93 réflexions sur « Le temps qu’il fait, le 17 avril 2009 »

  1. @ Daniel Dresse

    D’abord merci d’avoir pris le temps de répondre à mon intervention.

    Ce que je perçois c’est que votre dénominateur commun vient de la rationalité de vos réflexions face au modèle actuel.
    C’est votre intelligence qui vous affranchie du modèle actuel, du moins dans votre adhésion.

    Vous êtes donc une force d’opposition . Enlevons un instant ce à quoi vous vous opposé et votre dénominateur commun disparaît.

    Dans cette situation vous passez en position de créateur , Il vous faudra alors créer un modèle.
    Et c’est là à mon sens qu’intervient, pour qu’il y est réussite, la notion d’uniformalisation des sensibilitées des « réformateurs ».

    De sensibilitées différentes vous ne feriez que de vous affrontez dans vos divergeances.

    En somme et si je me comprends bien ( parfois j’ai du mal ) , je suis en train de dire que pour gouverner , ou du moins révolutionner un courant de pensée en place, et fédérer , il faut que les acteurs aient une idéologie commune. Idéologie…mot qui se trouve dans l’anti chambre du langage d’un être rationnel. ( enfin je le suppose )

    Voila la faiblesse des intellectuels rationalistes à mon sens.

    On peut donc s’interroger sur les rationnels, à savoir jusqu’ou ont ils poussé les limites de leur rationnalité . Ne se sont ils pas arrêtez aux frontières de ce qui pour eux est inconcevable , à savoir l ‘ inaplicabilité du rationalisme face à l’être humain .

    Cordialement ( Ps : Cosette vous embrasse très fort )

Les commentaires sont fermés.