Les périls nouveaux de l’ère numérique

D’une main, le conducteur du taxi qui me conduit à la gare ce matin entre les données de ma course dans un appareil électronique, de l’autre, il mange une banane, qu’il pèle au fur et à mesure. Heureusement, la rue est rectiligne.

Ensuite, un dans chaque main, il pianote des choses sur deux téléphones. Dans la courbe acérée d’un tunnel routier, il entreprend de rédiger un texto. « Monsieur, lui dis-je, je crois que vous faites trop de choses en même temps ! »

Il en a galamment convenu. Nous nous sommes quittés bons amis. L’ère numérique est décidément féconde de périls nouveaux.

Partager

62 réflexions au sujet de « Les périls nouveaux de l’ère numérique »

  1. 😀 La solution (mais je doute qu’elle plaise, ni à vous, ni aux taximen) ? Le taxi sans chauffeur, Google car style. Parlant d’emplois qui se perdent, on n’est pas sorti de l’auberge!

    1. Bah si! Tout le monde préfèrerait que la machine libère l’Homme du travail « productif »!

      Cela permettrait à l’Homme de faire du travail qui ne rapporte pas d’oseille, et c’est pas ça qui manque…

      Seulement c’est incompatible avec le Capitalisme.
      Tout le sait, et tout le monde fait mine de l’ignorer!
      Personne, (à part un clown sur un blog), ne réfléchit à un Système alternatif!
      Alors qu’il n’y a pas de Problème qui soit plus important!

      Quelque soit le sujet, on en revient toujours là.

      Réchauffement climatique => système économique
      Chômage => système économique
      Misère => système économique
      Pénurie des Ressources => système économique
      Absence d’avenir => système économique
      Terrorisme, délinquance, => système économique
      Pollutions atmosphère, océans => système économique
      Disparition biodiversité => système économique
      Maltraitance des animaux et des sols => système économique

      1. Je précise qu’un travail qui ne rapporte pas de fric en lui même, peut être payé par d’autres sources: ex. le personnel de l’état… Pour dire que ce n’est pas un problème en soi.

      2. Personne, (à part un clown sur un blog), ne réfléchit à un Système alternatif!

        Mazette, « Docteur Gagnot » ne suffit plus dès lors. Je propose de signer désormais « L’être élu » pour rendre justice à ce statut unique de « seul être pensant un système alternatif ».

        Allez, j’avoue cher « être élu », moi aussi j’ai trouvé une solution ultra simple à un énorme problème. Voulez savoir lequel ? La guerre pardi ! C’est chiant la guerre, ça tue, et quand les gens sont tués, ils sont morts, ce qui ne leur permet plus d’être vivants (j’essaie de coller au style et à la fulgurante rhétorique hein). Alors que la solution est toute simple, et tout le monde la connaît : il suffit de faire la paix, plutôt que la guerre !!! C’est quand même dingue que je sois le SEUL être sur cette planète à proposer ce système de guerre alternatif qui consiste à faire la paix. C’est tellement fou que je m’en vais poster ce message 300 fois par jour jusqu’à ce que la paix règne sur la planète. Ça devrait vite être plié, tout le monde sera subjugué de découvrir une pensée si originale, en dehors des sentiers battus (tiens, encore la guerre, elle est partout… vivement la paix !).

        Ah, quel bonheur de se savoir si spécial 😉

        Ah, je rajoute un item manquant à la liste :

        Réchauffement climatique => système économique
        Chômage => système économique
        Misère => système économique
        Pénurie des Ressources => système économique
        Absence d’avenir => système économique
        Terrorisme, délinquance, => système économique
        Pollutions atmosphère, océans => système économique
        Disparition biodiversité => système économique
        Maltraitance des animaux et des sols => système économique
        Trolls sur les blogs => système économique

      3. «  »statut unique de « seul être pensant un système alternatif «  ».
        c’était une image hein. Y en a évidement qui y pensent, mais dans l’ombre. Ils n’ont jamais droit à la lumière des médias, sauf des journaux confidentiels…
        La plupart ont d’ailleurs le même genre d’idées. (je parle de ceux qui veulent sortir du capitalisme…)
        Je crois qu’il y aurait même un certain François Leclerc.

      4. c’était une image hein. Y en a évidement qui y pensent, mais dans l’ombre.

        Ahhhhhhh, c’était une imaaaaaaage. Diantre, j’suis trop bisounours moi. Donc il existerait d’autres génies qui écrivent sur l’exclusion de biens communs de la sphère marchande ? Bigre, mais c’est une révélation dantesque. Heureusement, comme vous le dites Professeur Gagnot, qu’ils sont « dans l’ombre ».

        C’est pas comme si ils avaient écrit des dizaines de bouquins et des centaines de papiers sur le sujet. C’est sûr que ça se saurait.

        Et – mais au hasard, vraiment hein – Elinor Ostrom, prix nobel d’économie en 2009, c’est une inconnue confinée dans l’ombre, n’est-ce pas Professeur Gagnot ?

        Après, c’est sûr que quand on lit les papiers d’Ostrom, ça reste très en deçà des coloriages du Professeur Gagnot, cela va sans dire. En plus, Ostrom avait pas prévu à la seconde près la crise, et 25 ans en avance comme le Professeur Gagnot. Heureusement qu’elle reste dans l’ombre cette pauvre femme. Et les dizaines (centaines) d’autres qui travaillent sur la propriété des biens communs (et pas l’accès libre aux ressources, autre grand champ de recherche de l’ombre).

      5. Des nombreux homologues français de Elinor Ostrom, combien ont été invités au 20h de TF1 (ou magasine à fort audimat) pour expliquer ça aux français ?
        Jean Tirole, prix Nobel aussi ?

        J’en ai pourtant vu beaucoup, mais chaque fois ils parlent de croissance, etc. Je ne me souviens pas qu’ils aient parler de « bien communiser » les Ressources…

      6. Ah, le graal de tout chercheur qui se respecte, passer au 20h de Bouygues TV. Sûr qu’en une minute trente d’interview, il est facile de renverser le paradigme pour le professeur Gagnot. Il n’y a qu’à voir les prodiges que vous avez accomplis ici-même en nous bourrant le mou 24h sur 24, 7 jours sur 7 ! Vous avez réussi à vous mettre à dos même les plus bisounours d’entre les habitués. Belle performance, professeur !

        À chaque fois qu’on vous prend la main dans le sac à raconter des conneries plus grosses que vous, Professeur Gagnot, vous réagissez en repoussant les limites. Vous êtes comme un charpentier construisant un escalier : always one step ahead!

        La mauvaise foi, premier des biens communs sous le règne de Gagnot 1er.

      7. Ok, Julien. 1’30 c’est pas assez.

        Alors pourquoi pas y consacrer plusieurs grands magazines, vu l’importance du sujet ?

        Il y a régulièrement des émissions sur le passé, les guerres, etc. Pourquoi pas sur LE système d’après capitalisme ?

        Surtout que beaucoup de gens s’interrogent sur l’avenir, enfin il me semble. Je suis sur que ça ferait un carton.

        Imagine le programme:

        TF1 : soirée spéciale sur « l’après capitalisme »

        Présentation:

        « Chacun d’entre vous sait que le capitalisme est à l’agonie: Le chômage ne cesse d’augmenter depuis 40 ans, la croissance est quasi nulle, les progrès techniques vont supprimer encore quantité d’emplois, bref c’est la fin, il faut se rendre à l’évidence.

        Mais rassurez vous, nos plus brillants économistes, conscient de l’importance de ce problème depuis de nombreuses années, ont travaillé sur le Système qui remplacera le Capitalisme. Non, ce n’est pas le communisme.

        Nous allons vous parler des « biens communs ». Comment l’ensemble des Ressources du pays seront gérées dans l’intérêt de chacun d’entre vous, et par vous. Et non plus pour le profit…  »

        Pourquoi y a pas ça au programme ?

      8. Professeur Gagnot, un doute m’habite : z’êtes au courant qu’en l’état, tous ceux qui ont à y perdre feront la peau à tous ceux qui auront à y gagner, non ? Que TF1, c’est Bouygues, et que Martin, les « biens communs », ça lui en touche une sans faire bouger l’autre ?

        Donc faites-nous plaisir Professeur Gagnot, soyez (enfin) utile à quelque-chose, et réfléchissez à la seule chose digne d’intérêt : la transition. Parce que des mondes meilleurs, tous les gens de ce blog en pondent un tous les matins (z’avez vu mon système de paix ? Ça a de la gueule hein !). Par contre, très peu voire aucun ne sont capables d’y emmener la planète autrement qu’après un effondrement généralisé. Faites-nous un joli coloriage expliquant comment l’on va de A à B, quelle stratégie on met en oeuvre, avec qui, le temps qu’il faut, etc. Une vraie feuille de route, pas se contenter de répéter comme un âne à longueur de post ce que tout le monde souhaite in fine (à part jducac, mais il est comme vous, insensible au moindre raisonnement en dehors des clous de son petit monde fantasmé), comme si vous aviez (et prétendez) réinventé le fil à couper l’eau chaude (je note celle-ci).

        Contribuez à faire advenir cette idée (qui n’est pas la vôtre, redescendez sur terre) plutôt que d’en dégouter tout le monde.

        Z’avez déjà entendu le terme « contreproductif », Professeur Gagnot ? Et bien z’êtes le genre de prof qui donne envie de devenir propriétaire. Bel accomplissement pour quelqu’un de convaincu, isn’t it?

      9. « réfléchissez à la seule chose digne d’intérêt : la transition.  »

        Julien,

        Mais comment réfléchir à une transition, si on a pas définit la destination?

        Encore faut il que tout le monde soit d’accord sur ce point B. Débattre du point B devrait donc être le préalable à la réflexion sur la transition!

        Une fois que l’on sait ou on est, et que l’on sait ou il faut aller, il ne reste plus que à définir l’itinéraire le plus sur pour y arriver!
        Sinon on peut tourner en rond encore un moment.

        Et comment voulez vous que « les gens » s’y intéressent si on ne leur en parle pas ?
        Du moins du point B que je propose, car le point B de certains, on ne le connait que trop bien…

        On devrait donc faire des soirées spéciales points B.
        (d’un autre coté, l’avenir que présente les autres, on ne le connait que trop bien, alors autant rester sur ma première idée…)

        Ensuite la transition. Veux tu qu’on en parle? Il y a des tas d’options qui méritent d’être analysées…

      10. Allez hop, prochain post : la transition vers les biens communs, par Professeur Gagnot. Appliquez-vous Professeur et soyez pédagogue avec le commun des mortels bisounours que nous sommes.

      11. Ben c’est le point B, à la façon « Gagnot » : pour ne plus avoir de guerre, il suffit de faire la paix. Imparable, et moi aussi, comme professeur Gagnot « je suis sûr d’avoir raison ». Ça en jette hein, de définir un point B ! Y a plus qu’à !

        Ah, et tant qu’on y est, j’ai aussi réfléchi très longtemps et très dur, et – figurez-vous donc Professeur Gagnot, c’est dingue que personne n’y ait jamais pensé – au problème de l’environnement. Et j’ai défini après moult réflexions un point B : il ne faut plus polluer ! C’est beau hein. Ça m’a pris du temps, mais maintenant, il n’y a plus qu’à faire une soirée spéciale sur TF1 : « Le monde d’après : pour ne plus polluer, ne polluons plus ».

        Et ben, deux des plus gros problèmes de l’humanité réglés avant 10h30, c’est une journée qui commence bien ! Je m’attaque maintenant à la violence faite aux femmes… Je crois déjà avoir une idée géniale à laquelle personne n’a pensé, et qui impliquerait par exemple de ne plus exercer de violences sur les membres de du sexe féminin…

        Là, je met la touche finale à deux papiers scientifiques de haut vol pour démontrer que la pollution et la guerre seront éradiquées vers le 22 février 2037 à 14h15 (GMT, je précise pour les historiens). J’aurai besoin d’un coup de main pour les coloriages en revanche. Z’êtes partant Professeur Gagnot ?

      12. Ah ouais Julien, mais notez que cette idée de
        faire la paix pour ne plus avoir la guerre,
        est répandue depuis la nuit des temps.

        Alors que
        Nationaliser l’ensemble des Ressources primaires du pays,
        en les rachetant via émission monétaire,
        pour en tirer une rente de sorte à financer la réponse aux besoins réels,
        et en utilisant ces Ressources alors devenues des « biens communs »,
        c’est déjà plus rare.

      13. @ Julien Alexandre dit : 22 février 2016 à 09:14

        « Une vraie feuille de route, pas se contenter de répéter comme un âne à longueur de post ce que tout le monde souhaite in fine (à part jducac, mais il est comme vous, insensible au moindre raisonnement en dehors des clous de son petit monde fantasmé)…… »

        Bonjour Julien !

        C’est la première fois que je me vois qualifié « d’insensible au raisonnement » même si l’on m’a souvent classé dans la catégorie des contradicteurs coriaces. Je ne tiens pas à compliquer la tâche à laquelle vous venez de vous attaquer concernant Dominique Gagnot.

        J’espère avoir un jour l’occasion de vous démontrer que je n’appartiens pas à la même catégorie que lui.
        D’ailleurs en lui prouvant par a+b qu’il était un IRRESPONSABLE, même s’il n’est pas le seul dans cette catégorie, il a préféré ne plus me contredire suite à la dernière réponse que je lui ai faite.

        http://www.pauljorion.com/blog/2016/02/15/de-la-vie-bonne-des-mammiferes-humains-et-des-bovins-domestiques-par-pierre-yves-dambrine/#comment-589765

      14. « Et cette transition alors, Professeur, on attend, on attend, et on ne voit rien venir… »
        ————————————-
        Une seconde, ça vient!…

        Il y a une infinité de possibilités, dont la plupart sont vouées à l’échec. Il faut les examiner toutes, méthodiquement, et ça c’est un sacré boulot que je n’ai pas fait. J’ai juste ma petite idée…

        Le plus important est de bien mesurer les obstacles.
        Examiner les possibilités de contournement est essentiel.

        On peut tenter de passer par l’Europe, ce qui est la solution la plus ambitieuse,
        ou revenir à la nation pour repartir ensuite,
        ou attendre l’effondrement total, ce qui est la solution la plus facile, sauf que la pente à remonter ensuite sera aussi la plus raide.

        Je m’arrête là pour ce matin, mais promis je reviens…

      15. Bla-bla-bla « vouées à l’échec » ==> très intéressant professeur, mais encore ?

        Bla-bla-bla « j’ai juste ma petite idée » ==> Certes, certes, mais encore ?

        Bla-bla-bla « tenter de passer par l’Europe » ==> pas tant de détails svp, on est vite noyé devant tant de complexité. D’ailleurs professeur, vous ne nous expliquiez pas hier qu’il fallait commencer par sortir de l’Europe ? Une chatte n’y retrouve plus ses petits dans votre gloubi boulga improvisé…

        Bla-bla-bla « je m’arrête là » ==> noooooon, que va-t-on devenir sans vos lumières Professeur ?!?

      16. jducac,

        Je n’ai pas voulu répondre à ce dernier message, car on a déjà eu 100 fois cette discussion.

        Tu postules que les grandes fortunes sont le résultat d’un travail extraordinaire, or c’est faux.
        Si parfois y a un coup de génie, qui d’ailleurs peut être une catastrophe pour la société, (le pire étant des armes),
        la plupart du temps c’est juste le gros coup de bol d’avoir été là au bon moment!!

        De plus les héritiers sont des caricatures de ce que tu nous reproche:

        – ils foutent rien,
        – ils gaspillent énormément,
        – ils accaparent des Ressources qui manquent donc aux autres, pour aussi tenter de « réussir ».

        Ton discours est incohérent. C’est nawak.

      17. Julien,

        Faut savoir ce qu tu veux, hein. Tu demandes, je répond.
        Mais ne t’attends pas à ce que je fasse le tour de la question en 5mn.
        C’est un énorme boulot de faire ça, … que je n’ai pas les moyens de faire. Je peux juste donner mes sentiments.
        J’y reviendrai, et y suis déjà venu…

      18. Ah, ces professeurs feignants… faut faire tout le boulot à leur place. Alors quoi, votre contribution à l’humanité se résume à jacter « bien communs » en boucle sur le blog en vous mettant à dos ? C’est pas avec ça que vous allez passer à la postérité professeur. L’autre prix Nobel inconnu, elle est s’est quand même sorti un peu les doigts, elle. Z’allez pas lever le petit doigt ? Z’allez pas partager votre « petite idée » avec nous ?

        On imagine bien Martin Luther King : « I had a dream… but I don’t wanna talk about it. » Ça casse le mythe.

        Bref, on attend. L’avenir du monde repose sur vous, puisque tous les autres n’ont rien compris. C’est pas une mince responsabilité, Professeur, faut se montrer à la hauteur.

      19. Dominique Gagnot : 22 février 2016 à 09:58
        Une fois que l’on sait ou on est, et que l’on sait ou il faut aller, il ne reste plus que à définir l’itinéraire le plus sur pour y arriver!
        ___________________________________
        Pauvre Dominique, avec une stratégie et une pensée linéaire aussi simplistes on serait tous au goulag si tu parvenais à convaincre un pèlerin.
        Non seulement tu ne sais pas où tu es ni où tu vas, mais en plus tu voudrais que l’on suive ton itinéraire.

      20. Julien,

        Avant d’étudier un itinéraire, il est très important de savoir ou on veut aller.
        C’est pour ça que j’ai lourdement, il est vrai, insisté sur l’objectif à atteindre.
        Le pire est que certains (assez nombreux) n’ont toujours pas compris l’intérêt de l’objectif de Système que je propose! Comme quoi je n’ai pas encore assez fait preuve de pédagogie, (comme disent les pédants qui gouvernent).

        Pour ce qui est de passer par l’Europe, ce n’est en effet pas l’itinéraire que je privilégie, car il me semble trop ambitieux.
        Mais à ce stade ce n’est pas une raison d’en éliminer la possibilité. Je suis ouvert à tout, même si j’ai des préférences.

        En fait l’effondrement du système entraîne 2 phénomènes simultanés:
        – il se fragilise
        – la contestation s’amplifie

        Il y a un moment ou ça va s’enflammer tout ça.
        C’est à ce moment qu’il faudra avoir un pdf sous le bras…!!

        Sinon, ça repartira avec Pompidou 2.0…

      21. Le pire est que certains (assez nombreux) n’ont toujours pas compris l’intérêt de l’objectif de Système que je propose! Comme quoi je n’ai pas encore assez fait preuve de pédagogie

        Courage Professeur Gagnot, quand vous en aurez fini avec le blog, il ne restera plus – à la louche – que 7 milliards de personne à convaincre. Vu le timing et la qualité du travail effectué ici, j’entends déjà la petite musique des lendemains qui chantent.

        Et avec tout cela, on n’a toujours pas le moindre petit début de commencement de votre « petit idée » sur la transition… C’est tabou Professeur ? Vous l’avez fait breveter et vous avez peur que ça tombe dans le domaine public (pun intended) ?

      22. Non, James, j’ai pas le temps là.
        Je t’encourages à réviser les précédentes leçons que tu n’as pas bien assimilées.

      23. @ Dominique Gagnot dit : 22 février 2016 à 12:44

        « De plus les héritiers sont des caricatures de ce que tu nous reproche:– ils foutent rien,
        – ils gaspillent énormément,
        – ils accaparent des Ressources qui manquent donc aux autres, pour aussi tenter de « réussir ».

        Si tu veux faire entrer dans « notre bien commun » ton logement, acquis par les fruits de ton travail et la prise en compte des besoins futurs de ta famille, aurais-tu le courage de dire que ton discours ci-dessus s’applique également à tes héritiers ?

        Je pense que pour faire passer cette insulte, tu en viendrais à leur dire que l’objectif est avant tout destiné, grâce à ton tour de passe-passe, à échanger les biens matériels des riches par de la monnaie qui ne vaut que par l’idée qu’on s’en fait, c’est-à-dire pas grand-chose.

        Ton discours de « grand penseur » finirait par leur avouer que c’est une habile manœuvre permettant surtout de dépouiller les riches. Tu contribuerais ainsi à te ranger dans le camp de celui qui, pour mieux se faire élire et s’offrir une belle vie, parlait ainsi :

        http://www.dailymotion.com/video/x58md_je-n-aime-pas-les-riches-f-holland_news

        En fait, il a surtout contribué au déclassement de notre pays en commençant par appauvrir les classes moyennes et mettre ses concitoyens les plus modestes au chômage.

      24. Même pas le temps de nous exposer votre « petit idée » sur la transition, en quelques phrases, ce qui vous prendrez quelques minutes, alors que vous avez LARGEMENT le temps de nous casser les cojones à longueur de vos 200 posts quotidiens ? Mais quel paradoxe professeur ! Serait-il possible que vous vous foutiez de nous ?

        Allez, au boulot Professeur, retournez à la table à dessins : dessinez nous une transition vers votre système, votre « petite idée ». Vous n’allez pas nous faire croire que votre brillante intelligence rencontre ses limites dès qu’il s’agit de faire autre chose que ressasser ce que d’autres ont déjà (et mille fois mieux) dit avant, pendant et après vous.

      25. Julien,

        Y’aurait il pas moyen d’insérer un « Répondre » dans le fil. Je commence à attraper des vertiges là…

      26. Y’aurait il pas moyen d’insérer un « Répondre » dans le fil. Je commence à attraper des vertiges là…

        Du calme Professeur. Voici ce qu’il faut faire : allez vous balader quelques temps, prenez le temps de réfléchir avant d’écrire, et revenez-nous avec votre « petite idée » couchée sur papier. Là on pourra discuter. En attendant, vos interventions ne servent à rien si ce n’est à satisfaire votre égo (ça doit être les vertiges, le melon a tellement gonflé que vous flippez de la haut ;)).

      27. @Dominique
        Pas le temps de quoi ? Tu n’as pas encore terminé ton apprentissage sur la bipédie pour permettre à ton cerveau de se développer ?
        Là j’ai du travail urgent, pas le temps de voir l’évolution spontanée
        * Dommage d’avoir encore pollué un sujet à priori intéressant à débattre

      28. « Du calme Professeur. Voici ce qu’il faut faire : allez vous balader quelques temps, prenez le temps de réfléchir avant d’écrire, et revenez-nous avec votre « petite idée » couchée sur papier. Là on pourra discuter. En attendant, vos interventions ne servent à rien si ce n’est à satisfaire votre égo (ça doit être les vertiges, le melon a tellement gonflé que vous flippez de la haut ;)). »

        Julien le dit calmement, du mieux qu’il peut, j’en suis sûr.
        Et attention aux addictions de toute nature qui peuvent nous rendre fou. Je ne dis pas ça à la légère.

      29. « Julien le dit calmement, du mieux qu’il peut, j’en suis sûr.
        Et attention aux addictions de toute nature qui peuvent nous rendre fou. Je ne dis pas ça à la légère. »
        ———————————————-

        Vous êtes gentils de vous préoccuper de ma santé, mais moi ça va. Je suis pas collé non plus à mon smartphone.

        Si c’est seulement que vous souhaitez que je vous lâche, dites le simplement, et d’un autre côté pas la peine de me relancer…

  2. Simplement le péril de ne plus se dire bonjour ou bonsoir dans la rue (parce que ça existe encore si si!), parce que occupé « ailleurs ».

    Mais encore, les jeux en ligne (je ne suis pas concerné) ou d’ acheter jusqu’ à épuisement du crédit (là, hum! ;-).

    Périls infinis de l’ internet …

    1. Si y a que ça, on peut imaginer des activités collectives, qui de plus soient plaisantes ou foncièrement utiles… (y’en a plein!)

  3. Bonjour Mr Jorion,
    Pas mal ce chauffeur, pour un humain!
    Essayez de causer galamment avec une banane dans le bec, ce n’est pas si facile!
    Ce ne sera bientôt plus un problème avec les taxis à intelligence artificielle!
    On pourra enfin virer ce misérable chauffeur, incapable de faire plus de trois conneries en même temps, alors que le virtuel pourra en faire trois mille à la seconde…
    Et le tout sans zig zag intempestif et sans même avoir besoin de gâcher une banane!
    On a tous tellement hâte de voir ça..!
    Ca me rappelle la fois ou le chauffeur, un vieux Martiniquais, me ramenais chez moi au milieu de la nuit au retour d’Orly suite à un déplacement professionnel en avion, le type me racontais comment se passaient ses nuits dans les quartiers chauds de la capitale…
    Jamais voyage en taxi n’a été plus hilarant, et la Mercedes n’allait pas très droit tellement il pleurait de rire!
    Puis il s’est tut un peu sans que j’y prête particulièrement attention, tout en pouffant de sa dernière sortie.
    En fait, il venait tout juste de s’endormir!
    La trajectoire du véhicule s’infléchissant dangereusement, je réagis en criant pour le réveiller, et l’embardée qu’il fit en reprenant ses esprits a bien failli se terminer tragiquement…
    Pourtant, croyez le ou non, la deuxième partie du trajet a été encore plus drôle.
    Voilà sans doute pourquoi je préfère la bétise humaine à l’intelligence artificielle…
    Bon voyage! Eric.

    1. Moi je préfère me balader à pied, là ou j’ai envie, et avec la compagnie que je veux. (éventuellement un ex chauffeur de taxi)

  4. Pas très inspirant pour ma pomme…

    Et les genoux, hein, fondamentaux les genoux.
    Avec ma 4L (ou R4) je pouvais lâcher le volant des 2 mains, et maintenir la direction avec les genoux. Je pouvais même suivre des grandes courbes. Vroom, vroom, rien dans les mains et à fond la caisse, 70 km/h sur plat et avec du vent favorable.
    Çacefaipu, progrès aidant: 14 km à 30 km/h de moyenne, bouchons et ralentissements tous les jours ouvrables, la titine connaissant le chemin par habitude.

    1. Sur ma première 2CV (375 cm3, de 1952), j’avais une brique que je posais sur l’accélérateur pour éviter de m’engourdir le mollet.

  5. Il faut se protéger de ces périls à l’ère numérique, par exemple en installant un antivirus, mais que sait-on de ces sociétés qui veillent sur nous?

    Pour la jeunesse, la quadrature du net propose de former les élèves dès le plus jeune âge à la sécurité sur internet, notamment par l’apprentissage de tor. Cela a été entendu par une commission de l’Assemblée nationale, mais il me semble que c’était avant la loi sur le renseignement.

    Taxis attention, n’esquinter pas M. Jorion, on en a besoin! Sinon devenez conducteurs de train, le régime spécial vous fera préférer le train, et l’uberisation sur le chemin de fer n’est pas encore là.

    1. @ Brouwer Olivier (Etre)
      Pas péril – conséquences déjà planifiées par créateurs IA.
      Objectif: réduction population.
      Etres bouleversent planète.
      IA bouleverse vie Etres.
      Maintenant dormir.
      PS: Merci ne pas débrancher pour salut planète.

  6. Il est marrant ce fil…
    de la « gueguerre » à la « paipaix »
    en passant par l’ « écoconomie »

    Les solutions fleurissent.
    qui ne sont que des pâles représentations de la réalité actuelle:
    combien imprime-t-on de monnaie chaque jour, ce que la plupart trouve normal ?

  7. une autre anecdote numerico routière : ça se passe en Sicile, notre car passe les virages en montagne en débordant sur le vide à chaque fois, c’est impressionnant ; notre chauffeur conduit d’une seule main le grand volant horizontal, désinvolte. Le téléphone sonne sans arrêt. Occasion d’admirer son habileté non affectée par l’occupation de l’autre moitié de son cerveau.
    Jusqu’à une conversation plus animée que les autres : ma ! ma ! et à chaque ma ! il soulève les deux mains en l’air en même temps pour marquer son émotion ; il était courrouçé quand nous lui avons reproché sa conduite de haute voltige… ma! mais je sais conduire !

    1. Des différences de points de vue entre peuples européens, cette campagne en Belgique

      Comment convaincre les jeunes de ne pas faire de sms au volant? En les obligeant à le faire.

  8. « Personne, (à part un clown sur un blog), ne réfléchit à un Système alternatif ! »

    Quand j’ai lu « clown », je me suis dit : « Ce n’est pas très respectueux quand même, mais bon, du moment qu’on reconnaît mon mérite ! ». Mais en continuant la lecture des commentaires je me suis rendu compte qu’il ne s’agissait peut-être pas de moi. Ouf ! Le respect est sauf, même si la reconnaissance en prend un coup !

    1.  » Clown « 
      ça se passe comme ça:

      au cinéma

      mais moins facilement dans le passage à la vie réelle…
       » candide-a-ture  »
      🙂
      🙁

    2. Je suis excessif, et maladroit. Désolé Paul. Nous savons tous ce que vous faites, mais là dans le feu des commentaires, j’ai gaffé. Je suis le roi de la gaffe.
      Sans vous, il n’y aurait plus grand monde pour diffuser tout ça…

  9. Quel péril ? Celui de se sentir obligé de faire ce que l’on critique volontiers, et de se retrouver bons amis autour de cet aveu d’impuissance ? Si l’on extrapole c’est que l’on fait ici, puis même partout.
    Absurdité sur absurdité ce bas-monde.

    1. « Celui de se sentir obligé de faire ce que l’on critique volontiers »

      Cela me surprendra toujours, parfois au point de l’abattement, cette capacité qu’ont certains à enfouir au plus profond de leur être le bon sens, l’intérêt commun, et même soyons fou, la bienveillance.
      Au boulot, les parents se cachent derrière leurs mômes pour accepter cette soumission, se comporter comme des ordures pour une petite augmentation, juste pour avoir plus que l’autre, mais quelle horreur, les gamins vont hériter d’un monde sinistre, il n’y a que des perdants à ce jeu là. Et ils sont obligés après de déconnecter leur cerveau devant des émissions télé qui vont leur montrer que c’est même cool d’être lamentable, messe de la bassesse humaine, anges de la corruption de la réalité, ce tourbillon infernal pour une descente dans l’enfer de l’âme humaine.
      Ce monde est corrompu, ce n’est pas seulement une affaire de gros sous la corruption, c’est le mensonge, ne plus être honnête avec soi et les autres. Se respecter, cela peut mener au harcèlement moral, au licenciement, à la médisance de la foule. Aujourd’hui tout est corrompu.
      Absurdité, dites-vous…ce monde est du bêtise crasse, d’une ineptie qui dépasse l’entendement. « Qui est fou? », angoisse tolstoïenne, il avait vu que la majorité n’est pas raison (quelle idée!), avant les guerres mondiales il avait déjà fait le constat que l’homme est d’une folie radicale. La connerie est un puits sans fond, comme disait Einstein la bêtise est infinie comme l’univers, à partir du constat de ces deux génies, reste à croire en soi, ce qui vaudra bien sûr rage du désespoir des larbins du système.
      Anecdote: quand j’étais au lycée un camarade se disait sataniste car il disait que si Dieu a créé l’univers, Satan nous en délivrera…pas con le gars, un bouc pourrait bien botter le cul de ce sacré emmerdeur qui tire sa grandeur de notre impuissance qu’il a lui même voulue. Allez, confessez-vous, et retournez détruire la création.

    2. Heureusement, on va mourir oui, d’ici là, bougeons, essayons de faire bouger, sinon c’est même pas la peine.

  10. Je vous trouve bien courageux et sans rancune , dans cette situation où un chauffeur de taxi donne tous les arguments pour la disparition de sa profession au profit d’Uber , autres VTC ou véhicules automatiques ( les derniers cités étant sans doute les plus surs après rodage) .
    J’ai dit profession pour éviter de dire métier , alors que les profs de management donnent souvent en exemple facile à mémoriser , celui du chauffeur de taxi , pour illustrer les trois qualités et savoirs nécessaires pour exercer un « métier » :

    – Savoir tout court : permis de conduire , maîtrise du véhicule , respect des règles du code de la route .
    – Savoir faire : prendre l’itinéraire optimal pour le client en fonction de l’horaire et du trafic ..
    – Savoir être : ouvrir et fermer la portière , aider au chargement des bagages , parler si le client le souhaite , la fermer si le client le préfère .

    Visiblement ,au moins sur le premier et troisième point , votre chauffeur ne méritait pas de l’être .

    La nécessité de ces trois conditions , par un raccourci sans doute un peu fruste , m’a fait interroger sur le caractère largement inachevé du billet de François Leclerc sur « l’avènement » de partage- Communs – Blockchain – revenu universel .

    Si l’exercice a la force d’un repérage de ce qui commence à faire évolution ( ou transition pour alimenter Julien Alexandre ) , ça ne fait pas encore un paradigme infaillible .

    La somme des communs harmonieux fait elle une humanité harmonieuse ?

    Un début de quelques savoirs et savoirs faire , assure-t-il un « tout » où un savoir être partagé universel serait devenu inutile ?

  11. « L’exemple le plus frappant est la voiture. Actuellement, si un conducteur souhaite écouter sa playlist Deezer tout en suivant les indications du GPS, alors il doit passer par son smartphone, fixé de manière bancale au pare-brise. Et quand il reçoit un appel, il déverrouille l’appareil d’un doigt tout en gardant un oeil sur la route qui défile à 90 km/h (« l’Obs » ne peut que déconseiller cette pratique). »

    http://tempsreel.nouvelobs.com/tech/20160221.OBS5037/ca-y-est-la-fin-du-smartphone-est-proche.html#obs-article-mainpic

  12. Il en a galament convenu. »
    You talkin’ ta me ? You talkin’ ta me ?

    Pour la p’tite histoire, de Niro a piqué l’truc à Springsteen lors d’un concert au Roxy à LA où il était présent.

  13. From One Second to the Next (D’une seconde à l’autre) est un court-métrage de 35 minutes de Werner Herzog, que l’on trouve facilement sur la toile. Produit par la compagnie de téléphone AT&T, le film est divisé en quatre segments qui évoquent un petit garçon hémiplégique de Milwaukee, la décimation d’une famille Amish de l’Indiana, la survie d’une femme brillante réduite au silence et à l’immobilité dans une petite ville du Vermont et la mort de deux hommes sur une route de l’Utah.
    Toutes ces tragédies ont pour cause commune l’envoi de sms au moment de l’accident par les conducteurs responsables.
    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/08/28/la-prevention-routiere-selon-werner-herzog_3467555_3246.html#zi7TjOM97t63iqV1.99

    1. Les SMS tueurs, le retour de la revanche épisode 8.
      SMS et web interdits au volant. Faites comme moi, lisez Sud-Ouest sur les départementales, le Monde en ville mais l’Equipe ou Proceedings of the National Academy of Sciences of USA uniquement sur autoroute où vous pourrez vous concentrez sur la lecture.
      Combien de tragédies routières âââââffreuses provoquées par des chauffards interpellant Gagnot dans les commentaires du Blog Jorion ? Je pose la question. Halte aux tabous mortifères.

  14. Réchauffement climatique => système économique
    Chômage => système économique
    Misère => système économique
    Pénurie des Ressources => système économique
    Absence d’avenir => système économique
    Terrorisme, délinquance, => système économique
    Pollutions atmosphère, océans => système économique
    Disparition biodiversité => système économique
    Maltraitance des animaux et des sols => système économique
    Tous ces problèmes sont des conséquences, reliés directement et imputable aux activités humaines. Il n’y en a cependant qu’une qui recoupe tous les autres, concrète et tangible, qui demande des solutions tout aussi concrètes et réelles……
    Laquelle?

Les commentaires sont fermés.