Les marchés tentent de se refaire… non sans succès !

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Je suis souvent épaté par la ténacité et la témérité des marchés. À peine avait-on décrété la Bourse américaine en mode « baissier », qu’elle a tenté hier de se refaire.

Et avec quelle obstination : malgré un mauvais départ hier en ouverture – très rapidement corrigé – et une longue érosion durant toute la séance, elle est quand même parvenue à terminer au finish en hausse de 1,25 %.

Bon, le profil de la journée est un peu suspect, mais qui s’en inquiétera : on était vendredi et chacun est rentré chez soi. Aujourd’hui, c’est samedi : jour de barbecue, on a d’autres choses en tête !

© Dow Jones

Ah ! ces marchés américains : il y a sûrement quelque chose qu’ils ont compris, et nous pas encore. Voilà un exemple à suivre ! Plutôt que ces vilains pisse-vinaigre d’Allemands.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

71 réflexions sur « Les marchés tentent de se refaire… non sans succès ! »

  1. Aujourd’hui lundi 24 mai sur boursorama:
    Sur la seule semaine dernière, l’indice phare de la place new-yorkaise a chuté de 4%, limitant son plongeon grâce à un net rebond vendredi (+1,25%).
    “Le marché se montre incapable de poursuivre sur sa lancée de vendredi”, a observé Craig Peckham, de la maison de courtage Jefferies.

    Vendredi ici même votre commentaire M. Jorion:
    Je suis souvent épaté par la ténacité et la témérité des marchés. À peine avait-on décrété la Bourse américaine en mode « baissier », qu’elle a tenté hier de se refaire.
    Et avec quelle obstination : malgré un mauvais départ hier en ouverture – très rapidement corrigé – et une longue érosion durant toute la séance, elle est quand même parvenue à terminer au finish en hausse de 1,25 %.

    Jadis, Léon Zitrone était le commentateur vedette du tiercé et du tour de France dans les deux cas on ne savait pas à l’époque que les dés étaient pipés par le dopage, je soupçonne une naïveté feinte dans votre cas (“épaté”). C’est quoi le dopage dans le cas des marchés financiers ? 😉 Ou alors ce sont les motivations bonnes ou non qui sont épatantes: le volontarisme ? La cupidité ? le patriotisme ? What else ?

  2. Vous l’avez vu passer celle la ?
    http://christianmarks.wordpress.com/2010/05/25/mathematical-logic-finds-unexpected-application-on-wall-street/

    “In an unexpected development for the depressed market for mathematical logicians, Wall Street has begun quietly and aggressively recruiting proof theorists and recursion theorists for their expertise in applying ordinal notations and ordinal collapsing functions to high-frequency algorithmic trading. ”

    Quelque chose couve, non ?

Les commentaires sont fermés.