On a le sens du dialogue ou on ne l’a pas !

Pour Mélenchon, la seule candidature unique possible à gauche est la sienne, c’est ce que titre Le Monde ce matin.

On a le sens du dialogue ou on ne l’a pas ! En l’occurrence, on ne l’a pas ! Ce qui n’est pas anecdotique : quiconque, dans le contexte présent tout particulièrement, rend impossible une union des forces de gauche en France a une responsabilité historique.

P.S. On me demande de mettre la vidéo du meeting hier de Jean-Luc Mélenchon. Je le fais bien volontiers.

Re P.S. J’ai écouté 5 minutes, question : comment espère-t-on déboucher sur un monde meilleur à partir de telles vociférations ?

Partager

134 réflexions au sujet de « On a le sens du dialogue ou on ne l’a pas ! »

  1. Vous auriez mal lu l’article cher Paul ? Mélenchon a proposé à Hamon et à Jadot de les rencontrer dans une semaine, leur proposant 3 dates. Ne vous laissez pas berner par un titre du Monde.

    1. Faut écouter le discours de Mélenchon. La seule chose qui manque dans l’article du Monde, c’est le « je propose » avant « la mienne » (ndlr: de candidature).
      1h55min dans le discours de Méluche. Comme cela ça évite d’apporter la contradiction dans le vent.
      Ne vous laissez pas berner par un tweet.

  2. assez curieusement vous avez aussi votre Décodex avec la « Gauche  » française… faire référence au Monde avec autant de conviction va finir par en lasser un certain nombre.

  3. Il aurait fallu écouter le discours de Melenchon avant de reprendre le titre du Monde qui comme bien souvent est tendancieux!
    Melenchon a indiqué qu’il fallait des garanties sur la politique qui serait effectivement suivie en cas de victoire. Pas 2 fois le discours du Bourget. Or l’abstention du PS lors du vote sur le Ceta à l’assemblée nationale en dit long, ainsi que la présence de Mathias Fekl, pro Ceta, dans l’équipe de campagne… Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres

    1. Vous l’avez écouté vous le discours ? Parce qu’à 1h55min dans la vidéo, Méluche explique sans ambiguïté que la garantie, c’est lui et sa candidature qu’il « propose » si jamais il en fallait une unique.

      1. J.A.
        Pourriez vous indiquer aux participants de ce blog, les fois où vous y intervenez en tant que « modérateur » et les autres en tant que participant « lambda ».
        Si je suis le seul à discerner un problème de conflit d’intérêt ou de double casquette, merci d’en témoigner, si vous me censurez, je le saurais et ça sera une réponse.

      2. Je vois pas bien le rapport… Quand François Leclerc ou Paul Jorion interviennent, vous leur demandez si c’est en tant que rédacteurs, modérateurs ou participants lambda ?
        C’est très simple de faire le distinguo : si j’interviens sur une question de modération ou relative au blog, c’est en tant que modérateur. Dans tous les autres cas, c’est en tant que participant lambda. Pas trop compliqué, si ? Il est où le « conflit d’intérêt » (sic) ?

      3. Que Jorion valide ou pas des post, fasse ses commentaires, pas de souci c’est le propriétaire.
        Que FL fasse de même avec la permission de PJ, pourquoi pas mais le style de présence de FL est majoritairement lié à ses « billets », et très peu à des interventions sur le « forum ».
        Que J.A. ait une délégation aussi, pourquoi pas, mais si vous intervenez comme lambda, il n’y a plus de modérateur, et comme vos interventions sont souvent allumeuses, j’appelle ça « double casquette » ou « conflit d’intérêt ».
        Remarque supplémentaire : Vous évoquez un problème de garantie pour Mélenchon. J’ai écris ici récemment qu’il n’existait pas de garantie de la garantie : ça règle le problème. Des semblants de garantie existent : par exemple sur le point soulevé il est clair que le rapport de force est un certain type de garantie. Pour que le rapport de force soit une garantie certaine, il faut qu’il soit constitué et ce n’est pas une mince affaire.
        Claro ?

      4. Rosebud, faudra vous remettre un jour du fait qu’on ait jamais voulu publier vos billets sur le blog !
        Quant à ceux que j’allume, c’est toujours les mêmes et pour les mêmes raisons. Notez que si vous préférez, je peux simplement jeter leurs commentaires à la corbeille. Seulement je trouve (souvent, pas toujours) plus utile de donner à voir, c’est moins arbitraire.
        Votre réflexion sur le rapport de force est à côté de la plaque. Un rapport de force, ça s’établit dans une négociation. Quand on dit « c’est tout ou rien » (le programme des insoumis, à prendre ou à laisser), on établit pas un rapport de force mais un chantage.

      5. JA,
        Vous êtes dans l’erreur, je n’ai proposé qu’une fois à PJ « un billet »,en 2010 il m’a répondu ceci « Je viens de le lire. Honnetement, j’apprehende les nombreux commentaires me demandant pourquoi j’ai publie un texte ecrit de cette maniere inhabituelle. Comme je n’ai pas la reponse, je prefere passer. Mais continuez de m’en envoyer : tout le monde aime bien vos commentaires. »
        Mon texte est passé en « commentaires » et basta.
        Je vous encourage pour la poubelle.
        Un rapport de force n’est pas réductible à la négociation, mais ça peut en être une sortie.

      6. Moi, je l’avais déjà écouté, avant de la voir ici. Julien a raison. Les fans devraient remettre les pieds sur terre.
        Maintenant, concernant Hamon et Mélenchon, je crois que tout est dit ici avec humour, et sur le fond:
        Hachon et Emmêlon les oignons de la gauche
        http://wp.me/p5oNrG-wh9

  4. Par peur que Hamon fasse comme Hollande, il sabote la France.

    Mélenchon oui votre voix est importante, non votre candidature n’est pas nécessairement la bonne, vous êtes pas seul à y croire, sous couvert de seul espoir à gauche, vous gâchez notre partie.

    De plus savez-vous que vous n’avez aucune chance de passer seul , la politique c’est des concessions sans concession, et non l’inverse.

    Allé salut

    1. J. L. Mélenchon fait de la pédagogie depuis 2 ans comme il en avait fait en 2005 sur le texte de la Constitution. Comme nous nous sommes tous fait rouler dans la farine, il a le droit d’être suspicieux sur la suite des événements et de tenter d’obtenir des sécurités ?
      OK il rêve peut être mais sa démarche est construite et cohérente. Mais apparemment, elle a du mal à être prise au sérieux sur le terrain, sans doute trop « intellectuelle » ? Et le CETA c’est trop intellectuel ?

      1. Oui même au parlement européen son éloquence et sa sincérité sont à remercier, sa voix est très importante, mais nom d’un bouc il ne se rend pas compte qu’il pourrait faire tellement mieux ??!

  5. la victoire de la gauche aux présidentielles n’est pas un absolu, un tabou en soi. Son importance dépend avant tout de la réponse à cette question « sur la base de quel programme ? »
    La victoire de Hamon avec les responsables de la politique de Hollande comme alliés est la certitude de désillusions demain.
    Au fond ce qui est fondamental, au delà des présidentielles c’est la possibilité d’une refondation de la gauche sur un programme clairement à gauche. Pour cela il faut d’abord dépasser une vision étroitement électoraliste.

    1. Arrêtez moi si je me trompe, mais pour qu’il y ai désillusion, il faut bien qu’il y ai illusion au préalable, n’est-ce pas ?

  6. C’est un pléonasme de dire cela. Tout candidat pense que sa candidature est la seule possible, sinon il ne sert à rien de concourir !
    Ce ne sont pas que les candidats qui unifient mais surtout le candidat et son programme. Ils sont indissociables.
    Un candidat ne va pas porter en avant le programme de son voisin.
    Par contre, si les programmes étaient identiques, il serait avantageux de choisir le personnage qui le porterait au mieux.

  7. Un billet en forme de troll ? 😉
    Croire que Hamon a une chance d’être élu avec les voix des sympathisants de la France Insoumise, c’est comme croire au Père Noël ou à la « finance mon ennemie ». Beaucoup de gens ne voteront jamais plus P »s » de leur vie, même contre MLP. Alors 1) citer L’Immonde comme ça est assez perturbant, 2) le coup du « votutile » on a déjà donné, et 3) le fautif n’est certainement pas à chercher du côté de JLM…

    1. Je souscris entièrement.
      Je n’ai pas d’illusion sur la notion de Sauveur Unique mais encore moins d’illusion sur le Parti ptétendument Socialiste qui, de facto, est un parti de droite converti au néo-lib depuis 1983.

      S’il n’y a pas JLM au second tour, je voterai blanc (et je ne serai pas le seul). Et s’il faut une victoire de MLP (ce qu’à Dieu ne plaise) pour que ce pays ENFIN, réagisse, se mette en grève générale et réfléchisse à une constitution démocratique (pour changer un peu), ainsi soit-il !

      1. S’il n’y a pas JLM au second tour, je voterai blanc

        Ouh la la, on a peur, on va voter Monsieur alors.
        C’est y’a 15 ans qu’on pouvait se payer ce luxe (ce que je m’étais empressé de faire alors, faisant même 120 bornes en C15 pour glisser mon BB dans la fente), là c’est trop tard.

      2. Vigneron citant Ar c’hazh du :  » S’il n’y a pas JLM au second tour, je voterai blanc »
        Ouh la la, on a peur, on va voter Monsieur alors.

        M. Vigneron, vous faites ce que vous voulez de votre bulletin.
        Cela dit si vous pouviez argumenter vos positions lors de vos interventions plutôt que de rester systématiquement dans le sibyllin et, de là, sniper plus ou moins spirituellement autrui, je pense que les débats gagneraient en qualité.

        Ainsi, expliquer en quoi il est « trop tard » de voter blanc plutôt « qu’utile » éclairerait sans doute les lanternes de beaucoup (à commencer par votre serviteur)

      3. Pourquoi ??? Mais tu sors d’où ? Le père Pénien faisait moins de 17 % au premier en 2002 et moins de 18 au second, la fille Pénienne en fera plus de 25 au premier et plus de 35 au second – voire plus de 50 contre Monsieur sans avoir même à faire campagne entre les deux tours dans ce cas là, juste discuter avec la droite à Neuilly.

      4. « S’il n’y a pas JLM au second tour, je voterai blanc (et je ne serai pas le seul). Et s’il faut une victoire de MLP (ce qu’à Dieu ne plaise) pour que ce pays ENFIN, réagisse, se mette en grève générale et réfléchisse à une constitution démocratique (pour changer un peu), ainsi soit-il ! »

        Ça vaudra la peine d’y réfléchir tout autant si c’est l’ectoplasme Macron aux manettes.

      5. Ok je vois ; Macron ne vous fait pas aussi peur que MLP, moi si !
        Or je refuse de choisir entre la peste brune et le cholera en col blanc…

  8. Mélenchon, par défaut.

    Nous ne voterons plus jamais P.S., et nous voulons voter à gauche !
    Voilà le point de la situation….

    1. voilà, tout est dit.
      Impossible de voter Hamon. J’ai voté pour lui aux primaires, pour virer Valls, mais avec l’intention ferme de voter Mélenchon 🙂

      1. Pourtant Valls aurait pu gêner Macron favorisant ainsi Mélenchon… politique politicienne!
        Comment voter ps après avoir lu Le dernier qui s’en va éteint la lumière et l’ étude de Gilens et Page, c’est l’oligarchie qui décide et le ps et ses parlementaires n’y changeront rien, parti corrompu, cramé, vendu.

  9. Quand M.Hamon dit: « Quoi qu’il arrive, il y aura un bulletin Hamon », quelle est la différence ?

    Quand le PS (dont le classement « a gauche » est discutable) parle d’union, c’est toujours « rangez vous derrière nous ».
    Pourquoi faire ce reproche au candidat FI et pas au candidat PS ?

    En 2012, vous nous annonciez, Paul Jorion, au mieux, un « baroud d’honneur » de la part du PS, et vous nous invitiez a mettre des grains de sable dans la machine.

    Êtes vous devenu en 2017, si désespéré que même un hypothétique baroud d’honneur vous procurerait satisfaction ?

    Moi pas.

    1. Le seul souci c’est que sans l’électorat de Hamon et celui de Macron, la gauche c’est 10 à 12 %, moins qu’un Marchais.

      1. Je serais curieux de savoir d’où vous tenez ces chiffres… vous êtes dans la confidence de qui ? Et Macron : de gauche, lui ? Un peu de sérieux, tout de même !

      2. Ben les sondages, c’est tout c’qu’on a et tout c’qu’a aussi Monsieur.
        Trotsks + Monsieur = 12 %.
        Cruel, isn’t it ?

      3. Sans oublier que les trotsks sont sans doute les plus virulents et les plus pertinents de l’immense coalition nationale des anti-Monsieur.

  10. J’étais hier soir au meeting de Jean-Luc Mélenchon, plutôt pour m’informer et par curiosité, et j’ai été très favorablement impressionné et même bluffé par la prestation du candidat, très bon orateur et très clair, et aussi par la tenue du meeting, loin des effets de manche et de la manipulation des foules qui est souvent la marque de ce genre d’exercice (voir les meetings d’Emmanuel Macron notamment). Il s’est d’abord adressé 20 mn aux quelques centaines restés dehors, puis à la grande salle (1850 places). J’étais dans la salle annexe avec grand écran, également pleine, ce qui donne je pense un total sensiblement supérieur aux 2.500 comptés dans l’article du Monde. Je réagis surtout pour dire que les titres du Monde et du présent article du blog sont à mon avis erronés (le même que ce matin à France Inter…) : je n’ai pas entendu Mélenchon dire que la seule candidature possible était la sienne. D’ailleurs la citation du Monde ne le dit pas non plus : « Jusqu’à dimanche, je suis occupé (…) Je propose un rendez-vous la semaine prochaine, soit vendredi, soit samedi, soit dimanche. C’est moi qui propose. Tous ont dit qu’ils présenteraient leur candidature. Mais quand bien même il faudrait une [candidature unique], laquelle ? La mienne. » Quoi de plus normal de se présenter ainsi avant cette négociation ? Autre compte-rendu erroné : « Durant deux heures de discours, le candidat a distribué des gifles à ses adversaires. » Faux : il a parlé des autres au maximum 15 mn, l’essentiel du discours concernait le CETA voté la veille au Parlement de Strasbourg. Il a notamment salué le vote Non unanime des députés européens socialistes français. J’ajouterai que je suis bien loin d’être un « mélenchoniste » acquis, je suis très souvent énervé de lire les interventions des « Insoumis » sur les forums, virulents car mécontents du traitement fait à leur candidat. Mais c’est tout de même gênant de constater ces petites (?) manipulations sur le contenu du discours et je préfèrerais que le blog de Paul Jorion n’y participe pas lui aussi.

  11. Pourquoi s’associer avec une bande de réformateurs qui, dès qu’ils seront au pouvoir, vont s’empresser de casser la gueule à la classe ouvrière : RU + CPA + Loi EK + Sécurité Sociale dans les mains du MEDEF ?
    Entre collaboration et résistance ya pas photo. Le Monde pas vite gêné.

  12. P.J.
    J’estime avoir pas mal donné dans le sens du dialogue sur votre blog, avec les résultats lisibles comme risibles. Je sais que vous lisez ce qui s’y écrit, et que mes interpellations ne vous ont pas échappé.

    Pour faire écho à la position de PYD :
    « Mon but c’est juste que la droite ne passe pas, pour limiter les dégâts, de sorte que le terrain social et moral ne soit pas si dégradé que lorsqu’il faudra expliquer et appliquer les mesures d’urgence qui s’imposent ce sera « sauve qui peut ».

    Je vous réponds :

    J’entends bien que la paire de lunettes de Mélenchon sont les mêmes que celles de votre dentiste, et que par similarité, il vous horrifie, sans doute le souvenir de sa roulette vous a traumatisé, et qui dit roulette dit pari, et vous avez été tranché là-dessus, mais le pari que vous prenez ne me semble pas cohérent avec les perspectives d’espoir que vous avez amorcé par vos propositions fétiches.

    Le dialogue suppose la bonne foi de l’autre, ici sur ce mini laboratoire, comme sur la grande place publique, et manifestement les expériences reconduites depuis 40 ans en faisant confiance au PS, semblent lasser l’électeur quand il vote encore, au point de s’égarer ailleurs ou de chercher refuge et solidarité chez les Insoumis

    1. @ Rosebud1871,
      j’ai laissé mon ami Julien vous répondre mais je dois dire que vous me lassez. Dans votre pseudo il y a 1871 et je me demande bien pourquoi.
      Vous faites partie des gens qui ne changent jamais d’avis et jugent tout avec leur idéologie fermée et ready-to-use.
      Je vous explique avec un « détail ». Ici sur ce blog, Paul Jorion et d’autres invités ont expliqué avec des arguments étayés combien Edward Snowden était un homme formidable, d’un immense courage, un combattant de la liberté à l’égal de Nelson Mandela et qu’il mériterait d’être pdt des USA.
      Mais non, vous, vous le mettez dans une case et basta ! Vous bavez dessus, tranquille depuis votre clavier. Il risque sa vie lui.
      Être de gauche, c’est aussi être pour « l’Internationale » et savoir qui sont les vrais promoteurs des avancées pour libérer l’Humanité.

      1. en passant, le seul à ma connaissance qui propose de naturaliser Snowden et Assange puis de leur donner la légion d’honneur est… Mélenchon.

      2. Ah ça, pour sûr, si un individu doué d’un QI de 0,5 attend des révélations fracassantes sur Monsieur ou la Pénienne venant d’Assange, je pense pouvoir dire sans me tromper qu’il aura le temps de résoudre le Problème P = NP, et, à temps perdu, la Conjecture de Birch et Swinnerton-Dyer, les doigts dans l’nez.

      3. Rosebud1871, dans votre lein on peut vérifier la confusion à ce sujet mais je fais allusion à des commentaires plus récents auxquels Julien avait répondu … peu importe, je ne vais pas perdre mon temps : vous avez raison bien sûr.
        PS – vous avez changé sur le nucléaire mais ça ce n’est pas un très bon exemple car Mme Merkel qui est de droite mais physicienne a également changé sur le nucléaire 🙂

      4. Jacques Seignan 16 février 2017 à 14 h 48 min

        « vous avez raison bien sûr ».
        Si c’est de l’humour, c’est vous qui avez raison de ne pas perdre votre temps !
        Je ne sais pas faire votre soleil.

  13. Râles, soubresauts, expiration.
    La mélenchonite est une bien maladie mortelle, mais qui ne tue, par chance, que des individus au système immunitaire extrêmement déprimé.

  14. ne feriez-vous pas mieux de parler du fameux « décodex » que veut implanter le monde dans les consciences ? en tant que site d’information alternatif vous devriez parlez surtout de cela ET que de cela . des sites confrères à vous sont dans la tourmante à cause de ce quotidien qui veut rétablir l’index de l’église catholique , le monde s’érige en vertu , il décerne des faveurs , veut régir ce qu’est la vérité et ça vous laisse froid. bon dieu il y a vraiment un truc qui ne va pas ici ! des aspects juridiques à cette censure sont en train d’apparaître tant la manoeuvre des actionnaires systèmes de ce journal est grossière et vulgaire . une action en justice sera j’espère engagée, et je m’y engaerai alors, contre ce « machin » dont l’avenir est aussi sombre que celui de l’humanité ( dont vous parlez si bien ) . l’heure de la « sieste » est terminée, debout et vite s’il vous plaît . ( aucune agressivité dans ce commentaire de ma part inutlie de la chercher il n’y en a pas, à bon entendeur ) .

    1. des sites confrères à vous sont dans la tourmante

      Ah bon ? Dites-nous donc lesquels ? Je crains que la confraternité en question soit toute relative…

      Si c’est pour faire référence au clown Berry qui pleurniche depuis son indexation, j’en ris d’avance !

      1. Je pense avoir trouvé ce qui chagrine notre nouvel ami…
        http://www.lemonde.fr/verification/source/les-crises/

        Les Crises

        Un blog d’analyses économiques et géopolitiques qui héberge parfois des théories conspirationnistes, notamment sur la crise ukrainienne.
        Notre avis :

        Ce site peut être régulièrement imprécis, ne précisant pas ses sources et reprenant des informations sans vérification. Soyez prudent et cherchez d’autres sources. Si possible, remontez à l’origine de l’information.
        Références :
        http://criseusa.blog.lemonde.fr/2014/07/31/pourquoi-je-ne-publie-plus-sur-le-site-les-crises-fr-de-o-berruyer/ http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/12/15/fausses-images-et-propagande-de-la-bat

        Onubre en référence…

      2. Oui, je m’en doutais 😉 Note que je les trouve bien gentils les gus du Monde. Faudrait rappeler que l’actuaire est aussi coutumier des interventions dans les médias d’extrême droite et qu’il diffuse allègrement du Paul Craig Roberts (ouais, ouais, le mec qui dit que les Amerlocs sont derrière l’attaque de Charlie Hebdo, rien que ça) ou du Annie-Lacroix Riz (qu’on ne présente plus), comme si c’était de « l’information ».

        Mais ne soyons pas inquiets, Berru a tout de suite trouvé une oreille attentive pour s’épancher sur ses malheurs : https://francais.rt.com/entretiens/33763-fin-blog-decodex-operation-calomnie-monde-fake-news-olivier-berruyer-confie

        Chaudes larmes pour la disparition de son torchon. Qui réapparaîtra comme blog sur Sputnik, avec un peu de chance. Comme ça la boucle sera bouclée.

      3. Oui, sans compter que d’avoir été une source d’édition des soraliens pendant des mois et des mois (peut-être encore, je vérifie plus les errements du petit actuaire upériste depuis perpète), ça me semble suffire dans la balance du Monde.

      4. Oui, sans compter que d’avoir été une source d’édition de E&R pendant des mois et des mois (peut-être encore, je vérifie plus les errements du petit actuaire upériste depuis perpète), ça me semble suffire dans la balance du Monde.

    2. Jmgranjon a dit : « ne feriez-vous pas mieux de parler du fameux « décodex » que veut implanter le monde dans les consciences ? »

      Quoi qu’on pense des avis publiés dans ce Décodex, je me demande si l’effet ne pourrait pas en être paradoxal…

      Mettre à l’Index un texte, ou un site, c’est aussi dans une certaine mesure attirer l’attention sur lui. Et qui s’oppose au Monde – au point de parfois l’appeler « l’Im-Monde » pourra très bien par contrecoup se persuader que tel site doit forcément être très bien… puisque dénoncé par le Monde !

      Un avertissement de danger dans le Décodex pourrait bien finir par devenir un badge d’honneur, voire un brevet de respectabilité.

      Que cette respectabilité soit ou non méritée d’ailleurs… Et dans beaucoup de cas, elle ne le sera pas.

      1. C’est un argument circulaire. Les gens qui préfèrent lire des sites conspirationnistes et de la connerie en barre n’iront jamais vérifié sur Le Monde si la poubelle qui leur sert de vecteur d’information est bien une poubelle. Ce n’est pas une liste que diffuse le Monde, c’est un outil de vérification, que l’on utilise par essence pour vérifier une source.

        Si l’effet Streisand était de la partie, l’actuaire favori de Radio Courtoisie ne serait pas en train de se répandre chez RT sur le malheur de la fermeture prochaine de son blog. Il devrait plutôt louer de nouveaux serveurs.

      2. La première fois que j’ai entendu prononcer l’Immonde pour le Monde, c’était en chaire par un éminente raclure de professeur de Droit Civil et d’Extrême Droite devant 1 200 étudiants entassés dans l’amphi Aula Magna de Bordeaux IV Montesquieu en 1980.
        Ça vaccine.

      3. J’ai entendu dire qu’on dit qu’y aurait des on-dit qui disent que l’actuaire chéri de BFM bizness, Courtoisie, E&R et RT (etc dont pas mal de jorioniens) aurait lui-même fait des pieds et des mains pour aider le Décodex à le stigmatiser, mine de rien. Oh ? Sans Déc ?

      4. Je pense à cet effet « Index » surtout pour les gens qui sont « entre deux », qui sont à mon avis les plus nombreux.

        Certaines personnes sont prêtes à croire sur parole et par principe tout ce qui est dans le Monde, d’autres à croire par principe tout ce qui est sur Prison Planet. Elles sont minoritaires.

        La plupart des gens se méfient quelque peu du Monde, comme d’ailleurs de tous les autres médias. Tout en sachant reconnaître de la m**** en barre quand ils en voient, type Alex Jones.

        Ces personnes-là pourraient être intéressées à explorer plus avant ces sites que le Décodex désigne comme « peu fiables » pour ne pas dire dangereux.

        Sinon, sur l’expression « Im-Monde », la première fois que je l’ai lue c’est dans le bouquin C’était De Gaulle. Le Général semble l’avoir déjà couramment utilisée dans les années 1960 en privé.

        Naturellement, on n’est pas obligé de prendre au premier degré une expression vacharde utilisée dans des cercles restreints…

  15. Mélenchon présente le programme l’Avenir en Commun. Si d’autres, Hamon par exemple, veut défendre ce programme, eh bien Mélenchon est prêt à lui céder la place ! Mais, après le discours du Bourget de Hollande en 2012 et tous les votes de Hamon sous la présidence Hollande, il sera difficile de lui faire confiance. Depuis près de 100 ans, le PS a toujours trahi le peuple et a toujours fini par se ranger du côté des puissances financières et industrielles, au détriment des salariés et des petites gens. Alors, ce peuple d’aujourd’hui hésitera à voter pour quelqu’un qui a refusé le voter la défiance du gouvernement, laissant passer les lois antisociales de Macron et de El Khomri. Même devant Le Pen, Hamon échouerait. Combien disent : « Hollande nous a trahis, tout candidat PS nous trahira. » Et on aura une situation comme aux USA où les électeurs de Bernie Sanders pour beaucoup n’ont pas voté pour Clinton.
    Il ne reste donc qu’un candidat crédible pour soutenir et appliquer le programme l’Avenir en Commun. Est-ce si difficile à comprendre ?

  16. En faisant l’hypothèse de travail de 2 programmes absolument identiques, quel serait le président le plus capable de le mener à bien ? Question subsidiaire : Piketty aurait-il plus d’influence sur ce président que les notables du PS pour faire avancer la projet ?

  17. ça ressemble tristement à un partie de poker menteur d’autant plus invraisemblable que chacun sait qu’il n’y a rien à gagner. Le public en haleine attendra les prochaines élections que les cartes soient rebattues. Ainsi de suite.

  18. La particularité de cette élection là , c’est que trois, voire quatre « regroupements » plus ou moins idéologiques ( Gauche , centre , droite , extrême droite ) ont des troupes significatives potentielles au premier tour .

    Les négociations « à gauche » , quel qu’en soit le porteur de drapeau final, seraient bien inspirées de permettre d’être présent au second tour , et pour mon goût , avoir dégagé la proposition majoritaire que le peuple français est prêt à faire aux européens qui souhaiteront se donner les chances d’un avenir commun libre et démocratique ( et qui n’est pas le TCE ).

  19. Cher monsieur Jorion,

    La seule solution logiquement acceptable d’une rencontre entre messieurs Hamon, Jadot et Mélenchon, s’il faut agréger leurs engagements respectifs, ne serait-elle pas qu’ils tombent d’accord sur une candidature unique non pas de l’un d’eux, mais d’une quatrième personne, qui fasse consensus ?

    Sinon, pas d’union raisonnablement envisageable, hélas…

    La question serait donc de savoir s’il n’est pas trop tard pour s’engager dans une telle démarche de dépassement par le haut du rapport de force PS / FI actuel…

    Sur un tout autre sujet, que pensez-vous de la couverture de la campagne par Le Monde et du lancement de Decodex, sed lex? Il y aurait de quoi dire, non?

    Bien cordialement!

  20. Mr Jorion, vous rendez impossible une union des forces de gauche en soutenant un parti qui a trahi sa base d’une façon spectaculaire à de multiples reprises.

    Vous aurez à en rendre compte devant Dieu.
    (ou autre formule générique pleine de gravité au choix)

  21. Hamon surfe sur le cadavre du PS ; son objectif est d’en prendre la tête , de cheffer comme disait Chichi ( « un chef c’est fait pour cheffer… » ) ; sa stratégie ne concerne pas la victoire à la présidentielle .
    Je crois Mélenchon capable de céder la place , pas Hamon ,pour la raison ci-dessus .
    A l’instant T , comme dit l’autre , Mélenchon tend la main à Hamon .
    Forte probabilité que le banquier mystique macronien gagne .

    1. Honnêtement, moi qui ne crois ni en une victoire de Monsieur ni de Hamon, mais encore en celle de Macron, la bêtise crasse et monomaniaque de Monsieur m’arrange foutrement.

    2. procrastin : « Forte probabilité que le banquier mystique macronien gagne »

      Difficile à dire. Je ne vois personne de mieux placé… à l’instant présent.

      Le souci étant que cette élection présidentielle a vu une véritable farandole d’Importants, personnages politiques apparemment indéboulonnables, se faire remercier sans cérémonie. Sarkozy, Juppé, Hollande qui prit les devants, Valls, et maintenant Fillon en grande difficulté pour dire le moins.

      Le job de « favori de la présidentielle » pour ne pas dire « not’ prochain président pour sûr » s’est avéré un CDD de TRES courte durée. Juppé puis Fillon ont été dans cette position de vainqueur évident… jusqu’à ce que le jeu de massacre les atteigne eux aussi.

      C’est Macron qui a récupéré le job. Pour combien de temps ? Le numéro d’équilibriste entre gauche et droite ne pourra durer éternellement, et y mettre fin éloignera – éloigne déjà ? – soit les uns, soit les autres, soit au pire les deux. Le mépris social affiché par Macron en plus d’une occasion – et les vidéos existent – ne manquera pas d’être un facteur. Les questions gênantes sur ses liens avec le monde de la Banque, y compris bien sûr à l’étranger… pourraient bien finir par gêner.

      Rien de tout cela ne prouve au sens strict que Macron va lui aussi chuter. Mais il court et courra de plus en plus de risques… Alors ? Qu’est-ce qui se passera si Macron plonge ? Mystère et boule de gomme.

      Je ne vois que peu de scénarios :
      – Election d’un président discrédité, qui aura juste eu l’heur de se trouver deuxième au premier tour, donc élu au second contre MLP. Peut-être Macron… mais plus probablement Fillon ?
      – Grosse surprise Mélenchon – Le Pen, suivie de l’élection du premier ?
      – Même grosse surprise Hamon – Le Pen, et élection du Benoît ?
      – Contre toute attente, élection de MLP qui se trouverait capable par quelque tour bluffant de rattraper en deux mois les quinze points qui lui manquent pour l’emporter au second tour ?
      – Ou alors, il faudrait vraiment que je ne craigne pas le ridicule pour évoquer la possibilité, mais allez baste on ne vit et n’écrit qu’une fois… et si c’était Bayrou ?
      Après tout il semble quant à lui vraiment inattaquable sur le plan personnel, contrairement à Fillon et Macron, et il est bien dans la ligne majoritaire dans le pays, plutôt à droite mais pas trop, et pro-européen comme ni MLP ni Mélenchon ne le sont.

      Le plus probable reste à mon sens Fillon, aussi discrédité soit-il, et protégé de la correctionnelle par son mandat élyséen.

      Mélenchon et Hamon s’annulent l’un l’autre. Le Pen ne peut pas refaire un tel retard si rapidement. Bayrou je n’y crois guère moi-même, et si comme je pense Macron va lui aussi chuter et se discréditer d’une manière ou d’une autre, il reste que Fillon aura un « plancher » plus élevé que Macron. Donc sera au second tour. Donc élu.

  22. « quiconque, dans le contexte présent tout particulièrement, rend impossible une union des forces de gauche en France a une responsabilité historique. »

    hmm, et ceux qui ont créé la situation actuelle depuis 1983, ils ont quoi comme responsabilité ? Les élections françaises risquent fort de ressembler à l’élection présidentielle américaine avec de nombreux supporteurs de Bernie Sanders qui se sont abstenus, voire ont voté Trump.

    1. Eh oui, on aurait aimé que Bernie suive le sage exemple d’Elisabeth et soutienne Hillary beaucoup, beaucoup, beaucoup plus tôt.

  23. Le rêve de tout ce qui est à gauche de Fillon, de Poutou à Macron, anars compris, il faut bien le dire, c’est de voir Monsieur à moins de 5 %, pas 5%, moins de 5 %. On les comprend et on fera ce qu’il faut pour.
    Le rêve de Fillon est évidemment de voir Monsieur à son étiage, 10 % ou un peu plus, éliminant Hamon sans coup férir.
    Le rêve fou de la Pénienne comme des ravis rêveurs de Monsieur est de voir Monsieur au second tour, seule réelle chance de triomphe pour les Péniens.
    Le mot d’ordre est clair : Sus à Monsieur qui vole le pain de la gauche en place pour nourrir la droite.

    1. Il est exact que Mélenchon et Le Pen sont la principale chance de victoire l’un pour l’autre. Contre un Fillon, un Macron ou un Hamon, MLP n’a pratiquement aucune chance. Contre un Fillon, Mélenchon n’en aurait aucune.

      Pour le reste, je ne vois pas Hamon comme vraiment dangereux pour Fillon. Même si Mélenchon devait chuter… à moins d’imaginer que toutes, ou même la majorité des voix qu’il perdrait se reporteraient sur le Benoît ?

      A mon sens, une partie se reporterait sur l’extrême-gauche, quelques-unes même sur le FN, une partie seulement sur le PS… et les plus gros bataillons vers Dame Abstention.

      Les scénarios de présence au second tour à la fois de Hamon et de Mélenchon sont assez marginaux.

  24. « On a le sens du dialogue ou on ne l’a pas ! En l’occurrence, on ne l’a pas ! Ce qui n’est pas anecdotique : quiconque, dans le contexte présent tout particulièrement, rend impossible une union des forces de gauche en France a une responsabilité historique. »
    Parfait si on ne fait pas référence au titre du monde et sous réserves de s’accorder sur ce que sont « les forces de gauche ».

  25. Je suis ébahis. Et c’est peu dire. Paul Jorion, malgré l’estime que j’ai pour sa personne et pour le remarquable travail mené sur ce site depuis des années me semble pour cette occasion, bien loin de ce que de nombreux intervenants attendaient de sa clairvoyance. Il est tout de même patent qu’il n’est PLUS possible d’accorder la moindre confiance ni entretenir le plus petit espoir à des faucialistes qui ont bernés leur électorat, militants et autres pauvres citoyens pendant tout un quinquennat. Et que cesse, s’il vous plait, le recours aux misérables caricatures à l’endroit de Jean-Luc Mélenchon. Qu’on l’écoute – et attentivement, pour juger de ce que lui et le Mouvement qu’il a mis en place représentent pour l’avenir.

    1. Ce n’est pourtant pas d’aujourd’hui que ce blog a été attalisé par le groupuscule qui s’est autoproclamé « amis du blog de PJ ».

    2. à Jean-Pierre Colignon, à mon tour d’être ébahi.
      Quelle est votre propre clairvoyance ?
      Je me demande si un jour, en France, on va finir par comprendre ce qui est arrivé aux USA.
      Je me fous de Hamon, de Mélenchon, des programmes, des partis, de me fous de tous ces minables Egos, ces misérables tambouilles, ces professionnels de la gauche gauchisante. Ce que je vois c’est que l’on va dans le mur en klaxonnant.
      Que l’on va se retrouver avec un choix entre MLP/Fillon (eh oui !) ou MLP / Macron — Macron qui veut encore ponctionner 60 milliards (mais bien sûr c’est pour notre bien). Fillon veut supprimer 500 000 fonctionnaires ; Macron réduire la masse salariale : différence ?
      Et surtout par delà les partis il y a des millions de gens qui ont besoin de souffler — comme le Portugal nous en montre l’exemple (lire les billets de François Leclerc). Mais bien sûr nous sommes de fiers Français : on n’a pas à considérer ce qui se fait ailleurs. Ne plus se sentir menacés, précarisés, méprisés.
      Alors pour moi, ça devient très clair le problème crucial que le peuple de gauche qui est atomisé et dispersé a actuellement : ce sont « ses » représentants.
      Tous, dans ces partis, ils seront certes bien malheureux et désolés d’avoir perdu (et on fera mieux en 2002 pensent les plus cons d’entre) mais au fond qu’ont-ils concrètement à perdre, pour eux ou des proches ? Savent-ils, vivent-ils des situations d’urgence directement ou non ?
      Sont-ils dos au mur devant les terribles menaces qui sont en face de nous avec un second tour comme celui qui se prépare ?
      Ne vont-ils pas ensuite retrouver leur petite tranquillité, qui ex-député européen, qui ex-ministre, qui consultant etc. ?
      Oui, c’est clair les gens qui prétendent représenter et se faire élire par le peuple de gauche n’ont rien, mais absolument rien à f*** de nous. Ils s’en battent les c***s !
      Et c’est ça leur responsabilité historique : rien de plus, rien de moins.

      1. Jacques Seignan : « Fillon veut supprimer 500 000 fonctionnaires ; Macron réduire la masse salariale : différence ? »

        Oui, c’est ce vers quoi nous nous dirigeons, MLP étant sauf énorme surprise éliminée au second tour avec 35 à 40% des voix.

        Et oui, la casse sociale – et d’ailleurs économique, voir ce qui est arrivé à l’économie de pays comme Italie ou Espagne qui ont appliqué ce brillant programme – sera très lourde. Le chômage augmentera gravement en particulier chez les plus jeunes, l’économie française sera moins riche en 2022 qu’en 2017, l’Etat sera plus lourdement endetté et plus dépendant des marchés financiers. Tout cela a déjà été fait chez nos voisins du Sud. Les résultats ne seront pas différents chez nous.

        Je ne crois pas que tout se réduise à une question d’ « ego » ou de « tambouille ». Voir cet entretien avec Beuve-Méry http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/02/15/la-strategie-a-adopter-face-a-l-ue-constitue-la-principale-pierre-d-achoppement-entre-hamon-et-melenchon_5080016_4854003.html avec cette question approuvée par l’interviewé :

         » Le principal point de divergence entre les programmes du Parti socialiste et celui de La France insoumise n’est-il pas celui de la position à tenir vis-à-vis de l’Union européenne (UE) ? D’un côté, Jean-Luc Mélenchon entend, pour appliquer le programme pour lequel il aura été élu, imposer un rapport de force avec l’UE. Pour ne pas finir comme Tsipras en Grèce, la sortie de l’UE et de l’euro ne seront pas exclues. De l’autre, Benoît Hamon souhaite renforcer l’intégration européenne  »

        C’est la différence entre une stratégie européenne à la Hollande et une stratégie européenne qui disons fait une partie du chemin en direction de celle de Le Pen.

        Bien sûr Mélenchon est partisan de la construction européenne lui, mais seulement à certaines conditions, et il prévoit d’utiliser une menace de sortie de l’UE… qu’en cas d’élection il pourrait se voir forcé par les événements de mettre à exécution pour de bon ! Hamon quant à lui prévoit d’utiliser la même stratégie que Hollande, mais espère des résultats différents… sans qu’il soit bien clair sur quoi au juste il base un tel espoir.

        L’Union européenne, c’est le nœud gordien. Le trancher, à la Le Pen ? Le laisser en place et s’occuper d’autre chose, à la Hollande ? Tenter de le dénouer, à la Mélenchon, avec menace de sortir l’épée si le truc résiste ?

        Quoi qu’il en soit, il est difficile d’imaginer une candidature d’union qui ne définisse pas une position nette sur le sujet. Or, on ne peut pas « dénouer un peu » ni « menacer de couper un peu ». On le prévoit, ou non.

        J’ai personnellement beaucoup de mal à imaginer soit Mélenchon, soit Hamon, changer de position sur ce point essentiel.

      2.  » les gens qui prétendent représenter et se faire élire par le peuple de gauche n’ont rien, mais absolument rien à f*** de nous. Ils s’en battent les c***s ! »

        Pas tous.
        Mélenchon représente le peuple des insoumis. C’est à dire le peuple (sauf les soumis)

      3. Calme toi Seignan, va savoir… p’têt que si y’avait moins d’ingés en retraite comme toi ou de fonctionnaires catégories B et A comme tant d’autres pour voter Hamon ou Monsieur, p’têt qu’y aurait moins d’ouvriers, d’employés et de chômeurs chez la Pénienne ou chez Macron…

    3. pour la clairvoyance suffit de se rappeler ça
      http://www.pauljorion.com/blog/2016/10/08/pour-trump-cest-fini/

      Pour Macron, ça va être kif-kif, plus les medias a la quasi unison nous gavent jusqu’à la nausée avec ce porte-manteau, plus la baffe risque d’etre retentissante…

      Il est en train de devenir un sujet d’hilarité national entre ses communiqués cocainés sur son site « harcelé par les russes » (en clair : un wordpress jamais mis à jour) et ses djeunes groupies qui lisent leur Telegram pour savoir quoi dire/quand crier/agiter les drapeaux à ses meetings. c’est pas mal les smartphones en guise de flute de Hamelin, faut reconnaitre, ca marche bien avec les lemmings…

      https://www.youtube.com/watch?v=3BPckfQ8N7c
      https://reflets.info/ce-que-les-declarations-de-lequipe-macron-et-les-articles-des-journalistes-disent-sur-leur-niveau-en-securite-informatique/
      http://www.zataz.com/fillon-macron-hamon-pirates-russes/

      Pour le reste je suis pas devin, je pense pas trop que Melenchon ait une chance non plus, mais il me semble qu’on enterre Fillon bien vite dans l’histoire, les sondages sont probablement aussi « fiables » que pour la primaire de droite …

  26. @Paul,
    On peut prendre le contre pied de ce que vous écrivez sur l’union des gauches : En France, quiconque entreprends une union des courants historiques de la gauche condamne la gauche à devenir libérale (1983). L’union c’est pour une victoire à la Pyrrhus de « la gauche contre la droite » qui entérine la victoire du libéralisme cohérent, historiquement de gauche.

    Macron est un peu jeune, mais c’est le libéral « cohérent » (marché + sociétalisme) de cette pièce tragi-comique, et Méluche l’écosocialiste qui essaie de faire évoluer la pensée socialiste en dehors des clous solferiniens.

    Entre les deux, c’est comme si vous essayiez de faire la différence entre des praticiens et les plébéiens de l’an 02, les différences sont à la marge et non significatives d’un point de vue historique tant qu’on utilise pas la violence massivement.

  27. Question: Le [M]onde a-t-il le sens du dialogue avec son « outil » Décodex? Plusieurs personnes semblent penser que non, dont wikipedia qui vient de bannir un journaliste de ce journal pour avoir tenté de manière récurrente de bidonner une page, et ce afin de « démontrer » le manque de fiabilité de l’encyclopédie collaborative… On appréciera la méthode à sa juste valeur.

    Bref, ce que peut publier ce canard à l’agonie ne me fait plus ni chaud ni froid, que ce qu’il publie soit vrai ou pas d’ailleurs.

    1. @Dissonance,
      Le problème c’est que Le Monde en version numérique n’est pas à l’agonie et que ses cyber-journalistes ont un peu plus d’impact qu’un blog lambda. Et même Paul Jorion anthropologue se laisse berner par les pages « Planètes », décodeurs, réchauffement médiatiques et autres marronniers linkées en format gif très viral. Il a aussi besoin de l’immonde pour sa théorie, et ça fini par se voir quand on connait bien la maison.

  28. C’est quoi le but de faire une union? Pour gagner? Pour faire quoi ensuite?
    J’ai voté pour empêcher, 2002.
    J’ai voté et perdu en 2007.
    J’ai voté pour éliminer en 2012.
    Puis je espérer voter pour un projet cette fois ?
    Ces messieurs, dont ma contribution fiscale assure généreusement l’entretien, peuvent-ils considérer qu’ils ont aussi des devoirs vis-à-vis de la collectivité ?
    L’abstention progresse, on se demande bien pourquoi !

  29. Avec ou sans lunettes, ouvrir les yeux, avec ou sans Monsieur, la messe est dite.
    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/02/16/presidentielle-le-vote-de-classe-de-plus-en-plus-eclate_5080595_4854003.html

    Le premier parti des ouvriers est donc l’abstention, loin devant le FN. Mais parmi les ouvriers certains d’aller voter (58 %), ils sont 44 % à exprimer un vote frontiste, 16 % à soutenir le candidat d’En marche !, 14 % le leader de La France insoumise et 12 % le récent vainqueur de la primaire socialiste. Au total, le vote de classe incarné par les ouvriers s’est entièrement éloigné des gauches puisque l’ensemble des candidats positionnés à gauche (Nathalie Arthaud, Philippe Poutou, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Yannick Jadot) ne recueillent que 16 % du total du vote des ouvriers et 28 % du vote de ceux qui sont certains d’aller voter.
    Selon la même logique arithmétique, le vote des employés se répartit entre l’abstention (39 %), Mme Le Pen (21 %), M. Macron (13 %) et M. Hamon (8,5 %). Ici, on comprend mieux le désalignement d’un vote de classe tant les gauches ne parviennent plus à agréger le vote des classes populaires. Le phénomène n’est pas nouveau mais il s’amplifie : en 2002, 43 % des ouvriers et 39 % des employés votaient à gauche.

    1. « … 
les ouvriers, qui sont 12 % de 
la population, ne représentent que 2 % des personnes vues à la télévision, toutes catégories de programmes confondus. »
      http://www.humanite.fr/social-eco/les-ouvriers-ces-travailleurs-invisibles-des-temps-559763

      Vous n’allez pas me croire, mais le playdoyer le plus convainquant pour la gauche je j’aie entendu lors de cette présidentielle je l’ai entendu hier soir sur Médiapart de la bouche de Henri Guaino. Il y disait avec beaucoup de conviction tout le mal qu’il pense de ses collègues de l’UMP qui vouent aux gémonies le Front populaire, le programme du conseil national de la résistance et autres avancées sociales dont tout les français bénéficient depuis des décennies.
      Franchement Guaino face à Lepen, y’a pas photo, je vote Guaino.

      Pour le reste, ce sera Hamon s’il parvient toutefois à laisser de coté des thématiques tout à fait secondaires et inutilement clivantes comme la légalisation du cannabis pour se consacrer uniquement aux fondamentaux du social et de l’écologie. Ce sera Mélenchon s’il divorce d’avec Poutine, et s’il arrête de se prendre pour un petit père des peuples.
      Ce sera Macron s’il abjure sa foi au marché autorégulé, s’il nomme vigneron premier ministre avec Paul Jorion comme premier conseiller…. et Jacques Seignan ministre de l’intérieur (comme ça les contrôles au faciès sont supprimés.) Rosebud1871 serait nommé secrétaire d’Etat pour les relations avec la Russie après audition pour s’assurer qu’il n’est pas un ex espion de l’URSS ! 😉 Juannessy sera nommé sans hésitation au conseil constitutionnel. Roberto Boulant sera ministre du démantèlement des « too big too fail » et de la loi contre les lobbies. Jean-François le Bitoux, ministre de la mer et des ressources halieutiques. Marie-Paule Nougaret, ministre de l’écologie. Ecodouble, ministre de l’énergie. Etc…
      Bon j’arrête, ceci n’est pas un coming out, c’est juste une blague, enfin, pas tout à fait. Si on cherche bien il y a de bonnes choses chez chacun des candidats que je viens de nommer. Faut juste qu’ils ne fassent pas bande à part. Surtout Mélenchon et Hamon. Macron est déjà dans la stratosphère, on ne le rattrapera plus, où qu’il aille. Jadot est déjà sur la bonne voie. Et n’oublions pas les communistes, certes aujourd’hui des minorités statistiques, mais qui savent encore faire la différence entre la droite et la gauche. Merci à eux !

      1. Pierre-Yves, la légalisation du cannabis est loin d’être secondaire ! Je suis pour et quand je serai ministre d’intérieur j’y travaillerai !

      2. Je décline l’invitation, place aux jeunes…

        Les têtes d’affiche, j’m’en fiche.

        Halenchon et Melhamon, ça peut le faire.
        Mélenchon ou Hamon ça le fera pas (cette fois-ci).

        Que les français se bougent pour le programme qu’ils veulent entre ceux qui leur est proposé. N’ont qu’à lire, écouter, juger de leur intérêt : y a pas photo.

      3. Jacques Seignan 16 février 2017 à 16 h 11 min

        Légaliser le cannabis, c’est supprimer des emplois d’éducateurs, d’assistants sociaux, dans la justice, chez les psy mais surtout une quantité indéterminée de temps partiels soutiens de famille dans les banlieues. Du chômage en plus, avec des robots distributeurs automatiques de joints comme on en trouve dans nos campagnes pour les baguettes. Le joint-venture pour autoentrepreneurs aspirant milliardaires ! Voilà l’avenir.

  30. Je suis atterré par certaines réactions sur ce billet d’un blog que je suis depuis quelques années déjà. Comme quoi les réactionnaires ne sont pas toujours là où on croit. Mais au moins c’est clair.

  31. Comme j’ai eu l’honneur de l’écrire récemment à PJ, il y a beaucoup de snobs qui interviennent sur ce blog…

  32. Si on interprete la montée de Hamon comme une tentative des electeurs aux primaires de  » la gauche » de sauver le PS ( restaurer une credibilité , recuperer des electeurs raisonnables de melenchon, garder ses propres electeurs dans son camp) alors il n’est pas dit que l’addition des intentions de vote pour hamon , jadot et melenchon, permette à l’un d’entre eux d’etre au second tour.

    peut-etre que les electeurs du PS ont suffisemment interiorisés la defaite à venir de leur parti pour se contenter de sauver les meubles…

    Il est vrai que l’affaire Fillon revient battre les cartes et donner un peu d’oxygene aux scenarios d’une victoire possible de la « gauche »( mais laquelle et comment ?) devant Marine Lepen..

    Melenchon à-t-il un autre choix que de tenir sa posture ,( et meme d’en rajouter) ne serais-ce que pour etre mieux en mesure de negocier (?), ou bien, à defaut de negociation ,d’apparaitre comme le capitaine solide à la barre dans la tempete, comme dans la défaite…et dans la future opposition.

    Si j’interpréte le vote Hamon aux primaires comme un geste des plus vieux pour les plus jeunes ( qui souffrent de la crise avec plus d’intensité et qui ont tout lieu de s’effrayer d’un futur de plus en plus pourri ) alors je peux me poser la question de savoir si Melenchon, par son intransigeance et son catastrophisme,sa constance, est capable de continuer à attirer à lui les jeunes de gauche et leurs ainés…dans cette hypothese Hamon ne serait que l’epiphenomene de la migration de bon nombre d’electeurs « raisonnables » qui franchiraient pour la premiere fois le seuil de voter hors PS… s’estimant de toute façon, insuffisamment defendus par la « gauche de gouvernement » qui semble n’avoir d’autre programme que d’appliquer des directives europeennes neoliberales…

    En ce qui concerne Fillon, j’ai presque vu comme un clin d’oeil graphique à melenchon, le joli visuel  » F » tricolore qui symbolisait la campagne de F Fillon aux primaires de la droite… aux deux extremités des branches du F tricolore on voyait ( quasiment subminalement) apparaitre par deux fois le celebre petit triangle rouge qui orne la poitrine du costume de Monsieur M le maudit !

    IL ne fait pas de doute que tout ce qui est à gauche de fillon souhaites la disparition de melenchon, mais c’est peut-etre presumer de la capacité d’entrainement de cet etablissement de « gauche » ( politiques et medias ) que de presumer qu’ils vonts reussir à faire descendre melenchon au dessous de 5%, j’ai plutot l’impression que, plus ils vont s’acharner à taper sur Melenchon , plus ils vont sortir( à leur detriment ),de leur ambiguité.

  33.  » quiconque, dans le contexte présent tout particulièrement, « rend impossible une union des forces de gauche en France a « une responsabilité historique.
    Donc parmi les forces de gauche en France vous comptez le PS ? Et là , malgré l’amitié que j’ai pour ce blog, je ne peux pas vous suivre. Comme je ne peux pas vous suivre dans votre détestation à priori de Mélenchon.. sauf si vous me démontrez par des faits précis qu’il est détestable.

    1. Le Monde des Humains est naturellement hallucinant jpl, si bien qu’il n’est pas nécessaire de fumer du chichon pour être « halluciné ». Suffit de contempler la chute.
      Et pour paraphraser Belmondo dans « Les morfalous » : La situation ne peut qu’empirer.

  34. De quel type d’union s’agit-il ?
    -Une union de programmes complémentaires ou similaires qui va renforcer la souveraineté citoyenne et le lien social ?
    -Une union de programmes divergents qui ne sert qu’à anesthésier les dissidents du conformisme, à les faire rentrer dans le moule en arrondissant les angles ? On obtient alors un programme inodore et insipide qui ne pourra qu’engendrer au mieux le status quo de la crise actuelle.

  35. Monsieur Jean Luc Mélenchon ou « la classe affaires, c’est tout juste assez bon pour moi ».
    Quelqu’un pour se souvenir de cette fameuse petite phrase? Assez révélatrice du personnage, ancien sénateur PS dans toute sa splendeur…

  36. Hamon sait qu’il n’a aucune chance face à Lepen, son boulot est seulement d’empêcher Mélenchon d’atteindre le 2nd tour.
    Donc il ne se retirera pas.

    Mais les débats Mélenchon/Hamon permettront de mettre le traître Hamon dans la lumière.
    Je m’étonne d’ailleurs de ce que certains espèrent quelque chose de Hamon. Il suffit de voir la politique (libérale) qu’il soutient à travers ses votes! C’est clairement un typique du PS. (sinon il l’aurait déjà quitté pour rejoindre Mélenchon)

    1. On dit pas « traître », Gagnot, on dit « social-traître ». Tu me l’écriras 1792 fois et tu me l’envoies avec un chèque du même montant en Francs Français (Mille sept cent quatre vingt douze FF) à l’adresse ci-dessous.
      Signé : Monsieur (JLM).

      AFCP JLM 2017
      6 bis rue des Anglais
      91300 Massy

  37. Ah, le « tous contre Mélenchon » ça fait toujours recette, et les pas content de la situation actuelle qui buzz sur ce blog et veulent que ça change nous la jouent comme les autres ! Encore un petit coup de PS – de droite – Hamon eurolâtre convaincu va nous changer tout ça avec « du sociale » ,30 ans que ça dure le truc, mais suffit de « croire » avec toutes les autres sornettes néo-lib, le marché indépassable (ps, adopté sous Hollande 1er secrétaire) + Jadot, vert ni de gauche ni de gauche, avec un pareil attelage, certain On est sauvé. Ouais mais Piketty saute dans l’attelage, alors avec le chouchou ! Ça doit le faire ? Sauf qu’il a toujours était pro-ps le garçon. Le père noël est de retour, l’enfumage aussi, changer pour que rien ne change, toujours d’actualité

  38. Pas d’illusion . Si Hamon ou Mélenchon passait le 1er tour au 2eme l’un comme l’autre sera battu par M L Pen et mème peut être aussi Fillon si il parvient a rester en course.
    Alors … il y a trois personnes dans un bateau Hamon et Mélenchon tombe a l’eau … il reste qui pour empêcher le naufrage?

  39. Au fait c’est quoi la gauche ? Je me revendique socialiste, pas à la mode P »S » bien sur. C’est pourquoi je participe au mouvement « L’avenir en commun » et que personnellement je refuse l’étiquette de gauche qui empêche de voir clair.
    Le P.S. est bien de gauche. L’histoire nous l’apprend. Le socialisme ce n’est pas la gauche. Au début de l’affaire Dreyfus les socialistes estimaient qu’il s’agissait d’une affaire entre bourgeois. Leur implication par la suite a initié la confusion entre gauche et socialisme. La gauche c’est le parti libéral, dès la révolution française de 1789. En cela elle est fidèle à ce qu’elle a toujours été. Il n’y a pas de droitisation du PS, c’est la droite qui s’est convertie au libéralisme.
    La question n’est pas de distinguer droite et gauche mais de mettre l’accent sur la lutte des classes (appelons un chat un chat..), la lutte entre dominants et dominés.
    Deux événements pour illustrer cela:
    23 juin 1848: Les classes dominantes, toutes tendances confondues, droite et gauche, envoient le général Cavaignac écraser l’insurrection ouvrière à Paris. C’est en 1848 que les ouvriers parisiens inventent le mot d’ordre de République sociale. Entre la république bourgeoise et la république sociale il y avait la troupe de Cavaignac qui fusillait les ouvriers.
    1871 : Pour Marx la Commune de Paris était la forme enfin trouvée de la république sociale. Le massacreur de la Commune est le général Galliffet qu’on retrouve dans le gouvernement de gauche en 1899 en bon républicain parlementaire de gauche.
    Ces deux événements indiquent clairement la distinction à faire entre le soi-disant clivage gauche droite et la réalité de la lutte de classes qui structure la vie sociale et politique depuis la naissance du capitalisme. La différence est énorme; assimiler l’opposition droite/gauche à la lutte des classes est une erreur qui empêche de voir clair.
    La gauche telle que nous la connaissons aujourd’hui s’est formée en 1936 avec le Front populaire constitué des communistes, de la SFIO et des radicaux, un bloc comme un cheval et son cavalier avec Herriot et Daladier comme cavalier et la classe ouvrière comme cheval. N’oublions pas que c’est une chambre des députés dite du «Front populaire» qui a voté les pleins pouvoirs à Pétain: 569 voix pour, 18 abstentions et 80 voix contre. 183 parlementaires étaient absents dont 24 sur le Massilia et les communistes en prison. Dans l’appareil d’état de Vichy on trouve bon nombre d’anciennes personnalités de «gauche». Les étiquettes gauche/droite sont en complet désaccord avec ce que l’histoire réelle nous apprend.
    Après 1936 se fait l’idée qu’il existe quelque chose de gauche qui n’est pas un mouvement ouvrier, qui n’est pas l’appropriation des moyens de production, qui n’est pas la perspective du renversement du capitalisme, ni l’association des travailleurs et producteurs chère à Marx. Cette autre chose c’est le keynésianisme, idéologie commune à la gauche, idéologie qui propose de sauver le capitalisme avec des réformes sociales. Cette idéologie repose sur l’intervention de l’état qui pilote les mécanismes anticycliques pour empêcher les crises qui amène le capitalisme a faire quelques concessions avec en contrepartie l’intégration des syndicats dans l’appareil d’état. Les capitalistes jouent le jeu à condition que les syndicats s’engagent à ne pas aller au delà de ce qui est compatible avec la maintien du système capitalisme. Cette idéologie a été le substrat de la pensée du PS en 1981, masqué par les discours de Mitterand sur la soi-disant rupture avec la capitalisme. Cette idéologie pensée pour pérenniser le système capitaliste sans conflits sociaux trop violents a bien fonctionné pendant 30 ans de 1945 à 1975 grâce à des circonstances très particulières: la reconstruction, le programme du CNR, la guerre froide, l’élimination des patrons collabos et surtout la nécessité de maintenir l’ordre menacé par une situation révolutionnaire où les conflits de classe ressurgissaient.
    Il fallait donc que tout rentre dans l’ordre. Thorez revient de Moscou. Il faut un seul état, une seule armée une seule police… Le prix à payer pour y arriver a été la création de la sécurité sociale et bien d’autres choses.
    Dans les années 70 la mécanique keynésienne s’est enrayée parce que la conjoncture avait changé, le taux de profit chute et en une dizaine d’années on voit apparaître le néo-libéralisme auquel la gauche va adhérer. Au G5 organisé à Versailles en Juin 1982 Ronald Reagan est accueilli en grande pompe. La France se rallie aux USA. Les valeurs de gauche d’alors c’est la France qui gagne de Fabius (Tapie, Vive la crise avec Y Montand etc..) et l’adaptation totale aux besoins du capitalisme. Le ciment qui faisait la gauche, le keynésianisme est définitivement mort.
    Aujourd’hui les valeurs de la gauche se réduisent à des questions sociétales qui se sont substituées aux questions sociales. Ce qui devient le point de ralliement de la gauche ce n’est plus la lutte des classes ou les droits des travailleurs mais ce que Michel Clouscard appelle la sociale démocratie libertaire.
    Le processus de décomposition de ce qui est appelé la gauche, concept qui du point de vue historique entretient la confusion entre la sociale-démocratie libérale et le socialisme , comme dans les années 30, renforce les extrêmes droites (celle en col blanc incluse) qui occupent l’espace que devraient occuper ceux qui sont censés faire advenir une république sociale. Les comportements qui en sont la cause sont multiples :
    – L’abandon de la classe populaire ouvrière et employée qui réagit en s’abstenant à 60 %, rendant tout processus de transition par les urnes illusoire.
    – La croyance que l’on peut faire l’économie de gagner la bataille de l’hégémonie culturelle via une éducation populaire refondée, pour aller plus vite vers la transformation sociale et culturelle.
    – La croyance qu’il est possible de gagner les grandes luttes sans refonder les organisations syndicales revendicatives et politiques elles-mêmes.
    – La croyance qu’on peut combattre le néolibéralisme en pactisant avec ses alliés indispensables (le communautarisme par exemple).
    – La croyance qu’il est possible d’aller vers un post-capitalisme en s’appuyant sur des thèses de l’adversaire (comme le revenu universel par exemple).
    – La conservation des thèses qui ne fonctionnent plus dans un monde globalisé néolibéral (comme les politiques keynésiennes par exemple).
    – S’imaginer que les gourous de l’école qui ont tué la pédagogie par le pédagogisme et le projet scolaire de transmission des connaissances par le socle de compétences peuvent être des alliés.
    – L’incapacité de comprendre que la Sécurité sociale peut-être une base d’appui d’un déjà là pour construire un modèle politique post-capitaliste.
    – La difficulté de lier la résistance au projet néolibéral de tuer les services publics à la projection d’avenir de services publics refondés dans le cadre d’un modèle politique global.
    – L’incapacité de comprendre que, sans une vigoureuse politique de réindustrialisation de la France sur un mode de transition écologique, il n’y aura pas d’avenir social et politique face au mouvement réformateur néolibéral.
    – L’incapacité de lier nos projets de lois sur l’immigration avec ceux de lois sur la nationalité (comme pendant la Révolution française avec ses quatre modes d’acquisition de la nationalité).
    – La difficulté à comprendre qu’il faut combattre le nationalisme et le communautarisme mais que les travailleurs ont besoin de la nation et de l’internationalisme.

    Il faut articuler le combat social et le combat laïque et plus généralement articuler ces 10 principes de la République sociale pour retrouver le chemin de l’émancipation.

    1. Aujourd’hui les valeurs de la gauche se réduisent à des questions sociétales qui se sont substituées aux questions sociales.

      Comme si la défense des droits des minorités ne recoupaient pas la défense des droits des exclus sociaux ou des « classes populaires ». L’opposition sociétal/social est purement idéologique, une mise en scène, de la droite identitaire. C’est le « communaliste proudhonien » (sic) de Benoist qui tenait votre discours hier sur France Q, pas Clouscard, ni Guilluy, ni Michéa. Et c’est Eric Fassin qui tenait le mien.
      A partir de 27′ :
      https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-moudre
      Choisis ton camp etc.

  40. Jusqu’aux couleurs qu’ils copient.
    Derrière les épaules de Benoît Hamon, à la télé que voit-on?
    Un slogan imprimé sur fond rouge, et dessous un truc écolo sur fond vert: les couleurs( très moches à mon avis) mais qu’avait choisies le Parti de Gauche de…Jean Luc Mélenchon.
    Et oui, c’est la guerre. Et vous voudriez faire confiance à cette hypocrisie ?

      1. … une pensée pour toi Julien dans ton rôle ingrat de modérateur… Heureusement qu’il y en a certains (label non-snobs) qui nous font rigoler 😉

  41. Lorsque Mélenchon s’est déclaré candidat il y a un an, il a été bien critiqué pour avoir coupé l’herbe sous le pied de nombreuses initiatives citoyennes de désignation d’un candidat. Déjà à l’époque, le ps n’envisageait nullement une autre candidature que le candidat naturel sortant. Forcé de prendre le train en marche(!) on voit bien que le ps s’est aussi pris les pieds dans le tapis. Hamon commence tout juste sa campagne, quand la FI est déjà bien lancé. Hamon se retrouve désigné par des citoyens qui ont plus voulu montrer leur dépit d’un ps libéral qui le soutient du bout des lèvres. C’est un handicap pour porter haut les couleurs du ps. Nombreux seront les députés ps qui, s’ils sont élus, s’opposeront à Hamon. Mélenchon a le mérite de la cohérence depuis qu’il a compris que le ps se foutait de lui après l’élection de 2012. Mais cette année, la balle est chez Hamon. Risquera-t-il de faire exploser le ps? Depuis longtemps, il aurait pû partir comme ses collègues pour la NGS. Illusion quand tu nous tient! Depuis 2002, le ps ne s’est pas transformé de l’intérieur ( de même nous avons eu l’illusion que les Etats- Unis allaient se transformés après les attentats de 2001, qu’ils auraient appris de leurs erreurs…et ce fut le contraire qui est arrivé). Donc ce n’est pas a 70 jours de l’élection présidentielle que le ps changera, à moins que Hamon ne quitte le parti. On se retrouve donc avec Lepen qui surfe sur de bons sondages sans trop faire campagne car son programme est bien agité depuis de nombreuses années et infuse un peu partout. Fillon qui aura bien du mal à faire campagne, sauf dans la caste des inébranlables. Macron qui est un pur produit marketing bien léché, Hamon qui est là par défaut, sans soutien de son parti, Jadot qui ne représente plus grand chose après la double explosion d’EELV et Mélenchon qui parle fort (ça déplait dans les milieux alternatifs, ça rappelle de mauvais souvenirs), pas soutenu par les survivalistes car l’effort a fournir c’est pour sa tronche sinon tout peut bien s’effondrer, assez bien par les communistes mais pour les députés…(on a vu aux régionales!) et puis pour les autres le bonhomme demande de mettre les mains dans le cambouis car prévient-il l’avenir ressemblera à ce que Paul nous annonce. Pas très vendeur comme programme! Avant un bulletin de vote suffisait et puis ciao en vacances! Allons-nous donc verser dans la mollesse macronienne, du « on s’occupe de tout »? Ou bien est-ce que cette baudruche médiatique se dégonflera? Ou bien un sursaut d’énergie déferlera sur le pays comme la France en a le secret (dans des situations historiques bien plus extrêmes). Je n’exclut pas la FI suffisamment haut pour être au second tour, car l’improbable devient possible. Mais, quelque soit le président, la suite risque d’être bien compliqué entre un président mal élu, une absence de majorité, une cohabitation. Dommage que Paul après la pikettite aigüe, vous n’ayez pas écouté hier Mélenchon.
    Il n’y a que là qu’il se passe quelque chose en ce moment et ce n’est malheureusement pas relayé par les journaux ou radios. On sait bien pourquoi. Dormez les petits, le marchand de ceta est passé!….

  42. Depuis 30 ans le réflexe pavlovien a toujours fonctionné (union de toutes les gauches pour faire front y compris avec des programmes sensiblement différents. La résultante une même politique de soumission aux mêmes instances (voyez les grecs) avec un creusement des inégalités et appauvrissement sans fin des classes moyennes. Il semblerait que cela fonctionne de moins en moins bien pour la plus grande panique des partis de gouvernement. La peur et la meute sans cesse contre les symptômes sans se préoccuper des causes. On souhaite dans l’oligarchie que cela perdure. Enfin comment un instant Mélenchon et Hamon pourrait-il fusionner avec des programmes aussi différents notamment leur vision de l’UE. S’ils le font alors c’est que la machine continue de fonctionner. Même si on sait ce que valent les programmes et autres engagements l’appel à l’union en agissant sur le ressort de la peur commence de moins en moins bien à fonctionner. Hélas pour les tenants de toutes les trahisons .

  43. Ce n ‘est pas scandaleux. Je signifiais simplement un brouillage
    volontaire des repères qu’ont les gens. Comme Marine Le Pen choisissant pour symbole la rose, certes repeinte, mais qui est de notoriété publique le signe de ralliement du PS.
    On se calme, Alexandre, on se calme…

  44. Mélenchon représente un programme, discuté depuis des mois et encore discutable. Il faut juste faire l’effort de se rapprocher de la France Insoumise.
    Que représente Hamon, à part ses « amis » du PS.
    On entend ses promesses mais comment compte-t-il les mettre en œuvre ?
    Quel est l’utilité de sa candidature, si c’est pour copier la France Insoumise?

    La vérité ?
    Le PS ne fait plus que de l’électoralisme depuis vingt ans.
    Le PS ne travail que pour le PS et rien ni personne d’autre.
    Ses promesses et programmes n’engagent que ceux qui les écoutent.
    La Courneuve, Solférino, ou autres gangs de l’Assemblée Nationale, différentes présentation mais mêmes comportements claniques.

    Et si au deuxième tour, je n’ai le choix qu’entre Hamon et Lepen, je resterai chez moi en souhaitant la victoire de Lepen.
    Je crois le FN tout à fait capable de provoquer un soulèvement populaire malgré lui.

    Les tendances autoréalisatrices des sondages s’estompent, avec la montée en puissance d’internet et de l’information libre.

    1. Vous mettez le doigt sur quelque chose d’important : vous n’êtes probablement pas le seul à considérer qu’en tant qu’électeur potentiel de JLM vous êtes plus proche de MLP que de Hamon. C’est l’une des choses que je reproche à JLM : d’avoir jugé que faire de la surenchère sur MLP était une tactique payante. Les mots aimables à l’égard de Poutine faisaient sûrement partie de ce package. C’est un très mauvais calcul comme vous le montrez à votre corps défendant : un électeur frustré de JLM ira voter FN.

      1. Je ne suis pas sûr que la politique envers la Russie soit un sujet si important en réalité.

        Il est certes clivant, parce que Poutine a su se créer un personnage objet de toutes les fascinations et détestations – les unes comme les autres l’arrangeant plutôt d’ailleurs. Mais la Russie n’est pas un pays si important que cela dans l’absolu, certainement pas au niveau d’Amérique, Chine, Japon ou Allemagne, voire même France.

        La politique envers ce pays est un sujet d’importance moyenne. Et c’est le seul sujet sur lequel on peut considérer que Le Pen et Mélenchon sont grosso modo alignés.

        Pour le reste, si l’un comme l’autre est prêt à dégainer la sortie de la France de l’UE pour forcer sa transformation radicale, ce n’est pas avec les mêmes objectifs en tête, de très loin s’en faut.

        Et sur la plupart des autres sujets, ils sont très différents.

  45. La crédibilité des sondages n’a jamais été aussi faible, tant les intérêts anti Mélenchon sont puissants.

    Les propriétaires des médias et instituts de sondage, comme les propriétaires en général, ont tous intérêt à enfoncer Mélenchon.

    Sur ce fil de discussion, à la louche il y a 90% de pro Mélenchon, 9% de pro Hamon, et 1 pour Macron. Étonnant, non ?
    On a pas finit d’avoir des surprises.

  46. « … une pensée pour toi Julien dans ton rôle ingrat de modérateur… Heureusement qu’il y en a certains (label non-snobs) qui nous font rigoler  »

    Voilà précisément ce qui me désole ici.
    L’entre-soi, qu’un billet de PJ ou une vidéo, je ne sais plus, de Madame Pinçont- Charlot dénonçait pourtant concernant la bourgeoisie.
    Vos propos me blessent. Je ne doute pas que votre intelligence soit cent coudées au- dessus de la mienne. Et que votre culture accumulée dépasse mon horizon.
    Mais voyez- vous, monsieur, vous me blessez grave. Et ce n’est pas correct.

    1. Llavador, si mon propos vous blesse, vous m’en voyez désolé. Celui que je vise, par ricochet, c’est bien évidemment Méluche, lui qui vous assène ce piètre argument et vous pousse à le ressortir pour voler à sa rescousse. C’est cela qui est désolant. Vous en êtes la victime collatérale, mes excuses.
      (oh, et rassurez-vous, je suis un ignare ici)

  47. « Pour Mélenchon, la seule candidature unique possible à gauche est la sienne, c’est ce que titre Le Monde ce matin. » nous dit PJ

    J’ose esperer qu’il n’aura échappé à personne que pour le Monde la seule candidature unique possible , c’est celle de Macron aussi. Le coup de Balladur en 95 leur a pas suffi…

  48. Il y a un vrai schisme sur le blog.

    Mais bon, on peut comprendre.

    D’un côté, il me semble complètement raisonnable d’avoir peur d’un hollandisme bis au cas où Hamon est élu.

    Et de l’autre, on a Mélenchon qui a le bon parcours pour refonder la gauche (avoir quitté le PS il y a dix ans c’est une plume à son chapeau!), à mon sens le bon discours sur les questions écologiques et économiques, mais qui n’a quasi aucune chance d’être élu (pour diverses raisons).

    Mais on est dans cette situation parce que Mélenchon a refusé de participer à la primaire. S’il pensait être un meilleur candidat à gauche, il fallait y participer. Point barre. Sa responsabilité dans la défaite de la gauche sera entière (même si à titre personnel, quand j’entends leurs discours et leurs interviews, je préfère Mélenchon à Hamon).

    1. C’est vrai que le « pain volé par des travailleurs étrangers aux travailleurs sur place », ça parle plus que « revenu universel » ou « à mort les perturbateurs endocriniens ! »…

    2. Mélenchon bouc émissaire de toute la gauche « bien pensante ».

      Cela évite au PS une introspection salutaire, qui aurait dû être faite il y a déjà bien longtemps, au moins dès le 21 avril 2002.

      Mais il est plus confortable de faire expier ses propres fautes par un bouc émissaire. J’attends encore de voir le bilan du droit d’inventaire mis en avant par Lionel Jospin dans les années ayant suivi les deux septennats de François Mitterrand

      Etymologie : La locution « bouc émissaire » est une référence à la cérémonie juive de l’Expiation au cours de laquelle un bouc est symboliquement chargé de toutes les fautes et de tous les malheurs d’Israël, puis chassé dans le désert vers Azazel (un démon, ange déchu) afin de détourner la malédiction divine.

      Dans notre cas la malédiction divine risque de prendre les traits d’une femme blonde…

    3. Les électeurs de la primaire ne sont pas représentatifs du peuple, et Mélenchon avait toutes les chances de se faire sortir. Tous les coups sont permis au PS…

  49. Qui fait débat à gauche aujourd’hui ? Qui ose évoquer les crimes des colonisateurs sans faux-semblants ?
    Macron.
    Qui a parlé avant lui de crimes contre l’Humanité à propos de la colonisation ?
    Rocard
    Qui le soutient parmi les historiens de la colonisation ?
    Stora
    Stora, un ancien camarade lambertiste de ?
    Monsieur.
    http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/02/16/benjamin-stora-la-colonisation-n-est-pas-encore-une-sequence-historique-admise_1548882

    Il y a aussi eu le grand rapport de Michel Rocard, qui sortait alors de l’ENA, en 1960, qui a fait scandale, parce qu’il y expliquait que plus de 2,5 millions de paysans algériens avaient été déplacés de force par l’armée, c’est énorme ! Lui-même, Michel Rocard, parlait de crime contre l’humanité, parce que certains de ces paysans sont morts de faim. En 2000, Germaine Tillion, Vidal-Naquet, et d’autres ont publié dans l’Humanité un appel qui demandait à Lionel Jospin de reconnaître les crimes de la guerre d’Algérie – même si ça ne portait pas sur l’ensemble de la colonisation.

    1. Je n’ai pas beaucoup de choses positives à dire sur les politiques prônées par Macron, mais là bravo : « crime contre l’humanité », et j’ajoute : c’est le moins qu’on puisse dire sur le colonialisme, mère de toutes les entreprise de prédation massives.

  50. Désolé de vous le dire, Mr Jorion, mais vous faites preuve, ici, d’une certaine mauvaise foi. Certes, vous ne vous êtes jamais caché de votre souhait de voir Thomas Picketty se présenter à l’élection de 2017. Certes vous avez fait part de votre inclination à voter Benoît Hamon, au deuxième tour des primaires du PS (car ça n’a jamais été autre chose), là dessus je n’ai rien à dire, chacun est libre de ses choix. Mais faire porter par avance la faute de l’élimination de la gauche dès le premier tour de l’élection à J-L Mélenchon, là je vous le dis tout net c’est intellectuellement pas très honnête.
    Si la gauche ne figure pas au second tour de l’élection présidentielle, ce sera avant tout dû à la dérive droitière -de type néolibérale en économie-, du PS depuis le tournant de la rigueur de 1983. Dérive qui s’est manifestée par la conversion au grand marché européen dans un premier temps, puis à la promotion de l’euro monnaie unique dont on voit aujourd’hui qu’il n’a pas entraîné une convergence des politiques économiques et sociales en Europe : dérive pas vraiment assumée au début, mais de plus en plus assumée avec le temps. Je n’aurai pas la cruauté de vous rappeler combien le PS a contribué avec la droite de gouvernement , à bafouer la volonté populaire exprimée sans ambiguïté lors du référendum de 2005.

    https://twitter.com/NicolasMeilhan/status/832215827051053056

    1. Bravo pour vos efforts méritoires de noyer le poisson mais si vous n’avez pas la conscience tranquille c’est que vous savez que JLM n’aurait pas torpillé une primaire à gauche s’il avait pensé qu’il en sortirait vainqueur. Et il continue : il est à la traîne par rapport Hamon dans les intentions de vote et n’en continue pas moins à s’affirmer « candidat naturel » de la gauche.

      Les égos surdimensionnés, genre Fillon ou JLM, c’est surtout à ça que les électeurs disent « On a déjà donné ! »

  51. lu dans Médiapart:
    «Comment croire que Hamon pourra mener la politique qu’il propose alors que sur les 394 candidat·e·s investi·e·s par le PS, 64% ont une position sociale libérale, 21% indéterminée et seulement 10% en accord avec lui !»
    à ceux qui écrivent dans ce blog: quelle est votre position?

  52. Je n’ai pas du tout envie de voter pour Benoit Hamon. Pour moi, un candidat de gauche qui va me trahir ça ne m’intéresse pas. J’ai donné là, comme beaucoup de gens, et franchement non. Au moins, même si c’est une tête de mule et que je ne l’aime pas trop, Mélenchon est une valeur sûre – celle vers laquelle tout le monde se tourne quand tout n’est plus que du toc – et je suis d’accord avec l’essentiel de son programme : l’Assemblée constituante.

    Un politique de droite élu va aller dans le sens du Medef, de l’Eglise catholique, de La Manif Pour Tous, de la réaction, et il va taper sur les salariés, les fonctionnaires, l’Éducation Nationale et les jeunes et non-propriétaires. Bon, logique. Ce que j’attends d’un politique de gauche, c’est qu’il aille dans le sens de la CGT, de la Libre-Pensée, de la révolution, et que l’on puisse mettre un steak (de soja s’il le faut) dans nos assiettes en allant taper dans la poche des contribuables comme Fillon et Macron. Luc Carvounas, membre de l’équipe de campagne de Hamon, vient d’insulter la CGT de « caste privilégiée ». Quel présage cela donne-t-il de la gauche hamoniste ? Je n’ai pas confiance.

    Alors pour moi, Hamon, il ferait comme les autres, il est exactement ce qu’il a dit qu’il serait en 2012, c’est-à-dire un barrage contre Mélenchon. Voter pour lui, c’est voter pour les prolongations de la situation actuelle. Il tiendrait une position centriste, du ni-ni, et les éléments vaguement progressistes qui pourraient se trouver sous la proposition de revenu universel (adossée à une révolution fiscale disons), vont être brutalement convertis en une réforme unique de toutes les aides sociales. Et tout cela, ce sera pour réduire les déficits-pour-la-compétitivité-etc.. Pas besoin d’attendre le résultat d’un vote favorable à Hamon pour en avoir le cœur net sur la duplicité du PS français : le groupe socialiste s’est abstenu sur la proposition parlementaire communiste de référendum sur le CETA, sans aucun doute par crainte que le Peuple Français ne la rejette.

    Ça suffit quoi ! Et surtout qu’on sait qu’un grand nombre d’entre eux seront derrière Hamon aux législatives, notamment Myriam El Khomri qui m’a personnellement coûté 5 jours de grève cette année (et quelques jets de bombes lacrymogènes totalement injustifiés). Je ne mettrai pas le bulletin dans l’urne pour ces gens-là. Qu’il me soit permis de ne pas faire confiance à un homme qui n’a pour vertu que de savoir manipuler avec habileté les leaders d’opinion et qui sera là pour trahir ses électrices et ses électeurs, si toutefois ils n’ont pas été écœurés par tant d’années à attendre un changement qui n’est pas venu.

    Si jamais Fillon et le Pen passent, faute d’unité à gauche, ce n’est pas à Mélenchon d’en porter la responsabilité. C’est beaucoup trop facile et ce n’est pas comme ça que ça marche ! Je préfère me taper plusieurs jours de grève contre la droite que contre la gauche, ça au moins, ça a du sens. Ce sera dur, mais ce ne sera pas sans espoir.

    Et rien ne dit, dans le désordre actuel, que Mélenchon ne sorte pas des urnes. Il y a une campagne. Chaque prise de position contribue, qu’on le veuille ou non, à renforcer ou à affaiblir la position d’un ou une candidate. Il n’y a donc pas de prise de position neutre ou objective mais – toujours – une prise de position politique. Pour ma part, si Hamon fait des gestes forts sur la base de propositions claires et avec un camp clairement défini, je peux changer. Mais de ce que je vois : confiance zéro.

  53. Le vote utile pour se retrouver avec un type du PS et ses amis dont on connait déjà les positions et les actes, non merci, plus jamais !
    Je préfère encore perdre en votant Mélenchon.

Les commentaires sont fermés.