LES LEÇONS DE L’HISTOIRE

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Une chose est claire avec le recul : il aurait fallu empêcher le pouvoir de l’argent d’envahir l’exercice du gouvernement. Aux débuts des États-Unis d’Amérique, Jefferson s’est battu pour une république de citoyens, Hamilton, lui, pour une république des marchands. S’il fallait le rappeler, c’est Hamilton qui a gagné.

Au XXe siècle, les von Mises, les von Hayek, ont rédigé la charte d’une prise de pouvoir irréversible par les marchands, qui seraient les nouveaux aristocrates d’une nouvelle féodalité. Ils ont gagné : l’esprit d’Hamilton a alors envahi l’Europe et il serait cruel d’en rappeler les symboles les plus voyants, en Grande-Bretagne, en France, et il y a quelques jours seulement, en Belgique.

Le baroud d’honneur d’une Europe des citoyens fut le refus par les peuples du Traité de Rome II. La prise de pouvoir par l’argent était cependant déjà si avancée, que le vote des citoyens fut tout simplement ignoré, et sans conséquences immédiates.

Les conséquences à plus long terme se font sentir maintenant : une zone euro qui, de soubresaut et soubresaut, n’en finit pas de mourir, compagne de misère d’États-Unis d’Amérique en banqueroute frauduleuse.

Il faut rebâtir des nations de citoyens, il faut reconstruire une Europe des citoyens. Il faut s’assurer que les marchands, à qui l’on déroule aujourd’hui le tapis rouge, cessent d’écrire les lois à la place du législateur. Il faut que le vote cesse d’être censitaire. Dans sa version avancée, aux États-Unis, une Cour Suprême hayekienne a décidé que le vote des citoyens interviendrait après celui des compagnies : « À chacun selon son magot ! »

Rétablir des républiques de citoyens, une Europe des citoyens, est une bataille difficile. Son principal atout cependant : la déroute de la république des marchands, déjà visible à nos yeux.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction numérique en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

305 réflexions sur « LES LEÇONS DE L’HISTOIRE »

  1. bonsoir,
    merci pour cet article
    pendant ce temps le dow jones bat un record annuel en after, à 12500 points, c’est l’inflation des actifs cotés en dollars et des bénéfs des multinationales, qui prospèrent en prenant la gouvernance totale du monde développé – que faire ? êtes-vous parés à boycotter les multinationales (votre employeur peut-être, votre FAI, votre hyper de quartier, vos chaines de commercants franchisés ou filiales comme le groupe mulliez par exemple, votre voiture et le carburant qui va avec, les consoles de jeux de vos enfants, vos tél portables etc …) – c’est donc
    un cercle vicieux auquel nous participons tous, pour leur plus grand confort …
    Chacun individuellement, on peut faire un effort, mais le monde qui émerge, pourquoi le ferait-il ? Apple fait 41% de marge et surpasse les prévisions des analystes, l’avenir c’est le bonheur virtuel avec 1000 balles par moi pour 50% de la population minimum …

    je viens d’acheter une XM 2.000E 87.000kms turbo diesel 1ère main, elle sonne pas quand on met pas la ceinture, le pied 🙂 ça fait du bien l’odeur d’une époque d’insouciance et d’un peu de liberté …
    venez à la campagne avec nous, on a besoin de monde, ça se meurt mais c’est tellement beau et on peut y produire les produits de demain : énergie et alimentation plus propres, notre seul avenir, pas les mégapoles de millions de fourmis décérébrées …

    1. Pour l’instant les cours des actions US montent parce que le dollar baisse et que les acheteurs ne croient pas à une répercussion directe de l’inflation américaine sur l’activité économique des entreprises cotées (dont l’activité n’est pas uniquement aux USA).
      En d’autres termes, pour les investisseurs, la valeur des entreprises ne baisse pas proportionnellement à celle du dollar. Evidemment, si le capitalisme agonise, la valeur risque de baisser en conséquence…

    2. Il y as de la place pour une vielle mamie à faible ressources sans voiture a la campagne
      Si oui je suis preneuse

  2. @philippe

    Philippe – Un homme en colère, espérant que d’autres suivront…

    on est des millions dans ton cas, moi aussi j’ai choisi la fuite, en 1994 de Paris vers le Tarn, dans la forêt, sans portable avec un revenu < smic au début, mais avec internet dès 2001 quand même, je me réjouis de voir les biches au réveil … c'est moins glorieux que les barricades, c'est égoïste, cependant je vis m décroissance de consommation depuis 15 ans, dans mon coin … le potager et les joies d'un petit bout de campagne protégé patrimoine national, sans feu rouge ni ronds points ni beaucoup de voitures d'ailleurs, me rendent un temps soit peu heureux de vivre 🙂 ça n'élimine pas le RSI et autres joies fiscales, mais on a le sentiment d'une liberté retrouvée, celle des années folles ou des années 60 …

    je précise que malgré le thème de mon blog, je ne suis pas propriétaire ni endetté

    12509 le dow, grâce à nos achats chez Apple … (j'ai deux MAC, faut dire que c'est le top, et oui, tous coupables de l'hégémonie des multinationales).

    amicalement,

    et merci pour tous vos commentaires, je me sens moins seul mais on ne changera pas le monde avec des idées, d'autant qu'elles sont soigneusement "planquées" par les grands médias, sauf à manquer de pain, je ne vois pas le français prendre la serpette et aller couper la tête du Roi …

    1. Bonjour Olivier,
      Point d’égoïsme à vivre loin de barricades qui n’existent pas…
      Pas plus égoïste non plus que la majorité qui saccagent la planète par leur consumérisme effréné…
      Ce dont j’ai peur, c’est qu’à un moment soient votés des lois interdisant votre mode de vie “trop indépendant”, à l’image du contenu de la loi loopsi dont un article traite de l’expulsion directe de logement classifiés “insalubres”, qui menaçait de mettre à la rue foule de gens qui n’avaient d’autres choix que vivre dans des gourbis, mais leur assurait tout de même un toit…
      Si on laisse faire, être pauvre deviendra un délit… voir les divers arrêtés contre la mendicité dans certaines communes touristiques (faut surtout pas gêner les riches qui viennent claquer leur pognon avec l’image de guenilles)
      En tout cas, merci de votre commentaire et bravo pour avoir fait le bon choix…
      Amicalement – Philippe

      1. Il n’ y a pas d’égoisme , puisque cette solution individuelle est la seule façon d’induire une solution collective …..tout en vivant selon ses principe, plaisamment contrairement a ce que croient les “addicts” , et de fait assez facilement .
        En essayant surtout pas de se regrouper , sans refuser AUCUN contact , des gens comme Olivier peuvent etre une force suffisante pour etre déterminente qd le système s’écroulera . En efet , A l’image de la toupie , et de son inertie dynamique , qd elle perd de la vitesse , le moindre gravier prend de l’importance pour perturber le système .

      2. Bonjour Kerkoz
        Le choix de se “déconsummériser” vient d’une réflexion basique : De quoi ai-je réellement besoin pour vivre et qu’est ce que ça me coûte réellement (en argent, efforts ou “sacrifices”)…
        Sans encore avoir pu rejoindre la campagne, pour causes professionnelles, et cultiver me propres patates, j’ai réussi à réduire mes besoin pour ne pas nécessiter un revenu mensuel supérieur à 800 €…
        Je roule en vélo ou prends les transports en commun, je surveille ma conso. d’énergie avec une facture mensuelle de moins de 35 euros (en Espagne alors que le prix de l’électricité est supérieur à celui de la france) – Cet hiver, entre novembre et fin février, en chauffant à 16º le 75 m2 que je loue, j’ai dépensé 4 bouteilles 13kg dans mon chauffage à gaz. J’achète ma bouffe (et celle de mon berger allemand) et produits d’hygiène en hard discount pour un budget de 25€ par semaine…
        Avec ça, j’arrive à économiser plus ou moins 50 € par mois qui me permettent de renouveler le vestimentaire lorsque c’est nécessaire… et j’arrive à me payer un pot au café avec les copains de temps en temps.
        Je ne vais pas au cinéma, pas au théâtre, pas aux concerts, j’emprunte les livres à la bibliothèque de quartier… Sauf quand l’occasion se produit d’événements culturels gratuits, et si le cœur m’en dit… De toute façon, avec internet, pas de soucis côté culture…
        J’ai juste ouvert les yeux sur moult concepts :
        Manger pour vivre…
        Le cinéma c’est du bourre mou…
        La mode ne rend pas intelligent…
        Par contre, pour gagner mes 800 balles mensuels, je n’ai pas besoin de bosser comme un esclave et j’ai le temps de vivre avec la nature, lors de randonnées régulières que je peux m’offrir pendant que tant d’autres sont obligés de trimer comme des dingues, bourrés de tranquillisants, juste pour rembourser le crédit du nouveau “frigo américain qui fait les glaçons tout seul”…
        C’est un choix, qui semble impossible à des millions d’addict’s dont vous parlez, mais de totues façons, pour une grande majorité d’entre eux, à plus ou moins court terme, ce mode de vie deviendra incontournable par force de l’appauvrissement et du déclin du système ; Autant s’y accoutumer le plus rapidement possible, non ?
        Alors, disons qu’Olivier et moi (et tant d’autres) aurons une longueur d’avance…
        Bien à vous – Philippe

      3. http://the-beatles.yellow-sub.net/chanson/beatles/paroles-lyrics/Taxman-88.html

        Laissez-moi vous dire comment ça va se passer
        ça fait 1 pour vous et 19 pour moi
        Parce que je suis le percepteur, ouais, je suis le percepteur
        Au cas où 5% paraîtraient trop peu
        Soyez-moi reconnaissants de ne pas tout prendre
        Parce que je suis le percepteur, ouais, je suis le percepteur
        Si vous conduisez une voiture, je vais taxer la rue
        Si vous essayez de vous asseoir, je vais taxer le siège
        Si vous avez froid, je vais taxer le chauffage
        Si vous voulez marcher, je vais taxer vos pieds
        Percepteur
        Parce que je suis le percepteur, ouais, je suis le percepteur
        Ne me demandez pas ce que je veux en faire (Ah ah, monsieur Wilson)
        Si vous ne voulez pas payer un peu plus (Ah ah Mister Heat)
        Parce que je suis le percepteur, ouais, je suis le percepteur
        Maintenant, mon conseil pour ceux qui meurent (percepteur)
        Déclarez les pennys sur vos yeux (percepteur)
        Parce que je suis le percepteur, ouais, je suis le percepteur
        Et vous ne travaillez pour personne d’autre que moi
        Percepteur

        Une longueur d’avance ?
        Ne vous en faites pas, ils sauront bien vous rattraper !
        800 € pour le moment vous suffisent, l’hiver prochain vous chaufferez seulement à 14°, puis vous ne mangerez qu’une fois par jour, puis vous arrèterez totalement le chauffage, puis vous ne mangerez qu’un jour sur deux, et puis ils vous mettront une taxe sur le chien, sur les poules de kercoz, une anecdote, pour voyager en train un billet est nécessaire pour tout animal quel qu’il soit, un controleur a voulu, un jour faire payer quelqu’un qui transportait un vivarium avec des escargots : un billet pour chaque escargot !!!!
        Bientot les controleurs viendront vous chercher des poux sur la tête pour vous faire payer un billet pour chaque pou !!!
        Et ils compteront aussi les puces du chien !
        Les choses sont ainsi faites que la finance a toujours faim, toujours de plus en plus faim !
        La seule façon de s’en sortir est de prendre le maquis !
        Y a-t-il assez de maquis pour tout le monde ?

      4. Louise,

        Toujours, d’une trés grande lucidité !
        Tant que la bête n’est pas mise à bas, elle continuera, quelque soit notre manière d’être, car il s’agit de “consommer”, bref de nous sommer d’être C–s ! et d’en prendre pour perpette avec la Dette …

  3. @Paul Jorion
    Apple as Big Brother
    Si vous avez un iphone ou un ipad avec GPS, vous serez content d’apprendre que Apple a enregistré tous vos déplacements depuis plus d’un an, sans votre permission et sans vous le dire:
    VOIR ICI
    Je propose un boycott et une plainte aux tribunaux demandant dommages et intérêts!
    Il faut faire manger son chapeau au big brother quand on le prend la main dans le sac…

      1. Et pas que pour tous les téléphones! La surveillance se complexifie, s’intensifie, insidieusement, mais ceux qui n’ont rien à se reprocher n’ont même pas besoin de le savoir…

        À Grenoble, par exemple, tous les budgets concernant la vidéo-surveillance sont votés dans des sous-commissions afin d’éluder un débat public embarrassant.

        Les synergies force publique/opérateurs privés sont amenées à se développer, contrairement à l’information des citoyens sur les nouvelles méthodes de contrôle.

  4. 1- Action.

    Depuis 37 ans, il y a eu une action : construire une Europe supra-nationale.

    Cette action a été une catastrophe.

    Il aurait fallu partir de l’existant.

    Il aurait fallu partir de ce qui existe : le sentiment national.

    Et en utilisant ce sentiment national, il aurait fallu construire une autre Europe : l’Europe des Etats indépendants.

    Au lieu de ça, on a construit une usine à gaz sur quelque chose qui n’existe pas : le sentiment de solidarité entre les peuples européens n’existe pas.

    Depuis 37 ans, nous nous sommes dirigés vers la falaise, nous avons marché sur le vide, et nous avons construit l’Europe supra-nationale sur le vide : ça me rappelle les dessins animés !

    Comme dans les dessins animés, on est en train de toucher le sol au-dessous de nous pour voir si le sol est bien là !

    Mais au-dessous de l’Europe supra-nationale, il n’existe pas de fondation !

    Au-dessous de l’usine à gaz supra-nationale, il n’existe pas de sentiment de solidarité entre les peuples européens : l’usine à gaz va donc s’effondrer. L’Europe supra-nationale va s’effondrer.

    2- Réaction.

    Cet effondrement est une réaction : nous allons assister au retour de l’extrême-droite anti-européenne, partout en Europe.

    Sondage : Le Pen au second tour de la présidentielle quels que soient ses adversaires.

    Un sondage exclusif Harris Interactive pour «le Parisien »- «Aujourd’hui en France» sur les intentions de vote pour le premier tour de la présidentielle 2012 confirme à nouveau la percée du Front national.

    Si les électeurs étaient appelés aux urnes ce week-end, Marine Le Pen se qualifierait pour le second tour, même si c’est parfois de justesse. Et ce quel que soit son adversaire : Nicolas Sarkozy pour l’UMP, Dominique Strauss-Kahn, François Hollande, Martine Aubry ou Ségolène Royal pour le PS.

    http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/sondage-le-pen-au-second-tour-de-la-presidentielle-quels-que-soient-ses-adversaires-20-04-2011-1415975.php

    1. Il a fallu plus d’un millénaire et une Révolution pour que les “nations” celtes puis franques constituent une “nation” française et un petit siècle (et de gros conflits) pour que les autres européens (non iliens) en fassent autant chaqun de leur coté.
      Ceci pour dire qu’une génération pourrait probablement suffire à reconstituer l’Europe en tant que sentiment national vécu. Quel prix faudra-t-il payer pour cela?

    2. Dernière imposture que cette poussée de l’extrême droite! Les pauvres cancres qui voteront Le Pen pleins d’espoirs déchanteront tout aussi vite que ceux ayant porté Nanoléon à la tête du pays. Il n’y a aucune vision de transformation sociale ou de progrès dans le programme du FN, tout juste des critiques bileuses des politiques en cours et les promesses absurdes de revenir à une situation antérieure, jugée meilleure… irrationnel au possible! La peur du futur et bien plus forte chez les fafs que leur envie de le construire!

      Sur l’Europe, concrètement, en dehors de postures électoralistes, que propose le Front National?
      Réponse: l’organisation d’un référendum pour savoir si la France doit reprendre son indépendance vis à vis de Bruxelles au cas où tous les autres Etats membres (dans l’hypothèse où ceux-ci seraient aussi passés aux mains des fafs) ne s’aligneraient pas sur la politique du FN, essentiellement axée sur l’épouvantail basané et un patriotisme désuet. Il n’est aucunement question de lobbys industriels, puisque dans l’imaginaire du FN, les politiciens gouvernent.

      Mais qu’est-ce que cette politique du FN?
      Son programme économique et social sonne désespérément creux, entre deux citations d’Alain Cotta grossièrement orientées et un retour au franc censé booster les exportations, il n’y a pas même l’espoir d’entendre parler d’un début de questionnement sur l’utilité d’une croissance effrénée, d’une décorrélation travail/revenu, d’une refonte du droit de la propriété privée, de l’abolition de l’usure ou de quoi que ce soit de pertinent pour sortir de l’ornière capitaliste si violemment décriée.

      Alors je me délecte par avance du désarroi des électeurs du FN, à qui nous devrions tous expliquer en quoi ses critiques acerbes déployées contre la finance sont pompées ici, chez Lordon ou ailleurs dans l’unique but de s’arroger le pouvoir et non de proposer des solutions radicales aux ennuis que connaissent nos concitoyens.
      Nous pouvons toutefois nous féliciter de la propagation de bonnes idées et analyses jusque dans les cervelles de fafs, qui commencent tout juste à comprendre comment ça marche. C’est un bon début, l’avenir devra être bâti aussi avec eux.

      1. @Pipas

        Il n’y a pas à se réjouir d’une quelconque “révélation” des méfaits de l’ultralibéralisme dans les cerveaux de sauce blanche de l’électorat d’extrême-droite. Tout simplement parce que ses thèmes là ont toujours fait partie de leur fond de commerce “naturel” depuis Maurras jusqu’à la Marine Nationale en passant par Pétain, Tixier ou Le Pen, à travers les dénonciations récurrentes du “Cosmopolitisme”, du “Libre-échangisme”, du “Parti de l’étranger”, de la “Finance déterritorialisée”, du “Grand Capital américano-sioniste”, “Intérêts occultes et supranationaux”, des “Multinationales apatrides”, de la “Juiverie internationale”, j’en passe et des meilleures…
        Non, vraiment rien de nouveau sous le soleil, si ce n’est que la disparition de la nécessité de la rhétorique anti-communiste laisse toute la place à ces thèmes dans la doctrine et le discours “national-économique”, rameutant ainsi d’autant plus facilement les suffrages d’électeurs “compagnonnant” plus ou moins avec les idées communistes, manœuvre qu’au demeurantl l’extrême-droite française a toujours su exécuter aussi.

      2. « Les pauvres cancres qui voteront Le Pen pleins d’espoirs déchanteront tout aussi vite que ceux ayant porté Nanoléon à la tête du pays », sans compter « les cerveaux de sauce blanche de l’électorat d’extrême-droite »
        Vous avez raison. Débarrassons-nous vite de cette partie du peuple matériellement et intellectuellement trop pauvre, incapable de savoir ce qui est bon pour lui car trop primaire, place aux experts auto-proclamés qui prolifèrent sur ce blog avec chacun sa petite solution, sa petite pierre à apporter au grand et merveilleux village planétaire-bisounours dirigé bientôt par de vrais spécialistes es-bonheur-du-monde auto-désignés dans le confort feutré des « salons de réflexion, là ou on cause sérieux », rejoignons vite les Jacques Attali et autres DSK, notre futur et inévitable Président de la République que vous élirez sans peine, pour cela je vous fais confiance.
        Et tiens, commençons par renforcer l’Europe supra-nationale, le déni de démocratie du TCE, oublié, le fait que le peuple écœuré ne vote plus aux élections européennes, pas plus d’ailleurs qu’aux élections locales (ah, la démocratie de proximité, ou participative, comme on veut, quelle belle idée, dommage que cela ne marche pas) qu’importe, restons fermes et jetons aux poubelles de l’histoire les nations porteuses de haine et de divisions, forcement archaïques et xénophobes.
        Vous n’avez pas l’impression de temps en temps d’être les éternels cocus de l’éternelle recomposition de la gauche ? Cela fait vingt ans que vous essayez de contourner par la gauche le monopole PS, d’ATTAC, explosé en plein vol sous la pression du Black Block, en passant par les Alternatifs recyclés en RESF, les Verts rebaptisés EELV mais toujours aussi libéraux-libertaires, et le PG maintenant, recruteur de voix pour le PC aux prochaines législatives, quand il faudra causer sérieux, c’est –à-dire alliance électorale, c’est-à-dire répartition des postes éligibles, c’est-à-dire distribution des parts du fromage.
        Cela dit, ne vous inquiétez pas, le peuple méprisable se gardera bien de venir débattre sur ce blog, il ne vous agressera pas avec ses rancunes, ses impatiences, ses idées tout droit sorties du café du Commerce, vous pouvez continuer tout seuls, entre gens de bonne compagnie à reconstruire le monde entre deux lamentations sur l’incurable bêtise des bourgeois et de leurs valets bien payés. Non, le peuple, s’il existe encore, ne vous dérangera pas, il vous ignorera, il fera ou non sa révolution, mais sans vous demander votre avis.

      3. @Vladimir

        Ah ouais ? Et c’est toi la voix du peuple ?
        Toi qui gloses en expert des sensibilités corpusculaires de mouvements plus ou moins groupusculaires alternatifs au PS ? Toi quo parais pouvoir nous toucher une dissert digne de Sciences-Po sur l’entrisme merlucho-blackrockeur au coeur de la fraction nèo-marxienne d’ATTAC, en réalité noyautée par les crypto-libertariens de l’aile atlantiste de Greenpeace soutenue financièrement par le WWF, lui même aux ordres de la NSA ?
        Et de toutes façons, qui veut me parler au nom du Peuple m’incite à passer mon chemin. Le Peuple, moi, connais pas . Pas été présenté . Désolé. Je connais les “pauvres”, j’ai même la prétention d’en être et ils votent pas tous FN, très loin de là, en tout cas pour ceux dont je peux témoigner. Alors assimiler Peuple à pauvres puis pauvres à FN, désolé, non. Pauvres d’esprit l’électeur FN, ok, mais pour le reste, non. Et s’en prendre à la bêtise et à l’ignorance, seraient-ce celles de l’électorat frontiste, ce n’est pas s’en prendre au “Peuple”. C’est s’en prendre à la bêtise et à l’ignorance et à ceux qui en usent et en vivent, point.
        Quant aux révolutions des masses populaires qui ne demanderaient pas l’avis du petit ou du grand bourgeois, laisse moi rire. D’ailleurs, qui étaient les plus enragés lors des massacres de septembre 1792 ? D’après toi ? Qui étaient les “septembriseurs”, les massacreurs. les “bûcheurs” ? … Ben ouais, de bons petits bourgeois, des artisans, des commerçants. Les mêmes que ceux qui saluaient Pétain en 40 ou qui votent pour le père puis la fille aujourd’hui.
        Le Peuple ! Le Peuple ! Le Peuple ! Tu m’en diras tant !

    3. @BA

      le sentiment de solidarité entre les peuples européens n’existe pas.

      Parce que le “sentiment de solidarité” national existerait tellement plus peut-être ?
      Et votre rêve “d’Europe des États indépendants”, ce ne serait pas même un improbable équivalent de feu la CEI. Non, juste l’Europe de 14 ou celle de 40 L’Europe ne peut être qu’une ambition fédérale, sinon rien.
      Quelle nation européenne en dehors des institutions de l’UE agit réellement pour la préservation d’un minimum de droits de l’Homme ? Qui en dehors d’elles tente et peut s’opposer à la superpuissance des oligopoles ou monopoles ? …
      Qui peut m’affirmer que le libre-échangisme et la financiarisation débridée n’auraient pu s’épanouir en Europe sans l’UE comme ce fut déjà le cas dans la période ultra-nationaliste de la fin du XIXè et jusqu’en 1914 ? Huh ?
      Ma connclusion à vos développements vaseux ? pas d’alternative et un seul mot d’ordre pour tous ceux qui veulent réellement sauver l’espérance et la paix dans ce continent de toutes les horreurs : défendre l’union européenne à tout prix. Contre vous BA et tous ceux que vous dénoncez en en étant pourtant objectivement si proche.
      Vous n’avez rien compris au billet de Jorion. Que vous ne soyez pas le seul et peut-être pas le pire dans ce cas ne vous exonère pas de cette cécité volontaire ni de cette complicité de fait avec les pires nationalistes, fût-elle involontaire.
      J’ai mis un an pour comprendre ici cette évidence. Il serait temps de s’y mettre et de sortir de vos mantras anti-européens convenus autant qu’irresponsables. Il serait temps d’ouvrir les yeux et de voir enfin où sont les vraies priorités.
      Dans le cas contraire, vous ne feriez que confirmer le bien fondé de mon pré-jugement quant à l’endroit où placer votre action et vos dires (dans une logique à la Carl Schmitt ! ) : le camp de l’ennemi.

      1. Nous, nonistes, nous ne dirigeons pas la France depuis 37 ans.

        En revanche, les ouistes dirigent la France depuis 37 ans : leur responsabilité est TOTALE. Les dirigeants ouistes et aussi les citoyens français qui votent pour les ouistes sont TOTALEMENT responsables de ce qui est en train de se passer. L’Histoire vous jugera, les gars.

        Et à mon avis, l’Histoire vous jugera très sévèrement.

        Le seul point d’accord que j’ai peut-être avec Vigneron, c’est quand Vigneron écrit :

        “L’Europe ne peut être qu’une ambition fédérale, sinon rien.”

        Nous sommes peut-être d’accord.

      2. Tant qu’il n’existera pas d’équipe d’Europe de football, nous n’aurons que des armée de hooligans mal embouchés. 🙂

      3. C’est vrai, il faudrait plusse d’europe, mais pas de cette europe ultra-lib qui prétend être une solution alors que tout le monde voit que ce n’est pas une solution viable.
        Ce qu’il ne faut pas c’est une gouvernance politique unique, et surtout pas ultra-lib, mais une base commune de démocratie, ce qui est à peu près acquit, une base fiscale commune, et c’est très important dans la zone la + riche du monde, une base de droits sociaux élevée, pas de dirigisme économique, un système de compensation des différences de revenu national, et autres.

        Le vote FN ne concerne pas son programme, que personne ne lit, il contient quelques % de très conservateurs, une bonne part de racisme anti-tout, et surtout un vote de protestation, et c’est l’essentiel du problème des modérés aveuglés par le mirage du libéralisme et de la mondialisation que refuse de + en + l’électeur.

      4. L’histoire les jugera bien puisque ce sont eux et leurs descendants, restés au pouvoir par notre immobilisme collectif et coupable, qui l’écriront…
        Voyez de quelle manière “on” remanie les programmes scolaires pour arranger l’histoire de sorte à ce qu’elle colle avec les décisions d’aujourd’hui sans choquer les élèves…

      1. @schizosophie

        N’empeche que tout ce qui repousse tant soit peu les frontieres est bon à prendre, même si l’actualté semble montrer que Schengen pourrait bien avoir juste déplacé la ligne bleue des Vosges en gare de Vintimille…

      2. ////@schizosophie

        N’empeche que tout ce qui repousse tant soit peu les frontieres est bon à prendre, ////

        Bien sur ! les comunistes l’ont rèvé , les libéraux vous le font :
        “”””L’international sera le genre humain “””

      3. @Vigneron
        Vu territorialement ok, mais les frontières des imaginaires… et les actes subséquents à celles, closes et bureaucratiques, au nom desquelles les douanes devenues volantes creusent des siphons de circulations humaines, pudiquement nommés centres de rétention administrative, et regardent s’égailler les marchandises…, même si parfois un conteneur de produits interdits est visité à Malte.

        Maastricht, etc. comme un contraste entre le traitement des choses et celui des hommes, entre l’accueil de la richesse du monde, tel de l’uranium nigérien, et le rejet d’autochtones d’ailleurs. De quoi rendre chêvre quiconque ne ferait que compter ses choux.

        Ne lisez dans cette dernière phrase nulle allusion à monsieur Seguin et encore moins à un pourfendeur de d’épargnant-rentier qui sait que nul vin n’est naturel, seulement une concession à la mode nostalgique d’un chez nous d’ici. Pas d’intention paulémique paulitique.

      4. @kercoz

        Je vois que j’avais bien fait de ne pas finir ma phrase de la façon initialement prévue. Vous l’illustrez bien mieux que je n’aurais su faire. Pour mémoire la fin de phrase caviardée par moi même :

        “N’empêche que tout ce qui peut repousser tant soi peu les frontières est bon à prendre, comme peut l’être tout ce qui parait repoussant pour l’abominable homme des neiges kercozien…”

        Merci pour votre Bon A Tirer. Que dis-je BAT ! Votre Imprimatur ! Monseigneur…

      5. @Schizo :
        ///Votre usage des guillemets pourrait générer de lourds malentendus, potentiellement contentieux/// Je me défendais mieux a 200m et avec un FSA..
        Mais je causais plutot au sieur Vigneron quoique vous me semblez partager ses illusions globalisatrices .
        Notre probème est que sur l’immédiat , les défauts du système semblent pouvoir s’améliorer par un cliquet centralisateur supplémentaire , mais que globalement , la centralisation accélere en vue du mur .
        C’est l’altérité qui est source de vie , mais malheureusement l’ altérité s’use qd on s’en sert ….surtout qd on ne conserve pas la /les structures naturelles , seules capables de la régénérér tout en l’utilisant …

      6. @Kercoz le 21 avril 2011 à 15 h 33
        Ben vous voyez, si vous n’aviez pas collé “@schizosophie” après votre étrange guillemet ouvrant, je ne me serais pas dis : “me parle-t-il ?”.
        Sinon, global vs local, alter-ité conservation, ça ne parle pas, et je vois encore moins de lien avec les communisss, le globe terrestre en ballon de baudruche de Charlo-Hitler peut-être. Je partage peut-être des illusions avec Vigneron, je n’en sais rien, mais je n’ai pas la biture globalisatrice, ni localisatrice.
        “Illusions globalisatrices” ça me fait penser à “prendre le melon”, au chapeau de Big Brother. Bref, rangez votre pétoire de fête foraine.

      7. @schisosophie

        Zinqiétez pas pour moi, j’ai pas encore versé dans l’euro-bétatitude, loin s’en faut. Mais les catégories débiles à la B A BA, genre “nous nonistes” et “eux ouistes”, mi scuzi, bitte, por favor, please… Basta ! Merde et Remerde ! Bordel à queue de vache ! Miladiou de Miladiou !…
        …On se calme vigneron mignon, prends tes cachets et pense à ta tension…
        Pour le sujet que vous abordez, une interrogation certes carrément uchronique, mais que je crois pertinente, plus deux remarques.
        Peut-on raisonnablement imaginer que le traitement “différencié” des désirables marchandisés étrangères et des indésirables personnes étrangères serait bien plus satisfaisant par rapport à ce qu’il est aujourd’hui dans les frontières de Schengen si la construction européenne n’était seulement pas parvenue au stade d’intégration actuel (je ne parle même pas de l’Europe des Nations d’avant 40…) ?
        Et les deux remarques.
        N’est-ce pas l’Europe qui a été l’opposante la plus véhémente et l’obstacle le plus dangereux pour Sarkozy après son discours de Grenoble et l’affaire des roms, par la voix de la commissaire à la Justice, Mme Reding, mais aussi par celle du Parlement européen et jusqu’aux éclats de Barroso ?
        http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/09/16/roms-sarkozy-et-barroso-auraient-eu-un-echange-tres-violent_1412172_823448.html
        Par ailleurs et pour recouper le scandale des centres de rétention. Qui, si ce n’est l’Europe, met le plus crûment et de la façon la plus embarrassante la France le nez dans la merde de ses conditions pénitentiaires d’un autre âge ?
        http://www.coe.int/t/dghl/standardsetting/prisons/EPR%20implementation%202008_31.pdf

        Alors ?
        Qui la pousse au cul tous les six mois ou la condamne devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme ?
        Qui d’autre lui rabat son caquet de “Grand Pays des Droits de l’Homme” ?
        Qui donc pour mettre au pas cette “gueuse” qui s’est tranquillement “déguillemettée”, pour lui faire, heureusement et enfin, plier la nuque ?

      8. @Vigneron
        Ok contre le binaire, est-ce que non au “oui” vaut un oui au “non” ?, ça pourrait durer, d’autant qu’on sait que ce “non” fut mâtiné de paranoïa territorialiste aux relents nostalgiques vieille rance, que le plaisir polysémique de dire “non” fut mal calculé par les communicants et encore d’autres choses. L’uchronie j’aime bien, comme acrobatie, mais le nez de Cléopatre n’est pas grec, ses pieds nul n’est sûr.
        Je me souviens avoir lu le Traité de Maastricht et je cherchais tout à l’heure les passages où revenaient abondamment l’expression “circulation des marchandises”, suppression des droits de douanes, belles affaires pour le business. Il y avait moins de détail sur l’accord de Schengen dans le Traité fourni aux citoyens par Mitterrand. Vintimille c’est aussi à Vincennes.
        Ce que vous dites des “rom” est révélateur, c’est précisément parce qu’ils sont européens que l’affaire paraît scandaleuse. Sarkozy permet même aux autorités européennes de faire sincèrement assaut de mauvaise conscience. J’étais d’accord avec Reding sur le coup, mais avec un faire-valoir de ce calibre cela ne remet pas l’essentiel en question. Il existe même une Portugaise, je crois, spécialisée dans la gestion des abus. Je l’évoque sans mépris, mais il va de soi que son rôle de donneuse d’alerte ne peut être que limitée eu égard à la doxa culturaliste qui s’est abattue, non seulement en Europe certes, depuis une trentaine d’années.

        En la matière, la frontière n’a pas disparue elle est repoussée aux circulations possibles par l’avion. Qu’on ramène le mot “esclave” vers son sens originel de “slave”, lorsque sous Charlemagne s’élaborait déjà des règles de circulation des travailleurs ne me fait pas oublier la condition de ceux qui ne sont pas européen juridiquement mais qui sont historiquement, culturellement, familialement liés à certaines puissance anciennement coloniales. Et ce n’est pas un hasard si un intégré français, faisant son beur électoral, porte fièrement le flambeau de cette traite des autochtones d’ailleurs.

        Effacer l’histoire en chacun, sport mondial, mais aussi européen. Je ne fais pas l’apologie des sordides foyers Sonacotra pour autant. Mais les quartiers changent vite et s’uniformisent, comme une sorte de blanchiment culturel. Heureusement, on manie souvent mieux la langue française en Afrique qu’en France.

        Je ne suis pas inquiet, vous avez du ressort et vous ne béatifiez jamais.

      1. Roma écrit : ” z’en reprendriez pas un p’tit, comme ça, histoire de décoller le nez du rétro”

        J’adore ces modernes qui ne regardent pas dans le rétro.

        J’adore.

        Je dis à ces modernes qui regardent devant eux, à travers leur pare-brise : les gars, si VOUS aviez regardé dans le rétro, vous n’auriez pas voté oui à tous les traités européens.

        Si VOUS aviez regardé dans le rétro, vous auriez su ce que c’est, le sentiment national.

        Si VOUS aviez regardé dans le rétro, vous auriez respecté le sentiment national que chaque peuple européen ressent.

        Si VOUS aviez regardé dans le métro, vous auriez respecté chaque nation européenne.

        Si VOUS aviez regardé dans le rétro, vous auriez compris qu’il ne fallait pas violer les peuples.

        Et je leur répète ceci :

        “Il aurait fallu partir de ce qui existe : le sentiment national.”

      2. de n’avoir jamais su quelle passion recèle pour vous à l’envie cette expression de sentiment national, et pour vivre depuis longtemps à l’étranger mon aversion à cet égard n’en est que plus grand. moi mon amour d’antan c’était plutôt GEORGES BRASSENS – LES AMOURS D’ANTAN,
        http://www.youtube.com/watch?v=yU0CNQJaP8s&feature=player_embedded

        ça peut être ça aussi le sentiment national ? la voix d’ Henri Tachan, Etat civil :
        http://www.youtube.com/watch?v=Stfy4dQ7_9Q&feature=related

        ou ça plutôt ? aussi ? un peu…..
        Les belles d’Hégereuse
        http://www.youtube.com/watch?v=ya1hyOrR4nU&feature=player_embedded

      3. Je me situe dans l’héritage direct des révolutionnaires de 1792.

        Chacun ces modèles.

        Moi, mes modèles, c’est ceux de 1792 et des années qui ont suivi.

        Qu’est-ce qu’ils criaient, déjà, les révolutionnaires de 1792 ?

        Qu’est-ce qu’ils criaient, déjà, les anonymes de Valmy ?

        Qu’est-ce qu’ils criaient, déjà, les anonymes du 10 août ?

        Qu’est-ce qu’ils criaient, déjà, les sans-culottes ?

        Qu’est-ce qu’ils criaient, déjà, les députés montagnards de la Convention ?

        Qu’est-ce qu’ils criaient, déjà, les membres du Gouvernement révolutionnaire (lire, relire Saint Just) ?

        “Vive la nation !”

      4. @BA

        D’abord vous présentez une particularité dans votre façon d’intervenir sur ce blog comme sur beaucoup d’autres, dans votre manière d’être présent à l’autre, c’est celle d’user et abuser de ce que vous croyez être le grand art rhétorique de la répétition. C’est plus que l’essence du discours BAtien, c’est toute sa quintessence.
        Cette technique présente le risque d’évoluer vers deux dérives majeures : un caractère assomant ou un effet burlesque. Dans de rares cas ces deux défauts peuvent se cumuler. Bravo, vous faites dans le rare.
        Pour le “reste”, soit le “fond” de votre post, je vous en prie, criaillez, criaillez avec les crieurs d’il y a 220 ans. Je me contenterai d’essayer à mon humble échelle de penser à la suite des penseurs d’alors comme de ceux d’ici et maintenant, et de tenter de parler avec les parleurs d’aujourd’hui.

      5. Vigneron écrit : “Pour le “reste”, soit le “fond” de votre post, je vous en prie, criaillez, criaillez avec les crieurs d’il y a 220 ans.”

        Et comment !

        Je suis dans le camp des crieurs d’il y a 220 ans !

        Et comment !

        Et je suis l’ennemi de tous les “Vigneron” de France.

      6. @BA

        Je suis dans le camp des crieurs d’il y a 220 ans !
        Et comment !
        Et je suis l’ennemi de tous les « Vigneron » de France.

        Évitez les majuscules pour moi, svp. Cela ne me sied guère, contrairement à vous qui les goûtez au moins autant que les points d’exclamation et les sauts à la ligne. Et du saut à la ligne à la ligne des sots, le saut est minuscule, Monsieur le Majuscule Homminicule Alphabêtique.
        Et pas “vigneron de France”, svp encore, mais plus prosaïquement vigneron des vignes qu’il a plantées, et dont il ne se résoudra jamais à vendre ou offrir la moindre goutte de la modeste production à des tristes sires de votre espèce, mon taux de warrants au Crédit Agricole dût-il en souffrir.

        PS : Pour ce qui est des concours de criailleries et autres gueulantes pseudo-post-post-post-révolutionnaires avec vos ennemis déclarés, je vous conseille de passer en mode furtif “entraînement intensif” au fin fond du désert de Gobi; zêtes pas encore “extrêmement” convaincant dans le style enragé… et ça nous ferait p’têt même une bien agréable vacance au poste “Marché obligataire. L’Europe fonce vers la faillite” sur les blogs de France et de Navarre. De l’air, de l’air…

  5. À méditer:

    “Dans un article du New York Times publié quelques jours avant l’élection présidentielle de 2004, Ron Suskind, qui fut, de 1993 à 2000, éditorialiste au Wall Street Journal et auteur de plusieurs enquêtes sur la communication de la Maison Blanche depuis 2000, révéla les termes d’une conversation qu’il avait eue, au cours de l’été 2002, avec [Karl] Rove : “Il m’a dit que les gens comme moi faisaient partie de ces types “appartenant à ce que nous appelons la communauté réalité” the reality-based community : “Vous croyez que les solutions émergent de votre judicieuse analyse de la réalité observable.” J’ai acquiescé et murmuré quelque chose sur les principes des Lumières et l’empirisme. Il me coupa : “Ce n’est plus de cette manière que le monde marche réellement. Nous sommes un empire, maintenant, poursuivit-il, et lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous étudiez cette réalité, judicieusement, comme vous le souhaitez, nous agissons à nouveau et nous créons d’autres réalités nouvelles, que vous pouvez étudier également, et c’est ainsi que les choses se passent. Nous sommes les acteurs de l’histoire (…). Et vous, vous tous, il ne vous reste qu’à étudier ce que nous faisons.””

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2008/09/05/le-retour-de-karl-rove-le-scenariste-par-christian-salmon_1091916_3232.html

    Selon Wikipedia:

    “Karl Rove (25 décembre 1950, Denver, Colorado) a été, de 1993 à 2007, le principal conseiller et stratège politique du gouverneur du Texas puis président des États-Unis, George W. Bush. Il a été, de 2001 à 2006, le secrétaire général adjoint de la Maison Blanche.

    En 2008, il est analyste politique et contributeur régulier à la chaîne d’information câblée Fox News, au magazine Newsweek et au quotidien The Wall Street Journal.”

    1. Et vous, vous tous, il ne vous reste qu’à étudier ce que nous faisons

      D’un point de vue épistémologique, c’est nécessaire.
      Mais ce Karl Rove est un étrange spécimen, qui confond étudier la réalité et s’y soumettre, j’aurais même tendance à dire qu’il prend ses désirs pour des réalités…
      Pauvre hiérarque, son pouvoir est certainement plus illusoire qu’il ne le croit, car la vérité et fractale et les gens ne peuvent se mentir à eux-mêmes éternellement.

      L’histoire est une suite de mensonges sur laquelle nous nous sommes mis d’accord.

      Napoléon

    2. @pablo

      In politics, nothing happens by accident. If it happens, you can bet it was planned that way”

      (Frankin D Roosevelt.)

      Now I ply my trade in the land of king dollar
      Where you get paid and your silence passes as honnor
      And all thehatred and dirty little lies
      Been written off the books and into decent men’s eyes.

      (Souls of Departed
      Bruce Springsteen)

      Les deux citations qui ouvrent le bouquin de William Reymond, BUSHLAND, sorti en 2004 – hautement recommandable ! – qui décrit parfaitement le rôle de Karl Rowe, le grand théoricien des campagnes politiques des néo-cons US, le fabricant officiieux puis officiel de W Bush, celui qui inventa le théorème de Rowe, ultra-simple et ultra-efficace qui a fait la légende de cet ancien professeur de sciences politiques de Austin, Texas, et la fortune de de son agence de conseil en communication : “il est plus facile de pousser un électeur à ne pas voter pour un adversaire que de le convaincre de là justesse des idées de son propre candidat.”
      Signalons que la droite française, fascinée par les succès du zig, s’est largement inspirée de ses travaux, apprit par cœur ses ouvrages théoriques et envoya sur place ses spécialistes pour bien s’imprégner des lumières du “grand homme”. Résultat garanti (cf 2007…) !

  6. Bonjour
    Et désolé, ce que j’envoie ci-dessous est Américain (avec les différences d’accent en plus), mais je suis un chimiste marin et un plongeur… et donc, comme ce fil se nomme les “leçons de l’histoire” (et Paul a montré que même sur le tsunami… ignorant nous sommes face aux images!!!) et que je ne sais où caser le constat qui suit … sur les ravages de BP (européen, non???) dans ce golfe (donc lieu fermé, non???)… certes lointain (et certains penseront même “bien fait pour leur gueule aux “ricains”…démontrant par la même qu’ils ne connaissent que “médiatiquement” le peuple américain!!!)
    … on ne pourra pas dire que l’information n’était pas disponible!!!
    http://www.commondreams.org/video/2011/04/20-0
    Chris

    1. les ravages de BP (européen, non???)

      ( en aparté) : Vous le savez peut-être, mais les froggy n’aiment pas du tout, mais alors pas du tout l’idée des fonds de pension !! [ piège à C–s]

      hors cela, pas si simple ( une chose certaine, c’est que les british avaient une grande part de leur retraite en fonds de pension BP =) ils ont ou vont y “perdre leur culotte” =) à la place de la Gracious queen, ou plutôt du PM, je ferais gaffe ! )

      …”En 2000, BP acquiert Arco ainsi que Burmah Castrol. En 2001, elle fusionne avec Amoco (anciennement Standard Oil of Indiana) et devient BPAmoco. En 2002, BPAmoco est renommée BP, sans aucun sens précis aux deux lettres. En 2003, BP Allemagne rachète le réseau de station-service Aral. En 2005, la branche pétrochimie est séparée sous le nom d’Innovene (du nom de son procédé développé en 1993 pour la fabrique du polypropylène), puis est achetée par Ineos.

      À la fois sous couvert d’éco-responsabilité et pour améliorer son image, la société investit depuis quelques années dans l’énergie solaire.

      BPAmoco fut formée en 2001 par ce qui a été officiellement décrit comme la fusion de British Petroleum et d’Amoco pour éviter toute concurrence. Cependant, après un an d’opérations communes, les deux géants ont regroupé la plupart des opérations et se sont renommés BP.

      Dans les faits, l’événement était un changement et la compagnie a retenu le nom de British Petroleum. Mais, en 2002, il est devenu de manière officielle BP, dont les lettres ne signifient officiellement rien. BP a également acquis Arco en même temps qu’elle fusionnait avec Amoco. Arco était anciennement l’Atlantic Richfield Oil Company. Auparavant, au milieu des années 1970, British Petroleum avait acquis la Standard Oil of Ohio ou Sohio.

      La plupart des stations-service d’Amoco, aux États-Unis, sont en cours de rhabillage et portent progressivement le nom de British Petroleum. Toutefois, dans certains États, les bâtiments et les pompes sont remplacés par le design BP mais l’enseigne reste Amoco.

      Les stations Arco pourraient bientôt être nommées BP, mais conserveront leur autonomie. Arco est également attachée aux magasins de proximité AMPM qui ont ainsi été également acquis par BP.

      En mai 2007, BP signe un contrat de 900 millions USD avec la Libye pour l’exploration et l’exploitation du gaz naturel présent dans ce pays1,2. En avril 2009, le président Evo Morales nationalise les filiales du groupe BP présentes sur le territoire bolivien.

      En 2010, la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, exploitée par BP, explose, donnant lieu à une des plus grandes catastrophes environnementales liée au pétrole. En juillet 2010, elle cède une partie de ses activités à Apache Corporation pour la somme de 7 milliards USD3. En août 2010, elle vend ses « activités d’exploration » en Colombie à Ecopetrol et à Talisman Energy pour 1,9 milliard USD4.” / wikipedia

      Toutes les multinationales ont des actionnaires partout

  7. Oh que oui!
    Enfin des mots sur les choses, des gens en les choses.
    Il y a les marchés, il y a les marchands.

    Si l’histoire repassait les plats, nous serions en pleine Renaissance.
    Il y aurait, non pas résurgence de l’idée de la cité, mais celle de la reconduite vintage du modèle, là-bas des années 10, içi des années 50!

    Ici comme là-bas, c’est de plus en plus ailleurs.
    Nous voilà en utopie marchande, celle qui permet à l’ailleurs de tout acheter ici.
    Combien de temps encore les marchands s’estimeront-ils capables de vendre à l’autrui raréfié, ce qu’autrui vend déjà?

    -A partir de quel quota de marchands en une société, s’épuise nécessairement cette société de marchands.
    -Quelles sont les valeurs sans contre-valeurs en argents.
    -Combien de temps encore les états délègueront-ils aux marchands le savoir faire du bien public?
    -Vers quelle direction se tournent et se prosternent les croyants, si la “Renaissance” se démontre l’illusion dorée de leur credo?

    Combien de temps encore la confusion des causes, et des effets?
    Et puis zut à la fin, que vaut un marchand pauvre?
    Pourquoi s’entent-il hurler que soit fourni, par on ne sait plus qui, “quelque chose” à vendre?
    Dix siècles à rattraper!

  8. Un jour, peut-être sera-t-il expliqué pourquoi ici ne passent pas des posts….
    En tout cas pas les miens.
    Il se peut qu’il s’agisse de récurrence politique en sorte de haute voltige, ou bien de la nécessité d’une syntaxe commune, ou bien d’un accord indéfectible sur l’origine du sens des mots en construction.

    J’ai pas mal de mal à comprendre, alors que diffusant autant que possible les attendus de l’intelligence comme il se développent ici, c’est à dire d’abord en indiquant ce blog, et offrant des livres de Paul Jorion, étant simple observateur donc si pas encore véritable lecteur, il ne vaudrait pas que je commente.
    Ailleurs alors, puisque bientôt SDF, pour cause d’héritage en multiples biens immobiliers, j’ai le subtil sentiment d’y aller pour son être en corollaire, un SDF de la pensée….
    Et pourtant, il en défile ici de la pensée, même en pas cadencés!
    Mais enfin, c’est vous qui voyez…

  9. “””Il n’ y a d’histoire que contemporaine “” (Kercoz /piqué a je ne sais plus qui ..peut etre Braudel ou Castoriadis ?)

  10. Je vois on s apitoie beaucoup sur notre sort de nantie
    On parle de fraternité nu peu !
    Mais surtout comment conserver notre mode de vie même si certain essaye de le réduire
    Mais on veut des peuples unis ?
    Quand allons-nous tout partager avec tous les citoyens du monde ?
    Nous sommes tous un peu des rentiers et voulons pas perdre notre rente

      1. @ Philippe MEONI dit : 21 avril 2011 à 16:13

        Puisque vous reconnaissez que notre mode vie n’est pas le bon, vous voulez certainement dire que nous consommons trop. Alors pourquoi s’abstenir de payer la TVA, comme vous dites le faire ?

        Si vous la payiez, vous consommeriez-moins et l’Etat s’endetterait moins. Cela irait dans le bon sens, pourquoi ne le faites vous pas ?

        Parce que vous n’arrivez-pas à dominer les pulsions primaires et que la tempérance ne vous a pas été enseignée peut-être.
        http://www.assistancescolaire.com/eleve/TES/philosophie/lexique/T-temperance-ix178

      2. Bonjour jducac
        Vous mélangez deux choses totalement distinctes dans l’interprétation de mes propos.
        La première, conscient des conséquences du consumérisme qui tue peu à peu la planète, j’ai fait, comme beaucoup d’autres, le choix personnel de ce mode de vie “raisonnable”, et c’est mon droit, même s’il vous affecte, c’est le but recherché.
        La seconde, sachant que l’argent des contributions publiques repart illico dans la poche des actionnaires qui s’enrichissent de plus en plus pendant qu’on démantèle le service public et appauvrit les peuples, je ne veux plus contribuer à ce jeu de dupes.
        Quant à votre suffisance de présumer de ma capacité à contenir mes pulsions ou l’absence de tempérance dans mes actes, je la trouve très offensante. Je travaille dans le secteur commercial et du négoce depuis 25 ans, secteur où la maîtrise de soi est incontournable pour s’y maintenir.
        Je reconnais totalement le droit de ne pas abonder dans le sens de mes commentaires mais avec la prière de conserver la dignité et le respect envers celles et ceux qui n’abondent pas en votre sens.
        Ceci dit, je ne perdrai plus, dorénavant, mon temps à la pédagogie dont vous semblez avoir un grand besoin pour comprendre la situation, à moins que votre ignorance affichée ne soit qu’une provocation, ce qui fait une seconde raison à ne plus y répondre désormais.
        Bien à vous – Philippe

  11. faut créer une “banque propre” mr jorion, vous auriez plein de clients (moi le premier) et de l’argent pour des projets durables, à l’action 🙂

    1. C’est l’idée qui s’impose à moi depuis de nombreux mois. Je dis bien l’idée puisque non spécialiste de la finance, je ne saurais même pas par où commencer.
      Et puis ignorante de la réglementation européenne en la matière, ma logique tendrais vers un “ils ont sûrement tout balisé pour que personne ne puisse ouvrir des banques véritablement alternatives”.
      Vous savez comme cette association Kokopeli qui se retrouve dans l’illégalité européenne pour distribuer des semences naturelles à ceux qui veulent maintenir la diversité des espèces végétales et travailler dans le cadre d’une agriculture biologique.
      Alors finalement, je me dis qu’on est vraiment coincé… mais sûrement par pure ignorance.

  12. Heu je sais pas ou est passé mon com !

    http://the-beatles.yellow-sub.net/chanson/beatles/paroles-lyrics/Taxman-88.html

    Laissez-moi vous dire comment ça va se passer
    ça fait 1 pour vous et 19 pour moi
    Parce que je suis le percepteur, ouais, je suis le percepteur
    Au cas où 5% paraîtraient trop peu
    Soyez-moi reconnaissants de ne pas tout prendre
    Parce que je suis le percepteur, ouais, je suis le percepteur
    Si vous conduisez une voiture, je vais taxer la rue
    Si vous essayez de vous asseoir, je vais taxer le siège
    Si vous avez froid, je vais taxer le chauffage
    Si vous voulez marcher, je vais taxer vos pieds
    Percepteur
    Parce que je suis le percepteur, ouais, je suis le percepteur
    Ne me demandez pas ce que je veux en faire (Ah ah, monsieur Wilson)
    Si vous ne voulez pas payer un peu plus (Ah ah Mister Heat)
    Parce que je suis le percepteur, ouais, je suis le percepteur
    Maintenant, mon conseil pour ceux qui meurent (percepteur)
    Déclarez les pennys sur vos yeux (percepteur)
    Parce que je suis le percepteur, ouais, je suis le percepteur
    Et vous ne travaillez pour personne d’autre que moi
    Percepteur

    @Philippe Meoni, kercoz et olivier

    800 € vous suffisent pour le moment, pour le moment seulement.
    L’hiver prochain vous ne chaufferez quà 14 ° puis vous ne ferez qu’un repas par jour, puis vous ne mangerez qu’un jour sur deux (non pas manger le chien !)
    Et ils vous mettront une taxe sur le chien et sur les poules de kercoz
    Une anecdote pour voyager en train un animal doit payer son billet, un jour un controleur a voulu faire payer quelqu’un qui transportait des escargots dans un vivarium un billet pour chaque escargot!!
    Bientot ils vous chercheront les poux sur la tête pour leur faire payer un billet et les puces sur le chien aussi même si le chien a déjà son billet !
    La finance a faim, de plus en plus faim, rien ne lui échappera, vous croyez toujours que 800 € vous suffiront ?
    Le seul moyen de sortir du système serait de prendre le maquis.
    Y a-t-il assez de maquis pour tout le monde ?

    1. @ Louise .
      Je ne sais d’ou tu sors ces 800 euros . Le concept 14 degré ne m’est pas accessible ..Perso , il me fau 20 à22 . meme si je dois réduire le nombre de pieces et en dernier lieu la prximité de ma cheminée … Le solaire passif m’assure les 15 ou 16 degrés 80% du temps ds l’ensemble e la maison …… En dernier recours , je me prends une ou deux vaches pour chauffer !
      du Maquis pour tout le monde ? bien sur …Mais le maquis est une image , il peut etre a 60 bornes de ton boulot , pres d’une gare …tant qu’il y a des trains ……Si ça se passe bien , en peu de temps tyu n’éprouves plus le besoin ni l’envie d’aller au boulot .

      1. @Philippe :
        M’en suis aperçu trop tard pour les 800 euros .
        Si tu es contraint a vivre en ville ou proche d’elle , c’est galère …trop peu .
        par contre , en campagne et intégré ds un tissus relationnel de qqs années , ça peut etre suffisant .
        Le blème c’est le cout du logement . J’ai des potes qui ne paient pas ou tres peu , ou contre travaux … mais il faut accepter un sanitaire “rustique” …par contre 3 ou 4 cheminées , granges et grands greniers (une fois le toit retapé) …
        A la limite , il faudrait refuser les “charités” gouvernementales pour s’apercevoir que c’est possible .
        le point cruxial (néologisme de grimpeur) , c’est l’autarcie partielle en nourriture ( 500 m2 et 4 poules) , acces au bois a bon prix …. le reste c’est du luxe facile a obtenir .

      2. @kerkoz
        Oui, je sais que c’est galère mais pour le moment, pas le choix que rester près des fournisseurs avec lesquels je bosse…
        J’essaie peu à peu de fouiner des jobs en télétravail qui me permettraient un loyer à la campagne, mais là aussi, pas simple…
        Puis j’aimerais économiser assez aussi pour me doter un kit énergétique mixte solaire/éolien qui seraient parfaits, ici, en Aragon (Soleil + vent régulier)
        J’étudie tout ça avec attention…
        Merci pour les tuyaux…
        Amicalement

  13. voici la démonstration de ce qu’est une république de marchand :

    composition du Conseil national du numérique :
    Gilles Babinet, entrepreneur et investisseur (CaptainDash, MXP4, Eyeka) fondateur de Musiwave.
    Patrick Bertrand, Directeur Général de la CEGID, président de l’AFDEL.
    Jean-Baptiste Descroix-Vernier, PDG-fondateur de Rentabiliweb.
    Giuseppe Di Martino, Directeur Juridique de Dailymotion.com, vice-président de l’ASIC.
    Frank Esser, PDG de SFR, président de la Fédération Française des Télécoms.
    Emmanuel Forest : Directeur Général Délégué de Bouygues Telecom.
    Gabrielle Gauthey, Directrice des relations institutionnelles d’Alcatel-LucentAlcatel-Lucent
    Pierre Louette, Directeur Exécutif d’Orange
    Daniel Marhely, cofondateur de Deezer.com.
    Alexandre Malsch, fondateur de Melty.fr.
    François Monboisse, Responsable du développement et des nouvelles technologies de Fnac.com, et président de la FEVAD.
    Xavier Niel, fondateur de Free.
    Jean-Pierre Remy, PDG de PagesJaunes.fr.
    Marie-Laure Sauty de Chalons, PDG d’AuFéminin.com.
    Marc Simoncini, fondateur de Meetic.com, et Jaina Capital
    Jérôme Stioui, fondateur de Directinet.
    Bruno Vanryb, PDG d’Avanquest Software, Président du Collège Éditeurs de logiciels du Syntec Numérique.
    Nicolas Voisin, fondateur d’OWNI.

      1. Non. Alain.
        Mais une paritaire avec des utilisateurs.
        Cela aurait eu un semblant de Démocratie.

        Par contre, ne perdons pas notre temps avec le net.
        Tant qu’il y aura deux fils qui joindront deux micros, il y aura toujours moyen de contourner toutes les “sécurités”.

        (N.B. : j’ai dans mes relations des gars qui sont tellement redoutables que tu hésites à les laisser toucher ton clavier…)(d’ailleurs, ils n’en ont même pas besoin, ils le pilotent à distance)

  14. Merci Paul pour cette bouffée d’oxygène. Quand clarté et concision valent mieux que mille discours.

  15. @Mike
    “LA communication est un art.”…dites-vous…Mais sachez, que la communion en est autre chose…Si Voltaire parle de métaphysique, ce n’est pas pour rien…D’ailleurs à son époque le communiquant n’existait pas encore et pour cause…C’est que ce même monde n’avait pas encore réduit en poussière l’étroit passage qui existe entre communiquer et communier…Je vous laisse à vos slogans publicitaires de communiquant pour rejoindre mon patronage de communiant…Joyeuses Pâques très cher Mike.

  16. A propos des leçons de l’histoire, je viens de lire l'”executive summary” du rapport Levin sur les causes de la crise, qui tente précisément de les tirer (http://hsgac.senate.gov/public/_files/Financial_Crisis/FinancialCrisisReport.pdf). Est-ce moi – simple citoyen pas du tout expert – qui n’ai rien compris ou bien ce rapport ne serait-il pas assez mystifiant en fin de compte ? Certes, on s’y lamente sur la cupidité de Goldmann Sachs , Moody’s qui auraient – horreur! – conduit à des pertes aussi astronomiques que … 5 Milliards! … Mais on s’y plaint aussi avec des périphrases pleines de componction de l’incurie du régulateur qui aurait conduit … à des centaines de milliards de produits financiers pourris! Je conclurais de ce rapport qu’en gros l’Etat est 50 fois plus responsable que le privé de cette crise, que je ne serais sans doute pas le seul! Le rapport me semble conclure, lui, sur la litanie des remèdes habituels : transparence, transparence, transparence, pas maintenant mais demain, euh, pas demain, mais un jour, … euh, ou jamais… Et dire qu’en Europe l’ombre d’un tel rapport n’est même pas prête de voir le jour -si j’ose dire- ! … Merci aux sachants de bien vouloir éclairer ma lanterne!

Les commentaires sont fermés.