Comme avant ?

VB : Pensez-vous que (ou savez-vous si) le commerce international a repris dans les mêmes conditions qu’avant la Grande Crise ?

Baltic Dry : prix du fret maritime des matières premières (données sur cinq ans). Relativement bon indicateur du trafic lui-même étant donné l’inélasticité du nombre de bateaux disponibles (longs à construire)

© Bloomberg

HARPEX : taux d’occupation des porte-conteneurs. Bon indicateur du fret maritime des produits manufacturés (données sur cinq ans).

© Harper Petersen & Co

Partager :

97 réflexions sur « Comme avant ? »

  1. HARPEX = L’indicateur Roi qui ferme le clapet aux économistes hasardeux et aux média officieux

    1. Plus un zeste de Melanchon versus téléconomiste et plus personne ne parle (cf arrêt sur image).

  2. Et dire qu’aucun journaliste n’est capable de corréler les bons chiffres publiés sous couvert d’hors bilan, de mensonges et le BDI regroupant les 24 routes maritimes les plus fréquentées pour le transport des matières sèches.
    Pour info le BDI a atteint les 11000 avant 2008 pour fluctuer depuis des mois entre 2000 et 3000!

    Si on peut considérer que 80% des matières à faible valeur ajoutée transitent par voir maritime, 80% des matières à haute valeur ajoutée transitent par voie aérienne et bonjour l’état de nos compagnies aériennes!

  3. Merci pour vos travaux!
    Sur Yves Montand -dont on peut effectivement apprécier la voix et les films- : Il semble que vous ayez effectué le chemin inverse. Lui militant de gauche au départ, beaucoup plus tard à participer à l’émission « vive la crise » qui bénissait l’arrivée d’un capitalisme sans bornes….

    Auriez-vous le temps un de ces jours de nous préciser ce que « DETTE » veut dire.
    Il semble que plusieurs calculs et appréciations de la dette (des états) puisse être effectués.

    cordialement
    th M

  4. Oui, non… quelque part, c’est évident. Les rats quittent le navire. Passons, Sans importance. Ca s’est fait de tout temps. Et surtout par gros temps ou naufrage. Individualisme oblige.

    Là où nous risquons, grâce à notre poids économique de 30% du PIB mondial… de prendre une bourrasque style grain de force 5 et pas seulement en Iroise, c’est que nous ne pouvons que constater « ça »… :
    http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/05/09/cacophonie-autour-du-fonds-d-urgence-europeen_1348771_3214.html

    En effet, utiliser la crise du courant de pensée individualiste qui l’a fait élire et encore le meilleur moyen de bien se faire voir des US.

    Ils en sont tout de même bien réduits aux dernières extrémités lamentables, non..???
    Bande de capitaleux.

    1. @ Yvan,
      Je ne sais pas si je dois vous remercier pour ce lien: les évènements relatés sont tellement consternants.
      Et lorsqu’on en arrive à la lecture de ce type de phrase, on enrage:
      « rassurer les investisseurs qui après la Grèce ont pris dans leur mire l’Espagne, le Portugal ou encore l’Italie. Les marchés s’inquiètent du niveau de déficits et d’endettement des pays de la zone euro. »
      Ca ne fait qu’empirer et toujours autant d’absence de vision et de courage politique.
      Comme dit Mr Leclerc: demain est un autre jour.

    2. @Yvan et Zebu
      vous qui êtes intelligents et généreux, svp, soyez bon avec moi. Je suis en cours de rattrapage accéléré et vous ne pouvez laisser au seul F. Leclerc, la tâche d’induire en moi la grâce d’intelligence économique et de subtilité.
      C’est assez désagréable cette sensation d’être le type inquiet de la bande qui est toujours à dire « qu’est qu’y dit? qu’est ce qu’y dit? » ou encore « mais pourquoi y dit ça, hein les gars, pourquoi y dit ça? »

      mais, j’ai fait mienne la devise de Confucius: »qui pose une question est bête une fois, qui ne la pose pas est bête toute sa vie ».
      Vu le nombre de questions…..

      J’ai lu l’article en lien deux fois. Qu’est ce qui motive ainsi votre courroux?
      N’hésitez pas à mettre des petits dessins.

      Merci.

      PS: pourquoi ce hochement de tête collectif, entendu et réprobateur à la lecture des deux graphiques de Monsieur Paul? C’est parce que ça frémit ou alors parce que c’est toujours beaucoup plus bas qu’avant l’été 2008.

      Vous imaginez pas comme c’est difficile l’intelligence.

      Commençons par la première:

    3. L’effet produit par la mise sur pied éventuelle d’un ‘fonds de garantie’, voire d’un FME ,est faute de traiter la crise actuelle en pleine aggravation, que les « décideurs » préparent une réponse à la prochaine crise…celle de 2056.
      De la même façon ils prétendent palier bientôt en France les insuffisances du système de retraite prévu très très détérioré en 2050…on rêve ou quoi?
      Poudre jetée dans nos yeux incrédules ou tout bêtement attitude de rats capitaines piègés dans leur navire qui sombre?

    4. A tous : l’article a été modifié. Dont le titre…
      Ce n’est pas la première fois que le journal Le Monde modifie pour adoucir un article.

      Zébu, je n’insulte pas, je constate.

      Arnaud, il est clair que nous voyons LA le vrai pouvoir…
      Pas triste, non?

      OK, Lou, donnez-moi TOUT votre argent et tout le monde jugera de qui capitule.
      Demandez-vous pourquoi l’Europe doit se tourner vers les US pour être sauvée…
      Vous imagineriez le cas contraire, vous?

      Kerjean, je ne pense pas qu’il soit question d’intelligence. Ou en tout cas, pas pour moi. Juste être cartésien me semble suffisant. Mais faites comme moi : écoutez ou lisez les autres sans oublier d’avoir un esprit critique. Et constructif néanmoins.

      Tartar, il faut que ça plonge. Tout est allé trop loin, de toute façon. Nous pouvons, dans tous les cas, nous faire confiance pour la suite car nous connaissons nos capacités.

    5. @ Yvan :
      Certes. Constatation donc (mais qui ne date pas d’hier : De Gaulle déjà …).
      Je parlais de votre mot : ‘capitaleux’. J’ai fort gouté. Car gouteux.
      Cela fait appeler évidemment à la notion de ‘capitaliste’ mais aussi de ‘capitulard’ (utilisé surtout autour de Sedan pendant une certaine époque), de ‘crapoteux’ et ‘dégoutant’. Tout en restant avec le quant à soi qu’il sied.
      ‘capitaleux’ donc.
      Quand je disais qu’il était ‘recevable’, je ne voulais pas dire par là qu’il pouvait être ‘reçu’ par celui (ou celle : ‘capitaleuse’ ? Trop proche de ‘capiteuse’, comme odeur) à qui ce mot est destiné. Encore moins qu’il puisse être ‘agréable’ mais bien plutôt qu’il peut être ‘agréé’ : ‘recevable’.

      ‘capitaleux’, ainsi.
      Quand vous croiserez un chef de rayon ‘légumes et fruits’, diplômé force de vente, qui vous répondra que oui dah, les prix ont bel et bien augmenté mon pauvre monsieur (tandis que ceux des producteurs baissent) en invoquant la dure mais en même temps juste nécessité de maintenir le ROI afin de préserver les marges de ceussent qui aliment la France, sans quoi, rêver pas, ce sera le bordel et l’anarchie et c’est pas vraiment ce que vous voulez, non, alors … traitez le de ‘capitaleux’.

    6. @ Yvan :
      vous connaissez sans doute vos capacités. Je fais parti d’une génération qui doute des siennes. Sans oublier de douter de ses voisins. Je suis moins serein que vous ne l’êtes pour nous. Je le suis encore moins pour mes petiots.

  5. Bonjour,

    Je suis toujours très surpris par les différentes notes que les agences de notation attribuent aux différentes nations/entreprises. En regardant les principaux indicateurs (GDP, chômage, déficits, dettes, ect…) et en lisant les commentaires publiés dans des blogs et les principaux médias, il semblerait que les trois agences de notation (qui sont d’origine américaines) semblent peu « objectives » concernant les notes attribués aux US et UK. D’où ma question : pourrait t-on forcer ces agences à publier le code source de leur logiciel de notation afin de vérifier (en faisant du back-testing) leur sincérité ? Je ne pense pas qu’elles le feront, car l’on découvrirait que soit ces logiciels n’existent pas, soit les résultats sont retravaillés selon les clients, et donc que ces agences n’agissent que selon les volontés, l’argent et la capacité de nuisance de leurs clients. Le AAA attribué à Enron et à Lehman trois semaines avant leur chute devrait nous mettre la puce à l’oreille.

    1. Vi!
      Et aussi on aimerait avoir les listings des sondages réalisés par l’INSEE avec les abaques de « corrections au pif » saisonnières ou autres.

  6. Je connaissais pas le Harpex, et celui ci un vrai indicateur de volume, donc, c’est assez clair !

    Et sinon c’est qui « vb » ?

    1. Arf !……. 🙂

      Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a été hospitalisé à Bruxelles dimanche alors qu’il devait participer à une réunion avec ses homologues de l’Union européenne sur le mécanisme d’intervention destiné à protéger l’euro, a annoncé son porte-parole. Il semble que M. Schäuble, âgé de 67 ans, ait fait une réaction d’intolérance à un nouveau médicament qu’il prenait, a précisé Michel Offer.Le ministre de l’Intérieur Thomas de Maizière, également expert en questions financières, s’est rendu à Bruxelles pour prendre la tête de la délégation allemande au conseil Ecofin. M. Schäuble, qui a souffert de problèmes de santé à la suite d’une opération au début de l’année, a été placé en observation dans un hôpital de la capitale belge.

      Source : Associated Press

    2. Ben quoi les brits (terme péjoratif comme PIIGS destiné aux UKélites) seraient peu fiables?
      Disons que la City joue un double jeu et ne veut pas le bien du Peuple britannique.

    3. ça semble normal qu’un pays ne participant pas de l’euro ne souhaite pas payer pour lui.
      Par ailleurs, ça clarifie un peu la position qu’aura l’euroland demain vis à vis de la Livre si elle se met à dévisser gravement.

  7. Rebonjour,

    Merci à vous monsieur Jorion pour ces précisions statistiques, qui confortent mon intuition et les dires des uns et des autres.
    Reste une de mes questions : le commerce international est-il lié à la régulation financière internationale ? A priori, j’aurai intuitivement tendance à penser que sans commerce international digne de ce nom, il n’y a pas besoin de réguler les importations et les exportations, c’est-à-dire pas besoin de maintenir un certain équilibre des balances commerciales et des finances des Etats concernés.

    Pour aller un pas plus loin dans la prospective économique : si j’en crois Jean Marc Jancovici, les contraintes énergétiques qui vont peser sur nous d’ici les 5 prochaines années rendront dérisoires toutes les questions concernant la finance internationale, de même d’ailleurs que la finance locale ; notre problématique sera alors beaucoup plus liée à la survie qu’à la mise au point d’un Bancor (ou toute autre institution) censé réguler ce qui n’existera plus.

    Toute la question revient à dire qu’il ne faut pas se tromper de problématique : penser à l’avenir est, à mon avis, penser aux bonnes questions et non penser à des questions du passé en les projetant intellectuellement dans l’avenir.
    Je crains que nous soyons loin d’avoir tout vu en matière énergétique ; à quoi seraient réduites nos sociétés en l’absence d’énergie suffisante disponible ? matériellement, un monde pas trop éloigné de « Wall-e » ; humainement, on serait (sera ?) alors assez proche du radeau de la méduse !
    La question du manque énergétique, qui n’est pas théorique, mérite à mon sens d’être, pour le moins, considérée comme un paramètre disponible à notre raisonnement et comme une prospective probable, sinon certaine.

    Cordialement,

    1. Vous avez tout à fait raison, il faut le plus rapidement possible que la question énergétique devienne un paramètre important de la réflexion de ce blog.
      La pénurie énergétique n’est pas encore pour demain, mais ce qui manque pour l’instant et que je crains définitivement, c’est la croissance énergétique.
      Sans croissance énergétique il n’y a pas de croissance économique.
      L’avenir, c’est la décroissance énergétique et il faut s’y préparer. Que cela plaise ou non comme le dit JM Jacovinci
      Pour vous y aider, je vous propose un scénario pour le franchissement du pic pétrolier .
      Sans aucune prétention de ma part

    2. Vu la consommation et le niveau de rejets CO² d’un porte conteneurs de 11000 boxes (oui 11Kboxes) on peut prévoir l’obsolescence d’un tel type de transport de produits finis.
      Comme le fret aèrien ne va pas bien non plus, tout concourt à prévoir une relocalisation forcée des industries légères comme l’électroménager.
      Je veux dire les cuisinières à bois.

    3. C’est clair que la relocalisation deviendra indispensable, mais il est encore beaucoup trop tôt pour évaluer la forme qu’elle prendra. Je la vois plutôt évolutive.
      Un mélange d’économie sociale relocalisée et d’autarcie???
      Bien que la dépense d’énergie par tonne de ces porte container est assez faible, leur manque d’adaptabilité les rend très vulnérable face à la crise.

    4. Hier j’ai acheté une nouvelle machine à laver , l’ancienne à 26 ans. J’ai demandé au vendeur un modèle costaud qui durerai aussi 26 ans.

      Il m’a dit que ca ne se faisait plus. Premier hic.

      Je choisi alors une machine de marque réputée, consommant peu, dans la gamme plutôt « chère »… en espérant que quand même elle ferait un bout de chemin.

      Le vendeur me propose une garantie de 5 ans (150 euros) avec une offre de rachat de cette machine 20% du prix d’origine si j’en achète une autre à l’issue de ces 5 années.

      deuxième hic

      Je refuse cette garantie mais prends la machine, rentre chez moi, consulte le mode d’emploi et installe tout comme il faut.

      J’ouvre l’alimentation en eau, entends un bruit d’écoulement,… bon, pas de fuite extérieure…
      je vais boire un café.

      Je reviens 10 minutes plus tard: la pièce inondée, la machine remplie d’eau a ras-bords…

      Troisième hic

      J’appelle le magasin: diagnostic téléphonique : panne d’electrovanne, le technicien passera dans une semaine

      Quatrième hic

      Obsolescence incorporée à l’extrème? Comme l’espèce humaine?

    5. VB
      Et oui, la question que vous posez revient à se demander :
      Redémarrer, oui, mais pour aller ou ?
      Ce n’est pas une question accessoire.

    6. @Alexmex

      Le combat contre l’obsolescence est certainement un des grands combats d’avenir et nos descendants nous verront certainement comme des arriérés un peu fous sur ce point. Même si nos descendants n’ont pas réussi à transcender l’état d’esprit pilleur dans lequel les humains civilisés se trouvent maintenant (à l’inverse de ceux qui sont appelés primitifs), ils valoriseront la durée de vie des choses. Leur qualité et leur solidité va prendre beaucoup d’importance.

      Parallèlement, la recyclabilité de toute chose fabriquée sera cruciale.

      Nous allons aussi accorder beaucoup d’importance à la durée de conservation des denrées alimentaire. La conservation via séchage, bocaux, conserves à un niveau individuel a un bel avenir.

  8. Si ces documents sont vrais……oulalala …

    Greek blog DosePasa has released several smoking gun documents in which Boston-based Hayman Private Equity (no relation to the Kyle Bass firm, at least none that we can find), discloses it intention to offer a E20 billion loan through a non-binding Memorandum of Understanding to Greece at roughly LIBOR+125bps in February 2010. If the documents are proven legitimate, and with a plethora of executive-level signatures it appears they would be difficult to forge, Athens will likely now demand G-Pap’s head on a platter, or at least a coherent explanation why he refused to do this transaction at massively beneficial to Greece terms, which most importantly, did not involve the IMF’s austerity measures, which have been the source of so much consternation to date, not to mention a proximal cause for the biggest market drop in history.

    http://www.zerohedge.com/article/smoking-gun-document-could-terminate-george-papandreous-career

  9. L’Harpex me semble un bon indicateur de la santé de l’économie réelle. Le BDI est un indicateur qui me semble ne rien montrer du trafic, contrairement à ce que dit Paul Jorion. Il montre juste qu’il y a eu une bulle sur les prix totalement déconnectée de la réalité du frêt et qu’elle a explosé en 2008. Autant demander au prix du baril de pétrole de nous indiquer la santé de l’économie…

    1. Comme le coût du fret maritime varie avec la quantité de marchandises transportées et que le vrac sec constitue habituellement des marchandises précurseurs d’une production (comme le ciment, le charbon ou l’acier), cet indice est aussi vu comme un bon indicateur d’une croissance future de la production.

    2. Le BDI (mesure d’un coût) dont on a peut-être bcp trop parlé est effectivement moins convaincant que le plus discret HARPEX (mesure d’un volume).

      Certes, on a coutume de dire que le BDI est un marqueur avant-coureur de production (chinoise…), mais la corrélation avec les volumes est devenue plus incertaine.
      Depuis fin 2008, il s’agit avant tout de remplir les vraquiers, qu’importe donc le prix…
      M. Jorion, spécialiste de la formation du prix, pourra nous en apprendre à ce sujet. Merci déjà.

      Je note en revanche que le HARPEX, à l’encéphalogramme parfaitement plat pendant 12 mois consécutifs, a repris de quelques jolies couleurs récemment. A confirmer, évidemment.

      Une autre méthode, luxueuse il est vrai, serait d’aller jeter soi-même un oeil au large des grands ports d’Asie. Je sais qu’on fait beaucoup moins qu’en 2009 le pied de grue au large de Hong Kong/Macao/Shenzhen, mais j’ignore ce qu’il en est de Singapour, Shanghai, Dalian, Tianjin…

      Merci de toute contribution complémentaire sur ces points décisifs d’une analyse concrète et indubitable.

  10. Les deux crêtes de 2008 du Baltic Dry correspondent à un affrètement massif des chinois afin de constituer des stocks de matières premières (minerai de fer, de cuivre…. en même temps qu’ils annonçaient un embargo sur leur production de « terres-rares » dont-ils ont le quasi monopole.). Certain prennent leur élan….

    La santé de la flotte est donc, si l’on peut dire intimement liée à la liquidité Chinoise….

    1. Exactement.
      De plus Inde et Chine achètent ou louent des bouts d’Afrique susceptibles de produire des matières premières techniques ou alimentaires qui seront transformées sur place.
      Plus tard sans doute, après la crise…ils viendront consommer aussi sur place?

    2. Est-ce à titre purement symbolique que les chinois viennent de s’acheter le port du Pirée ?
      Un comptoir chinois, en quelque sorte. Au centre du bastion de l’armement grec.

    3. Oui, Pierre.
      L’Europe est tout de même 30% du PIB mondial. Soit plus que les US, le Canada et le Mexique réunis.

      Le terme « comptoir » me plaît bien, car c’est tout à fait ça.

  11. une évolution du cours de l’once d’or reste aussi un bon indicateur, même s’il semble « grotesquement psychologique… » 🙂

    1. @ Karluss

      Bonjour, pourquoi « grotesquement psychologique » ?

      Cela fait longtemps qu’on s’attend à la chute du dollar compte tenu de la quantité de monnaie papier qui a été injectée et là en plus c’est l’euro qui est attaqué.

      L’immobilier qu’on croyait une valeur sûr a perdu aussi de sa valeur et risque d’en perdre encore plus.

      Ça ne me semble pas grotesque de placer son argent dans l’or, mais plutôt intelligent.

      Sinon a part cela il y a encore des soubresauts dans l’économie :

      Cette semaine je suis allé acheter une lessiveuse chez Wallmart ici à Tenerife ( Espagne ).
      Il y avait 3 vendeurs à ce rayon et une file de clients qui se disputaient pour avoir un vendeur et acheter. Depuis quelques temps le gouvernement fait une campagne de promotion pour rénover son ancien électroménager et il intervient en offrant des remises de 25% environ si on échange un ancien appareil pour un neuf. C’est peut-être lié à cela. Mais ça fonctionne.

    2. Si les monnaies craquent on verra ce qui est psychologique. Le billet aura alors la valeur du papier, l’or la valeur du travail fourni par l’homme pour l’extraire. 0n en reparle bientôt, et bonne lecture du Capital.

    3. Si le gouvernement me paie ma nouvelle télé plasma dans un but utile (relancer la consommation)je suis même d’accord de faire l’effort d’aller la chercher au magasin…cela serait chouette que le gouvernement espagnol me paie aussi mon essence ….merci d’avance

    4. Serge…
      Je voudrais rien dire, mais…

      Si vous êtes allé jusqu’en Espagne pour bénéficier du dumping espagnol, la différence a été bouffée par le déplacement.

      J’avais aussi lu un truc sur l’or…
      Pété de rire : Roosevelt fixait le cours de l’or comme ça lui chantait pour éviter que le papier-monnaie ne chute.
      Bonne chance avec votre or pour sauver votre « fortune »…

    5. @ Yvan :
      Sur l’or, vous ne devriez pas. FDR a effectivement imposé un cours de l’or, en dollars. Il a fait plus : interdiction de détention d’or, tout cours, en 34. Crime puni de 10 000 dollars d’alors.
      ça n’a guère empêché les américains d’être les plus gros détenteurs (comme en France) d’or, bien avant la réserve américaine, ni même d’aller les changer au Mexique ou au Canada, ou pour les plus fortunés, de les expédier en Suisse, en coffre. En 75, cette loi, peu appliquée, fut supprimée. Quelques années plus tard, le cours de l’or explosait (il l’était déjà au marché noir auparavant).
      L’or se monnaye tout le temps. Les allemands, pendant l’occupation, avait interdit sa détention (l’équivalent d’un napoléon), sous peine … de mort. ça n’a pas empêcher les ‘naps’ de partir en vadrouille du côté de Lausanne, dans des cannes creuses ou se rester planqués dans leurs cachettes ou d’alimenter le marché noir (ou l’achat d’armes pour la résistance ou de faire passer les frontières).
      A moins d’une interdiction mondiale et quand bien même, avec quels contrôles ?, l’or reste l’ultime monnaie. L’Histoire l’a toujours démontré. A fortiori en période de crise.
      Si l’or n’a plus cours, alors c’est que soit on fera du feu avec des silex (et on n’aura plus le loisir d’échanger par internet, snif), soit on sera vraiment passé à autre chose.
      Dans le second cas, on aura dépassé des milliers d’années d’expériences humaines sur terre. Le Grand Bond !

    6. @Carl
      Si vous êtes assidu à ce site, vous avez pu constater que j’apprécie particulièrement la sagesse du baron de Montesquieu. Celle-ci est pour vous.

      Il n’y a rien de si extravagant que de faire périr un nombre innombrable d’hommes pour tirer du fond de la terre l’or et l’argent : ces métaux d’eux-mêmes absolument inutiles et qui ne sont des richesses que parce qu’on les a choisis pour en être les signes.

      A méditer.

  12. @VB
    Tout à fait d’accord sur le fait que les problèmes énergétiques et de ressources en général, vont sans doute rendre l’approche « il faut réparer le système financier international » caduque dans un avenir proche. Et d’ailleurs la crise actuelle est déjà probablement au moins en partie, due au pétrole à $150 en juillet 2008. Par contre à part effondrement complet le système financier international ne disparaitra pas de lui même, et on peut craindre que le côté « se nourrir sur la bête » ne fasse que s’aggraver..
    La question est peut-être : comment la finance peut marcher sans croissance ? Ou dans quelle mesure la finance « classique » peut-t-elle fonctionner sans croissance ?

    1. Et dans quelle mesure la notion de croissance n’est-elle pas carrément obsolète pour le coup?
      Cà c’est du changement de paradigme!
      Dur à avaler mais à prendre en compte du fait que BP ne parvient toujours pas à boucher sa fuite au large de la Louisiane.
      Tar!

    2. an391 a dit
      on peut craindre que le côté « se nourrir sur la bête » ne fasse que s’aggraver..

      Tout à fait d’accord, mais je pense que la bête va réagircomme ceci
      Ce n’est qu’un début, mais c’est prometteur.

    3. Bonsoir,

      @ an391 :

      Je pense en effet que l’on ne cessera vraiment de parler de système financier que le jour où cela s’avèrera tout à fait inutile aux yeux de tous. Mais, car il y a un mais, ce jour me semble approcher pour au moins 2 raisons (corrélativement au pic pétrolier) :
      – le développement industriel accéléré, consciencieux et efficace de l’Asie ;
      – les besoins énergétiques croissants nécessaires à la vie moderne (partout sur Terre) : la consommation énergétique de chacun semble augmenter en raison de l’utilisation massive des appareils électroniques, électroménagers, téléviseurs, radios, ordinateurs, imprimantes, véhicules (voitures, transports en commun, camions très utiles au commerce international) et j’en oublie sûrement.
      Alors, même si la crise économique persistante joue en faveur d’un éloignement de ce jour fatidique, la tendance ne me semble par pour autant devoir être durablement inversée du fait de la Grande Crise, qui semble toucher essentiellement l’Occident.
      Je reprends l’exemple imagé par Chris Martenson (que j’ai découvert grâce à un commentateur de ce blog) : prenez le postulat qu’une goutte d’eau tombant dans un stade est multipliée par deux chaque minute ; il arrive un moment, alors que le stade n’était rempli qu’à moitié et que tous les gens assis sur les gradins du haut se sentaient en toute quiétude au sec, où toutes les personnes sont noyées, sans exception d’altitude (cf. : http://jcbonsai.free.fr/cc/CH4.html).

      La conclusion est que le développement (croissant, voire même exponentiel) des besoins énergétiques globaux interagit sur le temps qu’il nous reste, à nous humains, avant d’assister au jour le plus court.

      J’espère me tromper car si jamais, par un très grand malheur, nous devrions avoir, nous ou nos enfants, à subir ce jour fatidique, alors nous réapprendrions tous, collectivement, à considérer qu’effectivement nous ne sommes rien au regard des éléments naturels. Le fameux « bon sens paysan », mentionné avec infiniment de condescendance par tout un chacun, redeviendrait alors une composante essentielle de la vie de tous, enfin, de chaque survivant je veux dire.

      Mais peut-être y a-t-il une autre alternative à se scénario : la Grande Crise s’étendant et se fossilisant, une dictature s’instaure qui prive la grande masse des citoyens, qui ont dès lors perdu cette qualité qui n’est plus que littéraire, de la plupart de ses besoins énergétiques afin de préserver l’avenir et le présent de ces dictateurs. Alors là : on en revient presque au point de départ avec 2 petites observations : 1) les dictatures ont historiquement fait la preuve qu’elles ne durent pas éternellement et ; 2) pendant le temps de sa durée, le peuple est réduit à vivre comme dans le cas précédemment examiné : retour à l’époque du « tout manuel », sorte d’autarcie non pas nationale mais très très locale (ressort d’un hameau ou autre chose du même genre).

      Tout cela est caricaturé afin que nous puissions tous prendre l’exacte mesure des moments historiques que nous sommes en train de vivre : un tournant « civilisationnel » (tant pis pour le néologisme qui me semble explicite), rien de moins.

      Cordialement,

    4. c’est fini le tout naturel, les oeufs achetés sont stériles, les plantes issues des graines achetées sont stériles, les vaches sont inséminées, il est en question d’interdire les béliers ….

    5. Bonjour,

      @ Cecile :

      Il ne s’agit pas du « tout naturel » mais du « tout manuel » : ce qui, en effet, fait une grande différence !

      Cordialement,

  13. Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a été hospitalisé à Bruxelles, où il devait assister à un sommet Ecofin, et il est sous observation après avoir mal supporté un nouveau médicament, selon un communiqué du ministère des Finances.

  14. Et que dit le Lipstick factor ? En période de crise les ventes de rouge-à-lèvre augmentent. En ce qui me concerne je ne me réfère qu’à ce facteur qui me parait le plus juste et le plus pertinent.

    Explication psychologique : les femmes auraient tendance à se rabattre sur cet petit achat plaisi,r en cas de stress économique … Donc c’est vraiment à consulter avant même le BDI, harpex et compagnie 🙂

    1. @ frederic lechanu

      http://beauty.suite101.com/article.cfm/lipstick_factor

      Often times during a recession, lipstick sales increase while most retail sales decrease. During an interview with ABC news, Chief Economist, Diane Swonk, from Meisirow Financial, spoke on how lipsticks sales increased during the Great Depression.

      ============

      Je crois qu’on ne rend pas la place qu’il mérite à ce facteur.

      Le whisky étant très cher, il ne rentre pas dans le même topique…

    2. @Lisztfr

      Cette histoire de rouge à lèvre me turlupine,j’aimerai un étayage fiable de vos assertions.
      Si elles s’avéraient exactes,je demande une exégèse concernant sa signification.

    3. @ Piotr

      Justement le Lipstick factor n’est pas aisé à trouver sous forme de tableau, en tout cas il a été constaté, et des boites comme Loréal peuvnet en témoigner. Ceci dit, je constate en ce qui me concerne, et à mon corps défendant, une autre version de ce facteur, version masculine « branchée », qui me pousse à me faire du bien en achetant du matériel informatique, dont je n’ai bien entendu aucun usage… maintenant je mets le tout sur le compte du lipstick factor, ce qui est bien pratique. Des comportements inutiles, mais nécessaires. La seule façon de résister à la tentation étant d’y succomber.

      Le Lipstick factor, n’étant pas d’une importance économique centrale, il est négligé et pourtant il pourrait être un indice fiable de l’état de la crise. Mais ceci n’intéresse pas tant les économistes que les sociologues, si tant est que les économistes s’intéressent à quelque chose. le Lipstick factor est l’équivalent économique de ceci :

      Dieu prit sa plus molle argile
      Et son plus pur kaolin,
      Et fit un bijou fragile,
      Mystérieux et câlin.

      Il fit le doigt de la femme,
      Chef-d’oeuvre auguste et charmant,
      Ce doigt fait pour toucher l’âme
      Et montrer le firmament.

      Il mit dans ce doigt le reste
      De la lueur qu’il venait
      D’employer au front céleste
      De l’heure où l’aurore naît.

      Il me semble qu’il y avait un autre passage sur le sujet mais je ne le retrouve pas..

  15. Vous êtes de plus en plus lu et apprécié cher Paul

    « Pour commencer, visionnez s’il vous plait cette video de monsieur Paul Jorion, pour votre culture boursière et éviter de croire tout ce que l’on vous raconte (sujet : la chute de jeudi soir à Wall-Street et le fonctionnement de la bourse moderne, bien différente de celle d’antan – les portefeuilles bien garnis ont eu de la chance pour cette fois – et une justification du travail de cet homme, qui ne cherche qu’à prévenir plutôt que guérir, sans aucun intérêt personnel – j’admire la compétence, le recul, et l’objectivité, une vision globale de la société qui prend en compte sa composante principale, qui n’est pas l’argent mais l’homme lui-même – si nous continuons à l’oublier, un jour, ce sera le « mur »). »

    http://www.nouveautrader.com/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=3&Itemid=18

  16. Pas vraiment d’accord…

    Avec la forte croissance du commerce mondial jusqu’en 2007-2008, de nombreux porte-conteneurs, vraquiers… bref cargos de commerce en tous genre ont été commandés. Le temps de les construire, leur disponibilité n’apparait qu’en 2009-2010-2011.

    Il est normal que le prix du fret et le taux d’occupation ne remontent pas. Tous les bateaux nouvellement disponibles sont à quai. Pourtant, vu l’amélioration de nombreuses statistiques dernièrement, comme par exemple la forte croissance des commandes d’entreprises allemandes, ces stats devraient bientôt remonter.

    J’ai un copain qui travaille pour un armateur et qui m’a confirmé la flotte de navires de son employeur tournait de nouveau à plein régime.

    Je n’ai malheureusement pas réussi à trouver de chiffres sur la flotte mondiale de navires de commerce. Je ne sais pas si mon point de vue explique un peu, moyennement ou beaucoup l’évolution de ces stats.

    Enfin, le baltic dry index est une stat très volatile et qui réagit beaucoup à l’évolution des prix des matières premières, le pétrole notamment. Si ce dernier remonte nettement, le baltci dry remontera aussi.

    1. Homard, vu votre poste d’observation, on s’attendrait de votre part à une évaluation objective du trafic maritime.

    2. Arnaud, je n’ai pas accès à tous les outils du monde…
      Un industriel dans le fret maritime serait mieux placé que moi pour avoir des chiffres et des stats. De plus, c’est le WE, je verrai demain au boulot si je peux trouver des chiffres plus précis mais j’en doute. J’avais déjà cherché des renseignements sur le commerce maritime mais j’ai peu de choses à ma disposition dans ce domaine.

    3. Merci Homard. C’est exactement ce que je pensais du BDI. Un prix n’est de toutes façons jamais un indicateur objectif de la production et de la consommation sauf à penser que la loi de l’offre et de la demande joue vraiment. Or l’on sait (et entre autres grâce à Paul) qu’il n’en est rien.

    4. Ce que je voulais dire Homard, c’est de vous méfier. Avec une telle incertitude dans vos analyses une palourde pourrait vous supplanter à l’agence de notation du trafic maritime, même si vous faites plutôt du bon bulot!

    5. Homard, pas de pétrole dans le baltic dry comme sont nom l’indique.

      Ces renseignement vus intéresserons sans doutes : Ce sont des stats grecques…..

      ESYE : La flotte marchande grecque compte 2.071 navires

      L’Office national de la Statistique (ESYE) a annoncé jeudi les chiffres de juin 2008 concernant la marine marchande grecque, la flotte nationale comptant 2.071 navires, d’un tonnage total de 38.896.086 tpl.

      Parmi ces navires, 629 sont des cargos, 517 des tankers, les autres 925 étant des ferries et autres…

      …La flotte marchande grecque présente un record de développement et de modernisation puisque, selon les données officielles du Committee – Greek Shipping Co -operation de Londres, les navires marchands détenus par des intérêts grecs, y compris ceux en cours de construction, étaient au nombre de 4.173 le 18 février 2008, avec un tonnage total de 260.929.221 dwt.

      Les navires battant pavillon grec ont aussi augmenté, passant de 969 à 1197 de 2007 à 2008. Selon le Committee, « cet essor important de navires marchands battant pavillon grec résulte des mesures prises par le gouvernement pour la compétitivité de la flotte sous pavillon grec ».

      Avec ces 4.173 navires, les armateurs grecs restent en 2008 aussi au top du classement mondial, contrôlant 8,7% de la flotte mondiale par nombre de navires et 16,4% par tonnage.  »

      D’où vus pouvez déduire la flotte mondiale.

    6. les pavillons des bâteaux (yatchts) à quai dans nos ports français sont surtout anglais, luxembourgeois…. ( c’est que, c’est que … avec un pavillon français, il faut déclarer son équipage

    7. Pierre >> le pétrole n’est pas dans le baltic dry mais c’est son influence qui m’intéresse. Quand le prix des MP monte, on a tendance à en vendre plus, ce qui fait monter les prix du transport de toutes les marchandises.

      J’ai quand même trouvé quelques chiffres. Et ils sont éloquents : les Etats-Unis exploitent actuellement plus de 6500 cargos, dans la catégorie « vrac », soit une hausse de 17% depuis 2007 (+27% depuis 2005) et le carnet de commandes dans cette catégorie de navires s’élève à près de 2300 bateaux… Sachant qu’à partir de 2008, le commerce mondial a chuté, la sévère baisse du baltic dry et d’autres indicateurs s’expliquent. De plus, cette stat concerne juste les US, et pas la Chine, le Brésil et autres pays émergents qui ont vu leur commerce mondial s’envoler.

      Ces données proviennent de Bloomberg et ont comme source d’origine : Lloyd’s Register Fairplay.

  17. Euh je n’y comprend rien,

    Que doit on comprendre ??? Je suis moi aussi novice en économie, et je n’arrive pas à savoir où vous voulez en venir. Vivant à Marseille, le sujet m’intéresse car ici l’une des plus grosses sociétés est la CA CGM qui est semble-t-il dans une très mauvaise posture …

    Merci

  18. Quelqu’un aurait il l’equivalent pour le fret routier intra europpéen? juste pour complement. Merci

  19. Détail signifiant, à situer dans les multiples courbes de Hubbert.
    Et pour répondre à la question, je ne pense pas que le commerce international ait repris dans les mêmes conditions qu’avant la Grande Crise.

  20. l’Euro remonte à 1.2880 en Asie

    CMA CGM a eu la folie des grandeurs, entre autre en construisant un siège social inutile à Marseille (35 étages je crois?)hyper luxueux avec ascenseur privé direct jusqu’au dernier étage dans le bureau du boss..un libanais mégalo qui a vu trop grand..trop d ebateaux aussi….sa dette a été restructurée grâce aux pressions amicales de sarkozy…..gaudin and co ce n’est d’ailleurs pas fini cette histoire

    http://www.cma-cgm.fr/AboutUs/PressRoom/Event.aspx

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/economie/20100506.REU8264/cma-cgm-poursuit-sa-restructuration-envisage-d-emettre-des-ora.html

    1. Où en Asie à cette heure là?

      @Moi
      vous êtes prêt à parier sur un gros rebond technique demain?
      Un gros rebond ou au mieux un hoquet avant de faire descendre tout ça avec une bonne dose de panique?

    2. @KERJEAN: tout dépend du sommet européen. S’ils en sortent avec un accord sur un fonds de garantie de 500 milliards et que c’est pas du bluff, les spéculateurs vont courir pour déboucler leurs positions baissières et pas perdre leur chemise. Le plus probable est alors qu’ils se jettent sur une autre proie (le Royaume-Uni serait le plus logique, même si je ne crois pas qu’ils s’attaqueraient à la main qui les nourrit).
      S’ils ne trouvent pas un accord pour ce fonds, l’euro est foutu.

    3. la tour ….oui ….
      mais aussi est-ce que Dubaï ???
      et avant est-ce que le Ponant ??,

    4. @MOI
      Vous semblez avoir raison ce matin. Premier coup d’oeil avec le café, ça rebondit en Asie.

  21. Pour ce qui est du fret routier, je constate que par chez moi il y a nettement moins de camions depuis environ 6 mois.
    Un autre indicateur : la baisse des morts sur la route au mois d’avril – 11 % je crois.
    (moins de véhicules sur les routes)

    1. En complément de vos commentaires, le PDG de Lafarge a récemment déclaré que dans les pays développés, il n’y avait pas de reprise dans le secteur des matériaux de construction.

  22. http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/ACCUEILEXTN/EXTDECPGFRE/EXTPROSCPECTFRE/EXTGBLPROSPECTFRE/0,,contentMDK:20696211~menuPK:3133696~pagePK:51449432~piPK:5374041~theSitePK:626867,00.html

    Dans l’ensemble, les volumes d’échanges mondiaux de marchandises se sont contractés de 17,6 % en 2009 selon les estimations, les biens et services accusant quant à eux un repli de 14,4 %. Au vu de la faiblesse de la reprise prévue et des effets de base, les échanges ne devraient progresser que de 4,3 % en 2010 et 6,2 % en 2011. Par conséquent, même deux ans après le début de la reprise, le volume total des biens et services échangés devrait encore être inférieur de 5 % à son pic de 2008.

  23. @ Alexmex
    9 mai 2010 à 21:40

    C’est peut être tout simplement une impureté dans l’électrovanne, le filtre est il présent?
    L’obsolescence ne va pas jusque là, il y a un réel problème.

  24. Premiere vraie victime:

    la démocratie Grecque vient d’être abolie.

    Toutes les mesures découlant du plan d’austérité seront adoptées par décret sans contrôle parlementaire.

    A savoir que dans le fonds européen en gestation, ce sera la contre-partie de toute aide.
    On n’est pas loin du coup d’état technocratique.
    Comment les Grecs prendront-ils cela?

  25. Sur les résultats des élections régionales en Allemagne.
    Il me semble que nous avons actuellement, en grande partie, une crise qui se focalise sur la Grèce (Thanks for us, from City et WE) ‘grâce’ à l’absence de prises de responsabilités du gouvernement allemand. Depuis des mois (!!), on ‘retarde’ les choses pour permettre au gouvernement allemand de tenter de préserver sa marge politique au Bundesrät, préférant ainsi l’absence de solidarité, de courage politique, de refonte idéologique plutôt qu’un échec politique lors d’élections allemandes.
    Au final : ils auront les deux et l’indignité en plus.
    Je n’ai rien contre Mme Merkel, qui doit faire face à des contraintes internes et externes, autrement plus importantes que notre président à nous qu’il a été élu pour 5 ans. Je pense qu’elle doit ressasser amèrement ce qu’elle aurait pu faire il y a deux mois, quand il a fallu choisir entre son alliance (désormais moribonde) avec le FDP et choisir une voie, difficile et incertaine mais qui aurait pu, avec un dur travail de pédagogie et un grand courage, changer beaucoup de choses et faire d’elle LA dirigeante que l’UE pouvait espérer.
    Il n’en a rien été. Je le regrette. Pour nous, comme pour les grecs mais aussi les allemands, qui n’auront rien sinon l’ardoise à payer, l’isolement, la confusion politique et in fine, un coup de poignard dans le dos du descendant du mark, l’euro.
    On aurait là notre bouc émissaire fort commode, nous épargnant encore de nécessaires introspections sur les prolégomènes de la crise.

    Néanmoins, je n’ai pas envie d’hurler avec les loups qui accompagnent inéluctablement les victoires du général hiver car le dérisoire le dispute à la colère : ‘tout ça pour ça’ …
    Tant il est vrai que nous ne pouvons nous ‘réjouir’ ni de la fallacieuse ‘sanction venant corriger les errements de la Grèce’ ni même que d’autres voisins et amis en viennent à mettre un genoux à terre.
    Car ‘bourreaux’ et ‘victimes’ se prosternent tous afin d’éviter le divin courroux des ‘marchés’ …

    PS : même une refonte d’alliance, avec un gouvernement d’union nationale avec le SPD semble inopportune, sur la forme (trop tardive) et sur le fond (quelles idées ?). La météo politique allemande semble islandaise ce soir.

    1. Il faut essayer de comprendre pourquoi les allemands se sentent flouer par Merkel.
      Le courage politique contre le courage d’avoir pris des mesures par le passé pour préserver l’économie,les retraites.
      En face vous avez un pays qui vit au dépend de l’Europe avec une retraite pour certains à 45ans et pour la majorité avant 55 ans !
      Je sais vous me direz encore que c’est les spéculateurs qui en profitent…
      Si 40% de l’économie en Grèce est souterraine, ils risquent de mieux s’en tirer que nous tous 🙂

Les commentaires sont fermés.