229 réflexions sur « LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 17 DECEMBRE 2010 »

  1. Constatant l’incurie des instances européennes pour faire face à un risque élevé de crise de la dette souveraine des pays de la zone euro, Jean-Luc Mélenchon s’exclame :  » La banque centrale européenne pourrait tout aussi bien prêter aux Etats au prix qu’elle prête aux banques elles-mêmes ; c’est-à-dire, des fois moins de 1% et avec cela, la crise s’interromprait immédiatement. On nous annonce des années de cure d’austérité, pourquoi ? Pour payer à des banques des taux usuraires qu’on a aucune raison de leur payer, sinon qu’on y a peut-être un intérêt personnel ici ou là, ce qui n’est pas le cas du peuple.  »

    …..et Marielle de Sarnez, vice-présidente du Modem et de l’alliance des démocrates et libéraux au parlement européen d’acquiescer sur l’essentiel :  » Je suis, Jean-Luc Mélenchon, comme vous, de ce point de vue là, pour que la BCE ou un fond monétaire européen puisse prêter directement aux Etats membres en difficulté. Je trouve que c’est un saut que l’Europe devrait faire maintenant. C’est une décision que l’Europe aurait pu prendre et de toute façon, elle va y venir.  »

    Le positionnement du Modem fait date. Il signifie que dans la lignée de partis politiques catalogués sur l’ensemble de l’éventail politique, les centristes préconisent, à leur tour, la sortie anticipée de l’article 123 du traité de Lisbonne qui stipule qu’il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales… l’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne des instruments de leur dette est également interdite. Cette entorse à la constitution européenne, Marielle de Sarnez l’accepte pour sauver l’euro et la structure même de l’union européenne de l’implosion.

    http://www.agoravox.tv/actualites/citoyennete/article/marielle-de-sarnez-vice-presidente-28749

  2. Paul Jorion nous rappelle à bon escient que le Christianisme est basé sur la fiction romanesque de Paul de Tarse . Dans le roman de Paul de Tarse ( Saint-Paul), le narrateur raconte à la première personne sa rencontre avec un spectre, qui lui dit s’appeler Jésus Christ, être mort , ressuscité puis mort de nouveau plusieurs décennies auparavant après avoir accompli des miracles . Rien de plus qu’un roman fantastique avec un narrateur à la première personne .
    J’en ai voulu énormément au vieux curé de mon enfance de m’avoir présenté Paul de Tarse comme le témoin authentique de la vie d’un héros historique réel et non comme l’auteur d’un roman dont le narrateur parle de sa rencontre avec le spectre d’un homme qu’il n’a pas rencontré de son vivant et qui lui raconte son histoire, un bon roman fantastique, quoi !

    J’en ai conclu que la mythologie gréco-romaine est née elle-aussi d’oeuvres fantastiques d’auteurs oubliés, pris eux aussi comme des récits historiques d’ événements réels.
    Quant aux fêtes comme la Toussaint, Noël / l’Achoura musulmane, Pâques …, elles ont toujours existé ( gréco-romaines, druidiques, chrétiennes ….) car elles correspondent aux solstices, aux changements de saison, ce sont des fêtes d’événements naturels.

    Maintenant, veut-on laisser les financiers d’outre-Atlantique continuer de conspirer à l’effondrement de l’Europe pour détourner l’attention de l’endettement bien plus élevé des USA?
    Si l’effondrement de l’Europe financière nous ramène à la domination financière d’une Allemagne entourée de ses satellites, n’est-ce pas la finance elle-même qu’il faut combattre ?

    Pourquoi se plier aux demandes de renflouement des grosses banques qui ont déjà utilisé l’argent du contribuable pour enrichir leurs traders, leurs actionnaires et leur équipe de direction ?

    Pourquoi ne pas montrer du doigt les 9 banques du » club du 3e mercredi du mois » et les attaquer en justice pour récupérer l’argent détourné par leur entente illicite et leurs délits d’initiés ?

    Pourquoi ne pas laisser s’effondrer les banques qui , par rapacité, ont fait des placements hasardeux, en prévenant à l’avance les petits épargnants d’en retirer leur modeste avoir, principalement un livret A ou un LDD, ou encore l’Etat peut assurer le remboursement des petits épargnants jusqu’à une modeste limite, rien au-dessus de cette limite . Ainsi, les états d’Europe ne seraient pas menacés. Renflouer ces banques ne sert qu’à perdre l’argent des contribuables, d’ innocents petits épargnants et à faire tomber des états.

    1. « le Christianisme est basé sur la fiction romanesque de Paul de Tarse  »

      Ha vouai?
      Pour changer, essayé donc de lire les évangiles en supposant qu’il est basé sur l’Amour avec un grand A .

      Il arrive à certains humains, croyants ou pas , de dépasser leur propre culture .C’est toujours par amour ou respect de la vérité .
      Ce n’est pas le christianisme qui est basé sur une soit- disante fiction romanesque mais votre propre croyance , qui évidement , fut perdue.Qui voudrait d’un foi imbécile?

      Note d’espoir, on peut continuer à recevoir des cadeaux sans forcément continuer à croire au Père Noël.

    2. à mianne,

      le christianisme de cet époque c’est avant tout le culte des martyrs. jetez y un coup d’oeil et vous saisirez pourquoi nos ancêtre avaient besoin de croire dans des fables positives plutôt que dans un quotidien ultra-violent.
      pourquoi rien ne se fait en terme de fraude bancaire? mais c’est simple: tous ces gens fréquentent les mêmes endroits, dinent aux même tables et marient leurs enfant entre eux, après les avoir envoyer dans les mêmes écoles.

      la circulation circulaire des privilèges. nous devrions nous battre contre les privilèges plutôt que pour l’égalité qui nous oblige à la définir.

    3. @ l’ami des anges et des cocottes en papier
      La version présentée par Wikipedia au sujet de Paul de Tarse n’est pas la seule version, heureusemen,t mais elle semble en être une concoctée par le clergé pour accréditer de sympathiques fables fantastiques en les présentant comme des vérités historiques .

      Comme toute bonne fable, reprise par Esope, La Fontaine et bien d’autres, celle du spectre Jésus racontant sa vie au narrateur du roman de Paul de Tarse fut reprise par des Jean,, Mathieu et Cie et présentée comme une vérité historique. Les enfants ont besoin de merveilleux et ce n’est pas dérangeant jusqu’au moment où l’on déclenche des croisades et des guerres de religion en s’appuyant sur ces fables .

    4. Mianne,

      Soit (Ainsi il). Comment peut-on expliquer que tant de gens aient cru aveuglément à ces « fables » alors que pour The Fontaine par exemple ils ont bien compris qu’il était plus judicieux de regarder la lune que son doigt ?

    5. « jusqu’au moment où l’on déclenche des croisades et des guerres de religion en s’appuyant sur ces fables  »

      Dois je vous rappeller que lorsque l’on est prêt à faire violence , tout est bon à prétexte ?
      Et dés lors , si l’on en venait à tuer en votre nom , cela voudrait il dire que êtes condamnable?

  3. N’empêche , à ce jour , l’euro résiste mais ne meurt pas .

    Certes, comme toute chose , il a une durée de vie .
    .Un événement important reporte l’échéance au loin .

    Repasser au franc ou au mark serait suicidaire :
    « quoi, combien cette baguette de pain ? Mais tu l’a veut dans ta gueule, dis? »

  4. Après Jacques Attali — « comprendre l’Allemagne » , panique et hystérie–
    voilà que Paul s’y colle — histoire franco-allemande et boule de cristal —
    Pourquoi l’ Allemagne fait-elle peur actuellement ?
    A quoi pensent les Allemands?

    Elle a des problèmes, beaucoup de problèmes.
    Ceux qui, souvent français, bavent secrètement d’envie devant sa santé
    aiment à le rappeler.
    Mon avis est que j’aimerais bien avoir un horizon allemand comme futur.

    En tout cas, l’ Allemagne peut tout se permettre, ou presque, par exemple
    avoir des gouvernants figés dans une idéologie désuette. (et je suis
    modéré…)

    J ‘imagine mal le blog de Paul transposé en Allemagne,
    avec ses discussions théoriques et abstraites.
    Vu de loin, il semble que les allemands n’ aiment pas les questions existentielles.
    Nous n’en avons que de vague retour; la barrière de la langue peut-être (?).
    Ils peuvent se le permettre. Mais ils FONT; Ils agissent.
    Par exemple, en France les SDF sont en danger de mort en hiver.
    Pas en Allemagne.

    L’ Allemagne est devenue l’usine du monde, la manufacture quasi universelle, l’endroit où sont fabriqués des biens matériels dont le Monde
    a besoin. Car elle répond à une demande.
    La seule chose qu’elle impose, c’est un réputation largement usurpée:
    son industrie est devenue insensible aux variations des prix.

    En fait, ce qui est nouveau, utile et pas cher est souvent allemand.
    Oubliez les bagnoles haut de gamme, pensez crayons et casseroles…
    et productions agro-alimentaires. Qui aurait imaginé que ce pays
    à haute densité de population et défavorisé par la nature et le climat
    devienne le premier producteur agricole européen ?

    Les latins peuvent faire la moue devant une « production »
    si prosaique, c’est oublier que les techniques et la technologie
    portent en elles la Culture, l’imagination et la créativité.
    Si on y inclut l’ Art, on n’est pas loin de la satisfaction
    de l’éventail des aspirations humaines.

    Le malaise français devant l’ Allemagne n’est que le reflet
    de nos faiblesses: nous n’aimons pas le réalisme et le concret.
    Nous méprisons le monde industriel, en confondant la fonction
    -produire des biens matériels attractifs et utiles- avec une organisation
    politico-économique nullement pré-déterminée.

    L ‘ Education (nationale) à travers mille petites décisions
    fait son possible pour saboter la formation professionnelle.
    Ce par quoi elle ne fait que retranscrire les pésupposés des élites
    intellectuelles: un homme (H/F) sortant d’une manufacture
    ne saurait être qu’une brute à l’horizon limité.

    Les politiques préfèrent nous vendre une société de service
    ou bien du béton.
    Le béton à l’avantage politique de la rapidité et de l’efficacité
    dans l’emploi des crédits publiques; croissance garantie sur chiffres
    et banques rassasiées. Mais il est stérile.
    L’ Espagne le montre bien: elle a utilisé 20 ans d’ aides européennes
    de mise à niveau en bétonnant ses rivages, en autoroutes et en logements privés.
    Le résultat est … du béton invendable, des paysages massacrés,
    20% de chômeurs et un sytéme bancaire drogués à l’immobilier.

    Reste la mythique Société de services.
    Il sera assez tôt pour s’apercevoir que même les employées
    de maison et les livreurs de pizza, tous transformés en larbins,
    seront encore trop nombreux et trop couteux. Les chaâarges,
    vous dis-je !
    Quant à une société Internet : tous a vos compilateurs Java !
    Peut-être tous vendeurs de produits artisanaux?
    C ‘est peut-être cela l’empire des marchands à la française?

    Attendons que l’ Allemagne croule sous ses problèmes,
    ou bien attendons qu’elle nous montre la voie de la
    décroissance par attrition démographique.
    On peut rêver, mais j’ai l’impression que les « problèmes »
    allemands sont plus facilement solubles que les notres.
    La mittel europa, qui n’a jamais vraiment cessé, est déja dépassée…

  5. Je ne sais pas si c’est la recherche de la paix ou du profit qui a induit les étapes de la création de l’Union Européenne finalement plus commerciale que politique, mais ses grands pères fondateurs Spaak, Schuman, de Gasperi, Adenauer, tous chrétiens meurtis par la guerre craignaient probablement plus les massacres entre peuples que la stagnation économique.
    J’imagine seulement, comme Paul Jorion, que l’explosion possible de l’Union favorisera la renaisssance d’un St Empire Germanique. Continuité historique ? En tout cas, nécessité de se placer dans un contexte historique pour analyser le présent et de ne pas penser seulement en fonction des taux d’intérêts, encore que…

  6. Allemagne : projections démographiques de 2005 à 2050.

    L’Allemagne perdrait 13 700 000 habitants en 45 ans (soit une moyenne de 304 000 par an), dont 4 680 000 durant la décennie 2040-2050 (soit 468 000 par an).
    Et cela malgré l’immigration annuelle de 100 000 personnes.
    La population de l’Allemagne passerait de 82 438 000 habitants en 2005, à 68 743 000 habitants en 2050.

    Les gens de plus de 60 ans feraient plus de 40 % de la population en 2050.
    Les gens de 20 à 60 ans feraient 44 % de la population totale.
    Les « moins de 20 ans » se retrouveraient au nombre d’un peu plus de 10 millions (15 % de la population totale).

    http://www.destatis.de/presse/deutsch/pk/2006/Bevoelkerung_Varianten.pdf

    Je ne sais pas si vous avez bien lu cette phrase : en Allemagne, « Les gens de plus de 60 ans feraient plus de 40 % de la population en 2050. »
    Autrement dit : l’Allemagne est le pays du monde qui vieillit le plus (avec le Japon).
    L’Allemagne est en train de devenir un pays de vieillards.

    Pronostic : l’Allemagne ne reconstituera pas un Empire germanique pour ces deux raisons :
    1- La présence de bombes atomiques dans les pays européens, et du bouclier atomique de l’OTAN.
    2- La démographie de l’Allemagne.

    Donc arrêtez d’avoir peur.
    Arrêtez d’avoir peur d’un peuple de vieillards.

    1. BA, tu as oublié:

      3- Quand les Chinois sauront faire ce que l’Allemagne exporte, elle deviendra une friche industrielle comme les autres.

  7. Inconscient ? Vraiment ?

    « La question de l’euro et de sa survie est clairement posée en Allemagne. Hans-Olaf Henkel, ancien patron des patrons, et europhile convaincu, prêche désormais pour l’éclatement de la zone euro et l’émergence de deux euros, un pour le Nord, un pour le Sud. Ce sentiment grandit outre-Rhin et explique nombre de choix de la chancelière. »

    http://www.marianne2.fr/Comment-les-Allemands-deviennent-eurosceptiques_a200596.html

Les commentaires sont fermés.