Ukraine : « Cette guerre a débuté en 2015 et non il y a deux mois », par Alexis Toulet

« Cette guerre a débuté en 2015 et non il y a deux mois »

Ce n’est pas faux, il y a des racines à tout cela, mais je me méfie du risque de négliger les ruptures.

Les Etats-Unis ont bien cherché de longue date à agrandir le cercle de leurs obligés en Europe, jusqu’à et y compris Ukraine et Géorgie, et ils étaient prêts à un certain nombre de « sales coups » pour cela. De même que la Russie a bien considéré de longue date les autres pays issus de l’ancienne Union soviétique comme « étranger proche » où la prééminence de son influence devrait aller de soi, et était prêt à un certain nombre de « sales coups » pour cela. Les Africains disent parait-il que « lorsque deux éléphants se battent, c’est l’herbe qui souffre », de ce point de vue les Ukrainiens à partir de 2014 avaient le rôle de l’herbe…

Oui, mais l’invasion de l’Ukraine à partir du 24 février 2022 est une rupture, découlant d’une « radicalisation » du président russe survenue probablement dans le cours de l’année 2021. Radicalité des objectifs, radicalité des moyens utilisés, radicalité de la guerre économique décidée par Américano-Européens en représailles, radicalité potentielle des conséquences pour le monde entier, économiques, voire au pire guerrières.

Sinon, il est certainement intéressant de découvrir ce que pense telle personne ou telle force politique de cette guerre, mais il n’est pas certain que ce soit très important. Parce que « notre » influence, du moins à ce stade, est fort limitée. C’est ce que disait Macron il y a deux semaines, « notre » désignant non seulement la France, mais les Européens voire les Occidentaux. Je ne vois personnellement pas trop comment lui donner tort sur ce point : « je crois assez peu à notre capacité collective à le [Vladimir Poutine] mettre autour d’une table de négociation à court terme »

Partager :

61 réflexions sur « Ukraine : « Cette guerre a débuté en 2015 et non il y a deux mois », par Alexis Toulet »

  1. Sur les moyens employés et dans un certaine mesure les objectifs la radicalité n’est pas nouvelle : en 1999 c’est la seconde guerre de Tchétchénie, Poutine est premier ministre en campagne électorale pour la présidence, c’est déjà l’armée russe féroce que l’on connaît aujourd’hui en Ukraine : bombardements massifs, exactions, discours et pratiques génocidaires :

    « … La majorité absolue de la population russe, journalistes58 et intellectuels59 compris, soutint la décision du Premier ministre, Vladimir Poutine, d’envahir la Tchétchénie60,61. « Nous ne nous emparons pas de nos villes, nous les libérons », déclara le ministre de la Défense, Igor Sergueïev62. Après la chute de Grozny en février 2000, ses troupes hissèrent sur la ville le même exemplaire du drapeau russe qu’ils avaient dû emporter avec eux au terme de leur campagne infructueuse de 1994-199663. Intransigeants64, ils disaient aux Tchétchènes : « On va vous éradiquer en tant que nation … »

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Seconde_guerre_de_Tch%C3%A9tch%C3%A9nie

    2
  2. Je suis bien d’accord avec cet article. Notre influence est très limitée, ce que nous pouvons penser, écrire et dire ici n’a aucune incidence sur ce qui se passe la-bas. La réalité est parfois difficile à admettre mais nos beaux discours ne sont que du vent.
    Quant aux négociations visant à mettre Poutine autour de la table, avez-vous vu ses dimensions? Il faut au minimum un porte-voix pour être entendu.

    8
  3. En 2014, vous voyez comme acteurs « les américains », les russes », les ukrainiens.
    Et soudain en 2022, un homme tout seul fait ce qu’il a envie, ce qui lui chante, avec ses 150.000 clones sur le terrain.
    C’est à peu près l’histoire du prince charmant surgissant au milieu des petits nains…
    J’ai passé l’âge. Mais la fiction a encore des adeptes.

    3
    1. Je pense plutôt que c’est l’histoire d’un dirigeant qui décide brutalement « assez de tergiversations, je vais régler cette question une fois pour toutes »

      Mais vous dénoncez une « fiction » sans proposer autre chose. Comment comprenez-vous ces événements ?

      1
      1. Je vous réponds. Il y a selon moi une longue histoire de « rapports de force ». C’est ceux-là d’abord qu’il faut chercher à suivre.
        Il y a des rapports internationaux autour de l’Ukraine, notamment avec l’ OTAN et l’ UE d’un côté, la Russie seule apparemment (plus de pacte de Varsovie ou d’URSS).
        Et il y a des rapports internes à l’Ukraine qui ont tourné à une sécession d’une partie de l’Ukraine.
        Episode 1/ On ne peut nier que la société est complexe entre populations russophones et populations à dominante de langue ukrainienne et en plus une domination du russe comme langue culturelle. Pourquoi cela a tourné à une sécession d’une province ? (2014, je crois). Notamment des mesures culturelles. (Je suis belge et je sais les dégâts d’une domination unilatérale dans une société complexe : nous les frôlons tous les jours!).
        Episode 2/ Ensuite ce conflit est devenu une guerre civile de 8 ans ! Avec l’intervention de groupes militaires en dehors de l’armée. Avec certains se réclamant du nazisme côté ukrainien, mais des milices très capables côté des sécessionnistes aussi (elles se sont fait face à Marioupol, en plus des russes). Avec aussi un « accord de paix » (Minsk), des surveillants de l’ONU et des pays garants, mais sans effet sur le terrain.
        Episode 3/ Soudain l’info envahit nos médias à la fin 2021 : les russes sont en manoeuvre et vont attaquer, selon les américains (cela va durer deux à trois mois)(Il faut savoir que des grosses manoeuvres OTAN ont lieu chaque année, créant tensions et protestations, et il y a eu pandémie dans les troupes occidentales en Lithuanie, sauf erreur, en 2020). Puis les bombardements ukrainiens s’intensifient sur la province sécessionniste, puis la Russie reconnait la province comme Etat indépendant, puis il envahit l’Ukraine contre toutes les règles de l’ONU.
        Episode 4/ A ce moment il y a clairement agression de la Russie contre un Etat indépendant et Poutine tient un double discours : d’un côté des arguments relatifs à l’encerclement de l’OTAN qui sont plutôt rationnels, d’une autre côté des arguments sur le Tsar, Lénine et ses erreurs, etc, façon délirante de réécrire l’histoire pour le peuple russe. Et un discours délirant sur la « dénazéification » d’un pays vaste comme la France.
        Dans ces quatre épisodes, je lis toujours un enchaînement de forces. Je doute très fort que ce soit l’aventure d’un seul homme. Il y a des analyses un peu sérieuses du mouvement des forces militaires, des interventions de mercenaires, etc. Mais pas dans nos médias. Et on n’ose en parler du fait de la suspicion généralisée ! Par exemple Scott Ritter, cet ancien inspecteur américain de l’ONU qui a montré jadis que les accusations des USA contre les irakiens (ou les iraniens et leur nucléaire, je ne sais plus) ne reposaient sur rien : il produit ici sur l’Ukraine des analyses différentes de ce qu’on lit dans les médias. Mais… c’est inaudible.
        Et cette fiction à propos de Poutine d’un dirigeant autocrate isolé et malade ou devenu fou est juste un délire belliciste, de mépris odieux de l’ennemi ramené à un « grand Satan », en dehors de toute analyse. Alors qu’on a jamais produit un tel discours contre les sales guerres occidentales des 40 dernières années. Il faut insister : on donne un portrait très complet d’autocrate fou furieux pour les dirigeants qui ne se plient pas au capitalisme, mais jamais pour nos dirigeants guerriers occidentaux. Quand on procède comme cela, on n’est plus sérieux.
        Je ne dis pas que j’ai étudié sérieusement les questions de la société ukrainienne (ni de la société russe), je ne dis pas que je sais tout du déroulement de la guerre et que je peux l’expliquer, je dis seulement que je vais puiser à des sources contradictoires, plutôt pour garder un esprit critique, avoir un jugement prudent et refuser les certitudes. Voilà le sens de ma réaction.
        Or les répétitions des certitudes vides de sens, de convictions auto-référencielles et accusatrices par le soupçon, sont légion dans le forum… Donc je deviens méprisant parfois…

        19
        1. @Chabian Il s’agit d’un jeu de poupées russes, mais progressivement emboîtées à l’envers.
          sans revenir aux sources de l’écroulement de l’URSS
          tout commence avec la révolution orange vers 2004
          puis les troubles et le coup d’état de Maydan en 2014
          puis la Crimée
          puis le Dombass bloqué depuis 8 ans

          à chaque fois la poupée est enfermée dans une poupée plus grande.

          Le 24 février le déclenchement d’une opération spéciale avec un discours sur les 2 ou 3 plus grosses poupées qui sont encore sur l’étagère, bien tentantes et à laquelle les protagonistes conviennent de ne pas toucher pour le moment, ce qui permet de continuer à jouer avec les modèles intermédiaires.
          Livraison d’armes plus lourdes, frappes dans la profondeur ou en Russie.

          Poutine pourrait sans doute être tenté d’accepter une victoire pour le 9 Mai limitée au Dombass et à la russification de côtes de la mer d’Azov ce qui laisserait une essentielle ouverture maritime à l’Ukraine par Odessa.

          Il serait judicieux dans un traité de paix de régler le transfert des russes de Transnitrie en Crimée, afin d’éliminer les risques agités actuellement par les forces favorables à un embrasement plus général du conflit.

          et en attendant la Moldavie neutre et hors conflit pourrait peut-être demander à se voir recouvrir par une No-fly zone ?

        2. Dire de Poutine que c’est un autocrate, ce n’est pas se contenter de ce qui se passe en Ukraine. A ma connaissance, même si le capitalisme sait se défendre contre les journalistes trop curieux (cf Bolloré ), ces derniers ne disparaissent pas où ne sont pas assassinés. Pour le moment ni Macron, ni Biden n’ont tenté d’empoisonner Mélenchon, ni Trump. Pour le moment, la justice « occidentale » n’est pas corrompu comme peut l’être la justice russe. On n’a pas encore d’oligarques du CAC 40 qui soient partis en camp de rééducation en Guyane ! L’emprisonnement pour raison politique n’existe pas à ma connaissance comme elle se pratique couramment en Russie. On n’a pas encore un Président qui a changé la constitution pour pouvoir être nommé à vie.
          Bon, ça fait quand même pas mal de différences, non ?

          8
          1. @Pascal
            Pour ce qui est du sort des journalistes dans l’U.E. (Malte fait partie de l’U.E.)
            le sort de Daphne Caruana Galizia :
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Daphne_Caruana_Galizia

            Pour ce qui est des opposants politiques dans l’OTAN
            Osman Kavala
            https://www.lemonde.fr/international/article/2022/04/26/en-turquie-osman-kavala-condamne-a-perpetuite-au-terme-d-une-parodie-de-justice_6123664_3210.html

            Pour ce qui est de l’emprisonnement d’opposants pour motif politique en France
            Julien Coupat
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_de_Tarnac

            Navalny est revenu de lui-même en Russie pour narguer volontairement Poutine (comme aurait pu le faire un Jean Lassale).

            ni Biden, ni Trump ne connaissent Mélenchon, et si Macron pour qui il a laissé voté et dont il veut devenir premier ministre le connait bien comme Hollande depuis 20 ans, pourquoi voudrait-il le faire disparaître puisqu’en radicalisant la plus grande force de gauche il précipite tous les politiciens socialistes d’expérience à LREM.

            Si Hollande s’est vanté auprès de ses copains journalistes des opérations Homo auquelles il s’est prété, ce ne sont pas sans doute des cibles d’oligarques alors que le métier semble particulièrement risqué ces temps-ci pour les confrères russes.
            Alors qui est l’ennemi de la finance ?

            Un président (NS) a déjà modifié la constitution pour pouvoir plus facilement haranguer le parlement, prérogative qui lui était interdite depuis le coup d’état de Louis Napoléon Bonaparte.
            Et Mélenchon en promettant une VI ème république ne peut que transformer la constitution de fond en comble.

            Quant à l’actuel président il n’a pas eu besoin encore de changer la Constitution pour se représenter. Poutine avait trouvé Medvedev.

            4
                1. @Garorock Merci pour l’invention de cette expression « relativisme gluant » qui propulse le blog au top niveau dans un moteur de recherche y compris pour les images !
                  Est-ce bon pour la santé, par temps de tempête vous prendrez bien un riz !

                  Ou est-ce quantique ? mélange d’infra particules et de théorie einsteinienne ?

                1. Je suis en vacances de relecture.
                  Ne vous inquiétez pas pour mes élèves, ils n’appuiront même plus sur des touches avec leur ordi à commande vocale mais vous n’aurez pas fini de vous arracher les cheveux : vocabulaire qui se réduit comme peau de chagrin et orthographe inutile.

              1. @Pascal Même s’il n’y a pas plein de contre-exemples, il ne faut pas être aussi catégorique dans la vision manichéiste, je ne me plains pas par rapport à la Russie, et n’envie pas Edward Snowden.

                1. Oui Ruiz a raison, si il n’y a pas plein de contre-exemples, un seul suffit pour ne plus penser en terme général et dans une vision d’ensemble, tout ce vaut et tout manichéisme est partisan bien entendu. Et surtout n’oublions le sort terrible des enfants collés en France parce qu’ils n’ont pas fait leurs devoirs. Le système scolaire relève d’un système quasi concentrationnaire et tortionnaire à défaut privateur de liberté.

                  J’aime beaucoup lire Ruiz, car n’oublions pas que Hitler par exemple aimait les animaux et a oeuvré à leur bien être, tout comme le régime nazi attachait en fait une grande attention à l’hygiène et aux bien être des citoyens du Reich en promouvant une vie saine et sportive. Et donc il faut en tenir en compte avant de penser rapidement qu’il était uniquement un dictateur sanguinaire, violent et raciste. Oui car avec Ruiz on ne tombe pas dans le manichéisme du tout noir tout blanc, la nuit tout les chats sont gris !

                  2
              1. @arkao cet exemple est plutôt rassurant en effet sur notre système judiciaire au bout de 10 ans.
                Il y a sûrement des exemples plus récents, mais ce n’était qu’à titre illustratif.

        3. Sur le suivi des rapports de force et les clichés de « l’autocrate ennemi », j’ai pensé ceci : nous sommes très marqués et formatés par le cliché que nous avons de Staline. Ce cliché nous a été essentiellement construit avec le lancement de « la guerre froide » par les occidentaux en 1945 et après, et donc par le fantasme d’une prise de pouvoir générale des Partis communistes européens sous instruction du Kremlin. Fantasme qui a permis de constituer à contrario une Allemagne dominante en Europe, ne payant pas ses dettes de guerre, reconstruite par le Plan Marshall et réarmée bien plus tôt que prévu.
          Vous me direz que Staline… Effectivement il y a un côté autocrate chez Staline qui apparait progressivement, mais dans un contexte de lutte au sein de l’organisation bolchevique, où Staline se révèle plus malin que l’autoritaire Trotsky (cfr. le témoignage de Boris Bajanov, secrétaire de Staline puis anti-communiste notoire). Donc il y a pour moi une dérive de Staline, comme de Poutine. Mais cela ne doit pas effacer l’intelligence de Staline (et de son état-major) dans ses rapports puis dans sa guerre avec l’Allemagne ! Il y avait une puissante sympathie pour l’URSS durant l’entre-deux-guerres et encore après la victoire de Stalingrad en 1943, etc., dans une grande partie de nos populations. On doit se défaire de ce cliché an-historique de Staline (malgré ses crimes d’Etat– je le précise parce qu’on évoque les empoisonnements « de Poutine »).
          Mais nous retenons les clichés de nos ennemis mieux que tout, quitte à réécrire l’histoire. Et ce qui se dit, et aussi sur ce forum, à propos de Poutine, de Xi (le « grand méchant », n’est-ce-pas Cloclo ?) et de tant d’autres dirigeants du Tiers-Monde est l’équivalent de ce que les cathos de la fin du XIXe disaient de Napoléon : un horrible autocrate qui, à la suite de Robespierre, a condamné la France Eternelle à de grands malheurs ; et il faudra bien ériger le « Sacré-Cœur de Montmartre » pour se faire pardonner (la Révolution, la Commune, le Code Napoléon…) par ce Dieu tout-puissant et si peu autocratique…

          3
          1. Il y a surtout un fil conducteur commun entre Staline et Poutine : NKVD – KGB – FSB .

            Une autre ressemblance ( suite de la première ) , c’est qu’il ne fait pas bon faire partie de la même  » équipe  » qu’un dictateur qui finit toujours par être tellement unique qu’il ne reste plus personne autour et /ou avec lui (19 des 33 membres entrés au politburo avaient péri dans des circonstances troubles , mais toujours de façon inattendue , en 1953 )

            1
            1. Vous le savez autant que moi (par nos itinéraires différents), les hommes politiques ont (sauf rare exception) un égo démesuré. De ce fait, ils ont tendance à écraser leur entourage et à favoriser les frotte manche au détriment des autres. Au niveau local déjà, imaginez le niveau impérial. A ce niveau, autrement dit, pour s’amuser, ils ont tous plusieurs Benalla à leur service (certains prêts même à tuer) ou dans leurs services.
              Vous avez raison de parler des services secrets. Je pensais justement à la CIA et me demandais si toutes ses tueries ont été une à une et personnellement voulues par le président US du moment. Bref à mesurer là aussi les effets de cliché. Songez à l’aura que nous avons donné sans arrière pensée à James Bond, et … réveillons-nous.

              3
              1. Avoir un égo démesuré peut être une condition nécessaire pour être un dictateur mais pas une condition suffisante .

                Il y a des tas de petits chefs qui  » écrasent » leurs  » subordonnés » , sans pour autant qu’on en retrouve la majorité sans vie un beau matin , suicidés à l’insu de leur plein gré . D’autant que , s’agissant de Staline , l’hécatombe ne se cantonnait pas au comité central .

                3
  4. Et les ukrainiens ont ils le droit à la parole?

    Ce sempiternel récit d’un affrontement de super puissances occultes, franchement ça devient fatiguant. Oui il y a de la compétition économique et politique, mais cela fait des siècles.

    Rencontrez des ukrainiens, ce sont des gens comme vous et moi qui ont eu le courage de s’affranchir d’années de totalitarisme politique et de chappe de plomb ( on passe un peu vite sur l’exploit ) qui en ont raz le bol de ces conneries et de l’agressivité russe, et de leurs mensonges paranoïaques qui par la loi du plus fort sur place fait vivre l’enfer au Dombas depuis des années.

    Oui il y a une multipolarité économique et politique mondiale, mais là ça n’est franchement plus le sujet.

    8
  5.  » compétition économique et politique … cela fait des siècles.  »

    Est-ce vraiment la cause première des guerres ?
    Ou plutôt l’un des moyens d’oublier pour l’humanité l’insupportable et fatale idée de la mort ?

    1. Faut bien s’occuper en l’attendant. Au moins quand vous provoquez la mort, ça vous donne le sentiment d’avoir encore une maîtrise de l’existence et à défaut, vous trouvez une bonne raison à votre échéance (héroïsme, martyre. …)
      L’humanité ne semble pas encore prête à vivre dans l’extase et dans la joie. Surtout quand c’est la testostérone qui est au commande.

      4
    2. Comme le dit Pascal ci dessous, la testostérone et la bêtise , qui selon une repartition gaussienne de tout caractère biologique est inévitable au sein d’un groupe animal comme le notre, sont sans doute suffisantes.

    3. A Régis Pasquet et à Alex 5 :
      « Et les Ukrainiens ont-ils le droit à la parole ?  » Qui a jamais dit qu’ils n’avaient pas le droit ? Ou qu’on cherchait à les faire taire. Mais peut-on sereinement interroger l’auteur du billet sur sa logique sans se faire suspecter d’être finançé par Moscou depuis 100 ans, d’être le couteau entre les dents ou que sais-je encore ? (Pour la France en 1940, alors qu’il y avait deux portes parole, le général et le maréchal, fallait-il arrêter de réfléchir et n’écouter qu’une seule voix ?)

      On dit souvent que la compétition économique est une guerre qui se poursuit par d’autres moyens. Le but, c’est la victoire… On voit le résultat pour l’humanité.
      Ou encore cette affirmation d’un milliardaire américain : « Bien sûr qu’il y a la lutte des classes, et nous sommes en train de la gagner ». Triste constat.

      3
  6. Résultats élections Hongrie et Slovénie. Qui y a-t-il de commun entre ces deux pays de l’ex bloc de l’est ? : L’abstention !
    Recul important de l’abstention à 30% pour des élections législatives réputées très disputées en Slovénie. En 2018 l’abstention s’élevait à 47 %.
    Même phénomène en Hongrie 30% d’abstention en 2022, la plus faible depuis 10 ans.
    En Allemagne le taux de participation aux dernières élections générales de 2021 était de 77% (23% d’abstention) avec une abstention beaucoup plus importante dans les Länder de l’est, comparable à celle de Hongrie.
    On peut y voir un phénomène commun aux pays ayant vécu sous un régime communiste.

    Poutine le sait. Le soutien du peuple même s’il est flou est bien réel grâce à la propagande nationaliste, sentiment d’oppression économique par les occidentaux validant implicitement les thèses de propagande. Le réflexe très russe (ex-communiste) et incompréhensible pour nous est de ne pas s’intéresser à la chose publique de peur de se retrouver personnellement en difficulté. La  » vérité » castrée depuis des dizaines d’années, voire des siècles, n’a pas beaucoup d’importance en Russie…

  7. Pour des gens comme Poutine qui n’ont pas digéré la défaite symbolisé par « la chute du mur » et le rétrécissement des territoires du temps de l’Union soviétique, il n’y avait plus une minute à perdre pour la revanche car les jours sont comptés, une autre catastrophe est en route et risque de priver cet impératif désir de vengeance qui le mine et l’habite totalitairement.
    Déjà le blocage Covid a du différer ses plans et remiser « l’intervention » du triste Picrochole à plus tard le rendant un peu plus furax.
    De plus probablement atteint par une autre mal … une lecture sans filtre.

    Comme un air de déjà vu.

    https://www.youtube.com/watch?v=aYFNuwShrhM

    1
  8. Sur le non-achat du gaz russe, on est tous concernés. A peine faut-il nuancer la façon dont l’ a dit Draghi, « c’est la climatisation ou la paix », qui montre bien en quoi nous avons un rôle collectif pour accepter un transitoire malcommode en nous privant du gaz russe, ET en rendant cela neutre pour les faibles revenus (nuancer « paix », car il s’agit d’achever la guerre plus vite, ce qui n’est sans doute nullement l’objectif des deux « lobbys » russes présent au Kremlin: l’armée et le FSB, qui auront tout avantage à laisser passer des obus dans les canons avant de devoir s’expliquer sur leur faillite de février 2022).
    En clair ajouter une taxe énergie aux fortes imposition sur le revenu, et à certains segments de la « flat tax » (>10 kE par exemple) pour les revenus financiers/actions/etc.

    3
    1. Un complément… à analyser plus finement :
       » Mise en garde de l’UE aux entreprises tentées d’enfreindre les sanctions contre la Russie

      Les compagnies gazières dans l’Union européenne enfreindraient les sanctions édictées contre la Russie si elles donnaient suite aux exigences du Kremlin d’ouvrir un deuxième compte bancaire en roubles pour payer leurs importations de gaz depuis ce pays. « Cela reviendrait à accorder un prêt à la banque centrale de Russie », a mis en garde jeudi un fonctionnaire européen. Ces compagnies européennes sont confrontées à une incertitude croissante depuis la suspension mercredi par la Russie, et son géant gazier Gazprom, de ses livraisons de gaz vers la Pologne et la Bulgarie, parce que les entreprises de ces deux pays refusent de payer en roubles. Le président russe Vladimir Poutine a fait inscrire cette exigence fin mars dans un décret pour soutenir la monnaie locale, et Moscou menace désormais d’autres coupures de gaz.
      Ce décret présidentiel instaure une nouvelle procédure de paiement : les compagnies doivent ouvrir deux comptes auprès de la Gazprombank: un dans la devise étrangère, un autre en roubles. Les clients paient en euros ou en dollars, mais ce n’est qu’après que Gazprom a fait convertir le montant en roubles que l’obligation contractuelle du client est considérée comme finalisée.
      Ce mécanisme est inacceptable, selon des sources européennes. Il donnerait à la Banque de Russie la possibilité de contrôler l’argent versé au moment où il doit être converti en roubles. La banque centrale russe pourrait même conserver le montant en euro, sans échéance, et prétendre que le paiement n’est pas finalisé. Aucune garantie n’existe non plus sur le taux de change. « Cela revient donc à prêter de l’argent à la Banque de Russie », expose un fonctionnaire européen, alors que les sanctions de l’UE introduites depuis l’invasion russe du 24 février dernier interdisent toute transaction avec cette banque centrale.

      Côté européen, on considère que 97% des contrats gaziers avec la Russie prévoient le paiement en dollars ou en euros. Les compagnies européennes doivent donc régler les livraisons dans ces devises. Qu’importe que le compte bancaire soit ouvert dans l’UE ou en Russie, la transaction doit être considérée comme finalisée après le versement en devise étrangère. Si les Russes veulent ensuite convertir cet argent en roubles, « c’est leur affaire », indique-t-on.

      L’agence de presse Bloomberg indique de son côté que le groupe énergétique italien Eni envisagerait un mécanisme avec Gazprombank. Le groupe réclamerait des clarifications du gouvernement italien et de la Commission européenne sur ce qui est autorisé dans le cadre des sanctions. Plus tôt, Bloomberg avait déjà indiqué, sur base de sources proches de Gazprom, que quatre entreprises européennes avaient déjà réglé en roubles et que dix avaient ouvert un compte chez Gazprombank. Des sources européennes disent quant à elles ne pas avoir d’indications en ce sens et mettent en garde contre la désinformation russe.

      La Commission fait quant à elle observer que ce sont les États membres qui sont responsables du contrôle des sanctions européennes. Elle peut lancer des procédures d’infractions contre ceux qui ne les respecteraient pas, mais ce n’est pas envisagé actuellement.  »
      in : https://www.lalibre.be/international/europe/2022/04/28/guerre-en-ukraine-moscou-poursuit-son-offensive-le-premier-ministre-polonais-demande-de-largent-a-lue-pour-accueillir-les-refugies-UK5DYLGGQFCH5DUYSNFXL6CA3I/

  9. Une des raisons pour lesquelles les « occidentaux  » commencent à s’impliquer davantage dans le conflit notamment avec des armes lourdes, n’est elle pas liée à la découverte que l’armée russe est particulièrement mal équipée.
    Drone (Orlan-10) fait avec des bouteilles de récup, des appareils photo Canon , des caméras thermiques made in Japan rendant ainsi leur production complètement dépendante du matériel « occidentale  » sous embargo. Des logiciels des années 70 pour guider des missiles.
    https://korii.slate.fr/tech/drone-russe-orlan-10-adhesif-bouteille-plastique-appareil-canon-risee-ukraine-composants-etrangers-sanctions
    Le missile hypersonique n’est il pas une façade technologique qui cacherait une armée en « guenilles technologiques « ?
    J’avais vu ça à Prague du temps du rideau de fer où les façades des places touristiques étaient magnifiques mais cachaient en réalité des bâtiments en triste état. Ou la fameuse BD de Tintin chez les soviets dans laquelle on fait visiter une usine qui n’est qu’un décor de théâtre.
    Compte tenu du niveau élevé de corruption en Russie dans le secteur de l’armement, pourrait on envisager que mêmes les dirigeants au plus haut niveau aient pu se faire berner ?
    http://rpdefense.over-blog.com/article-russie-risque-eleve-de-corruption-dans-le-secteur-militaire-ong-114865464.html
    Ou bien que ayant tout misé sur la guerre éclair, Poutine n’aît pas anticipé une guerre longue pour laquelle son armée n’est pas prête ? Encore moins, avec en face de la haute technologie type canon « caesar  » pounr la France.

    1
  10. Une des raisons pour lesquelles les « occidentaux  » commencent à s’impliquer davantage dans le conflit notamment avec des armes lourdes, n’est elle pas liée à la découverte que l’armée russe est particulièrement mal équipée.
    Drone (Orlan-10) fait avec des bouteilles de récup, des appareils photo Canon , des caméras thermiques made in Japan rendant ainsi leur production complètement dépendante du matériel « occidentale  » sous embargo. Des logiciels des années 70 pour guider des missiles.
    https://korii.slate.fr/tech/drone-russe-orlan-10-adhesif-bouteille-plastique-appareil-canon-risee-ukraine-composants-etrangers-sanctions
    Le missile hypersonique n’est il pas une façade technologique qui cacherait une armée en « guenilles technologiques « ?
    J’avais vu ça à Prague du temps du rideau de fer où les façades des places touristiques étaient magnifiques mais cachaient en réalité des bâtiments en triste état. Ou la fameuse BD de Tintin chez les soviets dans laquelle on fait visiter une usine qui n’est qu’un décor de théâtre.
    Compte tenu du niveau élevé de corruption en Russie dans le secteur de l’armement, pourrait on envisager que mêmes les dirigeants au plus haut niveau aient pu se faire berner ?
    http://rpdefense.over-blog.com/article-russie-risque-eleve-de-corruption-dans-le-secteur-militaire-ong-114865464.html
    Ou bien que ayant tout misé sur la guerre éclair, Poutine n’aît pas anticipé une guerre longue pour laquelle son armée n’est pas prête ? Encore moins, avec en face de la haute technologie type canon « caesar  » pour la France.

    1. Retrouver un canon Caesar pour contrer les délires d’un tsar ne manque pas d’ironie .

      Mais s’il n’y en n’ a qu’un seul ou même une dizaine, il faut peut être bien l’aide massive américaine pour être pris au sérieux .

      2
      1. Oui, oui, bien sûr ! Aujourd’hui tout le monde fait des « cadeaux » à l’Ukraine. C’est ce qui me donnerait à penser que les « occidentaux » ne semblent pas trop croire à la riposte nucléaire. Mais sur quoi se basent-ils ???

  11. Voici le point de vue du Colonel Michel Goya (https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Goya) sur son cite « la voie de l’épée »

    « Contre-offensive des Etats-Unis qui se trouvent devant la guerre en Ukraine dans la position de l’Union soviétique profitant de l’engagement massif, absurde et maladroit des Américains au Vietnam dans les années 1960 pour armer leurs ennemis. Les Etats-Unis prennent ainsi clairement la direction d’une nouvelle coalition, où comme à chaque fois ils fournissent au moins 70 % des moyens, non plus de guerre comme pendant le Nouvel ordre mondial, mais de confrontation. L’ennemi est cette fois la Russie et les moyens sont sans limites hormis celle de la guerre ouverte, ce qui n’exclut pas les petits combats pourvus qu’ils n’entrainent pas d’escalade.  »

    Lire la suite sur son site https://lavoiedelepee.blogspot.com/

    1
  12. Cette guerre n’ est-elle pas l’occasion pour la Russie d’une part et pour l’Otan d’autre part de se débarrasser d’armements caducs ?
    Et ce faisant d’investir pour constituer des stocks d’armes  » modernes  » répondant mieux aux nouvelles stratégies guerrières?
    Par conséquent, il n’est pas possible d’ignorer que les différentes parties vont gaspiller des financements, des matériaux nécessaires à la partie numérique des conflits et des quantités d’énergie considérables ; naturellement, je ne parle pas des pertes humaines que l’on ne semble pas considérer prioritairement, de la désorganisation des sociétés liée aux pénuries, aux rationnements, des pollutions diverses, des destructions environnementales innombrables, etc.
    Cette guerre ne risque-t-elle pas, pour la première fois sans doute, d’être la première qui coûtera, dans tous les domaines plus cher qu’elle ne rapportera ? Au grand dam des capitalistes habitués à s’enrichir dans de telles circonstances, pour le plus grand malheur des peuples.

    1. « Cette guerre n’ est-elle pas l’occasion pour la Russie d’une part et pour l’Otan d’autre part de se débarrasser d’armements caducs ? »

      Destockage massif d’usine, avant liquidation, -80% sur tous les articles, Missiles, bombes, chars, camions, fusils, cartouches, tout doit partir, 3 missiles achetez 2 offerts, ne passez pas à côté de ces bonnes affaires ! La Russie & OTAN Cie, plus gros producteurs d’armes au Monde font une démonstration grandeur réelle de la qualité des produits offerts à la vente ! Venez visiter notre énorme Show room en Ukraine (bientôt partout sur la planète).

      Quel monde merveilleux pour grands enfants qui peuvent continuer à jouer à la guerre mais avec de vraies sensations, mieux que les petits soldats en plastics et que les consoles de jeux.

      Moi je prendrais bien un pack de 5 « Stinger » mes voisins me les brisent avec leur mioches et leurs tondeuses. Merci Robinette et Vlad de nous aider à lutter contre les voisins désagréables !

      2
      1. Hormis la France qui va céder 12 canons Ceasar initialement destinés à être vendus au Maroc (pour la préparation d’un potentiel conflit avec l’Algérie?!), les autres ‘donations’ sont plutôt du domaine du ‘vide-grenier’, ainsi en est-il des blindés antiaériens Guépard allemands, retirés du service il y a quelques années, mais comme ils sont équipés de canons à tir rapide Oerlikon, la Suisse s’oppose à ce que soient livrées les munitions de fabrication helvétiques…

        1. Car la Suisse pacifique est effectivement un très important fabricant de munitions ( Beretta est sur les rangs pour racheter des usines fédérales : https://www.tdg.ch/la-suisse-pourrait-vendre-la-fabrique-de-munitions-de-ruag-528415273472 ).
          Ce qui se dit par là , c’est qu’on peut sauver les apparences en commençant le gros de la fabrication au pays de Guillaume Tell , pour la terminer en Angleterre . Plus de souci pour l’export .

  13. Je constate que mon commentaire concernant cet article est passé à la trappe, bien que le titre de celui-ci est tiré mot pour mot d’un de mes commentaires sur le fil précédent.
    Je voulais simplement y apporter quelques précisions, tant pis.
    Est-ce un bug ou une censure ?

  14. COucou,

    J’ai plutot l’impression, depuis le début , qu’on est dans la quatrième dimension avec un retour aux années 60. C’est plutôt pour moi la fin de la guerre froide, dont on croyait avoir fété la fin en 1989.
    Mias le rapport de force n’est plus le même. je crois que les russes ne sont indépendant en rien. Malgré leurs ingénieurs,leurs inventeurs, leurs matière premières abondantes, leur pays va péricliter s’ils s’obstinent à vouloir se faire aussi gros que le boeuf. Et d’ailleurs quel boeuf ? Le monde va devenir multipolaire, avec 2 gros acteurs leader, peut-être.

    Avec l’équipe de branquignol qui dirige la russie çà peut trés mal tourner. Il va falloir être ferme , patient longtemps longtemps pour que ce délire nationaliste aigue,représenté par tous ces bouffons en europe et dans le monde, ces peres ubu retournent dans les oubliettes des l’histoire.

    En France il faudra que les progressistes s’émancipent de théories scientistes et arretent de suivrent bétement des revendications qui ressemblent plus à des pulsions qu’à des analyses rationnelles.

    Plus pratiquement ou prosaïquement comme on dit quand on sait causer, il faudra revenir sur la loi des 35 heures, non pas pour augmenter le temps de travail, mais pour limiter les effet pervers des aménagements du temps de travail qui font de l’employé de base, non pas un homme qui travail pour se liberer mais un accessoire secondaire de la production, au service de la production et surtout du patron qui rationalise au maximum . C’est pour moi le coeur du problème d’un retour des masses vers ceux qui souhaitent défendre et promouvoir une emancipation universelle harmonieuse et un peu moins injuste..

    çà c’est ben dit , ma foi. j’ai un peu dévié, mais peut-être pas temps que çà !

    Bonne soirée

    Stéphane

    1.  » Macron nommera un premier ministre attaché à la question sociale, environnementale et productive.  » ( Les journaux )

      C’est le mot  » productive  » dans ce fourre-tout macronien » qui me dérange.
      Je ne suis pas le seul, sans doute.

  15. un bug ou une censure ?
    Comme il est en train de réécrire le théorème de Goddel avec Basic-rené Thom-rabbit sur une autre chaine, qu’ii doit contacter F Ruffin pour lui demander: « dis-donc françois, comme on est entre-nous, qu’est ce que t’en penses de l’Ukraine, Poutine et toussa toussa… ? »
    Qu’il serait, d’après Fayard, en train d’écrire une trilogie au sur-titre alléchant : Poutine est-il un agent de la CIA?
    Qu’à côté de ça il doit essayer de convaicre Thomas Piketty de postuler au poste de ministre de l’économie pour le cas où Jean-luc marcherait sur l’eau et que la gauche réussirait à s’entendre.
    Sans compter qu’il nous bidouille avec de l’A.I 3.0, un nouvel R2D2 qui viendra nous faire du bouche à bouche quand il fera 50 degrès à la butte aux cailles…
    Et qu’il a des attelles.
    L’explication est que peut être votre commentaire, il ne l’a pas vu passer.

    1
    1. J’aurais plutôt vu Poutine en agent de Jancovici, hâtant le moment d’une « aletheia » des énergies fossiles,
      (d’une révélation et de mesures type celles des suites de la « révélation » de Pearl Harbor).
      Je ne vois que quelques billets de blogs qui posent la question (sur MP) sans agglomérer grand monde
      (des « antiviraux »), et l’actuel moment de prise de conscience « mais p’tain, on pourrait tordre le bras à Macron aux législatives »
      m’a fait la même impression : compte tenu de sondages qui correspondaient à peu près au scénario actuel
      (sauf le considérable score de Mélenchon, soit, mais le total de gauche n’a pas varié tant que ça),
      pourquoi l’idée d’une union populaire à l’assemblée a-t-elle tant tarder que ça à se faire jour ?

      L’actuel désordre des matières premières peut nous réaligner vers l’interrogation « de quoi avons-nous vraiment besoin »
      (titre d’un ouvrage programmatique multi-auteur qui manquait sans doute un peu de souffle) mieux que 4 rapports noirissimes d’Oxfam et du GIEC,
      et 4 canicules et deux tempêtes. Car ces choses là restent encore en apparence (marginalement diraient les économistes) « à portée de technologies », technologie qui va si vite.

      Sans voir l’aspect système (ce qui fait râler et tri-râler Philippe Soubeyrand, on le comprend), on peut toujours penser pallier ici la chaleur (clim) là les tempêtes (on ne reconstruira pas les quartiers inondés aux mêmes endroits promis-juré-craché), jusqu’à ce que des points de ruptures plus forts soient passés:

      incendies massif des forêts au nord de la Loire (il y a quelques jours : dans le Dorset en avril !), tarissement des fleuves servant au refroidissement nucléaire (Loire, Garonne, Rhône sur la fin), attaques de parasites de toutes sortes, succès de plantes envahissantes (la méchante renouée ne bouge que par rhizome, si on avait la même par graines, on ne serait pas fier) etc.

      Donc Poutine nous donne très cyniquement le « nudge » (à coup de sang ukrainien) pour repenser notre « dégazification », et notre niveau de « démondialisation » post-covid.
      Janco en a rêvé, « P » l’a fait .

      1
      1. Pour ceux qui n’ont pas lu sur la renouée du Japon: c’est une prolifération « que par rhizome », mais du fait que nos engins de travaux bougent terre et remblais « urbi et orbi » (à qui mieux mieux si vous préférez) et qu’un p’tit bout de rhizome coupé de ladite renouée pousse bien vite et fort, nous sommes devenus ses alliés « caterpillar » !

        1
        1. @timiota
          Et le cocasse de l’histoire c’est qu’avec le programme d’effacement des seuils de moulins sur les rivières au nom de la « continuité écologique » des cours d’eau, les engins de terrassement disséminent les rhizomes de l’invasive renouée sur les berges.

          2
      2. Pendant la période de confinement où on pouvait être tenté de réfléchir au monde d’après, je m’étais demandé s’il y aurait des « antis » si on mettait en place un pass sani-terre: combien de billet d’avion par an par personne, combien de kms en voiture, combien de Kwh… A quoi avons-nous droit si on veut sauver cette planète et partant notre popotin? Que nous donnons-nous comme devoir?
        Y’aura t’il des manifs contre la liberté d’expression de total, d’Amazon et d’Air france?
        Des esprits critiques pour nous avertir que c’est un coup du lobby du quinoa et des éoliennes?
        Pass sani-terre = pass nazitaire?
        Il faudra sans doute plusieurs doses.
        Pour la gauche et comme il est plus de 22h, je me dis que ce serait un pas trop mauvais moment pour aller discuter d’Europe sociale avec les Allemands… Ce ne doit pas être la feuille de route de Macron. C’est dommage, je suis sûr qu’il réussirait à retourner Olaf comme il a retourné la baronne de Montretout…

        3
        1. Joli ça le passe sani-terre !

          Même très bon. Ca ouvre une voix vertigineuse de réflexion.

          Comment fait-on démocratiquement pour répartir et fixer des limites et une répartition sans que cela ne devienne le fait d’une minorité agissante dont l’Histoire montre continuellement qu’elle se comporte en caste, en nomenklatura qui s’exonère de la règle. Et surtout comment penser la chose afin que toute vie humaine ne soit pas l’objet d’une simple contrainte réglementaire « punitive « même si par bien des égards c’est le cas pour un nombre incalculable de gens actuellement du simple fait du système capitaliste…

          2
          1. Cloclo
            Il faut remettre la devise dans le bon ordre.
            Egalité-liberté-fraternité… étendue au vivant.
            Quand le monde sera un peu mieux rangé, la liberté, qui n’aura pas disparu, se manifestera autrement…

            1. Vous n’avez pas bien compris notre devise si vous mettez un ordre dans ses trois couleurs qui sont indissociables : aucune ne peut être sans les deux autres .Une pour trois , trois pour une .
              Tout juste pourrait on estimer que c’est la Fraternité qui doit rétablir les choses quand Egalité et Liberté donnent des fruits contradictoires .

              1
                1. Equité n’est pas Egalité , et c’est pour ça que Fraternité est là pour peser les urgences entre ses deux sœurs .

          2. Repenser la chose en termes de flux de savoir & savoir-faire.
            Comme une sève, ça doit monter et descendre.
            Tout arbre qui se reproduit commence au moins par se passer de conflit entre sa canopées (ses feuilles) et ses racines.
            Nous, humains, c’est le schpountz.
            Or nous allons devoir moins voyager, et « faire plante » en « atterrissant » comme dit Latour (de contrôle).
            Que mille écoles de pilotages fleurissent !

  16. Le régime russe dérive de plus en plus vers un délire nationaliste nazifiant. Je crains que ces gens ne commencent à croire à leur propres mensonges. On dit Poutine malade. Se verrait-il finir dans un holocauste nucléaire ?
    Point positif, en détruisant l’Occident et la Russie, Poutine et sa clique détruiront les principaux pollueurs de la planète. Sinon, cette guerre nous forcera au moins à la transition énergétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.