TRUMP ET LA FUITE EN AVANT DE LA DETTE US, par François Leclerc

Billet invité;

Le feuilleton du déplafonnement annuel du montant de la dette américaine est un grand classique qui revient tous les ans. Mais quelque chose a changé cette année, Donald Trump a proposé d’engager une discussion afin de se débarrasser une fois pour toutes de cet obstacle, prenant au passage ses alliés républicains à revers.

Aux mains du Congrès qui a instauré cette limite il y a maintenant cent ans, celle-ci représente traditionnellement une monnaie d’échange pour les élus à la recherche de contreparties. Jusqu’en 1995, sous l’administration Clinton, le vote était d’ailleurs automatique, mais il est depuis devenu un enjeu politique. L’émergence du mouvement Tea Party l’a illustré, qui a milité activement en faveur de la réduction du budget fédéral et la diminution des prérogatives de l’État.

Elle est également devenue une question financière en 2011, lorsque Standard & Poor’s décidait d’abaisser la note de solvabilité des États-Unis, la dégradant de AAA à AA+, une grande première. Un défaut sur la dette américaine était devenu possible aux yeux de l’Agence de notation devant le suspens grandissant représenté par des accords intervenant à la toute dernière minute. Et, depuis lors, ce rendez-vous est chaque année tendu, l’administration utilisant toutes les ficelles disponibles pour éloigner le moment fatidique afin qu’un accord de déplafonnement puisse intervenir à temps.

La dette américaine représente environ 20.000 milliards de dollars et le paradoxe veut qu’elle est le principal pilier du système financier, instrument privilégié du renforcement des fonds propres des établissements financiers et garantie de choix des transactions financières. Un défaut est donc impensable, et pourtant !

Les autorités américaines peuvent-elles encore se permettre de jouer ainsi avec le feu, prenant le risque qu’il finisse par se déclarer, ce qui porterait un très sévère coup à la planète financière ? En supprimant le plafonnement de la dette, Donald Trump entend tout simplement annuler ce risque et entériner la poursuite de son irrésistible gonflement. Les fuites en avant ne peuvent pas être interrompues, c’est une de leurs caractéristiques.

Dans le cas présent, la raison n’est pas seulement que le budget américain est structurellement déficitaire, et qu’y remédier est hors de portée, mais que le système financier est demandeur de la production de nouveaux actifs de qualité afin d’accompagner sa propre croissance en le solidifiant. Les conseillers économiques du Président ne viennent pas pour rien des milieux financiers les plus autorisés. Et lui-même ne répugnerait pas devant des marges de manœuvres budgétaires dans l’immédiat.

La dette souveraine des grandes puissances économiques est le seul actif à présenter une telle garantie de remboursement, tout du moins sur le papier. C’est la raison pour laquelle toute restructuration de la dette, présentée par certains comme une solution, est un véritable chiffon rouge pour les autres. Elle est le moyen de réduire le volume des actifs financiers ainsi qu’un puissant levier de déstabilisation du système. Le problème étant, si tout est fait pour s’y opposer, que l’accroissement de la dette a nécessairement une fin, car c’est le sort de toutes les fuites en avant…

Suite à un accord intervenu entre démocrates et républicains, le relèvement de la dette devra intervenir au plus tard le 8 décembre prochain. Mais des mesures comptables exceptionnelles du Trésor pourraient encore repousser au printemps prochain l’échéance fatale. Le rideau s’ouvre, la séance commence.

Partager