Les marchés tentent de se refaire… non sans succès !

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Je suis souvent épaté par la ténacité et la témérité des marchés. À peine avait-on décrété la Bourse américaine en mode « baissier », qu’elle a tenté hier de se refaire.

Et avec quelle obstination : malgré un mauvais départ hier en ouverture – très rapidement corrigé – et une longue érosion durant toute la séance, elle est quand même parvenue à terminer au finish en hausse de 1,25 %.

Bon, le profil de la journée est un peu suspect, mais qui s’en inquiétera : on était vendredi et chacun est rentré chez soi. Aujourd’hui, c’est samedi : jour de barbecue, on a d’autres choses en tête !

© Dow Jones

Ah ! ces marchés américains : il y a sûrement quelque chose qu’ils ont compris, et nous pas encore. Voilà un exemple à suivre ! Plutôt que ces vilains pisse-vinaigre d’Allemands.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

71 réflexions sur « Les marchés tentent de se refaire… non sans succès ! »

  1. Etrange anti-symétrie (ouverture en baisse clôture en hausse) entre le début de séance et la fin, c’est la flèche du temps qui laisse son empreinte !
    On peut se réjouir du petit 1.25 % ou s’inquiéter de la volatilité en dehors d’informations importantes

  2. Depuis quand gagner 130 points en fin de séance sur un marché sans volume est-il mystérieux? 🙂

    Les Américains montrent la voie en s’affranchissant de cette ridicule loi de l’offre et de la demande. Les chiffres? Ils s’en occupent, n’ayez crainte!

  3. Frequently people say, « you never complain when the market’s higher and you get this action ». I want to make it clear to everyone that I thought the last 15 minutes up was outrageous and shows how broken everything is. Just ridiculous… And should be investigated.

    http://www.zerohedge.com/article/america-will-pass-13-trillion-total-debt-next-tuesday-397-billion-debt-rolled-month-date

    the entire market is in control of the PTB and that this 20 day take down was planned, controled and managed in order to position the psycology of the retail invetors…ie. « voters.  » Tagging the 1060 +/- line on the S&P in 10 days seems a bit ‘managed’. This kind of move should have taken months in my view. Now that we have touched the 200 dma with a 10-12% « correction » the PTB will game this fabricated bull shit of a stock market MUCH higher all the way to the November elections , so Joe « brainwashed, I need to kiss Obama’s ass 401k holder » will continue to vote the status qo in power in the elections.

    Plus dure sera la chute post élections ….

    32 états US en faillite:

    http://www.zerohedge.com/article/32-states-now-officially-bankrupt-378-billion-borrowed-treasury-fund-unemployment-ca-mi-ny-w

  4. Le rêve américain, production Hollywoodienne, un show statistique avec des économistes sortants d’écoles prestigieuses, une lumière tamisée, aucun doute tout va bien. Cela dure un peu plus longtemps que prévu…

  5. Bonjour

    Que pensez-vous de l’initiative de citoyens de Pezenas (dans l’Hérault 34) de créer une monnaie locale, l’OCCITANT…
    http://www.deviseoccitan.org/

    Il existe plusieurs monnaies locales au travers du monde qui se passe des banques et des banquiers.
    Je trouve cette idée originale….

    1. Il y en a quelques unes au Royaume-uni (est-il si uni que ça si certains commence a créer leur monnaie), une récente vient d’être crée à Brixton, automne dernier. Je suis allé voir, et j’ai été très déçu de voir que personne ne s’en sert. Je trouve ces initiatives excellentes dans l’esprit, mais malheureusement elles ne sont pas appliquées car peu pratiques, rappelons nous de la période de transition euro francs. Deux porte monnaies, pour les mieux organisés, deux caisses pour les commerçants… Et mettons nous dans la situation d’un artisan par exemple qui facture 3000€, il est difficile de donner de la crédibilité pour de telles sommes à une monnaie que votre voisin ou je ne sais qui a créé.
      Le seul espoir pour ces initiatives locales, à mon avis, est l’arrivé d’une hyperinflation qui donnerai encore moins de crédibilité à l’euro ou autre, chose que je ne souhaite évidement pas.
      Ce qui est dommage, j’aime beaucoup le concept de filer en douce de ce système.

  6. Le Marché nous tue ? Tuons le Marché, fermons d’office les banques ou filiales d’affaires, bloquons les flux financiers en donnant des autorisations au goutte à goutte, uniquement en contrepartie de vraies transactions commerciales (sur factures), et en prenant tout son temps.

    Il va de soit que les banques fermées deviennent propriété de l’Etat, sans indemnité pour les propriétaires, et les traders.

  7. Je viens de réaliser quelque chose….

    Admettons actuellement que 2 salariés suffisent à « payer » la retraite d’1 senior.
    Quant les 2 salariés seront séniors, il faudra 4 salariés.
    Quant les 4 salariés seront séniors, il en faudra 8.
    8 -> 16 / 16 -> 32 / 32, 64, 128, 256, 512, 1024 etc…

    Comment le système de retraite peut-il tenir?
    Si quelqu’un peut m’expliquer, ou est mon erreur de raisonnement ?

    Le seul moyen que ça puisse durer c’est si un nombre> 1 salarié suffise à entretenir la retraite d’1 sénior….

    Est-ce qu’on ne se fait pas entuber?

    1. Je ne suis pas spécialiste du tout, mais….
      Généralement on est salarié 30 ans. Généralement et en moyenne, on est retraité 15 ou 20 ans. Déjà la balance se rapproche de l’équilibre.

      Si les inutiles dégrèvements de cotisation pour la « part patronale », qui n’empêchent nullement le chômage, sont supprimés, je suis persuadé que, sans rien toucher d’autre, l’équilibre est rétabli.

    2. Strauss Kahn propose une piste : LA CROISSANCE (du pib) chaque génération à venir sera plus productive que la précédente et pourra supporter un plus grand nombre de retraité pour chaque individu actif

    3. Le système de retraite est viable que si l’âge de cessation d’activité tend vers l’espérance de vie comme décidé par le gouvernement du Général De Gaulle en 1946, à une époque où nous avions une perspective de croissance! C’est pour vous dire à quel point il faut cesser de rêver !

    4. Commençons déjà par récupérer tous les milliards d’euros de profit annuel qui sont dissimulés par les entreprises du CAC 40 dans les nombreux paradis fiscaux de la planète; ça devrait pouvoir résoudre les problèmes des retraites et de la sécurité sociale réunis. Il faut relire « le piège de la Mondialisation », pas besoin d’être énarque et inspecteur des finances pour comprendre.

    5. Il ne faut surtout pas oublier que le système de retraite a été fait à une époque ou le seul critère de calcul était le temps de travail (un être humain). Depuis les choses ont bien changées, la production s’est automatisée et robotisée !!!! le calcul doit bien changé !!!!

    6. Vous savez, Coco, en principe, les retraités meurent… Supposons une population stationnaire simplifiée dont les tranches d’âge sont fixes et où l’on meurt à 80 ans, après 20 ans de retraite. On aura deux actifs pour un retraité si tout le monde travaille de 20 ans à 60 ans (40 ans de travail).

  8. Suite de « retraite »
    Je veux dire, pour finir mon raisonnement
    c’est qu’il y aura forcément un moment ou il y aura plus de retraités que de salariés disponibles non?

    ou alors il faudra prendre quelques solutions radicales?

    1. @ Hervey :
      Les immigrés.
      Et effectivement avec un peu de chance, s’ils veulent bien continuer à venir se faire exploiter et payer les retraites de vieux réacs’ qui sortiraient bien les bougnoules d’ici et qui viennent manger le …. (etc.).

  9. correction
    je voulais dire bien sûr

    Le seul moyen que ça puisse durer c’est si « un nombre< 1 salarié" suffise à entretenir la retraite d’1 sénior….

    Je suis tellement abasourdi que j'en est perdu l'occasion de me relire
    excusez-moi

    1. La forme de la pyramide des âges est fondamentale et c’est cet aspect qui avait fait dire à Roccard dans les années 85 Mitterrand que le traitement de la question du financement des retraites ferait exploser tous les gov. qui s’y colleraient.
      Cette question a été repoussée par tous les politiques depuis.
      C’est maintenant qu’il faut y aller sous la pression d’un « choc » qui tombe « bien ».
      La crise.

      Notons que l’UMP actuel (ainsi que le PS) est composé d’hommes de l’état qui ont cautionné l’immobilisme retraital depuis 30 ans.
      Ils sont au pouvoir maintenant.
      En terme de justice immanente ils ont intérêt à se montrer efficaces sinon …?
      Rien.
      Ils ne seront pas réélus c’est tout.
      Et le chaos poursuivra sa progression à vitesse variable.
      A moins que le pape (the last one.LOL) ne décède et que la fin du monde ne survienne selon la prophétie de St Malachie.
      2012 avec son cortège de prédictions bizarroïdes approche après tout.

    2. La pyramide des ages…Oui et celle de l’emploi aussi , non ? Car ces discussions concernant l’âge de la retraite et son financement n’ont aucun sens tant que l’emploi sera à ce point déficitaire et précarisé…

    3. Votre raisonnement n’est pas faux dans un monde où la pyramide des âges serait inchangée en forme… mais non en quantité à chaque étage… En effet, cela se fait bien ainsi, avec une croissance de la population de x2 en 40 ans (21–> 61 ans), … et ce n’est pas très loin de ce qui s’est produit. C’est juste que toute l’histoire des retraites n’a « que » 50 à 100 ans (suivant le point de départ que vous prenez, le CNR en 1944-1945 il y a 65 ans me semble raisonnable.)
      Entretemps, de 1945 à 2010, la France n’est elle pas passé de 38 à 66 millions d’habitants, et la fraction active a bcp augmenté grâce aux femmes.
      La démographie réserve bien d’autres « surprises »,
      j’apprécie la ténacité d’un Mélenchon, mais j’ai ausssi goûté sa surprise à farnce culture quand on lui a dit que l’espérance de vie à la retraite (à 60 ans) était de 25 ans. Il a répondu « mais les hommes ne meurent pas à 85 ans ! » . En effet l’espérance à la naissance des hommes est de 78 ans, masi à 60 ans, grâce à tout ceux qui ont eu le bon goût de mourir avant, elle monte pour les survivants de 60 ans , à 85 ans.
      Ainsi, quand vous aurez 85 ou 90 ans, votre espérance de vie sera typiquement de 3 ans (c’est une loi connue depuis des siècles, je crois, la « queue » de la distribution de la pyramide est grosso modo une exponentielle qui décroit d’un facteur 2 en 3 ans (exp(-0.25 t ) en gros pour les matheux. Je vous souhaite longue vie en tout cas.

      Pour conclure sur votre raisonnement de nouveau, il n’est pas faux avec les hypothéses données, mais la démographie réelle se charge de gros correctifs : immigration, changement de la population travailleuse, valeur ajoutée par chaque tranche, perception des besoins pour les retraités…

    4. Quand un système de retraite par répartition craque, il n’y a que deux issues : lui trouver une autre source de financement ou réduire d’une manière ou d’une autre le volume global des pensions.

      Comme ceux qui préconisent un système de retraite par capitalisation se font discrets, leur solution n’étant pas dans l’air du temps, est-on nécessairement renvoyé à la seconde alternative ?

      Elargir la réflexion ne fait pas de mal, au lieu de se laisser enfermer dans un dilemme sans issue.

      De la même manière que l’on peut préconiser un salaire social destiné à garantir à tous les moyens de base de leur existence, on peut en attendant l’application d’une telle mesure estimer que le système des retraites devrait être subventionné sur fonds publics, afin de garantir des pensions décentes à tous.

      Cela renvoie à des choix budgétaires et fiscaux, à la définition de priorités.

      La diminution du temps de travail disponible rend cette issue incontournable, a moins de vouloir accentuer les inégalités sociales et augmenter la précarité. C’est un choix de société qu’il faudrait mieux prendre en connaissance de cause.

    5. Oui Monsieur Leclerc, pour garder la retraite par répartition, il va falloir faire des choix budgétaires et fiscaux.
      Mais le problème va devenir crucial, lorsque l’harmonisation de la fiscalité sera décidée pour l’Europe, et que d’autres membres choisissent le système par capitalisation.
      Enfin, je crois …

    6. Je propose d’inscrire dans la constitution mondiale le droit d’imprimer des billets pour subvenir aux besoins des retraités à venir de tous pays en terme de logement, de nourriture vêtements et autres cadeaux à leurs enfants et petits enfants et de supprimer dès aujourd’hui toutes les cotisations retraites et tous les plans retraites en actions ou en assurance vie.

      ça vous semble fou?

      cela ne l’est pas, c’est juste qu’on nous a formaté pour penser que c’est impossible…et que seul le système en place est possible.

    7. La plupart des pays d’Europe vivent la fin de la transition démographique qui fait que, pendant un certain temps, le nombre de retraités augmente plus vite que celui des actifs. Ce sera passager car la démographie ne vas pas reculer indéfiniment (sauf si le désespoir collectif est tel que les gens ne font plus d’enfants…).

      Mais il ne faut pas paniquer, la richesse globale continue à augmenter et la seule question est de savoir comment la répartir. Et si la richesse (c’est-à-dire la production de biens utiles, pas la multiplication des bouts de papiers qui ne sont que des dettes) reste constante ou baisse un peu, la question de sa répartition devient encore plus urgente.

      Pour les retraites comme pour le remboursement des dettes des Etats due au remboursement par ceux-ci de la dette des banques, la seule question est de savoir qui va payer. Pour faire payer les petits, ceux qui n’ont déjà presque rien, la recette est toujours la même: leur faire assez peur pour qu’ils n’osent pas se révolter et les matraquer quotidiennement de message disant TINA (There Is No Alternative: il n’y a pas d’alternative à votre éternelle tonte de la laine sur vos dos…).

  10. Toutes les pistes envisagées pour la réforme des retraites ne sont pas dans l’ordre de grandeur requis!

    Les médias avancent comme une évidence que nous vivons plus longtemps. C’est vrai pour la génération X mais elle laisse le pic de cet état de fait, derrière elle.

    Je m’explique la génération Y, Z… inférieure à 45 ans a grandi dans les pesticides et toutes sortes de molécules nuisibles à notre santé -alimentation, liquide, air-et de ce fait n’aura pas une espérance de vie en moyenne supérieure à la génération X d’autant plus que les dépenses médicales ne pourront être du même niveau qu’aujourd’hui, du moins en moyenne …

    1. « Les médias avancent comme une évidence que nous vivons plus longtemps.  »

      Par contre, ils ne parlent jamais des gains de productivité qui compensent très largement ce vieillissement de la population. Il y avait de l’argent pour les retraites il y a 50 ans, par contre aujourd’hui que nous sommes peut-être 10x plus riches (enfin certains surtout) ce n’est plus possible… Bizarre.

    2. @ PAD : je saisis votre raisonnement mais les spécialistes sérieux continuent néanmoins à dire que l’espérance de vie augmente régulièrement, malheureusement pas d’un trimestre par an comme l’affirment les médias et le MEDEF réunis !! mais d’augmenter quand même.

  11. Comme pour notre économie et les systèmes financiers, le principe d’une retraite passe par un changement de comportement collectif et individuel imposé aux peuples européens par le traité Berlin-Paris de l’été 2010!

  12. Bonjour Paul,

    J’ai du mal à comprendre pourquoi vous avez choisi de publier toutes ces données boursières à une telle fréquence, ce qui certes confirment vos thèses ces jours-ci, mais transforme votre blog en forum boursier dont ce n’est, à priori, pas le but. Un petit bilan hebdomadaire ou un communication lors d’évènements vraiment signifiants sur des indicateurs peut connu du public, mais attention commenter des données journalières est exercice périlleux car nous sommes à cette échelle dans le bruit stochastique qui ne reflète pas les tendances de fond.

    Un point, en ce qui concerne le mini-crack du 6 mai (j’aime cette oxymore, elle est aussi belle que frappe chirurgicale, ou tant ‘autres), nous avons donc appris qu’il est du à un Hedge Fund américain qui massivement pris des positions vendeuses pour protéger leur portefeuille, « hedge » en anglais nous somme donc là parfaitement dans leur cœur de métier. Mais là n’est pas le point qui à attiré mon attention, ce qui m’a surpris, c’est d’apprendre ce fond de pension serait conseillé par Talib Nasseb, le fameux auteur du Cygne Noir (« Black Swan » qui est un livre passionnant sur les phénomènes aléatoires et extrêmes et la mis-perception que l’homme à de ceux-ci). Si cette information est vrai, cela veut dire qu’ils ont réussi à créer le black swan de la décennie. J’ai du mal a me faire un opinion entre un coup de maître, et une ignominie spéculative, mais rien entre les deux…

    Dans tout les cas on en revient au même point, ce système est un terrain de jeu. S’ils veulent jouer, leur place est autour d’un table de poker, certainement pas de jouer avec la richesse mondiale produit pas le labeur, la créativité, le travail des individus. Cette richesse devrait être protégée et utilisée a bon escient.

    Bon week-end.

    1. @Dad El carbo: il me semble que le fonds des articles de Paul vous a totalement échappé. Ce qu’il dit, preuves à l’appui, c’est que les marchés sont truqués. Vos histoires de hedge funds et de cygne noir, c’est juste des bobards pour nigauds, pour détourner l’attention du véritable krach qui a eu lieu et a ensuite été récupéré par un trucage massif. Si le trucage ne marche pas pour combler le prochain krach (bientôt), venez pas dire que vous n’étiez pas au courant.

    2. 1) Fair enough.
      2) C’est fort possible que l’info soit fausse, depuis le début on a rien lu de vrai. Par contre pour en revenir à Taleb il apporte un élément important de réflexion dans ce contexte qui est le besoin humain de justifier, d’expliquer les évènements que l’on ne comprend pas, l’inexplicable. Pour ceci nous sommes très forts pour trouver des réponses parfois justes, et ceux qui n’en n’ont pas deviennent souvent crédule.
      Je vais donc tenter mon explication personnelle qui serait plutôt quelque chose comme panique a bord dans un contexte ou tout s’accorde à que « ça » s’approche, donc crack, incrédulité d’un tel crack, rebond spéculatif sur un support graphique, autrement dit purement psychologique, provoquant reversement de tendance, pendant que tout le monde s’essuie le front en disant ouf!!! Et explication de l’explication. C’est parce que pour le marché ce n’est pas maintenant que ça doit s’effondrer. Si ça s’effondre maintenant il n’y aura déjà plus rien quand les choses sérieuses vont commencer. Je ne suis pas convaincu d’une main cachée la derrière, simplement une journée de bourse agitée, et je reviens à Taleb/Mandelbrot, avec un échelle de temps et d’amplitude différente (scalability). Ce genre de phénomène est beaucoup plus fréquent sur les petites cotations avec peu de liquidités.

      Le jour ou le TBond sera à 12% on comptera le nombre de Black Swans…

  13. Oui… Résistance bientôt mise à l’épreuve, après 1 an de rallye boursier découplé de toute réalité économique !

    – Avec la fin du quantitative easing, on voit que la croissance américaine n’est pas autonome. La dette fédérale est très importante, les destructions d’emploi continuent. Une analyse intéressante ici :

    http://criseusa.blog.lemonde.fr/2010/05/

    – Dupilon annonce une correction d’ampleur depuis des mois au fil de ses chroniques très documentées (archives disponibles en ligne depuis septembre 2007 ! A noter que lui aussi avait bien anticipé la crise actuelle – il avait bien vu l’inversion des taux court terme / long terme qui signe les récessions)

    http://www.daily-bourse.fr/macroeconomie.php

    – A lire aussi les notes atypiques de Martin Armstrong. Il évoque dans son dernier billet la vulnérabilité des US en cas de crise asiatique, alors que beaucoup d’investisseurs se sont rués vers l’eldorado chinois…

    http://www.martinarmstrong.org/files/Closing-at-10520-32-Down-3-2-5-14-10.pdf

    Ses notes fourmillent d’analyses historiques et d’informations sur les amicales pratiques de Goldman Sachs. Il a aussi développé un modèle fondé sur les travaux de Nikolai Kondratieff. Son approche réclamerait une expertise très critique *comme il se doit, pour tout travail de recherche* cela dépasse mes compétences. Cependant, lui aussi a prédit en 2006, en plus de la crise et du rebond artificiel qui a suivi, un mouvement baissier majeur pour les mois d’Avril – Mai. Nous y sommes… C’est en première page !

    http://www.contrahour.com/ItsJustTimeMartinArmstrong.pdf

    – Un autre type d’analyse, cette fois fondé essentiellement sur les indices bousiers, plaide aussi pour une correction majeure :

    http://av.r.ftdata.co.uk/files/2010/05/GMIcrash.pdf

    Si ces observations et prévisions de ce document sont pertinentes, je vous laisse comparer la figure du  » megaphone top  » avec les indices du Cac 40… A méditer.

    En conclusion, cela fait beaucoup d’analyses concordantes. Le tandem des banques et des états semble avoir fait long feu. En régime dépressionnaire, ce n’est pas parce que le marin souffle sur les voiles que le bateau avance. Il risque juste de passer par dessus bord.

  14. Historiquement – du moins ces 10/20 dernières années – les marchés boursiers ont toujours suivi les bénefs des entreprises sur le « long terme », en particulier les bénefs trimestriels en moyenne mobile sur 12 mois (cherchez pas j’ai vérifié).

    Parce qu’on vit dans une société de consommation et parce que les décideurs des multinationales us et européennes sont prêts à tout pour que les bénefs grimpent eh bien la probabilité pour que les bénefs des entreprises continuent de grimper sur le long terme est assez forte.

    Mr Jorion a raison de ne pas trop se soucier de la Bourse qui ne représente rien d’autre que la bonne (ou mauvaise, mais c’est plus rare…) santé des multinationales, pour lesquelles je ne me fais pas trop de souci. Il faut en effet bien comprendre que le niveau de vie de la population occidentale – pour ratisser large – peut baisser inexorablement et celui des grosses boîtes se maintenir voire s’améliorer pendant un bon moment.

    Jusqu’à quel point ? Pour LEAP de fortes secousses sociales sont inévitables, pour ma part je doute que « ça pète » – comme on dit – car les gens sont trop conditionnés (mass médias), même si ça ne me déplairait pas que je me trompe. Enfin, seul l’avenir le dira !

  15. Retraite

    Quelles sont nos garanties de ressources dans 15,20, 50 ans pour financer nos retraites alors qu on est dans l impossibilité a CT et MT de boucler un budget sans être déficitaite ( et quel déficit !).

    Si le systeme actuelle est mort sous perfusion, quand est il des retraites ?
    L’etau qui n’est autre que deux enclumes qui s’approchent se profile.
    Le premier, c est la démographie. Le deuxième, notre système mondialisé.

  16. La manip du du Dow se vendredi :

    Peut ont partir sur de bonnes bases sur de la fausseté ? Sinon, quel est son issu ? Qui y sont encore dupe ?

    A moins que tout le monde est content de cette état de fait.

    1. Où tu vois une manip ?

      Parce que l’Europe a besoin de pognon, les gens vont arrêter de boire du coca ? et les nouveaux riches chinois d’acheter des BMW ?

    2. Vince,

      Cela n a rien à voir avec du bon coca ou une belle BMW. On va pas arréter de vivre, ben dis donc !

      C est que la variation du dow ce vendredi a eu plusieurs electochocs pour ranimer la bête.
      (Une en début de séance, et une derniere en clôture) Et pis, il fallait finir en note positif pour la fin de semaine. C est tellement visible que même les bolchéviques en rient.

    3. Tant que ce n’est pas les mencheviks …
      Sinon, ils s’en retourneraient dans leurs tombes 😉

  17. @ F.Leclerc
    Vous pensez que ceux qui pensent à une retraite par capitalisation se font discret…Peut être mais ça ne veut pas dire qu’ils ont renoncé…Ils avancent leurs pions autrement , par exemple en voulant inscrire l’équilibre budgétaire dans la constitution…Je crains que l’on ne s’achemine vers un système mixte : la base par répartition, un complément privé retraite à la grâce de dieu ! Aujourd’hui on nous vante le réalisme allemand ,le bons sens DSK et demain le fatalisme américain qui voit ses vieux ruinés de 80 ans à la recherche de boulot…

    1. Comment faire passer un retraite par capitalisation alors que le capital s’écroule. En 2006, il y a six mois encore lorsque que l’on nous matraquait avec cette reprise (des bourses) exceptionnelle, mais en ce moment ce serait du suicide politique.

    2. Naturellement , je suis d’accord avec vous mais de temps en temps observez les pubs à la TV , heures de grande écoute ou après  » débat « : vous verrez c’est plus instructif que la lecture de centaines de papiers, pour découvrir où se trouvent les tendances..

  18. Bonsoir
    N’y a t’il pas méprise? (1)
    Pour moi qui suis volaille que m’importe de savoir comment fonctionne la machine à plumer si ce n’est qu’a renforcer mon éthique de conviction si chére à Max Weber.
    Je sais que c’est bon pour les parts de marché mais me faire bercer par BFM, Europe1,ouFrance
    Inter alors que je sais que(entre autres)ce sont eux,et un peu moi, qui mettons le carburant dans
    la machine à plumer!
    N’y a t’il pas meprise? (2)
    L’important ce n’est pas ce que fait l’homme mais ce qu’il est.( B Charbonneau)
    Si nous voulons,ou devons, cotoyer les loups alors nous devons apprendre a mordre aussi fort q’eux.
    Pour espérer garder nos plumes il peut étre préférable de se tenir le plus loin possible des boutiques et beaucoup plus loin encore des politiques.(G Landauer)
    Pour espérer garder ses plumes (2) surtout ne rien placer au dessus de soi.(M Stirner)
    Pour espérer garder ses plumes(3) ne pas craindre la souffrance ni la solitude car ici deux voies
    possibles 1- Disparaitre.
    2-Inventer une solution pour se tirer d’affaire.
    N’y a t’il pas méprise?(3)
    Ne pas se méprendre sur « l’autre » car il ne nous donne à voir que ses frontières. (Nietzsche)

    Conclusion?:Cette « crise économique » vraiment très réussie ne serait elle pas aussi et peut ètre
    avant tout une crise philosophique commencée il y a 2500 ans environ.
    Bon courage au troupeau quand mème.

  19. Peut être que certains petits malins attendent des prix bon marché pour acheter en masse. Mais bon, ce sont des petits malins avec beaucoup de cash, ou qui ont emprunté beaucoup… Du style à acheter, puis à refourguer avant que ça se lézarde…

    1. Ha ce serait plus simple si les spéculateurs n’étaient que des petits malins
      Il faut quand même beaucoup de cash pour produire la volatilité qu’on voit sur les marchés en ce moment par exemple le 10 mai le cours de BNP a connu une hausse de 20% il existe 1 184 682 118 actions BNP pour un variation de 43.93 à 53.11 € cela fait 10.87 Milliards d’euros.
      Les petits malins ne sont pas à la hauteur ! Les gros malins ce sont les Hedge-Funds et autre spéculateurs professionnels.

    2. bonjours;
      Je suis totalement d’accord avec vous Mr. Jorion; le site n’est pas ou ne doit etre un blog boursier. Mais ce qui est frappant c’est que la minorité des personnes avec un peu d’inteligence ou quelque chose, ne seraisse qu’un grain de lucidité; exprime ici une preocupation interieure, un probleme qui est là , qui nous préoccupe, mais qui ne se laisse expliquer.

      Telle est cette angoisse pour trouver une explication a ce qui se passe actuellement, que l’explication donnée a ces mouvements brutales, sans raison, stocastiques, fous, etc… de la BOURSE que nous essayons de nous donner a notre propre conscience, pour rassurer notre raison qui ne comprend rien; pourrait bien donner une explication tout a fait majeure sur beaucoup d’autes sujets plus importants. C’est ici la raison,crois-je, sur la necessité de chaqu’un de s’exprimer sur la Bourse; parce ce que la Bourse, aujourd’hui , est l’explication de la Vie actuelle (matérielle et spirituelle).

      Mr.Alexander. Il faut selon vous, 10 millards de BNP pour faire remonter l’action un 20 %; j’ajouterai que pour La Societé Generale, c’est pareil, et pour France Telecom, et pour…. c’est a dire que ce Vendredi a la Bourse, il a fallu dans le monde, tout l’argent du monde existant pour refaire monter les Cours de toutes les actions, indices, futurs, option, sicav, or, ……C’est de la pure follie.

      Remarquez-vous que tous les graphs boursiers du monde se resemblent au pips prés???????
      Il n’y a pas 200 marchés on va dire, mais un seul marché puisque tout mouvement est suivie dans le monde entier. Il existe un marché mère ou originaire qui gere tout le systeme financier.
      Je travaille sur lui, mais il n’est pas evident de trouver. C’est un seul marché qui est géré par un seul modele econometrique. Ce n’est qu’un seul programe informatique avec son propre ADN qui controle la vie du Graph.

      C’est l’ADN de notre vie actuelle; nous vivons sur l’ideal, l’informatizé, le virtuel; une fausse vie apparament parfaite, belle, etc…. mais nous savons que quelque chose ne va pas; là reside notre préocupation qui apparait sur ce blog et bien d’autres; là reside l’irréel des cours boursiers, des decisions politiques, ….

      Nous n’aurrions jamais dû prendre du fruit interdit de l’abre de la Science.

      Excusez mes fautes d’orthographie, cela fait longtemps que je n’écrit en français.

      Bonne journée.

    3. @ Edouard
      A vous les fautes d’hortographes, à moi les calculs à peu près!
      Le 10 mai « seulement » 22 953 554 titres BNP ont été échangés avec un cours d’ouverture de 48 € ça fait « seulement  » 1,1 milliards d’euros. Tout ça pour dire que ce sont des gros sous, et je le disais pour fixer les ordres de grandeurs, les sommes échangées sur les marchés des devises sont bien plus grandes.

      Votre référence métaphorique à l’ADN je la rapprocherais du passage de la video N°4 de « Focus stratégique » que Paul publie ce jour sur le blog concernant les origines de nos sociétés marchandes et ses « valeurs », l’argent aujourd’hui remplace la violence des classes dominantes d’hier, aujourd’hui perte d’Intégrité, on ment de façon éhontée pour vendre des produits pourris, mais ce n’est pas le fruit qui est pourri c’est l’arbre ! (voir le verger!), donc ce ne sont pas les petits malins du 93, pour répondre à Alfe, qu’on pourrait un jour où l’autre « karcherisés », non c’est plus profond mais surtout plus « métaphysique » ! Comme un tsunami et sa vague immense qui progresse au ralenti! Une révolution qui nous emporte ! Comme ils ont l’air malin les futurs rescapés du radeau de la méduse ! Prions 🙁

  20. Je crois que ta dernière phrase contient la réponse à ta question initiale. Ce sont des survies d’Etat et des souffrances immenses qui sont engagées par les spéculateurs au premier chef, les investisseurs ensuite, puisqu’ils ne connaissent que la loi du profit tjs croissant, qui engendre des politiques « sociales » corrélées à leurs exigences. Ce qui s’ajoute aux rapt opéré par les spéculateurs.

    Les marchés dans leur incandescence, c’est la spéculation et un vol pur et simple de richesses du travail et dans leur fonctionnement ordinaire de prêt, un coup de lame brûtal et permanent dans les jambes des citoyens et de leurs élus.

    Ce qui ne minimise nullement la responsabilité de ces mêmes élus qui ne font rien, ou quasiment, et critique les rares actions directes contre les fous terroriste du Marché, comme vient de l’être l’action de Merkel. Je crois avoir une petite idée des raisons profondes de cette inaction permanente de nos élus, voire de leur déni des problèmes….

  21. « Je viens de réaliser quelque chose….

    Admettons actuellement que 2 salariés suffisent à « payer » la retraite d’1 senior.
    Quant les 2 salariés seront séniors, il faudra 4 salariés.
    Quant les 4 salariés seront séniors, il en faudra 8.
    8 -> 16 / 16 -> 32 / 32, 64, 128, 256, 512, 1024 etc…

    Comment le système de retraite peut-il tenir?
    Si quelqu’un peut m’expliquer, ou est mon erreur de raisonnement ?

    Le seul moyen que ça puisse durer c’est si un nombre> 1 salarié suffise à entretenir la retraite d’1 sénior….

    Est-ce qu’on ne se fait pas entuber? »

    Je donne la solution

    Le questionnement suppose qu’un salarié en 2010 produise la même quantité dee richesse par heure qu’un salarié de 1980, 1950, 1900 et 2050.

    Selon vous ?

    La réponse s’appelle gain de productivité. un salarié de 2010 produit bien plus de richesse qu’un salarié de 1980, 1960 ou 1900. C’est ce qui explique que la moitié de ppopulation active en 1900 travaillait dans le domaine agricole alors que cette population ne représente plus que 3%

    le rapport du COR ( conseil d’orientation des retraites suppose que les gains de productivités seront en moyenne de 1.7% par an durant les 40 prochaines années. Ainsi, en 2050, un salarié devrait produire 2 fois de richesse par heure qu’un salarié de 2010
    1,017^40=2
    Le regime de retraite par répartition est donc tout a fait viable pour 2050 !!! et oui.

    1. Chiche! Cette richesse, il ne faut pas seulement la produire… faut aussi qu’elle trouve preneur. Ça ne m’a pas l’air d’aller dans ce sens…

    2. Peu importe la productivité, seul le travail compte, tu fais un trou et tu le rebouches, que voilà une journée bien gagnée avec en contre partie du bon argent salaire. Cet argent, il vient d’ou, du fond ou du dessus du trou. Pour l’instant « il semblerait qu’il provienne du fond des tréfonds……

      En gros, il suffit de changer les données du problême pour le résoudre, genre allocation universelle étant versèe de la naissance jusqu’à la mort, plus besoin de retraite ou uniquement complémentaire avec les salaires perçus de son travail.

      Les gains de productivité et les ressources finies ne vont pas occuper tout le monde avec un emploi à temps complet.

    3. @ jeannot14
      Et si le travail devenait aristocratique réservé à une élite peu nombreuse hyper-productive dans un monde totalement robotisé et sans frontière sans état. Pour en finir avec la marchandisation de l’humain.

    4. Les mathématiques sont justes, le problème n’est pas là. La productivité des travailleurs a augmenté, meilleurs outils, meilleure éducation, internet… Le problème est que le fruit de cette productivité n’est pas retranscrite en terme de salaire, donc de cotisation, puisque a le travail est la majeure contribution aux caisses de retraites, si ce n’est pas la seule. Et nous savons ou ça va. Donc miser sur une croissance probable mais hypothétique ne sera pas une solution.

      Certains parlent d’allongement de durée de travail (age de départ), d’autre parlent de meilleure redistribution des richesses, je pense que ces deux propositions sont inévitables, mais doivent être gérées correctement et équitablement.

      Une solution qui mérite réflexion concernant l’allongement de la durée du travail, qui devient inévitable du à l’augmentation de la longévité, consisterait d’augmenter l’age de départ à la retraite, mais pas le temps alloué au travail durant un vie. Je m’explique avec des chiffres très approximatifs. Mettons que nous travaillons 2250h par an pendant 40 ans nous fournissons 90000 heures de travail. S’il nous faut travailler plus longtemps, pour diminuer le ratio actifs/retraités, travaillons 90000 heures sur mettons 4x ans. Évidement tous les métiers ne s’adaptent pas à cela, et il serait intéressant de travailler plus au début de sa carrière, de prendre plus de temps durant l’éducation de ses enfants et de se retirer progressivement.

      En ce qui concerne la redistribution, c’est là en effet qu’il est le plus efficace et urgent d’agir. Est-il vraiment important de passer sa retraite sur un yacht ou de faire le tour du monde des hôtels de luxe (surtout que ces gens là ne sont pas ceux qui on passé le plus de temps au charbon), alors qu’en regardant ses petits enfants grandir, quelques amis, une canne à pêche et une bonne bibliothèque suffirait. Sachant qu’un individu de la première catégorie peut financer des centaines, milliers… de la deuxième.

    5. Depuis 2003 j’entends cette histoire de la productivité et je ne suis convaincu qu’à moitié.

      – Tout d’abord, si la France a une superbe productivité, c’est parce que nous avons sabré les emplois de service à la personne, ‘le pompiste ». On fait tout soit même, peu de gens et des queues aux guichets, pleins d’automates pas très bons. Je ne dis pas que je préfère un monde de larbins. Mais allez au Japon, on s’occupe de votre parapluie mouillé à l’entrée des grands magasins, des petits jobs qui , si ils sont traités avec respect, sont des jobs, …mais ils abaissent la productivité.

      – Ensuite, la productivité est une mesure un peu abstraite , de la quantité d’heure pour produire une richesse donnée. Mais on fait référence à une « richesse étalon » peu réaliste, non ? Le prix de la boite de conserve a chuté par rapport au salaire moyen, je veux bien, c’est un gain de productivité. Je vous donne donc raison si votre retraité a décider d’acheter uniquement des boites et de s’en nourrir pendant 25 ans. Mais en réalité, il a bien le droit de calquer ses désirs sur ceux de la majorité. Si tout le monde mange moins de boite et plus de pates fraiches préparées, lui aussi il a le droit de suivre. Si la voiture de M. tout le monde a une clim, lui aussi il en veut une, qu’il n’avait pas il y a 40 ans.

      Alors si vous voyez mes posts, vous devinerez que je lis Stiegler et que le consumérisme me hérisse surtout par son côté « misère symbolique ». (est-on humain et faisant un choix de personne majeure devant une gondole d’hypermarché de 20×2 m ? non, on a forcément abdiqué sa jugeotte et son savoir-vivre dans cette situation si quotidienne, et avec celle et celui de l’ex-épicier/épicière) .

      Mais, et c’est mon point principal, je trouve trompeur de se raccrocher à un indicateur biaisé pour parler d’un pouvori d’achat visé en réalité dans un cadre subjectif, le compteur de tonnes de papier ou de kilo de boite de conserve, alors que c’est tout bonnement le salaire médian qui est l’unité naturelle, avant d’aller y voir plus.

      Cela sera encore plus critique quand on parlera « vert », cout manufacturier et cout /impact.
      Je reve qu’à l’Ecole on nous apprenne nous humains, combien de kg d’air et de m3 d’eau on a chacun, combien il est raisonnable d’en utiliser chaque jour, et que de simple règles de trois conduisent déjà les gens à être kantiens (si tous faisaient comme moi) sans le côté compassionnel.

  22. Les seuls qui ne veulent pas de la retraite à 60 ans ce sont les politiques pourtant ceux là on devrait inscrire dans la constitution un âge où on ne peut plus exercer de fonction, on aurait de la « liquidité » sur les idées pour changer.

  23. @ mes frères du troupeau

    Je (et des milliers d’autres) survis grâce à ce blog de Paul Jorion parfaitement alimenté par « un petit reste » qui suffit à me redonner confiance.
    Je préfére à « tonte » , »mouton » …celui de
    SPOLIE ,
    et,bien que connaissant,à la manière humaine(bourgeoise) une ancienne collégue de travail qui ,je le crois, a de quoi mêler ses billes à celles d’autres spéculateurs dans des fonds abyssaux desquels je ne connais que leurs analogues de ma Mer voisine (cette dernière me sépare de mes « cousins » gallois ! ) ,je la respecte évidemment et lui reconnaissant également toutes les qualités humanistes qu’elle posséde,je lui en veux quelque part d’appartenir à ces hordes de huns qui nous ont tout volé
    Quand à la valeur « temps »…? Court ,trés court à mon avis.
    Paul Jorion évoque la nécessaire transition et cela est tout simplement plus que nécessaire…Les « masses » ,comme dit (gentiment ) mon curé attendront-elles ???
    Pas sûr :
    La faim et ses émeutes…Souvenez vous.
    ET,par dessus tout : Que Vive Paul Jorion ,F. Leclerc et ce blog ainsi que tous ceux et celles qui l’alimentent.

  24. Ce qui me surprend, c’est qu’il y a encore des gens qui s’étonnent de la manipulation du marché, comme si la finance faisait exception… Eh bien non ! L’homme « triche » et a toujours triché dans tous les domaines : politique, scientifique,sportif, stratégique, économique, justice. Et les élites « trichent » et manipulent autant que les autres, mais plus intelligemment : souvent en compliquant les « calculs », en réduisant l’information et en réservant la vérité (ou du moins une partie) à des personnes « introduites » qui leur sont liées et profitent aussi du système d’une façon ou d’une autre… La manipulation, à petite échelle, c’est le dirigeant d’une petite entreprise qui donne certaines informations et chiffres (un peu « adaptés » ) à son comptable qui adapte à son tour les informations et chiffres pour qu’ils soient acceptés par le Ministère des Finances, qui adapte à nouveau les chiffres et informations pour les intégrer dans les modèles statistiques ; à grande échelle, c’est la même chose dans les banques, multinationales mais avec des modèles et systèmes plus complexes… D’ailleurs, ne dit-on pas toujours aux étudiants qui ont terminé leurs études : il y a une grande différence entre la théorie et la pratique, parfois au point que la théorie n’a plus rien à voir avec la pratique !?… Ceux qui décident d’étudier un système complexe tel que l’économie constatent souvent cette manipulation » mais se trouvent confrontés à un manque de preuves. Le seul problème, c’est qu’aujourd’hui, l’échelle de cette manipulation (tricherie et mensonges) a dépassé toutes les limites, et comme beaucoup de personnes l’ont constaté, il n’y presque plus aucun honneur ni aucune éthique parmi nos élites, qui devraient pourtant avoir un comportement exemplaire, mais qui sont – à mon avis – les premières responsables de cette crise. Et j’en veux surtout à la partie de l’élite qui a été élue et était censée représenter et protéger les plus faibles et les plus pauvres – et qui n’a fait que les trahir, souvent par cupidité et soif de pouvoir…

  25. Au sujet du profil de cette journée « un peu suspect » voici peut-être une explication de « technique boursière » qui peut l’expliquer.

    Vendredi 21 Mai 2010 => 3 sorcières

    Les vendredis des 3 sorcières ou des 4 sorcières.

    Les 3éme vendredis de chaque mois nous avons un phénomène boursier: les sorcières.

    En fait les séances du 3éme vendredi de chaque mois se caractérisent par l’expiration de différentes options et contrats à terme, par exemple les futures sur l’indices CAC40 du mois de février sont clôturés le 3éme vendredi de Février et remplacés par les futures de Mars.

    Ce changement d’horizon est simultané pour un grand nombre de futures et de contrats à terme sur les indices et les actions comme les certificats ou les warrants, cela déstabilise les marchés qui doivent projeter les futures au mois suivant.

    Pour les fins de trimestre nous parlons de vendredi des 4 sorcières, car il y a d’avantages de futures et de contrats à terme qui arrivent à échéance ce jour-là.

    Il faut donc rester prudent le 3éme jeudi et vendredi de chaque mois, mais plus particulièrement pour les mois de fin de trimestre, ces journées sont souvent baissières voir même extrêmement baissières.

    Le moment exact de ces sorcières a lieu le 3éme vendredis de chaque mois à 16h, heure de Paris.

    On remarque qu’au début de l’année 2009 les semaines aux vendredis des sorcières ont été très baissières, dans le sens de la tendance des moyennes Ma20 et Ma50, et qu’une fois la tendance devenue plus stable voire haussière ces séances ont été haussières, avec 6 vendredis aux sorcières haussiers jusqu’à fin Août, depuis nous avons eu 5 vendredis baissiers consécutifs.

    En règle général les variations de ces semaines sont importantes, mais on voit que ces sorcières ne sont pas si remarquables que cela et que le sens de la séance aux sorcières n’est pas prévisible.

    Prochaine rendez-cous : Vendredi 18 Juin 2010 les 4 sorcières

  26. Aujourd’hui lundi 24 mai sur boursorama:
    Sur la seule semaine dernière, l’indice phare de la place new-yorkaise a chuté de 4%, limitant son plongeon grâce à un net rebond vendredi (+1,25%).
    « Le marché se montre incapable de poursuivre sur sa lancée de vendredi », a observé Craig Peckham, de la maison de courtage Jefferies.

    Vendredi ici même votre commentaire M. Jorion:
    Je suis souvent épaté par la ténacité et la témérité des marchés. À peine avait-on décrété la Bourse américaine en mode « baissier », qu’elle a tenté hier de se refaire.
    Et avec quelle obstination : malgré un mauvais départ hier en ouverture – très rapidement corrigé – et une longue érosion durant toute la séance, elle est quand même parvenue à terminer au finish en hausse de 1,25 %.

    Jadis, Léon Zitrone était le commentateur vedette du tiercé et du tour de France dans les deux cas on ne savait pas à l’époque que les dés étaient pipés par le dopage, je soupçonne une naïveté feinte dans votre cas (« épaté »). C’est quoi le dopage dans le cas des marchés financiers ? 😉 Ou alors ce sont les motivations bonnes ou non qui sont épatantes: le volontarisme ? La cupidité ? le patriotisme ? What else ?

  27. Vous l’avez vu passer celle la ?
    http://christianmarks.wordpress.com/2010/05/25/mathematical-logic-finds-unexpected-application-on-wall-street/

    « In an unexpected development for the depressed market for mathematical logicians, Wall Street has begun quietly and aggressively recruiting proof theorists and recursion theorists for their expertise in applying ordinal notations and ordinal collapsing functions to high-frequency algorithmic trading.  »

    Quelque chose couve, non ?

Les commentaires sont fermés.