Les deux nouvelles grandes puissances

J’ai lu plusieurs histoires sur l’Inde et sur la Chine au cours de la semaine écoulée.
Sur l’Inde, j’ai appris que ses citoyens se sont découvert un nouvel engouement pour les grandes surfaces alimentaires où l’on trouve dans des conditions hygiéniques jusqu’ici inégalées de la nourriture de bonne qualité et bon marché. Malheureusement, l’état des routes et la faiblesse du transport routier font que 30 % des victuailles pourrissent avant d’atteindre leur destination et limitent le nombre de grandes surfaces de ce type qui pourront être créées : les détaillants revoient leur expansion à la baisse.
J’ai appris encore qu’entre ceux qui se font écraser en essayant de traverser les voies parce que les passerelles sont encombrées, ceux qui tombent des quais en raison de la presse, ceux qui tombent du toit des wagons et ceux qui se font arracher la tête en essayant de prendre l’air, Mumbai (ex–Bombay) compte en moyenne 13 morts par jour sur son système de ferroviaire où le rapport du nombre de voyageurs à celui du nombre de places dans les voitures est de 2,5.
En Chine, les autorités ont pris des mesures pour mettre un frein aux projets grandioses des régions et des municipalités. Il faudra désormais faire la preuve qu’une autoroute à péage rentrera dans ses frais, qu’une nouvelle route conduit réellement quelque part, que des réunions auront effectivement lieu dans les salles monumentales des bâtiments polyvalents que les municipalités enthousiastes font pousser comme des champignons.
Entre deux pays, l’un qui étouffe par manque d’infrastructure et l’autre qui en construit à tour de bras et à tout hasard, si j’avais des sous et qu’il me faille les placer quelque part, je n’aurais sans doute pas beaucoup d’hésitation.

Partager :

Une réflexion sur « Les deux nouvelles grandes puissances »

  1. Effectivement, la circulation en Inde est assez démente. Je me souviens d’un car où je me trouvais où plusieurs fois j’ai vu des personnes à deux roues, vélo ou scooter, se jeter dans le fossé pour éviter d’être écrasés par le car.

    En Inde on peut voir des gens monter à califourchon sur les tampons des trains (de banlieue seulement).

    Malgré le développement récent , l’Inde reste très pauvre, en particulier le nord de l’Inde où la misère est vraiment très forte, autant qu’en Afrique Noire, avec il est vrai plus de riches et d’élite intellectuelle et administrative.

    Malgré tout, je pense que le devéloppement de l’Inde est plus sain que celui de la Chine.
    Même si je ne suis pas sûr que l’Inde puisse rattraper la Chine.

Les commentaires sont fermés.