on nous dit que c’est quelque chose qui est souvent très simple pour un être humain.»

    Quelle interprétation étrange. La définition de NP n’implique nulle part l’humain. La définition de NP, c’est que la vérification est simple pour la machine ! (Et donc pour l’humain, même s’il sera probablement beaucoup plus lent pour le faire). Si on lui donne la solution du problème, l’ordinateur (ou l’humain) pourra vérifier en un temps « raisonnable » que cette solution est correcte. Par contre, ce qui est difficile, c’est de trouver cette solution. Quand à la notion de difficulté, la comparaison avec le nombre d’atomes dans l’univers est très galvaudée en effet. Ce que la théorie dit, c’est qu’avec l’hypothèse P n’est pas égal à NP, en reprenant l’exemple des étudiants – les nombres sont juste là pour illustrer le concept, ils n’ont rien de réaliste -, pour 400 étudiants votre ordinateur pourra vérifier la solution en, disons, 400 milli-secondes tandis qu’il mettra 400 secondes pour trouver la solution si on ne lui donne pas. Si on passe à 401 étudiants, il mettra 401 milli-secondes pour la vérifications et 800 secondes pour trouver la solution. Si on passe à 410 étudiants, vérification : 410 milli-secondes, recherche de la solution : 227 heures… Maintenant, on peut se contenter d’une « bonne » solution, les méthodes heuristiques et l’IA (basée sur de nombreuses heuristiques) ne font rien de plus… probablement comme l’humain qui est loin de prendre des décisions optimales, même si c’est l’hypothèse faite par de nombreux économistes, mais là on s’embarque sur une autre question !

Les commentaires sont fermés.