QUELQUES CHIFFRES : 1 A 2 %, 32 % DU PIB, 107 MOIS

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

À la fin de l’année dernière, la revue L’ENA hors les murs m’avait demandé – comme l’année précédente – un panorama de l’année financière qui s’achevait. J’avais appelé mon texte : L’année 2009 : l’ère du semblant.

Nous sommes en train de sortir de l’ère du semblant, non pas parce que nos dirigeants auraient décidé de dire la vérité, non : la vérité, ce sont des chiffres qu’on ne peut pas cacher plus longtemps qui la procurent. En voici quelques-uns.

L’économiste en chef du Fonds monétaire international (FMI), M. Olivier Blanchard, a récemment annoncé les chiffres révisés à la baisse des prévisions de croissance du FMI : « entre 3 et 4 (%) pour le monde entier en 2010 ». Mais pas la même pour tout le monde : « 1 à 2 % pour les pays avancés » et de « 6 à 8 % et même plus pour les pays émergents ». Il a ajouté que ce serait « à peu près pareil » en 2011.

Rappelons que les explications qui nous ont été fournies avant l’été sur la manière magistrale dont on réduirait les déficits publics tablaient toutes sur des croissances de 2,5 % au moins.

D’autres chiffres, ceux-ci pour l’Irlande : le gouvernement de cette petite nation de 4,5 millions d’habitants a déjà versé 34 milliards d’euros pour soutenir ses banques, 12 autres milliards sont en route. En 2010, le déficit de l’État représentera 32 % de son PIB, un record dans la zone euro. Les pertes totales que les banques irlandaises encaisseront sur des prêts de mauvais aloi pourraient se monter à 150 milliards d’euros. Cette petite nation à propos de laquelle on aimait ajouter jusqu’en 2008 qu’elle était « amicale aux milieux d’affaires » s’en sortira-t-elle ? Le graphique du taux de marché des obligations irlandaises de maturité 10 ans offre la réponse.


© Bloomberg : obligations irlandaises 10 ans, taux du marché

Un dernier chiffre : au train où vont les choses, combien de temps faudra-t-il pour que le marché immobilier américain absorbe les logements saisis par les banques et dont elles sont aujourd’hui – avec Fannie Mae et Freddie Mac – les heureuses propriétaires ? La réponse est 107 mois : huit ans et onze mois.

En 2008 et 2009, quand je n’avais pas fini de lire les nouvelles de la journée à 16 heures, je me disais « Tant pis ! » et je m’attelais à la rédaction du livre que j’étais en train d’écrire. Depuis juin, les choses s’étaient un peu arrangées : j’arrivais à me mettre à l’écriture en fin de matinée. Depuis une semaine ou deux, on est repassé à l’après-midi. Un signe qui ne trompe pas.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

59 réflexions sur « QUELQUES CHIFFRES : 1 A 2 %, 32 % DU PIB, 107 MOIS »

  1. Pourquoi voulez-vous mettre en vente des stocks immobiliers qui ne valent rien ?
    En stock, ces biens peuvent être valorisés comme le veulent leur détenteurs, c’est à dire peu ou prou au prix des transaction constatées.
    Seuls le prix des transactions faisant foi, il n’y a aucune raison de les mettre sur le marché, ce serait l’opération vérité trop affreuse.
    Donc, on garde. Ca vaut beaucoup sur les bilans, rien à la vente. Seule difficulté: financer les petites primes de différence d’actifs imposées par les prêteurs avec les baisses de prix. Mais ça se gère dans le temps.
    Au final: mieux vaut pour les propriétaires détenir des biens vides ad vitam que les vendre. Ca fait monter les prix… jusqu’au bon moment.

    1. C’est un artifice qui procure/conserve de la « solidité » bilantielle, mais certainement pas de la liquidité. La trésorerie, c’est le juge de paix.

    2. Un peu trop facile, cela ; tous ces biens, il faut les assurer, les entretenir un minimum ; et surtout « prier » pour qu’ils ne soient pas totalement dépiautés et vandalisés comme cela se passe dans des quartiers entiers. Parce que là, pour la valeur, on tombe à pas grand’chose.

    3. Bonne remarque.

      Les bilans des entreprises, et plus particulièrement de celles qui ont des stocks importants, sont faux.

    4. +1 Hole Street

      Laissez un immeuble sans le moindre entretien pendant 8 ans et 11 mois, ça m’étonnerait que sa valeur intrinsèque (« réelle ») augmente. Même dans un marché haussier un bien immobilier peut perdre de la valeur s’il tombe en ruines.

    5. Certes, mais les maisons, ce n’est pas comme les piles wonder : ça s’use quand on ne s’en sert pas !… ou bien cela se quate, ou se dépiaute !!

  2. Et le jeu de massacre n’en finit plus : 8.16% à l’heure qu’il est

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR:IND

    Quant à la Grèce, on apprendra après les élections que le déficit budgétaire avoisinait en fait les 16% du PIB en 2009…

    « Le déficit budgétaire de la Grèce diminuera moins qu’initialement prévu en 2010, à 9,3% du PIB environ, en raison d’une faible croissance des recettes et d’une révision à la hausse du déficit de l’an passé, a déclaré mercredi une source gouvernementale. « Nous estimons que le déficit budgétaire de 2009 atteindra 15,5% environ du PIB après révision d’Eurostat, avec une possibilité de divergence de l’ordre de 0,1% à 0,2% », a-t-elle ajouté. Dans son projet de Loi de finances 2011, publié début octobre, Athènes projetait un déficit de 7,8% du PIB contre 13,8% en 2009. »

  3. Quelq’un peut-il me dire comment je peux avoir les taux grecs, irlandais, espagnols et portugais à 2 et 10 ans?

    Merci du tuyau

    1. Portugal = + 4%
      Irlande = + 6,78 %

      (juste pour aujourd’hui!!)

      Mais parlons plutôt du prochain remaniement….

  4. Bonjour Monsieur Jorion,

    C’est pour ça (= « nous sortons de l’ère du semblant ») qu’il faut maintenant redoubler de prudence, ne pas mettre la charrue (monnaie internationale, interdiction des paris) avant les boeufs (réforme de la Société et de la société) ; sinon, gare à l’effet Tchernobyl, Gorbatchev, enfin URSS quoi.

    Très cordialement,

    1. la charrue n’a pas de roue depuis la mirifique invention de la finance virtuelle et les boeufs c’est nous ! quoiqu’il y ait débat sur la question, on est aussi « des veaux », selon certains. Question de maturité en quelque sorte, ce qui remet en place la question sociétale.

      C’est évident que avec une charrue qui roule « les boeufs » pourraient se permettre 2/3 petits détours !

    2. « Avez vous entendu parler du tracteur? »

      Lol !!

      Pas de doute: personne peut discuter à Piotr le prix du meilleur humoriste du blog…

    3. mon pépé a dû se retourner dans sa tombe quand on est passé à l’euro : plus moyen de faire pousser des « cinqfraniers » !
      à moins que, la génétique aidant, introduire un gène de l’euro dans cet arbre mythique, ça marcherait peut être ?
      🙂

    4. @VB: je ne vous comprends pas. Qu’est-ce que vous appelez « réforme de la société »? Je croyais que la MU et l’interdiction des paris étaient déjà des réformes de la société.

    5. @moi

      Laisse choir; l’a viré sa cuti.Suis le fil
      Maintenant si ya en plus l’effet Tchernobachev-Jorion ! Tu penses ! les valises sont toujours prêtes. Okazou ! Mais gaffe, on écoute aux portes… « « rira bien qui rira le dernier » qu’elle doit mastiquoter… 😉

  5. j’ai appris hier (oui, pas la peine de rire, j’ai juste quelques mois de retard), que dans le cas du sauvetage de la Grèce, les autres pays européens leur ont prêtés à 5%, mais eux même ayant emprunté à des taux très différents : c’est une opération avantageuse pour cerrtains (ex. : l’Allemagne, qui emprunte vers 2% ?) mais étouffante pour d’autres (ex. : Portugal, Irlande, etc. qui sont donc aux alentours de 8%, et ce genre d’opération en va pas les aider à sortir de l’ornière).

    Est-ce correct ? et quelqu’un pourrait-il me donner un lien vers les montants apportés par les différents pays ? Merci.

  6. Heureusement que des blogs comme le vôtre existent. Je vis en Amérique du nord, plus précisément à Montréal, au Québec et les seules informations que l’on a proviennent des médias traditionnels, le journal économique Les Affaires en tête. Il y a quand même le journal Le Devoir mais on ne trouvera pas des analyses pointes comm sur votre blog. Alors, je continue de vous lire et d’avoir peur, même à ce qui pourrait e passer ici, où les banques et le pays se vantent d’avoir les mieux fait face à la crise, où l’endettement public est moindre qu’ailleurs mais où l’endettement privé des ménages est de 147 % !!! Et les prix du marché immobilier continuent de grimper…

  7. L’un de très rares économistes espagnols à avoir prévu la crise (peut-être le seul), Santiago Niño Becerra (prof de Structure Economique à Barcelona, francophone et plutôt de gauche) prévoit une année 2011 noire pour l’Espagne, avec une chute de 8 % du PIB et un chômage à 30 %.

    Il y a 2 ans, dans un entretien à La Vanguardia, il a dit que la vraie crise commencerai en 2010 et durerai au moins 10 ans.

    http://www.lacartadelabolsa.com/index.php/leer/articulo/nino_becerra_preve_que_el_paro_en_espana_puede_llegar_al_30_y_el_pib_caer_e

    1. Quand on a vu les grues tout au long de l’Espagne et des prix digne de la côte d’azur, il n’y a pas de quoi être étonné, quand au publicité pour le crédit immobilier il était partout présent en 2006.

  8. A ce niveau d’impasse il reste à voir si le mécanisme de péréquation mis en oeuvre par l’UE pour la Grèce sera actionné pour l’Irlande. Bientôt une prise en charge de la dette irlandaise par la Chine ? Amusant. Puis celle de la dette britannique ?…

    Les choses sont déja réalisées mais non encore manifestées. Il ne reste qu’a attendre que ce qui est déjà décidé par la force inéluctable des choses (fruit d’une passivité hallucinatoire de dimension historique) prenne la matérialité qui fera pousser les exclamations, les « ho! » et les « Ha! » des commentateurs qui découvrent subitement ce qui était en germe depuis longtemps. Dans les jeux (échec, go..) on voit régulièrement tel ou tel joueur ne pas voir littéralement ce qu’il a pourtant bien sous les yeux. Cette cécité est hallucinatoire car elle provient (distraction mise à part) d’une intention si forte du joueur qu’elle lui cache le réel du plateau de jeu. Voir simplement ce qui est serait un excellent premier pas pour avancer.

    1. sans vouloir jouer le cynique, il y a aussi ceux qui voient très bien que le jeu de go est pourri et qui pensent sans sourciller qu’une 3 eme guerre mondial arrivera, et qu’à part se protéger personnellement (ou au mieux « la famille »), c’est une très bonne chance, car cela leur fera de la place pour étaler les jambes et assurera la reprise des affaires…
      J’en ai croisé, y a pas deux jours…

    1. Arnaud ,
      je crois savoir que les pari sont interdit sur ce blog ,
      éventuellement , tu peu créer un CDS pour te couvrir si les 300 000 sont pas atteins 🙂

      @++

    2. Sur ce blog on parie sur des plats régionaux;choucroute,cassoulet,tartiflette;des trucs assez légers en général…

    3. Par chez moi le plat régional c’est l’andouille. J’ai peur qu’en pariant je doive payer de ma personne 🙂

    1. un peu d’humour pour détendre l’atmosphère?

      UNICREDIT America, collecteur de dettes, a convoqué des gens dans un faux tribunal, avec du faux personnel pour saisir les maisons, voitures. Tout est faux, y compris le mobilier, sauf les gens convoqués, et tout a été vendu ensuite aux hedge funds, banques étrangères, etc. Je ne sais pas si vous imaginez où ils en sont arrivés… A FABRIQUER DES FAUX TRIBUNAUX… Lisez Pittsburgh Channel et voyez la video de la télé régionale… Là on dépasse le cadre de tout ce qui a été vu, c’est l’information LA PLUS FOLLE, LA PLUS EXPLOSIVE EN 3 ANNEES DE REVUE DE PRESSE. Les banques ont détourné les lois, les politiciens, la vie elle même… Il y a même un faux sheriff au tribunal qui a pris les clés et papiers des voitures des gens… La démocratie est volée en ce moment sous nos yeux par les banques et leurs sbires, les collecteurs de dettes. Ici le lien sur l’affaire du ministère de la justice de l’Etat de Pennsylvanie.

      http://www.unicreditamerica.com/repossessions.shtm
      http://www.thepittsburghchannel.com/r/25569199/detail.html
      http://www.attorneygeneral.gov/press.aspx?id=5763

      The company is accused in the lawsuit of building a mock courtroom complete with a judge’s bench and witness stand.
      The Attorney General’s Office told that Unicredit lured debtors to the building by sending employees who appeared to be sheriff’s deputies to their homes, implying that they would be taken into custody if they failed to appear at the phony court hearings.
      The lawsuit accuses Unicredit of intimidating debtors into revealing their bank account numbers, even turning over the titles to their cars once they got them inside the building.

      Les banquiers européens ont encore beaucoup à apprendre…

  9. Ce qui est effrayant en lisant les articles et autres sur le « crépuscule de l’occident » ou ‘la fin de l’occident » et j’en passe, c’est cette accélération de l’Histoire : moins de 20 années qui ont suffit à faire éteindre plusieurs centaines d’années de domination occidentale au profit d’une Asie qui n’existait pratiquement pas économiquement début des années 80.

    Peut-on en tirer un rapport d’échelle et proportionnel pour les conséquences à venir sur les populations au regard de cette fantastique accélération de l’Histoire ! .. Glaçant

    1. Hum, au regard des catastrophes environnementales, énergétiques et civilisationnelles qui se profilent, notre problème est d’habiter sur la 3e planète du système solaire…

    1. Il faudra néanmoins attendre 2011 pour déguster « sérieusement » un rioja « Grand reserva 2010 ».
      Le temps va nous paraître long……..

    2. @ Piotr

      Un bon petit vin léger (11,5 º) vraiment pas cher: chez Lidl, « La Cytelle Pays de l’Hérault » 1€20 (ou 40 ?) la bouteille de 1 l

    3. Pour les survivants …dans 15 ans, pour fêter dignement le début de la fin de la crise …
      Un bon Rioja est-il toujours délectable au bout de 15 ans : voilà un soucis autrement sérieux,
      que toutes ces billevesées !
      Voyons, dans 15 ans, ça me fera ….?! ….ouh la ! qui sait ?
      Bon, une libation suffira ! c’est l’intention qui compte …
      Sinon, je viendrai vous chatouiller les pieds ….

    4. @ M

      Un bon Rioja est-il toujours délectable au bout de 15 ans : voilà un soucis autrement sérieux, que toutes ces billevesées !

      On distingue trois degrés de vieillissement pour les vins rioja rouges :
      1- « CRIANZA » (littéralement : vin nourrisson), désigne un vin ayant vieilli au moins deux ans, dont 6 à 12 mois en tonneau de chêne
      2- « RESERVA » qualifie un vin sélectionné ayant vieilli au moins 3 ans entre tonneau et bouteille, avec au minimum un an en tonneau de chêne,
      3- « GRAN RESERVA » implique au moins 2 ans en tonneau de chêne puis 3 ans en bouteilles : un traitement réservé aux grandes annnées.

      Les « GRAN RESERVA » se conservent très longtemps s’ils sont stockés dans de bonnes caves (température et hygrométrie constantes), ils se bonifient avec les années, jusqu’à un point culminant (ensuite le vin perd de sa force, il se « madérise » et devient moins bon). J’ai personnellement un merveilleux souvenir d’un rioja « COTO DE IMAZ Gran reserva 1987 » dégusté plusieures années de suite dans le même restaurant entre 1998 et 2003. C’était devenu un rituel, toujours le même vin avec le même plat, un chuleton de buey a la piedra (côte de boeuf grillée sur une pierre).
      http://www.terrazacarmona.com/carta_vinos.html
      http://www.terrazacarmona.com/index.html

    5. argeles39,

      Grand’merci !
      Je vais rêver un peu !
      Voilà enfin une info.intéressante sur ce site ! ….Heu ….bon, je ne le referai plus …..

      Aviez-vous vu « Mondovino » de jonathan Nossiter
      où il est question aussi de la Globalisation, de la décision de formater les goûts- pourquoi donc : pour les fameuses pécettes virtuelles et volantes : ren-ta-bi-li-ser, on vous dit !, de ne plus respecter les savoir-faire et savoir-être, peaufinés sur deux millénaires .

      « …Jonathan Nossiter recueille une brassée de témoignages magnifiques, paroles de libres-penseurs, tous plus fascinants et vivants les uns que les autres. Visions parfois teintées d’humour, parfois désabusées sur nos civilisations.  » On a condamné les rois à la guillotine pour qu’ils n’aient plus le monopole du pouvoir et on a mis des grands distributeurs qui ont le monopole de la distribution « . Ils sont de tous bords, de toutes les classes sociales, de toutes tendances, même de celles qui vous hérisseront le plus. Mais qu’ils soient paysans ou aristocrates, le fait est là : ils résistent, refusent d’être formatés. C’est une lutte éthique, une bataille entre collaborateurs et résistants, entre ceux qui acceptent les conséquences de la globalisation au risque de se parjurer et ceux qui refusent de plier. Où est le bien? Où est le mal? Ce n’est jamais manichéen … »

  10. Notre hôte a confondu une courbe illustrant les taux longs généreusement proposés à l’Irlande avec un sismographe ! Je propose démocratiquement, pour ne pas gêner les marchés, de le mettre sous écoute. Comme ça, tout redeviendra comme avant.

  11. Et ce fameux double dip dont tout le monde prédisait l’arrivée imminente aux US ?? cela fait preque un an qu’on en parle … il semble bien définitvement écarté maintenant … Voila au moins un prédication ratée qui devrait faire plaisir, Mr Jorion, non ?
    Seulement, la reprise pour les classes moyennes ne sera pas aussi rapide, et ça c’est moins bien effectivement… même si la pensée politique est radicalement différente de la votre, je trouve les explications de Mr Chevallier très intéressantes pour l’évolution économique des US et de notre pauvre Europe…. vous devriez lire .. lui ne voyait pas de double dip ….

  12. Mercredi 10 novembre 2010, vers 22h30 :

    Si l’Irlande lançait un emprunt à 10 ans, elle devrait payer un taux d’intérêt de 8,636 % !

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR:IND

    Je suggère que le graphique illustrant le billet de Paul Jorion soit actualisé !

    En effet, ce graphique devient absolument surréaliste !

    Je croyais avoir tout vu, mais l’évolution des obligations irlandaises à 10 ans me stupéfie tous les jours davantage !

    8,636 % !

    1. On sombre – à mon sens – dans l’hypocrisie la plus totale.
      J’ai déjà entendu ce monsieur tenir des propos très libéraux.
      Pas d’autre choix, nous devons nous adapter ….C’était il y a quelques années déjà.

      Maintenant que tout se casse la figure, ils ne ve:ulent qu’une seule chose : rester au pouvoir.
      Même s’il faut entonner une musique différente.

      Cela me rappelle NS qui au début de la crise avait des propos très dur contre les banques, les paradis fiscaux. Du Besancenot à la puissance 10.
      Puis finalement, il est bien vite rentré dans le rang.

      Ces pseudos-repentis du capitalisme, je n’y crois pas une seconde pas plus qu’à leur sincérité.
      Leurs actes sont révélateurs.
      Paroles, paroles, paroles chantait Dalida …

Les commentaires sont fermés.