PINSOLLE À PROPOS DE SAPIR

Laurent Pinsolle propose sur le site de Marianne, un compte-rendu de l’excellent nouveau livre de Jacques Sapir : La démondialisation (Le Seuil 2011). Il oppose à cette occasion la position de Sapir à celles de Frédéric Lordon, Emmanuel Todd et moi-même. Le lien attaché à mon nom renvoie au très intéressant compte-rendu de mon livre : La Crise (Fayard 2008) qu’il avait écrit en janvier 2009.

0Shares

77 réflexions sur « PINSOLLE À PROPOS DE SAPIR »

    1. Il faut savoir que Pinsolle est militant de DROITE revendiquée (gaulliste assumé) et que celà influe nécessairement sa vision politico-économique…

  1. Réflexion issue d’une epérience personnelle:
    La mondialisation me fait penser a une relation fusionnelle:
    ne faire plus qu’un mais lequel.
    Il n’y a rien de plus dangereux et destructeur qu’une relation fusionnelle
    disons ou l’un des deux accepte de disparaitre, ou c’est la guerre.
    Il y a sans doute un problème d’analyse sur ce qui a mené a la seconde guerre mondiale
    enfin en tout cas l’europe telle qu’elle a été concue ressemble a une application idéologique dangereuse par machiavélisme ou par bêtise et probablement l’un aidé par l’autre.et surement pas a une solution le nationalisme est il la cause de la guerre ou est ce la misère qui règnait à l’époque en allemagne? L’europe est en train d’organiser la misère au nom d’un pacte de stabilité monétaire quand le capital écrit les lois ca devient difficile de créer des impots sur le capital et beaucoup plus simple de rançonner ceux qui n’ont rien, préparez vous a la déchéance des prestations sociales, des caisses de retraites, et des tous les services régaliens…
    La démondialisation la décroissance la dépression la déconfiture la débandade
    la déchéance et le désastre l’avènement des dés nous sommes peut être en l’an 0 avant dédé oui merci je délire je sais Alea jacta est

    1. Euh Dédé, la Déchéance, c’est bien le truc après la première échéance impayée ? Et pi le Désastre, c’est bien la satellisation des corps, non ? Me trompe pas ? dites ? Boh ben c’est pas trop terrible alors, l’ère à Dédé…

  2. Fusionnelle parce qu’elle a favorisé l’hypersynchronisation et le pulsionne ?
    … notamment au niveau des industries de programmes et de leur lien incesteux (nolens volens) avec les nouvelles technologies (iPad, iPod, iPhlocPhloc…)

    (inspiré par B. Stiegler, of course)

  3. Monsieur Jorion,

    Y en a marre de vous voir vous réclamer en permanence de tout le monde et laisser croire que tout ce que la planète compte d’intellectuels qui réfléchissent en dehors des clous, partagent vos délires.

    Au sujet de Pinsolle, il y a une énorme différence entre lui et vous: il est lui, attaché à la liberté d’expression et ne censure personne sur son blog, contrairement à vous.

    Il y a de fortes chances que vous ne publiiez pas mon commentaire. Cela me permettra peut-être de convaincre mon ami Laurent de que vous êtes exactement. Et si par le plus grand des hasards, inspiré par un calcul stratégique dont vous avez le secret et dont les subtilités m’échappent, vous le publiiez, je ne doute pas que vous serez dans l’obligation de me couper le sifflet à un moment ou à un autre, comme vous l’avez fait par le passé.

    La démocratie passe par là, Monsieur Jorion, elle passe par entendre ce qui ne fait pas nécessairement plaisir. Vous n’êtes pas un démocrate. C’est votre droit mais vous devriez avoir l’honnêteté de le reconnaître alors que vous prétendez changer le monde !

    1. Ecodémystificateur, vous n’en avez rien à foutre de la démocratie : vous êtes le plus grand anti-démocrate qui sévisse sur l’internet. Vous n’invoquez la démocratie que parce que vous savez que j’y suis moi attaché et que j’accorderai une certaine importance à votre message parce que vous l’invoquez, même sachant que ça vient de vous. Voilà c’est fait, retournez maintenant à vos complots et à votre combat contre la démocratie, et quant à votre « ami Laurent », avec des « amis » comme vous, il n’a pas besoin d’ennemis.

      1. vous êtes le plus grand anti-démocrate qui sévisse sur l’internet.

        Euh, là ça fait un peu gros quand même Monsieur Paul, c’est presque une flatterie à ce niveau 😀

    2. Tiens un troll un vrai!( RST)
      Je dirais même une caricature, moi je dis que des comme ca il faut les protéger, un spécimen très pur c’en est presque beau …. 🙂

    3. @écodémoustificateur
      231, 232, 233, 234….250 ! Pfuuuhh…
      Ah si quand même ! Euh… ça s’passe comme vous voulez la pré-campagne à Dupont Gnagnan ? Et l’ambiance entre groupusculaires et phalangistes de la tendance gollo-gollo-gaullistes de la blogosphère, c’est ok ? unitaire et tout et tout ? Et le Lordon, y veut toujours pas se fendre de deux trois mots en exclu pour votre blog ? Oh dommaaage… Et pas trop d’incartades du genre « tain ! ce con de Pinsolle, déjà qu’y s’la pète sur Marianne et qu’il nous tire tous les michetons, en plus y r’commence à citer ce salopard libéral américano-belgo-judéo-banquier de Jorion, cet infâme négationniste de l’ex nihilio ! À ce rythme, le Lolo, moi j’te dis, dans 6 mois, y va appeler à voter Madelin ou Chevènement, ce vendu ! meeeerde quoi !  »
      Ah le dépit amoureux ! C’est l’arsenic dans les pots de l’amitié gôôllienne ! C’est les vielles dentelles de qu’Allais qu’on déchire de rage ! C’est les rentes Pinay du dessus d’la cheminée qu’on s’envoie à la gueule, avec le cadre ! Des duels de matins blêmes à Colombey à grands coups de Mémoires de Guerre en travers de la tronche contre les oeuvres complètes de Rueff dans les parties ! Avec Hollbecq, au garde-à-vous, en unique témoin disponible… Bref ! le grand charivari dans la maison national-libèral, l’anarchie chez les percherons de l’étalon-or, la Chienlit chez les agités du protectionnisme !
      Cest pas joli-joli, Monsieur RST.
      Si ça continue, va falloir qu’ça cesse ! », aurait dit le Général.

      1. Vigneron

        Une volaille à déplumer pour toi. Faut que tu lises ça
        C’est de Bruno Lemaire, l’homme chargé de fournir une doctrine pour la future campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

        « Les jeunes s’ennuient. A 17 ans, ils veulent s’engager. Aujourd’hui, on ne leur propose rien », s’afflige M. Le Maire, qui dénonce l’injustice du système d’éducation et un accès à l’emploi fermé.

        Faut quand même être gonflé (à l’hélium ?) pour pondre un truc pareil.
        Vous avez bien lu, les jeunes s’ennuient !!
        Cela ne vous rappelle rien ?
        En 68, avant les évènement que vous savez, un journal du soir avait titré : « La France s’ennuie » !

        Et je vous parle pas de l’Obamania et autres idées frappées au coin du bon sens. 😉
        Pardon, du non sens.

      2. @Pierre-Yves

        Pfuuuuh… Suis pas expert en ornitopoliticologie. La chasse au canard sauvage, pas trop mon truc. Préfère les enfants du bon Dieu. Et puis là, question volatiles c’est plus les belles images de migrateurs à la Jacques Perrin, pas plus que du Chantecler de Rostand ! Non plus un clip de campagne du CPNT ! C’est de plus en plus un scénar à la Hitchcock, version Les Oiseaux, notre affaire… « Tous à la cave ! Aux abris ! Les femmes et les enfants d’ab..!,, Aaaarrrghhh ! Help me ! »
        Mais pour avoir un peu observé la poulaille de basse-cour et les « poulaillers d’acajou », je peux juste vous dire que lorsque le « coq en chef en pâte » commence à se faire traiter de « de Funes des gallinacés royaux » par les sous-fifres locaux ou les coquelets d’outre-Caucase, en général, ya plus à épiloguer; les goupils se donnent rencard tous les soirs pour l’apéro au QG du poulailler, les œufs clabottent avant que d’être pondus, ya déjà des puces dans les nids des pondeuses, les virus aviaires qui prospèrent et les piou-pious qui désespèrent…
        Et comme les sarcasmes datent pas d’hier, qu’y a lurette que le vernis est craquelé au royaume des caquetteurs et des canards laqués et laquets, ya plus qu’à foutre tout le bazar à rifle !

        http://www.claudereichman.com/articles/desjardinssarkozydefunes.htm

        Pour Le Maire, ben que voulez-vous, il a raison le brave homme… Comment voulez-vous donc qu’elle chante autrement qu’en désenchantant, la jeune pouletaille ? L’exemple vient d’en haut, non ? Et le Chantecler et ses sbires, désolé, mais c’est pas les chœurs de l’Opéra Garnier, pas plus ceux de l’Armée Rouge et encore moins les Petits Chanteurs à la Croix de Bois, non ? Tout juste des « Castras-forts » en gueule, généreux seulement en fausses notes et cot-cot-COuaC…
        Et puis quand on voit que le Le Maire dont eskoncause, ben c’est le plus beau méritant des poulets méritocrates, de Neuilly et donc de France ! Pensez donc ! Normale-sup, major de l’agrég de lettres modernes, ENA…
        Comment voulez-vous donc éviter que règne l’ennui dans les jeunes encéphales managés par nos avicultéducateurs ?

        Fils de Maurice Le Maire, cadre du groupe Total, et de Viviane Fradin de Belabre, directrice de l’établissement privé catholique Notre-Dame de France à Paris, il entre à l’École normale supérieure en 1989, où il débute des études de littérature française, avec un mémoire sur La Statuaire dans « À la recherche du temps perdu » de Proust, sous la direction de Jean-Yves Tadié1. En 1992, il est reçu major de l’agrégation de lettres modernes. Diplômé par la suite de l’Institut d’études politiques de Paris, il entre enfin à l’École nationale d’administration (ENA).

      3. Oh le beau ! Tu m´étonnes que ça Juliennise (contraction de atomiser par Julien) ferme sur ce pseudo.

        Le blog du cas ? Un chez d´oeuvre d´étude psychanalytique. En plus ça conseil de lire un autre site atlanto-complotiste dont le vent nouveau apporte des effluves nauséabondes de renouveau français.

        Une caricature vous dis.

        @Vigenron
        Chapeau l´artiste. J´aimerais vraiment disposer de 10% de votre style.

        allez, frat´quand même

      4. oups, désolé, j´aurais du relire un peu mieux. À ce stade, c´est de la phonétique pas de l´orthographe.

      5. Maître du chai,
        Le Maire a pris une salle-des-fêtes en pleine figure sous vos coups de plume !
        Vos coups de bec font plus mal que ceux de Luchini dans les extraits du film proposés par Paul, il y a quelques articles de cela.

        Notre édile-ministre-des-surfaces-agricoles a eu beau faire de brillantes études, rappelons qu’il ne sait pas combien de mètre-carré rentrent dans un hectare (Cf. une question qui lui fut posée sur Canal+).

        Mais ne soyons pas mauvaises langues : sans doute que la question n’était pas assez difficile pour lui !
        Car peut-être connaît-il la réponse en centimètre-carré, en pouce-carré, en coudée-carré, en euro-carré (bling-bling-particule, merci maman) et même en baril-carré, vu que son papa est dans le commerce de l’huile.

        Bon, même si parfois vous être trop vinaigré dans votre production littéraire, je vous lie avec plaisir.

      6. @Vincent Wallon

        Dites pas d’bêtises. Le style, ya pas plus con. Vous desserrez les brides, vous débridez l’bourrin et vous laissez « rugir les chevaux du plaisir ». Osez osez Joséphine !
        Plus un peu de sueur.

      7. Depuis qu’on a pendu Céline , fallait un repreneur !
        Y’a quelqu’un qui m’a dit que la forme c’est le fond qui remonte a la surface .

      8. @Vigneron ton style ne mérite pas ton caractère, mais ton caractère impose son style !
        (A la relecture, je me rend compte que ta technique me fait écrire n’importe quoi !……. 🙂 )

      9. @kercoz
        Décrochez Céline siouplait. Perdu ok, pendu quand même pas.

        @Pierre
        Détrompe toi . Je suis l’être le plus doux, le plus conciliant, le plus diplomate voire le plus pusillanime que cette terre ait eu et n’aura jamais à supporter. Sisi… 🙂

  4. Cela fait plusieurs mois que des solutions intéressantes sont exposées, par des économistes compétents, en Europe et ailleurs et rien ne se passe. Les politiques comme leurs supérieur hiérarchiques financiers, n’ont pas intérêt à casser le jouet pourtant … Certains disent qu’ils vident le tiroir caisse avant de partir, mais partir où ? sur Jupiter ?
    Alors je me pose la question du devenir de nos sociétés.
    Fait-on tout, dans certains milieux financiers, pour changer le système organisationnel de la société – mise en place de régimes autoritaires qui feront encore mieux fonctionner le patrimoine des plus riches – ou se réfugie-on derrière l’inéluctable prévisible ou prévu chaos guerrier ? ce qui revient au même me diriez-vous ?

    1. @PAD

      Je pense qu’on ne fait rien pour améliorer ou changer le système. En attendant la suite, on vide la caisse pour être en position, au cas où.

      -Soit le système arrive à se maintenir cahin caha, et on sera là avec nos gros sous pour en profiter.(A cet égard il sera intéressant de suivre ce qui se passe en Tunisie)

      -Soit ça s’effondre et on a de quoi voir pour le siècle qui vient (à cet egard il sera interessant de surveiller le prix des îles et le marché de la sécurité qui, je crois, se porte assez bien).

      -Et encore plus probablement, on fera un peu des deux.

    2. //////Cela fait plusieurs mois que des solutions intéressantes sont exposées, par des économistes compétents,/////
      Il faudrait inventer des « points oxymore «  » comme les points god ……

  5. Il vaut sans doute mieux lire directement le blog de Laurent Pinsolle pour bénéficier d’autres commentaires sur cet article, mais aussi celui qu’il écrit chaque jour, ce qui est en soi une performance, que de se contenter de ceux que « Marianne » reprends d’une manière régulière.

  6. L’autonomie relative, c’est ça qu’il nous faut, à lire ce texte, cette idée.
    Un kit libre pour démarrer une civilisation !

    Derniers billets
    Un kit libre pour démarrer une civilisation !

    Transcript
    Marcin Jakubowski – Avril 2011 – Open Source Ecology

    Marcin Jakubowski: Open-sourced blueprints for civilization

    Salut, je m’appelle Marcin, fermier, ingénieur. Je suis né en Pologne, je vis désormais aux États-Unis. J’ai lancé un groupe intitulé « Open Source Ecology » (« Écologie en Accès Libre ») Nous avons identifié les 50 machines les plus importantes qui, selon nous, permettent à la vie moderne d’exister, depuis les tracteurs et les fours à pain aux graveuses de circuits imprimés. Nous avons essayé de créer une version accessible, FLVM, une version « faites-le vous-même » que n’importe qui pourrait construire et entretenir en ne supportant qu’une partie du coût. Nous appelons cela le Kit de Construction du Village Global.

    Laissez-moi vous raconter une histoire. J’ai fini à trente ans avec un doctorat en fusion énergétique, et j’ai découvert que j’étais inutile. Je n’avais aucune compétence pratique. Le monde m’a offert des options, et je les ai prises. On pourrait appeler cela un style de vie consumériste. J’ai créé une ferme dans le Missouri et appris les choses en rapport avec l’économie de la ferme. J’ai acheté un tracteur, qui cessa de fonctionner. J’ai payé pour qu’on me le répare, et puis il cessa à nouveau de fonctionner. Alors peu de temps après j’étais moi aussi financièrement incapable de fonctionner.

    J’ai réalisé que les outils bon marché, vraiment appropriés, dont j’avais besoin pour établir une ferme durable n’existaient tout simplement pas encore. J’avais besoin d’outils robustes, modulaires, hautement efficaces et optimisés, peu chers, fabriqués à partir de matériaux locaux et recyclés qui dureraient toute une vie, non conçus pour l’obsolescence. Je me suis rendu compte que j’allais devoir les construire moi-même. Et c’est ce que j’ai fait. Je les ai ensuite testés. Et je me suis rendu compte que la productivité industrielle peut être atteinte sur de petites échelles.

    Alors j’ai publié les plans en 3D, les schémas, les vidéos d’explication et les budgets sur un wiki. Des participants du monde entier sont apparus, réalisant des prototypes de nouvelles machines à l’occasion de visites de projet dédiées. Jusque-là, nous avons prototypé 8 des 50 machines. Le projet commence à grandir de façon autonome.

    Nous savons que l’accès libre a réussi avec les outils de gestion de la connaissance et de la créativité. Le même phénomène est en train de se produire avec le matériel. Nous nous concentrons sur le matériel parce que c’est lui qui peut changer la vie des gens de manière réellement tangible. Si on peut baisser les barrières autour de l’agriculture, de la construction, de la production, nous libèrerons une quantité énorme de potentiel humain.

    Cela ne vise pas seulement les pays en développement. Nos outils sont conçus pour le fermier, l’ouvrier, l’entrepreneur ou le producteur des États-Unis. Nous avons vu beaucoup d’intérêt chez ces gens-là, qui peuvent maintenant lancer une société de construction, de fabrication de pièces détachées, d’agriculture bio ou simplement revendre de l’électricité. Notre but est de devenir un répertoire en ligne de plans si clairs, si complets, qu’un simple DVD peut servir de kit de démarrage.

    J’ai planté une centaine d’arbres en une journée. J’ai compacté 5000 briques en une journée en utilisant la terre sous mes pieds et j’ai construit un tracteur en six jours. De ce que j’ai vu, ce n’est que le commencement.

    Si cette idée est vraiment solide, alors les implications sont considérables. Une meilleure distribution des moyens de production, une chaîne logistique respectueuse de l’environnement, et une nouvelle culture du “faites-le vous-même” pourrait espérer venir à bout d’une rareté artificielle. Nous explorons les limites de ce que nous pourrions faire pour rendre le monde meilleur avec des technologies physiques en accès libre.

    Merci.

    1. Autrement dit, l’homme s’approprie la technique, non pas pour faire de l’argent, mais pour exister.
      Je vous souhaite bonne route.

    2. Sympa comme démarche, mais

      J’ai planté une centaine d’arbres en une journée. J’ai compacté 5000 briques en une journée en utilisant la terre sous mes pieds

      en bon Saint-Thomas, je demande à voir ! Vous m’excuserez, mais j’ai quelques doutes.

      1. 100 arbres en une journée? A ce rythme ils ne peuvent pas être bien plantés. S’il s’agit de balancer 2kg de noisettes ou de glands dans une friche, alors oui c’est possible…

      2. 100 arbres plantés dans la journée ? Non seulement c’est possible, mais c’est même une journée de feignasse s’il s’agit de scions ! En vigne, sur un terrain de graves comme argilo-calcaire plus ou moins bien préparé, un bon planteur en met 1000 en terre dans la journée à la cuillère et 1500 à la fourchette, et payé à l’heure ! Un portugais payé à la tâche, je vous dis même pas !

      3. Vigneron, puis-je vous croire sur parole ou vous demander des justificatifs de saintes écritures ?

      4. Je vous demande pas de me croire, je vous demande juste de vous croire un peu moins, Saint Thomas. Pas à me justifier. Je sais ce que je sais, je vous le dis et c’est marre, point.

      5. @Arkopharma/Saint Thomas

        Quant t’auras planté 50 000 plants de vigne racinés ou en pot (sans compter les racottages et provains), 800 chênes blancs et Tauzin, semé et entretenu 2 Hectares d’acacias, installé quelques centaines de mêtres linèaires de haies paysagères et mis en terre quelques dizaines d’arbres fruitiers, reviens me montrer tes pirouettes.
        Huette » pas « houettes », après caca, ma chouette hulotte qui houloule au lieu d’hululer. CacaHuette !

      6. @ Vigneron
        Bien, Maître ! Vous tenez toujours à avoir le dernier mot, je vous le laisse, donc (pour cette fois).

      7. @yvan

        Kerjean ? Aux dernieres nouvelles (d’hema…), je crois me rappeler vaguement d’une histoire de chassouille à la becasse en Nouvelle-Guinée, ou un truc dans l’genre… Bref rien de bien passionnant. 😉

      8. Nouvelle Guinée..??
        Entre le Japon et l’Australie.
        Si les vents passent au sud, il va nous revenir avec des trous dans le cerveau, le vieux…

        Déjà qu’il est pas agréable d’habitude. On va devoir le recadrer sec. En douceur avec le plat de la pelle.

    3. Ridicule , surtout les mecanos en vidéo : 500 arbres , 5000 briques …si le seul argument qu’il exhibe , c’est la productivité , il n’ a rien compris …juste un clown .

      1. Kerkoz,

        Cet américain lucide, à l’esprit pionnier bien placé, c’est un aiguillon de l’avenir.
        Des « clowns » de son genre j’aimerais en voir beaucoup plus. Moi je lui dis bravo ce sont les états-uniens que j’aime.
        La différence entre un ingénieur au service d’une grosse multinationale et lui est colossale.
        C’est le jour et la nuit.
        L’ingénieur dans une grosse boite est un rouage efficace du système productiviste, au service de la concentration du capital et responsable — à son niveau — des dégâts causés à l’environnement du fait même de son activité et des conséquences qu’elle entrâine.
        Lui, agit localement tout en ayant une vision d’ensemble alternative. Il innove et produit pour son compte et son plaisir personnel, mais il le fait de façon telle que son activité a d’emblée une portée universelle. Je lui dis chapeau !

        C’est du Jorion et du Stiegler appliqué ! (le système financier ad hoc en moins, mais ça viendra !) 😉

      2. @PYD
        Bien vu pour les « ingénieurs », et beaucoup d’entre eux, de bonne foi, ne s’en rendent jamais compte, les plus « malins » d’entre eux ne veulent pas trop écouter cette petite musique lancinante qui les gêne un peu, d’autres encore en profitent en toute connaissance de chose.

    1. A la « grelinette » motorisée, je préfère l’originale, manuelle ! Moins bruyante, moins polluante.
      Désolé de cette digression, obscure pour les non-initié au jardinage bio.

      1. Ca peut etre interessant pour le maraichage…..pour le jardinage , je n’utilise presque plus la grelinette (en fait une bèche a dent nettement moins chère) ..Apres 5 ans de BRF le sol reste aéré et sans manipulation , pratiquement plus d’adventices .

      2. @ Kercoz

        La permaculture est aussi une piste intéressante. Pour le BRF, les résultats laissent à désirer sur les sols lourds limono-argileux, comme le confirme les tests réalisés par Terre Vivante. Comme quoi, il n’existe pas de solutions universelles. Faut s’adapter à son terrain, à son environnement.

      3. @ kercoz
        Pour le maraichage, exactement !
        Quant aux BRF, très efficace, pour l’obtenir, que diriez vous d’un broyeur motorisé Stirling ?
        Et c’est aussi un avis aux mécaniciens.

      4. Rubrique jardin bio, suite:

        Ce qui me gêne, dans l’invention de Michel Lambotte, comme dans les broyeurs à branchages pour obtenir le BRF, c’est le recours au moteur (électrique ou thermique).
        A partir du moment où l’on change d’échelle, du jardin potager familial à la production maraîchère, on peut se poser la question de l’utilisation de la traction animale. Certains s’y emploient aussi, avec succès. Au XIXe siècle, des innovations intéressantes avaient été réalisées concernant des faucheuses, des moissonneuses mécanisées tirées par des chevaux.
        Personnellement, j’ai abandonné le BRF, inadapté à mon sol. Je ne jette pas pour autant mes déchets de taille. Je les coupes et les réunis en petits fagots qui me servent de petits bois pour l’allumage du poële.

      5. @Arkao:
        Voir le site des « jardins de Brf » pour les procédures spécifiques ;…Les terrains gras et froids posent problème , mais ça fonctionne qd meme si on y va doucement (il y a des forets sur ce type de sol !) …pour l’elec , actuellement , ce n’est pas le problème , les elagueurs le donnent ou le vendent a petit prix …les moulins vent ou eau peuvent y pourvoir sans passer par l’elec …..autrement il y a des systèmes a la REISER qui permettent de broyer sur place (foisonnement de 20 entre branches et broyats)……. Je vois tres bien un ou plusieurs vélos , derailleurs etc sur un arbre de train de roues de camions (pneus remplis de sable ou de ciment) ….. energie cinétique etc …..un broyeur « lent » necessite ponctuellement 2kw …. et pleins de bobos ont besoin d’exercice ….
        Pour les terrains gras , n’ y mettre que 1 ou 2 cm , et qd le sol s’assouplit , on peut monter la dose ..
        Pour le BRF , le concept de base (voir l’ U.LAVAL , pr LEMIEUX et ses thèsards au Quebec ) , c’est que l’humus provenant de ligneux (dicothylédons) est de meilleur qualité et quantité que celui provenant d’ herbacés (compost et fumiers /monocothylédons) ….. Nous copions simplement la pédogenèse forestiere …..les branchettes terminales ayant les memes qualités que les radicelles (caducques) (7 à 9 tonnes /ha suivant des chercheurs chinois ……les notres sont trop occupés a bosser pour Mon§anto)

      6. Le système des buttes de J.M. LESPINASSE , a Labrede (Pour Bouguignon) , ancien chercheur INRA sur les pommes et auteur de livres jardins bio , a la retraite , adopte les BRF pour remplacer ses paillages depuis qqs années
        http://gazette-des-jardins.les-forums.com/topic/1769/la-visite-du-jardin-de-jean-marie-lespinasse/
        Les buttes , je trouvais ringard et truc pour vieux ..mais l’essayer c’est l’adopter : planches de 1,20 de large …..une planchette sert de siege , ce qui permet de prendre une biere ou un café en desherbant , repiquant et discutant , l’interet principal outre la position reposante , et la vue rapprochée , sous la canopée , qui permet une culture precise et intensive des surfaces , et surtout de quitter la ligne droite et de fait reduire les attaques par les melanges d’especes .
        Je sis revenu a une planche pour certains semis , pour rationaliser les arrosages journalier sur un terrain sablonneux des semis .

      7. @ écodouble

        Je ne connaissais pas le principe du moteur Stirling (un rapport avec le bombardier anglais de la 2ème Guerre Mondiale?).
        Merci de me l’avoir fait découvrir.
        Sinon, vous connaissez le bélier hydraulique de Montgolfier ? Encore une invention mise au rebut par la politique du tout pétrole et du tout électrique.
        fr.wikipedia.org/wiki/Bélier_hydraulique

      8. @ arkao
        Aucun rapport avec l’avion.
        C’est un pasteur écossais qui l’a inventé au début du XIXème.
        C’est une super machine qui reste à développer avec vraisemblablement un potentiel d’amélioration conséquent, par utilisation de céramiques modernes par exemple.

        Voici le lien Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Moteur_Stirling

        Un chouette engin pour faire un peu d’électricité, chez soi, s’il est associé à une parabole.
        Je l’imaginerais bien sur une sorte de char agricole pour les travaux d’entretien des haies.
        Un bon truc pour faire du froid aussi, toujours localement, sans fluides polluants.

      9. Dans le savoureux documentaire de Pierre Carles « Volem rien foutre al païs » (disponible en DVD) on peut voir fonctionner un bélier hydraulique auto-construit avec des matériaux de récupération.

      10. @kercoz

        Bonjour,

        Merci pour le lien vers Oleocene.

        De lien en lien, je suis tombé sur ça : Piège Hyperthermique du rayonnement solaire direct (PHRSD).

        Cela semble une technique vraiment intéressante, exploitable tant en centralisé qu´en petites unités décentralisées. Je ne suis pas un spécialiste de ces questions, mais si quelqu´un qui y connaît quelque chose pouvait donner son avis éclairé sur la question, ce serait intéressant.

        Les rendements théoriques annoncés, ainsi que les températures de fonctionnement me semblent enterrer de beaucoup le nucléaire (et je ne parle même pas des risques comparés, ce ne serait pas gentil pour les nucléocrates).

        Fraternellement, Vincent.

      11. @VW : Ramundo est prof de Physique de tres bon niveau et a monté cette boite tres innovante …Le mieux c’est de lui poser la Question sur Oleo… Ce site est de tres bon niveau factuel (faut fouiller les fils ) surtout pour les graphes de Raminagrobis sur les espoirs de petrole , gaz etc , pays par Pays …..La modération est squatée par des liberaux assez nuisibles (les thèmes sociaux eco- politiques sont explusés ou censurés parce que , bien sur génants politiquement) , mais les apports factuels des membres « neutres » sont de grand interet .

      12. N.B. : le moteur de Stirling fonctionne sur le même principe magnétique de l’hystérésis, soit, l’utilisation de l’inertie. (voir diagramme)
        Je dis ça juste pour montrer qu’il n’y a pas grand chose de complexe en physique. La preuve : je comprends.

    2. Merci à tous et à dag en particulier de m’avoir cité
      Y’en a qui sont pour , y’en a qui sont contre et je m’y attendais.
      En fait, c’est la même démarche que Marcin Jakubowski
      http://www.pauljorion.com/blog/?p=24194#comment-181985
      La machine qui va travailler le sol sans dégat n’exsiste pas, il faut l’inventer.
      kercoz va me dire: il n’y a plus besoin de travailler le sol, et il aura tout à fait raison.
      Le problème, c’est que pour arriver à jardiner « les terres industrielles » à la kercoz (que j’admire au passage), il y a encore un sacré bout de chemin à parcourir.
      Ce qui m’intéresse à l’heure actuelle est en fait cette transition que nous devons réaliser, vers quoi, nous n’en savons rien. C’est en avançant qu’on trace la route.
      Je pense qu’il faut partir de ce qui existe et tendre vers un idéal qu’on atteindra jamais.
      http://www.dailymotion.com/video/x338mc_jacques-brel-la-quete_news
      En ce qui concerne la terre, la nature à quelques longueurs d’avance sur nous, et si nous ne la respectons et imitons pas en toute modestie, elle nous le fera payer chère.
      Comme Paul Jorion l’a très bien dit dans son introduction de son livre Le capitalisme à l’agonie, le tournant que nous devons effectuer est de l’ordre du passage du paléolithique au néolithique ou de l’époque féodale à l’ère industrielle, tout sera remis en question même le salariat http://www.pauljorion.com/blog/?p=24078#comment-181780
      L’objectif que j’entrevois avec la machine est de l’utiliser avec un moteur de perçeuse sur accu chargé à l’électricité solaire (la perçeuse pouvant servir à autre chose lorsque la machine est à l’arrêt).
      Elle serait utilisée dans un jardin communautaire.
      Ce qui compte pour moi, est tout simplement le bilan énergétique de l’opération depuis la conception jusqu’à l’utilisation.
      Pour terminer, je plussoie à la brillante analyse de Pierre-Yves D.
      http://www.pauljorion.com/blog/?p=24194#comment-182148

  7. Les esprits s’échauffent, c’est un festival d’humour et de vacheries, ça doit être le mois de Mai. 🙂

    1. J’avais écrit, depuis déjà un paquet de mois, que nous allions nous radicaliser.
      Et c’est logique.

      On ne passe pas à la moulinette tatchériste sans souffrir un peu.

  8. Bonjour,

    Il serait intéressant de discuter le contenu de « la charte de la Havane » qui semble contenir des éléments très intéressant visant à réguler le commerce mondial et recoupant certaines propositions du blog.

  9. Ca y’ est !

    Je viens de recevoir ton bouquin du capitalisme à l’agonie …
    Tout beau , tout vert , via amazon…
    J’espère qu’il est encore d’actualité et que tu pourras me le dédicacer ! 🙂
    A moins qu’il ne faille une prépréface ….
    Bon à plus !
    Cdt.
    Bs.

  10. J. Sapir vient de mettre un ligne un « document de travail » relativement précis pour la mise en oeuvre d’une sortie de l’Euro. Nul doute qu’un certain parti va gagner en crédibilité après l’avoir compris et digéré… Dans ce papier, il en profite pour conseiller des accords bilatéraux parallèlement à cette sortie, notamment avec la Russie (et la Chine, of course). Quoiqu’il dise les décideurs actuels n’accorderont jamais le moindre crédit à ses écrits, dès lors que des intérêts stratégiques sont en jeu: il apparaît, en effet, bien trop proche de monsieur Poutine.

    J’en profite pour demander poliment aux animateurs du blog un billet de mise au point sur le NAIRU. Est-il vrai qu’on condamne délibérément 10 pourcents de la population active au chômage pour réguler le taux d’inflation? Si tel est bien le cas, des conséquences s’ensuivent quand à ce que devrait être le niveau du RSA (aligné sur le revenu moyen, et non pas inférieur au SMIC, à titre compensatoire), ainsi que l’inversion de la logique « marre de me lever travailler pour des branleurs qui ne foutent rien » (puisque ce sont ces branleurs qu’on prive d’emploi pour que ces messieurs qui se lèvent tôt n’aient pas à subir d’inflation, et ce sont donc ces derniers qui sont redevables aux premiers).
    Mais cette histoire de NAIRU me paraît trop « grosse » pour être vraie…

    1. @AntoineY

      Il faudrait demander à Sir Keynes ce qu’il en pense… Pas possible. Mais je suis pas loin de penser qu’il trouverait tout cela très vraisemblable mais ne proposerait surement pas d’aligner les minima sociaux sur le salaire moyen ou médian comme solution… 🙂

    2. Antoine Y :

      S’il faut sortir de l’euro…par Jacques Sapir http://www.medelu.org/spip.php?article799

      « L’économiste Jacques Sapir a passé au scanner le plan de sortie de l’euro du Front national. Pour lui il s’agit d’une approche idéologique et non pragmatique comportant des touches de démagogie et d’incohérence. »
      http://www.marianne2.fr/La-sortie-de-l-euro-en-mode-FN-un-plan-incoherent_a203084.html

      pour le taux de chômage n’accélérant pas l’inflation (ou NAIRU), je ne connais pas le chiffre, mais oui, c’est du chômage structurel dû à la gestion de la monnaie.

      P.S. : il me semble y avoir des incohérences aussi chez Sapir : »Le refus étant ici de principe, ou justifié par la crainte de voir l’ensemble de la construction européenne se défaire à la suite d’une telle sortie.
      Cet argument est quelque peu controuvé. D’une part, l’euro est une institution qui – juridiquement – est périphérique à la construction européenne. D’ailleurs 11 pays de l’Union européenne (UE) ne font pas partie de la zone euro…. »
      1 : l’euro est inclus dans le tfue
      2 : les 11 pays en question ont vocation à y entrer (les exceptions sont temporaires)
      L’euro, définis expressément comme monnaie unique, fait partie, comme l’indépendance de la bce et ses missions de maintien de l’inflation à un bas niveau, du tfue, c’est à dire de la construction européenne telle qu’elle est.
      Mais peut être ai je une compréhension restreinte de son expression « la construction européenne »

      Bien à vous

  11. La « Mondialisation » est un prétexte pour faire jouer les Grands Groupes Financiers soit disant défenseurs des Pays du Sud dans le système. Si on prend le coton, matière première et ressource des pays pauvres d’Afrique, on s’aperçoit que deux fimes du Tchad et du Cameroun sont dans les mains de « Cotontchad » (Tchad) et la « Sodecoton » (Cameroun) et en réalité l’actionnaire principal en est le Groupe Bolloré dont le siège financier est au Lichtenstein. Alors peut-on reprocher à Obama de subventionner les 20.000 planteurs des Etats du Sud des USA.? C’est ça la mondialisation, ce « Machin » mis en place par les fonctionnaires du « Cycle de Doha » calfeutrés dans leur bureau climatisé quiprennent des décisions d’Apparatchick suivant la méthode soviètique mais sans aucune réalité sur le terrain.

Les commentaires sont fermés.