Présidentielle – Le véritable rapport de force, ou Macron et Fillon au coude-à-coude, par Alexis Toulet

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Lors du vote sur le Brexit comme lors de la présidentielle américaine, les sondages fort décriés permettaient pourtant bien de discerner l’incertitude du résultat. Ce n’est pas la méthode du sondage qui fut fautive, mais bien leur interprétation par des commentateurs trop inattentifs qui amena trop de médias à s’imaginer quasi-certains refus du Brexit comme élection de Hillary Clinton.

Cette fois-ci encore, il faut examiner les sondages de près pour qu’apparaisse le véritable rapport de force. Macron et Fillon sont en réalité au coude-à-coude, Le Pen domine largement chacun d’eux, et l’identité de son adversaire de second tour reste fort incertaine…

L’analyse des résultats des sondages par la plupart des commentateurs se base principalement voire seulement sur les résultats mis en avant dans la première page des enquêtes d’opinion, sans prendre en compte ni l’abstention, ni – crucialement – le niveau de certitude de leur choix exprimé par les sondés.

Cependant, si l’on veut avoir une chance d’éviter les écueils qui ont mené tant de médias à prétendre l’année dernière que les sondages annonçaient refus du Brexit et élection de Hillary Clinton ce qui n’était pas le cas, il est nécessaire de creuser davantage…

Nota : Dans la suite de ce billet, les données exploitées seront celles des cinq derniers sondages publiés par Elabe, Ifop Fiducial, BVA, Opinionway et Harris Interactive entre le 22 et le 29 mars 2017, voir tableau complet en fin d’article (1)

Intentions de vote hors abstention et vote blanc

Au premier niveau, on en reste aux résultats mis en avant par les instituts de sondage.

Le premier niveau d’analyse… négligeant tant de facteurs !

La première impression est que Emmanuel Macron (25,5%) et Marine Le Pen (25%) se détachent nettement, François Fillon (18%) étant distancé de sept points qui apparaissent bien difficiles à rattraper d’ici le 23 avril, sachant qu’ils ne pourraient guère être récupérés que sur Macron, Dupont-Aignan et Le Pen, lesquels semblent tous bénéficier qui d’une dynamique qui d’une certaine solidité.

C’est à cette première impression que s’arrêtent la plupart des commentateurs. La conclusion étant un second tour Macron – Le Pen, et la très probable élection du chef d’En Marche.

Intentions de vote faisant apparaître l’abstention et le vote blanc

Pour enrichir l’analyse, il est assez naturel de faire apparaître aussi l’abstention et le vote blanc, mesuré en moyenne à 33% dans les dernières enquêtes.

Un rappel – Qui envisage de s’abstenir pourrait le faire… ou changer d’avis

Si les rapports de force entre les différents candidats n’en sont pas directement changés… les marges de progression apparaissent beaucoup plus nettement. Macron comme Le Pen émargent à 17%, Fillon à 12% distancé de cinq points, alors que 33% des Français n’expriment pas de choix ou d’intention de participer au vote. Cinq points à rattraper, voilà qui n’est certes pas fait mais semble déjà un peu plus accessible.

Intentions de vote certaines, prenant en compte abstention et vote blanc

Mais il ne suffit pas d’exprimer un choix, encore faut-il en être sûr ! C’est d’autant plus vrai dans une campagne présidentielle qui voit de nombreux Français exprimer incertitude voire trouble. Or les instituts de sondage mesurent aussi le degré de certitude des intentions de votes exprimées. Il est donc possible de croiser ces données avec les intentions de vote afin d’obtenir les intentions de vote certaines.

L’image la plus plus précise de la situation en cette fin mars – le jeu est en fait largement ouvert

La part des Français qui soit affirment ne pas envisager de voter le 23 avril, soit déclarent que leur choix est encore incertain, grimpe à plus de 55% ! De plus, l’équilibre électoral entre les trois candidats de tête est bouleversé, Marine Le Pen (13,7%) prenant un net avantage sur les deux suivants, séparés par bien peu de choses entre Macron (9,9%) et Fillon (8,7%)… plus précisément par guère plus qu’un seul point.

Il est naturellement fort probable que la participation dépassera de loin les 45%, une grande partie des indécis et des peu sûrs de leur premier choix se décidant au final pour l’un ou pour l’autre candidat. Mais l’important est justement que la plupart d’entre eux hésitent encore, et que le jeu est encore largement ouvert.

Ce qui donne une toute autre image du second tour : à côté du scénario Macron – Le Pen issu de la première impression, le scénario Fillon – Le Pen apparaît presque aussi probable.

Et le scénario plus surprenant d’un second tour Mélenchon – Le Pen, nettement plus difficile puisque le candidat de la France Insoumise ne rassemble que 5,5%, ne peut être totalement écarté.

Intentions de vote certaines – L’état des forces à trois semaines du premier tour

L’équilibre des forces en cette fin mars à trois semaines du premier tour peut être résumé ainsi – en faisant disparaître du graphe précédent les indécis et les abstentionnistes.

L’équilibre des forces aujourd’hui – Le Pen en tête, Macron et Fillon au coude-à-coude

Exprimé en pourcentage des intentions certaines de vote, l’équilibre électoral en cette fin mars est de plus de 30% pour Marine Le Pen, 22% pour Emmanuel Macron, presque 20% pour François Fillon, plus de 12% pour Jean-Luc Mélenchon et 8% pour Benoît Hamon.

Cet équilibre se déplacera presque certainement d’ici le jour du vote, d’une manière naturellement imprévisible, au fur et à mesure que davantage de Français encore indécis se décideront pour l’un ou pour l’autre, choisiront de voter ou de s’abstenir.

La seule chose qu’il soit possible d’affirmer à ce stade, c’est que l’affiche du second tour est tout sauf déjà décidée.

Second tour – à ce stade, la ligne Macron-Fillon tient, mais…

Les études d’opinion testent les deux scénarios Macron ou Fillon contre Le Pen. L’évolution de leurs résultats depuis fin janvier est résumée ci-après :

Macron contre Le Pen – légère érosion depuis janvier, clairement stabilisée

Fillon contre Le Pen – érosion absorbée, situation stabilisée

Emmanuel Macron comme François Fillon s’accordent à désigner Marine Le Pen comme leur « adversaire principale » suivant les mots du candidat Les Républicains lors du débat télévisé du 20 mars. A ce stade, l’un comme l’autre apparaissent devoir l’emporter contre elle le 7 mai.

Plusieurs réserves importantes doivent toutefois être ajoutées :

  • Tout d’abord, les études du second tour ne font pas apparaître le degré de certitude exprimé par les sondés. Il est donc impossible d’étudier la répartition des intentions de vote certaines, qui pourrait s’avérer différente, comme c’est le cas pour le premier tour
  • Les cinq semaines de campagne électorale d’ici le second tour pourraient naturellement faire évoluer les rapports de force
  • La campagne présidentielle a vu jusqu’ici une véritable farandole d’Importants, personnages politiques apparemment indéboulonnables, se faire remercier sans cérémonie : Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande qui eut du moins l’intelligence de prendre les devants, Manuel Valls… Si l’état d’esprit « frondeur » des Français menait à continuer ce véritable jeu de massacre, il n’est pas certain qu’Emmanuel Macron ni François Fillon en soient automatiquement protégés
  • A noter qu’une affiche du second tour Macron ou Fillon contre Le Pen garantirait que le sujet central du second tour serait l’Union européenne. Or, la dernière fois qu’un vote a été centré sur l’UE, c’était le référendum de 2005 sur la Constitution européenne, qui a vu le Oui initialement à 65% dans les sondages être ramené à 45% le jour du vote, soit 20% des Français qui changèrent d’avis après avoir examiné de plus près la question. Un déplacement moitié aussi grand suffirait à mettre la victoire à portée de Marine Le Pen

Il est impossible de ne pas conclure – même si les arguments sont plus qualitatifs et historiques que les arguments quantitatifs concernant le premier tour – que le résultat du second tour reste aujourd’hui nettement plus ouvert qu’il n’y paraît.

L’élection de Marine Le Pen, qui serait un événement à proprement parler historique, ne peut absolument pas être écartée.

 

(1) – Les données exploitées pour cet article sont résumées ci-après :

Récapitulatif de la moyenne des sondages publiés entre le 22 et le 29 mars 2017

Partager

115 réflexions au sujet de « Présidentielle – Le véritable rapport de force, ou Macron et Fillon au coude-à-coude, par Alexis Toulet »

    1. Impressionnant, mais faut mettre du sel là-dedans, ouvre un clandé de paris mon gars, fais le book, mais j’espère que t’as de quoi pasque va y’avoir du monde contre toi… moi le premier.

      1. Pas inintéressant ? Ça m’intéresse. Tu mises avec ton compère ? Je vous prends à 2 contre 1, montant de mise unique et le ou les gagnants ramassent toutes les mises. Je mise 500 roros honorifiques contre Monsieur au 2nd. Si y’a des volontaires pour rejoindre les deux pieds nickelés, vous gênez pas…

      2. @ Vigneron : j’ai pas les moyen pour 500 mais je veux bien prendre le pari a 25€ a 2/1. Le perdant verse la somme au Blog : si Monsieur au second tour tu donne 50 sinon c’est moi qui donne 25, ok?
        Une seule condition pour Jorion : la somme vas à F. Leclerc dans tous les cas.

      3. ok, pari pris. Elle vas finir par me couter cher cette élection (4x 160km) heureusement que l’autoroute est gratos ici 🙂

    1. Exclusif: Hamon négocie cartel avec Macron et Mélenchon
      https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/010417/exclusif-hamon-negocie-avec-macron-et-melenchon

      L’information me vient d’un ami et lieutenant de Mélenchon. Hamon serait prêt, selon lui, à occuper Matignon sous une présidence Macron. Pourquoi pas, affirme-t-il, puisque Mélenchon s’était lui même proposé comme premier ministre du président Hollande, et même, après avoir été éconduit, comme ministre, sans préciser de quoi, d’un gouvernement Montebourg.

      1. Ç’aurait pu être un bon poisson s’il n’était fait allusion à un « ami et lieutenant » de Monsieur or chacun sait que Monsieur n’a :
        1) pas d’ami
        2) pas de lieutenant mais un Commandante.

      2. C’était un poisson d’avril !

        …mais je vois que cela n’a pas tari la mauvaise verve de M.Vigneron, toujours prompt à maugréer contre quelqu’un qui n’y était pour rien.

  1. Vous voyez juste, l’élection de Le Pen ne peut être écartée. Je pense plutôt à 2002, cela pourrait se reproduire, par le vote utile en mobilisent la gauche et la droite contre Le Pen…comme disent les Belges: L’union fait la force. Le Pen risque de gagner si elle parviendra à motiver les abstentionnistes chroniques, les anti-systèmes de la droite rétro-nationaliste, les oubliés de la mondialisation économique…..Ce potentiel n’appartient pas uniquement à Mélenchon.

  2. 1er tour: Conviction Hamon
    2eme tour: Hamon encore ou le moins pire.
    C’est dans cet esprit qu’ont été voulues les institutions nan?

    1. Arnaud !

      Tu rêves en couleur ou tu en as fumé du bon!

      Trêve de plaisanterie, je voudrais féliciter Alexis Toulet pour la justesse de son analyse. À l’heure qu’il est tout est possible quant aux résultats du premier tour. Les 2 chevaux à sélectionner pour la course du 2 ième tour sont, semble t’il, parmi le trio suivant: Le Pen, Macron, Fillon (à 2 longueurs). À 4 longueurs Mélanchon semble pomper la substantifique moelle de Hamon qui risque de terminer l’épreuve tel un canasson fourbu. Emporté par son élan Mélenchon a même l’espoir de pouvoir griller la politesse à Fillon; il faudrait pour cela que ce dernier se fasse bouffer quelques picotins d’avoine par un cheval à forte côte dénommé Dupont Aignan. Cela ne sera pas cependant suffisant à l’étalon des Insoumis pour terminer dans le binôme de tête; les rush endiablés ont leur limite; il va finir par manquer de souffle.
      Tout cela est pour le 1er tour. Pour ce qui est du 2 ième tour, le livre des paris n’est pas encore ouvert.
      Je n’aurais jamais pensé tomber en amour avec les courses hippiques !

  3. ça veut dire qu’il faut voter dès le premier tour pour le banquier macron ? comme la tina, le vote utile nous tue à petits feux
    vote utile que l’on nous vend depuis 20 ans et qui ne fait qu’augmenter les scores lepen

    valls sort du corps d’alexis toulet !

    1. A propos de Macron, le MEDEF et ses politiciens ne cessent d’exiger des réformes structurelles, qui sont autant de sacrifices demandés aux seuls producteurs de richesse, parce que les entreprises françaises seraient « moins compétitives que leurs concurrents ». Du flan pour l’essentiel, pour simplement augmenter encore plus les gains des actionnaires, ceux qui ne produisent RIEN et profitent en dormant.

      Le mensonge est parfaitement démontré par dans le Rapport sur l’attractivité de la France en 2016 publié par Business France, dépendance du Ministère de l’Economie et des Finances.
      Synthèse ici: https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/010417/le-rapport-officiel-qui-dement-le-manque-de-competitivite-des-entreprises-francaises

      1. Parfaitement… en plein dans la cible.
        La fourberie grand bourgeois de Macron/Fillon est bien plus dangereuse pour les acquis sociaux que celle de Mélenchon, au demeurant non prouvée.

        La performance lamentable de notre Grand Capital, malgré des avantages incomparables, est sans espoir. Puisqu’ils ne veulent pas sortir du giron de l’Etat et accepter la concurrence, il me semble qu’une industrialisation administrée serait préférable. Déja, Colbert était arrivé à ce constat: l’Etat ne peut pas compter sur la haute bourgeoisie pour se lancer dans l’aventure du progrès à base de concurrence et d’initiative. Autant se substituer à elle et lui laisser des hochets d’amour propre.

      2. « Une entreprise qui est soutenue par l’Etat, si elle ne fait pas de bénéfices au bout de cinq ans, doit être abandonnée. »
        Colbert ou Montebourg ?

  4. Je ne pense pas que Le Pen passera le premier tour. A mon avis, cela se jouera entre Fillon et Macron.

    Les sondages se sont trompés sur les primaires et sur les élections précédentes et ne sont plus crédibles. Le Pen accumule les bourdes et le public commence à être choqué par son attitude, notamment sa rencontre avec Poutine.

    Fillon, en dépit des « casseroles », représente la droite classique et cléricale qui est très puissante dans les zones rurales ( la fameuse « France des cathédrales et des paysans »…) et Macron est l’homme de la bourgeoisie urbaine. Le Pen et les autres candidats ne font que regrouper les mécontents.

    Cependant quel que soit le président élu, il devra trouver une majorité après les législatives et cela, c’est une autre aventure…

      1. Sans doute, sinon il n’y aurait pas trois candidats majeurs pour lui faire force courbettes et œillades, mais il faut néanmoins s’astreindre à sous-estimer cette popularité par rapport à celle que tendrait à nous faire accroire l’hyper-présence des fanatiques du zig sur la toile.

      2. Ne sous estimez pas le prix du baril de pétrole dans le taux de popularité des russes pour Poutine , au delà des mythes de la Grande Russie et de la forteresse assiégée .

        Je suis amoureux de la Russie . Un peu moins de Poutine .

  5. « Si l’état d’esprit « frondeur » des Français menait à continuer ce véritable jeu de massacre, il n’est pas certain qu’Emmanuel Macron ni François Fillon en soient automatiquement protégés »

    Je ne suis pas convaincu. Fillon sera peut être jeté, Macron est tout nouveau. On ne jette pas ce qui est neuf.

    1. Et les « petits » candidats qui n’ont pas encore eu l’occasion sérieuse de s’exprimer, vous les compter pour beurre?
      Ca nous permettrait de jeter tous les autres, non?
      Je crois que nous n’avons pas fini d’être surpris…….

      1. Non non les petits comptent pas pour du beurre, on se souvient de la Taubirette et son mètre trente qu’avaient suffi pour envoyer Père Pénien au second tour.

    2. comme quoi la propagande fonctionne

      macron nouveau !

      non mais qui, depuis 2012, est dans l’ombre de flamby, avant de devenir ministre ?

      1. E. Macron a un programme dont le volet économique et relatif à l’emploi s’inspire fortement du modèle scandinave de la flexisécurité. Ces pays ont connu ces dernières années, et ce malgré une faible croissance, une baisse du chômage effective et ont également misé sur un niveau important de formation
        (i.e remise à niveau) et d’accompagnement des salariés au regard de leurs droits et devoirs.

        « A gauche comme à droite, les réformistes s’intéressent de près au modèle social scandinave. Le décryptage de Vincent Giret. »
        http://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-decryptage-eco/le-decryptage-eco-travail-emploi-les-bonnes-idees-du-modele-scandinave_2068437.html

        « Si toutes les réformes proposées par Macron étaient réalisées, la France serait en bien meilleure forme »
        Selon l’économiste Olivier Blanchard, qui s’exprime dans une tribune au « Monde », seul le programme d’Emmanuel Macron propose un équilibre entre la dynamique des entreprises et la sécurité des travailleurs. »
        Par Olivier Blanchard (Professeur émérite du Massachusetts Institute of Technology et « senior fellow » du Peterson Institute for International Econom…
        http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/03/31/si-toutes-les-reformes-proposees-par-macron-etaient-realisees-la-france-serait-en-bien-meilleure-forme_5103726_3232.html

      1. A défaut d’être neuf , on ne peut pas dire cependant qu’il soit vieux par l’âge ou la doctrine qui le sous tend , comme tous les autres candidats petits ou grands le sont ( et pour certains d’un autre âge qui a fait la démonstration de sa propre vacuité depuis un siècle) .

        Le suspecter de ne pas être seul doctrinaire de son parti est une autre chose , mais ça ne veut pas dire que l’attitude politique ne soit pas nouvelle .

        Il lui reste encore à convaincre qu’elle peut répondre aux défis du monde en gardant la flamme de notre devise républicaine , sans se contenter de relever l’inanité ou le barbarisme social des autres propositions .

        Quelques vieux routiers un peu altruistes et à longue vue , peuvent lui apporter ce discours qui motive un ensemble .

        Mais , sans sondages et à l’instinct , je ne perçois du neuf pour la France dans le monde comme l’Histoire le pousse, que chez Hamon ( avec écolo) et Macron .

        Chez Mélenchon ,il y a bizarrement un mélange de neuf éminemment positif et d’ancestral conservateur , qui traverse d’ailleurs la FI en tant que telle , et dont je serai curieux ( et un peu inquiet) de voir comment les voix se répartiront pour le deuxième tour si JLM n’y est plus .

        Si je me trompe sur Macron , il ne me restera que Hamon pour me laisser espérer un peu d’air , d’empathie , de rêve , d’organisation et de prise de risque .

        Ou ce qui germera de ses premières utopies , chez « les autres » .

      2.  » A défaut d’être neuf , on ne peut pas dire cependant qu’il soit vieux par l’âge ou la doctrine qui le sous tend  »

        Juannessy, c’est quoi l’ubérisation que soutien Macron sous prétexte de remettre dans le travail des chomeurs ?

        l’ubérisation, ce n’est que le travail à la tâche ……… existant au XIXéme

        comme neuf on a fait mieux

      3. Non, le salaire à la tâche ou aux pièce est probablement une des formes les plus anciennes de paiement du travail. Il figure dans les lois françaises et anglaises dès le XIVe siècle si j’en crois Marx.
        Une autre citation (d’une note du K) qui intéressera certains… :

        On trouve dans le Standard de Londres du 26 octobre 1861, le compte rendu d’un procès intenté par la raison sociale John Bright et Cie, devant les magistrats de Rochdale, dans le but de poursuivre, pour intimidation, les agent, de la Carpet Weavers Trades’ Union.
        « Les associés de Bright ont introduit une machine nouvelle, qui permet d’exécuter deux cent quarante mètres de tapis, dans le même temps et avec le même travail (!) auparavant requis pour en produire cent soixante. Les ouvriers n’ont aucun droit de réclamer une part quelconque dans les profits qui résultent pour leur patron de la mise de son capital dans des machines perfectionnées. En conséquence, M. Bright a proposé d’abaisser le taux de la paye de un penny et demi par mètre à un penny, ce qui laisse le gain des ouvriers exactement le même qu’auparavant pour le même travail. Mais c’était là une réduction nominale, dont les ouvriers, comme on l’assure, n’avaient pas reçu d’avance le moindre avertissement. »

        https://www.marxists.org/francais/marx/works/1867/Capital-I/kmcapI-21.htm

      4. @Gorban :

        S’il n’y avait que ça de vieillot dans le programme de Macron !

        Mais pour réaliser un programme ( sauf à systématiser le 49.3 mais on serait aussitôt en crise de régime ou de troubles sociaux violents ) , il faut avoir une majorité à l’assemblée .

        Et en l’état des forces prétendantes , je ne vois personne qui puisse y prétendre sans accords et discussions avec « d’autres » .

        C’est pourquoi , sans doute à tort et accordant une confiance naïve à ces messieurs ,je préfèrerais rapprocher la carpe et le lapin avant le premier tour .

        Parce que j’aime mon pays et qu’il va avoir besoin d’être solide et rassemblé dans les dix ans qui viennent et que je ne verrai pas .

  6. Si Lepen passe, c’est la grosse révolte maté.
    Si Fillon passe, ç’est la dure révolte sanctionné.
    Si Macrôn passe, c’est la molle révolte etouffé.

    Un point de vue…
    Par manque de confiance en la vieille population de France,
    mon cerveau voudra voter Macrôn, mais bien sûr mes mains ne suivront pas.

    Et je rajouterai Youpi tralala .

  7. Charles
    Connaitre les effets dévastateurs du gauchisme façon NPA sur le bout des doigts.
    Dans le contexte de cette élection faire de Macron en tant que social démocrate l’ennemi de classe à abattre, même avec les meilleurs arguments, c’est travailler pour l’arrivée des néo-fascistes au pouvoir. On a déjà vu ça.

    1. Ni Macron, ni Hamon, ni Mélenchon ne sont sociaux-démocrates. La social-démocratie, depuis sa création, jusqu’à son agonie en cours, se propose de remplacer les rapports de production capitalistes par le socialisme. Il se distingue du courant communiste révolutionnaire par la croyance que l’ objectif du socialisme peut être atteint par la voie de réforme et des élections.
      Jamais, nulle part, elle n’a atteint son objectif.
      C’est sans doute la leçon tirée par Macron, Hamon et Mélenchon dont aucun ne vise le socialisme dans son programme. Ils se contentent de replâtrage. Face au rebond de la crise, non seulement économique, mais écologique qui vient, ce n’est bien sûr que du boniment électoral.

      1. @ Charles
        Donc, on se demande toujours pourquoi les partis qui se disent « révolutionnaires » présentent des candidats aux élections dites « bourgeoises ».

      2. Arkao,
        on fait avec les moyens du système, pour en prendre le contrôle et le transformer de l’intérieur, par étape si nécessaire. (la 5e > « l’avenir en commun » > la 6e > l’étape suivante).
        Modifier le système de l’extérieur, soit ça prend beaucoup trop de temps (pour changer les références et les consciences en agissant à la marge), soit ça fait couler beaucoup de sang (et notre éthique, les expériences passées, aussi bien que notre lâcheté, s’y opposent).
        Et puis, les élections offrent, malgré tout, une occasion de faire entendre autre chose, même si on est tourné en ridicule à cette occasion.

      3. soit ça fait couler beaucoup de sang (et notre éthique, les expériences passées, aussi bien que notre lâcheté, s’y opposent).

        L’âge surtout.

      4. @ Arkao
        Le camp du capital profite de toutes les division au sein du camp du travail. Les révolutionnaires passent beaucoup de temps à essayer de les surmonter.
        Le camp du travail, ici le NPA, profite des contradictions du camp du capital. En l’occurence, pour maintenir encore quelques années son hégémonie idéologique, la dictature du capital continue à concéder des lambeaux de démocratie, malgré les ravages de Hollande. Avec la crise qui va rebondir, et les désastres écologiques attendus, ces lambeaux tomberont aussi, à moins d’une révolution sociale.

      5. Charles,

        Par ailleurs, pourquoi Mélenchon aurait il étalé tout son jeu dans « son  » programme, qu’est ce qui vous dite que ce n’est pas là qu’une étape, puisque justement il y aura nouvelle Constitution…?
        On sent surtout en vous le désir de casser du Mélenchon.
        Le NPA n’apprécie guère voir un tiers issu du PS réussir là ou le NPA échoue lamentablement depuis toujours: faire prendre le virage de l’éco-socialisme à la France, et y entrainer d’autres.

  8. Bonjour Alexis,

    Il manque deux analyses importantes dans votre billet :

    1 – la prise en compte des non inscrits sur les listes électorales puisque le ministère de l’intérieur a annoncé tout récemment une vague d’inscriptions très importante…

    2 – le danger d’une telle situation qui nous renvoie bel et bien au scénario du premier tour de 2002 : sondages vs scrutins…

    Qui sera le dindon de la farce concoctée par tous ces pseudo sondages ? Qui sera le prochain Jospin ? Macron ? Fillon ? Voire les deux ?

    Sans parler de la gabegie du second tour de 1974 où VGD avait été élu contre toute attente on se souvient comment…

    Car c’est bien là que votre analyse mériterait d’être rapidement prolongée. Vous verriez peut-être les choses autrement, sachant en outre que des outils de communication d’influence tels que les smartphones par exemple, n’existaient pas en 2002, et encore moins en 1974 ; ces outils se sont surtout déployés dans la période 2007-2012 pour devenir pleinement efficients, notamment auprès des jeunes ces cinq dernières années… Tout ce dont les instituts de sondages aux ordres ne tiennent absolument pas compte…

    Ce qui sous-entend du fait des corrélations en découlant, (non inscrits, abstentions), et (non inscrits, votes blancs), que nous devrions connaitre un taux (non-inscrits + abstentions + votes blancs) proche de ceux de 1981, voire 2007 ! Soit un gap à venir entre sondages et scrutins beaucoup plus grand que celui de 30% par rapport au taux de 55,6% (indécis + abstensions + votes blancs) que vous évoquez dans votre analyse en faisant fi du taux des non inscrits d’ores et déjà connu…

    Sachant comment sont construits les échantillons ainsi que les méthodes de redressement pouvant être utilisées par les différents instituts de sondages, face à une telle correction à venir qui risque fort d’en surprendre plus d’un, il me semble donc extrêmement prématuré de tirer de telles conclusions face à une telle instabilité comportementale à venir…

    Amitiés,

    Philippe

    Rappel des taux (non inscrits + abstensions + votes blancs) :
    2012 – 29,6%
    2007 – 24,4%
    2002 – 38,8% (épisode Jospin)
    1995 – 31,0%
    1988 – 27,3%
    1981 – 26,2%
    1974 – 31,0%
    Etc.

    1. Ahhh 74… le bon vieux temps où un Chirac, à 15 jours du scrutin, parvenait à faire fuiter un « sondage » des RG dans France Soir donnant Chaban battu par Mitterrand au 2nd tour et Giscard gagnant… Giscard avait gagné 5 à 6 pts dans les sondages après ça (de 25 à 31 %) et Chaban en avait perdu autant (de 24 à 18 %). Good job, hélas interdit aujourd’hui, vous ne saurez jamais de combien perdrait Monsieur au 2nd contre la pénienne.

    1. Ce sont les redressements selon ces « bonnes vieilles méthodes obscure et obsolète » qui ont permis jusque là aux sondages d’être extrêmement proches, à la marge d’erreur près, des résultats finaux. Et ces redressements aussi qui donnent 2 points de plus aux scores bruts de Monsieur.

    2. Le principe général du redressement est de modifier les résultats bruts en fonction de questions de contrôle posées aux sondés.

      Un exemple – imaginaire, c’est pour le principe – 12% des sondés disent qu’ils voteront pour Mélenchon. Cependant, à la question pour qui avez-vous voté au premier tour en 2012, seulement 9% des sondés disent avoir voté Mélenchon… alors que le résultat réel dans les urnes était 11%. On en conclut qu’un certain nombre d’électeurs de Mélenchon se sont fait discrets, ou qu’on les a manqués par hasard statistique, et on redresse le score prévisionnel de Mélenchon en conséquence.

      Ceci par des formules pas nécessairement simples, mais raffinées par l’expérience.

      Il n’y a guère de mystère là-dedans.

      Ce qui est vrai c’est que la mesure des phénomènes nouveaux – par exemple l’Emmanuel – est probablement plus difficile à « redresser » de la sorte, sinon impossible. Le résultat doit donc être plus difficile à mesurer.

  9. Donc, plus on prend de recul par rapport aux sondages et plus les candidats se tiennent.
    Faites encore un ou deux pas en arrière et ignorez les sondages.
    Ils ne servent qu’à influencer les électeurs, directement ou via les manipulations médiatiques.

  10. Très rassurant, Le Pen forcément au second tour, battue par Macron au second tour. D’où je tiens ces informations, de mon petit doigt qui sent très bien le vent.

    Le plus important, ce ne sont pas les sondages et les spéculations autour, ce sont les programmes.

    Dans mon rêve, Macron remet la France en marche (balance commerciale, déficit budgétaire, compétitivité), il remet l’administration au carré, pour préparer l’arrivée d’un Benoit Hamon nouveau qui mettra la barre un peu plus à gauche.

    Je suis prêt à parier 100 roros et je se partage les bénéfs avec Vigneron !

    Quand on décortique le programme de Macron, on se rend compte qu’il y a beaucoup de non dit, et heureusement. Pourquoi, à vous de deviner. Je vous mettrai pas sur la liste, et vous donnerai mon sentiment une fois Macron élu.

    Allez, une petit info : le prix de l’électricité va pas mal monter. Achetez donc de l’électricité aujourd’hui pour la vendre demain. Je sens que je vais me faire des copains sur ce blog.

    Bon week end

      1. Simple, c’est que l’objectif de l’Emmanuel est « deliver reforms », et que le détail voire le principal de ces réformes ne serait pas nécessairement très très populaire.

        Le non-dit, l’incompréhensible et l’exalté est un paravent nécessaire pour « reforms ».

        Mais pas d’inquiétude, si Macron est élu, il « fournira ».

    1. Vous nous encouragez, Yves Vermont, à inventer et breveter, une solution efficace pour stocker de l’électricité 😉
      Bon, je vais commencer par investir dans un stimulateur électrique, pardon nucléaire, de neurones… Obligation de moyens passant avant l’obligation de résultats.
      Dans la même dynamique, je sais que le prix du vent va aussi augmenter considérablement. Macron en vend beaucoup et il y a pas mal d’acheteurs… est-ce un bon placement ?

      1. Obligation de moyens vis à vis des plus démunis, cela me parait bien. Obligation de résultats vis à vis de ceux qui en ont les moyens et qui ne produisent pas grand chose. En cherchant, on devrait trouver mais à faire doucement, car ceux qui ont les moyens ne sont pas trop sensible à la problématique.
        Le prix du vent, bien commun pour l’instant, mais cela va ralentir la vitesse de rotation de la terre… attention de ne pas devenir une lune ! Il y a de la marge heureusement.
        Macron n’est pas un bon placement si vous êtes riches, posez la question à Mme Betttencourt, elle va enfin payer des impôts sur tous les dividendes qu’elle perçoit de l’Oreal. N’hésitez pas à me contredire si je me trouve. L’état devrait pouvoir récupérer 300 millions d’euros avec un seul contribuable.
        Marcon bon placement, pour la croissance oui, mais pour 10 ans seulement. Une fois les comptes de l’Etat rétablis, on passera aux choses sérieuse, une société plus égalitaire car on aura enfin les moyens de la payer.
        Ecart de rémunérations entre le pdg et la smicard ramené à 20, pas plus. Plus d’impôt sur les sociétés mais dividendes super taxés.
        Des syndicats qui défendent enfin les salariés pas des ….
        J’achète pour 5 ans, éventuellement pour 5 ans de plus et après on passe enfin à la gauche sociale et responsable.

        YV

    2. Les non-dits sont importants, vous avez raison. Comment M.Macron pourrait-il annoncer quelques jours avant l’élection du 23 avril, qu’il compte gouverner avec M.Fillon, en passant des accords entre les deux tours, sans perdre au premier ?

      1. Le nouveau programme de F. Fillon n’est pas le sien. Il serait incapable de le défendre s’il était président. C’est un faux problème car il ne le sera pas.
        Son programme pénalisera la croissance, la petite croissance dont nous avons besoin pour rétablir nos comptes. Quant à la croissance future, nous n’en avons pas besoin en moyenne mais besoin pour besoin pour que nos 50% de pauvres aient une vie décente puis une vie agréable. Donc ne boudons pas la croissance dans la mesure où ses fruits irons principalement aux plus pauvres. Et si elle est durable, why not !
        La France dans le monde, ce n’est pas grand chose. Donc, il faudra aussi tirer de la pauvreté des milliards de gens.
        Si la France devient un des leaders des énergies renouvelables, je ne vois pas d’inconvénient surtout si on repasse nos brevets au juste prix, en fonction des ressources de nos interlocuteurs : 0 pour les plus pauvres, des milliards pour les autres !

        Si vous pensez que E. macron passera des accords avec F. Fillon, je ne peux plus rien pour vous, désolé.

  11. Bonjour
    Ce qui est aussi intéressant, c’est de constater qu’en dépit de l’expertise des pros de la mise sur le marché de nouvelles savonnettes: 1 d’abord mettre doucement en place, pas à pas, les bons relais depuis quatre ans ( Gallet, Ernotte, Houlette etc…) puis susciter le désir sur une image de produit avant même qu’il soit défini, accompagné de la prise en main du look et des sorties de Br. Mac. par la fille et les pubards d’Arnaud et co. -( en gros Davos, Bilderberg G&S etc).- , le retard au maximum de l’énonciation du programme ( définition du produit) et le déferlement repoussoir sur Fillon assené au même moment, sans parler du lançage d’Hamon dans les pattes de Mélenchon, l’écart ne soit pas plus grand! Comme quoi, à force d’ingurgiter de la pub. les français seraient encore un peu immunisés contre le squat complet de leur temps de cerveau.
    Le but étant évidemment d’être au second tour pour avoir le plaisir de conserver le pouvoir au gang de l’ennemi de la finance tout en ayant le plaisir refaire à la droite le coup ( organisé par Sarko à l’époque) mais inversé du: Tout sauf le Pen!
    = « Nous avons fait aux français une offre qu’ils ne pouvaient pas refuser! »
    Dans la résistance culturelle au totalitarisme financier mondial, la France est le verrou majeur en europe; tout doit être fait pour amener les français à se coucher, le reste suivra ensuite facilement!
    Cordialement.

    1. De deux choses l’une chou, ou t’as tout bon et alors c’est des génies et alors on prend à deux mains si vous l’voulez bien, ou t’as tout faux et alors on prend plus que d’une main, mais alors faut qu’tu penses à consulter dès demain si tu l’veux bien.

      1. Du chou à la vigne
        Non c’est pas des génies: ils font là où ils savent faire comme ils sont payés pour faire, c’est tout. Ceci n’est qu’une synthèse de différentes sources. Ce qui n’en fait qu’une hypothèse soumise à la sagacité et à la contradiction des différentes intelligences qui s’ébattent ici. Ni plus ni moins. Il se trouve que j’ai assez vu de trucs chez ces gens là dans ma vie, ici et là, pour ne pas rejeter d’emblée et prêter attention.
        Macron c’est fabriqué pour le coeur de cible des électeurs du regretté George Frêche!
        En attendant, profitons bien de la pluie tous les deux, c’est la saison!
        Cordialement

      2. Macron la coquille vide avec des mots autour.

        Agence de communication / Discours de campagne : Proxem
        Clips de campagne : Jésus & Gabriel (agence spécialisée dans la communication alimentaire)
        Stratégie de Communication Numérique : Little Wing
        Financement : La City de Londres (Repas de soutiens / 7500€ le couvert), dons divers
        Banque : Prêts divers
        Conseil / Idéologie ultralibérale : L’Institut Montaigne

  12. Et si on se contentait de comparer les programmes au lieu de se la jouer ?

    Avec votre avis, est-il possible en France de réformer l’administration et de faire 60 milliards d’économie en profitant du numérique, le tout sur 5 ans, soit 12 milliards par an sur des dépenses publiques représentant 1200 milliards par an ? 1% de productivité hors éducation nationale, c’est jouable mais il va falloir le faire avec doigté.
    Comment recycler 12 milliards d’épargne de façon intelligente ? En investissant sur des projets rentables. Il y a en forcément du côté de l’administration. Pour être neutre, il faudrait que nous trouvions 12 md, la première année, 24 la deuxième, 36 la troisième etc… Je ne vois que le renouvelable pour en accueillir un max, à la condition que le prix de l’électricité augmente. Coup de bol, EDF a besoin de sous pour prolonger la durée de vie de ses centrales, pour améliorer la sécurité de ses centrales.
    Engie, Total ne s’y sont pas trompés, sans le dire ces messieurs mettent beaucoup de billes sur le renouvelable.
    Pour aller vite et sûr, le petit père Macron va ouvrir la route des autorisations pour l’équivalent de 25 Gigawatt. Le petit fermier du coin ne sera pas content de sa toute nouvelle éolienne. Ben, on le dédommagera.
    C’est ce qui va se passer dans les 5 prochaines années si le prg Macron est mis en place.

    Les repas 50% bio ou circuit court : monsieur le député macroniste sera prié d’aller sur le terrain voir ce qui se passe. On ne vous l’avait pas dit, voilà, c’est fait. Les ministres vont devoir se bouger aussi, comme les directeurs des administrations centrales. Pas drôle pour eux, mais c’est le prix à payer et ça vaut le coup, je crois. Fini le député absent, il va devoir nous en donner pour son salaire, enfin !

    Il n’y a aucune raison de ne pas gérer la partie administrative du public comme le privé. Si en plus, on arrive à éviter les mauvaises dérives du privé que l’on connait – et c’est pas facile – ça va marcher.

    Les 5 prochaines années ne vont pas être facile, j’en conviens.

    1. Avec le programme Macron, pour un retraité à 1600 €/mois ce sera 330 € de pertes par an – si les règles de calcul de l’augmentation de CSG ne changent pas.
      Sans parler du reste du programme qui présente un trou de financement de 53 milliards et des augmentations courantes (électricité, produits pétroliers, frais médicaux…)
      Pour se « rassurer »…., les autres c’est pas mieux.

      1. 40% des retraités ne seront pas taxés par la CSG à 1,7%. Si la barre des 40% est en dessous de 1600 € vous avez raison. Si elle est aud dessus, vous avez tort.
        Où est la barre des 40% ?
        Le trou de 53 milliards : après avoir analysé les chiffres, pas ceux de Rexecode, je ne vois pas de trou.
        Electricité, j’espère bien que le prix va monter, produits pétroliers, ils ne monteront pas, je vous rassure, les frais médicaux non plus car l’Ondam est capé à 2,3% en valeur.
        Les autres, FF et MLP, ce n’est pas sérieux. BH et JLM , Piketty, c’est pertinent mais pas tout de suite.

    2.  » Il n’y a aucune raison de ne pas gérer la partie administrative du public comme le privé.  »

      vu la dernière crise de 2008, nous sommes quelques uns à avoir des doutes sur l’efficience de la gestion privé
      bien entendu si l’on regarde le bien commun

      par contre s’il s’agit de continuer à enfoncer le peuple et gâter les possédants et leurs larbins et bien la gestion privé du public, c’est la meilleur chose à faire.

      « Les 5 prochaines années ne vont pas être facile, j’en conviens. »
      pas facile pour nous, ceux d’en bas c’est sûr
      par contre pour les possédants …….. quant à leurs larbins quelques miettes leur suffiront bien

      la goinfrerie ne s’arrêtera que face à un rapport de force où les possédants risqueraient de tout perdre.

      ils en veulent toujours plus et pourquoi s’arrêteraient ils?

      il faut la décence orwellienne pour trouver la recherche du toujours plus comme la pire des saloperies.

      j’ai une bagnole pour aller du point A au point B et j’en ai rien à foutre d’une bm ou d’une jaguar

      d’autres pensent qu’ils peuvent s’en foutre plein les fouilles car ils le valent bien et pour cela ne pas se soucier des autres est légitime

      qu’ils ne s’étonnent pas si un jour ça finit très mal pour eux

      1. La gestion privée, c’est vrai, pas géniale. Il y a quelques rares exceptions, j’en conviens.
        Ce ne devrait pas être trop difficile de faire mieux humainement quand on demandera à l’administration de se réveiller. Il faudra commencer doucement pour accélérer ensuite et surtout faire en sorte que le bas y trouve son compte.
        Une des conditions, ce sera d’être capable d’accueillir 200 000 personnes qui espéraient entrer dans l’administration et qui ne le pourront pas.

  13. Electeurs, faites mentir les sondages manipulateurs et les média à la solde des puissants: votez, ne vous abstenez pas, le moment est trop crucial.

    1. Ben voilà on l’a notre homme qui va interdire la spéculation, il saura trouver les mots qu’il faut pour convaincre les banquiers, les médias, et l’opinion publique 😉

      1. J’attends le journaliste audacieux, courageux, perspicace, teigneux même, celui auquel « on ne la fait pas », qui posera la question à Macron lors des prochains débats télévisés et accessoirement aux autres candidats.

  14. Présidentielle: l’éthique à l’envers
    31 MARS 2017 PAR PHILIPPE CORCUFF BLOG : QUAND L’HIPPOPOTAME S’EMMÊLE…

    La campagne présidentielle apparaît polluée par des problèmes éthiques d’intensité variable : de l’indignité morale (Fillon, Valls and co) aux désajustements entre idéaux et effets sur le réel (Mélenchon). Une tribune avec la philosophe Sandra Laugier.

    « Le bien commun exige bien plus que de beaux discours sur le bien commun, mais aussi des individualités fortes qui résistent aux facilités tant du conformisme politique que de la complaisance narcissique. Les militants du bien commun – et l’éthique en est un désormais, à protéger comme d’autres – ont besoin tout à la fois d’un sens éthique aiguisé au contact des tensions comme des vulnérabilités de la vie ordinaire et d’un sens politique ouvrant sur la réalisation pragmatique des idéaux. »
    https://blogs.mediapart.fr/philippe-corcuff/blog/300317/presidentielle-lethique-l-envers

    1. C’est la raison pour laquelle je classe Macron parmi les conservateurs, au même titre que Fillon (Fillon homme anti-système, un rigolade!). On dit que Macron continuerait à cuisiner avec la sauce hollandaise, mais c’est une erreur de jugement.

      1. E. Macron étant le concepteur de la Loi Travail El Khomri, vous avez bien raison de le rapprocher de M.Fillon. Le premier n’a d’ailleurs pas caché, à demi-mots, qu’il y aurait bien un accord de gouvernement s’il était élu, avec L.R.

        Dernièrement, M.Macron, admirateur de Margaret Thatcher comme M.Fillon, a annoncé à la presse que s’il était élu, il irait encore plus loin dans la destruction des droits salariaux, que la Loi Travail El Khomri, son bébé antérieur.

        C’est dire si l’individu est dangereux sous ses airs de nouveau né. Macron & Fillon, c’est un même électorat pour un même programme politique. Il n’y a que les sourcils qui changent.

  15. Et si il y a surprise c’est si la dynamique des vases communicants Hamon – Mélenchon va à son terme (Hamon qui s’effondre et Mélenchon qui monte)
    Une sorte de vote utile des électeurs de gauche qui mettrait Mélenchon en challenger de Macron.
    On voit tellement de choses bizarres !

    1. La logique du « vote utile » semble avoir une portée particulière cette année, alors que Marine Le Pen a une très forte chance de parvenir au second tour.

      Il est tout à fait possible qu’elle continue à jouer pour Mélenchon au détriment de Hamon, ce qui conceptuellement pourrait porter le premier au-delà des 18%. Pas beaucoup plus haut tout de même ? J’ai du mal à imaginer Hamon en-dessous des 5% (?!?)

      Pour que Mélenchon parvienne au second tour, il faudrait encore que Macron trébuche. Ce qui n’a certes rien d’impossible, la position de favori est périlleuse, et puis une partie de son soutien vient probablement d’un double refus de Le Pen et de Fillon… mais si Macron semble ne plus être le seul barrage pensable à la fois aux candidats LR et FN, une partie de ce soutien qui ne l’a rejoint que par défaut pourrait alors choisir un candidat de gauche de préférence à un candidat libéral.

      Il ne déparerait pas encore que Dupont-Aignan continue à grignoter Fillon avec l’argument-massue : « De droite, mais honnête ! »

      Cela fait deux conditions au moins pour que le Jean-Luc se retrouve au second tour, et peut-être trois. Même si chacune est relativement vraisemblable, le fait qu’il y faudrait plusieurs conditions diminue quand même la probabilité.

      Mais c’est envisageable oui. Nous avons en réalité à ce stade quatre présidents possibles. Reste à les choisir en fonction des critères vraiment les plus essentiels…
      – Le plus âgé, donc expérimenté ?
      – Le plus jeune, donc frais et charmant ?
      – La seule femme ?
      – Ou… celui qui a les plus beaux costumes 🙂 ?

      1. Je goûte assez le comportement de ceux qui me brocardaient pour mes pronostiques il y a peu, et qui se fendent des leurs à présent.

        Un augure ne peut en croiser un autre sans sourire !

        Mais l’homme avant toute chose est un joueur, alors jouons.

        Je me délecte déjà de ce 2OhOO, le 23 avril, où on va jouer une fois de plus la surprise, et dénoncer comme il se doit ces pronostiqueurs qui décidément ont perdus définitivement la main.

        En réalité, derrière les sondages orientés, il y aura eut un combat intense des tenants du statu quo, des marchés financiers tout puissant, donc du vote Macron, pour essayer désespérément, de faire voter « correctement » les français.

        Les sondeurs voient (partiellement ce blog) en 1: Lepen; 2: Macron; 3: Fillon; 4: Mélenchon.

        Personnellement, ou plutôt avec mes camarades, nous voyons l’ordre du quarté de ce dimanche (mais bon nous ne sommes que des ouvriers, à l’apéritif au PMU voisin) :

        1- Fillon
        2- Lepen
        3 – Mélenchon
        4 – Macron

        Les deux tendances historiques de cette élection, sont:

        La droite veut un programme FN, sans aventure et sans sortir de l’euro. Lepen va se faire siphonner son électorat par Fillon.

        La gauche ne veut plus rien, sauf sauver l’honneur et voter pour le panache d’un Cyrano.
        Peut importe la démagogie et l’autoritarisme national d’un Mélenchon. Peu importe la défaite.

        Il sait faire le spectacle, et dans un monde de spectacle, il interpelle les malheureux.

        Maintenant nos pronos sont inscrits dans le marbre.

        On verra qui des petits bourgeois ou des ouvriers ont le meilleur feeling !

      2. @ Vigneron.
        Ok je joue. Je joue avec ceux qui clairement exposent leur quarté.

        Votre règle édictée en début de fil, je n’ai rien compris.

        Si entre tous les compétiteurs déclarés, j’arrive dernier (à raison de 1 pt pour chaque cheval placé), je verse 25 euros au blog, pour F Leclerc.
        Non pas comme un pari -interdit- mais parce que j’aime bien ce blog, P Jorion et F Leclerc. Je fais une donation (tolérée).

        Si j’arrive premier, j’attends de tous les compétiteurs qu’ils écrivent sur ce blog: Vive le communisme, vive Lénine !

        Vigneron ? Ton quarté ?

        @ au passage.
        « Fillon représente la vraie droite et Mélenchon la vraie gauche. »

        Pour Fillon, je dirai la nouvelle extrême droite; pour Mélenchon l’ancienne ! Celle de Doriot et du PPF.

        @ Jacquot
         » Sans vouloir être cruel, aujourd’hui le monde ouvrier ne vote pas en majorité pour un candidat de gauche »

        Si il vote Mélenchon. Pourquoi Mélenchon n’est pas un candidat de gauche ?

        « Je ne sais pas si Mélenchon parviendra à prendre un nombre significatif de voix chez Le Pen  »

        C’est pas chez Lepen qu’il va prendre ses voix, c’est au PS, NPA, et abstention. Non pas parce que ces gens aiment le discours nationaliste de Mélenchon, mais parce qu’ils ne regardent que ce qui les intéressent: le côté radical de gauche !

        @ méphisto.
         » Eh… minel
        Tu parles de quels ouvriers?
        Parce qu’il parait qu’il y en a un sur quatre maintenant chez la blonde . »

        Je parle au nom des trois ouvriers sur quatre qui n’ont jamais voté Lepen. Pour les un sur quatre restant, ça a toujours existé. Hier c’était De Gaulle, Chirac, aujourd’hui c’est Lepen.
        Mais dits tout cela à Jacquot. Lui il croit dur comme fer, croix de fer, que toute la classe ouvrière vote extrême droite.

        « Pour ce qui est de l’ouvriérisme tu repassera la place est déjà occupée depuis 74 par Nathalie Laguillier. »

        Je ne fait pas dans l’ouvriérisme, mais dans le marxisme. Et le marxisme a amplement démontré que le fascisme était fondamentalement la colère de la petite bourgeoisie paupérisée, en rébellion contre le grand capital. D’où les diatribes antisémites de Hitler !

        Au fait, tu veux jouer avec nous ? C’est 25 la mise !

      3. Lenine, non, avec Dup on fait plus simple : d’un côté ceux qui misent avec les sondages (la Pénienne et Macron au 2nd) et de l’autre ceux qui misent contre les sondages (un ou les deux candidats différents, idem). Les premiers versent 50 au blog s’ils perdent, les autres versent 25 au blog s’ils perdent.
        J’ai misé avec les sondages, pari orthodoxe, Macron/la Pénienne.

      4. @ Vigneron.

        OK.

        Si c’est Fillon tu allonges 25 , si c’est Macron j’allonge 25, si Lepen se rate, on rajoute 25 chacun.

        Moi, je vote FN … non je rigole !

      5. @ Vigneron, Eninel, DUP

        OK, j’en suis. Mine de rien, cette petite plaisanterie va finir par faire un financement sérieux pour le blog 🙂

        Perso j’ai beaucoup de mal à imaginer Macron au second tour, quoi que montrent les sondages au jour d’aujourd’hui – et la phase la plus intense de la campagne reste à venir. Je vois plutôt à l’Emmanuel un destin à la Lecanuet.

        Je parie sur un duel Le Pen / Fillon. Pas que ce soit le scénario qui me réjouisse le plus… mais à la réflexion ça me paraît quand même nettement plus probable que Le Pen / Mélenchon ou autre.

        Donc j’allongerai 25 dans les autres cas.

      6. Jacquot, j’ai un proverbe africain pour toi : « Qui trop écoute les ricanements des hyènes, les hurlements des singes, les croassements des corbeaux, les barrissements des éléphants blessés, mal entend le chant de la multitude de grillons ».
        Je te laisse apparier troupes de supporters et meutes bruyantes…

      7. Non Lenine, si c’est Fillon ou tout autre que Macron et la Pénienne au 2nd, j’allonge 50 puisque moi je parie avec les sondages.

  16. @Eninel
    « On verra qui des petits bourgeois ou des ouvriers ont le meilleur feeling ! »
    Nous partageons la même vision sur ce plan!
    Fillon représente la vraie droite et Mélenchon la vraie gauche. Maintenant reste à savoir si la France est plus peuplée par le monde ouvriers ou par le monde bourgeois?

    PS : Macron restant la « drauche » caviar gavée.

    1. Sans vouloir être cruel, aujourd’hui le monde ouvrier ne vote pas en majorité pour un candidat de gauche. Loin de là.

      Je ne sais pas si Mélenchon parviendra à prendre un nombre significatif de voix chez Le Pen – rien n’est exclu d’avance – mais ce n’est pas encore fait.

  17. Eh… minel
    Tu parles de quels ouvriers?
    Parce qu’il parait qu’il y en a un sur quatre maintenant chez la blonde .
    Ils vont bientôt être majoritaire la dedans si çà continue.
    Pour ce qui est de l’ouvriérisme tu repassera la place est déjà occupée depuis 74 par Nathalie Laguillier.

  18. Pourquoi ne parlez-vous pas des meilleures propositions de JPM, de BH ? Ca reste un mystère. Défendez les svp avec du concrêt, et il y en a !

    1. Toute cette littérature a une odeur de poubelle bien connue.
      Je ne vois pas vraiment l’intérêt ( sauf à admettre que l’accélération subite claironnée médiatiquement de JLM arrive à vraiment vous tracasser?) pour les lecteurs de ce blog d’y fouiller…. surtout que ces poubelles sont nombreuses et de variables légitimités revendiquées se « répondant » les unes aux autres dans un concert flou et nauséabond.
      ( En particulier je suis à nouveau frappé de cette constante insistance JLM-bashing hors-sujet qui vous pousse en trio avec J.A. et P-YD. aux liens quasi-identiques vers 11h52 dans le plus récent billet de D.TEMPLE… )
      Mais puisque je me suis résolu à me salir quelque peu les mains , au fond du lien « proposé » par P.-Y.D. avez-vous lu les commentaires??… y inclus quelques-uns écrits en langage paraissant raisonnable:
      par exemple d’un certain « Mirr » ( c’était en 2015..!!..mais why not?)
      …  »  »  »
      Pffff. C’est quoi cette obsession des attaques ad hominem « vite fait, mal fait » ? Djordje Kuzmanovic n’a de toute évidence pas vos idées, mais c’est un républicain bien loin du fascisme, ‘faut arrêter vos délires…

      1) Concernant Michel Collon, l’article a été repris sans l’autorisation de Djordje Kuzmanovic. Il n’est pas responsable que Collon l’apprécie, car lui n’a aucun lien avec ce dernier. L’article d’origine est sur son blog sur Médiapart que vous ne vous êtes même pas donnés la peine d’aller voir… Mais je suppose que Médiapart, ce sont aussi des méchants fascistes, s’ils se permettent de relayer Djordje?

      2) Les partages photo sur facebook remontent à l’initiateur de la photo. Autrement dit, si quelqu’un a partagé la photo, que quelqu’un d’autre a partagé cette même photo, et que Djordje a finalement partagé, ce qui s’affiche en haut est celui qui a envoyé la photo à l’origine. Pas besoin donc que Djordje connaisse quoi que ce soit ce passionné du complot reptilien pour avoir partagé cette photo…

      3) Concernant la photo sur le monde « multipolaire », je sais pas trop quelle conclusion simpliste vous en tirez, peut-être auriez-vous dû laisser les commentaires en dessous pour voir ce qu’il en était. Je cite le bonhomme dans un des commentaires : « il y même des problèmes frontaliers entre la Russie et la Chine.
      « Monde multipolaire » ne veut pas dire « monde de bisounours », c’est juste qu’il n’y en a plus un seul qui domine tout avec son dollar et ses armées à la con. Et c’est déjà pas mal. ». Je suis pas sûr de bien voir en quoi le fait de vouloir que les BRICS aient plus de poids face au FMI et aux USA est un problème…

      4) Djordje dénonce les néo-nazis ukrainiens, en effet. Vous les soutenez ?

      5) Vous concluez quoi, du SPQR, au juste ? Qu’il souhaite un nouvel Empire Romain ? Non, parce que sinon, vous auriez pu mettre l’oeil de Sauron qu’il a mis en couverture une fois, ça aurait été plus pertinent pour dénoncer son soutien aux Orques du Mordor.

      J’ai peur qu’Alexis Corbière ait été bien gentil en disant que vous étiez mal documentés. Je pense que vous êtes simplement de mauvaise foi et ne cherchez pas la vérité…. »  »  »
      J’espère ne pas être trop contrariant dans ma constance anti-norme.

      1. Otromeros, la constance à justifier les branches pourries plutôt qu’à les couper ne va pas vous permettre de convaincre grand-monde, je le crains.

        1/ Mediapart a hébergé même des blogs de nazillons. Il n’y a quasiment aucune modération sur les blogs hébergés, qui n’ont rien à voir avec la ligne éditoriale de Mediapart. On est nombreux à avoir écrit à Plenel depuis des années pour les faire bouger sur ce point. L’enjeu du référencement semble malheureusement trop important pour tout couper, et implémenter une modération sur des dizaines de milliers de contenus trop longue et coûteuse. Donc mêler Mediapart à Kuzmanovic, c’est mensonger et trompeur.
        2/ En tant que contributeur Facebook, chacun est responsable des contenus qu’il crée et qu’il choisit de partager. Essayer de faire croire que les partages de contenus sont faits au hasard est mensonger. Rien ni personne ne l’a forcé à partager ces photos.
        3/ La russophobie (qui n’a rien à voir avec la critique du régime de Poutine) vaut bien l’antiaméricanisme primaire dans l’échelle des débilités. Pas vraiment à mettre à son actif.
        4/ La simplicité des raccourcis encore une fois : http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-explicateur/20140305.RUE2435/kiev-le-nouveau-pouvoir-sous-influence-neonazie-c-est-n-importe-quoi.html

        Allez, un peu de ce brave Djordje pour terminer en beauté, et celles-ci datent pas de 2015 mais d’hier : http://www.huffingtonpost.fr/djordje-kuzmanovic/monsieur-glucksmann-quelque-chose-dessentiel-vous-echappe-au-s_a_22023294/

        Où l’on peut lire :

        Il oppose « le nationalisme qui s’abat sur nos sociétés comme un tsunami de Moscou à Washington » à cette Europe de la défense. Il oublie un peu vite qu’elle nous lierait les mains au service de gouvernements aussi cosmopolites et pacifistes que ceux de la Lituanie, de la Lettonie, qui augmente les effectifs de son armée et crée une télévision de propagande en russe, de la Pologne et de la Hongrie, dont l’attachement aux libertés publiques défraie la chronique.

        Ouais, vous avez bien lu, Djorjde a peur de se retrouver lié aux grands méchants Lituaniens et Lettons ! Des « cosmopolites » et « pacifistes », rien que ça… Et qui en plus se permettent de créer une tv de « propagande ». Quelle idée de génie ! On pourrait appeler ça RT ou Sputnik ? Wait… hmmm

        C’est marrant comme ça fait étrangement écho à cette jolie saillie passé à la postérité d’un Méluche interpellé à la sortie du RER sur les « nouveaux entrants de l’est » :

        « eh bien, qu’ils aillent se faire foutre ! Lituaniens ? T’en connais, toi, des Lituaniens ? J’en ai jamais vu un moi ! »

        Des amis de l’Europe et de ses peuples qu’on vous dit. Ayez confiance brave gens. Ou bien allez vous faire foutre vous aussi !

      2. Et petite cerise sur le gâteau, je ne résiste pas vu que vous rappelez la dénonciation des « néonazis ukrainiens » par ce brave Djordje.
        En 2015, ça ne le dérangeait pas lui de s’afficher dans des manifestations de soutien au Donbass en compagnie du gratin de la fachosphère française :
        – Réseau Voltaire, Comité Valmy, PRCF, Lucien Cerise, Ginette Skandrani, Le cercle des volontaires, Agence Info Libre, Michel Colon (encore ? Décidément !), Jean Bricmont, etc.

        Mais là, ça le dérangeait pas trop au coin de l’oeil. Quel homme, quelle constance !

  19. @Julien Alexandre(4/3 à 19h34)
    Merci pour votre réponse argumentée (même si je m’adressais à notre ami Vigneron qui avait amené Yorgo avec ses gros sabots..) qui a retenu toute mon attention.
    Ne craignez-vous pas d’avoir interprété au premier degré l’expression:
    (extrait mot à mot) : « ……Il oublie un peu vite qu’elle[[=l’Europe de la défense]] nous lierait les mains au service de gouvernements aussi cosmopolites et pacifistes que ceux de la Lituanie, de la Lettonie, qui…. »
    qui me semble (naturellement et sans effort) devoir se traduire au second degré par (décodage) : « …Il oublie un peu vite que l’Europe de la défense nous lierait les mains au service de gouvernements (exemples = Lituanie , Lettonie..) qui sont TOUT SAUF cosmopolites et pacifistes (alors que NOUS le sommes , nous , cosmopolites et pacifistes , par idéal européen)… »
    Il se fait que je viens de terminer un séjour (intra-familial) dans un (très grand) de « ces » pays…le « russe » y est strictement haï , point , sans discussion , même par des invités aimés.!.. L’Histoire du siècle dernier se charge d’expliquer (expliquer n’est pas justifier..) cela.
    Quant à l’épine actuelle des réfugiés … à nouveau aucune chance de changer leur vision.
    Sur ce premier point , j’espère vous avoir convaincu de ma manière de raisonner.
    Sur la dernière phrase (« … t’en connais , toi… ») dont j’ai naturellement entendu parler en son temps et par épisodes , si elle est brute , à froid et au premier degré assumé , je condamne. Clairement.
    Bien à vous.

    1. Otromeros, c’est gentil mais j’avais bien saisi le « second degré » du bon Djordje. C’était extrêmement fin et nuancé, comme de coutume avec les grands analystes géostratégiques, mais j’avais pigé. Comment on appelle ça déjà ? De l’ironie, c’est ça ? Mais c’est bien sûr !

      Quand tu vois les manoeuvres russes incessantes dans l’enclave de Kaliningrad, que tu lis la presse russe (pas de propagande bien sûr, elle, on sait bien qu’elle est libre) qui tente de faire croire que Klaipėda n’a jamais vraiment été lituanienne (ça doit être la 3ème ville la plus importante du pays), que ce serait un cadeau de Staline, ça fait pas un peu penser à la Crimée ? Pas de quoi se poser un peu des questions ?

      Même pas besoin de rappeler le pacte de Varsovie, suffit juste d’ouvrir un peu les yeux. Encore faut-il le vouloir.

    2. Laisse tomber Julien, le Djordje, la pénienne l’aurait même pas pris comme jardinier, l’autre abruti en fait son expert géostratégique et international, ite misa est.
      Ce senestre c****d parle en ce moment de gazoducs et de Lafarge qu’il faut condamner impitoyablement en réponse à une question sur le gazage bachariste du jour.

  20. Le senestre c****d verse une larme sur le lycée français de Damas abandonné par l’Etat. Ahhh ! la larme trisocolore, la seule qui vaille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *