2012 !

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Cela fait un moment que je vous ennuie en vous annonçant la deuxième grande vague de la crise aux États-Unis : la catastrophe qui se dessine pour 2012 dans l’immobilier commercial américain (Libération, le mardi 11 août 2009, Petites et moyennes banques américaines : pourquoi ce sera pire cette fois-ci, BFM Radio, le lundi 30 novembre à 10h46, etc.) Eh bien, je ne suis plus seul.

Avant-hier, le Congressional Oversight Panel américain a publié son rapport intitulé : Commercial Real Estate Losses and the Risk to Financial Stability, « les pertes dans l’immobilier commercial et le risque pour la stabilité financière ».

Le rapport fait 150 pages et j’aurai peut-être encore des choses à en dire mais je vais me contenter pour le moment de deux graphiques. Le premier vous fera comprendre pourquoi je répète, pareil au prophète Philippulus : « 2012 ! 2012 ! » CMBS, c’est pour Commercial Mortgage-Backed Securities, titres adossés à des crédits hypothécaires commerciaux.

Le second graphique montre la bombe à retardement qui fut créée en octobre dernier (j’en ai parlé aussitôt dans Petites et moyennes banques américaines : pourquoi ce sera pire cette fois-ci) par la mesure suivante : « Les régulateurs fédéraux du secteur bancaire ont publié des directives permettant aux banques de mentionner des crédits au bilan comme « performants » même lorsque la valeur des propriétés sous-jacentes est inférieure au montant du prêt » (Wall Street Journal). On cessa d’enregistrer les pertes probables. Ça aide le moral !

On n’enregistre d’ailleurs plus les pertes du tout, comme le fait apparaître la catégorie « nonaccrual » dans le diagramme. Les deux premières catégories montrent les retards de paiement de respectivement 30 à 89 jours et plus de 90 jours. « Nonaccrual », ce sont les prêts « morts », ceux pour lesquels on a même cessé de calculer les intérêts dus. Faut-il faire un dessin ? Non : le dessin est là sous vos yeux et il est très clair.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

82 réflexions sur « 2012 ! »

  1. Bonjour,

    @ Pierre-Yves D :
    Oui, vous avez très certainement raison à propos de Jérémie ; les problèmes collectifs ne doivent jamais cacher les problèmes individuels, mais il faut aller au collectif pour résoudre l’individuel. Cependant, j’avais vraiment trouvé très drôle cette façon d’imaginer de la dérision dans le grotesque financier.
    Je trouve aussi, comme vous et comme d’autres, qu’il n’y a rien « d’intéressant » dans la détresse humaine. Mes excuses si par malheur j’avais pu blesser quelqu’un.

    @ Basailles :
    « l’ipad et l’iphone proposent une première exploitation des concepts décrits dans cette vidéo; c’est à la fois passionnant et perturbant pour un esprit occidental, parce que il faut aussi creuser l’arrière-plan philosophique qui gènère ces idées.
    Il n’est pas inutile de constater que l’orateur est indien et que la philosophie indienne discute depuis des siècles de l’articulation envisageable entre l’immateriel et le matériel. Pour plus de détails, je renvoie à un opuscule d’Albert Schweitzer de 1936 : « Les grands penseurs de l’Inde » (rééditions 1962, 1990, 2004) qui soutient l’importance de la négation du monde dans cet univers philosophique et des conséquences que les différents courants philosophiques et religieux vont en tirer. »

    Réponse : OUI, votre analyse me semble très pertinente ; la problématique philosophique se situe bien là où vous la voyez ; et en effet, l’Ipad et l’Iphone sont des avant goûts de la suite.

    @ jducac :
    En effet, le problème énergétique existe bel et bien, comme le conditionnement climatique sur terre. Le chaos nous guette à court terme ; mais rien ne dure éternellement, pas plus le chaos que le reste, et la suite des événements appartiendra à l’homme (à moins qu’il n’ait disparu de la surface de la Terre : ce qui est une hypothèse que l’on ne peut évidemment pas définitivement écarter).

    Cordialement,

  2. Complément,

    Des recherches tendant à ce qui est décrit dans la vidéo existent dans plusieurs endroits du monde… Rien ne se fait par hasard (plein de personnes cherchent la même chose au même moment).

    Cordialement,

  3. nous avons un monde à gagner, à condition de ne pas mettre la charrue avant les boeufs et de commencer à nous libérer de nos chaînes ( c’est peut être un détail pour certains….mais un enfant meurt de faim toutes les cinq secondes sur cette belle planète ou tout devient numérisable)
    « je crains qu’une société plus équilibrée en termes de pouvoirs ne puisse plus, aujourd’hui, émerger qu’à l’occasion d’une reconstruction »

  4. Bonjour,

    Cher Jérémie,

    peut-être n’avez-vous pas lu mon dernier commentaire, je m’excuse si par malheur j’ai pu vous blesser d’une quelconque façon. Je vous redis que j’ai trouvé excellent votre mot sur le cirage de pompe assorti de la remarque (brillante) qu’en plus ça aura pour avantage de développer l’industrie du cirage : je trouve cela excellent dans l’ironie… Voilà, faut-il que je m’excuse d’avoir trouvé drôle votre mot d’esprit ?

    Par ailleurs, j’insiste sur le fait que ce n’est pas moi qui ai écrit « J’ai la très nette impression qu’il est entrain de péter un câble, live sur ce post, », donc votre commentaire afférent à cette remarque ne peut m’être destiné ! S’il vous plaît, ne faites pas comme la majorité des gens, à prêter des sentiments erronés à votre prochain, et à mélanger les gens, ce qu’ils disent, ce qu’ils pensent etc.

    Bien cordialement,

    1. @ VB

      Oups veuillez me pardonner VB Je comprends votre réaction et déception, vous faites bien de me le faire remarquer à vrai dire j’ai posté ce commentaire à une heure très tardive hier, je n’avais peut-être plus alors les yeux en face des trous, mon écran n’est pas non plus très reposant parfois pour mes yeux, veuillez encore m’en excuser.

      Cordialement,

  5. @ Jérémie,

    bonjour,

    vous avez raison : en rajouter des couches, ca ne sert à rien et vous avez encore raison : ca fait du bien d’être dans la nature si belle et si importante…

    A bientôt !!

Les commentaires sont fermés.