227 réflexions sur « LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 3 DECEMBRE 2010 »

  1. Bravo Monsieur Paul Jorion pour votre blog et vos prises de positions ! Interdictions des paris sur les fuctuations de prix bien sûr !
    Mais en attendant que pensez vous de l’initiative de création d’une banque européenne éthique ? Même si cela ne suffit pas, c’est un premier pas que l’on peut comme même déjà aisément faire…?
    * une “transparence dans tous les processus bancaires”,
    * prendre en compte “les conséquences non-économiques de toute action économique”,
    * un “système de gouvernance participative”,
    * épargne et crédit “au service de l’économie réelle plutôt que de l’activité spéculative”, etc…
    * renforcement de l’économie sociale et solidaire par rapport aux autres économies…
    Bien sûr que c’est imparfait et pas suffisant mais c’est simple ! Est ce que les internautes qui laissent des commentaires sur le site et qui ont en marre du système ont commencé à le faire ?

  2. Bravo Paul, on aime vous voir combatif comme hier soir! Si vous aviez décliné l’invitation, nous aurions compris étant donné qu’on vous avait prévenu à la dernière minute. C’est tout à votre honneur de vous être rendu sur le plateau malgré la fatigue du voyage.
    Un commentaire du billet précédent vous suggérait de vous recentrer sur le Net, car à force de vous voir à la télévision cela aurait un effet inverse de celui attendu, vous iriez “finir noyé dans la grisaille des experts”.
    Je ne le pense pas, au contraire il faut multiplier les interventions télévisées, et radio-diffusées. Je pense que cela peut amener plus de notoriété au blog, ce qui vous permettra en retour de participer à des émissions de plus en plus en vue, et de toucher un maximum de personnes. Le seul moyen aujourd’hui pour que les choses changent vraiment, c’est qu’une masse critique de gens expriment leur mécontentement tous en même temps (comme à toutes les époques d’ailleurs, c’est assez triste de constater que cela n’a pas évolué…). Et pour cela tous les moyens sont bons : blogs, buzz video sur internet… et pourquoi pas un calendrier comme les rugbymen 🙂 Mais la télé reste le meilleur moyen d’atteindre toute une frange de la population, hélas. Et encore : uniquement les chaînes principales. J’ouvre une parenthèse pour dire que je me suis inventé quelques indicateurs censés mesurer la gravité de la situation. Un de ceux-ci est que “Paul Jorion est l’invité du JT de 20h sur TF1” ! Là, vous pouvez tous courir aux abris, c’est DEFCON 1…
    Et puis, si vous n’allez pas sur les plateaux télé là où il y a débat, vous laissez forcément la place à un autre intervenant, qui a toute les chances d’être un moins bon contradicteur que vous : il ne faut pas laisser cet avantage aux évangélistes du capitalisme financier! Ils ont tellement d’arguments fallacieux qu’il faut contrer… Non seulement certains sont habilement construits et sont difficiles à démonter (et vous vous en sortez très bien) mais les contrer une fois ne suffit pas, il faut sans arrêt recommencer au risque que les mensonges qu’ils nous assènent finissent par être acceptés comme des vérités par l’opinion.
    Je sais que cela vous demandera encore beaucoup d’efforts, et que vous finirez peut-être sur les rotules, mais SVP continuez le combat! Le fait de savoir que tant de gens vous soutiennent devrait vous redonner de l’énergie les jours où vous vous sentez fatigué. Voyez les réactions de l’équipe technique de l’émission! Je parie que pour le voyage du retour vous vous sentiez plus léger, malgré l’heure tardive…

    1. Tout à fait d’accord et je propose à Paul de commencer par le plateau de notre ami Yves Calvi à c’est dans l’air ou se pavanent nombre “d’experts” toujours les memes du reste qui nous enseignent discours de jésuite à l’appui les vertus de la résignation et combien nous avons la chance d’avoir des dirigeants si clairvoyants.Je ne citerai pas ces experts,cependant la constance avec laquelle M.Calvi sollicite leur avis force l’admiration.Quant au discours relayé par ces brillants esprits il est volontiers condescendant et lénifiant.

  3. @ Paul,

    Une fois n’est pas coutume. Votre prestation a été formidable ! Je pèse mes mots.

    Vous ne suivez pas le mouvement du bank run. C’est votre décision et elle est parfaitement respectable. Pourtant votre message aura été qu’il est structurant de prendre en compte les motivations qui permettent l’éclosion et la diffusion d’un tel mouvement. En cela vous faîtes preuve d’un grand respect vis à vis de ceux qui choisissent ce moyen d’action pour exprimer leur exaspération. Lorsque je constate les discours caricaturaux et indignes de beaucoup relativement à ce mouvement votre position vous honore.

    Bref vous avez su trouver le juste équilibre. Celui qui vous a conduit à transcender votre propre opinion personnelle pour ne retenir que l’essentiel au niveau de ce que traduit le mouvement Cantona au niveau de la société.
    C’est en cela que, malgré nos divergences qui tiennent principalement aux modes d’action, je continue à louer la qualité et l’utilité de ce blog et donc de votre travail.
    Bravo et merci Paul.

    PS: au moins un post pour lequel je n’aurais pas trop de doute quant à ses chances de succès d’échapper au Grand Modérateur 🙂

    1. Lorsque l’on sait que les US sont au courant de l’ensemble des infos qui transitent sur le réseau SWIFT, ça laisse rêveur.. 🙂

    2. l’objet de la plainte : “Les responsables de LGT Treuhand auraient continué à encaisser des commissions de clients pendant des années pour remplir leur devoir de confidentialité, selon le journal. Or, en réalité, les dirigeants savaient dès janvier 2003 au moins que l’un de leurs salariés avait volé des données bancaires, selon le journal”.
      les plaintes qui concernent l’argent sont absolument désolantes… qqu’un pris la main dans le sac se plaint que son sac aurait pu être mieux rempli si son complice avait été meilleur; ces plaintes s’enchaînent, aujourd’hui encore http://www.letemps.ch/Page/Uuid/896fee08-feb2-11df-8bf5-64074f48bc01/Le_liquidateur_r%C3%A9clame_64milliards_de_dollars_%C3%A0_JPMorgan la même histoire, on sait que ça se casse la gueule mais on pompe tant qu’on peut; une confortable habitude prise
      shadoks, “ça pompait pas nuire” http://www.youtube.com/watch?v=gMjSD1hgnQs

  4. Bravo Paul, vous avez su exprimer la colère citoyenne des millions de sans voix qui
    aujourd’hui savent mais n’ont pas encore les moyens d’agir. Le temps est avec nous
    et les peuples font l’histoire.
    Merci encore.

  5. Bonjour Julien,
    Je me dis que mon commentaire (le putatif 249eme) suite au post sur l’Emission de Taddei est plus approprié ici. je vous laisse juge de la pertinence d’un barrage.

    Pas vu l’émission encore. Je suis sur que vous avez fait un boulot impeccable.
    Je suis 100% d’accord avec Tomate
    L’intervention de Cantona permet d’éclairer le débat sur l’irresponsabilité des acteurs. En l’occurence si un bankrun populaire est « irresponsable », les actions des institutionnels et des banques le sont autant. Elles ont allumé l’incendie et refusent aux pompiers d’intervenir.
    Ce que propose Cantona c’est de souffler le feu par une grosse explosion.

    Cantona exprime la colère populaire, vous formulez des solutions techniques justes et non violentes. Vous êtes donc parfaitement complémentaires contre le camp d’en face.

    Il serait bon que le discours de Cantona soit relayé également en Angleterre ou il est tres populaire. Ca déplacerait le débat hors francophonie de façon salutaire.

    Eric si tu m’entends: just do it!

    1. Nous n’accepterons aucune leçon de morale, ni même sur ce qui est bon ou mauvais pour l’économie, de la part d’une banque. Il faut que cela soit très clair.
      Encore un exemple de comportement crapuleux de leur part: a banque américaine Citibank a été reconnue coupable par la justice belge de “publicité mensongère” pour avoir vendu des produits de sa compatriote Lehman Brothers sans avertir correctement ses clients des risques qu’ils couraient.
      http://www.rtbf.be/info/economie/banque/lehman-brothers-citibank-coupable-de-publicite-mensongere-281135
      A noter que la condamnation d’une banque au pénal est une grande première en Belgique.

    2. Pour ma part, Je considère que “‘l’idée” de CANTONA , plus exactement l’initiative, bien qu’isolée, répond à plusieurs objectifs ( je vous invite a revoir entièrement la vidéo):
      – Nous alerter tous
      – Nous mettre en demeure tous, mais plus particulièrement une classe des intermédiaires de la minorité dominante actuelle , a savoir les médias de masse
      – Nous faire comprendre que les syndicats doivent rester à leurs places… ou bien … ou bien …

      Sur tous ces points, et en cela repris pas le collectif qui s’est créé, en reprenant l’idée, on constate qu’il y a 3 points importants, dans cette initiative:
      – Le choix du TERRITOIRE ( media), parfaitement connu de Mr CANTONA. Parfaite maîtrise. RAS.
      – Une manoeuvre de contournement. Dans l’art du combat, C’est l’une des premières choses que l’on apprend.
      – Une action frontale.

      En revanche, il y a de nombreux points ou l’initiative de Mr CANTONA, comme celle du collectif appelant au 07/12/2010, sont absents …..
      Mais, le succès est là . Bien présent ! Et ce type d’initiative MAJEURE, en appelle d’autres….. En ce sens, la prestation de PAUL JORION, hier soir, est convaincante, de même que celle de PERCY KEMPS, l’ecrivain à sa gauche!
      PS : Quand on a l’opportunité de prendre l’initiative, qui plus est une initiative MAJEURE, et ce que l’on constate les résultats bénéfiques pour son combat, cette initiative est toutefois limitée dans les temps… Les avantages cette première intiative ouvre une fenêtre, ou d’autres initiatives doivent lui succéder, pour renforcer ces avantages et déstabiliser l’adversaire !
      C’est du YAKOVLEV ! En somme , rien de neuf !

    3. @ Arnaud :

      Pour terminer , par rapport à mon message précédent .
      Les entreprises, le système procède souvent de la même façon… N’oubliez pas que de nombreux stratéges et tacticiens forme “l’Elite” conseille et sont aux commandes directement et indirectement de nombreuses nations …. Même en Europe ! Même en Françe ….

      Bonne soirée !

  6. jubilatoire ! merci

    comme ces chroniques de plus en plus fréquente en radio aux heures de grande écoute, qui expliquent avec des mots simples
    comme tous ces medias grand public qui ne peuvent que constater le mouvement de fond (hier encore RTBF)
    non, ce ne sont pas eux qui créent le buzz, quoi qu’elle en dise :oP

    Et puis quoi ? Va-t-on reprocher à certains d’avoir fait leur révolution sans épées ni canons, mais à coups de fourche ou de poing ? A chacun ses moyens.

    oui ! un autre système est possible :

    [i]L’économie sociale se compose d’activités économiques productrices de biens ou de services, exercées par des sociétés, principalement coopératives et/ou à finalité sociale, des associations, des mutuelles ou des fondations, dont l’éthique se traduit par l’ensemble des principes suivants:
    1°: finalité de service à la collectivité ou aux membres, plutôt que finalité de profit;
    2°: autonomie de gestion
    3°: processus de décision démocratique
    4°: primauté des personnes et du travail sur le capital dans la répartition des revenus
    Par son action, l’économie sociale permet d’amplifier la performance du modèle de développement économique de l’ensemble de la Région wallonne et vise l’intérêt de la collectivité, le renforcement de la cohésion sociale et le développement durable.

    (Décret wallon relatif à l’économie sociale) [/i]

    voir http://www.econosoc.be/ http://www.saw-b.be/cms/index.php http://www.febecoop.be
    et beaucoup d’autres…
    voui ! j’avoue : on est choyé dans c’te p’tit pays, les aides d’Etat sont déjà en place. Le reste dépend du choix des gens : acteurs ou consommateurs

  7. je pense que Paul a tort quand il dit que mme lagarde est moins qualifiée que Cantonna.

    Elle est TRES qualifiée; le problème, c’est qu’elle n’est pas là pour défendre les intérêts de la France et des citoyens, mais pour défendre les puissances de l’argent; c’était d’ailleurs son job avant qu’elle ne devienne ministre.

    Et elle fait TRES BIEN son boulot !!!! Les banques font des bénéfices considérables, et les citoyens, grecs, anglais, etc… payent la facture et se serrent la ceinture….

    Je suppose qu’on lui offrira des postes en or dans plein de conseils d’administration quand elle quittera son ministère, pour la récompenser de ses bons et loyaux services.

    1. Christine Lagarde n’a aucune marge de manoeuvre, comme tous les autres membres de ce gouvernement : elle fait ce que lui ordonne NS. Si elle est toujours ministre de l’économie après le remaniement, c’est qu’elle doit bien exécuter les ordres, et aussi peut-être qu’elle est compétente en économie. Par contre l’image qu’elle renvoie n’est pas celui de la compétence, en raison des âneries qu’elle sort régulièrement. Rappelez-vous il n’y a pas si longtemps le “virage à 360°” !
      http://www.lepost.fr/article/2010/11/15/2305091_le-virage-a-360-de-christine-lagarde-ou-le-veritable-sens-de-ce-remaniement.html
      Même aux Guignols de l’Info hier soir, PPDA a conclu qu’il faisait plus confiance à Cantona en matière d’économie ! 🙂

    2. On peut voir ça comme ça. Mais dans ce cas, madame Lagarde est dans l’illégalité, puisque son travail consiste à servir les intérêts de la communauté, et non-pas ceux d’une minorité de parasites.

    3. Paul a raison, et vous n’avez pas tort. Les mêmes mots ne recouvrent pas les mêmes concepts. Mme Lagarde est sûrement très qualifiée sur le plan “finance”, mais au vu du désastre auquel nous emmènent ces gens très qualifiés, l’opinion d’un Cantona les vaut bien. Mme Lagarde défend l’ordre établi et tente de réanimer le cheval mort, c’est son job, qu’elle fait bien. Paul considère à mon sens que le débat est ailleurs, et que la solution ne viendra sûrement pas du côté du ministre.

    4. Il faut juste déduire que toute la chaîne politique élue est corrompue, jusqu’à son sommet, qui s’offrira la dolce-vita avec carla grâce aux rémunérations qu’il percevra des banques quand il prendra sa retraite en 2017…

      Quelle que soit la compétence de Lagarde, effectivement, elle n’est qu’aux ordres de la hiérarchie… Nous sommes dans un régime totalitaire, sécuritaire et sous dictature financière du fait de la complicité des élus qui n’honorent pas leur contrat : Représenter et protéger les intérêts du peuple… Mais ça, ce n’est pas nouveau, dommage que si peu ne veuille ouvrir les yeux sur cette réalité… Peur d’admettre qu’on a trop laissé faire, peut être ?

  8. Il suffit !!…le droit peur être la solution. Ce mépris doit cesser !

    Je propose concrètement l’ouverture d’une procédure judiciaire..(travail de longue allène), pour attaquer les principales banques françaises (dans un premier temps) sur les plans civil, pénal, administratifs. Nous subissons tous un préjudice certain, direct et personnel…reste à caractériser la faute des banques et le lien de causalité. Pas de “class action” mais une nuée de petits qui attaquent en justice, guérilla juridique.

    Cela ne constitue qu’un prérequis pour ensuite saisir la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

    L’idéal : un TPI de la finance, utopique..mais le “buzz” qu’entraînerait une telle procédure ne pourra aller que dans le bon sens.

    Battons nous avec leurs armes, sur leur terrain…Je contribuerais si besoin sur mes deniers personnels pour les frais de procédure. L’union fait la force!

    1. Essayez de redescendre sur terre, Vendez.
      Je vous conseille de suivre la pièce de théâtre des poursuites en justice de “délits d’initiés” aux US.
      Sachant que les bourses anglo-saxons sont réputées pour être au summum des lancements de rumeurs les plus folles possibles, ce simulacre de “justice” qui durera autant d’années que possible est juste là pour GAGNER DU TEMPS comme le furent leurs magnifiques “stress-tests” des banques.
      Les Italiens étaient passé maîtres dans l’art de la comédie, les ricains les ont battus.

      Souci, lorsque l’on est obligé de tricher à ce point, c’est que les choses vont plus que mal.
      Good luck, cowboys.

    2. J’ai travaillé pour un cabinet de conseil financier. Résultat de terrain : la Bourse est la cour des miracles où les grandes fortunes, disposant des « initiés » et des canaux des média, dépouillent une pléthore de petits-bourgeois.

      Lordon a cent fois raison de poser la question « Et si on fermait la Bourse ? »

      Sa conclusion : « La Bourse comme miroir à la fortune aura été l’opérateur imaginaire, aux effets bien réels, du déplacement des normes de la réussite monétaire, et il n’est pas un ambitieux dont le chemin ne passe par elle – pour les autres, il y a le Loto, et pour plus personne en tout cas, rapporté à cette norme, le travail.
      Aussi la Bourse a-t-elle cette remarquable propriété de concentrer en un lieu unique la nocivité économique et la nocivité symbolique, en quoi on devrait voir une raison suffisante d’envisager de lui porter quelques sérieux coups. »

  9. Bravo pour votre intervention, et surtout d’avoir réussi à conserver (une partie) de votre calme face à cette économiste.

    J’aime aussi beaucoup le fait que vous ayez eu un mot pour les techniciens, la maquilleuse… des gens qu’on ne voit pas à l’écran, mais sans qui rien ne se ferait. Eux, sont aussi important que ceux qui sont sous les projos.

  10. Baisser les impôts pour les pme tout ce que zapaterro a trouvé pour relancer la ‘croissance’ Espagnole…il finance cela avec la suppression de l’allocation des chomeurs en fin de droit ….
    très socialiste comme mesure..voila ce que DSK fera s’il devait être élu en 2012..vous ètes prévenus

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/social/20101203.FAP1903/le-gouvernement-espagnol-approuve-une-serie-de-mesures-destinees-a-calmer-les-marches.html

    1. Sans oublier la privatisation de 30% de la loterie nationale espagnole, ni la privatisation des aéroports de Madrid et El Prat (Barcelona) ajoutant à celà, nouvelle de ce matin, levée d’un impôt de 78% sur le tabac…

    2. A priori DSK ne devrait pas être candidat car Sarko n’en ferait qu’une bouchée si (ce que je ne crois pas) DSK parvenait au second tour, sarko aurait beau jeu de lui rappeler qu’il est son obligé pour son juteux poste au FMI. Par ailleurs Sarko est en phase avec le FMI, je ne vois pas bien ce que DSK pourrait lui reprocher.
      “L’idiot utile” de sarkosy c’est DSK, ce n’est pas pour rien qu’il a eu sa carotte au FMI, il n’y a qu’à observer les médias au service de l’oligarchie pour s’en convaincre.

    3. si (ce que je ne crois pas) DSK parvenait au second tour, sarko aurait beau jeu de lui rappeler qu’il est son obligé pour son juteux poste au FMI

      Euh, j’ai aucune sympathie particulière pour Dominique, nique, nique, mais faudrait arrêter avec cette légende urbaine de la place au èfèmi offerte par Sarko-Panpan.
      La vérité, c’est qu’il aurait pu – peut-être… – poser son véto à sa candidature, défendue par la commission européenne et l’UE en général, mais au risque évident de voir ce poste échapper à un français après l’illustre inconnu espagnol qui l’avait précédé, voire à un autre challenger européen présenté par l’UE, en particulier contre le candidat tchèque présenté par le représentant du FMI en Russie et soutenu par les émergents. Il ne pouvait pas prendre ce risque, mais pouvait par contre, avec l’appui des médias retourner un peu la situation en sa faveur en se présentant opportunément comme le premier supporter de DSK au FMI, en faire son obligé et apparaitre en sus comme un faiseur de prince à vertu florentine.
      Mais on peut supposer qu’il aurait préféré un affidé proche de l’UMP, s’il avait eu l’équivalent consensuel au niveau européen d’un DSK… Mais il avait manifestement rien sous la main qui pesât assez lourd. Fatalement, ça faisait dèja 5 ans qu’il s’employait à couper les têtes qui dépassaient à droite…

    4. La Chamber of Commerce des États–Unis détermine la politique extérieure de ce pays depuis le XIXe siècle. On lui doit, entre autres, le renversement de Mossadegh en Iran en 1953 dont le monde paie encore aujourd’hui les conséquences, et l’occupation actuelle de l’Irak. -Jorion –

    5. Pas de danger. On sera très nombreux à rapppeler le bilan des cire-bottes du capital.
      On sait quelle politique la gauche plus rien sauf caviar a appliqué,
      de la droite du PS jusqu’aux “orthodoxes” du PC en passant par les soit-disant Verts…
      Désespérant les travailleurs et faisant le lit du FN.
      Ce coup-ci ils nous conduiraient droit au fascisme.

  11. prestation formidable merci
    Score 5-0
    Il est rassurant de comparer la panique des tenants su système et l’assurance tranquille de ceux qui le savent moribond.

  12. Dans l’état actuel du grand conditionnement marchand du monde, je me dis qu’il y a encore
    de grandes chances que le monde retourne de nouveau jouer et se divertir au jardin d’enfants,

    Et si je crie encore aujourd’hui dans le désert, c’est pour éviter que l’homme se fasse de nouveau avoir en beauté, autrefois des hommes se sont battus avec courage pour pouvoir encore offrir à leurs descendants un peu de liberté et de dignité,

    Mais aujourd’hui ce n’est plus guère le cas face à l’arbitraire d’un système, d’une oligarchie mondiale se mettant peu à peu brutalement en place, heurtant bien évidemment de plus en plus la conscience de tout à chacun à l’usure, car si tout le monde se laisse encore acheter et corrompre et cela par le bais du nouveau procédé à la mode pour mieux répondre davantage aux premiers besoins marchands des êtres, qui donc pourra encore y échapper demain, si cela se fait même dans un plus grand chantage de vie et de mort spirituelle en société ?

    C’est peut-être bien là ce qui pourrait arriver de pire à l’espère humaine comme de tous bords confondus que l’on soit d’ailleurs croyant ou pas, ne plus pouvoir trouver le courage en soi et en l’autre de se libérer de ses chaines, de ses fers, de ces fausses valeurs de vie en société.

    Ils pourront peut-être c’est vrai avoir encore le dessus sur vous, comme à l’égard des
    premiers dissidents plus ou moins remontés et spirituels de notre temps mais pas toujours envers la nature, car la nature s’en révoltera davantage ce n’est plus qu’une question de dégats en plus,

    J’annonce même que plus les choses s’aggraveront et plus ils rechercheront à maintenir davantage leur funeste emprise sur l’esprit des êtres, n’est-ce pas d’ailleurs dans ces moments là, dans les moments les plus marquants et douloureux de l’histoire que l’on reconnaît mieux les véritables intentions premières de tous ces gens là,

    Naturellement Il n’y a rien qui résiste plus obstinément à la vérité que les grands de ce monde.
    [Sébastien Castellion]

    Les faux bienfaiteurs de l’humanité n’aiment pas à trouver de la résistance dans ceux qu’ils cherchent à séduire. [Marquis de Sade]

    Pour moi, c’est toujours l’esprit qui résiste ; tout le reste est pesanteur. [Henri Thomas]

    Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. [Saint Matthieu]

    Si plus personne ne veille qui pourra encore y échapper,

    Crier, Ecrire est une façon de veiller. [Georges Henein]

  13. Bravo Canto, mais c’est insuffisant.

    Un nouvel appel d’ ATTAC, après avoir examiné la menace d’effondrement de l’euro, et l’inanité des réponses, fait la liste des mesures minimum :

    – taxation et régulation stricte des transactions financières, à commencer par les transactions sur l’euro ; interdiction de la spéculation sur les dettes publiques ; fermeture des marchés de gré à gré
    – mise en faillite des banques trop endettées, sans indemnisation des créanciers et actionnaires qui ont accumulé les profits en jouant avec le feu ;
    – nationalisation des banques renflouées par les fonds publics ; ces banques devront rapidement être socialisées, c’est-à-dire placées sous le contrôle démocratique des salariés, des citoyens et des pouvoirs publics.
    – interdiction aux banques de dépôts, qui gèrent l’épargne des particuliers, de prendre des positions spéculatives et d’avoir des filiales dans les paradis fiscaux
    – restructuration de la dette, voire défaut partiel pour les États étranglés par la charge de la dette publique : la dette creusée par les cadeaux fiscaux aux riches, la crise financière et le renflouement des banques, est une dette illégitime.
    – en complément, monétisation partielle de la dette publique, la BCE achetant directement aux États leurs obligations.
    En l’absence de mesures de rupture avec la dictature de la finance, la zone euro et l’Union toute entière s’enfonceront dans un chaos annoncé, source de séismes politiques imprévisibles.

    L’urgence de ces mesures est agitée dans tout le pays depuis longtemps.
    Mais la bourgeoisie se refuse à prendre des mesures contre la finance, car c’est le sol qui la nourrit.
    La situation appelle une révolution, cad à arracher le pouvoir au capital,
    désormais le seul socle pour faire vivre la démocratie, un minimum de bien être pour tous,
    et sauver notre environnement.

    1. ça ressemble à un début de Glaas -Steagall non ? 🙂
      Dommage que vous ayez été coupé quand vous avez dit : “ça ne fait pas longtemps que ……..” 🙁
      Peu virulent et pédagogique sur ce coup !

  14. Bonjour,

    au sujet de la peur qui paralyse notre société, ne faudrait il pas diffuser le message du Bene Gesserit tel que l’a écrit Mr Frank Herbert sur une très large échelle ?

    « Je ne connaîtrai pas la peur car la peur tue l’esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l’oblitération totale. J’affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu’elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur son chemin. Et là où elle sera passée, il n’y aura plus rien. Rien que moi. »

    Bon week-end

    1. Frank Herbert..

      pour le fun, deux citations de “Dune” :

      “le bon gouvernement ne dépend jamais des lois, mais des qualités personnelles de ceux qui gouvernent. La machine gouvernementale est toujours subordonnée à la volonté de ceux qui l’administrent. Il s’ensuit donc que l’élément le plus important de l’art du gouvernement est la méthode selon laquelle les chefs sont choisis.”

      “les gouvernements, lorsqu’ils durent, tendent toujours vers des formes aristocratiques. Aucun gouvernement de l’Histoire n’a échappé à ce processus. Et, au fur et à mesure du développement de l’aristocratie, le gouvernement a de plus en plus tendance à n’agir que dans l’intérêt de la classe dirigeante, que celle ci soit une royauté héréditaire, une oligarchie fondée sur des empires financiers ou une bureaucratie installée”

      pour méditation…

  15. Seesmic est termine
    ou pouvons nous vous ecouter au moyen orient censuré?
    trop bien votre emission tele!!
    merci de me repondre
    henry

  16. En 2010, l’Etat belge empruntera pas moins de 89 milliards d’euros sur les marchés financiers pour boucler son budget, soit
    l’équivalent de 25,6% de son PIB. Ce « trou », précise Jean Deboutte, le directeur stratégie à l’Agence de la dette, résulte directement de l’apport financier de l’Etat (argent du contribuable) accordé à nos banques : Fortis, Dexia et autres Kredietbank. « On ne pouvait pas faire autrement ! » nous chantaient les banquiers, car il était « hors de question que des milliers de personnes et des entreprises perdent tous leurs avoirs ! »
    Mais la conséquence de ces renflouements est la politique d’austérité qui est imposé à l’ensemble des peuple européens et pour la Belgique ce sont les 22 milliards d’économie à faire (soit 1/4 des dépenses fédérales) qui sont poussées par la N-VA. Cette politique ne fera que détruire encore plus l’économie belge dont le peuple belge en paiera le prix fort (c’est “la livre de chair” du banquier Shylock de Shakespeare).

    Pourtant il existe une vrai solution : revenir au principe de séparation des activités bancaires, séparant strictement banques de dépôt et banques d’affaire, qui fut d’application en Belgique de 1934 à 1993. Il n’y a aucune raison que les contribuables et les déposants assument les risques des jeux spéculatifs, très souvent immoraux (spéculation sur les dettes souveraines, les denrées alimentaires, …) L’effet d’une telle loi sera d’annuler purement et simplement les dettes souveraines liées à la spéculation financière et donc plus besoin d’austérité.
    Une proposition de loi (N°4-1700/1) en ce sens a été déposé au Sénat belge le 11 mars 2010. Le peuple belge doit mettre la pression sur ses élus pour qu’elle soit adoptée au plus vite.
    C’est leur boulot de défendre l’intérêt général des citoyens et ils ont besoin qu’on leur rappelle !!

    rtbf.be

  17. Bravo Mr Jorion pour votre intervention mesurée et retenue mais néanmoins très pertinante. Merci d’1 simple citoyen.

  18. Cette gentille dame et ce gentil Monsieur à coté d’elle +un écrivain citant Platon ,bref trop facile pour Mr Jorion ,je suis pas habituer à une cravate Bling Bling avec ce regard sur l’avenir non,remettre un pull rouge convient mieux…
    bonne route Mr Jorion ,je vous adore
    rego

  19. Bonjour Monsieur Jorion, ainsi qu’à toutes et tous mes coreligionnaires “Jorionnistes”

    Je me joins bien entendu aux innombrables félicitations et remerciement pour l’excellente prestation que vous nous avez offerte hier soir.

    Cependant, deux choses :
    Quant au débat par lui même, alors confronté à une prétendue “spécialiste”, j’ai bondi dès les premières minutes lorsqu’elle a lancé “ce sont les dépôts qui font les crédits” (2mn48 du début de l’extrait proposé sur votre blog)…
    Or, à moins de n’avoir rien compris au système financier, il me semble savoir que les banques se sont octroyé le droit de prêter,sans contrainte, 200, 300, 500 ou 1000 fois plus d’argent qu’ils n’ont en réalité de liquidité dans leurs coffres…
    Si vous aviez corrigé sa désinformation dès le début de votre prise de parole, votre “adversaire” de plateau s’en serait trouvée certainement déstabilisée puis discréditée dans ses propos ultérieurs qui ne valaient pas moins que le début de son discours, et ça aurait eu ensuite un effet pédagogique pour la majorité de personnes lesquelles, par ignorance, pensent exactement comme elle…
    La seconde chose, même si le message de Cantonna est légitime, je vous rejoins dans le pessimisme de l’issue d’un tel mouvement… Ceci dit, les solutions que vous proposez vous-même, si vertueuses soient elles, nécessitent l’intervention de lois nouvelles… Or, quant on voit aujourd’hui que, si les banques manœuvrent la spéculation si facilement, c’est justement parce qu’aucune loi ne le leur interdit, parce qu’aucun élu, de tout bord soit-il, n’a eu la volonté, jusque là, de mettre un terme à ce système abominable…
    D’ailleurs,à voir de quelle manière ces mêmes élus sont empêtrés dans des affaire d’état (Bettencourt, Karachi…) où le mot corruption a été volontairement escamoté par les médias officiels, je me demande jusqu’à quel point ils/elles ne touchent pas leur enveloppe en échange de leur inaction législative à l’encontre des intérêts de la maffia financière…

    – Qu’est ce qui vous fait penser, alors, qu’ils accepteraient demain de voter des lois en faveur de vos propositions ?

    Ce n’est donc pas sur les banques qu’il faut faire pression, elles ne font que ce qu’on leur autorise de faire… Il faut plutôt faire pression sur les élus au pouvoir et en lieu d’une action pour inciter à retirer les liquidités de banques, peut être serait il plus percutant d’organiser une journée de non collecte de la TVA, par exemple… non ?

    Avec tout mon soutien renouvelé, bien à vous – Philippe

    1. « ce sont les dépôts qui font les crédits »

      S’il y a bien une chose sur laquelle cette dame avait raison c’est celle-là. Paul est bien entendu d’accord et l’a écrit et démontré dans son livre “l’argent mode d’emploi” que je vous conseille évidemment de lire.

      Les crédits font les dépôts, c’est du bidon. Et il est remarquable que de plus en plus d’économistes l’admettent.

      Ce sujet a déjà été discuté en long et en large sur ce blog.

  20. C’était bien hier, mais c’est vrai pas beaucoup d’opposition ou de débat,” l’économiste” en face était caricaturale ……………. cela fait quelques émissions ou le casting n’est pas vraiment bon. Je ne sais pas d’où ça vient de FT ou si les gens ne veulent plus venir. Sinon sur le fond votre position est très lucide et claire, je la partage. CONTINUER, il faut que la conscience collective avance. Et, que la pression monte.

    1. il faut que la conscience collective avance

      Hors-sujet: Je vais vous contredire, n’y voyez pas offense.

      En tant que lecteurs de Jorion, vous et moi constituons une collectivité. Pour autant, connaissez-vous mon point de vue sur n’importe quel sujet, ne serait-ce que parmi ceux traités sur ce blog? J’ose penser que non. Et pour ma part il en va de même, j’ignore quels sont vos point de vue de manière générale. Vous demeurez inconscient de ma conception du monde, tandis que je demeure inconscient de la votre.

      Notre collectivité est par conséquent inconsciente, j’ajouterais même que c’est un fait irrémédiable: Même en discutant des jours et des nuits entiers, nous ne parviendrions jamais à avoir totalement conscience de ce que nous pensons l’un et l’autre. Sans même évoquer les barrières de nos inconscients respectifs. Conclusion, la conscience collective n’existe tout simplement pas.

      La conscience, ce qui définit l’homo sapiens sapiens (je sais que je sais ou je sais ce que je sais), déjà si improbable à l’échelle d’un seul individu depuis Freud, l’est à l’évidence encore d’avantage à l’échelle d’une multitude d’individus.

    2. @Dissonance
      Je vais vous contredire, n’y voyez pas offensé…..
      L’inconscient collectif existe. Seul le pur pouvoir y a accès. Le cœur sociale bat au sein des méga-serveurs. Il a changé d’ECHELON.

    3. Philippe évoquait peut-être simplement la prise de conscience collective, thème que Paul a déjà évoqué, en particulier dans son billet La prise de conscience où il indiquait que les sentiments jouent un rôle actif dans la prise de conscience des contraintes structurelles que subissent les ensembles d’individus, ce qui est le propre aux phases de transition. Chez Taddéi Paul est passé de la théorie à la pratique. 🙂

    4. Cela gêne le camp d’en face, mais c’est une évidence:
      cette crise plus que tout autre met à nu le fonctionnnement chaotique du capitalisme,
      et la complicité des gouvernants,

      Elle est l’occasion pour des millions de prendre conscience
      de la nécessité de se débarasser du capitalisme et ses serviteurs.

      Le processus de cette prise de conscience ne peut devenir conscience collective
      au sens de majoritaire que dans quelques années, au milieu du désastre.

      En attendant, les plus conscients se rassemblent, agissent, préparent des stratégies,
      et doivent déployer des trésors de pédagogie pour élargir la prise de conscience, au plus vite,
      avant que le capitalisme ne nous entraine comme lors de la précédente grande crise
      dans le nationalisme, puis le racisme, et les guerres.

    5. Dissonance,

      Hors-sujet: Je vais vous contredire, n’y voyez pas offense.

      C’est tout le reste qui est hors-sujet, n’y voyez pas offense. La prise de conscience collective est la somme des prises de conscience individuelles.

      Beaucoup croient que ce n’est pas possible, ça se comprend : c’est une caractéristique fondamentale de notre civilisation, c’est bien ancré. C’est ce qui a permis toutes les croyances, toutes les servitudes.

      Et vous voudriez que ça continue, que l’on continue à penser que ce n’est pas possible ?

      Tant que l’on considère que la prise de conscience individuelle généralisée n’est pas possible alors ça ne le sera pas ! Et par conséquent on ne peut continuer à envisager sa vie que par le petit bout de la lorgnette étant donné que “le monde est plein d’inconscients, il va donc falloir que moi et ma conscience prenions soin des autres” : chacun se tenant à peu près le même langage, comprenez l’impuissance et la soumission de la société actuelle, divisés pour mieux servir !

      « Mais enfin, quand même ! Cessons au moins cette tartufferie, svp ! »

      Charles A.,

      Elle est l’occasion pour des millions de prendre conscience
      de la nécessité de se débarasser du capitalisme et ses serviteurs.

      Oui ! Avec juste la précision que les “serviteurs”, c’est nous.

    6. @Fab

      Nous ne parlons pas de la même chose. Vous parlez d’une somme de consciences individuelles, ce que je ne remets pas en question. En revanche, ça n’a pas grand chose à voir avec ce que j’entends par conscience collective. Pour vous représenter la chose telle que je la conçois, je vous suggère de vous renseigner sur le film Dark City d’Alex Proyas.

      La conscience collective des “Étrangers” dans ce film se matérialise en ce que chacun des membres de la collectivité connait en chaque instant les pensées de l’ensemble de ses congénères, en d’autres termes ils disposent d’une unique conscience mutualisée entre plusieurs individus. Or dans le cadre d’une somme de consciences individuelles nous ne sommes bien évidemment pas dans le même cas de figure.

    7. @Pierre

      Ce n’est pas parce que je parle d’inconscient collectif que je m’en réfère aux travaux de Jung sur le sujet, par le simple fait que je ne le connaissais même pas avant que vous le mentionniez. Quoi qu’il en soit, “son” inconscient collectif ne semble pas être à proprement parlé le même que celui que j’exprime, loin s’en faut.

    8. @Dissonance
      Rendons à césar ce qui est à césar plutôt qu’à Distorsion, c’est Jung qui invente le terme “d’inconscient collectif”, à ma connaissance.
      La conscience collective se doit d’avoir un vocabulaire commun, si elle veut pouvoir se formuler communément.

    9. En gros, comme vous le verrez, la conscience est pour moi un mécanisme en réalité très accessoire qui nous informe après-coup de ce qui nous arrive et dont l’intérêt principal réside dans l’illusion de libre-arbitre qu’il nous laisse (la caverne de Platon). Si la chose vous intéresse, j’y reviendrai plus longuement.

      http://www.pauljorion.com/blog/?p=2080

    10. Je qualifierai mes “illusions” en réponse à Paul Jorion avec cette chanson de jacques Higellin :

      J`suis Qu`un Grain De Poussiere

      J`suis qu`un grain de poussière, un grain de poussière
      Qui colle à tes bottines, qui bloque la machine,
      Qui fait d`une ville un désert,
      Un grain de poussière, un fils de la terre et du vent.

      J`suis qu`un grain de poussière, un grain de poussière
      Perdu comme un enfant dans l`oeil du firmament,
      Prisonnier d`un courant d`air,
      Un grain de poussière, un fils du soleil et du vent.

      J`suis qu`un grain de poussière, un grain de poussière
      Qui erre à la lisière de l`enfer et du ciel,
      Un ‘ange gardien du Néant.
      J`suis qu`un grain de poussière, infiniment petit ou grand.

      J`suis qu`un grain de poussière, un grain de poussière
      Perdu comme un enfant dans l`oeil du firmament,
      Prisonnier d`un courant d`air,
      Un grain de poussière, un fils de la terre et du vent.

    11. @Pierre

      Vous iriez jusqu’à appliquer la notion de propriété intellectuelle à des mots? Méchante conception du monde que vous avez là, si je puis me permettre.

    12. L’inconscient collectif
      On avait un jeu une fois par an au théâtre où je travaillais. On recevait tous les “mémento” (programmes) de tous les théâtre de France. Et, à chaque fois, il y avait des graphismes identiques. Pourtant les graphistes ont pour habitude de bien garder le secret de leur création jusqu’à l’impression. Personne ne pouvait dire que l’un avait copier l’autre.
      On en déduisait que des “choses”, des “idées” circulaient dans l’inconscient collectif.
      Idem pour les découvertes scientifiques d’ailleurs.

    13. “Je ne suis qu’un binaire embarrassé de signes” disait Léo.
      La vie vous en a fait un dernièrement Paul. Vous avez perdu connaissance. Au réveille cette perte de votre libre arbitre vous a plongé dans une nouvelle conscience du monde. “Désespéré”. Vous étiez “désespéré”. Mais peut-être plus conscient de la “théorie de la respiration”. Inspirez! Expirez !
      Et affrontez vos démons ! Ce sont les nôtres.

  21. A) Sur l’idée émise par Eric Cantona

    Remarque 1
    Si suffisamment de personne (peut-être 3 millions sans doute plus) ayant un compte ou plusieurs comptes suffisamment approvisionné (plus de 10.000 E), retirent tout leur argent (délais pour récupérer ses avoirs est grosso modo d’une semaine), alors pour les Banques en question se sera la Banqueroute. L’histoire en est témoin (cf.crise de 1929).

    Remarque 2
    La date du 7 décembre, date choisie par certains relais de l’idée de Cantona est une erreur. D’une part, pour ceux qui ont des comptes d’épargnes (type PEL, Livret A, LEP) la fin d’année est le moment où l’on perçoit les intérêts. Donc quitte à retirer son argent autant prendre ce qui nous revient puis attendre et anticiper de quelques semaines les révélations de Wikileaks sur la BIG Bank US au fonctionnement “mafieux”. L’effet ne sera que plus dévastateur.

    Remarque 3
    Au vu des commentaires des politiciens et des Banquiers, si doute il y avait sur leur connivence, il n’est plus de mise. Les premiers érigent les règles en concertation avec les seconds et quand le bateau coule, l’armateur et le capitaine font porter la responsabilité et le coût de la catastrophe sur l’équipage.

    B) Sur la nationalisation des Banques comme remède

    Certains pensent qu’il faudrait nationaliser denouveau les Banques pour les réguler. A ceux-là je tiens à leur rappeler qu’il n’y a pas si longtemps le Crédit Lyonnais (actuellement LCL) était une banque publique (jusqu’en 1999). In fine, les Français quelque soit leur revenu (même le SDF qui achète sa bouteille de rouge paie la TVA !) ont payer la facture : 198 millions d’Euros (montant des pertes), plus 525 millions de dollars (executive Life) et 235 millions d’Euros (Bernard Tapie).
    A cela s’ajoute l’incendie “accidentel” du siège de la Banque à Paris et celui d’une partie des archives au Havre. Et le fait que les comptes de la Banque avait été avalisé par le président de la Banque de France de l’époque à savoir l’actuel président de la BCE (J.C Trichet).

    A vous lire,

  22. Paul,

    J’ai bien aimé votre côté “rentre-dedans” et votre pugnacité hier soir face à cette économiste bien pensante malgré une émotionnalité forte qu’on sentait affleurer dans le ton de votre voix(encore un petit effort à faire pour mieux la maîtriser …)

    Continuez ainsi à mettre les points sur les i … faîtes leur rendre gorge à tous ces margoulins !

  23. Au sujet du temps qu’il fait pendant que l’Europe grelotte dans le froid,

    Le mont Carmel brûle d’un tonnerre de Dieu et de feu en Israël, faut-il y voir un signe je ne sais pas, et puis il y a tout ce que l’on peut apprendre dans le même temps au sujet de wikileaks pourvu quand même que le fondateur de cette initiative puisse encore passer l’année prochaine en bonne santé,

    On se demande parfois pourquoi les dirigeants de la planête s’empressent-ils tant d’interdire la publication et diffusion de certaines choses devenus trop compromettantes, surtout au niveau de la moralité et de la transparence pour les opinions publiques, tant de mensonge.

    Le temps change si vite de nos jours, ha oui j’allais oubliais Wall Street évolue dans le rouge mais efface quand même un peu ses pertes de sang, pauvre monde comme si les gens de Main street n’avaient pas encore besoin d’entendre certaines choses à l’antenne,

    Mais où va le monde,

  24. Je viens de regarder à l’instant l’émission de Taddei du 2 décembre.

    Je dois avouer que quand j’entendais s’exprimer madame l’économiste de service il me venait des interjections comparables (mais moins bien formulées) à celles d’un Mélenchon devant la vidéo du journaliste qui malmène un syndicaliste.

    J’ai lu dans les posts précédents que l’on évoquait la peur comme motif de notre incapacité d’agir. La peur peut-être…. Je pense surtout que notre société a beaucoup fabriqué des « compreneurs » c’est-à-dire des personnes qui comprennent dans le sens qu’il faut qu’ils comprennent.

    Il me semble en effet qu’il y plusieurs niveaux de compréhension :
    0- ne rien comprendre (une multitude de motifs possibles…) ;
    1- comprendre assez où est son intérêt mais pas trop pour ne pas être paralysé. On peut alors agir conformément à cet intérêt ; ce qui produit presque toujours des révolutions violentes ;
    3- comprendre (techniquement) et comprendre pourquoi il ne faut apparemment rien changer. C’est ce qui donne notre société actuelle de « compreneurs » non agissants ;
    4- (com)prendre c’est-à dire prendre toutes les choses ensemble autant que faire se peut et identifier le battement d’ailes de papillon que peut générer un bouleversement significatif, ce qui pourrait probablement aboutir à des révolutions non violentes (physiquement du moins).

    Naturellement on a le droit de me traiter de « compreneur » ou de tous les noms d’oiseaux. Mais je crois qu’il faut établir un lien entre notre niveau de compréhension et notre engagement dans l’action et que ce lien n’est pas linéaire. Bref, la peur n’explique pas tout…

    PS : je n’ai pas très bien compris par quel saut quantique dans l’hyperespace du raisonnement la madame économiste conclut crânement en disant que ‘c’est un problème de société’ que M Jorion ne comprend pas alors que ce denier explique qu’il faut retenir de ce que dit M. M Cantona l’idée d’une révolution. On irait donc faire une révolution, comme ça en sifflotant alors que n’existerait aucune difficulté dans la société. Et je ne parle même pas de ce que l’une arrive à peine à balbutier ce que l’autre a passé beaucoup de jours de son existence à expliquer.

  25. Je viens de regarder à l’instant l’émission de Taddei du 2 décembre.

    Je dois avouer que quand j’entendais s’exprimer madame l’économiste de service il me venait des interjections comparables (mais moins bien formulées) à celles d’un Mélenchon devant la vidéo du journaliste qui malmène un syndicaliste. Attention : je ne dis pas que la dame malmenait qui que ce soit, bien au contraire !

    J’ai lu dans les posts précédents que l’on évoquait la peur comme motif de notre incapacité d’agir. La peur peut-être…. Je pense surtout que notre société a beaucoup fabriqué des « compreneurs » c’est-à-dire des personnes qui comprennent dans le sens qu’il faut qu’ils comprennent.

    Il me semble en effet qu’il y plusieurs niveaux de compréhension :
    0- ne rien comprendre (une multitude de motifs possibles…) ;
    1- comprendre assez où est son intérêt mais pas trop pour ne pas être paralysé. On peut alors agir conformément à cet intérêt ; ce qui produit presque toujours des révolutions violentes ;
    3- comprendre (techniquement) et comprendre pourquoi il ne faut apparemment rien changer. C’est ce qui donne notre société actuelle de « compreneurs » non agissants ;
    4- (com)prendre c’est-à dire prendre toutes les choses ensemble autant que faire se peut et identifier le battement d’ailes de papillon que peut générer un bouleversement significatif, ce qui pourrait probablement aboutir à des révolutions non violentes (physiquement du moins).

    Naturellement on a le droit de me traiter de « compreneur » ou de tous les noms d’oiseaux. Mais je crois qu’il faut établir un lien entre notre niveau de compréhension et notre engagement dans l’action et que ce lien n’est pas linéaire. Bref, la peur n’explique pas tout…

    PS : je n’ai pas très bien compris par quel saut quantique dans l’hyperespace du raisonnement la madame économiste conclut crânement en disant que ‘c’est un problème de société’ que M Jorion ne comprend pas alors que ce denier explique qu’il faut retenir de ce que dit M. M Cantona l’idée d’une révolution. On irait donc faire une révolution, comme ça en sifflotant alors que n’existerait aucune difficulté dans la société. Et je ne parle même pas de ce que l’une arrive à peine à balbutier ce que l’autre a passé beaucoup de jours de son existence à expliquer.

Les commentaires sont fermés.