La guerre sino-américaine

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Dans vingt ans, avec le recul, on considérera la crise qui débuta en 2007 comme la première grande bataille de la guerre sino-américaine. Si l’on veut se convaincre que la Chine est en passe de gagner, il suffit de lire les communiqués de presse accompagnant le déplacement de Mr. Obama en Chine.

Résumons ici le plus important d’entre eux : la Chine dispose désormais d’armes balistiques permettant d’atteindre des navires naviguant à moins de 1 500 kilomètres de ses côtes. Cinq porte-avions, sur les onze que compte la flotte américaine, tombent dans cette catégorie. Il faudra qu’ils aillent désormais naviguer ailleurs.

Les autres communiqués évoquent Mr. Obama discourant des droits de l’homme, tandis que le visage de Mr. Jintao reste de marbre. Ou, inversement, Mr. Jintao évoquant l’urgence pour les États–Unis de remettre leur finance en ordre, de surveiller le dollar et d’arrêter de faire la même erreur que le Japon en 1997 en maintenant le taux court à un niveau trop bas – et Mr. Obama écoutant sans sourciller.

Pourquoi Mr. Obama frémirait-il d’ailleurs ? ses économistes ont fait la preuve par neuf que les États–Unis n’ont aucune responsabilité dans la crise : tout vient de la sous-évaluation du yuan. La crise a une origine m.o.n.é.t.a.i.r.e. Qu’on se le dise ! Ce n’est pas Mr. Bernanke à la tête de la Fed qui le démentira : il doit son impressionnante carrière, financière aussi bien qu’académique, au fait d’avoir démontré que la crise de 1929 – pas plus d’ailleurs que celle de 2007 – n’avait un quelconque rapport avec l’abominable disparité qui existait aux États–Unis dans la distribution du patrimoine, ni avec la spéculation effrénée – foncière et boursière – qui caractérise pourtant les deux périodes. Non, dans un cas comme dans l’autre, la crise était due à un problème m.o.n.é.t.a.i.r.e.

La Chine savait que l’Amérique, à la gâchette facile, ne verrait pas d’un bon œil la montée en puissance qu’entraînerait nécessairement sa révolution industrielle, devenue enfin possible à la fin du XXe siècle. Alors, il fallait s’en faire une amie – du moins pour un temps. Les salariés américains ne recevaient plus assez d’argent de leurs employeurs ? Qu’à cela ne tienne : la Chine les aiderait à obtenir du crédit : elle achèterait tant de RMBS (Residential Mortgage–Backed Securities) que les taux long terme baisseraient à ce point que même les Américains les plus pauvres pourraient s’acheter des maisons, que le prix de ces maisons flamberait et qu’avec les plus-values réalisées – sur la revente ou sur le refinancement du crédit – les ménages américains achèteraient jusqu’à plus soif des produits Made in China.

« Fais de la force de ton adversaire, sa faiblesse ! » Le gros lourdaud se précipite vers vous ? Une légère esquive et, d’une chiquenaude, vous l’envoyez s’écraser contre le mur. Les arts martiaux sans doute, mais aussi le jeu de Gô : l’encerclement par une multiplication de positions favorables. La bulle immobilière se poursuit aux États–Unis ? La Chine y gagne. La bulle crève ? L’Amérique y perd. Qu’on ne me dise pas que personne en Chine n’y avait pensé !

On n’est peut-être plus communiste en Chine, mais on y lit toujours Marx : le Grand Soir du capitalisme n’y est pas considéré comme une fable. Mais que la Chine fasse attention : si Grand Soir il y a, il vaut pour tous les capitalismes : pour les récents comme pour les anciens. Et ni la spéculation immobilière à Pékin ni la bourse de Shanghai ne sont à l’abri.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

134 réflexions sur « La guerre sino-américaine »

  1. Les pays du Bric ainsi que les pays en voie de développement essaient de créer une classe moyenne alors qu’en Europe et aux USA, nous sommes en train de la détricoter. Les inégalités de richesse ne font que s’accentuer à l’avantage d’une petite minorité. On aurait pu croire que la crise aurait été une occasion inespérée de mettre les pendules à l’heure, notamment en éliminant les paradis fiscaux mais ceci ne fut malheureusement pas le cas ! Quelques « mesurettes » ont bien été prises à l’encontre de certains paradis fiscaux, mais l’essentiel (pour les fraudeurs) a été conservé. Beaucoup de personnes ne sont pas au courant du rôle des paradis fiscaux et le limite souvent à une échappatoire financière pour les criminels, la mafia… alors que les paradis fiscaux sont « utilisés » par pratiquement toutes les multinationales ! Il faut savoir qu’elles ne sont pas tenues de tenir une comptabilité de leurs « flux financiers » à travers les différents pays. Quand une multinationale sise dans un pays A veut vendre de la marchandise à un pays B, elle va d’abord (sur papier) vendre la marchandise à un pays C (un paradis fiscal) à un prix bien en-dessous du marché (peu ou pas d’impôts à payer dans le pays A). La marchandise est alors vendue du pays C (paradis fiscal) au prix du marché (prix normal) au pays B .Tout le bénéfice a ainsi été réalisé dans le paradis fiscal où il n’y pas d’impôts à payer… conséquence : près d’un trillion de $ échappe au fisc au niveau mondial chaque année. Il n’y a aucun contrôle en ce qui concerne la distribution de ces bénéfices. Alors, il ne faut pas s étonner que le nombre de milliardaires augmente. Vu le soi-disant peu de bénéfices, certaines multinationales vont même jusqu’à demander des aides d’état, imposer des restructurations aux ouvriers…. Et bien sûr, l’impôt non récolté auprès d’elles, le fisc va le chercher auprès des contribuables ordinaires (les classes moyennes) sous une forme ou l’autre… Et chaque fois qu’une demande de règlementation est introduite au niveau européen, elle est rejetée…

  2. Bonjour à tous

    Désolé de plonger à mon tour dans le hors sujet « énergie »

    Pour répondre à Betov (qui dit plus haut que les énergies renouvelables sont quasiment illimitées)

    1) Ce sont elles qui subissent en priorité l’abandon des investisseurs en cas de crise (voir actuellement)
    2) Ce petit exercice :
    Energie nécessaire avec une croissance de demande continue de 2% par an ou
    « Petit exercice pour se familiariser à la notion d’exponentielle »

    Actuellement, la consommation mondiale d’énergie équivaut à environ 14 térawatts thermiques, toutes source d’énergie confondues.

    Supposons une croissance de 2% par an – soit un doublement tous les 35 ans. Bien sur, à ce rythme, les sources fossiles ne peuvent pas suivre (même en prenant les estimations les plus hautes de réserves en incluant toutes les « non conventionnelles » et en considérant que les émissions de CO2 ne sont pas un problème, elles dérochent après 100 ou 150 ans), on passe donc aux énergies renouvelables.

    Toutes les énergies renouvelables sur terre dérivent du soleil : c’est lui crée le vent et le cycle de l’eau, c’est lui qui fait pousser les plantes. La puissance que la terre reçoit du soleil constitue donc le plafond absolu d’énergie renouvelable. Suffit d’ouvrir un livre d’astronomie pour voir qu’elle est de l’ordre de 170 pétawatts. Soit environ 12 000 fois notre consommation d’énergie actuelle.

    Mais une croissance de 2% par an absorbe un facteur 12 000 en moins de 500 ans! Pour être précis, 474 ans.
    1.02^474 = 11 925
    Evidemment, 5 siècles, ça parait être un horizon délirant et inimaginable quand on est habité à étudier l’économie à la petite semaine.
    Mais du point de vue historique, 1535 c’est pas si loin que ça ! En 1535, les ancêtres de Juan Carlos régnaient déjà sur l’Espagne, le commerce international était bien développé, il y a déjà des banques et des assurances (en Italie du moins), des billets de banques (en chine), l’Eglise catholique était déjà vieille, la monarchie japonaise avait déjà une origine se perdant dans la légende.

    Bref, vers 2483 on consomme toute l’énergie que la terre reçoit du soleil. C’est à dire qu’on intercepte tout le rayonnement incident, sur les continents comme dans les océans, qu’on ne laisse plus pousser une seule algue ou un seul brin d’herbe.

    Qu’importe, avant d’atteindre cette limite on installe des récepteurs solaires dans l’espace !

    La puissance totale émise par le soleil est de 386 yottawatts (yotta = 10^24). c’est à dire que par rapport à la limite précédente, on a regagné un facteur 2.2 milliards !

    Las! A 2% par an, le facteur 2.2 milliards est consommé en moins de 1100 ans.
    Ca parait hallucinant, mais c’est facile à vérifier :
    1.02^1 087 = 2.23 × 10^9

    Donc vers l’an 3570 (dans un temps équivalent à celui qui nous sépare de la chute de l’empire romain), on consomme l’intégralité de puissance produite par le soleil. Pour cela, il faut construire une coque entourant intégralement celui ci (sphère de dyson, un vieux truc de la science-fiction).35 ans après, donc vers 3605, on aura besoin d’une deuxième étoile équivalente.
    Il arrivera alors un moment ou la sphère comprenant les étoiles donc nous devront capturer l’énergie grandira plus vite que la vitesse de la lumière…..

    1. Bon calcul et mauvais raisonnement, Thomas.

      Vois l’exemple des maisons passives. L’avenir est aussi aux économies d’énergie et à l’abaissement inévitable, par exemple par la relocalisation, des coûts énergétiques de production. D’autant plus inévitable que l’esclave robotique remplacera l’esclave chinois quand la Chine elle même se mettra à la productique (ce que l’Europe s’est refusée à faire tant que les esclaves chinois coutaient bien moins cher que des robots).

  3. La première grande bataille de la guerre sino-américaine dites vous…
    Voilà ce que je pouvais lire il y a quarante ans dans ce « petit livre » qui trônait entre la bible et le coran sur une étagère des toilettes familiales :
    /// La guerre, qui a commencée avec l’apparition de la propriété privée et des classes, est la forme suprême de lutte pour résoudre, à une étape déterminée de leur développement, les contradictions entre classes, entre nations, entre Etats ou entre blocs politiques.
    Nous sommes pour l’abolition des guerres; la guerre, nous ne la voulons pas. Mais on ne peut abolir la guerre que par la guerre.
    Pour qu’il n’y ait plus de fusils, il faut prendre le fusil.
    Notre pays et les autres pays socialistes ont besoin de la paix, les peuples du monde entier également.
    Seuls certains groupes monopolistes des quelques pays impérialistes, qui cherchent à s’enrichir au moyen de l’agression, aspirent à la guerre et ne veulent pas la paix.
    Actuellement, dans tous les pays du monde, on discute de l’éventualité d’une troisième guerre mondiale.
    Nous devons être préparés psychologiquement à cette éventualité et l’envisager d’une manière analytique.
    Nous sommes résolument pour la paix et contre la guerre.
    Mais si les impérialistes s’entêtent à déclencher une nouvelle guerre, nous ne devons pas en avoir peur. Notre attitude devant cette question est la même que devant tous les désordres: primo, nous sommes contre, et secundo, nous n’en avons pas peur.
    La Première guerre mondiale a été suivie par la naissance de l’Union soviétique avec une population de 200 millions d’habitants.
    La Seconde guerre mondiale a été suivie de la formation du camp socialiste qui englobe une population de 900 millions d’âmes.
    Il est certain que si les impérialistes s’obstinent à déclencher une troisième guerre
    mondiale, des centaines de millions d’hommes passeront du côté du socialisme et seul un territoire peu étendu demeurera aux mains des impérialistes; il est même possible que le système impérialiste s’effondre complètement.

    LE PETIT LIVRE ROUGE CITATIONS DE MAO TSETOUNG
    De la juste solution des contradictions au sein du peuple (27 février 1957).

    Les dirigeants Chinois ont tous connu la révolution culturelle. Pensez vous qu’une deuxième les impressionnerait tant que ça ?
    Est-ce un hasard si les places financières sont dos à la mer ?
    Qu’en pensent les « anciens gardes rouges » de l’inter-land ?
    Aaaaahhh!!! La vie Auchan !!! « Straw-berry fields for ever », bande d’intellectuels….. Tien ! L’Europe verte ne parle-t-elle pas de multiplier sa main d’œuvre agricole …
    On se retrouve au bout du rang Paul et les autres ? Vous aussi vous voulez une révolution culturel à votre façon, non ?
    Tenez, pour décompresser, ces jeunes chinois nous font un dessin méga-pixels qui vaut 3000 mots :
    http://www.dailymotion.com/video/xa198v_human-lcd-impressionant-stade-synch_sport

    1. euh…cher Pierre…

      Ce sont des Coréens (du Sud bien sûr)..et la chanson est en coréen et japonais.

      Avant de gloser sur la Chine, l’Asie, tsétéra… il faudrait quand même commencer à reconnaître un Chinois d’un Coréen d’un Japonais d’un Taïwanais, tsétéra, car ça la fiche un peu mal, des erreurs aussi grossières (je ne dis pas cela que pour vous, notez bien).

      Il y a bien plus de différence entre un Japonais et un Chinois qu’entre un Français et un Russe, par exemple.

  4. Il est extrêmement difficile, en ces temps d’explosion des inégalités, de remontée de la Bourse, contre toute réalité économique, de garder un tant soit peu de confiance en l’avenir. Cela a évidemment des répercussions sur le quotidien. Les dépressions etc. Et pourtant il faut résister, continuer à effectuer les tâches auxquelles nous nous étions accoutumés et pour lesquelles nous étions, quoi qu’on en dise, compétents. N’en déplaise aux managers par la terreur de France Telecom, aux traders à nouveaux triomphants etc. L’avenir sera sans doute dans la solidarité et dans le service réel et non dans la spéculation et l’inflation de l’inutile.
    Je me demande ce que cela ferait dans notre société si demain on faisait disparaître tout l’argent en circulation et qu’on redistribue à chacun selon son travail réel. Mais je sens moi-même l’outrance et le manque de nuance de mes propos et revient le spectre du doute et l’affreuse déprime face à un avenir de plus en plus sombre. Les services publics que nous aimons tant n’ont-ils pas été rendus possibles par la seule révolution industrielle et le flot d’argent qu’elle a amené ? Autre perspective : l’absence de propriété que connaissent les sociétés primitives, chasseurs-cueilleurs. Au bout du bout, pourquoi pas…

  5. China fends for itself: par un professeur américain enseignant en Chine-Un constat instructif

    « President Obama visits China at a true turning point in world financial history – one his advisers have probably not pointed out to him. This year, under the impact of the financial crisis, for the first time for a century and a half the United States has been overtaken as the greatest generator of capital in the world and by the country he is now visiting.

    The world’s No. 1 capitalist country – the U.S. – is no longer the world’s greatest generator of capital.
    To set out the data, the Bureau of Economic Analysis measured combined U.S. company, government and domestic savings, that is the finance generated for investment, in the second quarter of 2009, the latest available data, at $1.4 trillion.

    China does not publish quarterly savings data, but it is relatively easy to calculate them from published figures on investment and the balance of payments. At official exchange rates, which understate the size of China’s economy, China’s finance available for investment, that is its savings, reached slightly over $2 trillion in the second quarter of 2009. This more than $600 billion lead over the United States is sufficiently large that, even allowing for a margin of error given the indirect way China’s figures must be calculated, there is no doubt that China has now overtaken the U.S.

    The striking reality is that the world’s No. 1 capitalist country is no longer the world’s greatest generator of capital.

    This financial strength is why China has been able to reorient its economy to domestic demand and why its stimulus package has been successful. China would undoubtedly genuinely prefer the U.S. consumer to recover quickly – that would be, in the language it uses, a “win-win situation.”  »

    Un débat intéressant dans le NYT: China’s War on U.S Interest rates
    http://roomfordebate.blogs.nytimes.com/2009/11/17/chinas-war-on-low-us-interest-rates/

  6. Certe la Chine dispose désormais d’armes balistiques permettant d’atteindre des navires naviguant à moins de 1 500 kilomètres de ses côtes. Cinq porte-avions, sur les onze que compte la flotte américaine, tombent dans cette catégorie. Il faudra qu’ils aillent désormais naviguer ailleurs.
    Oui, mais où ?
    Vous oubliez qu’il y a trois ans, les velléités de l’OTAN d’attaquer l’Iran furent échaudées par l’épisode suivant :

    /// Le USS Kitty Hawk fut impliqué dans un incident en octobre 2006. Bien que l’importance de cet événement fut minimisée par les médias, un sous-marin chinois de classe Song aurait fait surface à seulement quelques kilomètres d’un porte-avion durant un exercice de routine d’un groupe de combat américain dans la mer de Chine orientale. La capacité du sous-marin chinois d’émerger si près d’un navire de guerre américain aussi bien défendu, et sans être détecté, aurait provoqué la consternation au Pentagone au sujet du rapide développement de la flotte chinoise de sous-marins. La Chine a nié les accusations des Etats-Unis selon lesquelles elle avait pris la flotte américaine en filature.

    Durant les quatre dernières années (l’article est de 2006), 16 nouveaux sous-marins ont été ajoutés à la marine chinoise. Hormis les sous-marins conventionnels de classe Song et de classe Kilo achetés à la Russie, la Chine est en train de construire une nouvelle classe de sous-marins à propulsion nucléaire de type-093 et de type-094, armés de missile nucléaire à longue portée. Pékin a paraît-il reçu une assistance technique cruciale des chantiers navals de la Russie.
    Voilà qui changerais plutôt la donne…. Les Chinois sont dans le golf…… de Gascogne !!!
    Voir
    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=7650

  7. @ Paul Jorion

    Il y a deux ans, un sous-marin chinois furtif a émergé à quelques encablures d’un porte-avion étasunien dans les eaux que la Chine peut considérer comme étant de son périmètre de sécurité maritime.
    Juste un peu plus tôt, la Chine a fait exploser un satellite chinois un peu vieillot et l’a fait savoir pour qui voulait l’entendre.
    Ce furent deux réponses très nettes à l’encerclement de la Chine par les armées US déployées en Irak en Afghanistan et au Pakistan. Car le conflit des « civilisations » c’est pour scénariser sous forme « acceptable » pour les addicts du divertissement occidentaux du Projet Pour le Nouveau Siècle Américain, défini par les néocons et pa

  8. @ Paul Jorion

    Il y a deux ans, un sous-marin chinois furtif a émergé à quelques encablures d’un porte-avion étasunien dans les eaux que la Chine peut considérer comme étant de son périmètre de sécurité maritime.
    Juste un peu plus tôt, la Chine a fait exploser un satellite chinois un peu vieillot et l’a fait savoir pour qui voulait l’entendre.
    Ce furent deux réponses très nettes à l’encerclement de la Chine par les armées US déployées en Irak en Afghanistan et au Pakistan. Car le conflit des « civilisations » c’est juste scénariser sous forme « acceptable » pour les addicts du divertissement occidentaux du Projet du Nouveau Siècle Américain, défini par les néocons et pas seulement eux:
    assurer la suprématie étasunienne en empêchant l’émergence d’une quelconque puissance concurrente et en contrôlant l’accès de la « Ressource » essentielle, celle du pétrole.

    La guerre sino-étasunienne a déjà lieu.

    L’Inde s’est déjà rangée du côté du bloc asiatique en refusant les offres alléchantes des 2 gouvernements Bush d’aide à améliorer son nucléaire.
    Même à Delhi, l’on est capable d’identifier les puissances déclinantes; laquelle a été punie par quelques attentats spectaculaires sous fausses bannières.

    Quant à la modalité précise de l’issue de ce feuilleton financiaro-capitalistique, c’est de l’inédit dans l’histoire de l’humanité.
    Donc, cela se construit et en partie ici-même.

    rem1: le premier voyage de Mme Hillarante Clinton dès sa nomination a été d’aller plier le genou à Beijin.
    rem2: l’une des autres guerres menées par les US est la Nouvelle Europe annexée à la vieille Europe pour mieux paralyser l’UE.

  9. Bonjour à tous,

    @astarte:
    L’Inde s’est déjà rangée du côté du bloc asiatique en refusant les offres alléchantes des 2 gouvernements Bush d’aide à améliorer son nucléaire.
    Même à Delhi, l’on est capable d’identifier les puissances déclinantes; laquelle a été punie par quelques attentats spectaculaires sous fausses bannières

    RE: Je ne suis pas bien sûr de comprendre votre commentaire :
    offres alléchantes.. été punie… fausses bannières….

    Merci d’être plus clair SVP!

    Quoi qu’il en soit L’inde a MILLE fois raison d’être TRÈS prudente sur SES choix (nucléaire)
    et surtout sur ses soi-disant amis (US, UK et France) car l’histoire parle d’elle-même!
    UK, US, France ont « vendu » (Et par la même occasion leurs Âme également) au Pakistan…
    On peut voir les effets dévastateurs de ces décisions aujourd’hui plus que jamais

    Voir aussi ce lien:
    http://www.lesoir.be/actualite/monde/proliferation-le-pere-de-la-2008-08-04-623129.shtml

    1. 200 000 exemplaires en 2007. A la louche, le double en copies pirates. Ce serait surtout une catégorie de la population urbaine que la lecture concerne, idem si les ventes avaient été multipliées par 10 en ces années porteuses.

      Pour en connaître l’impact, auriez-vous feuilleté ( quoique en idéogrammes la lecture est ardue ) pour savoir si il s’agit d’un travail argumenté, recoupé, cohérent, ou, quelque chose de plus confus comme ce qui est offert par internet, ces infos en vrac pouvant être la source plus ou moins contestable, ou en tout cas discutable … avant distillation

    2. @barbe-toute-bleue,
      a la rigueur on s’en fiche, ce qui compte, c’est la réaction des chinois.
      Et si ca les intéresse, si ca remonte jusqu’au sphères du pouvoir, alors, il va y avoir du sport parce que ce que dit le livre est digne des meilleurs conspirationnistes :
      les Rotschild contrôlent 1/3 de la richesse mondiale, ils ont gagné la bataille « monaie fiduciaire » et contrôlent l’ensemble des banques centrales.

      Donc la confiance voire l’admiration des chinois envers le capitalisme se verrait achevée, euthanasiée sur son lit de mort, la crise ayant déjà semé la suspicion.

      A partir de la, étant donné que l’édifice ne tiens que sur la coopération des nations jouer avec les pétro-dollars, et que la chine avec sa grosse réserve a le pouvoir d’entraîner les autres a sa suite, dans le jeu ou hors du jeu…

      Donc en fait, ce simple livre pourrait signer la fin définitive de l’américanisme. Ca tombe bien, le peak oil commence déjà a se faire sentir.

    3. @Yababel

      Votre souhait optimiste.

      Il me semblait que c’était plutôt un livre donnant un autre interprétation de la structure hiérarchique occidentale, que celle ( celles ) qu’on en a en occident, et donc, tous chinois pourrait savoir à qui il s’adresse en cette autre « réalité ».

      Evidemment, ce n’est pas le journal « Libération » qui va promouvoir cette thèse, en tant que faiseur d’opinion.

  10. Je lance cela en vrac.
    Certains américains ne supportant pas de passer n°2 comme un pays quelconque préfèrent couper la route du pétrole arabe pour l’Asie, il leurs suffit de rendre « dangereux » le detroit d’Ormuz.

    Derrière, la Chine devient extraordinairement dure à gérer alors que les states peuvent s’en sortir avec leurs pétrole et le pétrole canadien…
    Bref derrière pas de premier que des perdants à commencer par la Chine.

    Enfin je dis ça je dis rien, j’ai juste du mal à imaginer ce pays rendre les armes sans rien tenter sachant qu’il y’a à peine dix ans, il semblait (enfin donnait l’image de) triompher de tout.

  11. A Betov,

    Je crois sincèrement que les maisons passives et les robots existeront, c’est sur, mais pour une part tellement faible de la population humaine que c’est un détail.

    Pour les autres, l’avenir est déjà là et commence à prendre forme : Lorsque des tensions aparaissent sur des ressources, l’homme fait simplement augmenter le nombre de ceux qui n’y ont pas accès. Point.

    Le reste n’est que de la musique d’accompagnement.

    (D’ailleurs, vous voyez bien que tout ce qui est « éco » passe à la trappe dès lors que la crise frappe à la porte, en plus, dans ces période là, on se retrouve en surproduction d’énergie par les moyens conventionnels, donc les machins verts hors de prix n’ont plus aucune chance d’attirer l’attention.)

  12. Oui les arts martiaux correctement saisis permettent de voir venir le vent, et la force du vide et la faiblesse du trop plein.

    Ca m’est arrivé plusieurs fois de le constater.

  13. l’attaque du won par les traders us dans les années 90 a du faire reflechir tout les pays emergents , à l’époque la coree avait la plus grosse reserve d’or et a du vendre son stock pour eponger le krack .

    le BRIC (bresil,russie,inde,chine) a du antciper et surement fait un pacte monétaire de non-agression ,pour l’instant ils coulent les dollars renforcent l’euro avant de mettre mat (echec) ,atari (go) ou « faire grand mahjong » ,l’empire subceleste du ponant .

    et les usa n’auront pas d’autres choix que d’attaquer physiquement la chine .la chine n’attend que cela pour laver le sac du palais d’été ,les comptoir et les guerres de l’opium ,le neocolonialisme americain en chine du nord .

  14. @Ordjoun

    Qui sont les véritables auteurs des attentats de Mumbaï ?
    Les doutes sont plus que requis.

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/attentats-de-mumbai-coup-de-48973

    http://bellaciao.org/fr/spip.php?article75278

    @ Papillon
    Nous sommes pas mal vissés à la plate-forme de la Barbarie en acte et en puissance, ne trouvez-vous pas?

    Depuis 2003-2004 des pays comme la Norvège ont commencé à réduire leurs réserves de devises en dollars.
    Les échecs financiers des années 2000 avaient obligé la superpuissance US à sortir sa ferblanterie et exercer des actes punitifs qui se voulaient persuasifs. Mais la puissance, en avoir, c’est justement ne pas la réaliser et rester dissuasif.

    Par ailleurs la civilisation chinoise est pluri-séculaire, rien à voir avec l’artefact étasunien qui rentrera en évanescence dès l’illusion du Rêve américain dissipée.
    Certes l’arme du dollar entre les mains du gouvernement chinois est à multiple tranchant, mais tout le monde est conscient qu’elle est bien plus mortelle que n’importe quelle autre pour l’actuelle configuration de la planète.

    1. Bonjour,

      @astarte:
      J’ai pris « la peine » (et le mot est juste !) de visiter vos 3 liens…
      Par respect pour ce blog et pour Paul Jorion, je ne vais pas rentrer dans ce sujet avec vous…
      (Qui plus est nous serions hors sujet)
      Mais vraiment c’est pas sérieux, pour ne dire que çà…

  15. Les états unis et la chine se séclarent la guerre :

    1er jour : 1 million de prisonniers chinois
    2eme jour : 2 millions de prisonniers chinois de plus
    3ieme jour : 4 millions de prisonniers chinois de plus
    4ieme jour : 9 millions de prisonniers chinois de plus

    Le gouvernement chinois appelle celui des états unis et lui dit :
    « Vous demandez l’armistice ou on continue? »

    C’était une petite blague pour détendre l’atmosphère!

    1. C’est vrai que la convention de Genève n’a pas dû prévoir ce cas-là !

      Remarque, ils pourraient faire travailler tous ces prisonniers dans les mines de Tungstène ! 🙂

  16. Bien vu Cédric et pour détendre l’atmosphère.
    En lisant régulièrement ce blog depuis une année, j’ai un sentiment particulier.
    Bien évidemment merci à Paul et à François, mais aussi un sentiment de piétinement, on sent que quelque chose de grave se prépare, la fin d’un système et aussi l’espoir d’un changement car je ne me reconnais pas dans le monde actuel.
    Peut être une idée après tout pour avancer car j’ai le sentiment de piétiner…
    En l’espèce j’ai tenté de me projeter dans le futur, comment envisager mon avenir perso et professionnel, comment placer son argent….
    Je me demande si entrer un peu dans son évolution perso ne serait pas une manière d’une part de faire évoluer ce blog, d’attirer l’attention des décideurs et pour nous même de nous préparer si on peut encore parler de préparation à des événements que nous subirons bien évidemment….
    Par exemple et pour se qui me concerne, je dois changer d’habitation, donc je commence à réfléchir ville ou proximité de ville, proximité de voie ferrée, ce en préparation de la crise de pétrole à venir…
    J’ai un peu d’économie, j’avais pensé à l’or mais ce me semble toutes les évolutions de la finance aujourd’hui me semblent régis par des logiciels contre lesquels ma pensée logique n’a pas de pouvoir de décision à la hauteur…
    Je ne sais si cette manière de positiver peut redonner un peu de souffle à des discussions qui me semblent tourner un peu en rond….

    1. Ce blog est à sa place à mon avis, de cerveau collectif qui observe l’histoire en cours avec tous ses yeux affutés et attentifs. le but n’est pas, je crois, de fournir une trousse de survie aux lecteurs.
      Normal aussi que consultée au jour le jour, cette information donne une sensation d’immobilité, mais vue l’ampleur des changements en cours, ce n’est qu’une illusion d’optique.

      D’autres sites comme le forum d’Oléocène se sont penchés sur les aspects pratiques de l’adaptation aux changements qui semble vous interresser. On trouve aussi des trucs plus « survivalistes » comme olduvai. Personnellement, j’en suis arrivé a cette idée, que ce n’est pas avec du matériel qu’on s’en sort quand tout se barre en sucette, mais avec des savoirs faire universels et des bonnes relations humaines, amis, voisins….
      (mais bon, j’habite à la campagne avec des poules, des brebis, du bois….c’est pas le même point de vue qu’un apartement en centre ville …)

  17. Les bateaux chinois poursuivent une autre stratégie, ne ciblent pas les USA en particulier. Depuis un certain temps déjà, on est certain que les océans jouent et joueront un rôle clé en ce qui concerne l’accès aux matières premières et leur transport. L’Europe a tout intérêt à mettre les moyens pour sauvegarder ses intérêts dans ce domaine.

  18. Citation de astarte:
    « Nous sommes pas mal vissés à la plate-forme de la Barbarie en acte et en puissance, ne trouvez-vous pas? »

    C’est la minorité qui, par la voie du sang, a usurpé le pouvoir aux peuples et l’a corrompu. Elle le maintient dans ce système par la force puisqu’il lui est profitable. C’est elle-même qui s’est élevée et vissée sur la plate-forme de la barbarie. Ces profiteurs s’acharnent quotidiennement à faire oublier au plus grand nombre qu’il lui est possible de réaliser de grandes et bonnes choses pour la préservation de l’espèce humaine et des écosystèmes. Les peuples doivent détruire ce système moribond en reprenant les planches et les visses pour bâtir le socialisme du XXIe siècle. Certains l’appellent autrement mais les objectifs sont les mêmes. Ils peuvent y arriver par la grève générale, par l’auto organisation des travailleurs lors d’une coopération transparente internationale. Je crois fermement en la capacité des femmes et des hommes de changer de cap.

  19. Oui Thomas, ta réponse est correcte, le kit de survie…
    Pas tout à fait mon questionnement, de la même manière que certains tentent de savoir comment éviter que cette crise se reproduise, mine de rien cela fait plus de 30 ans que cette crise est présente et actuellement nous assistons aux derniers épisodes…
    Donc si au moment des crises, nous pension à l’après crise, cela permettrait dès l’explosion de la crise de réagir…
    J’ai évoqué la question de la maison et des économies, je suis d’accord c’est petit mais par exemple à un niveau plus élevé, les responsables devraient eux aussi penser après crise…
    Ce me semble ce qui ressort du Bloc de Paul et des écrits de François et des autres est l’inéluctabilité que cette crise débouchera sur un changement fondamental de société…
    Je retire les termes capitalismes et autres, l’homme s’est ainsi construit au fil des millénaires qu’il est un prédateur, une envieux, un chasseur, un éternel insatisfait…pas de critiques juste un fait….
    Suis un positiviste, Paul et François tentent d’interpeller en haut lieu pour que cette prises de conscience se fasse, maintenant dire que la crise est exclusivement financière me semble réducteur…
    Comme vous le souligner, vous dites que vous avez des amis, en fait ce me semble cette crise est le début de l’aboutissement de la déraison humaine et de l’individualisme individuel qui s’oppose à la pensée collective…

    Réglementer dès le moment ou chacun pense JE, systèmatiquement JE tentera de détourner la loi à son profit, seul je pense la remise en état du concept collectif de NOUS à une chance de nous éviter la barbarie…

    Voilà en quoi se pose mon questionnement, au delà de l’explosion de la bulle, se posera le problème du partage du gâteau de la terre, on peut se centrer sur la crise actuelle, ce me semble le problème est bien plus important, la crise actuelle a bon dos, elle nous cache le réchauffement de la planète, la raréfaction du pétrole et des matières 1ères, le transfert de ce que nous possédons vers les BRIC…

    Je sais à notre niveau nous ne pouvons rien, mais ne dit on pas que les petits cours d’eau font les grandes rivières, qui plus est Paul est un Anthropologue, je pense qu’il a appris de la nature humaine….

    Si l’on dit que c’est la crise financière que nous regardons, ok contentons nous de lire les spécialistes que sont Paul et François, maintenant si on dit c’est notre crise, sommes allés trop loin pour notre terre, notre civilisation dérape, alors nous avons tous notre mot à dire…

    Ce me semble Paul vient d’avoir un petit enfant, que pense-t-il du monde que trouvera cet enfant….

    1. Vous dites :

      « Je sais à notre niveau nous ne pouvons rien »

      Puis « nous avons tous notre mot à dire »

      Je pense l’inverse : Nous n’avons pas tous quelque chose à dire, mais tous quelque chose à faire….

  20. Le point de vue tout récent de Jeffrey Sachs sur la crise des Etats-Unis 20.11.2009

    NEW YORK – Partout dans le monde, les spécialistes des Etats-Unis ont bien du mal à comprendre quelle maladie paralyse la politique de ce pays et exerce une grave menace sur sa capacité à résoudre les questions nationales et à contribuer à la résolution des affaires internationales. La gouvernance des Etats-Unis traverse la pire crise de l’histoire contemporaine. Et, il n’y a semble-t-il pas d’amélioration en perspective.

    http://www.project-syndicate.org/commentary/sachs159/French

  21. J’vous conseille le dernier speach de Hans Rasling a TED en Inde, sur la place de l’Asie dans notre monde…au dela, de l’humour et de l’aspet vulgarisateur habituel du bonhomme, et de la prediction fantaisiste d’une date future ou l’Inde « rattrapera » les US au vue du PIB (dont l’interet, symbolique (donc a ne pas negliger) est d’aider les gens a se projetter sur ce nouveau monde qui se profile)…

    Je trouve beaucoup de message juste dans ces 15min…et puis ca pourra peut-etre faire sourire, ceux qui voit le futur trop noir 😉

    http://www.ted.com/talks/hans_rosling_asia_s_rise_how_and_when.html

  22. Xi Jinping, vice-président de l’Etat et président de l’Ecole du Parti du Centre, a tenu une conférence sur la nécessité «d’encourager activement la construction d’un modèle d’étude marxiste du parti au pouvoir ».

    XI, dans son discours à l’Ecole du Parti, qui était présidée par Li Jingtian, vice-président exécutif de la même école, a recommandé l’étude de la théorie du socialisme aux caractéristiques chinoises et l’application des «valeurs fondamentales du socialisme ».

    Le message semble être que la crise actuelle – qui est d’ordre économique, mais dans une certaine mesure systémique aux États-Unis – La Chine renouvelles ses doutes sur la valeur du système des États-Unis et occidental, et est de plus en plus prudente.

    Cela ne signifie pas que Pékin va revenir en arrière ou s’arrêter, même si elle est disposée à explorer des directions différentes.

    Dans son discours, Xi a inventé un nouveau terme dans rhétorique politique chinoise ultra-codée: « Le modèle d’étude marxiste du parti au pouvoir. » La définition est énigmatique pour les Occidentaux, mais il est encore bien loin des jours où le parti s’appelait lui-même «communiste marxiste-léniniste».

    http://www.atimes.com/atimes/China/KK26Ad02.html

  23. Bonjour,

    Qualifier la sous évaluation du yuan de problème monétaire ?

    Ne devrait-on plutôt plutôt parler de problème de change?

    La crise étant à la base un problème de déficit à la base, la gestion monétaire n’est plus alors qu’une conséquence de cette cause.

    Je ne dis qu’une chose à vos lecteurs : relisez (ou lisez) « le péché monétaire de l’occident » de J Rueff pour plus d’explications à ce sujet.
    Tout y est ecrit sur LA crise et cela en 1971!

    Je reste intimement convaincu que seul la lecture de gens tel Galbraith, Rueff, Schumpeter (entre autre), peut apporter un éclairage convaincant sur les causes profondes de cette crise.
    Ces auteurs, certains étant décédés, ont extrêmement bien résisté à l’épreuve du temps.
    Leurs esprits critiques est d’une fraicheur absolument exceptionnelle pour qui veut comprendre les vices structurels du système financier et moral occidental.
    Cela permet alors à l’esprit ouvert de garder un œil très critique sur les divers articles publiés d’ici et la, dont on pourra alors facilement déceler les inexactitudes ou oublis, volontaires ou non.

    Tout le reste de la littérature actuelle est hélas contaminé en tout ou partie par notre mode de pensée, façonné (dans mon cas depuis plus de 40 ans) par un système fondamentalement malsain.

    Pour conclure sur le fond de l’article, guerre économique entre les deux géants, non. Compétition acharnée oui.

    Bien cordialement

Les commentaires sont fermés.