2012 !

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Cela fait un moment que je vous ennuie en vous annonçant la deuxième grande vague de la crise aux États-Unis : la catastrophe qui se dessine pour 2012 dans l’immobilier commercial américain (Libération, le mardi 11 août 2009, Petites et moyennes banques américaines : pourquoi ce sera pire cette fois-ci, BFM Radio, le lundi 30 novembre à 10h46, etc.) Eh bien, je ne suis plus seul.

Avant-hier, le Congressional Oversight Panel américain a publié son rapport intitulé : Commercial Real Estate Losses and the Risk to Financial Stability, « les pertes dans l’immobilier commercial et le risque pour la stabilité financière ».

Le rapport fait 150 pages et j’aurai peut-être encore des choses à en dire mais je vais me contenter pour le moment de deux graphiques. Le premier vous fera comprendre pourquoi je répète, pareil au prophète Philippulus : « 2012 ! 2012 ! » CMBS, c’est pour Commercial Mortgage-Backed Securities, titres adossés à des crédits hypothécaires commerciaux.

Le second graphique montre la bombe à retardement qui fut créée en octobre dernier (j’en ai parlé aussitôt dans Petites et moyennes banques américaines : pourquoi ce sera pire cette fois-ci) par la mesure suivante : « Les régulateurs fédéraux du secteur bancaire ont publié des directives permettant aux banques de mentionner des crédits au bilan comme « performants » même lorsque la valeur des propriétés sous-jacentes est inférieure au montant du prêt » (Wall Street Journal). On cessa d’enregistrer les pertes probables. Ça aide le moral !

On n’enregistre d’ailleurs plus les pertes du tout, comme le fait apparaître la catégorie « nonaccrual » dans le diagramme. Les deux premières catégories montrent les retards de paiement de respectivement 30 à 89 jours et plus de 90 jours. « Nonaccrual », ce sont les prêts « morts », ceux pour lesquels on a même cessé de calculer les intérêts dus. Faut-il faire un dessin ? Non : le dessin est là sous vos yeux et il est très clair.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

82 réflexions sur « 2012 ! »

  1. Ah! Philippulus le prophète quel personnage! Cher Paul, il me semblait bien que vous me rappeliez quelqu’un

    L’étoile non mystérieuse va tomber en 2012, mais dans ce feuilleton à sensations, qui seront Tintin haddock et Chester?

    Les paris sont ouverts!

  2. Oui, 2012, la fin du mandat de Sarkozy, l’occasion de se débarrasser du pire ennemi de la République Française de tous les temps, qui a réalisé toutes mes prédictions (j’avais dit avant son élection que ce serait la fin de tout) : Fossoyeur des services publiques et engagement de la France dans des guerres délirantes, avec mort de soldats, « assumés » bien sûr. Il ne coute rien de dire « j’assume », l’air fier, l’air bravache. Il assume, ce n’est pas son enfant qui est mort.

    1. Dieu sais si je ne suis pas des admirateurs de sarkozy, mais le qualifier de « pire ennemi de la République Française de tous les temps » me semble reducteur et peu propice a l’ouverture d’un debat au fond sur son action ou plutot son inaction.

    2. Yves-78
      Hors de propos ?

      Sarkozy et De Gaulle, pas vraiment le même combat au niveau sens de la nation, n’aviez-vous pas vu.

      Pour la brève Contre-info, ça doit venir de là :

      http://www.senate.gov/fplayers/I2009/urlPlayer.cfm?fn=intel020210&st=1073&dur=10255

      Si vous avez trois heures à tuer, pour écouter ces braves gens qui travaillent comme Sarkozy, plus pour l’intérêt direct d’une classe, que pour la nation. Un changement d’administration n’est pour le fond, qu’une mise en scène.

    3. Je n’ai jamais bien compris tous ces gens qui ont souvent dit du mal de lui, il a beau faire de la politique et être de petite taille comme tant d’autres, et avoir quelques tics de conduite, c’est quand même quelqu’un d’intelligent, qui a redonné aussi une certaine fierté de conduite à la France, il n’est quand même pas aussi odieux et méchant à voir sinon cela ce serait pour les gens, et donc ne pourrait pas diriger aussi triomphalement toute une société entière, des millions et des millions d’individus à la fois, et dire que je m’étais promis dernièrement de ne plus intervenir, ne plus dire par exemple trop de mal des financiers et des banquiers,
      mais là comprenez moi le sujet me tenait trop à cœur, ce n’est pas non plus parce qu’il a très mal démarré dans la vie qu’il peut très mal finir en étant au pouvoir, il faut toujours croire en le politique toujours bénir jamais maudire, même parfois envers celui qui ne se rend pas encore bien compte de certaines choses dans ses idées, dans sa conduite au nom même du bien ou de la liberté, oui j’ai souvent pensé que ce n’était pas toujours le plus haut perché dans une société qui pouvait le moins la servir autrement, à moins bien sur que je ne résonne trop de travers possible, il est vrai que je regarde souvent le journal de 20h en ce moment pour mieux m’instruire, mieux m’informer autrement.

      Non contrairement aux apparences je trouve que c’est vraiment quelqu’un de bien pour mon pays, il nous permet en effet de mieux voir à travers sa propre réussite humaine, politique, matérielle dans une société, qu’est-ce qui compte vraiment le plus dans nos vies, comme pour nos enfants, hein Dédé qu’en penses-tu toi au coin du bar, les autres qui galèrent et qui souffrent ils n’ont aussi qu’à se démerder tout seul dans la vie tu ne crois pas ?

    4. Dieu sait aussi pour 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, ….. que l’on ne tape pas suffisamment durement sur les gens pour mieux les faire avancer plus vite, plus vite encore vers le seul progrès possible, pour gagner toujours plus d’argent, pour mieux réussir sa vie comme d’autres très bien vus de nos jours à l’image.

       » Je suis devenu tellement riche et puissant sur terre que bien évidemment plus rien de grave ou de douloureux ne pourra plus me toucher maintenant, qu’il en sera toujours ainsi, aussi même vers mon chemin vers la mort spirituelle « 

    5. Jeremie, sans t’offenser, arrete de regarder la television, ce n’est pas comme cela que tu t’instruiras.

      Apres, sur sarkozt, c’est sur sa politique qu’il faut juger, mais il periras par la ou il a peche, car c’est bien lui qui met sa vie en scene, y compris privee, au service d’une action politique plus que contestable, ne serais ce qu’au niveau international.

      Il lui reste deux, c’est en meme temps court et tres long, deja les medias, en recherche d’une nouvelle icone, nous sortent « la nouvelle aubry » en attendant la prochaine mode.

      Il n’en demeure pas moins que celui qui a le pouvoir, c’est sarkozy, et ce au moins jusqu’en mai 2012. Et il n’y a qu’une chose qui pourrais inflechir ses decisions, la colere populaire, car meme si la gauche emporte toutes les regions dans 2 mois, la realite du pouvoir est a l’elysee.

    6. @ astrorock dit :
       » arrete de regarder la television, ce n’est pas comme cela que tu t’instruiras. »

      vous savez on ne décroche pas aussi facilement comme ça de la télévision,

      surtout qu’au journal du soir c’est toujours bien l’essentiel qui nous est dit,

      si si je vous assure ils viennent encore me le dire tout à l’heure à l’esprit,

    7. C’est au contraire tres facile, il suffit d’appuyer sur un bouton!

      Et de se tenir a la decision de ne plus l’allumer!

    8. Bravo Jeremie !

      Vous pourriez développer la chose… Le JT 20h vous dit l’essentiel, tellement essentiel qu’il ne vous donne que le titre des nouvelles pour ne pas vous embrouiller avec les détails. « Les enseignants de Seine St Denis sont encore en grève. Maintenant passons au champion de luge qui vient de se tuer. Il est sortie de la piste et il est mort de ses blessures. Et sans transition, la journée de samedi est noire dans le sens des départs. »

      Vous vous rendez bien compte Jeremie que si on commençait à vous expliquer que les étudiants non formés vont pouvoir prendre en charge les classes des zones difficiles de Seine St Denis, on n’en sortirait pas, qu’il faudrait ensuite expliquer pourquoi il n’y a plus de remplaçants titulaires, pourquoi les enseignants sont absents et je ne sais quoi encore pour ne pas parler de la RGPP… encore des sigles qu’on ne comprend pas et qui embrouille l’esprit alors que c’est si clair dans le JT.

      Vous vous rendez compte Jeremie que s’il fallait vous expliquer la politique du Canada et du CIO pour le choix du site des JO d’hiver, du tracé de la piste de luge dans une montagne où il n’y a pas de neige (il faut l’amener en camions et hélicoptères, bonjour le CO²) et les lugeurs de petits pays qui sont prêts à mourir pour s’en sortir… C’est quand même plus clair dans le JT.

      Quant au départ pour les vacances de neige, il est impossible de vous expliquer qu’il vaut mieux partir en train au moment où l’on veut mettre la SNCF en déficit pour pouvoir la privatiser complètement et la rendre enfin à ceux qui devraient en être les propriétaires de droit et qui ont été éloignés de leurs dividendes pendant tant de décennies. Trop compliqué aussi pour le JT.

      Jeremie, il faudrait faire votre journal quotidien rendant compte fidèlement de ce qu’on vous demande de croire. Ce serait éclairant pour tous !

    9. Je ne suis pas seul, ou vous n’êtes pas seul,…en 2007, j’étais à l’étranger et on me posait régulièrement des questions sur les deux candidats en lice. Ma réponse sans équivoque était que Sarkozy serait la pire expérience que la France pourrait vivre. Cet homme du passé, dogmatique, opportuniste, n’a toujours pas révisé sa vision du monde, et pourquoi le ferait-il d’ailleurs. Les pauvres sont pauvres parce qu’ils le méritent, les riches parce qu’ils le méritent aussi. La méritocratie selon Sarko. Pauvre tu es, pauvre tu resteras, parce que je le veux, ainsi soit il amen.

    10. @ Bravo Jean Nimes !

      J’ai bien peur que nous nous comprenons, chacun à notre manière.

      Ce qui nous est d’abord montrer  » l’essentiel « dans les détails ou pas, ne nous permet peut-être plus en effet de mieux changer d’état d’esprit dans une société.

    11. astrorock,

      « Il n’en demeure pas moins que celui qui a le pouvoir, c’est sarkozy, et ce au moins jusqu’en mai 2012. »

      En toute non-violence, en êtes vous sûr ?

      Jean Nimes,

  3. Bonjour,

    Nous allons donc entrer dans le vif du sujet : crise de la dette publique, crise de la dette privée … crise de la société : adieu à la société industrielle et en route vers la société de la connaissance et de l’information où l’argent redevient un moyen d’action (et perd son statut de but en soi) ; avec, en chemin, quelques dégâts collatéraux annoncés : les vagues scélérates arrivent, des débordements en tout genre sont à craindre.

    Cordialement,

    1. A mon sens vous faite fausse route en discociant société industrielle et société de la connaissance et de l’information, tout en voyant dans cette derniere le futur, car c’est deja le present et le passe depuis au moins 10 ans.

      Pour autant l’industrie n’as pas disparue et n’est pas pret de disparaitre, car il faut bien, a un moment ou un autre, industrialiser ce qu’invente la connaissance et l’information. Les produits ne vont pas disparaitre meme si le » probleme n’est pas le produit mais la creation de produits et services inutiles dont on ne vois pas bien la justification si ce n’est de faire consommer du vent!

    2. Alors là astrorock vous l’étonnez !

      « la création de produits et services inutiles dont on ne vois pas bien la justification si ce n’est de faire consommer du vent! »
      Çà n’est pas gentil pour nos amis capitalistes…

      Tous ces produits produisent de la survaleur et du profit !
      Ils sont profitables : est-ce que cela ne suffit pas à la nécessité de leur existence dans le mode de production capitaliste ?

      Révisez votre économie politique, astrorock !

  4. et cette fois, comment sera amorti le choc ?
    ces graphiques sont donc connus, quel est le plan B ? … B comme Banqueroute généralisée ?

    1. Je me suis posé la question; mais je crois que d’autres pb arriveront avant. Si ça se trouve, en 2012, l’immobilier commercial us sera déjà aussi refroidi qu’un desperado descendu depuis 2 jours, alors qaund les échéances arriveront à terme, tout le monde s’en tamponnera le coquillard…

  5. Peut être avant 2012 : lire le blog de Jovanovic qui relate que la vente de bonds à 30 a été un échec récemment !

  6. L’arrêt de la comptabilisation des pertes est un mouvement qui a commencé avec la suppression de la règle du « mark-to-market ».
    Je ne sais plus qui avait dit : « le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas.. » mais les gars doivent avoir des cierges allumés en permanence autour de leur drapeau américain… Dream forever…

    Bon, sinon, j’ai besoin de vos lumières (hors cierges) : lorsqu’il ne reste plus de place entre le tapis et le plafond, dit-on :
    – il faut repousser le plafond?
    – je suis trop grand pour survivre entre le tapis et le plafond?

    1. @yvan
      humour très noir: « lorsqu’il ne reste plus de place entre le tapis et le plafond », c’est exactement la situation en Haïti juste après le séisme qui a tué environ 200.000 individus. Mais les rats ont quasiment tous survécu ….
      Certains scientifiques avancent même que le rat est l’avenir de l’homme …..
      Avec une souris à ses cotés, le rat peut vivre longtemps et heureux….grand avantage sur l’homme !

    2.  » Je ne sais plus qui avait dit : « le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas.. »

      André Malraux

      Je confirme le XXIème siècle est encore très loin d’être spirituel sur le terrain, dans les médias, etc quel bonheur de plus, j’en vois déjà beaucoup qui s’en frottent les mains à l’avance, à l’idée même de se faire plus de blé, d’acquérir aussi plus de pouvoir et d’influence sur les autres, un monde plus spirituel moins politicien n’arrangerait bien évidemment pas du tout les petites affaires de certains que ce soit d’ailleurs ici en Europe ou ailleurs.

    3. @ Jérémie,

      « le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas.. » André Malraux …

      Vu d’occident cela ne se voit pas, mais pour les 3/4 de la planète (les pauvres) c’est le cas …

      Il y avait aussi un « les derniers seront les premiers » de qui déjà ?

      Dans shri Kalki purana (inde) il est bien décrit que l’ère du Krita Yuga, viendrait grâce au libérateur Shri Kalki, dernier avatar de Shri Vishnu, qui anéantira les bouddhistes et les Yins.

      Dans cet écrit des soit-disant bouddhistes il ne reste que le nom car c’est un peuple qui se vautre dans la luxure et la fornication sous couvert de sagesse ancestrale, et les Yins sont les descendants d’empereurs tyrans.

      Dans le Saint Coran, ont retrouve aussi la sourate d’Alquyama, qui reprend les mêmes thèmes.

      Chez les chrétiens on a l’apocalypse de St Jean.

      On trouve une traduction française sur internet.

  7. 160 milliards de dollars de prêts hypothécaires commerciaux problématiques…On était à combien, pour les prêts hypothécaires aux particuliers (prime, alt-A et subprime confondus)? Pour mettre en perspective.

    1. Des prêts immobiliers commerciaux pour un total de 1.400 milliards de dollars vont devoir être refinancés sur la période 2010 à 2014. La moitié d’entre eux sont d’un montant supérieur à la valeur actuelle de l’immeuble hypothéqué.

    2. D’après le rapport, comparé à la crise sur le marché hypothécaire résidentiel, les banques locales et régionales seront plus touchées. Ca n’augure rien de bon pour l’environnement économique de l’américain moyen pour de longues années.

      D’autre part, la conclusion du rapport est simplement un aveu d’impuissance. On sait que ça va être grave, mais on ne sait pas très bien quoi faire. Après les deux dernières années qu’on a vécue, il est assez édifiant de constater que ceux qui sont en charge de gérer tout ça n’ont toujours pas de vision claire sur ce genre de problèmes.

  8. A ceux qui rangent Paul Jorion dans la catégorie-repoussoir des Cassandre, on rappellera que Cassandre avait raison quand elle mettait en garde les Troyens contre le cheval désormais célèbre.
    Quant à la gravité de la situation elle-même, on peut citer en guise de commentaire cinglant et néanmoins optimiste une formule de Raoul VANEIGEM tirée de son « Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes génération » (Paris, 1967) :
    « Ce qui n’est pas dépassé pourrit. Ce qui pourrit incite au dépassement. »

  9. Rebonjour,

    @ Astrorock :

    A mon sens vous faite fausse route en discociant société industrielle et société de la connaissance et de l’information, tout en voyant dans cette derniere le futur, car c’est deja le present et le passe depuis au moins 10 ans.
    Pour autant l’industrie n’as pas disparue et n’est pas pret de disparaitre, car il faut bien, a un moment ou un autre, industrialiser ce qu’invente la connaissance et l’information. Les produits ne vont pas disparaitre meme si le » probleme n’est pas le produit mais la creation de produits et services inutiles dont on ne vois pas bien la justification si ce n’est de faire consommer du vent!

    OUI, mon message précédent est un raccourci un peu trop saisissant, je m’explique donc :

    L’organisation sociale actuelle a été dévoyée au profit de la financiarisation de l’économie : tous les contrepouvoirs ont été rendu impuissants (avec des causes et des effets variés).
    L’avenir, comme le présent le prouve (et vous avez raison là dessus) est au développement de la connaissance et à la dispersion de cette connaissance (qui ne restera plus dans des petits cercles d’initiés).
    De plus, grâce aux actuels moyens de communication (internet, accès par la voix ou par l’image en quelque endroits du globe : qui existent en germe depuis une dizaine d’années, vous avez raison là dessus aussi), les synergies (intellectuelles) sont et seront plus simples et plus nombreuses : c’est la raison pour laquelle j’ai parlé de société de la connaissance et de la communication (je vous concède que la formule est trop rapide).
    Tout cela ne supprimera pas le commerce ni l’industrie mais la société ne sera plus exclusivement tournée vers ces deux éléments, qui seront un moyen de diffusion et de mise en pratique de cette connaissance (et non un moyen pour fabriquer du bénéfice financier).
    Par connaissance, j’entends les sciences dures (nanotechnologies, sciences du vivants, éventuellement astrophysique etc.) mais aussi les sciences humaines (compréhension effective de l’histoire et du comportement humain). En effet, en dépit de ce que vous affirmez, la connaissance n’a pas pour objet exclusif et ultime de développer des « objets » (au sens matériel) ou « services inutiles » mais aussi de se mettre au service de l’homme.
    L’avènement d’internet et de tous les nouveaux moyens de communication (on n’est pas au bout mais au seul commencement du chemin), est à notre société ce que l’invention de l’imprimerie a été aux Lumières (siècle des lumières). Il reste que la connaissance n’est pas, loin mais très loin de là, l’apanage des sociétés occidentales.

    Sachant que l’Homme restera toujours Homme il faudra prendre bien soin d’encadrer la nouvelle organisation sociale qui se mettra peu à peu en place par des contrepouvoirs sérieux et efficaces.
    Voilà le fin mot de l’histoire : l’équilibre des sociétés n’existe que grâce aux contrepouvoirs (on ne peut pas faire confiance à la seule qualité des hommes pour éviter les dérives) sociétaux (civils, politiques, et institutionnels).

    Voilà le fond de ma pensée, peut-être suis-je dans l’erreur, l’avenir le dira ; l’avenir à moyen (15 ans) et long terme (100 ans) car, à court terme, l’avenir me semble plutôt tourner à l’orage qu’à la reconstruction… J’aimerai me tromper sur ce dernier point.

    Cordialement,

    1. Bah, on dis la meme chose ou presque mais de maniere differente et avec quelques pointe de desaccord.

      L’idee que je devellope c’est que malgre cette societe de la connaissance et de l’information deja en place et presentee comme la solution a tous nos maux, nous souffrons, simultanement avec la crise de la demande, d’une profonde crise de l’offre qui vois les biens et les services etres recycle a l’infini tout en nous les presantant comme des nouveautes.

      La derniere grand innovation remonte a 20 ans et c’est l’ordinateur individuel et internet. Depuis, nada! Plus profondement, le dernier choc majeur, c’est la passage de la bougie a l’electricite et on reviens toujours au phenomene de la maitrise d’une nouvelle source d’energie.

      Ce qui vas bouleverser le monde, ce seras un nouveau choc energetique avec l’industrialisation qui en decouleras. Et bien evidement, ce seras la recherche, donc la societe de la connaissance qui permettras cela.

      J’espere ne pas avoir ete trop confus.

  10. L’un des éléments de cette situation est le rôle que jouent Fannie Mae, Freddie Mac et la Fed, qui s’efforcent de stabiliser le marché hypothécaire et bancaire en possédant ou garantissant d’énormes quantités de titres hypothécaires.

    Pour environ 6.000 milliards de dollars fin 2008, (soit la moitié du marché américain), pour les deux premières, qui bénéficient d’une garantie implicite de l’Etat américain. Tandis que la Fed a en portefeuille pour 1.250 milliards de mortgage-backed securities (MBS), ayant également acquis 100 milliards de dettes de Fannie Mae et de Freddie MAC.

    Ces actifs à la valeur très incertaine sont donc au parking, dans des « bad banks » qui ne disent pas leur nom. Le gouvernement n’a toujours pas élaboré de plan de restructuration, tel qu’annoncé, de Fannie Mae et Freddie Mac; la Fed n’a quant à elle toujours pas l’intention de retirer du marché les liquidités injectées, les banques devant récupérer alors les actifs cédés à la Fed en garantie…A moins qu’il ne leur soit vendu, dans le cadre de « reverse repo » (des repos inversés) des actifs de meilleure qualité, comme des T-bonds, la Fed gardant le fond du panier !

    Ceci donne une vision du marché hypothécaire actuel, en attendant la suite des événements, des engagements américains au-delà de la dette publique (dont le montant est 12.349 milliards de dollars, chiffres de février 2010). Et cela relativise la bonne santé des banques, qui ne sont que provisoirement débarrassées de leurs actifs toxiques !

  11. à Mathieu :

    Vous avez oublié les « Jumbo » les LBO « laveraged Buy Out » et surement d’autres. A ce sujet quels effets ,pensez vous que nous réserve la structure de dette (états et autres) qui se met en place (beaucoup de dette à court terme et à faible taux)? Cela ne vous rappelle-t-il pas de forts mauvais souvenir (genre « savings and loan » ou crise asiatique des années 90)?

  12. Vendredi 12 février 2010 :

    USA : baisse surprise de la confiance des consommateurs.

    L’indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan pour le mois de février s’est élevé à 73,7, à comparer avec un consensus de 75.

    L’indice était à 74,4 en janvier.

    Boursorama

  13. je ne sais plus qui a dit « tout ce qui est humain est exponentiel ,méfiez vous de toute évolution exponentielle  » .

    mais là on a une belle courbe exponentielle dans les defauts de paiement de l’immobilier commercial américain !

    1.  » USA : baisse surprise de la confiance des consommateurs. »

      Je ne suis pas du tout surpris, surtout au regard de tant de cirage de pompes à l’égard du monde de la finance.

    2. Rendons aussi hommage à tous les méconnus et illettrés de la planête et qui n’y connaissent malheureusement pas grand chose sur le monde de la finance et qui ne sont pas non plus les seuls à tirer la sonnette d’alarme.

  14. Oui, tout cela est peu engageant. Mais attention, les autorités tutélaires ne restent pas inactives. On savait déjà que les procédures comptables avaient té remaniées afin de préserver les milieux financiers d’hécatombes non souhaitées. Mais aujourd’hui, on va encore plus loin dans ce sens.

    Outre qu’il y a trois niveau d’appréciation dans le monde anglo-saxon : 1. valeur marchande, aujourd’hui remplacée par la valeur équitable (‘fair value’), 2. la valeur dérivée quand il n’existe pas de valeur marchande et enfin 3. la valeur au pifomètre (déduite de modèles internes de valorisation). Ce système existe toujours. mais on va bientôt l’élargir pour faire une distinction équivalente dans la provenance des profits et des pertes.

    Ainsi, si une perte provenait de l’échéance d’une hypothèque sans valeur, elle pourrait faire partie de la troisième catégorie d’appréciation et n’engendrer aucune détérioration de la position financière de l’institution (la perte serait ignorée face aux fonds propres et considérée comme une perte sur papier).

    Alors, dans de telles conditions, malgré la présence de ces pertes véritables, ils trouveront toujours un subterfuge quelconque et l’érosion du temps se chargera de régler le problème. Reste à se demander si cette érosion s’opèrera suffisamment vite. Et vu que dans le domaine des prévisions, ces doctes penseurs ont surtout prouvé leur incompétence, le pire reste en effet à craindre.

  15. Un autre scandale qui finalement passe inaperçu depuis très longtemps aux yeux du grand public, mais dont on ne parle jamais, c’est les volontés gouvernementales PS compris de laisser la sécurité sociale en déficit permanent.
    Pourquoi ? parceque cela profite à nos amies les banques. A lire ci-dessous:
    http://www.mondialisme.org/spip.php?article1430

    1. Je viens d’avoir une grande idée et qui pourrait peut-être être déjà soumise au prochain G-Vin ou banquet, l’obligation pour chaque Banque de ce monde de recruter systématiquement et davantage de cireurs de pompe à chaque prise de bonus supplémentaire, en plus cela permettra de relancer davantage la fabrique de cirages.

    2. J’ai toujours pensé qu’il y aurait toujours de l’avenir dans le cirage de pompes mais pas seulement dans ce pays mais hélas partout ailleurs aussi. Qu’il est beau le monde d’aujourd’hui !

  16. astrorock dit : 12 février 2010 à 13:34 « ou plutôt son inaction. » Sic !

    NON – Quand va-t-on arrêter ce type de sornette ? Il agit énormément, et applique, tel le » bon « fondamentaliste borné », SON programme, préétabli dans SA mentalité faite d’a priori en tous genre, basée sur des idées de « beauff » pas fini. Malgré l’échec patent de trente ans de « dérégulation/re-régulation (au total profit des 5% supérieur)», échec pour les peuples, mais réussite pour les gavés.

    1. Par inaction j’entend les reformes cosmetiques presentee comme des reformes de fond. Je le credite d’une seule reforme de fond: la loi TEPA.

      Tout le reste n’est que du vent au service de sa communication, nom moderne de la propagande. Toutes les lois votees avaient deja un texte de loi correspondant qu’il suffisait d’appliquer avec discernement, mais la politique a l’estomac n’est pas le propre de sarkozy, mais une derive dans toutes les democraties occidentales.

    1. Ah si seulement il était possible de se conduire toujours plus durement envers son prochain, pouvoir par exemple toujours le traiter et le payer toujours plus au rabais, comme le monde pourrait alors davantage me ressembler partout ailleurs, voilà bien ma vaine réussite humaine et qui sont aussi d’abord mes ami(e)s dans la vie, et dans une telle société ?

    1.  » Apocalypse, nom grecque, signifie en fait révélation… »

      Oui la grande révélation effrayante du monde de la finance, accrochez-vous ça va secouer et pleurer dans les chaumières, bien sur il n’en sera pas toujours ainsi sinon l’humanité court tout droit à son auto…..

  17. Bonsoir,

    @ Astrorock :

    « L’idee que je devellope c’est que malgre cette societe de la connaissance et de l’information deja en place et presentee comme la solution a tous nos maux, nous souffrons, simultanement avec la crise de la demande, d’une profonde crise de l’offre qui vois les biens et les services etres recycle a l’infini tout en nous les presantant comme des nouveautes.
    La derniere grand innovation remonte a 20 ans et c’est l’ordinateur individuel et internet. Depuis, nada! Plus profondement, le dernier choc majeur, c’est la passage de la bougie a l’electricite et on reviens toujours au phenomene de la maitrise d’une nouvelle source d’energie.
    Ce qui vas bouleverser le monde, ce seras un nouveau choc energetique avec l’industrialisation qui en decouleras. Et bien evidement, ce seras la recherche, donc la societe de la connaissance qui permettras cela. »

    Je ne présente pas la société de la connaissance et de l’information (déjà présente, on est d’accord là dessus) comme la solution à tous nos maux, elle correspond simplement au sens de l’histoire, une simple réalité, « dont acte ».
    J’insiste sur le fait que nous ne sommes (notamment avec internet et l’ordinateur) qu’au début du développement technologique en termes de communication : veuillez, pour vous en convaincre, visualiser cette vidéo : http://www.ted.com/talks/pranav_mistry_the_thrilling_potential_of_sixthsense_technology.html. Tout ceci pourrait être, quant bien même une catastrophe écologique de niveau planétaire nous atteindrait. Le sens de l’histoire.

    Par ailleurs, je crains qu’une société plus équilibrée en termes de pouvoirs ne puisse plus, aujourd’hui, émerger qu’à l’occasion d’une reconstruction : les blocages empêchant les nécessaires évolutions ont été instillés à chaque niveau de l’organisation sociale de façon tellement efficace, qu’il n’y a aucune place, à aucun niveau, pour les réformateurs. Les évolutions financières annoncées sur ce blog, qui tendent toutes à la disparition du système en place, centré autour de la finance (nous assistons, incrédules, à une déconstruction systématique du système financier par lui-même), tendent par ailleurs à aller dans le sens d’une future reconstruction.

    Cordialement,

    1. l’ipad et l’iphone proposent une première exploitation des concepts décrits dans cette vidéo; c’est à la fois passionnant et perturbant pour un esprit occidental, parce que il faut aussi creuser l’arrière-plan philosophique qui gènère ces idées.
      Il n’est pas inutile de constater que l’orateur est indien et que la philosophie indienne discute depuis des siècles de l’articulation envisageable entre l’immateriel et le matériel. Pour plus de détails, je renvoie à un opuscule d’Albert Schweitzer de 1936 : « Les grands penseurs de l’Inde » (rééditions 1962, 1990, 2004) qui soutient l’importance de la négation du monde dans cet univers philosophique et des conséquences que les différents courants philosophiques et religieux vont en tirer.

    2. Toutes les « briques » technologiques présentées ici existent déjà, certaines carément dans le domaine grand public… D’autres sont d’ores et déja produites sur des chaines de préproduction ou n’attendent plus qu’une ouverture (transformation « psychologique ») du marché et des industriels… Connaissant ce qui se trame dans certains labos, on ira beaucoup plus loin que dans cette démonstration à mon avis.
      Non, ce qui est vraiment extraordinaire dans ce reportage est le concept Open Source… :
      Ce gars là a programmé un ordinateur pour que toutes ces briques technoligiques fonctionnent ensemble et il donne son code dans le domaine public avec pour consigne : allez-y, faites le vivre !!!
      Ce concept du logiciel libre est en complète opposition au modèle commercial classique, il est extraordinairement proche dans son esprit à ce qui se prône ici, dans ce blog. Pensez à ce que seraient les réactions de Bill ou de Steve face à ce type d’idée !
      je pense qu’une évolution fondamentale du concept de propriété industrielle doit avoir lieu… Pas normal que seul Apple ait le droit de faire du multi touch sur les écrans de ses smartphones ! Pas normal que des malades du sida ne puissent être soignés « at production cost » ! Pas normal que Monsanto…. Etc…
      Mais pas normal non plus que la chine copie nos Airbus pour nous les revendre moins chers…

  18. @ Jérémie :

    Vos histoires de G-Vin et de cirage de pompes sont vraiment très drôles (comme quoi d’un mal peut sortir un bien). Je pense qu’en travaillant un peu, vous pourriez avoir beaucoup d’avenir dans le comique (écriture de textes, chansons, poésies, de one man show etc. : la liste n’est pas limitative). Il y aura toujours de la place pour la distraction quelque soit l’état du monde.
    Si vous me permettez une dernière petite remarque le « qu’il est beau le monde d’aujourd’hui » gâche l’effet de style du reste.

    Cordialement,

    1. J »ai pas du tout le sentiment que Jérémie soit dans la distraction, le divertissement. Il a certes une façon tout à fait particulière de s’exprimer, qui n’appartient qu’à lui, décalée, d’une certaine poésie même. Il semble être aussi dans la plainte, comme non nom l’indique, mais sans l’être vraiment tout à fait.
      Il ne cire aucune pompe, il est même très ironique, d’une ironie décapante, si vous le lisez attentivement. Relisez par exemple ses commentaires après le billet intitulé 2012.
      J’aime bien à vrai dire ce type d’ironie douce-amère. Il détonne à coté des discours du genre thèse synthèse antithèse. Mais pourquoi lui reprocher ? L’être, comme disait Aristote, est ce qui se dit de façon multiple. (je cite de mémoire)

      La finance c’est très sérieux évidemment, les conséquences sur nos vies sont certaines, décisives mêmes, surtout en ce moment, et pour un bon moment encore, mais il y a et il y aura toujours des individus, avec leur problématique singulière. La critique, saine que fait Jérémie, c’est un peu de dire que la finance n’est pas et ne peut être tout. Ou plutôt que ce n’est pas une abstraction mais chose humaine, avant tout. Et que c’est en tant que chose humaine qu’il faut la traiter.

      La difficulté c’est qu’il est difficile de faire la critique du système sans passer par un certain degré d’abstraction. Et que donc, forcément, ce faisant on rate quelque chose d’humain, la singularité de chaque existence, en tant que l’humanité n’est que la somme de singularités. Inversement, à ne parler que de l’humain singulier, ou ne voit le général que par le petit bout de la lorgnette de sa vie, de son expérience personnelle, que l’on a tendance à inscrire dans le déjà connu, on risque alors de rater la dynamique d’un possible changement collectif, qui passe par un changement de perspective forcément lié à une prise de distance du monde empirique.

    2. @ simplesanstête

      « très intéressante » dites-vous. Permettez-moi de douter du coté intéressant de la chose.

    3. VB et simplesanstete,

      J’espère que vous trouverez dans ces citations de quoi modérer de vous même votre intolérance :

      « La tolérance mutuelle est donc la règle d’or de notre conduite.
      Il va de soi en effet que nous ne serons jamais tous du même avis
      et que la Vérité nous apparaîtra de manière fragmentaire
      selon des points de vue différents.
      La conscience ne nous parle pas à tous d’une façon identique.
      Sans doute est-elle un excellent guide pour chacun;
      mais vouloir imposer aux autres les règles de notre conduite individuelle,
      serait une entorse intolérable à la liberté de conscience. » (Gandhi)

      « La vraie moralité consiste,
      non à suivre les sentiers battus,
      mais à trouver soi-même
      le vrai chemin qui nous convient
      et à le suivre de manière intrépide. » (Gandhi)

      « Vous êtes le produit de votre environnement, c’est pourquoi vous ne pouvez rien voir au-delà de vos habitudes et des conventions sociales dont vous êtes imprégné. Si vous voulez voir au-delà, libérez-vous d’abord de votre manière habituelle d’interpréter les faits. (Swami Prajnanpad)

      « Comment pouvons-nous être libres de regarder et d’apprendre, lorsque, depuis notre naissance jusqu’à l’instant de notre mort, nous sommes façonnés par telle ou telle culture, dans le petit moule de notre moi ?
      Nous avons été conditionnés pendant des siècles par nos nationalités, nos castes, nos classes, nos traditions, nos religions, nos langues ; par l’éducation, la littérature, l’art ; par des coutumes, des conventions, par des propagandes de toutes sortes, des pressions économiques, des modes d’alimentation, des climats différents ; par nos familles et nos amis ; par nos expériences vécues; bref, par toutes les influences auxquelles nous pouvons penser, et cela, de telle sorte que nos réactions à tous les problèmes qui se présentent sont conditionnées.
      EST-CE QUE JE ME RENDS COMPTE QUE JE SUIS CONDITIONNE ? » (Krishnamurti)

      « Je ne veux ni clôturer les quatre côtés de ma maison ,ni murer mes fenêtres.
      Je tiens à ce que l’esprit de toutes les cultures souffle chez moi aussi librement que possible.
      Mais je refuse de me faire souffler mon pion par qui que se soit. » (Gandhi)

      « Nous préférons nous accrocher au connu plutôt que d’affronter l’inconnu, le connu étant notre maison, nos meubles, notre famille, notre travail ainsi que notre caractère, notre savoir, notre célébrité, notre solitude, nos dieux.
      En somme le connu est cette petite entité qui tourne incessamment autour d’elle-même, dans les limites de son existence amère. » (Krishnamurti)

      Et, pour mettre en application, pour voir si le message a transfusé : Petites questions…Les réponses sont les bienvenues 🙂 !

    4. @ VB

      J’en suis heureux pour vous, profitez-en bien quand même c’est gratuit pas tous les jours que je suis généreux, en fait je suis souvent plutôt d’humeur maussade, grincheuse, hargneuse, insipide, morne, morose dans mes jérémiades non je ne crois vraiment pas que je puisse avoir de l’avenir dans le comique ou le politique, il m’arrive parfois quand même de me demander à quoi servent tous nos commentaires, tous nos billets plus ou moins déconnants ou sérieux sur la crise.

      Cordialement,

    5. @VB
       » J’ai la très nette impression qu’il est entrain de péter un câble, live sur ce post,  »

      Non rassurez-vous, je vous ne ferais pas ce plaisir de péter un câble de me mettre la corde au cou, la vie est trop belle je trouve, surtout lorsque j’entends le chant de l’oiseau dans la forêt, ou lorsque je vois un autre têtard de plus dans la rivière, par contre je reconnais être intervenu trop souvent dernièrement, peut-être bien mon dernier baroud d’honneur, histoire que je puisse mieux me consacrer à autre chose de moins déprimant et plus joyeux, oui la crise c’est pas tous les jours très drôle à vivre et à traverser, si en plus on éprouve le besoin malsain d’en rajouter une couche supplémentaire à plusieurs et pour les autres alors ou va t-on descendre encore je vous le demande ?

  19. @astrorock 12 février 2010 à 18:18 et VB

    Je partage votre vision. Nous sommes collectivement lancés dans une course contre la montre.
    Mais, même si nous arrivons, par le développement des connaissances et par l’industrie à nous doter d’une nouvelle source d’énergie (le projet ITER vient de changer de patron) nous allons être très rapidement confrontés à la raréfaction des métaux sans lesquels il n’y aura plus d’industrie et donc pas de nouvelle source d’énergie.

    En attendant l’avènement de cette nouvelle énergie, la sagesse voudrait que l’on enclenche tout de suite un freinage à mort (le terme colle parfaitement au sujet) de nos consommations futiles mais destructrices de nos richesses non renouvelables, pour ne conserver que des consommations de subsistance essentielles à la vie. Se nourrir, se loger, moins procréer, comme j’ai connu cela lors de la dernière guerre mondiale.
    C’est peut-être ce qui va arriver, si nous entrons dans une immense récession jusqu’à atteindre le niveau de vie des années 50 voire même des années 30, à condition que cela s’opère sans guerre mondiale, et donc à la suite d’une entente au niveau mondial. Sinon, ce sera l’effondrement généralisé et accéléré et le règne du chacun pour soi, avec avantage aux plus forts.

    Malheureusement, tout montre que si les plus malins (et pas toujours les plus philanthropiques) ont pris cette sinistre option, c’est parce qu’ils sentent un futur plus qu’incertain et qu’ils tentent de sauver leurs billes pour les réserver à leurs proches, pensant que c’est le mieux qu’ils peuvent faire.
    A mon avis, c’est pourtant en leur sein, chez les plus habiles et les plus éclairés, chez ceux qui ont été capables jusqu’alors de s’en sortir mieux que les autres dans la jingle des hommes, qu’il faut souhaiter l’émergence d’un saint homme(ou femme) capable de faire naître un sentiment de solidarité « inter classes ». C’est à partir de ce milieu des plus favorisés qu’il faut faire naître un courant de prise de conscience des efforts à fournir (pas seulement physiques) pour assurer le salut de l’humanité.

    Si cela ne s’opère pas rapidement dans uns des pays les plus avancés, afin d’entraîner par contagion une prise de conscience sur toute la planète, alors on peut redouter le pire : le chaos.

  20. Bonjour,

    @ Pierre-Yves D :
    Oui, vous avez très certainement raison à propos de Jérémie ; les problèmes collectifs ne doivent jamais cacher les problèmes individuels, mais il faut aller au collectif pour résoudre l’individuel. Cependant, j’avais vraiment trouvé très drôle cette façon d’imaginer de la dérision dans le grotesque financier.
    Je trouve aussi, comme vous et comme d’autres, qu’il n’y a rien « d’intéressant » dans la détresse humaine. Mes excuses si par malheur j’avais pu blesser quelqu’un.

    @ Basailles :
    « l’ipad et l’iphone proposent une première exploitation des concepts décrits dans cette vidéo; c’est à la fois passionnant et perturbant pour un esprit occidental, parce que il faut aussi creuser l’arrière-plan philosophique qui gènère ces idées.
    Il n’est pas inutile de constater que l’orateur est indien et que la philosophie indienne discute depuis des siècles de l’articulation envisageable entre l’immateriel et le matériel. Pour plus de détails, je renvoie à un opuscule d’Albert Schweitzer de 1936 : « Les grands penseurs de l’Inde » (rééditions 1962, 1990, 2004) qui soutient l’importance de la négation du monde dans cet univers philosophique et des conséquences que les différents courants philosophiques et religieux vont en tirer. »

    Réponse : OUI, votre analyse me semble très pertinente ; la problématique philosophique se situe bien là où vous la voyez ; et en effet, l’Ipad et l’Iphone sont des avant goûts de la suite.

    @ jducac :
    En effet, le problème énergétique existe bel et bien, comme le conditionnement climatique sur terre. Le chaos nous guette à court terme ; mais rien ne dure éternellement, pas plus le chaos que le reste, et la suite des événements appartiendra à l’homme (à moins qu’il n’ait disparu de la surface de la Terre : ce qui est une hypothèse que l’on ne peut évidemment pas définitivement écarter).

    Cordialement,

  21. Complément,

    Des recherches tendant à ce qui est décrit dans la vidéo existent dans plusieurs endroits du monde… Rien ne se fait par hasard (plein de personnes cherchent la même chose au même moment).

    Cordialement,

  22. nous avons un monde à gagner, à condition de ne pas mettre la charrue avant les boeufs et de commencer à nous libérer de nos chaînes ( c’est peut être un détail pour certains….mais un enfant meurt de faim toutes les cinq secondes sur cette belle planète ou tout devient numérisable)
    « je crains qu’une société plus équilibrée en termes de pouvoirs ne puisse plus, aujourd’hui, émerger qu’à l’occasion d’une reconstruction »

  23. Bonjour,

    Cher Jérémie,

    peut-être n’avez-vous pas lu mon dernier commentaire, je m’excuse si par malheur j’ai pu vous blesser d’une quelconque façon. Je vous redis que j’ai trouvé excellent votre mot sur le cirage de pompe assorti de la remarque (brillante) qu’en plus ça aura pour avantage de développer l’industrie du cirage : je trouve cela excellent dans l’ironie… Voilà, faut-il que je m’excuse d’avoir trouvé drôle votre mot d’esprit ?

    Par ailleurs, j’insiste sur le fait que ce n’est pas moi qui ai écrit « J’ai la très nette impression qu’il est entrain de péter un câble, live sur ce post, », donc votre commentaire afférent à cette remarque ne peut m’être destiné ! S’il vous plaît, ne faites pas comme la majorité des gens, à prêter des sentiments erronés à votre prochain, et à mélanger les gens, ce qu’ils disent, ce qu’ils pensent etc.

    Bien cordialement,

    1. @ VB

      Oups veuillez me pardonner VB Je comprends votre réaction et déception, vous faites bien de me le faire remarquer à vrai dire j’ai posté ce commentaire à une heure très tardive hier, je n’avais peut-être plus alors les yeux en face des trous, mon écran n’est pas non plus très reposant parfois pour mes yeux, veuillez encore m’en excuser.

      Cordialement,

  24. @ Jérémie,

    bonjour,

    vous avez raison : en rajouter des couches, ca ne sert à rien et vous avez encore raison : ca fait du bien d’être dans la nature si belle et si importante…

    A bientôt !!

Les commentaires sont fermés.